LE FORUM DES ÉGARÉS




Post mortem nihil est
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 "L'Autre Dumas" : ciné officiel et négrophobie

Aller en bas 
AuteurMessage
Le Bordelleur
Sophiste d'estaminet
Sophiste d'estaminet
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1536
Age : 39
Date d'inscription : 13/06/2007

MessageSujet: "L'Autre Dumas" : ciné officiel et négrophobie   Mar 16 Fév 2010 - 15:30

Segmentation du fil
http://kalayuga.frbb.net/pris-dans-la-toile-f26/interrogation-surprise-sur-un-profil-de-meuf-t3439.htm

Jul a écrit

Citation :
J'avais cru comprendre qu'en ce moment, la tendance était plus à cogner sur les bicots qui voilent nos femmes et posent des bombes.
Peut-être, et...
Un divisé pour mieux régner peut en cacher un autre.
La preuve tu essaies de communiquer avec une meuf sur le net, et la conversation est rompue à cause de ce sujet, il y a donc des effets palpables.
De son côté la meuf en question doit raconter qu'elle est tombé sur un gros raciste qui voulait détruire les métisses...

Citation :
Le message du métissage est plus à mes yeux un message gnan-gnan "tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil".
Pour cette raison que le concept de race supérieur est inadapté, il ne se base sur l'orgueil d'une nation comme dans les années 30, mais plutôt sur un aspect anti-raciste de facto. Un métisse ne pouvant pas se permettre, à moins d'être sado maso, d'être raciste...

Tu noteras de la part d'un métisse, il n'y a pas vraiment de mérite à ne pas être raciste, ce n'est pas une prise de position qui se soumet à un choix vertueux, mais une tactique de survie triviale ! Il n'y aura pas non plus d'armées de métisses pour des tas de raisons.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.google.fr/
Le Bordelleur
Sophiste d'estaminet
Sophiste d'estaminet
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1536
Age : 39
Date d'inscription : 13/06/2007

MessageSujet: Re: "L'Autre Dumas" : ciné officiel et négrophobie   Mar 16 Fév 2010 - 18:18

"L’autre Dumas", de Safy Nebbou, avec Depardieu : un film français nul et ouvertement négrophobe.


Par Claude Ribbe

www.claude-ribbe.com

Personne n’a pu échapper à la promotion extrêmement agressive entreprise pour le film L’Autre Dumas dont le propos est de ternir la réputation du romancier Alexandre Dumas, afro-descendant, fils d’esclave haïtien, de le ridiculiser en le faisant représenter par Gégé Depardieu le « Gaulois », et de provoquer tous les descendants d’esclaves ou d’indigènes de France par une offensive raciste tous azimuts destinée à assurer, par la polémique, la promotion du film.

Le père d’Alexandre Dumas, le romancier, s’appelait également Alexandre Dumas. Il était né esclave en Haïti.
C’est le plus grand héros de la Révolution française. Au moment du rétablissement de l’esclavage, Napoléon, par racisme, l’a chassé de l’armée.
Depuis 1802, la France refuse de l’admettre dans l’ordre national de la Légion d’honneur. Alexandre Dumas le romancier, fils du précédent, avait trois ans et demi à la mort de son père. La haine négrophobe de Napoléon poursuivit la famille. La mère, privée de pension, alors qu’elle était veuve d’un général d’armée, dut supplier pour obtenir un modeste bureau de tabac à Villers-Cotterêts.
On lui reprochait de s'être "prostituée" avec un "noir" et qui plus est, un Haïtien. Le fils n’eut aucune bourse pour faire ses études. Malgré cela, et avec l'aide des amis de son père, il monta à Paris et obtint, grâce à son seul talent, le succès que l’on sait. Aujourd’hui, on dirait de Dumas que c’est un écrivain « noir ».
Au XIXe siècle, on ne manquait pas de lui rappeler ses origines, mais jamais en face, car Dumas avait hérité de la stature de colosse de son père et de son habileté aux armes.

Un dessinateur, Cham (descendant du comte de Noë, le propriétaire de Toussaint-Louverture) le persécuta à coup de caricatures toutes plus racistes les unes que les autres. Quand Dumas quittait un salon, certains ouvraient les fenêtres au motif que « ça puait le nègre ».
Dumas publiait énormément, surtout des feuilletons, et vivait de sa plume. Comme il dépensait beaucoup, étant très généreux, il fut obligé d’engager de nombreux collaborateurs qui accomplissaient les recherches historiques qu’il n’avait le temps de faire et traçaient souvent le canevas de ses œuvres. A partir de cela, Dumas se mettait au travail et mettait sa touche de génie, fort aisément reconnaissable. Dumas ne quittait guère sa table de travail, d’où son embonpoint final, comme tous les forcenés de l’écriture (Balzac, George Sand).

Tant qu’on faisait passer Dumas, qui est l’auteur français le plus lu à l’étranger, pour un « caucasien », il n’y eut pas de problème.
Je brisai l’omerta en osant écrire que son père était né esclave. Alexandre Dumas, le dragon de la Reine (épuisé) était la seule biographie publiée en France depuis la mort du général (mis à part celle d’Ernest d’Hauterive, époux de l’arrière petite-fille du général, qui était parue en 1897). J'ai récidivé avec Le Diable noir (publié chez Alphée en 2008 et que j'ai moi-même adapté en documentaire de 52', préacheté mais non encore diffusé par France 2, avec Stany Coppet dans le rôle du général Dumas).
En 2002, Valérie Terranova, conseillère de Jacques Chirac (et mêlée ensuite au coup d’État contre Haïti) décida (sur les recommandations d’un de ses amis) d’annoncer l’entrée au Panthéon d’Alexandre Dumas pour faire un « coup » avant les élections de 2002.
La date de la cérémonie, très contestée à Villers-Cotterêts (où reposait Dumas), fut fixée au 30 novembre 2002. Le président du Sénat, Poncelet, m'invita, à cette occasion, à prendre la parole publiquement pour rendre hommage au général Dumas, dont je rappelai qu’il était arrivé en France sans-papiers, ce qui sema la panique à l’Élysée (dont Dominique de Villepin, entouré d’un cabinet qui n'était noir qu'à cause de ses méthodes, était alors le secrétaire général).

Un auteur, Bernard Fillaire, avait publié de son côté un livre, Alexandre Dumas et associés. Le but de cet ouvrage était fort malsain. Il s’agissait de faire savoir qu’Alexandre Dumas ne méritait pas les honneurs qu’on lui rendait enfin, parce qu’il n’aurait pas écrit ses livres lui même.
En fait, Bernard Fillaire n’avait pas inventé grand-chose. Il ne faisait que mettre au goût du jour un pamphlet publié en 1845 par Eugène de Mirecourt sous le titre Dumas et Cie, fabrique de romans. Avant de laisser tomber la copie et de parler de l’original, notons au passage que c’est Bernard Fillaire qui a écrit le «livre» destiné à faire la promotion de Lilian Thuram, fort inspiré, paraît-il, du travail de divers auteurs non cités.
Drôle de choix, Lilian : tu ferais bien de te méfier de tes "conseillers en communication" qui ne songent qu'à t'"essorer", mais te desserviront, à la longue.
Le pamphlet de Mirecourt était ouvertement négrophobe et d’une violence telle que Dumas dut se résoudre à déposer plainte. Il obtint la condamnation de Mirecourt le 16 mai 1845 à une amende, assortie de 15 jours de prison pour diffamation.

L’aggravation pour cause de racisme n’existait évidemment pas à l’époque (l'esclavage étant toujours en vigueur dans les colonies). Dommage. Qu’on en juge plutôt : « Grattez l’écorce de M. Dumas et vous trouverez le sauvage… Les joujoux le séduisent, les fanfreluches lui tournent le cerveau : Nègre ! »
Quel rapport entre le livre raciste de Mirecourt et L’Autre Dumas de Nebbou ?
C’est la même entreprise. Les négrophobes se sont engagés dans la brèche ouverte par Bernard Fillaire (continuateur de Mirecourt) et ont pu œuvrer avec le soutien de l’appareil raciste d’État mis à contribution pour préparer l’attaque contre Haïti et l’enterrement de la loi Taubira.
Au moment où Pétré-Grenouilleau, grâce à Villepin, à Régis Debray et à Chirac, surgissait du néant où il est depuis retombé, une pièce de théâtre particulièrement nulle était, comme par hasard, écrite et montée pour vilipender Dumas et y faire la promotion d'un inconnu insignifiant, mais blanc de peau, donc providentiel : Auguste Maquet.
Maquet fut au nombre des collaborateurs du romancier : un raté complet, obscur professeur d’histoire. Encouragé par le pamphlet de Mirecourt, auquel il n’était pas étranger, il profita de l’attaque diffamatoire contre Dumas pour l’accabler à son tour de procès, revendiquant une place de co-auteur et, bien sur, des droits en conséquence. Maquet mourut fort riche. Dumas dans la misère.

L’idée a dès lors été soufflée à un réalisateur, Safy Nebbou, de faire, à partir de ce navet glorifiant le nain jaloux Maquet, un film ouvertement négrophobe : on « réhabiliterait » Maquet, le génie méconnu qui deviendrait le "nègre", l'"esclave", exploité par un salaud d'imposteur incapable d'écrire une ligne, et Dumas deviendrait l'imbécile, l'analphabète, le négrier.
La victime deviendrait bourreau, selon les bonnes vieilles méthodes de la propagande coloniale. Puisque les Français commençaient à être informés sur les origines d’Alexandre Dumas et qu’ils n’en étaient que plus admiratifs, il devenait urgent de le salir. On ferait à Dumas ce qu'on a fait à Aristide : deux Haïtiens dérangeants.
Comme on peut s’en douter, Nebbou n’a pas eu de mal à trouver un producteur et à rassembler 11 millions d’euros sur ce projet ignoble.


Au moins Nebbou, et c’est tout son « mérite », n’y est pas allé par quatre chemins. On aurait pu imaginer un film sur les rapports entre Dumas et Maquet, faisant au moins la part des choses. Non, là c’est un film contre Dumas et à la seule gloire de Maquet.
Le Point, l’hebdomadaire que M. Pinault s’est offert avec l’argent des arbres « exotiques » abattus dans les vieilles forêts d’Afrique, l’hebdomadaire où l’on encense, quand il le faut, les Pétré Grenouilleau et Pap Ndiaye, ne s’y est pas trompé en titrant : «Maquet, l’esclave de Dumas». Beaucoup de journalistes ont éprouvé un frisson de jouissance à faire des jeux de mots sur le terme «nègre».

Mais Nebbou est allé plus loin encore. Quitte à nier la négritude de Dumas pour la reporter sur Maquet, il a choisi pour incarner Dumas le plus « gaulois » des acteurs qu’il pouvait trouver : Gérard Depardieu, ou si l’on préfère, Obélix.
Je n’ai rien contre Depardieu, qui est un très grand acteur. Je l’ai vu débuter et remarqué dans La Chevauchée sur le lac de Constance de Peter Handke en 1970 alors qu’il était absolument inconnu.

Pour les mêmes raisons que Dumas, sans doute, (l’argent), Depardieu a participé à des films qui étaient indignes de son talent. Celui-ci est vraiment en tête de liste de ses navets alimentaires. Mais c’est en plus un film abject.
Ni Depardieu, ni Poolevorde, certainement, n’ont compris dans quelle entreprise on les avait embarqués. D’après les rumeurs, Poolevorde aurait toutefois rué dans les brancards durant le tournage, et c’est tout à son honneur.

Au moment où les descendants d’Africains de France se battent pour obtenir un peu de respect et la reconnaissance de leurs héros bafoués, était-il convenable de confier le rôle de Dumas, dont la grand-mère était une esclave noire de peau, au blondinet Depardieu, affublé d’une perruque frisée grotesque ?
Confierait-on le rôle de Molière à mon ami Alex Descas, le plus grand acteur français de sa génération ?

Les acteurs d’origine africaine ou antillo-guyanaise sont tous mes amis et je voudrais leur rendre ici hommage. Ils ont du talent et ils souffrent parce qu’on ne refuse de les employer (et ce n'est certainement pas l'agence de promotion pour la culture de l'outre-mer - le bureau des bals boudins et du zouk - que Frédéric Mitterrand s'apprêterait à confier Patrick Karam, l'agent de Villepin et des békés, le coordinateur officiel du misérabilisme antillais, chargé de la persécution judiciaire, aux frais de l'Etat, des détracteurs de ce même misérabilisme, qui va améliorer leur sort).
Ce refus est particulièrement marqué quand il s’agit de la télévision publique qui, du reste, a financé L’Autre Dumas, comme elle avait financé un navet à la gloire de Napoléon passant le rétablissement de l'esclavage sous silence (un point de détail, sans doute).

Ce qu’a fait Safy Nebbou est une véritable insulte pour les acteurs issus de la diversité. Je sais les difficultés qu’ils éprouvent au quotidien pour vivre de leur talent. J’ai été moi-même élève, dans ma première jeunesse, d’un cours d’art dramatique dont le professeur s’était d’emblée adressé à moi pour me dire : « Oh vous, c’est sûr qu’on aura du mal à vous trouver des rôles dans le répertoire ! » J’ai immédiatement quitté le cours et, plus tard, je me suis mis à la tâche pour qu’un jour, il y ait des rôles pour tout le monde.
Ce qui est grave, c’est que si L’Autre Dumas est un succès, on n’hésitera pas à s’emparer des héros de la diversité pour les faire jouer systématiquement par des acteurs « blancs» plus ou moins grimés comme ce fut le cas aux débuts du cinéma hollywoodien.
L’attaque de Nebbou contre Dumas est d’autant plus monstrueuse que l’on avait toujours refusé en France de faire un film sur cet auteur, pour ne pas avoir à évoquer ses origines.

Personne ne sera surpris de la promotion gratuitement consentie à ce film. Michel Drucker s’indigne, paraît-il, que Dumas n’ait pas écrit lui-même ses livres. Dumas a écrit ses livres.
Mais je conseille à tous ceux qui n’ont pas écrit les leurs un peu de décence, si ce n’est de prudence. L’édition est un petit milieu. Imaginons que tous les Maquet d’aujourd’hui révèlent au grand public le nom des ouvrages auxquels les auteurs n’ont apporté que leur nom sur la couverture ou un brouillon impubliable. Beaucoup de journalistes de télévision, certainement, y perdraient de leur crédit et peut-être même leur place. Ne parlons même pas des hommes politiques.
J’ai publié ce printemps (en tant que directeur de collection d’une maison d’édition) et longuement préfacé La Vendée et Madame, un livre que Dumas avait écrit en 1833 pour le général Dermoncourt, compagnon de son père.
J’avais rétabli la vérité. Un journaliste du Figaro Magazine qui, pourtant, avait accepté de boire et de manger son saoul dans un de ces restaurants dont les nègres sont cachés dans les cuisines (le journaliste était invité, selon l’habitude de beaucoup de journalistes, par l’attaché de presse, aux frais de la maison d’édition).
Un journaliste, donc, du Figaro Magazine, s’était déchaîné sur deux pages, avec une âpreté singulière, pour dire que ce n’était pas Dumas qui avait pas écrit La Vendée et Madame, mais bien le général Dermoncourt. C’est parfaitement absurde car tout le monde sait que Dumas est bien l’auteur de ce livre et que la moindre des choses, en le rééditant, était de le mettre au crédit de son véritable auteur.
Mais pour ce journaliste, cette réhabilitation, que j’avais entreprise, allait à l’encontre du film de Nebbou, alors en tournage et dont il participait certainement déjà à l’entreprise de promotion. Il faut imaginer, en effet, la part de budget de L'Autre Dumas qui a pu être consacrée à régaler les journalistes, qui cette fois semblent avoir au moins la reconnaissance du ventre.

Dumas, étant un nègre, était incapable d’écrire. Donc il ne pouvait avoir écrit pour un autre. Cette thèse développée dans Le Figaro Magazine était en fait empruntée au livre de Mirecourt condamné par la justice où, de la même manière, dès 1845, on niait que Dumas ait été capable d’écrire le livre du général Dermoncourt.

De plus, le fait que ce soit moi qui écrive sur Dumas était parfaitement inacceptable. Je fus traité de « gentleman mystificateur ». Et Le Figaro Magazine titra : Inédit de Dumas : un faux !
L’Autre Dumas sort le 10 février, trois semaines après le cataclysme qui a fait plus de 200 000 morts au pays d’Alexandre Dumas, une semaine avant que le Président de la République ne se rende en Haïti.
Voilà qui montre bien l’opinion qu’une certaine France peut avoir des Haïtiens et plus généralement des descendants d’esclaves, dont Dumas est l’un des plus illustres.
Comment réagir ?
1°/ En n’allant pas voir L’Autre Dumas et en appelant à le boycotter parce que ce film est tout simplement une incitation insidieuse à la haine raciale.
2°/ En signant et en faisant signer la pétition pour qu’un hommage soit enfin rendu au père de la victime de ce film, le général Alexandre Dumas. Ainsi, la promotion raciste qui va être mise en œuvre pendant toute la semaine bénéficiera au moins à une entreprise qui ne l’est pas.
Claude Ribbe,
écrivain,
Président de l'association des Amis du général Dumas

---------------------------

Ce texte nous indique quelque chose sur la perception du métisse afro-européen : est-il noir ou blanc ?
http://fr.wikipedia.org/wiki/Thomas_Alexandre_Dumas

Si Martin Romain devait décrire le général en question, que dirait-il ?

Sinon la pétition :
http://www.general-dumas.org/index.php?option=com_petitions&view=petition&id=47&Itemid=74

---------------------------
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.google.fr/
MAGGLE
Banni(e) parce que je le vaux bien
Banni(e) parce que je le vaux bien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2559
Localisation : Suburbs
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: "L'Autre Dumas" : ciné officiel et négrophobie   Mar 16 Fév 2010 - 21:31

Le bordelleur a écrit:
Un dessinateur, Cham (descendant du comte de Noë, le propriétaire de Toussaint-Louverture) le persécuta à coup de caricatures toutes plus racistes les unes que les autres.

C'est une blague ou quoi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Bordelleur
Sophiste d'estaminet
Sophiste d'estaminet
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1536
Age : 39
Date d'inscription : 13/06/2007

MessageSujet: Re: "L'Autre Dumas" : ciné officiel et négrophobie   Mar 16 Fév 2010 - 21:39

Maggle a écrit

Citation :
C'est une blague ou quoi ?

Ca il faut le demander à Claude Ribbe !
Moi je n'ai fais qu'un copié collé du texte (pas vraiment exact parce que le message, ou ma boite mail ne le permettait, mais la manoeuvre).

Je m'interrogeais plutôt la critique de Ribbe, qui voit dans Dumas un noir, alors que la production française y voit un blanc (Dépardieu pour l'incarner).

Je note juste que l'on se bat pour un métisse dans les faits, ni noir, ni blanc, et que chaque "camp" (c'est ambigu pour Ribbe car il est soit métisse, soit descendant de métisse à mon sens) tente de le ramener vers soi.

Que se passerait-il si un métisse serial killer déboulait, chacun se renverrait la patate chaude ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.google.fr/
Oshun
Idiot utile
Idiot utile
avatar

Féminin
Nombre de messages : 654
Date d'inscription : 23/02/2009

MessageSujet: Re: "L'Autre Dumas" : ciné officiel et négrophobie   Mar 16 Fév 2010 - 22:18

Le Bordelleur a écrit:

Je m'interrogeais plutôt la critique de Ribbe, qui voit dans Dumas un noir, alors que la production française y voit un blanc (Dépardieu pour l'incarner).
La production française n'y voit ni un Blanc ni un Noir, elle y voit un Depardieu, c'est-à-dire des gros sous et de l'audience.

Que Ribbe tire la thématique vers son fonds de commerce habituel est de bonne guerre, qu'on apprécie ou non le personnage (Ribbe) il est vrai qu'une franche pudeur règne de manière générale sur les origines de Dumas. De moins en moins peut-être, mais pendant toute mon enfance, adolescence, et plus tard encore ç'a été le black-out total, sans jeu de mots.

De même que les infos historiques sur la campagne d'Haïti entreprise par Napoléon et le rétablissement de l'esclavage sur insistance de Joséphine de Beauharnais (et surtout le retour la queue basse de l'armée française, ainsi que le tribut honteux réclamé à Haïti par la suite) n'ont jamais eu les honneurs d'aucun de mes manuels d'histoire pendant ma scolarité.

Quant à la crédibilité de Depardieu en Alexandre Dumas, elle est équivalente à sa crédibilité en comte de Monte-Cristo (la baraque de 150 kilos qui s'évade du château d'If au bout de quatorze années de captivité, fallait oser tout de même). C'est la logique de ce que j'écrivais plus haut : Depardiou, c'est avant tout une tonne de barbaque pour production française consensuelle, à consommer tout de suite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Bordelleur
Sophiste d'estaminet
Sophiste d'estaminet
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1536
Age : 39
Date d'inscription : 13/06/2007

MessageSujet: Re: "L'Autre Dumas" : ciné officiel et négrophobie   Mar 16 Fév 2010 - 23:38

Oshun a écrit

Citation :
La production française n'y voit ni un Blanc ni un Noir, elle y voit un Depardieu, c'est-à-dire des gros sous et de l'audience.

Ho, c'est Dieudonné qu'aurait du avoir le rôle ! Laughing

Bon ça risquait pas, mais ça aurait fait autant d'audience...

Citation :
Que Ribbe tire la thématique vers son fonds de commerce habituel est de bonne guerre, qu'on apprécie ou non le personnage (Ribbe) il est vrai qu'une franche pudeur règne de manière générale sur les origines de Dumas. De moins en moins peut-être, mais pendant toute mon enfance, adolescence, et plus tard encore ç'a été le black-out total, sans jeu de mots.

Son fond de commerce pourrit un peu l'objectivité de son propos.
Il est assez évident que si Dumas avait des origines à Saint Domingue, l'acteur aurait pu y faire référence sans pour autant sortir Mouss Diouf.
Sur le black out c'est totalement vrai, j'ai découvert ça sur le tard...

Citation :
De même que les infos historiques sur la campagne d'Haïti entreprise par Napoléon et le rétablissement de l'esclavage sur insistance de Joséphine de Beauharnais (et surtout le retour la queue basse de l'armée française, ainsi que le tribut honteux réclamé à Haïti par la suite) n'ont jamais eu les honneurs d'aucun de mes manuels d'histoire pendant ma scolarité.

Le problème c'est que l'histoire napoléonienne enseignée à l'école est centrée sur Napoléon, là ou Napoléon n'est pas il ne se passe rien. On a donc droit à la campagne d'Egypte, celles de d'Italie, Austerlitz, la campagne de Russie et Waterloo.
Le reste est évacué, et c'est assez logique contenu du temps réel et de l'intérêt limité que les élèves portent à l'histoire .

Pourtant en 1812, les USA déclarent la guerre à l'Angleterre, il y a même une bataille à la Nouvelle Orléans, quelques années après sa vente faites par Napoléon.
Sous la révolution, les Russes ont opprimés les Polonais, qui avait leurs territoires sectionnés en trois, une partie en Autriche Hongrie, une partie en Prusse et l'autre en Russie.
etc.

Sinon on ne parle pas trop de la guerre des 7 ans sous Louis XV, quand l'Angleterre finit pas prendre le Québec. Râleur

En fait on évite un peu les défaites honteuses, sauf celle de la seconde guerre mondiale...

Citation :
Quant à la crédibilité de Depardieu en Alexandre Dumas, elle est équivalente à sa crédibilité en comte de Monte-Cristo (la baraque de 150 kilos qui s'évade du château d'If au bout de quatorze années de captivité, fallait oser tout de même). C'est la logique de ce que j'écrivais plus haut : Depardiou, c'est avant tout une tonne de barbaque pour production française consensuelle, à consommer tout de suite.

Ben c'est sûr que c'est pas très crédible, mais il me semble que présenter la vie de Dumas, c'est aussi s'approcher de son histoire et de la perception qu'il pouvait avoir suite à cette histoire réelle. Alors qu'un personnage de roman, on s'en tape un peu de la crédibilité du personnage incarnant le rôle...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.google.fr/
Le Bordelleur
Sophiste d'estaminet
Sophiste d'estaminet
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1536
Age : 39
Date d'inscription : 13/06/2007

MessageSujet: Re: "L'Autre Dumas" : ciné officiel et négrophobie   Mer 17 Fév 2010 - 0:22

Citation :
un petit garçon, 6 mois, métis de type africain enlevé

Panneau défilant I télé...
Ca s'invente pas...

Jul, va le rendre tout de suite à sa maman ! Angel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.google.fr/
MAGGLE
Banni(e) parce que je le vaux bien
Banni(e) parce que je le vaux bien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2559
Localisation : Suburbs
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: "L'Autre Dumas" : ciné officiel et négrophobie   Mer 17 Fév 2010 - 0:23

Le Bordelleur a écrit:
Citation :
C'est une blague ou quoi ?

Ca il faut le demander à Claude Ribbe !

Je disais ça car dans la Genèse, juste après le déluge (recensement de l'humanité remis à zéro), Cham est l'un des 3 fils de Noë (avec Sem et Japhet). Après avoir vu son daron bourré et à oualpé, il est allé le balancer à ses frangins. Les 2 frangins ont à leur tour cafté Cham à Noë qui, de colère à maudit l'un de ses 4 fils : Canaan (frère de Puth -ancêtre des premiers Maghrébins qui sont donc des fils de Puth Smile -, de Misrahim- ancêtre des premiers Égyptiens- et de Koush -ancêtre des Africains noirs).

L'esclavage des Noirs était justifié par la prétendue malédiction de Cham. Or, si c'est bien Cham qui a balancé son père, la malédiction n'est pas retombée sur lui mais sur son fils Canaan, ancêtre des premiers habitants du territoire actuellement Israélien et non des Africains noirs. Me demandez pas pourquoi ça n'a pas été le fautif qui a été maudit mais l'un de ses fils, j'en sais rien. Mais quoi qu'il en soit, ce n'est pas l'ancêtre biblique des Noirs qui fut maudit, contrairement à ce qui se dit encore.

Bref, tout ça pour vous dire ma surprise quand j'ai appris que le dessinateur Cham descendait du comte de Noë et qu'il persécuta un métis... L'analogie n'avait pas du leur échapper à l'époque.


Dernière édition par MAGGLE le Mer 17 Fév 2010 - 0:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Bordelleur
Sophiste d'estaminet
Sophiste d'estaminet
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1536
Age : 39
Date d'inscription : 13/06/2007

MessageSujet: Re: "L'Autre Dumas" : ciné officiel et négrophobie   Mer 17 Fév 2010 - 0:27

Maggle a écrit

Citation :
Bref, tout ça pour vous dire ma surprise quand j'ai appris que le dessinateur Cham descendait du comte de Noë et qu'il persécuta un métis... L'analogie n'avait pas du leur échapper à l'époque.

Je n'avais même pas fait gaffe, bravo Maggle, tu pourrais faire des vidéos sur les clip Lady Gaga...

Va tout de suite raconter cette anecdote eschatologique à LLP ! Angel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.google.fr/
Oshun
Idiot utile
Idiot utile
avatar

Féminin
Nombre de messages : 654
Date d'inscription : 23/02/2009

MessageSujet: Re: "L'Autre Dumas" : ciné officiel et négrophobie   Mer 17 Fév 2010 - 0:36

Le Bordelleur a écrit:
Ho, c'est Dieudonné qu'aurait du avoir le rôle ! Laughing
Absolument.

Citation :
Bon ça risquait pas, mais ça aurait fait autant d'audience...
Plus, et pour le buzz médiatique tu peux multiplier par dix. Depardieu ça fait à peine ouvrir un œil.

Citation :
Le problème c'est que l'histoire napoléonienne enseignée à l'école est centrée sur Napoléon, là ou Napoléon n'est pas il ne se passe rien. On a donc droit à la campagne d'Egypte, celles de d'Italie, Austerlitz, la campagne de Russie et Waterloo.
Le reste est évacué, et c'est assez logique contenu du temps réel et de l'intérêt limité que les élèves portent à l'histoire.
Disons que pour Haïti cette logique tombe bien.

Citation :
Ben c'est sûr que c'est pas très crédible, mais il me semble que présenter la vie de Dumas, c'est aussi s'approcher de son histoire et de la perception qu'il pouvait avoir suite à cette histoire réelle. Alors qu'un personnage de roman, on s'en tape un peu de la crédibilité du personnage incarnant le rôle...
Un personnage de roman, pour autant que son aspect physique puisse être déduit ou même imaginé à partir de la lecture du livre, est presque aussi caractérisé dans son aspect qu'un personnage historique.

Angelo Pardi dans Le Hussard sur le toit de Giono n'est que très peu décrit, mais il est tout à fait "visualisable", et d'ailleurs très différent de l'incarnation qu'en a faite Olivier Martinez dans le film qui en a été tiré. Quand le film est sorti, curieusement, je n'ai trouvé aucun lecteur du livre qui n'ait pas pensé exactement la même chose. Depardieu en Monte-Cristo, c'est tout de même un peu se foutre du monde.



Dernière édition par Oshun le Mer 17 Fév 2010 - 1:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Bordelleur
Sophiste d'estaminet
Sophiste d'estaminet
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1536
Age : 39
Date d'inscription : 13/06/2007

MessageSujet: Re: "L'Autre Dumas" : ciné officiel et négrophobie   Mer 17 Fév 2010 - 0:54

Oshun a écrit

Citation :
Un personnage de roman, pour autant que son aspect physique puisse être déduit ou même imaginé à partir de la lecture du livre, est presque aussi caractérisé dans son aspect qu'un personnage historique.

Certes, mais bon trahir une fiction est sensiblement moins grave que de trahir l'histoire, non ?

D'autant que malgré tout, un personnage réel et historique sera toujours plus riche humainement qu'un personnage de fiction, dont l'existence est limité à des lignes sur un papier, même si une autobiographie peut s'avérer hyper ronflante et gonflante...

Citation :
Disons que pour Haïti cette logique tombe bien.

Faudrait quand même vérifier dans un manuel d'histoire de seconde, si Toussaint s'y trouve.
Je pense que oui même si ça se doit se limiter à une photo d'un tableau de 3cm sur 4cm, et un texte bateau du genre "Toussaint Louverture, celui qui libéra les esclaves de l'île de Saint Domingue durant la révolution" !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.google.fr/
Le Bordelleur
Sophiste d'estaminet
Sophiste d'estaminet
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1536
Age : 39
Date d'inscription : 13/06/2007

MessageSujet: Re: "L'Autre Dumas" : ciné officiel et négrophobie   Mer 17 Fév 2010 - 1:52

Tient c'est le sujet du débat chez Taddéi...
Paul Marie Couteau a fait un vrai scandale, il a dévié le sujet sur les difficultés de la crise.
Il a parlé d'un monde gouverné par une confrérie de financier.

Au fait Dumas est un quarteron, pour faire bien il aurait fallu hybrider Dieudonné avec Dépardieu.

Il est trop noir Dieudonné ! Sorry
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.google.fr/
Jul le Marteau
Duelliste chevaleresque
Duelliste chevaleresque
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2335
Age : 110
Localisation : Lorraine, 54 M&M.
Date d'inscription : 10/02/2007

MessageSujet: Re: "L'Autre Dumas" : ciné officiel et négrophobie   Mer 17 Fév 2010 - 3:01

Le Bordelleur a écrit:
Citation :
un petit garçon, 6 mois, métis de type africain enlevé

Panneau défilant I télé...
Ca s'invente pas...

Jul, va le rendre tout de suite à sa maman ! Angel

1- pourquoi me prêter ce genre d'intention?
2- j'ai cru comprendre que la pauvre femme est morte.
3- voilà ce qui arrive quand on s'acoquine avec un noir. Dieu puni les traîtres à la race blanche! (tremble, Maggle, tremble!)
4- le N°3 était l'expression de la minorité raciste et catholique de ce forum.
5- Bordelleur, ce genre de billet fait le lit de la monocratie sarkozyste!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Active X
Big Boss
Big Boss
avatar

Masculin
Nombre de messages : 675
Date d'inscription : 26/09/2006

MessageSujet: Re: "L'Autre Dumas" : ciné officiel et négrophobie   Jeu 18 Fév 2010 - 23:35




Moins le blanc est intelligent, plus le noir lui parait bête

(Lu sur un forum à propos de... feuilles de style css)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.dailymotion.com/video/xa7ef_kraftwerk-radioactivity_e
Oshun
Idiot utile
Idiot utile
avatar

Féminin
Nombre de messages : 654
Date d'inscription : 23/02/2009

MessageSujet: Re: "L'Autre Dumas" : ciné officiel et négrophobie   Ven 19 Fév 2010 - 1:00

Le Bordelleur a écrit:
Certes, mais bon trahir une fiction est sensiblement moins grave que de trahir l'histoire, non ?
Dans le cas de Monte-Cristo, ce n'est pas la fiction qui est trahie. C'est la réalité physique. C'est largement plus grave que trahir l'histoire.

Le Bordelleur a écrit:
Il est trop noir Dieudonné ! Sorry
Ci-dessous portrait de Dumas par Nadar. Tu trouves que Depardieu fait mieux l'affaire ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: "L'Autre Dumas" : ciné officiel et négrophobie   

Revenir en haut Aller en bas
 
"L'Autre Dumas" : ciné officiel et négrophobie
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une avant-première et un specimen gratuit : Gallimard vous offre l'Odyssee et le film "L'autre Dumas"
» Petit jeu ... (contre "l'autre forum")
» livre rare : "l'Autre Monde" J.M. ANGELI. Missionnaire Apostolique
» Cinéma : "Le voyage cosmique" (URSS 1935)
» "Tendre l'autre joue"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE FORUM DES ÉGARÉS :: VOX POPULI... :: Douce France-
Sauter vers: