LE FORUM DES ÉGARÉS




Post mortem nihil est
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Guillaume Faye

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
charogne
Valet apatride du Grand Capital
Valet apatride du Grand Capital
avatar

Masculin
Nombre de messages : 63
Age : 27
Date d'inscription : 09/07/2007

MessageSujet: Re: Guillaume Faye   Dim 30 Sep 2007 - 16:30

Je ne sélectionne rien du tout, j'extrapole. Si Guillaume Faye est un géopoliticien brillant, je l'évaluerai en tant que tel lorsque j'en aurai l'occasion ; ici la question se pose de son cynisme, et je constate que l'on passe à côté de sa dimension esthétique, qu'il soit avéré ou non.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coucou
Valet apatride du Grand Capital
Valet apatride du Grand Capital
avatar

Masculin
Nombre de messages : 154
Date d'inscription : 08/10/2006

MessageSujet: Re: Guillaume Faye   Dim 30 Sep 2007 - 16:34

Déesse a écrit:
coucou a écrit:
C'est plutôt toi qui sembles faire de la propagande pro-Faye.

PS: si ça se trouve, Faye est juif, d'où sa judéophilie.

C'est toi qui as immiscé ce débat infondé avec une interview qui a tout d'un montage grossier.

Ce n'est pas un montage puisque Faye avoue qu'il a bien tenu ces propos: "J’ai le vague souvenir, voici quatre ans, d’avoir tenu à deux bras-cassés, qui m’ennuyaient de leurs questions insistantes et débiles, des propos volontairement délirants, destinés à les choquer, et ceci par jeu."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scipion
Valet apatride du Grand Capital
Valet apatride du Grand Capital


Masculin
Nombre de messages : 85
Date d'inscription : 02/09/2007

MessageSujet: Re: Guillaume Faye   Dim 30 Sep 2007 - 16:42

Déesse a écrit:


Monsieur Spicion, supporter de Monsieur Bouchet

Et après on parle de "raisonnements binaires".

Citation :
: on peut ne pas apprécier l'Islam sans vouloir remettre en cause son existance et défendre la position suivante très raisonnable : Islam hors de France et d'Europe.

Simplement, ça fait un peu tâche quand on prétend que sa priorité est la préservation du "socle biologique" européen, vous en conviendrez.

Citation :
Si les juifs commencent à rermettre en cause l’immigration et les sociétés cosmopolites, en quoi est-ce négatif ?

Ce n'est pas négatif quand ils ne demandent rien en échange en matière de politique étrangère, car vous n'avez pas la naïveté de croire qu'Israël non seulement va accueillir la majorité des juifs du monde mais aussi va tenir tout seul ?
Seul Zemmour est par ailleurs un exemple de juif qui remet concrètement en cause le cosmopolitisme mais lui renvoie balader Elie Barnavi.
Allez savoir pourquoi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Guillaume Faye   Dim 30 Sep 2007 - 17:53

coucou a écrit:
Ce n'est pas un montage puisque Faye avoue qu'il a bien tenu ces propos: "J’ai le vague souvenir, voici quatre ans, d’avoir tenu à deux bras-cassés, qui m’ennuyaient de leurs questions insistantes et débiles, des propos volontairement délirants, destinés à les choquer, et ceci par jeu."

Source ? Rien ne permet d’accréditer ce qu’il a réellement dit. Peut-être devrais-je diffamer sur vous alors ? Vous savez, ce n’est pas très difficile.

Scipion a écrit:
Déesse a écrit:


Monsieur Spicion, supporter de Monsieur Bouchet

Et après on parle de "raisonnements binaires".

Je ne fais juste que des constats monsieur.

Citation :
Simplement, ça fait un peu tâche quand on prétend que sa priorité est la préservation du "socle biologique" européen, vous en conviendrez.

Les européens de souche musulmane sont ultra-minoritaires en Europe. Ne faites pas semblant de ne pas le savoir et d’occulter ce point pourtant très important. De plus, cette religion n’a été importée que très récemment et est due en outre, aux anciennes colonisations musulmanes. L’Islam est une religion de sémite conquérante. C’est tout. Alors l’Islam n’a rien à faire en Europe d’un point de vu ethnique justement.

Vous vous réfugiez derrière l’argument ethnique alors que l’immense majorité des musulmans ne sont pas européens.
Enfin, vous défendez la position de ceux qui prétendent que l’Islam ou une croyance allogène à l’Europe peut se dissoudre dans l’identité française. Ce n’est qu’une opinion qui s’aligne sur les positions assimilationistes, égalitaristes et universalistes républicaines et qui veut faire de la France, une société cosmopolite.
Et puis, expliquez moi en quoi l’identité française a des choses à voir avec une religion sémite ?

Et défendre le fait que l’Islam puisse être soluble à la France, n’est-ce pas défendre une position immigrationiste, puisque la plupart des musulmans qui immigrent en Europe sont maghrébins ?
Ensuite, prendre position sur la défense d’une religion étrangère à un pays, c’est ni plus ni moins avoir une vision spirituelle de la nationalité (comme Bouchet) et nullement charnelle.

Non, les français ne devraient pas être musulmans car cela ne fait tout simplement pas parti, ni de leur histoire, ni de leur culture, ni de leur identité.

Citation :
Ce n'est pas négatif quand ils ne demandent rien en échange en matière de politique étrangère, car vous n'avez pas la naïveté de croire qu'Israël non seulement va accueillir la majorité des juifs du monde mais aussi va tenir tout seul ?

Oui et ? Comme je viens de le dire. Le problème des palestiniens et des israéliens, c’est entre eux qu’il se règlera. Ou du moins, les français et les européens n’ont pas à y participer.
Revenir en haut Aller en bas
Scipion
Valet apatride du Grand Capital
Valet apatride du Grand Capital


Masculin
Nombre de messages : 85
Date d'inscription : 02/09/2007

MessageSujet: Re: Guillaume Faye   Dim 30 Sep 2007 - 18:35

Déesse a écrit:
Je ne fais juste que des constats monsieur.

Je n'ai jamais pris la défense de l'islam, et ne suis même pas révolutionnaire. Manichéisme encore une fois. On n'est pas obligé d'être NR pour ne pas adhérer au racisme eurosibérien et à l'amoralisme futuriste/pornographique de Faye.

Citation :
Les européens de souche musulmane sont ultra-minoritaires en Europe. Ne faites pas semblant de ne pas le savoir et d’occulter ce point pourtant très important.

Oui, mais considérés comme des "bougnoules" par Faye. Je ne fais simplement que mettre Faye devant ses contradictions.
On ne peut pas nous rabacher que la priorité est l'Europe blanche mais "qu'il y en a qui sont moins blancs que les autres dans les régions musulmanes des Balkans, du Caucase et de la Russie."

Citation :
De plus, cette religion n’a été importée que très récemment et est due en outre, aux anciennes colonisations musulmanes. L’Islam est une religion de sémite conquérante. C’est tout. Alors l’Islam n’a rien à faire en Europe d’un point de vu ethnique justement.

Et le christianisme ne devrait être guère mieux traité par ce racisme biologique.

Citation :
Enfin, vous défendez la position de ceux qui prétendent que l’Islam ou une croyance allogène à l’Europe peut se dissoudre dans l’identité française.

Ah ? Où ça ?

Citation :
Ce n’est qu’une opinion qui s’aligne sur les positions assimilationistes, égalitaristes et universalistes républicaines et qui veut faire de la France, une société cosmopolite.

L'assimilation n'est pas l'intégration au circuit économique, mais l'inverse de la société cosmopolite (de type anglo-saxon) justement.

Citation :
Et puis, expliquez moi en quoi l’identité française a des choses à voir avec une religion sémite ?

Ouvrez les livres d'histoire médiévale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coucou
Valet apatride du Grand Capital
Valet apatride du Grand Capital
avatar

Masculin
Nombre de messages : 154
Date d'inscription : 08/10/2006

MessageSujet: Re: Guillaume Faye   Dim 30 Sep 2007 - 19:31

La source est le Libre Journal n°321 et 322.

Mission divine de la France:
http://livres-mystiques.com/partieTEXTES/Franquerie/MissionDivine/Table.htm

On trouve des vérités partout. Force est de constater que la France était plus rayonnante avant 1789. Je suppose que vous n'appréciez pas ce genre d'argument mystique.

PS: vous considérez que les Français sont des Francs ou des Gaulois?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thundaar
Idiot utile
Idiot utile
avatar

Masculin
Nombre de messages : 640
Date d'inscription : 09/07/2007

MessageSujet: Re: Guillaume Faye   Dim 30 Sep 2007 - 20:08

Lutfi a écrit:
"Et puis, expliquez moi en quoi l’identité française a des choses à voir avec une religion sémite ?"

La France est née par le baptême de Clovis, avant, il y avait une autre civilisation, la Gaule, ou les Gaules, donc, sans le Christianisme, qui est une religion sémite, la France n'existerait même pas. Dans tout village de France il y a une église, et toutes les peintures et les sculptures représentent des sémites, des enfants d'Israël.
La France comme concept n'existe au mieux que depuis le XIIIème siècle. Le reste, c'est de la propagande nationaliste propre au XIXème siècle romantique... soyons sérieux, Chlodoweg n'a jamais créé la France, c'est une foutaise/fou-thèse.

-----------------------------------------

Réponse générale.

Citation :
Rien ne prouve ? Il y a une dissolution et une remise en cause complète des actions précédentes
Ce que je veux dire c'est que les "mongols" sont loin d'avoir été écartés, très loin même. C'est presque étonnant que le binôme BI/JI n'ait pas été mouillé par une skinerie.

Citation :
N’importe quoi. Faye n’est pas anti-islam ni anti-sioniste parce que son combat se détermine avant tout en fonction de la situation des européens, et seulement des européens. C’est vous qui, avec votre raisonnement binaire, dites : je ne suis pas pour les arabes, je suis donc pour les juifs.
Comme je l'ai dit, il y a malgré tout un intérêt pour les Européens, selon Faye. Faire sauter le supposé carcan du fait de la diabolisation de certaines idées, et avec la complicité même de ceux qui actuellement les dénonceraient de manière répétée. C'est un faux calcul, c'est sûr, mais c'est très vraisemblablement ce que fait Faye. Il y a donc un évident intérêt selon certains... Ce qui est sûr c'est que la Grande Europe ne naîtra pas avec l'aide d'une certaine communauté, mais que la Grande Europe est indispensable pour l'avenir d'un certain petit état. Faye parie sur ça.

Citation :
Ce n’est que votre interprétation des choses. Cela n’a jamais été avoué par la principale concernée. Merci de le préciser.
Cela se déduit. Notez bien que cela ne me dérange pas outre mesure.

Citation :
Il n'aime guère les albanais pourtant censés appartenir au "germen européen". Faye n'aime pas les musulmans en général, peu importe leur "race".
C'est vrai, c'est ce qu'il dit... et c'est lamentable !

Citation :
Islam hors de France et d'Europe. Moi aussi, je n'apprécie pas l'Islam. Mais je ne trouverai rien à redire s'il restait chez lui, au Maghreb, chez les sémites.
Soyez logique... les albanais ou les tchétchènes ont autant le droit d'être musulmans que les autre européens d'être chrétiens. Evidemment si vous voulez les repaganiser, je n'y vois rien de mauvais, mais alors il faut repaganiser aussi l'Europe occidentale.

------------------------------------------------------------------------------------------

Lutfi a écrit:
Thundaar a écrit:
La France comme concept n'existe au mieux que depuis le XIIIème siècle. Le reste, c'est de la propagande nationaliste propre au XIXème siècle romantique... soyons sérieux, Chlodoweg n'a jamais créé la France...
Clovis est le fondateur du Royaume des Francs, et de la monarchie qui a duré jusqu'à la Révolution. Il est exact que la "France" ne date que du début du XIIIe siècle. Mais je ne vois pas ce que cela change à ce que je disais : que l'on fasse remonter l'origine de la France à Clovis, à Hugues Capet, ou au XIIIe siècle, il s'agit toujours d'un royaume chrétien, dont la civilisation est issue du Christianisme. Les seuls habitants des Gaules à avoir précédé les Francs, et qui ont gardé leur religion, ces sont les Juifs. Pour le reste, la France est un pays chrétien.

Quant à la présence de l'Islam en France, une grande partie de la France fut musulmane pendant plusieurs siècles. On en retrouve des traces, notamment tous les lieux qui portent le nom de Maure, mais aussi certaines églises médiévales dans lesquelles sont inscrits certains versets du Coran ou la shahada.

Citation :
Clovis est le fondateur du Royaume des Francs
Chilpéric Ier pourrait être aussi considéré comme tel... et pourquoi pas Mérovée. le royaume des Francs existait là où étaient les Francs, donc par exemple en Franconie.

Citation :
Il est exact que la "France" ne date que du début du XIIIe siècle
Et encore, j'ai été gentil, car la notion de "France" (<= Ile de France) n'était pas bien répandue, même à l'époque de Jehanne.

Citation :
il s'agit toujours d'un royaume chrétien, dont la civilisation est issue du Christianisme.

La civilisation en question, même au XIIIe siècle, demeurait essentiellement païenne - "Montjoie et Saint-Denis"... ou Mont Jupiter et le Taranis du lieu en question - avec un vernis chrétien. Mais ceci dit, tu as raison, la monarchie absolue de droit divin c'est celle de la France moderne, c'est à dire une conception orientale, étrangère à la civilisation européenne.

Citation :
Pour le reste, la France est un pays chrétien.
Correctif... "était". Je ne vais vraiment pas regretter cet "était" mais ce n'est pas une raison pour favoriser un autre monothéisme à la place...

Lutfi a écrit:
Quant à la présence de l'Islam en France, une grande partie de la France fut musulmane pendant plusieurs siècles. On en retrouve des traces, notamment tous les lieux qui portent le nom de Maure, mais aussi certaines églises médiévales dans lesquelles sont inscrits certains versets du Coran ou la shahada.
Essentiellement, et y compris dans la Chanson de Roland, les "maures" étaient en fait des païens, et pas des musulmans. On se souviendra que l'armée de Charlemagne n'a pas été vaincue à Roncevaux par des arabo-musulmans mais par des basques païens... En revanche, il est exact que certaines villes de Septimanie ou de Provence furent brièvement occupées par les arabo-musulmans, avant qu'on ne les foute dehors...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Guillaume Faye   Dim 30 Sep 2007 - 20:46

Scipion a écrit:
Déesse a écrit:
Je ne fais juste que des constats monsieur.

Je n'ai jamais pris la défense de l'islam, et ne suis même pas révolutionnaire. Manichéisme encore une fois. On n'est pas obligé d'être NR pour ne pas adhérer au racisme eurosibérien et à l'amoralisme futuriste/pornographique de Faye.

Où voyez-vous du racisme dans le concept eurosibérien ? Enfin, je rappelle que le racisme ne peut naître que dans les sociétés à la base multiraciale. Or, l’eurosibérie et le natiolisme, c’est pour justement éviter la société de devenir cosmopolite, et donc raciste.
Enfin, quant à votre moralité et à vos preceptes bas la ceinture, je vous les laisse pour vous. Ils ne m’intéressent pas.
Enfin, l’europe païenne ne s’emmerdait pas avec ce genre de considération bourgeoise.

Scipion a écrit:
Déesse a écrit:
Les européens de souche musulmane sont ultra-minoritaires en Europe. Ne faites pas semblant de ne pas le savoir et d’occulter ce point pourtant très important.

Oui, mais considérés comme des "bougnoules" par Faye. Je ne fais simplement que mettre Faye devant ses contradictions.

Quand a-t-il employé le mot bougnoule ? Source ? Vous n’en avez aucune. C’est encore issu de votre interprétation. Alors, si c’est pour diffamer ou raconter n’importe quoi, je suppose que vous feriez mieux de vous taire.

Ensuite, quelle contradiction ? Faye privilégie l’ethnie à la religion. Là encore, il suffit de la lire. Pour lui, l’Islam n’est qu’un facteur aggravant mais en aucun cas le principal problème auquel est confronté l’Europe et qui demeure essentiellement ethnique, contrairement à un Dantec (qui lui ne prend que le problème religieux).
Merci de ne pas extrapoler ou de diffamer. Tes européens musulmans ne sont qu’un faire valoir parce qu’ils demeurent très minoritaires et parce qu’ils ne sont pas liés aux problèmes migratoires européens.

Scipion a écrit:
On ne peut pas nous rabacher que la priorité est l'Europe blanche mais "qu'il y en a qui sont moins blancs que les autres dans les régions musulmanes des Balkans, du Caucase et de la Russie."

Oui donc, sous prétexte qu’il y a une minorité d’européens musulmans, il faudrait accepter l’immigration invasion d’origine musulmane ? Quelle fumisterie. Rien ne la justifie. Encore moins notre identité.
Et puis, on ne peut pas comparer l’immigration musulmane française avec les rares européens musulmans qui sont d’une tout autre nature, et qui l’ont été par invasion ou conversion forcée.

Scipion a écrit:
Et le christianisme ne devrait être guère mieux traité par ce racisme biologique.

Racisme biologique ? Gardez votre moralité et vos principes judéo-chrétiens pour vous. Merci.
Une objection : votre christianisme est présent en Europe depuis bien plus de temps. Il a par conséquent bien plus de légitimité.

Scipion a écrit:
Citation :
Enfin, vous défendez la position de ceux qui prétendent que l’Islam ou une croyance allogène à l’Europe peut se dissoudre dans l’identité française.

Ah ? Où ça ?

En défendant les musulmans en Europe. Voyons, ne jouez pas au plus imbécile que vous ne l’êtes.

Scipion a écrit:
Citation :
Ce n’est qu’une opinion qui s’aligne sur les positions assimilationistes, égalitaristes et universalistes républicaines et qui veut faire de la France, une société cosmopolite.

L'assimilation n'est pas l'intégration au circuit économique, mais l'inverse de la société cosmopolite (de type anglo-saxon) justement.

Cela fait 30 ans que cette politique a échoué. Peut-on sincèrement prétendre que l’on peut assimiler des êtres en tout point opposés à leur pays d’accueil, aussi bien ethniquement, culturellement que spirituellement ?

Scipion a écrit:
Citation :
Et puis, expliquez moi en quoi l’identité française a des choses à voir avec une religion sémite ?

Ouvrez les livres d'histoire médiévale.

Tout le monde ne pense pas que l’avenir de la France et de l’Europe se situe au Maghreb. Désolé de vous contredire. D’ailleurs, vous trahissez la mémoire de nos anciens, qui se sont, tout à long de l’histoire, opposés aux invasions issues de cette partie du globe.
Revenir en haut Aller en bas
Thundaar
Idiot utile
Idiot utile
avatar

Masculin
Nombre de messages : 640
Date d'inscription : 09/07/2007

MessageSujet: Re: Guillaume Faye   Dim 30 Sep 2007 - 20:57

Citation :
Quand a-t-il employé le mot bougnoule ? Source ?

J'en ai été témoin ! "Les Albanais c'est des bou......". Et je ne crois pas qu'il l'ait répété qu'une seule fois...

Citation :
Une objection : votre christianisme est présent en Europe depuis bien plus de temps. Il a par conséquent bien plus de légitimité.

Honnêtement, je ne vois vraiment pas pourquoi... puisqu'il s'est développé de la même façon grosso modo, même si antériorement, que l'islam dans le Caucase (qui y est depuis le VIIIème siècle environ) ou dans les balkans (depuis le XVème siècle).

Citation :
L'assimilation n'est pas l'intégration au circuit économique, mais l'inverse de la société cosmopolite (de type anglo-saxon) justement.


L'assimilation de populations allogènes n'est ni faisable ni de toutes façons souhaitable. C'est un crypto-cosmopolitisme, cher Scipion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Guillaume Faye   Dim 30 Sep 2007 - 21:08

Thundaar, pour répondre complètement, il faudrait créer un nouveau fil (pourquoi pas?), mais en ce qui concerne la présence musulmane en France, il y a des sources historiques précises. Et quant à considérer les Maures comme des païens, il ne faut pas oublier qu'à une certaine époque, les chrétiens avaient l'habitude de qualifier de païens tous ceux qui n'étaient pas chrétiens. Ceci dit, si tu as des sources précises permettant de déterminer que le qualificatif de Maure fut appliqué à des gens appartenant à d'autres religions qu'à l'Islam, c'est intéressant.

Pour le reste, oui, dans tous les villages de France que je connais, il y a une église, et les symboles sont bibliques. Mais les références claires aux religions antérieures que tu signales sont exactes et je ne les nie pas, et elles n'ont rien de surprenant, lorsque l'on reconnait l'identité essentielle des traditions. Pour bien des raisons, et notamment pour des raisons de précision, je pense qu'il vaut mieux éviter le qualificatif de païen. L'une de ces raisons est qu'il est vague: il y a des traces évidentes de la religion romaine, et tu en as signalé certaines, il y a aussi des traces celtiques, il peut y avoir des traces d'autres religions (notamment le culte d'Isis). Mais toutes ces traditions ne se sont maintenues que dans et par le Christianisme.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Guillaume Faye   Dim 30 Sep 2007 - 21:14

Thundaar a écrit:
Réponse générale.

Citation :
Rien ne prouve ? Il y a une dissolution et une remise en cause complète des actions précédentes

Ce que je veux dire c'est que les "mongols" sont loin d'avoir été écartés, très loin même. C'est presque étonnant que le binôme BI/JI n'ait pas été mouillé par une skinerie.

Source ? Vous ne parlez de chose que vous ne connaissez pas ou mal.

Citation :
Comme je l'ai dit, il y a malgré tout un intérêt pour les Européens, selon Faye. Faire sauter le supposé carcan du fait de la diabolisation de certaines idées, et avec la complicité même de ceux qui actuellement les dénonceraient de manière répétée. C'est un faux calcul, c'est sûr, mais c'est très vraisemblablement ce que fait Faye. Il y a donc un évident intérêt selon certains... Ce qui est sûr c'est que la Grande Europe ne naîtra pas avec l'aide d'une certaine communauté, mais que la Grande Europe est indispensable pour l'avenir d'un certain petit état. Faye parie sur ça.

Déculpabilisez les européens avec l’aide des juifs ? Pas forcément faux. Vous oubliez qu’il apprécie beaucoup Machiavel.
N éanmoins, il fait parti de ceux qui affirment que l’avenir des européens, passera d’abord et avant tout par eux :

Faye : On peut être antiaméricain, antisioniste, ce qu’on veut, mais il est lassant que les Européens s’intéressent sans cesse aux autres. On a des problèmes bien plus urgents à régler. Nous ne devons pas nous déterminer par rapport à une problématique judéo-arabe. C’est de la déculturation politique. C’est une sortie de l’Histoire. Nous devons nous recentrer sur les défis qui nous menacent. Apprenons à être enfin égoïstes comme le sont tous les peuples du monde.

Faye : Lorsque, dans nos milieux, je vois certains militants s’inquiéter de la cause palestinienne - « masturbation mentale, substitution d’idéal-type » - ou plaindre les libanais bombardés par Israël, je constate que ces derniers ne s’intéressent pas à nos problèmes au moment même où nous sommes en proie à une islamisation massive. Pourquoi s’indigner pour les autres ? Lorsque j’en vois d’autres se solidariser à fond avec Israël, je me pose la même question. Pourquoi penser qu’Israël est le bouclier de l’Occident ? Notre seul bouclier, c’est nous-mêmes. Machiavel disait qu’on ne combat que pour soi-même et que toute alliance ne doit jamais dépasser un certain « degré d’intensité » qui est « le seuil de la naïveté ». Tout le problème est de se définir soi-même, de s’attacher à sa propre identité plus qu’à celle des autres. It’s a long way… Je préciserai tous ces points dans mon prochain bouquin. On va bien rigoler…

C’est l’un des intellectuels « nationalistes » qui considèrent que les Européens ne peuvent s’en sortir que par eux-mêmes, et qu’ils ne doivent, par conséquent, pas se déterminer en fonction du camp des autres, qu’il soit juif ou arabe, et pas se laisser bouffer par eux. Les nôtres avant les autres en clair. Cela a toujours été sa position. Cela m’étonnerait qu’elle ait grandement évoluée.

Citation :
Cela se déduit. Notez bien que cela ne me dérange pas outre mesure.

Déduction personnelle non irréfutable. Cela a son importance.

Citation :
Citation :
Il n'aime guère les albanais pourtant censés appartenir au "germen européen".
Faye n'aime pas les musulmans en général, peu importe leur "race".

C'est vrai, c'est ce qu'il dit... et c'est lamentable !

Pour un païen, il est compréhensible de ne pas apprécier les musulmans. Enfin, quoiqu’il en soit, pour Faye, la race sera toujours plus importante que la religion ou même la culture. Comme il le dit si bien dans les messages postés précédemment :

Faye : Mathématiquement, d’ailleurs, la race blanche décline dans le monde entier, y compris aux USA. On dit que la supériorité technologique y palliera, je n’y crois pas : il n’y a de richesses que d’hommes. Une civilisation est d’abord fondée sur ce que les Romains appelaient le «germen», c’est-à-dire le socle ethno-biologique, les racines de l’arbre qui alimentent la culture et la civilisation.

Faye : Quand un type a le cancer, ben il essaie de se persuader qu’il l’a pas !... hein ? Quand un type fait un infarctus, il dit « Non, c’est une douleur intercostal ». Ben là, on en est au même niveau !... Nous assistons concrètement à une invasion – non pas uniquement de l’Islam d’ailleurs – mais du tiers monde !... Moi j’suis pas non plus pour une invasion de personnes massive comme on le connaît du tiers monde si elles étaient païennes, catholiques, protestantes, ou tout ce que vous voulez !... Pour moi, le problème est le même… sauf que [de par sa nature même (anti-chrétienne, anti-occidentale, etc.)] l’Islam aggrave cette immigration de masse…

Thundaar a écrit:
Citation :
Islam hors de France et d'Europe.
Moi aussi, je n'apprécie pas l'Islam. Mais je ne trouverai rien à redire s'il restait chez lui, au Maghreb, chez les sémites.

Soyez logique... les albanais ou les tchétchènes ont autant le droit d'être musulmans que les autre européens d'être chrétiens. Evidemment si vous voulez les repaganiser, je n'y vois rien de mauvais, mais alors il faut repaganiser aussi l'Europe occidentale.

Le Christianisme en Europe s’est largement inspiré des cultes païens, contrairement à l’Islam, qui lui ne partage rien de tout cela. Alors oui, défendre une Europe chrétienne reste plus logique que de défendre une Europe musulmane, même si sur ce point, une Europe païenne serait l’idéal.
Revenir en haut Aller en bas
Thundaar
Idiot utile
Idiot utile
avatar

Masculin
Nombre de messages : 640
Date d'inscription : 09/07/2007

MessageSujet: Re: Guillaume Faye   Dim 30 Sep 2007 - 23:21

Citation :
Source ? Vous ne parlez de chose que vous ne connaissez pas ou mal.
Je suis au contraire très informé, même si je conviendrai avec vous qu'il y a de grosses disparités régionales... l'alliance de Terre et Peuple, d'Alsace d'Abord, de SE, d'avec les Identitaires, a rameuté un maximum de rasés de toutes sortes, rasés auxquels un discours insistant sur le côté insécuritaire de la substitution de peuplement est spécialement adressé.

Citation :
Déculpabilisez les européens avec l’aide des juifs ? Pas forcément faux. Vous oubliez qu’il apprécie beaucoup Machiavel.
Mais je ne dis pas qu'il n'y pas un côté machiavélien derrière tout ça, mais je dis juste que cela ne marchera pas.

Citation :
Pour un païen, il est compréhensible de ne pas apprécier les musulmans.
Un européen, avant qu'il soit païen, chrétien ou musulman, est d'abord un européen. Les Albanais, qui sont loin par ailleurs d'être tous musulmans, n'avaient pas à être insultés en tant que peuple européen de la sorte. C'est digne de certains tenant des propos insupportables sur les Slaves...

Citation :
Le Christianisme en Europe s’est largement inspiré des cultes païens, contrairement à l’Islam, qui lui ne partage rien de tout cela.

On peut vous démontrer que l'islam albanais ou tchétchène est très marqué par l'ancien paganisme de ces peuples... l'argument n'est donc pas bien pertinent. Par ailleurs, ce christianisme paganisé que vous évoquez est mort, déjà bien avant Vatican II, probablement depuis le concile de Trente. Nous ne sommes plus au moyen-âge.

Citation :
Alors oui, défendre une Europe chrétienne reste plus logique que de défendre une Europe musulmane, même si sur ce point, une Europe païenne serait l’idéal.
Je n'entends personnellement défendre qu'une Europe européenne, qu'elle soit chrétienne ou musulmane est accessoire, et de toutes façons, si renaissance européenne il doit y avoir, elle ne sera ni chrétienne, ni musulmane. La plus grosse erreur serait de s'allier avec les rétrogrades libéraux et autres tenants de la réaction cléricale.

Citation :
Thundaar, pour répondre complètement, il faudrait créer un nouveau fil (pourquoi pas?), mais en ce qui concerne la présence musulmane en France, il y a des sources historiques précises.

Le fait que dans la Chanson de Roland les basques païens soient qualifiés de maures, et qu'on y associe dans la même phrase le dieu Apollon et Mahomet, voilà d'évidentes preuves. Les folkloristes (Dontenville... etc) confirment. La présence musulmane était limitée à l'Aquitaine, à la Septimanie et à la Provence, pas plus au nord que ça. Par ailleurs, même en Espagne, la présence islamique recula très vite... et à part quelques bâtiments, l'expulsion de 1609 finit le travail.

Citation :
Mais toutes ces traditions ne se sont maintenues que dans et par le Christianisme.

Sans le christianisme, elles se seraient maintenues mais avec une grande pureté/continuité. On ne peut pas dire que le christianisme les a maintenus sous prétexte qu'il n'a simplement pas pu réussir à les extirper, à son grand regret. Ainsi peut-on considérer que ces traditions se sont maintenues malgré le christianisme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Guillaume Faye   Lun 1 Oct 2007 - 2:51

Thundaar a écrit:
Citation :
Source ? Vous ne parlez de chose que vous ne connaissez pas ou mal.

Je suis au contraire très informé, même si je conviendrai avec vous qu'il y a de grosses disparités régionales... l'alliance de Terre et Peuple, d'Alsace d'Abord, de SE, d'avec les Identitaires, a rameuté un maximum de rasés de toutes sortes, rasés auxquels un discours insistant sur le côté insécuritaire de la substitution de peuplement est spécialement adressé.

Les Identitaires ont refusé cette alliance.

Citation :
Mais je ne dis pas qu'il n'y pas un côté machiavélien derrière tout ça, mais je dis juste que cela ne marchera pas.

Qui est bien placé pour pouvoir prédire l'avenir ?

Citation :
Un européen, avant qu'il soit païen, chrétien ou musulman, est d'abord un européen. Les Albanais, qui sont loin par ailleurs d'être tous musulmans, n'avaient pas à être insultés en tant que peuple européen de la sorte. C'est digne de certains tenant des propos insupportables sur les Slaves...

Le sort des païens est tout de même moins enviable chez les musulmans. De nombreuses sourates pronent leur extermination.

Citation :
On peut vous démontrer que l'islam albanais ou tchétchène est très marqué par l'ancien paganisme de ces peuples... l'argument n'est donc pas bien pertinent. Par ailleurs, ce christianisme paganisé que vous évoquez est mort, déjà bien avant Vatican II, probablement depuis le concile de Trente. Nous ne sommes plus au moyen-âge.

On pourrait vous dire la même chose des cultes païens. Cultiver son héritage et préserver ses traditions et sa culture ne revient certainement pas à nier tout ce qui a émané du Christianisme car cela fait parti intégrante de notre identité et cela revient à faire l’impasse sur toute une période de notre Histoire.

Citation :
Je n'entends personnellement défendre qu'une Europe européenne, qu'elle soit chrétienne ou musulmane est accessoire, et de toutes façons, si renaissance européenne il doit y avoir, elle ne sera ni chrétienne, ni musulmane. La plus grosse erreur serait de s'allier avec les rétrogrades libéraux et autres tenants de la réaction cléricale.

Il n'empêche que le Christianisme a laisse plus de trace en Europe que l'Islam. Vous ne pouvez renier 2000 ans de notre histoire. Le Christianisme a marqué les consciences européennes et a, de part son âge et sa présence en Europe, bien plus de légitimité. Vous laisserez forcément un vide en voulant supprimer le Christianisme.
Ce qu’il faut faire, c’est prendre le meilleur du Christianisme… mais certainement pas de le renier intégralement car ce serait détruire une partie de notre identité (même si je suis d’accord pour dire que cette religion nous a tranmise des virus mortels comme la pénitence, la culpabilité, la miséricorde, l’altruisme, l’égalitarisme et l’universalisme).
Revenir en haut Aller en bas
Thundaar
Idiot utile
Idiot utile
avatar

Masculin
Nombre de messages : 640
Date d'inscription : 09/07/2007

MessageSujet: Re: Guillaume Faye   Lun 1 Oct 2007 - 17:57

Citation :
à nier tout ce qui a émané du Christianisme car cela fait parti intégrante de notre identité et cela revient à faire l’impasse sur toute une période de notre Histoire
Je considère personnellement que le christianisme ne fait fondamentalement pas partie de notre identité et que nous devons le considérer comme une parenthèse à oublier d'urgence. L'identité c'est la plus longue mémoire, ce n'est pas la conservation absolue de l'ensemble des divers éléments des diverses périodes historiques. Bien entendu, ce positionnement ne permet pas l'alliance avec les tradis, mais il n'y a bien que l'extrême-droite pour choisir leur soutien.

Citation :
Il n'empêche que le Christianisme a laisse plus de trace en Europe que l'Islam. Vous ne pouvez renier 2000 ans de notre histoire.
Pourquoi cette chronologie ? Il y a 2000 ans, le christianisme n'existait pas, et il n'a concerné l'Europe de manière majoritaire pas avant le XIème siècle environ... Quand il y a eu une erreur, on ne l'assume pas, on revient dessus et on l'annule. L'islam a laissé moins de traces, puisqu'il est arrivé dans nos contrées postérieurement.

Citation :
Le Christianisme a marqué les consciences européennes

Et aujourd'hui on en paye le prix.

Citation :
Vous laisserez forcément un vide en voulant supprimer le Christianisme.
Sauf si on accompagne la déchristianisation d'une repaganisation, ce qui est différent.

Citation :
Ce qu’il faut faire, c’est prendre le meilleur du Christianisme…

Le "christianisme positif", je laisse ça à d'autres... il n'y a rien de bon dans le christianisme. Et je le répète, comme le disent les folkloristes, le christianisme n'est qu'un vernis religieux, et c'est dans le domaine social, y compris auprès de beaucoup d'athées, qu'il est le plus néfaste. Dès que le pape ouvre la bouche, que ce soit B16 ou son prédécesseur, c'est pour trahir l'Europe, et encore, et encore... Ecr. l'inf.

--------------------------------------------------------------

Donotherase a écrit:
milla a écrit:
lol! Les z'identitaires sont aussi ridiculement hystériques que les Trotskistes, se fighter sur Childeric 1er, le druidisme, la chanson de Roland ou je ne sais quel folklore à la con tout juste bon pour touristes go-go yankee, c'est à se pisser dessus de vous lire, surtout quand on sait que votre héros, là Faye, se fout ouvertement de votre gueule et écrit ses conneries uniquement pour payer sa gnole...

Allez, alliez vous au moins sur l'essentiel, foutre les gnoules à la flotte Cavalier et transformer la France en musée pour riches touristes Cowboy ...
Mdrrr Milla... lol!

Citation :
Le "christianisme positif", je laisse ça à d'autres... il n'y a rien de bon dans le christianisme [L'histoire est là pour prouver le contraire]. Et je le répète, comme le disent les folkloristes, le christianisme n'est qu'un vernis religieux [Bof...], et c'est dans le domaine social, y compris auprès de beaucoup d'athées, qu'il est le plus néfaste [Lol. Le christianisme est le plus néfaste auprès de ceux qui n'en font pas partie]. Dès que le pape ouvre la bouche [Le pape represente les chrétiens, c'est nouveau], que ce soit B16 ou son prédécesseur, c'est pour trahir l'Europe, et encore, et encore... Ecr. l'inf.
On sent le gars qui c'est bien documenté sur la question, qui y a réfléchit, et qui est capable de produire une critique sèrieuse ! Retourne au bac à sable Thundarr !
Qui parle... Mon côté "voltairien" te débecte, Dono, eh bien ce n'est pas grave.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kiki
Adepte de la cabale
Adepte de la cabale
avatar

Masculin
Nombre de messages : 358
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: Guillaume Faye   Lun 1 Oct 2007 - 21:30

Thundaar a écrit:
Je considère personnellement que le christianisme ne fait fondamentalement pas partie de notre identité et que nous devons le considérer comme une parenthèse à oublier d'urgence. L'identité c'est la plus longue mémoire, ce n'est pas la conservation absolue de l'ensemble des divers éléments des diverses périodes historiques. Bien entendu, ce positionnement ne permet pas l'alliance avec les tradis, mais il n'y a bien que l'extrême-droite pour choisir leur soutien.

Je ne vois vraiment pas la raison pour laquelle "certains" veulent s'en prendre à ceux qui trouvent du bonheur dans la religion. N'y a-t'il pas sufffisamment de sujets où on devrait apporter une amélioration, à la place ??? bounce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JOHN
Austère anachorète
Austère anachorète
avatar

Masculin
Nombre de messages : 808
Age : 42
Localisation : Un monde de (sales) cons
Date d'inscription : 09/12/2006

MessageSujet: Re: Guillaume Faye   Mar 6 Nov 2007 - 13:17

Pour ceux qui ne l’auraient pas vu j’ai posté ce lien audio sur :
http://kalayuga.frbb.net/hybride-f6/jean-raspail-t2252.htm#45023
JOHN a écrit:
(...)
Jean Raspail a écrit:
Il existe une seconde hypothèse que je ne saurais formuler autrement qu'en privé et qui nécessiterait auparavant que je consultasse mon avocat, c'est que les derniers isolats résistent jusqu'à s'engager dans une sorte de reconquista sans doute différente de l'espagnole mais s'inspirant des mêmes motifs.
En rapport direct avec cet article du Figaro de Jean Raspail – et plus particulièrement en rapport avec ce passage – on peut écouter [ou télécharger] le passage de Guillaume Faye dans son avant dernier passage sur Radio Courtoisie dans (la première partie de) l’émission (du 30-10-02) d’Olivier Pichon ici : http://www.megaupload.com/?d=KOVMKU69 pour la parution d’AVANT-GUERRE (2002), et dont j’avais déjà retranscrit des passages de cette émission dans mes deux premiers posts de cette page :
http://kalayuga.frbb.net/mondo-2007-f5/guillaume-faye-t938-40.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-Pierre TILLENON
Tapette bobo du tertiaire
Tapette bobo du tertiaire


Masculin
Nombre de messages : 6
Date d'inscription : 16/11/2006

MessageSujet: Re: Guillaume Faye   Jeu 8 Nov 2007 - 3:07

Il me semble, finalement, que le réel problème posé par Guillaume Faye, est bien au-delà des états d’âme subjectifs et des interprétations concernant quelques diffamations, trahisons, calomnies, fantaisies, canulars, délires humoristiques etc… Une analyse constructive s’impose.

Le problème est très intéressant pour comprendre ce que nous devons faire. Il est, je pense, très objectif. Face à l’impérialisme islamo arabe en Europe qui le révolte, Guillaume Faye, depuis quelque temps, s’est orienté vers une tentation pour l’impérialisme cosmopolite américain anti arabe.

C’est une grave erreur qui se répète souvent dans l’histoire. Elle surgit quand des combattants très actifs, comme lui, sont déçus par leur propre peuple passif et inconscient qui ne les suit pas. Effectivement, le peuple préfère aujourd’hui rester un grand tube digestif de la société de consommation.

Le peuple se vautre dans la soumission et la collaboration. Les « résistants » conscients rejoignent alors, comme cela arrive souvent, un impérialisme qui pourrait les aider à se débarrasser de leurs envahisseurs.

Cette erreur fut, par exemple, celle d’une fraction du mouvement nationaliste breton et d’autres mouvements de libération pendant la seconde guerre mondiale. Les Bretons cherchèrent à profiter de la victoire passagère du pouvoir impérialiste allemand pour se libérer du pouvoir impérialiste français puisque le peuple breton ne les suivait pas. On connaît la suite…

Seules les petites nations européennes, nommées péjorativement « régions » ou « provinces » par les États nations constituent l’Europe authentique. C’est cette Europe que nous devons projeter dans une future postmodernité. Les « Régions » forment le grand peuple européen, contre les États nations impérialistes qui ont toujours cherché à les soumettre, les neutraliser. Ils les ont même poussées à s’exterminer entre elles dans des guerres qu’ils ont organisées pour cela, comme en 14/18.

La libération européenne se fera grâce à un mouvement dialectique de l’histoire en opposition aux deux grands envahisseurs de l’Europe et de ses États nations collaborateurs. Ces deux impérialismes se complètent. Le premier, « arabo musulman » a besoin du soutien du cosmopolitisme américain, de son idéologie du métissage, pour justifier sa conquête. Le deuxième a besoin de l’invasion des premiers pour faire perdre toute conscience d’enracinement national aux peuples d’Europe et ainsi pouvoir les dominer et les gouverner.

Seules les petites nations, les peuples de culture, constituent la seule vraie Europe réelle à mettre en forme politique. À plus forte raison, l’addition de leurs mouvements de libération constitue le mouvement de libération de l’Europe, c’est-à-dire le « mouvement européiste » de la grande fédération.

Ce mouvement ne peut pas se permettre de demander, sans se discréditer, une aide au camp des oppresseurs. C’est malhonnête et stupide. C’est un dérivatif, un mensonge dialectique. C’est un pis-aller opportuniste de combattants désemparés quand ils sont perdus, en totale contradiction avec eux-mêmes. Déboussolés, ils avouent leur impuissance comme les naufragés sur un radeau font appel au paquebot qui a fait couler leur bateau...

Le fondement même de tout mouvement de libération d’un peuple, aujourd’hui comme hier, c’est une réaction contre l’aliénation, quand ce peuple devient « autre » que lui-même. Chez nous, cela fait suite à l'occupation, à la colonisation des peuples d’Europe par des populations et des systèmes politico-religieux qui leur sont étrangers.

Ceci est la suite logique des systèmes politiques internes de l’Europe physique. C’est le résultat des nationalismes des Etats nations. Ils ont organisé la fragmentation, le génocide des peuples européens depuis le 19e siècle pour les neutraliser. Ils ont ainsi rendu possible l’actuelle invasion par la chute démographique en Europe divisée.

Le mouvement européiste de libération est donc forcément constitué des mouvements de libération des petites nations aliénées. Il doit créer un nouvel ordre international. Ce nouvel ordre ne peut naître que sur les ruines des impérialismes qui détruisent les petits peuples d’Europe et du monde. Ils détruisent même aujourd’hui l’équilibre naturel de la planète, comme l’impérialisme marchand du mondialisme cosmopolite américain.

Les combattants du mouvement européiste de libération sont des artistes historiens, des créateurs. Ils ont pour mission de faire exister ce qui n’existe pas encore. Ils ne peuvent donc que refuser toute espèce de compromission avec quelque impérialisme que ce soit, avec ce qui existe déja. Demander secours à une puissance impérialiste particulière, ou flirter avec elle, contre un autre impérialisme équivaut à renforcer l’impérialisme en général. C’est donc combattre le fondement même du mouvement de libération européiste.

Guillaume Faye a eu, maladroitement, la bonne idée de poser un problème philosophique fondamental. La solution, c’est de structurer, coordonner tous les mouvements de libération en Europe. Ainsi ils pourront créer un vrai mouvement puissant de libération.

Il pourra alors devenir, historiquement, le germe d’un État fédéral européen de Brest à Vladivostok. Une nouvelle civilisation peut naître de cette nouvelle grande communauté humaine. Elle peut prendre une nouvelle forme historique, être un nouvel archétype dans l’histoire pour sauver l’humanité aujourd’hui alarmée par sa possible disparition.

Elle peut devenir exemplaire pour cette humanité menacée, en cette fin de modernité, en appliquant une philosophie pratique quotidienne, un nouveau savoir-vivre. Elle pourra acquérir son indépendance politique économique et culturelle. Ses adeptes n’auront plus besoin de recourir à une puissance étrangère ennemie car ils auront eux-mêmes la puissance d’un nouvel ordre chez eux.

Yann-Ber TILLENON. 07 11 07

---------------------------------------------------------------------------------

l'Omnivore Sobriquet a écrit:
Sur l'idée suivante, exprimée à plusieurs reprises :
Jean-Pierre TILLENON a écrit:

Seules les petites nations, les peuples de culture, constituent la seule vraie Europe réelle à mettre en forme politique. À plus forte raison, l’addition de leurs mouvements de libération constitue le mouvement de libération de l’Europe, c’est-à-dire le « mouvement européiste » de la grande fédération.
Je suis en désaccord total.
Oui, les 'petites nations', c'est à dire les régions, telles la Bretagne, la Flandre belge ou l'Ecosse ou le conté Niçois, sont des éléments constitutifs d'identité. Elles sont les organes précieux. C'est d'ailleurs un fait universel, lié à la définition d'un "pays", organe géographique et historique et ethnique assez homogène, et ce n'est pas spécialement européen. (Et l'on pourrait discuter que justement, le fait européen tient lui dans ses états-nations, caractéristique, que "l'Europe est forte de ses nations", mais ce n'est pas exactement mon but ici.)
Mon but est de bien poser que la 'petite nation', la région n'est pas l'échelle la mieux adaptée pour les pouvoirs politiques.

- D'abord elle est trop 'mono-source', et donc fragile. Un peu de diversification est le b-a-ba d'une construction politique. ('pérenne', 'durable' etc.)

- Ensuite elle est trop petite. Survienne la découverte d'un champs pétrolifère dans un de ses cantons et hop c'est fini : la 'petite nation' finira de gré ou de force vendue dans les bras des grands pouvoirs mondiaux, par exemple les gros intérêts pétroliers. Question de taille, tout simplement. Une région culmine avec une université et un grand hôpital. Option Aéroport international peut-être. C'est la limite, le sommet de l'organe unique.

- Enfin, de par leurs petites tailles de régions même, l'intégration européenne de toute cette mosaîque fait que, forcément, elles y seront nombreuses. Très nombreuses. Un véritable bottin en fait, plusieurs centaines. Passer directement de la région à l'empire continental sans échelle intermédiaire a quelque chose d'intrinsèquement mauvais, pervers même. Alors, pour le prince du palace impérial (le continent est impérial de part sa taille même), à l'écoute des lobbies (l'outil politique le mieux adapté à cette échelle impériale), et bien... dealer une Bretagne ou deux à l'industrie du porc en boité, c'est dans l'ordre logique des choses... Un bon calcul. De part sa taille même, la 'petite nation' une fois intégré dans l'immense herse continentale ("faisant" l'Europe...), n'est qu'une ligne dans un listing. Un terme dans une somme. Des baies enchanteresses patrimoine-'éternel' de l'humanité devant Dieu, l'Europe en possède plusieurs milliers... alors...

L'échelle intermédiaire, la nation, la vraie nation, qui n'est en rien impérialiste par nature, mais simplement mi-charnelle ('organique', 'régionale', donnée par la nature géographique etc.), et, oui, mi-utopique ('révée', 'décidée', 'faite'), elle ne possède que QUELQUES régions, qu'elle combine et qu'elle chérie. Dont elle dépend absolument. Il n'y a plus de bottin ici, plus 'd'effet bottin', donc un certain particularisme sévit : pas de pétrole ici... "a serptered isle" là-bàs... mais on a déjà une meilleure assise, variée, sur QUELQUES régions aux identités 'fortes' (protégées en fait..) tout en restant solidement entravée par les données de la nature, cette 'loterie', ce qui est une bonne chose pour rester les pieds sur terre alors que la puissance apparait. Cette fois-ci des universités on en a une petite dizaine, et en combinant intelligemment...

Bref il ne nuit point de le répéter : la commune c'est la cellule, la 'petite nation', la région donc, c'est l'organe, l'état-nation c'est l'homme, le continent/bloc civilisationnel c'est la congrégation, et le monde c'est la multitude.
Si je ne servais qu'à une chose sur ce forum....

Désaccord total, ou partiel, ou pas... Peu importe. La réalité est là. Il suffit de prendre le métro, de sortir dans les rues des capitales des Etats nations d’Europe pour constater le résultat de leur travail depuis un siècle.

Tu peux toujours te crever les yeux pour ne pas voir le réel. Cela changera-t-il quelque chose ?... Je pense qu'il faut être bien naïf pour croire qu’on peut changer quoique ce soit, en général, à l'aide de ce qui à toujours été contre ce changement.

Ne faut-il pas être candide, en particulier, pour penser qu’on va construire l’Europe avec des États qui ont toujours tout fait pour la détruire en faisant massacrer ses habitants ou en en faisant aujourd’hui des zombies téléspectateurs manipulés ?... Voir « Le viol des foules » de Serge Tchakhotine…

Nous ne pouvons que faire ce constat : Les États nations ne sont pas européens. Ils sont les traîtres, fossoyeurs de l’Europe. Ils sont les collaborateurs du mondialisme, des frères ennemis américains et musulmans qui nous envahissent et nous dominent. Seuls les États–régions d’Europe peuvent créer une alternative à la destruction programmée de la planète par cet actuel système mortel dans les années qui viennent.

Nous devons être « Européens ». C’est à dire « visionnaires » (c’est la traduction de « Eur opt » en grec ancien). Pour cela nous devons créer les bases d’un nouvel ordre, d’un nouveau système de production, campagnard, villageois, décentralisé...

Il pourra peut-être servir de nouveau modèle à l’humanité et remplacer l’actuel modèle américain. Ce modèle représente à lui seul, 52 % de la consommation mondiale de pétrole !!!... Donc, 5% de la population mondiale (300 millions d’habitants) sont responsables de plus de la moitié de la pollution de la planète !!!

Ca, c’est du concret. Le reste, c’est de l’idéologie. C’est de la vaseline intellectuelle pour endormir le populo afin que rien ne change, pour faire durer… En attendant la catastrophe…

------------------------------------------------------------------------------

Ritoyenne a écrit:
Citation :
Nous devons être « Européens ». C’est à dire «
visionnaires » (c’est la traduction de « Eur opt » en grec ancien). Pour cela nous devons créer les bases d’un nouvel ordre, d’un nouveau système de production, campagnard, villageois, décentralisé... Il pourra peut-être servir de nouveau modèle à l’humanité et remplacer l’actuel modèle américain.
Et tu parles de concret ? Tout ça c'est de la fable, désolé. C'est vivre ailleurs.
"Vivre ailleurs", Oui, tout à fait! "Autrement" du moins, et concretement, oui. C'est de la philo pratique, possible, à mettre en application. Changer "la société", c'est déjà changer "soi-même" puisque nous sommes dedans. Les "fables" sont d'ailleurs des enseignements cachés, très subtils transmis à cet effet à travers les générations!!!... Bonne nuit!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ajax
Résistant anti-système
Résistant anti-système
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1521
Date d'inscription : 21/11/2006

MessageSujet: Re: Guillaume Faye   Ven 9 Nov 2007 - 1:17


3Rules4Europe a écrit:
Thundaar a écrit:
Comme je l'ai dit, il y a malgré tout un intérêt pour les Européens, selon Faye. Faire sauter le supposé carcan du fait de la diabolisation de certaines idées, et avec la complicité même de ceux qui actuellement les dénonceraient de manière répétée. C'est un faux calcul, c'est sûr, mais c'est très vraisemblablement ce que fait Faye. Il y a donc un évident intérêt selon certains... Ce qui est sûr c'est que la Grande Europe ne naîtra pas avec l'aide d'une certaine communauté, mais que la Grande Europe est indispensable pour l'avenir d'un certain petit état. Faye parie sur ça.
Le petit état dont tu parles est cuit, Grande Europe ou pas. Le petit état se réveille chaque matin avec une rasade de roquettes fabriquées avec du sucre et des tuyaux de plomberie, tirées depuis des faubourgs faméliques bourrés de marmaille et de bonnes femmes entchadorées qui crèvent comme des mouches à chaque fois qu'ils ripostent à coups de missiles ou d'opés coûtant 10000 à 100000 fois plus chers que les moyens susmentionnés. Ce n'est pas tenable aussi bien humainement qu'économiquement, c'est aussi simple que cela.

Je veux bien croire qu'il puisse y avoir un calcul dans les propos de Faye, mais d'une part ce calcul est inutile vis-à-vis des Juifs (disons-le franchement, Faye est grillé vis-à-vis d'à peu près tout le monde en France, y compris et surtout vis-à-vis des Juifs, il n'y a qu'à voir le compte-rendu de ses interviews dans son dernier livre. Seuls les Russes, et encore, n'ont pas d'a priori à son sujet...) et d'autre part le carcan de la diabolisation de certaines idées existe et Guillaume Faye a bien fait de s'y attaquer. Mais comme le montre encore une fois une lecture attentive de son dernier livre, on peut se rendre compte qu'il s'y prend mal. Peur du procès, envie de pouvoir dire en parallèle des choses qu'il a sur la patate depuis longtemps. Je n'en sais rien. En tout cas, une chose est sure, Faye en sait beaucoup plus long sur le sujet qu'il ne veut bien l'admettre, et je crois qu'il se restreind volontairement pas tellement vis-à-vis du pouvoir législatif, mais surtout vis-à-vis des historiens d'opérette de la mouvance qui ne comprendraient rien à ce qu'il dirait, s'il déballait VRAIMENT le morceau sur ce qu'il s'est passé à l'époque.

Oui, Stahler, tu es un historien d'opérette, avec des fétichismes grotesques, qui s'imagine qu'un jour on ira couper le gui, et danser nus sur les sources sacrées en compagnie des Albanais et tutti quanti. Tes conneries de Dieux n'ont jamais fait vivre personne, les Dieux de l'avenir ne sont pas à copier mais à réinventer... Tant que tu n'auras pas compris cela... Diable 01

Tant qu'on parle de Guillaume Faye, j'aimerais porter à la connaissance des intervenants de ce forum un excellent texte de sa plume, au sujet de Giorgio Locchi. Il est disponible à cette adresse :

http://www.uomo-libero.com/images/file/reflexions.html

Il y a deux passages de ce texte qui mérite beaucoup d'attention :
Citation :
Il (Giorgio Locchi) se demande si « les régimes fascistes de la première moitié du XXe siècle [ ne sont pas ] apparus trop tôt, prématurément » et ne doivent pas leur surgissement à « des circonstances fortuites qui, en apparence et seulement en elle, anticipaient le futur prévu par Nietzsche. »

Dans le passage suivant, les italiques sont de l'auteur :

Citation :
Cette diabolisation du fascisme trouve sa cause première dans les atrocités auxquelles se serait livrée l’Allemagne nationale-socialiste avant sa défaite militaire. Mais l’argument tient mal puisque bien d’autres idéologies et systèmes politiques (les régimes communistes, les États-Unis, Israël, l’islamisme, etc.) ont perpétré et commettent des “crimes contre l’humanité” ou des “crimes de guerre” bien avérés, cette fois-ci, et jamais reconnus comme tels, jamais sources de diabolisation. L’anathème contre le fascisme date en réalité des années trente, avant les prétendues “atrocités” allemandes, et fut initié par la Guépéou soviétique, immédiatement relayée par les régimes “démocratiques” occidentaux.
Rien que ces deux extraits devraient pousser les contempteurs de Guillaume Faye à réfléchir un brin, avant de le persiffler... Siffle

Citation :
Il y a deux passages de ce texte qui mérite beaucoup d'attention :

Citation :
Il (Giorgio Locchi) se demande si « les régimes fascistes de la première moitié du XXe siècle [ne sont pas] apparus trop tôt, prématurément » et ne doivent pas leur surgissement à « des circonstances fortuites qui, en apparence et seulement en elle, anticipaient le futur prévu par Nietzsche. »
Mouais. Entre Nietzsche et le fascisme, il y a 14-18 que Nietzsche avait prévu et dont il n'avait pas préfiguré l'ampleur car Nietzsche ne pouvait deviner qu'il put y avoir des Nivelle. C'est l'ampleur de 14-18 qui a conditionné notre monde et donc le fascisme, pas la guerre elle-même.

-----------------------------------------------------------------

3Rules4Europe a écrit:
De son propre aveu, Guillaume Faye n'est pas un idéologue, c'est un théoricien, je pense d'ailleurs que Jean-Pierre Tillenon pourra confirmer.

Il développe des théories dans l'espoir que quelqu'un prendra le relai avec une idéologie convaincante et qui ne sera pas en contradiction avec ce qu'il estime être juste et en adéquation avec la réalité.

Il limite volontairement l'expression de ses théories à ce qu'il lui semble utile, et essaie de laisser de côté ce qu'il juge superflu, ce qui forcément crée la polémique, et les procès d'intention. Vu que ses théories ne manquent pas de pertinence, il crée aussi la jalousie...

Bref ses "idéochocs" ne laissent personne indifférent, en bien ou en mal, mais force est de constater que personne n'a encore pris le relais de son travail...

Parce que c'est difficile en fin de compte. C'est très facile de dire "je suis contre l'islam", "je suis contre Israel", "je suis contre l'Amérique", "je suis contre les états-nations européens fossoyeurs des identités charnelles" mais c'est beaucoup plus difficile de dire "je suis pour quelque chose", parce que ce quelque chose a intérêt à être neuf, et à n'avoir jamais été tenté, au moins sous sa forme actuelle. Si tu montres, ou si tu laisses simplement penser que tu pourrais être pour quelque chose qui a déjà existé, tu tomberas toujours sur quelqu'un qui aura une dent contre ça. D'où la difficulté du travail d'idéologue : comme dirait Guillaume Faye lui-même encore une fois, l'idée de révolution est en friche, elle fait peur, il n'y a plus beaucoup de candidats... Siffle
Ne pas confondre "manieur d'idées" / idéologue / intellectuel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Snake Plissken
Grande gueule qui pisse pas loin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 682
Age : 45
Date d'inscription : 28/06/2007

MessageSujet: Re: Guillaume Faye   Ven 9 Nov 2007 - 4:36

pas mal, la métaphore biologique de l'OS


mais je préfère la métaphore architecturale, d'ou la question : si la nation est la maison, la région ce sont les pièces, le continent le village ou le quartier et le monde la grande ville
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomas Demada
Marxiste tendance Groucho
Marxiste tendance Groucho
avatar

Masculin
Nombre de messages : 671
Age : 36
Localisation : VoxNR Nancy
Date d'inscription : 29/11/2006

MessageSujet: Re: Guillaume Faye   Ven 9 Nov 2007 - 6:01

On parle "Empire", "Combattant", "Renaissance"...

On parle surtout d'un type qui donne des conférences armé d'une mousse dans l'arrière-salle d'un "Campanil".

Je n'ai peut-être pas une lecture ésotérique de Nicolas mais il me semblait que "Le Prince" était surtout une recette pour prendre et tenir une seigneurie, rien de plus... D'ailleurs tout ce qu'il a lui-même appliqué a échoué...

Ni de Gaulle, ni aucun homme d'état sérieux, n'a jamais avoué la lecture de Machiavel. Faye, lui, en tartine ses ouvrages. Est ce qu'un bon machiavélien professe publiquement son machiavélisme?

Guillaume Faye continue à concocter ce qui lui valait un demi-succès à l'antenne de Skyrock: des canulars... Il a la verve et le talent suffisant pour les faire tenir longtemps, le possédé (dans tous les sens du terme) ne demandant qu'à croire...

Gageons que son foie le lachera avant ses nouveaux amis américano-sionistes... La cirrhose l'aura avant les poignards yéménites.

Comme avec Beketch les féaux masqueront les ravages de la bouteille derrière une pathologie quelconque. Voilà des feufs qui partent d'une manière très enracinée, très terroir: "Crevons gaulois!".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.voxnr.com
l'Omnivore Sobriquet
Idiot utile
Idiot utile
avatar

Masculin
Nombre de messages : 713
Age : 51
Localisation : France
Date d'inscription : 02/12/2006

MessageSujet: Re: Guillaume Faye   Ven 9 Nov 2007 - 12:57

Cher Tillenon, tu n'argumentes pas, tu dis que tu détiens la clairvoyance par simple agitat de l'hochet 'européen' et que, en ce qui me concerne, "Tu peux toujours te crever les yeux pour ne pas voir le réel. Cela changera-t-il quelque chose ?..." Or ma vision est d'avenir et est charpentée, je la répèterai à l'occasion, mais ça va tourner à la monomanie et je ne souhaite pas clapoter du tambourin tel le Thundar des bois. Donc juste ça, qui nous est si inlassablement jeté à la figure :

Citation :
Je pense qu'il faut être bien naïf pour croire qu’on peut changer quoique ce soit, en général, à l'aide de ce [la nation] qui à toujours été contre ce changement. Ne faut-il pas être candide, en particulier, pour penser qu’on va construire l’Europe avec des États qui ont toujours tout fait pour la détruire en faisant massacrer ses habitants ou en en faisant aujourd’hui des zombies téléspectateurs manipulés ?... Voir « Le viol des foules » de Serge Tchakhotine…
En quoi l'échelle provinciale nous protègerait des massacres ethniques, particulièrement massifs ? En quoi l'échelle mafieuse-diasporale, 'familiale' ou communale ou 'des cités' nous protègerait des massacres 'familiaux', des 'quartiers', communautaires, particulièrement cruels et totaux ? En quoi l'échelle impériale, continentale, nous protègerait des massacres impériaux, continentaux, particulièrement massifs ?

Pourquoi l'échelle nationale serait "toujours contre" le changement ? Pourquoi l'échelle nationale serait par elle-même porteuse de massacres ? alors que justement elle est par construction déjà conciliante entre QUELQUES identités internes rivales (différentiées quoi), et dont sa vie même dépend de la bonne santé de toutes ? Alors que je le répète, une Europe uniquement 'méta-régionale' sans nation avec ses trois cent cinquante douze régions peut parfaitement décider de sacrifier une Corse et demi ou deux aux essais nucléaires grandeurs, c'est structurellement une décision logique et défendable. (défendable par des lobbies, au 'mieux'... Au mieux adaptés à cette myriade centralisée de centaines de petites taches.)

Enfin, en quoi les échelles nationales européennes seraient hostiles à une construction d'échelle continentale intelligente, lucide de ces qualités d'échelle, et... européenne ?? Européenne c'est à dire faite de nations riches et fortes (et belles), de nations fille d'Europe détenant parce que les utilisant au mieux l'essentiel des pouvoirs politiques, y compris internationaux (cosmiques mêmes!). L'échelle continentale peut avoir des pouvoirs ou des 'points d'appuis' politiques, mais il faut qu'elle soit viable, donc faite de nations (sinon c'est le caprice aztéco-pharaoniste chinois, avec 'pleins de tâches'), et sa principale vertu est de dire la civilisation, européenne. La rappeler et éventuellement trancher les différents rares entre nations souveraines, européennes quoi. Oui, ça vaut le coup.

Mais je me répète...

------------------------------------------------------------------

Celtic Zaku a écrit:
Moi à titre personnel , je considère la Fraznce comme l'un des pays qui a le plus trahi sa propre civilisation. Déja, pendant la monarchie, François Ier et Louis XIV avaient déja trahi leurs frères Européens en s'alliant aux Ottomans qui assiégaient Vienne. Qu'aurait été l'Europe si les Ottomans avaient gagné ?

La France a toujours trahi l'Europe. Ce que j'aimerai dire surtout, c'est que la France a toujours tourné le dos à la Civilisation Européenne. La page coloniale en Afrique du Nord et Afrique Subsaharienne en est un bel exemple. Tout comme l'envoi de milliers de tirailleurs Noirs et Maghrébins, jetés dans le front par les Français contre d'autres peuples Européens. Il n'y a pas plus grande trahison que d'envoyer d'autres peuples tirer contre des frères... La France s'en est vantée, mais aujourd'hui la France paye pour ses trahisons. Mais le plus triste est que, dans sa chute continuelle, la France risque d'entrainer toute l'Europe de l'Ouest dans sa mort inéluctable.

Car , sans vouloir me répéter , aujourd'hui , c'est quoi être Français ? Ben tout simplement , adhérer à une idée vague d'universalisme de bas étage, utopique de sucroit, utopie mortelle, ce qui est encore pire. La vérité est que la France n'a plus d'identité. Elle n'est plus Européenne car, depuis le XVIème siècle , elle est "Anti-Européenne" par définition. Tout a été fait pour que les Français ne se sentent pas Européens mais se sentent les "gardiens" d'un paradis universel qui n'existe pas. La France a tué son identité charnelle, en écrasant la culture Bretonne, qui malheureusement pour la France, est toujours vivace. Je ne parle pas des autres identités régionales comme la Corse, l'Alsace, la Savoie, etc... Et oui , on peut dire avec fierté que le Jacobinisme moralisateur, égalitariste, utopique et destructeur n'a pas réussi à tuer celles-ci, et on peut s'en féliciter.

Pourquoi la fameuse assimilation ne marche pas ? Oui oui celle prôné par Saint-Soral et la Sainte-République : Tout simplement parce que l'universalisme dit "Français" n'a jamais été une identité valable, qu'elle a toujours été creuse, et surtout abstraite. Comment adhérer à la culture dite "Française" si les immigrants ne la trouvaient pas ? Tout simplement parce que les identités "charnelles" avaient été vilipendés, mise au pilori Jacobin .

Je connais un bon exemple d'assimilation concrète : Une amie d'origine Cambodgienne s'identifiant à la Bretagne, mariée à un Breton et dont le fils s'appelle Erwan et connaissant , un peu certes , la langue Bretonne.

J'attend toujours un exemple concret d'assimilation via l'Universalisme Jacobin que les Soraliens défendent bec et ongle. Il doit bien y avoir des exemples mais quels sont ils ? De simples adhésions à un corpus juridique compliqué (plus de 500.000 lois pour la Ripoublique Française, on peut pas faire plus totalitaire, à part le Communisme ou l'islam peut-être...) dont finalement, on ne sait plus trop comment s'assimiler à la France, tant il est vrai que tout cela est flou, surtout pour des gens extra-européens. Si vous y ajouter le nombre exponentiel, cela rend le problème insoluble...

N'oublions pas non plus que c'est la France et son Républicanisme Jacobin qui a mis le feu aux poudres en 1914. La IIIème république (ou Ripoublique) a poussé à la guerre afin d'imposer son utopie et écraser les Grandes Aristocraties, héritières de "l'Ordre Européen", chose fort réussie par ailleurs... Avec le résultat que l'on connait : Ecrasement d'une certaine identité Européenne (véritable), des millions d'Européens morts pour une guerre inutile, sauf pour les Jacobins illégitimes, bien sûr, qui eux ont détruit l'unité de l'Europe et dont la seule motivation était de "récupérer l'Alsace-Lorraine à ces Sales Boches..." et de détruire une bonne fois pour toutes les Grandes Aristocraties, héritière de l'esprit Européen, aristocratique par nature.

Et puis en 1918, cela doit vous faire plaisir chers Soraliens Jacobins : En 1918, c'était les Etats-Unis qui passaient devant les Nations Européennes et qui finirent par les soumettre, sauf l'Allemagne .

En 1871, à titre personnel, j'aurais applaudi à la victoire des Prussiens, Européens fiers comparés aux Français traitres.

La bataille de Sedan, le Chemin des Dames... Que de belles sonorités dans mon oreille... Quand la France Jacobine perd, c'est l'Europe en général qui se sent mieux.

Donc, pour conclure je dirais que les Etats-Nations sont complètement dépassés, devenus des méduses molles et inertes, vidés de tout sens quelqu'il soit, mais tout cela est une très bonne chose.

Je déteste l'Europe de Bruxelles qui est l'Anti-Europe par excellence, mais par bien des égards, cette construction Européenne fut le fruit de la France Jacobine et d'une Allemagne soumise (aux diktats Etatsuniens et Français) et que ladite construction n'est en fait que le prolongement idéologique ... De la France Jacobine ?

L'Europe des Nations, c'est bel et bien celle-ci, celle de Bruxelles, désolé. Voila vous l'avez !

Alors oui, comme Tillenon, John, Fundaar ou d'autres, je préfère aussi la Grande Europe, celle qui va de Brest jusqu'aux Iles Sakhalines et que cette Europe doit il est vrai, se faire , sur un projet révolutionnaire avec des grandes "régions" (je déteste le terme région, véritable mot-piège...) centrées autour d'un Fédéralisme Européen puissant.

Pour ce genre de projet, je pourrai le comparer à l'Empire Allemand, qui était divisé en plusieurs principautés, avec à leurs têtes les "Princes-Electeurs"... Une belle ébauche pour la Grande Europe.

Je crois de plus en plus que la révolution Européenne ne fera pas avec la France républicaine. Les Soraliens ne sont pas révolutionnaires mais des réformateurs d'un système mort, alors que pour l'Europe tout est à faire.

Citation :
La France a toujours trahi l'Europe .
La France s'est toujours opposée à l'empire.

Citation :
Pour ce genre de projet , je pourrais le comparer à l'Empire Allemand , qui était divisé en plusieurs principautés , avec à leurs têtes les "Princes-Electeurs" ... Une belle ébauche pour la Grande Europe .
Que l'on prenne l'empire allemand avec ses principautés ou la RFA actuelle avec ses Länder, il y a un point très important qu'il faut voir : c'est la taille. Le changement de taille. Ce qui marche bien (supposons..) dans la RFA actuelle, c'est que des Lânder, il n'y en a que neuf (environ.) Même chose, environ, pour les principautés du Reich. Garder ses Länder comme briques de base de l'Europe c'est en fait tout changer. Parce que conservés à l'identique, ces Länder ou eurorégions passent au nombre de 350 environ, ce qui change tout.

Relativement entre l'entité centrale et ses briques constituantes, tout change selon que celles-ci sont une table ronde de neuf ou un troupeau de 350. Si l'on veut conserver la bonne proportion, alors il faut agrandir ces 'Länder', jusqu'à... ce qu'ils aient la taille des état-nations européens actuels, France, Espagne etc. Et alors fatalement ceux-ci engloberont QUELQUES régions distinctes et auront donc deux jambes, deux bras, des mains agiles et une forte tête. Ces nations seront de part leur taille seule, des 'hommes', et n'auront besoin de personne pour accomplir le meilleur et surtout pas d'un hangar à bestiaux.

J'ai avec les 'européïstes' le même rapport qu'avec les régionalistes identitaires, c'est à dire que j'apprécie leurs motivations et compétences propres, de leur échelle favorite. Pour l'Europe-le continent, c'est la civilisation, c'est la paix gendarme entre 'les hommes' (les nations), toujours susceptibles par leur vertus propres de graves échauffourées, voire de haines tenaces et raisonnées; l'Europe dispose d'autre part de 'l'échelle supermarché' et est donc un partenaire privilégié pour fournitures diverses (le catalogue complet.) La région, elle, c'est le dolmen, c'est la soupe au pistou, la racine, et l'ethnie.
Les uns et les autres me conviennent tant qu'ils n'oublient pas l'échelle nationale, tant qu'ils ne se méprennent pas à son endroit, tant qu'ils ne cherchent pas à la trucider.

------------------------------------------------------------------

3Rules4Europe a écrit:
Si on trucide l'échelle nationale française, moi non plus, je ne la regretterai pas, parce que comme le dit Celtic Zaku, ce n'est pas un modèle assimilateur viable, ou du moins qui n'est plus viable.

Cela s'explique sûrement rien qu'au niveau de l'histoire de France elle-même. Qu'est-ce que la France ? C'est un pays qui a été créé par les Francs, sur une portion du territoire de l'ancien Empire romain, conquise sur les Gaulois, qui eux-mêmes s'étaient installés sur le territoire des Ligures, etc... Bref, il y a peu de pays en Europe, qui ait eu à subir autant de couches de modèles assimilateurs. Je ne dis pas que cela a été complet à chaque fois, mais c'est un phénomène ancien, et comme tout ce qui est ancien, il est normal que cela ait fini par casser plus tôt... Je dirai au moment de la Révolution française, quand on essayé de remplacer la (trop) vieille religion catholique romaine par le pseudo-culte pagano-maçonnique de l'Etre suprême, entre autres conneries de l'époque...

Gratter les couches susmentionnées me paraît une idée politique intéressante, à partir du moment où cela n'aboutit ni à des microrégionalismes paralysants, ni à un jacobinisme grand-européen. Je serais plutôt favorable à des courants irrédentistes intereuropéens, de nombre limité mais de grande ampleur, susceptibles de constituer des PILIERS à partir des BRIQUES que seraient les régions, et outrepassant les trop simplistes (et encore entachées de sang frais!...) divisions entre Celtes-Latins-Germains-Slaves, peut-être en prenant pour point de référence des éléments encore plus archaïques.

C'est sûr qu'il y aurait du boulot à faire, rien qu'au niveau linguistique, mais je pense que ce n'est pas le plus insurmontable. Qui se ressemble s'assemble, et à coeur vaillant rien d'impossible...

Franchement, quand je vois la tête d'un Auvergnat et que je la compare à celle d'un Piémontais ou d'un Croate et quand je vois la tête d'un Normand et que je la compare avec celle d'un Norvégien, ou d'un Danois, je me dis pourquoi ces gens ne pourraient pas se réunir, d'abord chacun de leur côté, et ensuite dans un cadre grand-européen, plutôt que de continuer à vivre sous un drapeau sur lequel tout le monde crache, et à chanter un hymne national que tout le monde siffle ?!...
Douce France Angel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Misanthrope modéré
Valet apatride du Grand Capital
Valet apatride du Grand Capital
avatar

Masculin
Nombre de messages : 58
Date d'inscription : 07/10/2007

MessageSujet: Re: Guillaume Faye   Dim 11 Nov 2007 - 5:43

l'Omnivore Sobriquet a écrit:
Celtic Zaku a écrit:
La France a toujours trahi l'Europe .
La France s'est toujours opposée à l'empire.

Je dirais plutôt "la France s'est toujours opposé à ce qu'un autre pays qu'elle ne soit l'empire". François Ier s'est bien porté candidat au trône du Saint Empire Romain Germanique. Donc, les Capétiens, s'ils avaient pu être empereurs universels, n'auraient pas dit non, à mon avis. C'est de cette façon qu'il faut comprendre, à mon sens, la maxime : "le Roi est empereur en son royaume" : "faute de pouvoir l'être dans l'absolu, ce qui serait encore mieux".

Il serait certainement naïf de penser que quiconque à la place des Rois ne raisonnerait pas ainsi au fond de lui. Il est d'autant plus confortable d'être "particularistes" que nous ne sommes pas en situation de bénéficier des bienfaits de l'universalisme(/impérialisme/colonialisme ou ce que vous voudrez).

C'est pourquoi je pense que le "souverainisme" ne saurait sérieusement être entendu comme un absolu, un concept se suffisant à lui même. Pour Jean Bodin, le grand théoricien de la souveraineté française face à l'Empire et la Papauté :

sens-public.org a écrit:
la souveraineté n'est parfaite que si elle est entière et ne subit aucune exception, c'est-à-dire qu'elle ne peut être ni divisée, ni partagée, n'avoir ni supérieur ni égal, ni se heurter à la résistance de ses sujets.

http://www.sens-public.org/spip.php?article385

Mais, à ce moment là, puisque la souveraineté ne saurait être que parfaite, on se demande bien pourquoi elle admettrait quelque limite géographique que ce soit. Pourquoi une souveraineté parfaite (pléonasme, donc) se bornerait-elle aux frontières de "l'Hexagone" ? Dès lors que la souveraineté est un concept à ce point absolu, il paraît difficile de justifier un apologie générique de "la souveraineté des nations", c'est-à-dire un souverainisme à la fois stato-national dans son objet et universel dans sa portée, en amont de tout parti pris en faveur d'aucune nation particulière. Pour le dire autrement, un principe universel de souveraineté nationale dont procéderait, comme corollaire seulement, la défense de chaque souveraineté nationale à égalité avec les autres.

Au contraire, puisque chaque souveraineté ne se conçoit guère qu'absolue, je considère qu'un nationaliste ne défend la souveraineté des autres nations que de manière intéressée, dans la mesure seulement où défendre la souveraineté des autres face à quelque empire fait le jeu, éventuellement, de notre souveraineté à nous. Dans cette optique, l'on peut opposer une fin de non-recevoir à ceux qui nous disent :

-> Si vous êtes cohérents en tant que souverainistes, vous devez vous opposer à l'impérialisme/sionisme et défendre tout peuple opprimé.
-> Si vous êtes cohérents en tant que souverainistes, vous devez défendre l'Etat-nation israélien qui n'a pas moins le droit d'exister que les autres Etats-nations.

Tout Etat-nation naît fatalement d'une violence arbitraire, dont témoigne encore le dessin également arbitraire des frontières qui le séparent de l'extérieur. Il est vain de vouloir laver ce "péché originel" de l'Etat-nation. Les tentatives pour théoriser la légitimité des frontières indépendamment de la force sont intéressantes mais aucune ne paraît sans faille (ni le principe des nationalités de Wilson, ni l'ethnisme de François Fontan, etc.). Si l'on pose qu'aucune nation ne saurait en opprimer une autre, comment empêcher que telle fraction d'une population excipe de je ne sais quel particularisme pour revendiquer sa sécession d'avec l'Etat central accusé de "colonialisme" ? Ce fut le cas de la Padanie, qui ne voulait pas payer d'impôts pour les Napolitains. Selon ce principe (proudhonnien, il me semble) que n'importe quelle collectivité doit pouvoir faire sécession d'une autre, l'on pourrait, en procédant par dichotomie, "descendre" jusqu'à l'individu. Et c'est d'ailleurs bien le raisonnement de certains libertariens "anarcaps", qui entendent s'allier avec les gentils micro-nationalismes contre les méchants jacobinismes et impérialismes, ce qui leur paraît la meilleure stratégie pour combattre "l'étatisme" honni. Si, au nom du respect absolu du principe d'autodétermination, l'on en arrivait là, les "anticolonialistes" (qu'ils soient tiers-mondistes ou régionalistes antifrançais) se rendraient compte :

-> soit que l'application de leurs idées fait le jeu du libéralisme, contre lequel ils prétendent généralement lutter (si l'on admet que diverses souverainetés micro-nationales voire individuelles peuvent subsister juxtaposées - les anarcho-capitalistes invoquent en effet cette juxtaposition des souverainetés actuelles, semblable à une "anarchie", pour transposer ce principe aux relations interindividuelles).

-> soit que le chaos résultant de l'application intégrale du principe d'autodétermination déboucherait sur l'émergence d'un Léviathan succédant aux défuntes souverainetés nationales.

C'est pourtant à l'une de ces deux conséquences que conduirait la "cohérence" d'un souverainisme générique attribuant la même valeur au droit à l'indépendance de toute entité vis-à-vis de "l'impérialisme", "l'empire" ou "l'universalisme jacobin".

Voilà, je profitais de ce sujet pour répondre à divers arguments avancés sur ce forum invitant les souverainistes français à prendre parti dans la querelle israélo-palestinienne au nom de la "cohérence" de leurs principes souverainistes. Du point de vue du souverainisme français, on ne saurait donner de réponse "cohérente" ou conforme à quelque principe universel de Justice à la question de l'indépendance du Tibet, par exemple. Par contre on pourra avancer certains arguments favorables ou non à cette indépendance au prisme de la défense hic et nunc des intérêts français. De même pour la Tchétchénie. De même, peut-être, pour la question israélo-palestinienne. De même, on l'imagine, pour le Québec ou la Wallonie.

Quant à votre argument sur la pertinence de l'Etat-nation (en l'occurence français) s'appuyant sur une notion de "taille optimale", je n'ai rien contre. Il paraît cependant difficile de parvenir à des conclusions très nettes à partir de telles spéculations. Un tel argumentaire sera donc fatalement perçu comme une défense ad hoc des nations qui ont intérêt au statu-quo au contraire de certains nationalismes "régionaux".

Pour être franc, ce n'est pas en raison de la dimension actuelle de son territoire que je suis attaché à la France. J'en prends acte mais je ne me repens pas de ce qu'elle a entrepris par le passé pour l'agrandir. Y aurait-elle mieux réussi que je n'y aurais vu aucun inconvénient. On peut me dire par exemple que l'hubris napoléonienne ne nous a pas profité. J'accepte tout-à-fait cet argument, puisque il repose, au fond, sur une sorte d'eudémonisme national. Mais se défier de l'aventurisme bonapartiste n'impliquait pas nécessairement que la France renonce à exercer le plus d'influence possible sur le reste de l'Europe, de manière plus indirecte, comme c'était le cas avant la Révolution. Voilà pourquoi il ne me paraît pas utile d'aborder les questions relatives à la souveraineté nationale, et à la meilleure échelle pour l'exercer, de manière trop dogmatique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Misanthrope modéré
Valet apatride du Grand Capital
Valet apatride du Grand Capital
avatar

Masculin
Nombre de messages : 58
Date d'inscription : 07/10/2007

MessageSujet: Re: Guillaume Faye   Dim 11 Nov 2007 - 5:43

Citation :
Je ne parle pas des autres identités régionales comme la Corse , l'Alsace , la Savoie
On peut se demander de quelle légitimité se réclame le particularisme savoyard. Des hasards des partages entre maisons royales, peut-être mais pas de raisons culturelles ou anthropologiques plus solides. De même, les indépendentistes bretons devraient-ils logiquement ne revendiquer que la Bretagne bretonnante et pas gallaisante.

Citation :
Je ne dis pas que cela a été complet à chaque fois, mais c'est un phénomène ancien, et comme tout ce qui est ancien, il est normal que cela ait fini par casser plus tôt
Etrange. D'un point de vue identitaire, ce qui est ancien devrait bénéficier logiquement de davantage de légitimité plutôt que l'inverse. Et puis l'argument que la France a toujours été une terre de brassage me paraît contestable, car son peuplement est resté stable pendant de longues périodes (la France n'est pas vraiment la Gaule), outre que cet argument se retrouve plutôt chez les "antiracistes".

Citation :
Je connais un bon exemple d'assimilation concrète : Une amie d'origine Cambodgienne s'identifiant à la Bretagne , mariée à un Breton et dont le fils s'appelle Erwan et connaissant, un peu certes, la langue Bretonne. J'attends toujours un exemple concret d'assimilation via l'Universalisme Jacobin que les Soraliens défendent bec et ongle. Il doit bien y avoir des exemples, mais quels sont ils ?
Si si, forumiquement parlant, je connaissais un Arabe (libanais homosexuel, il faut dire) assimilé à la France autant que votre Vietnamien à la Bretagne. Mais je suis d'accord, l'assimilation ne fonctionne plus d'une manière générale. Mais enfin, je ne vois pas trop à quoi mène la dépréciation du cas français par comparaison avec d'autres états-nations occidentaux comparables. OK, au Royaume Uni, les minorités sont moins encouragées à s'assimiler, ce qui serait censé provoquer de moins gros dégâts dans l'identité des "Blancs". Bon, d'accord, si l'on considère que la promiscuité avec des minorités ethniques en grand nombre, non-assimilées mais non moins vindicatives fait une si grande différence...

Citation :
N'oublions pas non plus que c'est la France et son Républicanisme Jacobin qui a mis le feu aux poudres en 1914 . La IIIème république (ou Ripoublique) a poussé à la guerre afin d'imposer son utopie et écraser les Grandes Aristocraties , héritières de "l'Ordre Européen" , chose fort réussie par ailleurs ... Avec le résultat que l'on connait : Ecrasement d'une certaine identité Européenne (véritable) , des millions d'Européens morts pour une guerre inutile , sauf pour les Jacobins illégitimes , bien sur , qui eux ont détruit l'unité de l'Europe et dont la seule motivation était de "récupérer l'Alsace-Lorraine à ces Sales Boches ..." et de détruire une bonne fois pour toutes les Grandes Aristocraties , héritière de l'esprit Européen , aristocratique par nature .
Votre argumentaire contre la France me paraît à charge quand même. Il semble mélanger plusieurs légitimités :

- une tradition "réac", chrétienne (Jacobins illégitimes par rapport à quoi ?)
- une sensibilité nietzschéenne (références à Thundaar, John...), teintée de racialisme (le sang européen que la France aurait trahi).

Oui, sauf que la Révolution Française n'est pas moins légitime que l'ordre chrétien "sémite" qu'elle a balayé, si l'on va par là, comme vous le dirait Thundaar.

Pour être franc, prendre un parti sur ces questions, je m'en fiche un peu, mais ce qui me gène, c'est que vous attaquiez la France d'estoc et de taille, et non au nom d'une tradition précise, ce qui rend plus suspectes vos motivations (OK, si vous la défendiez d'estoc et de taille au lieu de l'attaquer, je vous le reprocherais moins).

Quant aux alliances de revers avec les "orientaux", l'Anglo-sphère s'en est rendu "coupable" aussi souvent que nous, mais on semble beaucoup moins le lui reprocher, je ne sais trop pourquoi.

En accord avec vous sur la bêtise de la guerre de 14, cependant.

Enfin, sur l'Allemagne que nous opprimerions de conserve avec les Etats-Unis pour lui faire suivre nos désidératas, il me semble que c'est plutôt l'Allemagne (par repentance ?) qui s'obstine dans la fidélité atlantiste, alors que nous avons longtemps (avant Sarkozy) plaidé en sens contraire. La France bien moins que d'autres (Les Etats-Unis, le Royaume-Uni et, spectaculairement, la Pologne) n'excipe de je ne sais quelle dette vis-à-vis de l'Allemagne. Nous considérons que les comptes sont soldés avec ce pays depuis longtemps.

Citation :
Je déteste l'Europe de Bruxelles qui est l'Anti-Europe par excellence , mais par bien des égards , cette construction Européenne fut le fruit de la France Jacobine et d'une Allemagne soumise (aux diktats Etatsuniens et Français) et que ladite construction n'est en fait que le prolongement idéologique ... De la France Jacobine ? L'Europe des Nations, c'est bel et bien celle-ci, celle de Bruxelles, désolé. Voila vous l'avez !
Oui enfin bon, là quand même...

Si l'Europe était jacobine, elle ne serait pas "des nations", soyons logique. Ici aussi vous attaquez d'estoc et de taille. Si l'Europe était jacobine, les nations n'y conserveraient aucune souveraineté mais seraient considérées comme des départements traités à coup de pied au cul par les préfets du pouvoir central européen. Donc on ne peut à la fois se plaindre que l'Europe serait trop "jacobine" (trop centralisée) et "des nations" (trop divisée).

De plus, je trouve au contraire de vous que l'Europe actuelle serait plutôt trop peu française, car ce sont actuellement les pays partisans du libre-échangisme mondial et de l'atlantisme qui y sont majoritaires contre les orientations françaises (Sarkozy est vu comme "pas assez libéral", c'est dire ! Quant à son atlantisme, il doit pour une grande part son élection aux effets du cordon sanitaire atlantiste de nos zamis européens, obligeant la France à s'aligner sur leurs orientations). Si la France pouvait davantage faire entendre sa voix en Europe, cette dernière serait plus proche de l'Europe-puissance que de l'Europe offerte, c'est-à-dire

> moins atlantiste
> plus protectionniste
> et, rêvons un peu, moins libérale, mais je ne sais pas si la France aurait raison de pousser dans ce sens dans le monde actuel

Si la France pouvait orienter davantage la construction européenne dans cette direction, à laquelle je ne vois guère d'inconvénients, le souverainisme paraîtrait moins pertinent. N'oublions pas que la France, que vous rendez responsable de la stagnation européenne, a contribué pour beaucoup à cette construction, et qu'à part l'Allemagne, pour des raisons historiques spécifiques, les Etats-nations d'importance comparable seraient plutôt plus souverainistes que nous. Pourquoi ne reprochez-vous pas au Royaume-Uni sa trahison de l'Europe, par exemple ?

Citation :
Alors oui , comme Tillenon , John , Thundaar ou d'autres , je préfère aussi la Grande Europe , celle qui va de Brest jusqu'aux Iles Sakhalines et que cette Europe doit il est vrai , se faire , sur un projet révolutionnaire avec des grandes "régions" (je déteste le terme région , véritable mot-piège ...) centrées autour d'un Fédéralisme Européen puissant .
Mais Thundaar, même s'il pense que la France est morte, est suffisamment politique pour ne pas flétrir sa... mémoire. La France n'est peut-être pas éternelle, mais vous ne convaincrez pas les Français de s'intéresser à ce qui pourrait lui succéder si vous dépréciez ce à quoi leurs ancêtres ont oeuvré.

Pour recourir à une métaphore économique triviale, lorsqu'on veut persuader des actionnaires d'accepter une fusion de leurs entreprises respectives, on essaye de les convaincre que l'opération sera "relutive" (et non dilutive) pour leur capital. De même, si l'on pense que la France devrait se fondre dans une entité plus vaste, serait-il judicieux d'expliquer qu'il ne s'agira pas pour elle de renier ce qu'elle fût.

Enfin, moi, si je voulais défendre la cause européenne auprès des Français, je m'astreindrais à cela. Autrement, l'on défend l'Europe non comme une fin, mais comme le meilleur moyen d'en finir avec les nations, ou certaines nations, ce qui ne donne pas envie à ceux qui sont attachés auxdites nations d'envisager leur continuation dans le cadre européen.

------------------------------------------------------------------------

Snake Plissken a écrit:
bon, l'histoire de françois Ier, c'est pas sérieux....il n'y a jamais eu de volonté constante des capétiens vers l'empire. (il aura fallu attendre naboléon buonaparte pour ça)

le génie français s'exprime dans les années 843-987, alors que le royaume du Germanique veut foncer dans le rêve romain, le royaume du Chauve n'y pense même plus, et pire, rejette le dernier caroligien, trop allemand, au profit du neustrien (i.e. mérovingien) hugues de france

note un peu HS, mais on assimile souvent de gaulle à bainville, ce qui me semble faut : bainville avait une vision racornie et égoistement bourgeoiso-concervatrice de la politique française, alors que de gaulle se plaçait résolument dans le sillage du trop calomnié napoléon III et sa géniale théorie du droit des peuples à former des état nations

Citation :
bon, l'histoire de françois Ier, c'est pas sérieux....il n'y a jamais eu de volonté constante des capétiens vers l'empire.
Donc, cela n'exclut pas que l'idée ait ressurgi à l'occasion (François Ier a quand même bien dépensé une tonne et demi d'or - contre deux pour Charles Quint - pour acheter les Grands Electeurs de l'empire).

Cela dit, je suis bien d'accord avec l'idée que la (vraie) France n'est pas celle de Charlemagne mais commence avec le Partage de Verdun. Je me demande simplement si la notion d'opposition à l'empire a été embrassée par les Rois avec le plus grand enthousiasme ou si elle leur a été dictée par la géographie de leur royaume - amenant ainsi leurs juristes à théoriser cette situation à leur avantage. Les Rois seraient-ils restés fidèles à cette notion, si, par les hasards de la fortune, ils avaient pu agrandir leur territoire au point que le rêve impérial ait enfin semblé à portée ?

Et même sans agrandissement territorial de la France au delà du Rhin, L'Europe de l'époque de Louis XIV parlait français. Les autres peuples européens auraient pu s'irriter de notre "impérialisme culturel" comme nous nous irritons aujourd'hui de l'influence américaine. Cela est bien différent de l'expansionnisme territorial, dira-t-on (cela en souligne même le caractère contreproductif) mais cela nous invite aussi à ne pas nous figurer la souveraineté des Etats-nations comme une puissance illimitée à l'intérieur de leurs frontières et distribuée en compartiments étanches entre eux (ce qui pourrait être l'idéal du souverainisme stato-national).

Si la langue française était aussi hégémonique aujourd'hui qu'à l'époque de Louis XIV, les patriotes français, même ceux qui rejettent à juste titre l'expansionnisme territorial, s'opposeraient-ils de toutes leurs fibres à ce que nous acculturions de la sorte nos frères européens ? J'en serais quand même étonné. Nous pouvons peut-être nous inspirer de ces considérations pour appréhender la psychologie du monde anglo-saxon actuel.

Citation :
note un peu HS, mais on assimile souvent de gaulle à bainville, ce qui me semble faut : bainville avait une vision racornie et égoistement bourgeoiso-concervatrice de la politique française, alors que de gaulle se plaçait résolument dans le sillage du trop calomnié napoléon III et sa géniale théorie du droit des peuples à former des état nations
Mais vous deviez penser à quelque chose en apportant cette précision (?).

Sinon, Napoléon III a été "réhabilité" ces derniers temps, en effet. Mais n'a-t-il pas signé un traité de libre-échange avec le Royaume-Uni ? Reprendriez-vous à votre compte cette politique (en ayant à l'esprit les conditions de l'époque, bien sûr) ? Plus généralement, Napoléon III est-il exempt de tout "esprit bourgeois" (lequel n'a pas forcément que des mauvais côtés) ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Misanthrope modéré
Valet apatride du Grand Capital
Valet apatride du Grand Capital
avatar

Masculin
Nombre de messages : 58
Date d'inscription : 07/10/2007

MessageSujet: Re: Guillaume Faye   Dim 11 Nov 2007 - 20:24

3Rules4Europe a écrit:
Misanthrope modéré a écrit:
3Rules4Europe a écrit:
Je ne dis pas que cela a été complet à chaque fois, mais c'est un phénomène ancien, et comme tout ce qui est ancien, il est normal que cela ait fini par casser plus tôt
Etrange. D'un point de vue identitaire, ce qui est ancien devrait bénéficier logiquement de davantage de légitimité plutôt que l'inverse. Et puis l'argument que la France a toujours été une terre de brassage me paraît contestable, car son peuplement est resté stable pendant de longues périodes (la France n'est pas vraiment la Gaule), outre que cet argument se retrouve plutôt chez les "antiracistes".
Non ce n'est pas étrange, c'est archéofuturiste, car ancien n'est pas forcément synonyme d'archaïque, mais plus souvent de "moderne en son temps", ce qui veut dire ringard avant l'heure...

Et a contrario des antiracistes si j'admets que la France a été une terre de mélange, au peuplement stable depuis les Francs seulement d'ailleurs, j'admets que cela a toujours été un mélange entre ethnies européennes, relativement proches, cousines germaines dirons-nous. Mais de la même façon que dans une même famille, tous les membres n'ont pas le même tempérament et les mêmes affinités, il existe des différences mentales entre européens, qui même si elles sont tangibles, n'en sont pas moins bien moindre que vis-à-vis des peuples extra-européens.

Il conviendrait toutefois d'en tenir compte.

Pour en revenir à la question de l'archéofuturisme, le futurisme doit réactualiser l'archaïsme à intervalles réguliers, si l'on ne veut pas voir ce dernier tomber dans la poubelle de l'histoire. Et force est de constater que l'histoire européenne (française en particulier) récente n'a pas brillé par ce processus de réactualisation. Je vais prendre volontairement un exemple "Thundaarien" : qu'y a-t-il de commun entre la déesse de la fertilité Luzina des Ligures et la chaste fée Mélusine des légendes médiévales vaguement tolérée par le clergé de l'époque? A la fois tout et rien... Il s'agit de la même entité spirituelle qui a habité l'imaginaire de gens très divers au cours des siècles, mais les valeurs qu'elle portait à l'origine se sont perdues : exclusivité ethnique, séparation de la conjugalité et de la sexualité, vision cyclique et non linéaire du temps, etc... En attendant une chose est certaine : le retour de ces valeurs archaïques ne se fera pas par un décalcomanie des rituels religieux de l'âge du bronze... Il faudra quelque chose d'un peu plus substantiel et profond.

Citation :
Mais de la même façon que dans une même famille, tous les membres n'ont pas le même tempérament et les mêmes affinités, il existe des différences mentales entre européens, qui même si elles sont tangibles, n'en sont pas moins bien moindre que vis-à-vis des peuples extra-européens. Il conviendrait toutefois d'en tenir compte.
Vous prêchez un converti. C'est bien pourquoi on ne saurait fonder l'Europe en attendant de ses nations, notament de la France, qu'elles se renient. Les "euro-mondialistes" ont souvent la roublardise de présenter l'Union européenne comme un levier garantissant mieux les intérêts des nations vis-à-vis des tiers que ces dernières ne le feraient seules (voir la campagne de Séguéla pour Maastricht). Il serait donc dommage que les européens "authentiques" envisagent l'Europe comme la condamnation de telle ou telle nation. Il faudrait distinguer cette question (que je qualifierais comme celle de la "piété filiale") du souverainisme, problème qui ne se pose qu'en second lieu, à mon sens.

Citation :
En attendant une chose est certaine : le retour de ces valeurs archaïques ne se fera pas par un décalcomanie des rituels religieux de l'âge du bronze... Il faudra quelque chose d'un peu plus substantiel et profond.
ça, ça doit être une pique pour le père Fundaar. C'est un débat qui m'échappe un peu. :)

Sur le fond, je pense que sa démarche est généalogique. Les Etats-nations et religions actuels de l'Europe sont plus récents que d'autres identités avec lesquelles notre continent est amené à interagir. Je pense à une certaine identité en particulier, forte de sa mémoire et de sa résilience. En recherchant s'il n'existe pas des coutumes, des ethos, des lois naturelles caractérisant une identité plus fondamentale de l'Europe au moins aussi ancienne que les Juifs, puisqu'il s'agit d'eux, Thundaar pense peut-être établir l'identité européenne comme existant en soi, et non seulement par contraste avec ce qui lui serait antérieur.

Importe-t-il vraiment que les Européens croient aux Dieux ? Pas forcément, mais l'athéïsme qui suit le polythéisme n'est pas le même que celui qui suit le monothéisme, notamment "judéo-chrétien". Donc, pour que nous devenions de bons athées post-polythéistes, encore faut-il que le polythéisme ait été restauré en Europe au moins... une seconde ?

Puisque l'identité possède une dimension religieuse, et que même les athées d'une société sont influencés par la dimension religieuse de cette dernière, Thundaar se dit peut-être qu'il faut occuper tout le spectre de l'identité, ce qui implique de ne pas laisser des spiritualités "étrangères" en squatter le segment religieux (j'aurais bien dit métaphysique, mais T. rejette cette notion). On peut se dire "tout ça n'est pas bien important" (c'est mon cas) mais certains types d'esprits ont peut-être besoin de cette dimension de l'existence, et l'on pourrait craindre qu'ils n'aillent chercher dans des expériences trop "exotiques" la fameuse quête du sens qu'ils jugeraient ne pouvoir accomplir "à domicile".

Voilà, c'est mon exégèse personnelle de la démarche fundaarienne, mais je pense comme vous qu'il sera difficile de faire "renouer" authentiquement les Européens avec leur paganisme ancestral. Un nationaliste avec lequel je discutais ailleurs remarquait une incohérence entre le nietzschéisme dont T. se réclame et son refus d'acter la mort du paganisme, alors pourtant que Nietzsche exhorte à "pousser ce qui tombe".

Quoi qu'il en soit, je ne partage pas (toutes) les convictions et préoccupations de Fundaar, mais c'est certainement une personnalité intéressante. Je saisis donc cette occasion pour exprimer, avec un peu de retard, mon regret qu'il ait été banni du forum.

----------------------------------------------------------

Snake Plissken a écrit:
oui, je pensais aux thérories de bainville "il faut sauver l'empire des habsbourgs", ce genre de trucs. De gaulle et louis-napoléon sont plus cohérents : des état-nations partout ou c'est légitime
Mais De Gaulle était bien pour le principe des nationalités lorsqu'il arrangeait la France, mais ne se pressait pas de demander son application lorsqu'il la dérangeait.

> Il a proposé à la population du Val d'Aoste de rejoindre la France, mais pas à la Bretagne bretonnante de s'en séparer.
> Il a proposé aux gens de la Sarre de se rattacher à la France alors qu'ils ne sont pas "ethniquement" français (Ne parlons même pas du cas de l'Alsace-Moselle).
> Pour autant De Gaulle n'a pas fait des pieds et des mains pour que la Wallonie se rattache à la France, car il pensait que c'était aux Wallons eux mêmes de se saisir éventuellement de cette question.

D'une manière générale, la France a beau être une nation "à taille humaine", il n'est pas sûr qu'elle ait grand chose à gagner à invoquer le principe des nationalités. Considérons simplement le cas de l'Occitanie. Les partisans de la langue d'Oc ne semblent pas très nombreux, ni constituer un fait identitaire tel que la France doive se pencher d'urgence sur la question. Mais si l'on se fie au principe des nationalités, puisque la langue d'Oc est bien une langue et non un dialecte, un mouvement indépendantiste occitan serait légitime en vertu de tels critères.

Bien sûr, on peut arguer d'une certaine prescription, de l'idée que la francisation est un fait accompli. Et d'ailleurs, cette notion de prescription est l'un des arguments que l'on pourrait opposer d'une manière générale au principe des nationalités : qui est légitime au Kossovo, les Albanais ou les Serbes, sachant que les premiers ne s'y sont pas toujours trouvés aussi nombreux ?

Toujours est-il que l'on peut reprocher à la France de s'être constituée de manière assez "artificielle", voire "colonisatrice" dans son histoire, malgré son hostilité au Saint-Empire. Et certains ne se privent pas de le faire. Donc l'argument du principe des nationalités ne nous aide pas tant que ça (certains soupçonnent l'Allemagne d'avoir davantage intérêt à encourager ce type d'argumentaires aujourd'hui).

Alors il nous reste à nous replier sur les notions moins solides de "frontières naturelles", ou de "taille humaine". Mais quitte à retomber sur un cliché, la phrase de Michelet "La France aurait pu ne pas être" me semble finalement la plus juste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-Pierre TILLENON
Tapette bobo du tertiaire
Tapette bobo du tertiaire


Masculin
Nombre de messages : 6
Date d'inscription : 16/11/2006

MessageSujet: Re: Guillaume Faye   Mar 13 Nov 2007 - 11:38

Jean-Pierre TILLENON a écrit:

BRAVO !

C’est d‘autant plus vrai que c’est tout simplement comprendre et respecter la langue parlée sur ce forum. En effet, c’est le sens même du mot « Eur Opt », comme je l’ai dit plus haut. L’ancien grec « Eur » se retrouve dans « Her » comme « Heros », « Herakles » etc… Il vient de « Gour », « Grand ». Il donne « Gourou », « Maître ».

D’où l’intérêt de connaître le sens des mots. Sinon, ce n’est plus la peine de parler.

Pour avoir une idée de quel État l’Europe a besoin, il nous faut redéfinir, redécouvrir simplement, ce qu’est l’Europe. Le mot « Europe » désignait la déesse « Gour-opt », « Eur-opt ». Ce qui veut dire la déesse aux grands yeux. "opt" se retrouve dans le français "optique". C’est-à-dire l’archétype de la supervision, de la clairvoyance, de l’intuition, de l'"éveil", du « buddhi » en sanscrit. C’est donc un concept philosophique, spirituel et non pas seulement économique ou anthropologique.

Selon la tradition indo-européenne de l’Europe, et non pas judéo-chrétienne de l’Occident, le stade buddhi de l’humanité est le stade du sixième développement de ladite humanité à l’intérieur de sa cinquième évolution. C’est le développement de son intuition après le développement de son intelligence (manas), de sa raison (kama-manas), de son émotion (linga), de son énergie (prana), de son physique (stula) depuis des dizaines de millions d’années et ceci avant le septième et dernier développement, celui de la volonté (atma).

Le révolutionnaire européen est donc un philosophe, un combattant philosophe traditionnel pour faire évoluer l’humanité. C’est donc un « chevalier ». Son esprit, son Être éveillé, doit dominer son corps, sa personnalité, son « cheval ». La finalité de sa vie est spirituelle et non pas matérielle. C’est un artiste historien, un créateur dans l’histoire. Il cherche à créer dans l’histoire de l’humanité un État philosophique, une renaissance. C’est-à-dire un État à finalité spirituelle et non pas uniquement matérielle comme le sont aujourd’hui les États nations décadents matérialistes de l’union euroricaine.

Le révolutionnaire européen est donc un philosophe, un « chevalier ». C’est l'individu qui cherche naturellement la sagesse, au sens de la connaissance juste. C’est un politique qui, étant philosophe, se consacre à certaines étapes de sa vie, à aider ses semblables qui sont moins favorisés, à les éveiller. Il veut que tous puissent devenir un jour philosophes, chevaliers à leur tour, donc « Révolutionnaires européens »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Guillaume Faye   

Revenir en haut Aller en bas
 
Guillaume Faye
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Dormez, braves gens, dormez...
» Priere pour GUILLAUME
» Guillaume de Chailles Baron de la Sainte Hure
» RAMPON Antoine-Guillaume- général et comte d'Empire.
» LAFON-BLANIAC Guillaume Joseph de- Général d'Empire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE FORUM DES ÉGARÉS :: PLACE DE GRÈVE-
Sauter vers: