LE FORUM DES ÉGARÉS




Post mortem nihil est
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Questions concernant la police

Aller en bas 
AuteurMessage
MAGGLE
Banni(e) parce que je le vaux bien
Banni(e) parce que je le vaux bien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2559
Localisation : Suburbs
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Questions concernant la police   Ven 16 Mar 2007 - 21:17

Bon Cochonnnet, puisque tu es dans les bons et loyaux sévices au service de la paix dans l’ordre et la discipline, j’aimerais que tu répondes à quelques questions techniques en vrac (liste non exhaustive) :

-Quelle est la raison technique pour laquelle la loi Sarkozy sur les rassemblements dans les halls d’immeubles est difficilement applicable, voire non applicable ?

-Pourquoi a-t’on la possibilité de ne pas divulguer son identité si on prévient d’un délit en appelant le 17 et pourquoi est on obligé de la divulguer quand on appelle directement le commissariat ?

-Je connais personnellement un flic arabe qui n’en peut plus des incessantes fines allusions de ses collègues sur ses origines. Qu’en penses-tu ?

-Que penses-tu du taux de ripoux relevé il y a quelques temps dans le commissariat de Saint Denis par rapport à la totalité des effectifs dudit commissariat ? Et en comparaison avec le taux de racailles d’origine non européenne par rapport à la totalité de la population de mêmes origines ?

-Que penses-tu de la faiblesse de la formation et du taux de policiers par habitants dans les banlieues toujours rouges par rapport à leur nombre dans les quartiers riches ?

-Penses-tu qu’il soit normal que le président du conseil d'orientation de l'Observatoire national de la délinquance soit en même temps le président-directeur général de AB Associates, société de conseil en sécurité groupant une dizaine de consultants associés ?

-Question subsidiaire : Qu’aurais-tu fait s’il t’avait été échu de demander à Alain Soral de quitter Sciences-Po et de ne pas l’autoriser à dédicacer ses livres dans la rue ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Non, c'est démocratique, c'est cool. Je répond donc à Maggle   Sam 17 Mar 2007 - 1:38

« - Quelle est la raison technique pour laquelle la loi Sarkozy sur les rassemblements dans les halls d’immeubles est difficilement applicable, voire non applicable ? »

Problème d’effectifs et surtout problèmes politiques, peur de l’embrasement, de la flambée des banlieues atteignant un seuil irréversible qui pourrait mal tourné et remettre en cause le pouvoir des élites en place.
L’heure est donc à l’apaisement. Je pense d’ailleurs que la révolte de l’année précédente est une opération marketing pour Sarkosy, et une manière pour lui d’asseoir sa popularité. Plein de faits corroborent mes propos. Pourquoi une médiatisation aussi soudaine d’un événement somme toute anodin (après leur occultation depuis des décenies dans les médias, les elites doivent sentir que le golem leur échappe) si ce n’est la volonté d’entretenir une image. Le problème aurait pu contenu dans les jours qui suivent… mais cela ne servait pas l’appareil en face… Les forces de l’ordre étaient en place mais elles avaient comme consigne d’intervenir un minimum.
Cependant, je ne pense pas ce genre d’éruption puisse être indéfiniment contenu. Ce serait jouer avec le feu et je ne pense pas que les gouverneurs despotiques par procuration en aient les couilles.
Il peut donc y avoir une autre lecture que la médiatisation du problème. Je pense qu’il y avait probablement la volonté d’éviter au maximum la propagation de la révolte.
On évite donc un maximum de jetter de l’huile sur le feu et on fait des opérations au compte goutte, histoire de dire qu’on fait quelque chose pour rassurer la population en place.

« - Pourquoi a-t’on la possibilité de ne pas divulguer son identité si on prévient d’un délit en appelant le 17 et pourquoi est on obligé de la divulguer quand on appelle directement le commissariat ? »

Il n’y a pas d’obligations pour divulguer son identité. Disons que cela peut avoir son importance pour la suite d’une affaire qui demande davantage de renseignements.
Plus clairement, le 17 est un appel qui est enregistré. Le policier fera donc plus attention à ce qu’il dit.

« - Je connais personnellement un flic arabe qui n’en peut plus des incessantes fines allusions de ses collègues sur ses origines. Qu’en penses-tu ? »

Je connais un flic maghrébin qui ne cesse de faire du parti pris envers les individus issus de la même origine que la sienne. Je l’ai vu de nombreuses fois être inéquitable et réagir de manière radicalement différente selon l’individu qui se trouvait en en face de lui.

L’ouverture à la mixité de la police fut un prétexte pour pallier « aux problèmes de discrimination… mais en se basant sur mon exemple, on voit bien que cela est un faux problème… lié au comportement d’un individu. Mais ce n’est pas si simple.
Moi-même, je reconnais être raciste. C’est évident.
Cependant, rien ne transparait dans mon travail. Je suis quelqu’un de droit et d’impartial. Je ne fais aucune distinction entre les individus quelque soit leur origine ethnique.
Quand on me cherche, on me trouve. Si un maghrébin est correct à mon encontre, je serai sympa. Par contre, s’il m’emmerde, je l’emmerderai.
Par contre, ce n’est pas tellement le cas de ce policier maghrébin dont je fais allusion. Il fait beaucoup de parti pris comme je connais des collègues de travail qui seront plus sévères envers les maghrébins que les français « de souche ». D’autres collègues ont le même mépris pour certaines populations mais seront toujours justes et impartiaux.
Mais quoiqu’on dise, quelque soit les discriminations, il y a toujours une infraction au préalable qui amène les discriminations. Un individu irréprochable n’aura aucune raison d’être pris pour cible même avec les policiers les plus discriminants.
Par contre, au niveau de la conciliation et de la sévérité, c’est autre chose. Mais ce n’est pas systématique.
Je prendrai juste exemple sur un « collègue » qui fait du parti pris mais qui est pourtant beaucoup moins raciste que moi. A titre d’exemple, je pense être beaucoup plus juste et impartial que lui.
Il n’y a donc pas de définitions types. Les policiers sont des humains. Ils sont donc perfectibles. Il faut juste savoir qu’il y a des policiers qui ne se sentent pas forcément à l’aise avec la répression. Donc ils se sentent obliger de taper sur ceux qu’ils aiment le moins, par défaut.
A ce titre, on ne peut pas dire que la politique du chiffre de Sarkosy ait amené plus de modération, c’est évident. Néanmoins, il faut avoir à l’esprit que ce n’est pas lui qui a créé le problème des banlieues. C’est toute une classe politique dirigeante, ainsi qu’une certaine partie de la population issue des banlieues qui a sa part de responsabilité par haine et ressentiment de la France, et qui a largement contribué à créer une situation aussi merdique que chaotique.
Au fond, depuis que je travaille pour l’état, je suis plus amené à croire en l’homme et beaucoup moins aux institutions. Donc forcément, pour moi, c’est d’abord aux populations des quartiers de se bouger le cul et de faire règner un début de justice (comme dans les compagnes) où chaque habitant s’implique à son niveau et selon ses capacités à la cohésion et aux biens êtres des habitants du village.


« -Que penses-tu du taux de ripoux relevé il y a quelques temps dans le commissariat de Saint Denis par rapport à la totalité des effectifs dudit commissariat ? Et en comparaison avec le taux de racailles d’origine non européenne par rapport à la totalité de la population de mêmes origines ? »


Le problème est le manque de vocation de certains policiers. Certains individus rentrent dans la police pour être fonctionnaire et parce que c’est une porte de sortie pour leur étude.
C’est du aussi au fait de la discrimination positive utilisée par l’Etat afin de colorer la Police. Cette mesure a consisté à faciliter l’obtention du concours de Gardien de la Paix à des individus peu fréquentables, afin de rentrer dans des quotas et d’adapter un peu plus les policiers aux couleurs locales (on le voit bien dans les autres services publics, l’empoi d’une personne d’une même origine ethnique que les populations concernées est censé appaiser les tensions… à juste titre d’ailleurs) en pensant que ces nouvelles recrues seront moins dépaysées par l’endroit où elles seront affectées et mieux acceptées par la population locale de part leur proximité... Tout ceci est bien sûr absurde : on emploie un individu pour ses qualités, pas pour ce qu’il est. Mais c’est ainsi…
Quant aux taux de racailles d’origine non européenne élevés, ils sont indéniables. Même l’état ne pourra indéfiniment le câcher, même si cela remet en cause leur politique d’immigration servant à nourrir le patronat et leur siège, leurs intérêts personnels.
Pour moi, il y a plusieurs causes :
- le nombre et l’origine culturelle et ethnique des prétendants à vivre en France. Comment peut-on intégrer correctement une grande quantité d’individu sans heurt issue d’horizon très éloigné du notre ?
- les droits de l’homme et la revendication du droit à la différence, qui au nom du principe du respect de l’individualité et de ses particularités, a tout fait pour développer ce qui oppose et non ce qui compose. Ce principe a directement entretenu la désintégration de notre société.
- cesser la repentance et la culpabilisation de la France avec son histoire. On ne peut faire aimer un pays qui se méprise et qui n’a plus une bonne image de lui à des étrangers.
- Etre sélectif et choisir les étrangers qui aiment vraiment la France, pas les morts la faim qui choisissent la France comme porte de sortie. A ce titre, la vraie générosité serait de permettre l’essor de ces gens là dans leurs pays d’origine plutôt que d’attendre passivement (plutôt intentionnellement) qu’ils viennent en France en laissant la situation perdurée.


« -Que penses-tu de la faiblesse de la formation et du taux de policiers par habitants dans les banlieues toujours rouges par rapport à leur nombre dans les quartiers riches ? »


Les policiers sont des mercenaires au service du pouvoir, qui servent essentiellement en priorité les intérêts des élites et des classes dirigeantes. Après sur le terrain, il y a plus ou moins de liberté d’action.
Moi-même je pense être un mercenaire et cela me peine beaucoup étant un idéaliste dans l’âme.
Et je serais le premier à être satisfait si le peuple se révoltait. Mais pas avec les pseudos racailles qui vivent sur le dos des braves gens et qui n’ont aucune reconnaissance de quoique ce soit.


« - Penses-tu qu’il soit normal que le président du conseil d'orientation de l'Observatoire national de la délinquance soit en même temps le président-directeur général de AB Associates, société de conseil en sécurité groupant une dizaine de consultants associés ? »


Pour moi, les plus grands des truants sont au pouvoir. Ce n’est pas les petits cons qui vendent du shit par faciliter au lieu d’aller trimer.
Objectivement, je pense que la première des personnes à aller en taule en France, c’est Chirac. Et je ne pense pas être le seul policier à le penser. D’ailleurs, je pense que c’est bien la première personne de France à nous faire du tort car il nous décrédébilise complètement.
C’est pour cette raison que je relativise les actes des racailles même si le peuple souffre directement de leurs actes de merde (et oui, les élites sont elles bien protégées dans leur tour d’ivoire au milieu des beaux quartiers). Qu’ils brûlent les bagnoles des élus, ce serait plaisant et je ne trouverai rien à redire personnellement. Mais qu’ils s’en prennent aux pauvres bougres qui ont du mal à payer leur fin de moi, là çà ne passe pas. J’ai plus envi de les baffer et de les corriger que de les applaudir. Désolé Maggle.


« - Question subsidiaire : Qu’aurais-tu fait s’il t’avait été échu de demander à Alain Soral de quitter Sciences-Po et de ne pas l’autoriser à dédicacer ses livres dans la rue ? »


J’aurai refusé mais je me serai probablement fait casser le cul après comme tant d’autres. Le problème, ce n’est jamais les exécutants, toujours les têtes qui commandent même s’il ne faut jamais oublié la part de responsabilité de chacun.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Questions concernant la police   Sam 17 Mar 2007 - 3:04

Cochonnet a écrit:
« - Quelle est la raison technique pour laquelle la loi Sarkozy sur les rassemblements dans les halls d’immeubles est difficilement applicable, voire non applicable ? »

Problème d’effectifs et surtout problèmes politiques, peur de l’embrasement, de la flambée des banlieues atteignant un seuil irréversible qui pourrait mal tourné et remettre en cause le pouvoir des élites en place.
L’heure est donc à l’apaisement. Je pense d’ailleurs que la révolte de l’année précédente est une opération marketing pour Sarkosy, et une manière pour lui d’asseoir sa popularité. Plein de faits corroborent mes propos. Pourquoi une médiatisation aussi soudaine d’un événement somme toute anodin (après leur occultation depuis des décenies dans les médias, les elites doivent sentir que le golem leur échappe) si ce n’est la volonté d’entretenir une image. Le problème aurait pu contenu dans les jours qui suivent… mais cela ne servait pas l’appareil en face… Les forces de l’ordre étaient en place mais elles avaient comme consigne d’intervenir un minimum.
Cependant, je ne pense pas ce genre d’éruption puisse être indéfiniment contenu. Ce serait jouer avec le feu et je ne pense pas que les gouverneurs despotiques par procuration en aient les couilles.
Il peut donc y avoir une autre lecture que la médiatisation du problème. Je pense qu’il y avait probablement la volonté d’éviter au maximum la propagation de la révolte.
On évite donc un maximum de jetter de l’huile sur le feu et on fait des opérations au compte goutte, histoire de dire qu’on fait quelque chose pour rassurer la population en place.

« - Pourquoi a-t’on la possibilité de ne pas divulguer son identité si on prévient d’un délit en appelant le 17 et pourquoi est on obligé de la divulguer quand on appelle directement le commissariat ? »

Il n’y a pas d’obligations pour divulguer son identité. Disons que cela peut avoir son importance pour la suite d’une affaire qui demande davantage de renseignements.
Plus clairement, le 17 est un appel qui est enregistré. Le policier fera donc plus attention à ce qu’il dit.

« - Je connais personnellement un flic arabe qui n’en peut plus des incessantes fines allusions de ses collègues sur ses origines. Qu’en penses-tu ? »

Je connais un flic maghrébin qui ne cesse de faire du parti pris envers les individus issus de la même origine que la sienne. Je l’ai vu de nombreuses fois être inéquitable et réagir de manière radicalement différente selon l’individu qui se trouvait en en face de lui.

L’ouverture à la mixité de la police fut un prétexte pour pallier « aux problèmes de discrimination… mais en se basant sur mon exemple, on voit bien que cela est un faux problème… lié au comportement d’un individu. Mais ce n’est pas si simple.
Moi-même, je reconnais être raciste. C’est évident.
Cependant, rien ne transparait dans mon travail. Je suis quelqu’un de droit et d’impartial. Je ne fais aucune distinction entre les individus quelque soit leur origine ethnique.
Quand on me cherche, on me trouve. Si un maghrébin est correct à mon encontre, je serai sympa. Par contre, s’il m’emmerde, je l’emmerderai.
Par contre, ce n’est pas tellement le cas de ce policier maghrébin dont je fais allusion. Il fait beaucoup de parti pris comme je connais des collègues de travail qui seront plus sévères envers les maghrébins que les français « de souche ». D’autres collègues ont le même mépris pour certaines populations mais seront toujours justes et impartiaux.
Mais quoiqu’on dise, quelque soit les discriminations, il y a toujours une infraction au préalable qui amène les discriminations. Un individu irréprochable n’aura aucune raison d’être pris pour cible même avec les policiers les plus discriminants.
Par contre, au niveau de la conciliation et de la sévérité, c’est autre chose. Mais ce n’est pas systématique.
Je prendrai juste exemple sur un « collègue » qui fait du parti pris mais qui est pourtant beaucoup moins raciste que moi. A titre d’exemple, je pense être beaucoup plus juste et impartial que lui.
Il n’y a donc pas de définitions types. Les policiers sont des humains. Ils sont donc perfectibles. Il faut juste savoir qu’il y a des policiers qui ne se sentent pas forcément à l’aise avec la répression. Donc ils se sentent obliger de taper sur ceux qu’ils aiment le moins, par défaut.
A ce titre, on ne peut pas dire que la politique du chiffre de Sarkosy ait amené plus de modération, c’est évident. Néanmoins, il faut avoir à l’esprit que ce n’est pas lui qui a créé le problème des banlieues. C’est toute une classe politique dirigeante, ainsi qu’une certaine partie de la population issue des banlieues qui a sa part de responsabilité par haine et ressentiment de la France, et qui a largement contribué à créer une situation aussi merdique que chaotique.
Au fond, depuis que je travaille pour l’état, je suis plus amené à croire en l’homme et beaucoup moins aux institutions. Donc forcément, pour moi, c’est d’abord aux populations des quartiers de se bouger le cul et de faire règner un début de justice (comme dans les compagnes) où chaque habitant s’implique à son niveau et selon ses capacités à la cohésion et aux biens êtres des habitants du village.


« -Que penses-tu du taux de ripoux relevé il y a quelques temps dans le commissariat de Saint Denis par rapport à la totalité des effectifs dudit commissariat ? Et en comparaison avec le taux de racailles d’origine non européenne par rapport à la totalité de la population de mêmes origines ? »


Le problème est le manque de vocation de certains policiers. Certains individus rentrent dans la police pour être fonctionnaire et parce que c’est une porte de sortie pour leur étude.
C’est du aussi au fait de la discrimination positive utilisée par l’Etat afin de colorer la Police. Cette mesure a consisté à faciliter l’obtention du concours de Gardien de la Paix à des individus peu fréquentables, afin de rentrer dans des quotas et d’adapter un peu plus les policiers aux couleurs locales (on le voit bien dans les autres services publics, l’empoi d’une personne d’une même origine ethnique que les populations concernées est censé appaiser les tensions… à juste titre d’ailleurs) en pensant que ces nouvelles recrues seront moins dépaysées par l’endroit où elles seront affectées et mieux acceptées par la population locale de part leur proximité... Tout ceci est bien sûr absurde : on emploie un individu pour ses qualités, pas pour ce qu’il est. Mais c’est ainsi…
Quant aux taux de racailles d’origine non européenne élevés, ils sont indéniables. Même l’état ne pourra indéfiniment le câcher, même si cela remet en cause leur politique d’immigration servant à nourrir le patronat et leur siège, leurs intérêts personnels.
Pour moi, il y a plusieurs causes :
- le nombre et l’origine culturelle et ethnique des prétendants à vivre en France. Comment peut-on intégrer correctement une grande quantité d’individu sans heurt issue d’horizon très éloigné du notre ?
- les droits de l’homme et la revendication du droit à la différence, qui au nom du principe du respect de l’individualité et de ses particularités, a tout fait pour développer ce qui oppose et non ce qui compose. Ce principe a directement entretenu la désintégration de notre société.
- cesser la repentance et la culpabilisation de la France avec son histoire. On ne peut faire aimer un pays qui se méprise et qui n’a plus une bonne image de lui à des étrangers.
- Etre sélectif et choisir les étrangers qui aiment vraiment la France, pas les morts la faim qui choisissent la France comme porte de sortie. A ce titre, la vraie générosité serait de permettre l’essor de ces gens là dans leurs pays d’origine plutôt que d’attendre passivement (plutôt intentionnellement) qu’ils viennent en France en laissant la situation perdurée.


« -Que penses-tu de la faiblesse de la formation et du taux de policiers par habitants dans les banlieues toujours rouges par rapport à leur nombre dans les quartiers riches ? »


Les policiers sont des mercenaires au service du pouvoir, qui servent essentiellement en priorité les intérêts des élites et des classes dirigeantes. Après sur le terrain, il y a plus ou moins de liberté d’action.
Moi-même je pense être un mercenaire et cela me peine beaucoup étant un idéaliste dans l’âme.
Et je serais le premier à être satisfait si le peuple se révoltait. Mais pas avec les pseudos racailles qui vivent sur le dos des braves gens et qui n’ont aucune reconnaissance de quoique ce soit.


« - Penses-tu qu’il soit normal que le président du conseil d'orientation de l'Observatoire national de la délinquance soit en même temps le président-directeur général de AB Associates, société de conseil en sécurité groupant une dizaine de consultants associés ? »


Pour moi, les plus grands des truants sont au pouvoir. Ce n’est pas les petits cons qui vendent du shit par faciliter au lieu d’aller trimer.
Objectivement, je pense que la première des personnes à aller en taule en France, c’est Chirac. Et je ne pense pas être le seul policier à le penser. D’ailleurs, je pense que c’est bien la première personne de France à nous faire du tort car il nous décrédébilise complètement.
C’est pour cette raison que je relativise les actes des racailles même si le peuple souffre directement de leurs actes de merde (et oui, les élites sont elles bien protégées dans leur tour d’ivoire au milieu des beaux quartiers). Qu’ils brûlent les bagnoles des élus, ce serait plaisant et je ne trouverai rien à redire personnellement. Mais qu’ils s’en prennent aux pauvres bougres qui ont du mal à payer leur fin de moi, là çà ne passe pas. J’ai plus envi de les baffer et de les corriger que de les applaudir. Désolé Maggle.


« - Question subsidiaire : Qu’aurais-tu fait s’il t’avait été échu de demander à Alain Soral de quitter Sciences-Po et de ne pas l’autoriser à dédicacer ses livres dans la rue ? »


J’aurai refusé mais je me serai probablement fait casser le cul après comme tant d’autres. Le problème, ce n’est jamais les exécutants, toujours les têtes qui commandent même s’il ne faut jamais oublié la part de responsabilité de chacun.

Interressante mise au point, qui fleure bon la réalité du terrain.

J'ai des proches amis policiers, y'a pas plus anti sarkosy, qui vous l'à mis profond et ce n'est que le début.
Pareil pour les gendarmes.
Le taux de Frontiste est énorme chez eux.
Quand ils me racontent leur quotidien, le pseudo humanisme et les raisonnement pro étrangers, pro clando et touti qwanti qu'on nous sert jusqu'à la nausée à la télé sont une hérésie pure et simple.
Revenir en haut Aller en bas
MAGGLE
Banni(e) parce que je le vaux bien
Banni(e) parce que je le vaux bien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2559
Localisation : Suburbs
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: Questions concernant la police   Sam 17 Mar 2007 - 14:47

Merci aux modos d'avoir déverrouillé ce fil d'intérêt général malgré sa forme un peu personnelle, je le reconnais.

Pour ma réponse à Cochonnet, il faudra attendre une quinzaine en rendant grâces aux défunts camarades de s'être battus pour mon droit aux congés payés.

Portez-vous bien.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MAGGLE
Banni(e) parce que je le vaux bien
Banni(e) parce que je le vaux bien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2559
Localisation : Suburbs
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: Questions concernant la police   Dim 15 Avr 2007 - 4:20

Tout d’abord, permet moi de te féliciter pour ta franchise. Malgré tout ce qui nous oppose, je préfère avoir à faire à un raciste qui s’assume comme tel et le dit sans contritions qu’aux dénégations puériles d’un Colonel Jul. J’apprécie aussi ta lucidité sur le mercenariat de ta fonction, même si elle m’étonne de la part de quelqu’un qui dit vivre pour ses idéaux. Quand on a un idéal aussi « fort » que le tien, on l’assume jusqu’à prendre le risque éventuel de se retrouver de l’autre coté de la marmite le jour de la distribution de la soupe au cochon…

Pour le reste, ta franchise n’est malheureusement que le triste reflet de tes obsessions et du manque de compétences dont tu n’es après tout qu’un des symptômes.

Exemples :

cochonnet a écrit:
MAGGLE a écrit:
« - Pourquoi a-t’on la possibilité de ne pas divulguer son identité si on prévient d’un délit en appelant le 17 et pourquoi est on obligé de la divulguer quand on appelle directement le commissariat ? »

Il n’y a pas d’obligations pour divulguer son identité. Disons que cela peut avoir son importance pour la suite d’une affaire qui demande davantage de renseignements.
Plus clairement, le 17 est un appel qui est enregistré. Le policier fera donc plus attention à ce qu’il dit.



J’ai déjà fait l’expérience d’appeler le 17 pour signaler à la police qu’elle pouvait venir à un endroit récupérer un scooter manifestement volé. A la fin, j’ai demandé pourquoi on me signalait que mon appel était enregistré et on m’a répondu que je pouvais demander qu’il ne soit pas transmis. Ce que je fis.

Mais le corollaire de la non divulgation d’identité quand on ne passe pas par le 17 est la non obligation d’intervention. D’ailleurs, même quand on la donne, la police peut toujours se retrancher derrière des faits plus urgents en d’autres lieux qu’on ne peut pas vérifier… A moins qu’au-delà de ces incohérences, cette différence de statut entre les appels au 17 et les appels au commissariat puissent aussi justifier des interventions qui n’avaient pas forcément lieu d’être…

D’ailleurs, que sait-on du soi-disant coup de fil signalant un cambriolage qui occasionna la poursuite de Zied et Bouna dans la 3ème version du ministère de l’intérieur ? M’étonnerait qu’il soit passé par le 17 celui-là…

De toutes façons, j’ai déjà été témoin de la lâcheté de quelques uns de tes collègues : je marchais parallèlement à une voiture pleine de quatre policiers qui avançait au ralenti : en plein centre ville face à elle un carrefour en T. A deux cent mètres à sa droite, 5-6 types s’acharnant à coups de pieds sur un autre à terre. Je les ai vu voir la scène aussi distinctement que moi. Dans quelle direction croyez-vous que nos preuxs chevaliers de la loi et de l’ordre choisirent de tourner ?

cochonnet a écrit:
MAGGLE a écrit:
« - Je connais personnellement un flic arabe qui n’en peut plus des incessantes fines allusions de ses collègues sur ses origines. Qu’en penses-tu ? »

Je connais un flic maghrébin
[...]
où chaque habitant s’implique à son niveau et selon ses capacités à la cohésion et aux biens êtres des habitants du village.
Rien que cette phrase dans laquelle tu dis que si un maghrébin est correct à ton encontre (et non « à ton égard », ce qui est déjà un présupposé paradoxal) prouve que tu laisse une place à ton racisme dans l’exercice de tes fonctions. Sinon, tu te contenterais d’affirmer ce que tu affirmes dans tes rapports à tout individu dans l’exercice de tes fonctions.

Quant à ton « collègue » qui fait zarma du parti pris, tu me permettra de ne plus douter de l’absence du tien que lorsque tu lui aura ôté les guillemets dont tu le galonnes… Parce qu’en plus des fines plaisanteries de ses collègues, celui que je connais et qui habite dans ma cité se mange les quolibets des zonards multiraciaux de mon hall quand il rentre chez lui.

D’autre part, si le policier a effectivement un pouvoir en matière de conciliation (en clair, de gratifier symboliquement l’expression implicite degré de soumission exprimé à son égard en fermant plus ou moins les yeux), il n’en a aucune en matière de sévérité. Son pouvoir se borne à constater, élucider, voire empêcher les infractions dans le cadre des pouvoirs que lui attribue la loi, rien de plus. Ce n’est pas à lui d’être sévère ou pas mais à la loi et à la justice. Ta vision de ton propre métier me rappelle la vision qu’ont les enfants du gendarme dans le petit théâtre de Guignol.


cochonnet a écrit:
MAGGLE a écrit:
« - Quelle est la raison technique pour laquelle la loi Sarkozy sur les rassemblements dans les halls d’immeubles est difficilement applicable, voire non applicable ? »

Problème d’effectifs et surtout problèmes politiques
[...]
histoire de dire qu’on fait quelque chose pour rassurer la population en place.

Je ne comprends pas : d’un coté tu me dis que la loi Sarkozy sur les rassemblements dans les halls d’immeubles (votée bien avant les émeutes) n’a pas été appliquée par peur de l’embrasement, et de l’autre tu m’expliques que les émeutes de novembre 2006 ont été une manière pour lui d’asseoir sa popularité…

Car c’est un commissaire qui m’a expliqué un jour qu’il y avait un conflit de lois à ce sujet mais il n’a pas su ou pas voulu m’en dire plus.


cochonnet a écrit:
MAGGLE a écrit:
« -Que penses-tu du taux de ripoux relevé il y a quelques temps dans le commissariat de Saint Denis par rapport à la totalité des effectifs dudit commissariat ? Et en comparaison avec le taux de racailles d’origine non européenne par rapport à la totalité de la population de mêmes origines ? »


Le problème est le manque de vocation de certains policiers.

Tu t’inclus dedans je suppose puisque cela t’attriste d’être un mercenaire…

cochonnet a écrit:
Certains individus rentrent dans la police pour être fonctionnaire et parce que c’est une porte de sortie pour leur étude.
C’est du aussi au fait de la discrimination positive utilisée par l’Etat afin de colorer la Police. Cette mesure a consisté à faciliter l’obtention du concours de Gardien de la Paix à des individus peu fréquentables, afin de rentrer dans des quotas et d’adapter un peu plus les policiers aux couleurs locales.

Aucune loi n’a été votée à ce jour à ce sujet et la police l’utiliserait déjà ? Et puis qu’est-ce qui me prouve que les ripoux en question étaient tous d’origine non européenne ?

cochonnet a écrit:
(on le voit bien dans les autres services publics, l’empoi d’une personne d’une même origine ethnique que les populations concernées est censé appaiser les tensions… à juste titre d’ailleurs) en pensant que ces nouvelles recrues seront moins dépaysées par l’endroit où elles seront affectées et mieux acceptées par la population locale de part leur proximité... Tout ceci est bien sûr absurde : on emploie un individu pour ses qualités, pas pour ce qu’il est. Mais c’est ainsi…

Tu veux rire ou quoi ? Par chez moi, les policiers colorés se font traiter de traîtres par bon nombre d’individus colorés, du moins ceux avec qui ils étaient censés apaiser les tensions… Bref, complices des uns d’un coté et traîtres des autres de l’autre…

cochonnet a écrit:
Quant aux taux de racailles d’origine non européenne élevés, ils sont indéniables. Même l’état ne pourra indéfiniment le câcher, même si cela remet en cause leur politique d’immigration servant à nourrir le patronat et leur siège, leurs intérêts personnels.
Pour moi, il y a plusieurs causes :
- le nombre et l’origine culturelle et ethnique des prétendants à vivre en France. Comment peut-on intégrer correctement une grande quantité d’individu sans heurt issue d’horizon très éloigné du notre ?

Si je ne nie pas le taux de racailles d’origine non européenne, je le mets aussi en relation avec leur parcage dans les cités les plus pourries, voire les cités de transit qui s’éternisent, voire leur livraison corps et biens aux profits des marchands de sommeil, alors même qu’ils sont français. Alors que nombre villes bourgeoises comptent à peine 2% de logements sociaux et préfèrent bafouer la loi qui les oblige à passer à 20 % en faisant payer la ridicule amende à leurs administrés qui s’en accommodent d’ailleurs fort bien. Et puis si ces bandes sont si souvent « ethniques » comme tu dis, est-ce un choix délibéré de leur part ou est-ce parce la ghettoïsation les fait se retrouver entre non blancs en bas de l’immeuble par la force des choses. Dans le mien en tous cas c’est encore varié (entre autres parce que quelques Blancs comme moi qui ont pourtant les moyens de vivre ailleurs n’ont pas refusé d’y habiter) et les plus durs à cuire sont des blancs (quelle chance !). Je m’étonne même que ce soit finalement parmi ceux dont la mère parle à peine le français qu’on trouve le moins de délinquants. On en trouve même qui sont capables de lire Hegel dans le texte… Probablement parce que ce sont justement les moins coupés de leur culture d’origine…

Bref, si les racailles non européennes sont effectivement nombreuses, j’en suis à m’étonner qu’elles ne le soient pas encore plus selon tes théories…

Et puis quand il m’arrive de discuter un peu avec eux, ils justifient toujours leur racaillitude comme un moyen (illusoire selon moi) de s’en sortir, de quitter un jour le ghetto, presque de vieillir tranquille en petit bourge à la campagne avec un matou sur les genoux… Un quitte ou double quoi… une justification quasi ordalique à un destin que seule la bourgeoisie peut offrir à la médiocrité… Mais je persiste à penser que ça n’a que peu à voir avec leurs origines, sinon à travers l’expérience qu’ils ont du regard des gens comme toi. J’en connais même quelques-uns qui en sont arrivés à tenir sur eux-mêmes les discours dont tu les enveloppes. Profites-en, c’est là que réside ton grand pouvoir…

cochonnet a écrit:
- cesser la repentance et la culpabilisation de la France avec son histoire. On ne peut faire aimer un pays qui se méprise et qui n’a plus une bonne image de lui à des étrangers.

Sauf quand la bonne image qu’on a d’un pays devrait se fonder sur l’acceptation du mépris à priori qu’il a de soi (et le Français blanc que je suis s’inclut dans cette réflexion)…

cochonnet a écrit:
- Etre sélectif et choisir les étrangers qui aiment vraiment la France, pas les morts la faim qui choisissent la France comme porte de sortie.

Que c’est beau, que c’est noble de mettre dans la balance l’amour et la faim !

cochonnet a écrit:
A ce titre, la vraie générosité serait de permettre l’essor de ces gens là dans leurs pays d’origine plutôt que d’attendre passivement (plutôt intentionnellement) qu’ils viennent en France en laissant la situation perdurée.

Sauf qu’en l’occurrence, l’attente est justement plus longue quand on a la dalle. Et je ne vois pas en quoi ça obligerait les émigrés-immigrés à la rendre passive. Ca fait déjà bien trop longtemps qu’ils attendent ! Et il n’y a aucune raison qu’ils ne continuent pas d’attendre s’ils restent ne mettent pas la pression, là-bas comme ici ! La générosité des dirigeants occidentaux comme celle de la plupart des leurs, ils savent ce qu’elle vaut ! D’ailleurs, ce n’est même pas de générosité qu’il s’agit mais de justice et de décence. Et ils ne prendront leur essor dans leur pays qu’à ce prix ! Et si l’occident ne veux toujours pas l’entendre, il ne lui reste effectivement qu’à s’assumer dans le fascisme qu’il est si prompt à condamner chez les autres et la négation de l’égalité en droit de chaque homme qu’il se targue pourtant d’avoir créé (et la charte du Mandé au XIIème siècle, c’est de la merde !?!?)… Mais ce sera sans moi ! Et puis si le fascisme avait un jour contraint ces grands bourgeois que tu critiques à vivre humblement, ça aurait fini par se savoir…

cochonnet a écrit:
MAGGLE a écrit:
« - Penses-tu qu’il soit normal que le président du conseil d'orientation de l'Observatoire national de la délinquance soit en même temps le président-directeur général de AB Associates, société de conseil en sécurité groupant une dizaine de consultants associés ? »

Pour moi, les plus grands des truants sont au pouvoir. Ce n’est pas les petits cons qui vendent du shit par faciliter au lieu d’aller trimer.
Objectivement, je pense que la première des personnes à aller en taule en France, c’est Chirac. Et je ne pense pas être le seul policier à le penser. D’ailleurs, je pense que c’est bien la première personne de France à nous faire du tort car il nous décrédébilise complètement.

La dessus, nous sommes d’accord. Bien que selon moi, le reste tes propos m’indique que tu travailles pour eux, non seulement professionnellement mais aussi idéologiquement, même si tu ne t’en rends pas compte.

Ce qui me m’émeut chez toi mais me désole d’autant plus est pourtant l’évidente sincérité de ton combat.

En conclusion et pour revenir au sujet du fil, je me contenterai de citer les propos d’un ami : « On s’aperçoit qu’on vieillit quand on commence à regarder les flics comme s’ils étaient des gamins. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lono
Valet apatride du Grand Capital
Valet apatride du Grand Capital
avatar

Masculin
Nombre de messages : 222
Date d'inscription : 03/02/2007

MessageSujet: Re: Questions concernant la police   Dim 15 Avr 2007 - 4:28

Quelle idée cherches tu à dégager Maggle au final ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jul le Marteau
Duelliste chevaleresque
Duelliste chevaleresque
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2335
Age : 110
Localisation : Lorraine, 54 M&M.
Date d'inscription : 10/02/2007

MessageSujet: Re: Questions concernant la police   Dim 15 Avr 2007 - 10:34

Maggle a écrit:
je préfère avoir à faire à un raciste qui s’assume comme tel et le dit sans contritions qu’aux dénégations puériles d’un Colonel Jul
Si ça te plaît de le croire, je ne vais pas te casser ton bonheur, ou ce qu'il en reste vu que t'es déjà bien trop affecté pour rester sur le forum...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Celtic Zaku
Valet apatride du Grand Capital
Valet apatride du Grand Capital
avatar

Féminin
Nombre de messages : 212
Age : 37
Localisation : Essonne
Date d'inscription : 12/03/2007

MessageSujet: Re: Questions concernant la police   Dim 15 Avr 2007 - 12:10

Je ne soutiens pas la police dans ses actions de "pseudo-ordre" ou de fausse sécurité , dans la mesure où en réalité les flics cabots rentrent rarement dans une zone de non-droit (en réalité , une zone "défrancisée") , ils se contentent de faire une ronde à l'extérieur du quartier et puis après pfiou ! Ils disparaissent comme ils sont venus . En tout cas , c'est comme cela chez moi à Grigny , ville du 91 .

Par contre les flics sont très efficaces ... pour retirer le permis de conduire à un français de souche , père de famille , ce qui contraint le gaulois privé de son sésame rose , à passer dans l'illégalité ou bien à pointer à l'ANPE , tout cela pour quoi ? Pour respecter des lois iniques de la république (et non la France) pour en faire un mouton . Les flics de la ripoublique font un travail fiscal et non d'ordre public . On est dans l'imposture la plus totale .

Voila la situation en France : Une république illégitime , un ministère de l'intérieur incompétent , des flics "gardes-chiourmes" de la ripoublique , des français spoliés et des afro-maghrébins chéris par les élites ... Je doute que ce schéma-là soit viable encore longtemps ...

Vive la fin républicaine ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
filantropic
Adepte de la cabale
Adepte de la cabale
avatar

Masculin
Nombre de messages : 431
Age : 43
Date d'inscription : 19/11/2006

MessageSujet: Re: Questions concernant la police   Dim 15 Avr 2007 - 12:23

Celtic Zaku a écrit:

Vive la fin républicaine ...

Ce n'est pas la république en soi qui est condamnable. Mais ceux qui l'utilisent. La France a un profond malaise avec ses élites pas ses institutions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lono
Valet apatride du Grand Capital
Valet apatride du Grand Capital
avatar

Masculin
Nombre de messages : 222
Date d'inscription : 03/02/2007

MessageSujet: Re: Questions concernant la police   Dim 15 Avr 2007 - 12:36

Moi ce qui me fait sourire de mon point de vue (rire jaune quand même) c'est que d'un côté on a droit à deux versions paradoxale:
-Celle de ce forum ou il est dit que les flics font les malins que sur la route et ont peur de rentrer dans les cités.

-Et l'autre version disant que les flics persécutent les jeunes des cités voir font usage de violence à leur encontre.

scratch

Finalement qu'en est il ?

Les flics comme Le Pen d'une certaine manière sont dans ce pays stigmatisés par les médias.
Il est vendeur pour un journaleux de casser du sucre sur la police. Lui rendre les honneurs lorsqu'elle le mérite ça passe souvent à la trappe ou c'est trés bref.


Maintenant je ne dis pas que tout les flics sont des anges, Maggle dit surement vrai par rapport à son anecdote de type qui se fait tabasser à terre.
SCOOP : Les flics sont des HUMAINS, ce ne sont pas des robocops, donc comme dans toutes les professions avec des humains tu retrouveras les qualités et défauts de ceux ci.
Des pourris , des laches , des hypocrites, des racistes , des cons même !(bien que ça tienne plus du racisme psychologique (autre débat))...
Mais aussi des types courageux, irréprochable dans leur boulot, aimable...



Pour ce qui est des cités , il est vrai que les effectifs des commissariats n'y vont que de plus en plus rarement car les véhicule ( à 2 effectifs) se font prendre en guet apens par 10 à 15 jeunes en moyenne. (pour la lacheté, la police n'a pas le monopole il semblerait).
Seul les CRS y rentrent encore mais la tension est montée d'un cran depuis l'ère Sarkozy.


Ensuite pour ce qui est de ses missions je suis 100% ok avec toi .
Nous sommes beaucoup trop dépendant du pouvoir politique.
Comme je le daisais dans un autre post, Sarkozy n'a fait qu'exciter les jeunes des bnalieus tout en nous conservant les mains liés voir en les resserrant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Celtic Zaku
Valet apatride du Grand Capital
Valet apatride du Grand Capital
avatar

Féminin
Nombre de messages : 212
Age : 37
Localisation : Essonne
Date d'inscription : 12/03/2007

MessageSujet: Re: Questions concernant la police   Dim 15 Avr 2007 - 12:38

Je parle surtout de la république jacobine ... Illégitime et selon moi coupable d'avoir ruiné en 200 ans la richesse de l'histoire Française ... Mais cela n'est pas le sujet , je le reconnais .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jul le Marteau
Duelliste chevaleresque
Duelliste chevaleresque
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2335
Age : 110
Localisation : Lorraine, 54 M&M.
Date d'inscription : 10/02/2007

MessageSujet: Re: Questions concernant la police   Dim 15 Avr 2007 - 14:25

Bah! Ce qu'on peut reprocher à la république française, c'est de ressembler, sur le fond, à un régime monarchique style ancien régime...
Pour la police, je trouve étonnant que Lono n'ait pas souligné que le manque d'action de la police dans les cités (à part 2-3 coups trés médiatisés) est surtout le résultat de consignes venues de trés trés haut. Et que les flics de base n'ont d'autre choix que celui de suivre. Il en va de même pour celles concernant les amendes, retraits de point et de permis...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Questions concernant la police   Dim 15 Avr 2007 - 20:20

Déjà avant de commencer quoique ce soit, il t’a fallu tout ce temps pour pondre cela ?


MAGGLE a écrit:
Quand on a un idéal aussi « fort » que le tien, on l’assume jusqu’à prendre le risque éventuel de se retrouver de l’autre coté de la marmite le jour de la distribution de la soupe au cochon… Pour le reste, ta franchise n’est malheureusement que le triste reflet de tes obsessions et du manque de compétences dont tu n’es après tout qu’un des symptômes.


Qu’est-ce que tu en sais ? Mon manque de compétences ? Permets moi juste de dire que j’en ai certainement plus que toi dans mon métier donc je te trouve très mal placé pour émettre des jugements sur ce que tu ne peux connaître. Certes, tu as le droit de donner un avis. Par contre, un jugement péremptoire sur la question est malvenu.

Quant à mon métier, il est essentiellement d’ordre nourricier (même s’il était animé au début par un idéal). Cela va de soit.
Et je doute que pour la plupart des français, cela soit l’inverse.



Citation :
J’ai déjà fait l’expérience d’appeler le 17 pour signaler à la police qu’elle pouvait venir à un endroit récupérer un scooter manifestement volé. A la fin, j’ai demandé pourquoi on me signalait que mon appel était enregistré et on m’a répondu que je pouvais demander qu’il ne soit pas transmis. Ce que je fis.

Mais le corollaire de la non divulgation d’identité quand on ne passe pas par le 17 est la non obligation d’intervention. D’ailleurs, même quand on la donne, la police peut toujours se retrancher derrière des faits plus urgents en d’autres lieux qu’on ne peut pas vérifier… A moins qu’au-delà de ces incohérences, cette différence de statut entre les appels au 17 et les appels au commissariat puissent aussi justifier des interventions qui n’avaient pas forcément lieu d’être…


Oui cela est parfaitement exact et ?


Citation :
D’ailleurs, que sait-on du soi-disant coup de fil signalant un cambriolage qui occasionna la poursuite de Zied et Bouna dans la 3ème version du ministère de l’intérieur ? M’étonnerait qu’il soit passé par le 17 celui-là…


Hors sujet. Les deux mineurs étaient des délinquants et des multirécidivistes qui fuyaient la police parce qu’ils savaient qu’ils allaient faire un passage ardu au commissariat. Cela fait parti de la victimisation de la racaille. Quant on a rien à se reprocher, on ne fuit pas la Police.
La mort de ces deux racailles (moi j’appelle un chat par un chat), n’aurait eu pas autant d’impact si les deux racailles avaient été d’une autre origine.
La mort du père de famille durant les émeutes n’a pas fait l’objet d’autant d’indignations et de manifestations ni même la mort de Romain à Avignon pour avoir refuser une simple cigarette. Pourtant, eux avaient un casier judiciaire vierge et ne tentaient pas de fuir la Police. Eux étaient de vraies victimes, victimes des racailles qui sévissent en France et font régner la terreur en France en commettant leurs méfaits avec l’aval et l’approbation des gauchistes comme toi.


Citation :
De toutes façons, j’ai déjà été témoin de la lâcheté de quelques uns de tes collègues : je marchais parallèlement à une voiture pleine de quatre policiers qui avançait au ralenti : en plein centre ville face à elle un carrefour en T. A deux cent mètres à sa droite, 5-6 types s’acharnant à coups de pieds sur un autre à terre. Je les ai vu voir la scène aussi distinctement que moi. Dans quelle direction croyez-vous que nos preuxs chevaliers de la loi et de l’ordre choisirent de tourner ?


Tout dépend du contexte et de la situation. Peut-être étaient ils en mission urgente ?
Et tout dépend aussi des ordres. Enfin, je ne te cacherais rien en disant que les policiers sont de moins en moins motivés et font de plus en plus attention à ce qu’ils font avant d’intervenir (surtout en pleine période électorale).
Regarde lors des manifs anti cpe et les jeunes bourgeois qui se faisaient rackettés à la vue des CRS et des policiers…
Ont-ils été défendus ? Non, et les CRS ont bien fait. S’ils étaient intervenus, on aurait crié au racisme.


Citation :
Rien que cette phrase dans laquelle tu dis que si un maghrébin est correct à ton encontre (et non « à ton égard », ce qui est déjà un présupposé paradoxal) prouve que tu laisse une place à ton racisme dans l’exercice de tes fonctions. Sinon, tu te contenterais d’affirmer ce que tu affirmes dans tes rapports à tout individu dans l’exercice de tes fonctions.


Tu me parles de mon manque de neutralité ? Explique moi, de part mon expérience et ceux de mes collègues avec qui j’ai pu discuté sur le sujet, pourquoi un maghrébin utilise aussi souvent l’alibi du racisme lorsqu’il est verbalisé ou sanctionné comme pour se couvrir et légitimer ses actes ?
A chaque interpellation, il y a déjà, quoiqu’on fasse, déjà un présupposé racial concernant certains types d’individus comme si le caractère racial était systématiquement avéré sans que cela soit pour autant prouvé et la cause de l’interpellation.
Enfin, il faut dire que le racisme est devenue un fonds de commerce pour certains individus où toute forme de prétexte est utilisée pour en être sujet. C’est devenu une forme de privilège.
Cela me rappelle une anecdote il y a peu (parmi des innombrables) où un forain d’origine maghrébine qui refusa une législation, accusa mon collègue de racisme tout en lui crachant dessus (ce qui est absurde puisque tous les autres forains étaient d’origines maghrébins, or mon collègue n’a jamais eu aucun problème avec eux).


Citation :
Quant à ton « collègue » qui fait zarma
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Questions concernant la police   Dim 15 Avr 2007 - 20:20

Zarma ? N’est-ce pas une connotation raciale ? Pourquoi un maghrébin devrait s’exprimer ainsi ?


Citation :
du parti pris, tu me permettra de ne plus douter de l’absence du tien que lorsque tu lui aura ôté les guillemets dont tu le galonnes… Parce qu’en plus des fines plaisanteries de ses collègues, celui que je connais et qui habite dans ma cité se mange les quolibets des zonards multiraciaux de mon hall quand il rentre chez lui.


Pour moi, un collègue qui n’est pas impartial et qui prend la défense des racailles ne mérite pas le qualificatif de collègue me concernant.
Cependant, je connais des policiers maghrébins droits qui eux méritent le qualificatif de collègue sans guillemet, ce qui est d’autant plus vrai puisqu’ils n’hésitent pas à se mettre à dos une partie de leur communauté pour servir des principes supérieurs.


Citation :
D’autre part, si le policier a effectivement un pouvoir en matière de conciliation (en clair, de gratifier symboliquement l’expression implicite degré de soumission exprimé à son égard en fermant plus ou moins les yeux), il n’en a aucune en matière de sévérité. Son pouvoir se borne à constater, élucider, voire empêcher les infractions dans le cadre des pouvoirs que lui attribue la loi, rien de plus.



Allons, allons, il a aussi le pouvoir de sanctionner en fonction des pouvoirs qui lui ont été attribués.


Citation :
Ce n’est pas à lui d’être sévère ou pas mais à la loi et à la justice.



Sur le terrain, il y a toujours une interprétation possible suite à une infraction. Tu imagines bien. Sinon, cela serait invivable pour tout le monde. Le policier est muni d’un certains nombre d’outil législatif mis à sa disposition qui lui permet d’être répressif.


Citation :
Ta vision de ton propre métier me rappelle la vision qu’ont les enfants du gendarme dans le petit théâtre de Guignol.


Et toi, ta vision de ce métier semble complètement déconnectée de la réalité.


Citation :
Je ne comprends pas : d’un coté tu me dis que la loi Sarkozy sur les rassemblements dans les halls d’immeubles (votée bien avant les émeutes) n’a pas été appliquée par peur de l’embrasement, et de l’autre tu m’expliques que les émeutes de novembre 2006 ont été une manière pour lui d’asseoir sa popularité…


Sarkosy pouvait juguler les émeutes en un moins de temps.
Cependant, le pouvoir craint un embrasement généralisé (mais pas immédiat). Il essaie de donc de limiter la liberté d’action du peuple (ou du moins, de ses différentes communautés, car je crois que la population n’est plus du tout unitaire en France et se dirige de plus en plus vers une balkanisation une fragmentation, au fur et en mesure que la population devient hétérogène) en créant le phénomène d’insécurité au lieu de le résorber avec des mesures fortes. Sa grande permissivité lui a permis de renforcer en toute légitimité (faussée) son arsenal répressif et son contrôle sur la population (qui avait peur).


Citation :
Car c’est un commissaire qui m’a expliqué un jour qu’il y avait un conflit de lois à ce sujet mais il n’a pas su ou pas voulu m’en dire plus.


Conflit de loi ? La loi peut changer et évoluer. Qui promulgue les lois ? Qui a empêché la suppression de la peine de mort en l’inscrivant dans la constitution ?


Citation :
Tu t’inclus dedans je suppose puisque cela t’attriste d’être un mercenaire…


Cela vient surtout du fait que l’on passe son temps à glorifier les bandits et les truands dans cette société. Le fric est le nerf de tout. Peu importe les moyens utilisés. Les racailles sont donc des héros, avec les politiciens.


Citation :
Aucune loi n’a été votée à ce jour à ce sujet et la police l’utiliserait déjà ? Et puis qu’est-ce qui me prouve que les ripoux en question étaient tous d’origine non européenne ?


La police utilise déjà longtemps la discrimination positive pour détruire les accusations au racisme car dans leur raisonnement binaire (ou plutôt dans celui de la population mais si cela est contesté de plus en plus), être immigré ou être issu d’une minorité fera de toi, quelqu’un de tolérant.
Pas besoin de loi pour appliquer les choses. Surtout s’il y a une volonté politique derrière.
Je ne dis pas qu’ils sont d’origines non européennes. Je dis juste qu’ils issus, pour un nombre grandissant d’entre eux, des quartiers difficiles. Il y a eu une volonté de rendre plus accessible ce métier (par l’intermédiaire des ADS). Or cela a aussi amené son lot de crapule pour qui le métier de policier n’est juste qu’un moyen pour blanchir ses méfaits.


Citation :
Tu veux rire ou quoi ? Par chez moi, les policiers colorés se font traiter de traîtres par bon nombre d’individus colorés, du moins ceux avec qui ils étaient censés apaiser les tensions… Bref, complices des uns d’un coté et traîtres des autres de l’autre…


Je te parle de la théorie, pas de la pratique. Regarde les agents de prévention dans les lignes de bus à risque, ils sont tous colorés. Idem pour les chauffeurs. Pourquoi crois tu que les agents de sécurité dans les supermarchés sont colorés pour la plupart ? Parce qu’ils sont cessés « être frère » des racailles et être par conséquent mieux acceptés, tolérés par leur communauté (et donc ceux qui commettent les méfaits, car la corrélation racaille=origine immigrée est ici implicitement avouée).


Citation :
Si je ne nie pas le taux de racailles d’origine non européenne, je le mets aussi en relation avec leur parcage dans les cités les plus pourries, voire les cités de transit qui s’éternisent, voire leur livraison corps et biens aux profits des marchands de sommeil, alors même qu’ils sont français. Alors que nombre villes bourgeoises comptent à peine 2% de logements sociaux et préfèrent bafouer la loi qui les oblige à passer à 20 % en faisant payer la ridicule amende à leurs administrés qui s’en accommodent d’ailleurs fort bien. Et puis si ces bandes sont si souvent « ethniques » comme tu dis, est-ce un choix délibéré de leur part ou est-ce parce la ghettoïsation les fait se retrouver entre non blancs en bas de l’immeuble par la force des choses.



C’est un simple constat. Regarde à l’étranger, les français aussi forme des communautés et se regroupent entre eux. Les asiatiques vivent entre eux. Chaque communauté a une propension dès le départ à vivre ensemble, car il est naturel pour les hommes, de vivre en priorité avec les siens, ou du moins, les gens qui partagent les mêmes valeurs, la même culture que la sienne car il y aura alors une plus grande probabilité d’entente entre les individus.

Je ne dis pas que ce caractère incontestable ne proviendrait que de la seule faute des immigrés (car quand on veut réellement s’intégrer à un pays, on ne reste pas hermétique aux pays qui nous accueille, on fait en sorte de se plier à ses règles et d’apprendre sa langue, ses mœurs et ses coutumes). Mais il faut bien comprendre, que les immigrations actuelles n’ont plus rien à voir avec les immigrations précédentes, parce qu’elles en sont très éloignées, aussi bien sur le plan spirituel, ethnique que civilisatrice. Il faudra donc plus de temps à ses gens pour s’adapter et s’intégrer complètement à la population française.

Non, la faute revient aussi à l’état à cause de deux grands points :

- le regroupement familiale, car cette simple mesure n’a plus permis aux immigrés de se fondre dans la population française, mais de continuer à vivre séparément du reste de la population dite de souche, selon leur précepte au nom de la diversité. Pas étonnant donc que les enfants des immigrés soient coupés de la société, et plus en phase avec cette dernière. Car ils n’ont plus été éduqués comme des français, mais comme des étrangers dans un pays étranger. Leurs intérêts ne sont plus celui de la société française et de ses français de souche, mais ceux de leur propre communauté.
- le nombre dithyrambique d’immigrés et le type d’immigrés. Il est en effet évident qu’un grand nombre d’individus aura beaucoup plus de mal à s’intégrer à une société que s’ils ne venaient qu’en petit nombre. Il leur faudra moins de temps pour se fondre dans la société française et ils auront moins l’occasion de créer, constituer des communautés, et de vivre ensemble, qu’entre eux. En outre, toutes les immigrations sont différentes. Des immigrés européens auront beaucoup moins de problèmes à s’intégrer à la France, du fait de leur proximité ethnique, religieuse et culturelle plus importante.


Citation :
Dans le mien en tous cas c’est encore varié (entre autres parce que quelques Blancs comme moi qui ont pourtant les moyens de vivre ailleurs n’ont pas refusé d’y habiter) et les plus durs à cuire sont des blancs (quelle chance !). Je m’étonne même que ce soit finalement parmi ceux dont la mère parle à peine le français qu’on trouve le moins de délinquants. On en trouve même qui sont capables de lire Hegel dans le texte… Probablement parce que ce sont justement les moins coupés de leur culture d’origine…


Je pense l’inverse de toi. Voir ci-dessus.


Citation :
Bref, si les racailles non européennes sont effectivement nombreuses, j’en suis à m’étonner qu’elles ne le soient pas encore plus selon tes théories…


Cela varie d’un endroit à l’autre aussi. Je dirai juste que plus les immigrés sont nombreux, moins ils s’intègrent au corps de la nation, à son ensemble, plus ils contestent le pouvoir issu de la majorité (donc de souche) en constituant des groupes parallèles, puisqu’ils commencent à le remettre en cause de part leur nombre. Ici, il ne devient plus question d’être français ou d’être comme un français de souche. Non, ici il devient question de préserver sa culture et son identité coûte que coûte, il devient question de faire en sorte que la France devienne comme soi, comme la culture et l’identité que représente sa communauté.
Cela est dépend plus palpable lorsque l’identité et la culture d’origine des individus sont éloignées du pays où ils se trouvent. Vu les similitudes, il sera en effet moins problématique pour un italien de devenir français qu’un rwandais par exemple. Par contre, si le rwandais devient majoritaire, il aura plus la propension à modeler la société où il se trouve à sa sauce que l’italien en trouvera des intérêts.

Bon, j’arrête. J’ai écris à l’arrache. C’est barbant. Je verrai plus tard.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Questions concernant la police   

Revenir en haut Aller en bas
 
Questions concernant la police
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» UFOs Over Illinois : Police Eyewitnesses !
» Je me pose pas mal de questions sur "le rêve éveillé"
» Questions générales aux Témoins de Jéhovah, Catholiques, Adventistes du Septième Jour, Baptistes, Pentecôtistes, et autres.
» questions diverses sur l operation
» Petites questions toutes betes aux lycéens de LLG

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE FORUM DES ÉGARÉS :: RES PUBLICA :: Chroniques marxiennes-
Sauter vers: