LE FORUM DES ÉGARÉS




Post mortem nihil est
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Allocution Alain SORAL. Lille, 24 février 2007.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Frederic Velours
Valet apatride du Grand Capital
Valet apatride du Grand Capital
avatar

Masculin
Nombre de messages : 166
Age : 57
Localisation : 83
Date d'inscription : 13/02/2007

MessageSujet: Allocution Alain SORAL. Lille, 24 février 2007.   Jeu 1 Mar 2007 - 0:40

http://www.alainsoral.com/

Allocution prononcée à Lille en ouverture de la Convention présidentielle du Front National…
28-02-2007

Communauté et communautarismes.

Avant de parler de communautarisme nous devons parler de communauté.
Replacer ce mot dans une perspective historique.
L’homme est un animal social, il n’existe et n’a toujours existé qu’en communauté.
L’individu, l’égo de Descartes, est une abstraction fausse, une robinsonnade.
De cette individualisme, au cœur de l’idéologie des Lumières, viennent une grande partie de nos problèmes récents.

Au début il n’y a pas l’un, mais le couple, la plus petite communauté.
Car en réalité Il faut dés l’origine un homme est une femme pour que l’humain puisse exister.
L’aporie de l’œuf et de la poule trouvant sa résolution dans l’évolution…

Ce couple originel produit la plus petite et la première communauté : la famille.
La famille, qui produit les enfants produit à sa suite la communauté familiale élargie : le clan puis la tribu, par les agrégations de familles selon les structures de la parenté : endogamie et exogamie, monogamie et polygamie…
Notre société a nous s’étant étendue selon la structure dite de l’éxogamie-monogamique, de loin la plus performante.

On assiste donc dans le temps, et si l’Histoire a un sens, au sens de direction prise par une structure dans la durée, a une dynamique d’agrandissement de la communauté dont le but est intrinsèquement progressiste : regrouper des individus dans une organisation pacifiée, afin d’atteindre des buts de plus en plus élevés par rapport à ceux que peut atteindre l’homme seul.
Ce pouvoir accru ayant comme prix à payer l’acceptation - nécessairement limitative de la toute puissance de l’individu - de la Loi. Acceptation de la Loi qui est toujours discipline du groupe contre pulsion et désir individuel.

Ainsi la civilisation peut se définir comme la tentative de faire grandir pacifiquement la taille de la communauté humaine, en jugulant les deux menaces de désorganisation qui rodent autour d’elle et qui sont toujours : la violence et le chaos.

En terme d’échelle, la plus grande communauté de libre adhésion atteinte par l’homme l’a été dans nos contrées :
Après le clan, la tribu, le fief, le royaume… cette communauté fut la Nation.
L’Empire devant être considéré, non pas comme une communauté au sens propre, mais comme un pouvoir impérial tenant sous son joug un ensemble de communautés dissemblables menaçant toujours de se disloquer : l’Empire austro-hongrois en était un parfait exemple.

La Nation est donc, dans l’Histoire, la plus grande communauté librement consentie, soit des dizaines de millions d’hommes vivant à l’intérieur d’une organisation communément acceptée pacifiquement, pour un destin commun.

Le problème, c’est que ces grandes unités, nées en Europe par imitation de la France – souvent phare de l’histoire occidentale – se sont affrontées jusqu’à se détruire les unes les autres à partir de l’épopée Napoléonienne.
Paradoxe d’une nation transformée en Empire pour tenter d’imposer le modèle national aux empires voisins !
Autre paradoxe de la Nation : plus grande communauté pacifique et productive à l’intérieur de ses frontières, la nation se révéla aussi la plus belliqueuse et la plus destructrice à l’extérieur : les deux grandes guerres - dont la deuxième acheva le déclin de l’Europe et la prééminence des Etats unis d’Amérique - achevant aussi de discréditer la Nation aux yeux des élites dirigeantes.

Pour éviter ces traumatismes à répétition, deux voies se sont proposées pour dépasser ce communautarisme national chauvin :
- la solution de l’internationalisme prolétarien, qui recourt à l’internationalisme et la communautés des classes sociales exploitées.
Communauté de classe elle aussi belliqueuse sur un autre plan : pas nation contre nation, mais classe contre classe…
Un internationalisme (dit aussi antifascisme depuis 1945), emporté lui aussi par le stalinisme : à la fois échec du socialisme dans le « socialisme réel », et retour, en fait, à un nationalisme impérialiste russo-slave passé seulement du blanc au rouge !

Deuxième solution alternative à cet internationalisme prolétarien : la solution mondialiste (dite universaliste), d’inspiration franc-maçonne.
Solution pour laquelle optèrent nos élites nationales après 1945, notamment par Schumann, Monet, Cassin… et la Déclaration universelle des droits de l’homme.

A partir de cette date, les élites dirigeantes européennes décidèrent donc de tuer les nations et de les fondre dans un super-communautarisme universel.

Or ce super-communautarisme universel ne correspond à aucun mouvement profond de l’Histoire ni au consentement des peuples (ni selon Maurras ni selon Marx), mais à une décision d’élite, abstraite, en grande partie soumise aux puissances d’argent.
La première Europe étant d’abord celle de l’acier, du fer et du charbon…
Puissances d’argent dont, dans le même temps - et ce n’est pas un hasard - la logique devient, elle aussi, supra étatique (après avoir été impérialiste d’Etat…).

Ainsi on peut comprendre que cet antinationalisme d’argent, paré des vertus universalistes, n’ait pas conduit à la fraternité universelle et au citoyen du monde adepte de l’espéranto, mais à l’émiettement, à la fragmentation, à l’affaiblissement des communautés historiques, culturelles, religieuses et morales… en communautarismes.

Non plus communautarisme de l’espoir et de la fuite en avant volontariste, mais communautarismes geignards et revendicatifs par manque de liens transcendants : Communautarisme sectaire, communautarisme sociétal… Autant de communautés refusant à la fois l’ancienne communauté nationale et les communautés de classe dans une dynamique liée encore au Marché :
communautés sexuelles de femmes, de gays…
communautés d’âges de jeunes, de seniors…
Communautés ethniques souvent mythifiées et caricaturées…
qui constituent, en réalité, autant de marchés captifs et de segments de marché…

Un communautarisme de la division, de la non collaboration entre groupes issus de la communauté nationale, fondé par et sur le communautarisme victimaire, ou l’ex-Nation n’est plus qu’un agrégat de minorités éternellement victimes d’une majorité silencieuse supposée, elle, parée de tous les maux.

Un communautarisme victimaire qui est, en pratique, une destruction de l’ex-communauté nationale fondée sur la collaboration et la production, pour devenir un communautarisme parasitaire de la revendication haineuse et de la réparation, au nom d’un passé mythifié.
Communautarisme à la fois absurde sur le plan moral, et invivable à terme sur le plan pratique.

Pseudos minorités opprimées qui sont, en réalité, autant de minorités agissantes réclamant, en fait de réparations, des privilèges dans une dynamique de parasitisme et de fragmentation toujours accrue, à l’inverse de la dynamique communautaire originelle dont le but était, je le rappelle, d’agréger pacifiquement le plus d’individus possible dans un but de coopération…

Nous en sommes là aujourd’hui en France, où la haine du national, dans un climat de récession économique, exacerbe en plus les rapports de classes…
Un climat d’injustice social masqué en plus, de façon fort immorale, par des revendications communautaires émanant en réalité de privilégiés.
Soit, en réalité, d’élites communautaires revendicatives ayant accès aux médias.
Terrible injustice et terrible mensonge qui constituent à eux seuls un formidable terreau de guerre civile…
Fautes non pas dues aux communautés réelles, si tant est qu’elles existent, puisque ces représentants communautaires, le plus souvent autoproclamés, ne sont que des réseaux de trafics d’influences qui parlent au nom de communautés, à l’existence déjà discutable et problématique, et, qui plus est, ne les ont pas mandaté pour parler en leur nom.

Face à ce travail de destruction de la communauté française, je pense donc qu’il est urgent de revenir à la communauté de la plus grande échelle ayant existé : la Nation.
Non pas une Nation belliqueuse et expansionniste, mais une Nation de culture et de paix tournée vers la collaboration entre Nations…
Le danger de guerre étant inexistant en Europe entre grandes Nations, c’est bien le danger de guerre civile, pour cause de communautarisme exacerbé, contre lequel il faut aujourd’hui lutter, et ce en revenant à ce modèle que nous, Français, avons inventé et dont nous avons fait cadeau au monde : la Nation.
Nation qui est une et indivisible, qui ne reconnaît aucune communauté ni lobby, mais seulement des citoyens égaux en droits, et qui a pour but l’intérêt général.

Il faut donc s’opposer notamment à l’importation pernicieuse en France du « conflit de civilisations », thèse et projet néo-conservateur américain qui passe, vous l’avez compris, par l’affrontement communautaire, et dont le but pervers est de diviser pour régner.

Ceux qui auront compris cette démonstration, auront donc aussi compris mes positions politiques, et en quoi elles ne visent qu’au salut de la France…

Je vous remercie de m’avoir écouté,

Alain SORAL
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ajax
Résistant anti-système
Résistant anti-système
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1521
Date d'inscription : 21/11/2006

MessageSujet: Re: Allocution Alain SORAL. Lille, 24 février 2007.   Jeu 1 Mar 2007 - 1:16

Très bon. Clair, concis, peut être un peu court mais l'idée est là. C'est vraiment pas simple de faire un tel exposé en si peu de mots. Je suis sûr qu'il aurait pu aller un peu plus loin sur la conception moderne de la nation ou de la patrie (les deux termes pouvant bien se méler actuellement) comme la seule réponse viable au mondialisme.

Par contre j'attendais plus de lui sur le "conflit des civilisations". De mon point de vue, il est là, ne pas le voir, c'est refuser de penser. Certes ce n'est pas le monde arabe contre l'occident comme veulent le montrer les néo-cons dans une dernière tentative de supplanter la lutte des classes. Mais ce conflit existe bien au delà de l'islamisme et des furies moyen orientales. Pour moi, je vis l'expansion délirante de la Chine maoïste comme l'expression la plus radicale et la plus violente de ce conflit. J'ai encore du mal à en faire une analyse marxiste actuellement tant cette offensive me déroute et me perturbe, par essence mais également à cause de l'entremise du capitalisme bourgeois.

Affaire à suivre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tatave
Idiot utile
Idiot utile
avatar

Masculin
Nombre de messages : 742
Date d'inscription : 09/01/2007

MessageSujet: Re: Allocution Alain SORAL. Lille, 24 février 2007.   Jeu 1 Mar 2007 - 2:15

Ce qui va se passer, probablement avec les Chinois :

Une vente massive et précipitée de dollars, une panique financière internationale qui pourrait être déclenchée par n’importe quel événement mineur.

Et, au final, la récession aux States, après flambée des prix et des matières premières, suivie du plus gros krach économique de tous les temps, dans les pays exportateurs qui dépendent du marché intérieur ricain.

Il serait peut-être intelligent, au bout du compte, de songer à faire du commerce avec les pays pas trop alignés…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
filantropic
Adepte de la cabale
Adepte de la cabale
avatar

Masculin
Nombre de messages : 431
Age : 42
Date d'inscription : 19/11/2006

MessageSujet: Re: Allocution Alain SORAL. Lille, 24 février 2007.   Jeu 1 Mar 2007 - 3:58

Je trouve la declaration de Soral synthétique et plutôt éclairante sur sa définition des communautés et de la nation.

Peut être quelques raccourcis ou imprécisions liés à cet exercice de style et à replacer dans le contexte de son action militante qui par nature limite la vision (trop) critique et impose nécessité de clarté et de pédagogie.
Enfin Un bel os à ronger pour MAGGLE ! :P

ajax a écrit:
la conception moderne de la nation ou de la patrie (les deux termes pouvant bien se méler actuellement)

Je ne te rejoins pas sur ce point ajax.On peut faire preuve de patriotisme sans pour autant être nationaliste. Je peux peux me sentir patriote sans pour autant adhérer à une vision politique de la nation.

ajax a écrit:
je vis l'expansion délirante de la Chine maoïste comme l'expression la plus radicale et la plus violente de ce conflit. J'ai encore du mal à en faire une analyse marxiste actuellement tant cette offensive me déroute et me perturbe, par essence mais également à cause de l'entremise du capitalisme bourgeois.

Quels genre de monstre politico-économique va t il naitre de cette association dans les années à venir ? Question

Une telle question mériterai un sujet à lui tout seul je pense.


Dernière édition par le Jeu 1 Mar 2007 - 5:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MAGGLE
Banni(e) parce que je le vaux bien
Banni(e) parce que je le vaux bien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2559
Localisation : Suburbs
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: Allocution Alain SORAL. Lille, 24 février 2007.   Jeu 1 Mar 2007 - 4:18

Houla, ça fait drôle de lire cet exposé aussitôt après que j’aie posté le mien sur le même sujet.
Ce qui est curieux, c’est que j’approuverais tout ce qu’il dit à quelques détails près. Or, ce sont peut-être des détails pour vous, mais pour moi, ça veut dire beaucoup. Détails par lesquels nous divergeons en fait radicalement.

En voici quelques exemples anecdotiques ou significatifs :

Citation :
L’aporie de l’œuf et de la poule trouvant sa résolution dans l’évolution…

Certes elle trouve dialectiquement sa résolution dans l’évolution. Mais une fois la question de la résolution résolue, celle de l’explication n’en reste pas moins toujours posée. Il n’est pas plus sain d’éclipser la question du comment par celle du pourquoi que l’inverse. Les deux questions doivent avancer et se nourrir l’une de l’autre.

Or, si l’on transpose cette question sur l’état et le peuple, l’état bourgeois post révolutionnaire ne fait pas de la nation une résolution mais une explication (dont toute la ruse consiste à la faire passer pour une résolution). Que son appareil existe à l’échelle d’un pays ou à celle d’une communauté de pays décidée par le haut ne change rien à l’affaire. L’eurolâtrie vaut bien la francolâtrie. Si ces idolâtries étaient autre chose qu’une résolution théorique des problèmes des peuples, ça aurait fini par se savoir depuis le temps…

Citation :
Notre société a nous s’étant étendue selon la structure dite de l’éxogamie-monogamique, de loin la plus performante.

Là encore, la plus performante selon nos critères. Et j’ai bien peur que ces critères ne soient que ceux d’une efficacité de prédation. De plus, l’exogamie n’est apparue dans les couches populaires de nos sociétés qu’avec l’industrialisation. Auparavant, à force de se marier au sein du même village, tout le village finissait par être plus ou moins cousin. C’est l’industrialisation qui a favorisé l’exogamie (via l’exode rural) et pas le contraire. Là encore, drôle d’essentialisme pour un marxiste…

Citation :
Le danger de guerre étant inexistant en Europe entre grandes Nations, c’est bien le danger de guerre civile, pour cause de communautarisme exacerbé, contre lequel il faut aujourd’hui lutter, et ce en revenant à ce modèle que nous, Français, avons inventé et dont nous avons fait cadeau au monde : la Nation.

Je ne suis pas un grand fan de l’Europe mais enfin, c’est peut-être justement là l’un des rares effets bénéfiques en interne de cette construction. Certes elle aurait tendance à amplifier les risques de conflits communautaires mais entre ces deux risques, j’aimerais autant n’en courir aucun. Le seul risque que je sois prêt à assumer le cas échéant est le risque révolutionnaire. Non par goût du sang mais parce qu’il me semble inéluctable. Sinon, comme tout un chacun, je préfèrerais l’éviter.

Citation :
Un internationalisme (dit aussi antifascisme depuis 1945), emporté lui aussi par le stalinisme : à la fois échec du socialisme dans le « socialisme réel », et retour, en fait, à un nationalisme impérialiste russo-slave passé seulement du blanc au rouge !

Il passe quand même un peu vite sur les raisons de l’échec du socialisme dit réel et de son dévoiement impérialiste. Normal, il est à une convention FN…

Citation :
Nation qui est une et indivisible, qui ne reconnaît aucune communauté ni lobby, mais seulement des citoyens égaux en droits, et qui a pour but l’intérêt général.

Oui, enfin, ça reste de la théorie cette histoire d’égalité en droits des citoyens et d’intérêt général. De la part d’un marxiste, cette phrase me déçoit.

Enfin, la question du dépassement de la nation n’est toujours pas évoquée (si tant est qu’il faille dépasser cette notion et non pas la congédier purement et simplement). Normal me direz-vous, il est toujours à une convention FN…

Je le reconnais plus finalement dans cette phrase de Bernstein, penseur social-démocrate : « Le but final, quel qu’il soit n’est rien, le mouvement est tout », que dans celle de Rosa Luxembourg : « Sans le but final, pas de mouvement réel » qui pourrait faire office de réponse.

Une autre conclusion toute personnelle : Tous les athées ne ressentent pas le besoin de transcendance. Mais certains athées ressentent ce besoin et ne se résolvent pas à le remettre entre les mains de Dieu. Faute de mieux, ils le placent dans la nation. Comme d’autres dans la défonce, l’argent, le jeu ou le cul… Une idole comme une autre… C’est là leur drame.

PS : Cette question centrale à propos de laquelle tournent beaucoup de posts aujourd’hui se trouve dispersée dans beaucoup de fils. Tant mieux/tant pis.

PPS pour Filantropic : L’ais-je bien rongé ? :P
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
filantropic
Adepte de la cabale
Adepte de la cabale
avatar

Masculin
Nombre de messages : 431
Age : 42
Date d'inscription : 19/11/2006

MessageSujet: Re: Allocution Alain SORAL. Lille, 24 février 2007.   Jeu 1 Mar 2007 - 4:55

Citation :
Notre société a nous s’étant étendue selon la structure dite de l’éxogamie-monogamique, de loin la plus performante.

maggle a écrit:
Là encore, la plus performante selon nos critères.

A performante, j'aurai préféré anthropologiquement et historiquement la plus répandue.Mais je pinaille.

maggle a écrit:
Une autre conclusion toute personnelle : Tous les athées ne ressentent pas le besoin de transcendance. Mais certains athées ressentent ce besoin et ne se résolvent pas à le remettre entre les mains de Dieu. Faute de mieux, ils le placent dans la nation. Comme d’autres dans la défonce, l’argent, le jeu ou le cul… Une idole comme une autre… C’est là leur drame.

Certains même au travers de la "grande prolétarie universelle" ? Besoin de transcendance légitime et nécessaire pour la très grande majorité du genre humain... je ne pense pas échapper à la règle. Il me semble vain de vouloir éluder cette question.

maggle a écrit:
PPS pour Filantropic : L’ais-je bien rongé ? :P

c'est marrant tu n'as pas tiqué sur ceci :


Citation :
La Nation est donc, dans l’Histoire, la plus grande communauté librement consentie, soit des dizaines de millions d’hommes vivant à l’intérieur d’une organisation communément acceptée pacifiquement, pour un destin commun.

Mais je pinaille encore une fois Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ajax
Résistant anti-système
Résistant anti-système
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1521
Date d'inscription : 21/11/2006

MessageSujet: Re: Allocution Alain SORAL. Lille, 24 février 2007.   Jeu 1 Mar 2007 - 9:17

filantropic a écrit:

ajax a écrit:
la conception moderne de la nation ou de la patrie (les deux termes pouvant bien se méler actuellement)

Je ne te rejoins pas sur ce point ajax.On peut faire preuve de patriotisme sans pour autant être nationaliste. Je peux peux me sentir patriote sans pour autant adhérer à une vision politique de la nation.

je ne dis pas le contraire. J'ai parlé d'un mélange possible des termes actuellement pas d'un remplacement de l'un par l'autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
filantropic
Adepte de la cabale
Adepte de la cabale
avatar

Masculin
Nombre de messages : 431
Age : 42
Date d'inscription : 19/11/2006

MessageSujet: Re: Allocution Alain SORAL. Lille, 24 février 2007.   Jeu 1 Mar 2007 - 12:11

ajax a écrit:

je ne dis pas le contraire. J'ai parlé d'un mélange possible des termes actuellement pas d'un remplacement de l'un par l'autre.
Autant moi pour
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MAGGLE
Banni(e) parce que je le vaux bien
Banni(e) parce que je le vaux bien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2559
Localisation : Suburbs
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: Allocution Alain SORAL. Lille, 24 février 2007.   Jeu 1 Mar 2007 - 12:19

filantropic a écrit:
Certains même au travers de la "grande prolétarie universelle" ? Besoin de transcendance légitime et nécessaire pour la très grande majorité du genre humain... je ne pense pas échapper à la règle. Il me semble vain de vouloir éluder cette question.

Bien vu Filantropic, mais la "Grande Prolétarie Universelle" constitue pour moi un constat et non un destin. Le destin souhaité pour moi serait plutôt le dépassement du prolétariat par lui-même. Prolétarien mais pas prolétariste.

Une question à laquelle je ne saurais répondre cependant si l'on veut la transposer sur le plan de la nation : l'idée nationale peut-elle être l'instrument de son dépassement ?

Quant à Dieu, il ne peut être Lui-même la condition de son dépassement puisqu'il est dépassement de toutes les conditions...

maggle a écrit:
c'est marrant tu n'as pas tiqué sur ceci :

Citation :
La Nation est donc, dans l’Histoire, la plus grande communauté librement consentie, soit des dizaines de millions d’hommes vivant à l’intérieur d’une organisation communément acceptée pacifiquement, pour un destin commun.

Mais je pinaille encore une fois Very Happy

Oui c'est vrai mais à plus d'heure du mat' on fait ce qu'on peut...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ajax
Résistant anti-système
Résistant anti-système
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1521
Date d'inscription : 21/11/2006

MessageSujet: Re: Allocution Alain SORAL. Lille, 24 février 2007.   Jeu 1 Mar 2007 - 13:01

Allez zou, je sors les ciseaux.... (au fait, il devient quoi --------->8-------- ?)
MAGGLE a écrit:
filantropic a écrit:
Certains même au travers de la "grande prolétarie universelle" ? Besoin de transcendance légitime et nécessaire pour la très grande majorité du genre humain... je ne pense pas échapper à la règle. Il me semble vain de vouloir éluder cette question.

Bien vu Filantropic, mais la "Grande Prolétarie Universelle" constitue pour moi un constat et non un destin. Le destin souhaité pour moi serait plutôt le dépassement du prolétariat par lui-même. Prolétarien mais pas prolétariste.
excellent, un constat.... et on en fait quoi ?
MAGGLE a écrit:

Une question à laquelle je ne saurais répondre cependant si l'on veut la transposer sur le plan de la nation : l'idée nationale peut-elle être l'instrument de son dépassement ?
Merci pour la réponse MyGirl. C'est bien là tout le dilemme mis en avant par Soral et par d'autres avant lui. Le mot "instrument" est excellent mais je préfère celui de "préalable" ou d'"étape". Le concept que je défends c'est naturellement celui de l'homme fort qui va défendre les faibles. Mais, pour le moment, nous ne sommes pas forts. L'idée avait été bonne de constituer une entité supranationale pour se renforcer et soigner nos plaies du passé. Le problème c'est que nous l'avons tuée. Cette Europe des quarante-douze est définitivement notre fossoyeur. Nous ne pouvons être forts avec des cellules pourries par leur pauvreté (Roumanie, Bulgarie, pays baltes...) ou par des plaies béantes par lesquelles pénètrent des corps étrangers nuisibles (Angleterre, Pologne, Tchéquie...).

La nation, c'est une sorte de placébo. Ca n'existe pas vraiment, en tous cas, pas dans les termes définis par la bourgeoisie ou l'aristocratie (on en a parlé sur le topic double restitution). La nation, c'est aussi une outre vide multitâche. Puisque ces deux castes ont créé le concept et en ont laissé vague la substance, emparons nous-en et remplissons là avec des valeurs plus saines, quitte, certainement, à la remettre dans les oubliettes après l'avoir utilisée.

L'idée est là...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MAGGLE
Banni(e) parce que je le vaux bien
Banni(e) parce que je le vaux bien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2559
Localisation : Suburbs
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: Allocution Alain SORAL. Lille, 24 février 2007.   Jeu 1 Mar 2007 - 13:53

ajax a écrit:
Le concept que je défends c'est naturellement celui de l'homme fort qui va défendre les faibles. Mais, pour le moment, nous ne sommes pas forts.

A condition que l'homme fort ne tire pas sa force de la faiblesse du faible...

Autant laisser les faibles organiser leur défense par eux même. L'union fait la force dit-on.

ajax a écrit:
L'idée avait été bonne de constituer une entité supranationale pour se renforcer et soigner nos plaies du passé. Le problème c'est que nous l'avons tuée.

J'eus quant à moi préféré qu'elle fut internationale, voire transnationale.

ajax a écrit:
Cette Europe des quarante-douze est définitivement notre fossoyeur. Nous ne pouvons être forts avec des cellules pourries par leur pauvreté (Roumanie, Bulgarie, pays baltes...) ou par des plaies béantes par lesquelles pénètrent des corps étrangers nuisibles (Angleterre, Pologne, Tchéquie...).

Pas compris. Quelque chose m'échappe par rapport à l'Angleterre, la Pologne et la Tchéquie.

ajax a écrit:
La nation, c'est une sorte de placébo. Ca n'existe pas vraiment, en tous cas, pas dans les termes définis par la bourgeoisie ou l'aristocratie (on en a parlé sur le topic double restitution). La nation, c'est aussi une outre vide multitâche. Puisque ces deux castes ont créé le concept et en ont laissé vague la substance, emparons nous-en et remplissons là avec des valeurs plus saines, quitte, certainement, à la remettre dans les oubliettes après l'avoir utilisée.

L'idée est là...

Oui, mais dans ce cas, pourquoi ne pas utiliser les mots "truc", "machin", "bidule", plus aptes à servir d'outre aux substances qu'on veut bien y mettre ?

Au fur et à mesure que je te connais Ajax, je trouve que tu as des analyses souvent fines et pertinentes mais ton rapport au prestige ne cesse de me déconcerter. C'est une bonne part de ce qui nous différencie je crois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Allocution Alain SORAL. Lille, 24 février 2007.   Jeu 1 Mar 2007 - 13:59

Ce qui est d’autant plus vrai que nous sommes dans une société de mouvement permanent, favorisé par le capitalisme où tout se limite à construire, déconstruire, mouvement de capitaux, mouvement humains, échanges internationaux. N’est-ce pas l’une des finalités du commerce et de la société de consommation ? Dans notre société actuelle, le mouvement EST une finalité.
Cela est d’autant plus vrai que ce sont ceux qui ont ce mode de vie (le mouvement pour le mouvement) qui sont les plus hostiles à ce qui est traditionnel, coutumier et à ce qui ne s’inscrit dans la quête permanente du mouvement, qui prend effet dans le diktat de la mode et de l’actualité.
Tout ce qui ne favorise pas ce mouvement, c'est-à-dire tout ce qui est lié, attaché ou enraciné à quelque chose est systématiquement proscrit, diabolisé.
Revenir en haut Aller en bas
MAGGLE
Banni(e) parce que je le vaux bien
Banni(e) parce que je le vaux bien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2559
Localisation : Suburbs
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: Allocution Alain SORAL. Lille, 24 février 2007.   Jeu 1 Mar 2007 - 14:15

Cochonnet a écrit:
Dans notre société actuelle, le mouvement EST une finalité.

Idem pour les sociétés de type fasciste. Seul le moteur change.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ajax
Résistant anti-système
Résistant anti-système
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1521
Date d'inscription : 21/11/2006

MessageSujet: Re: Allocution Alain SORAL. Lille, 24 février 2007.   Jeu 1 Mar 2007 - 15:32

MAGGLE a écrit:
.... SNIP .....

Pas compris. Quelque chose m'échappe par rapport à l'Angleterre, la Pologne et la Tchéquie.
je parle de la soumission de ces pays vis à vis des Etats Unis pour qui l'existence de l'Europe constitue une menace économique certaine (blabla sur le role de l'économie dans le capitalisme et le libéralisme).

RALAGGLE a écrit:
Au fur et à mesure que je te connais Ajax, je trouve que tu as des analyses souvent fines et pertinentes mais ton rapport au prestige ne cesse de me déconcerter. C'est une bonne part de ce qui nous différencie je crois.
Je suis d'accord, le prestige m'importe énormément. C'est un atavisme corsican bonapartisto-paoliste.

Tiens faudrait que je crée un sujet sur Pascal Paoli qui, pour moi, est le plus grand homme de la terre de France.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Working Class Hero
Tapette bobo du tertiaire
Tapette bobo du tertiaire
avatar

Masculin
Nombre de messages : 41
Age : 40
Localisation : Boboland
Date d'inscription : 01/11/2006

MessageSujet: Re: Allocution Alain SORAL. Lille, 24 février 2007.   Jeu 1 Mar 2007 - 19:04

Pascal Paoli? C'est pas lui qui a livré la Corse aux Anglais sous le Directoire?

C'est possible d'être bonapartiste et paoliste en même temps?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ajax
Résistant anti-système
Résistant anti-système
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1521
Date d'inscription : 21/11/2006

MessageSujet: Re: Allocution Alain SORAL. Lille, 24 février 2007.   Jeu 1 Mar 2007 - 19:16

C'est surtout le père de la démocratie corse qui a mis en place une république dès 1769.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Working Class Hero
Tapette bobo du tertiaire
Tapette bobo du tertiaire
avatar

Masculin
Nombre de messages : 41
Age : 40
Localisation : Boboland
Date d'inscription : 01/11/2006

MessageSujet: Re: Allocution Alain SORAL. Lille, 24 février 2007.   Jeu 1 Mar 2007 - 19:46

C'est vrai que c'est un des pères de la démocratie libérale moderne (pas de la rébublique : il y avait déjà eu Rome, Florence et Venise avant).

Cela dit, s'allier aux Anglais en son temps ça ne peut pas faire de lui un "grand français" (entre la perte du Canada et Trafalgar). Mais tu parles plutôt de "terre de France" que de français et comme de ce que je connais de son histoire il se place hors de l'histoire nationale à proprement parler, c'est pas contradictoire.

Je disais aussi que les Corses sont généralement soit paolistes soit bonapartistes. Même si on peut se revendiquer des deux comme moi je le pourrais de Giuseppe Garibaldi, Auguste Blanqui et Jacques Médecin!! C'est la fierté de mes racines. Un truc de latin.

Pace e salute
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ajax
Résistant anti-système
Résistant anti-système
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1521
Date d'inscription : 21/11/2006

MessageSujet: Re: Allocution Alain SORAL. Lille, 24 février 2007.   Jeu 1 Mar 2007 - 20:31

ajax a écrit:

Tiens faudrait que je crée un sujet sur Pascal Paoli qui, pour moi, est le plus grand homme de la terre de France.
Je n'ai pas parlé de la France en tant que tel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Working Class Hero
Tapette bobo du tertiaire
Tapette bobo du tertiaire
avatar

Masculin
Nombre de messages : 41
Age : 40
Localisation : Boboland
Date d'inscription : 01/11/2006

MessageSujet: Re: Allocution Alain SORAL. Lille, 24 février 2007.   Jeu 1 Mar 2007 - 21:39

Oui j'ai compris, c'est ce que je voulais dire dans mon message précédent, mais c'était pas forcément très clair de la façon dont je l'ai écrit.

Yeah
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Allocution Alain SORAL. Lille, 24 février 2007.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Allocution Alain SORAL. Lille, 24 février 2007.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Alain Soral . Les 7 thèmes d' une société
» JNSR Message du 8 février 2007 La Sainte Église et la Mère
» JNSR Message du 10 février 2007-Vigile de N.D.-Lourdes
» Alain Soral est il Pro Musulman / Islam ? ( plus séries de vidéos du frère anti-malthus (hafidahuLah))
» Vidéo-Vérité : "Dieudonné et Alain Soral sont des agents de la Révolution iranienne et du Hezbollah"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE FORUM DES ÉGARÉS :: PLACE DE GRÈVE :: Soral sans rival-
Sauter vers: