LE FORUM DES ÉGARÉS




Post mortem nihil est
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le jeu des douze jours

Aller en bas 
AuteurMessage
Oshun
Idiot utile
Idiot utile
avatar

Féminin
Nombre de messages : 654
Date d'inscription : 23/02/2009

MessageSujet: Le jeu des douze jours   Ven 25 Déc 2009 - 14:22


Dans certaines traditions chrétiennes et préchrétiennes, les douze jours situés entre le jour de Noël (25 décembre) et le 5 janvier (veille de l'Épiphanie et de la fête des Rois) sont une période sacrée, occasion de méditer sur sa condition et de préparer l'année à venir.
Aujourd'hui encore, dans certaines régions, on prédit le temps qu'il fera dans l'année, mois par mois, en examinant le temps qu'il fait pendant chacun de ces douze jours.

Le philosophe balte Arnold Keyserling et ses proches se livraient à un jeu chaque année pendant cette période : il consistait à appliquer à chacun de ces douze jours sacrés certaines méditations et actions liées au signe du zodiaque qui lui correspond.
Il y a en effet, selon la méthode d'interprétation de la Roue cosmique transmise par Keyserling, un signe par jour, le zodiaque se déroulant jusqu'au 5 janvier inclus, après quoi on peut se livrer aux festivités de Noël ancienne manière (autrefois célébré le 6 janvier, jour de l'Adoration des Mages). En général une galette et une bouteille de champ' suffisent, l'invisible fait le reste et tout le monde est roi.

L'astrologie développée par Arnold n'a rien de celle qui sévit dans les pages des magazines ou les livres de Mme Teissier. C'est une longue histoire, je la résumerai en disant qu'Arnold est "arrivé" à la structure astrologique au terme de longues recherches sur les nombres et la géométrie sacrée, mais elle n'était pas son point de départ. Il y a abouti naturellement, et de façon inattendue, notamment à l'occasion d'une transe associée à une vision dans un moment de grande crise. Par conséquent il ne relie ses symboles à aucune interprétation psychologique ou culturelle mais à ses données fondamentales qu'il appelle "la grammaire de l'homme". La base, ce sont les sept principes de la conscience : trois principes spatiaux et quatre principes temporels.

C'est ainsi qu'avant de nommer des signes correspondant à des constellations - Bélier, Taureau, etc. - il identifie ceux-ci à la combinaison de deux de ces principes de la conscience, une donnée spatiale et une donnée temporelle.

Les données spatiales : corps - âme - esprit.
Les données temporelles : vouloir - sensation - penser - sentir.

(Un mot sur la terminologie : "sensation" devrait être un verbe, or ce verbe n'existe pas en français. Arnold s'exprimait ordinairement en allemand et le terme qui convient est empfinden, éprouver par les sens. Il est à distinguer de fühlen qui, lui, correspond à la donnée temporelle "sentir", éprouver par l'émotion, la pulsion. Il avait tenté en son temps le barbarisme "sensationner" mais ça ne veut pas dire grand-chose, donc je choisis de garder sous forme de substantif ce qui devrait être verbal.)

On obtient donc la correspondance suivante entre signes zodiacaux et principes de la conscience organisée en binômes et se succédant dans un ordre logique. Pour peu qu'on se familiarise avec la signification simple de ces principes, cette correspondance se révèle toujours d'une parfaite transparence pour ceux qui connaissent un peu les symboles de l'astrologie traditionnelle.
Je n'ai pas le temps ce matin de développer ces significations, pourtant passionnantes, et ce n'est pas mon présent sujet ; mais je le ferai prochainement si cela intéresse quelqu'un ici.

Bélier : âme-vouloir.
Taureau : corps-sensation
Gémeaux : esprit-penser
Cancer : âme-sentir
Lion : corps-vouloir
Vierge : esprit-sensation
Balance : âme-penser
Scorpion : corps-sentir
Sagittaire : esprit-vouloir
Capricorne : âme-sensation
Verseau : corps-penser
Poissons : esprit-sentir

Venons-en maintenant à nos douze jours.
Dès le 25 décembre (aujourd'hui donc) le cycle commence. Il va se dérouler jusqu'au 5 janvier inclus avec chaque jour des sujets de méditation et une orientation sommaire de l'action correspondant au signe du jour.
Le lendemain, 6 janvier, doit être marqué par une grande fête.

J'avais d'abord pensé vous exposer aujourd'hui tout le déroulement du cycle, mais en fait je crois plus amusant et plus pédagogique de vous soumettre une étape par jour : libre à vous de suivre les règles du jeu, entièrement ou partiellement (même partiellement, ça fait l'affaire), ou de vous en désintéresser. Mais si vous choisissez de le faire, il est préférable de le faire jusqu'au bout, bien entendu, comme pour tout jeu.

Aujourd'hui, premier jour.

Bélier, âme-vouloir
Maître astral : Rahu, nœud ascendant de la Lune (en astrologie traditionnelle, premier domicile de Mars).






C'est le jour de la personne, du soi, de notre unité personnelle. Le jour où l'on médite sur notre direction. Sommes-nous "à notre place" ou non ? Sommes-nous sur le chemin de l'atteindre ou au contraire croyons-nous nous en éloigner ? Sommes-nous en mouvement ou sur la voie de garage ? Quelle est notre position face à l'innocence, à la culpabilité ? À l'égoïsme, à l'égocentrisme, à l'altruisme ? Au don, au désintéressement ?

Quelques questions sur lesquelles il est bon de méditer aujourd'hui, dans son for intérieur ou en compagnie d'amis :

Qui suis-je ?
Qu'est-ce que j'aime, que je n'aime pas en moi ?
De quoi ai-je peur ? Où ai-je échoué ? Quand et pourquoi ?
Est-ce que je dis facilement "je" ?
Quel est mon premier souvenir ?
Dans quelles circonstances suis-je courageux ou lâche ?
Dans quelles situation est-ce que je demande la pitié des autres ?
Quels sont les événements me concernant que j'aime raconter ?
Lesquels ne voudrais-je jamais raconter ? Pourquoi ?
À quel âge est-ce que je me vois sans réfléchir ?
Où est-ce que je ne persévère pas ?
Quelles sont les qualités que je me reconnais, et que j'aime ?
Quels sont les masques que je prends en cas de peur ?
Quand suis-je parfaitement naturel ?
Quels sont les hommes que j'admire ?
Qu'est-ce qu'ils ont d'admirable ?
Est-ce que j'aime les gens sévères ou indulgents ?
Quand me suis-je affirmé ? Quand ai-je accompli ma volonté ?
Suis-je sujet à la procrastination ? Dans quelles circonstances ? Comment est-ce que j'en sors ?
Qu'est-ce qui me donne confiance en moi ? Des paroles, des regards, la reconnaissance, l'amour ?
Est-ce que je connais le vrai désespoir ? Quand ?
Est-ce que je connais l'amour-propre blessé ? Quand ?

Bien évidemment ces questions n'appellent pas de réponse ici. Ce n'est pas le but. Mais si vous le désirez et si l'exercice vous intéresse, toute pensée ou inspiration qui vous viendrait en le pratiquant sera la bienvenue dans ce fil.

Je vous demande seulement d'éviter tout avis, jugement de valeur, allusion vidéo ou citation de Cioran que vous voudriez exprimer si vous ne pratiquez pas le jeu. Non par évitement de la discussion (on peut très bien en discuter dans un autre fil), mais pour ne pas rompre le charme, car il s'agit d'une expérience. D'avance merci.

Je transférerai dans un autre fil tout post ne s'inscrivant pas dans la dynamique de ce fil. Ce ne sera pas à prendre personnellement, c'est juste pour que tout soit à sa place.


Dernière édition par Oshun le Jeu 31 Déc 2009 - 14:32, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oshun
Idiot utile
Idiot utile
avatar

Féminin
Nombre de messages : 654
Date d'inscription : 23/02/2009

MessageSujet: Re: Le jeu des douze jours   Sam 26 Déc 2009 - 11:41

Samedi 26, deuxième jour

Taureau, Corps-Sensation
Planète : Vénus



C'est le jour où l'on se concentre sur la vie matérielle et la place qu'occupe la notion de beauté (sous toutes ses formes) dans notre vie. Réfléchir sur notre façon de gagner notre vie, l'argent, la subsistance, et comment nous embellissons notre vie à partir de ce que nous gagnons. Ce peut être un embellissement matériel ou immatériel. Nos relations en général avec les objets, la matière, la nature, les sens : odorat, vue, goût, toucher, ouïe. La nourriture, la musique, la voix, les parfums, la notion de douceur ou de rudesse. La paire d'opposés est attachement-détachement, acquérir-céder, générosité-avarice. Où en sommes-nous avec le monde matériel et avec notre propre corps, notre propre apparence physique ? Avons-nous une relation harmonieuse ou conflictuelle avec cela ?

Questions :

Comment est-ce que je vois le monde ?
Quelle est ma relation avec les plantes et les pierres ?
Quelle est mon attitude envers les fleurs, la pluie, le soleil ?
Est-ce que j'aime la pierre, le bois, les cristaux, la laine ? Qu'est-ce que j'aime le plus, le moins ?
Quelles sont les couleurs que j'aime ?
Quelle sorte de paysage ? Mer, plaine, forêt, prés, collines, hautes montagnes ?
Comment décrirais-je la beauté humaine ?
Dans quel domaine suis-je créateur ? Maison, société, cuisine, art ?
Est-ce que j'aime la richesse ?
Comment est-ce que je crée ? En partant de la plénitude ou de la limitation ? Des données disponibles ou en recherchant ce dont je ne dispose pas ? Imagination ou recomposition ?
Quels sont les femmes/hommes qui m'attirent ?
Qu'est-ce que je veux posséder ? Quelle est mon attitude envers la propriété ?
Comment je gagne ma vie ? Revenus, travail, propriété ?
Est-ce que je garde des réserves, que j'épargne ?
Est-ce que la croissance naturelle est importante pour moi ?
Est-ce que je désire des choses pour moi-même ou est-ce que j'aime partager avec les autres ? Quoi ?
Est-ce que j'accepte les cadeaux ? Me rendent-ils heureux ou non ? Est-ce que je veux rendre pour la même valeur ?
Est-ce que j'exploite les autres ? Comment et où ?
Où suis-je fort physiquement et où suis-je faible ?
Quelle est ma démarche pour entamer la matérialisation d'un projet ? Planification ? Ou prendre garde aux occasions et aux événements ?
Est-ce que l'expérience me fait mûrir, ou est-ce que je dois toujours recommencer ?
Où est-ce que je perçois sans association d'idées ? Couleurs, formes, odeurs, goût, parole, contact sexuel ?
De quoi est-ce que je jouis ?


Dernière édition par Oshun le Jeu 31 Déc 2009 - 14:36, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oshun
Idiot utile
Idiot utile
avatar

Féminin
Nombre de messages : 654
Date d'inscription : 23/02/2009

MessageSujet: Re: Le jeu des douze jours   Dim 27 Déc 2009 - 12:27

Dimanche 27, troisième jour.

Gémeaux, Esprit-Penser
Planète : Uranus (en astrologie traditionnelle, premier domicile de Mercure)





C'est le jour de l'intellect. Le sujet de méditation est la vie intellectuelle, les interactions verbales et écrites avec notre entourage. L'apprentissage, l'éducation. Réfléchir sur notre niveau de connaissance - pas seulement scolaire - et les façons dont nous pourrions le modifier, le réorienter. S'interroger sur ce qui fait notre curiosité, ce qui nous intéresse vraiment.
Prêter une attention particulière à la correspondance : e-mails, téléphone, et le lendemain matin courrier postal. Envoyer des cartes de vœux.
Faire aujourd'hui quelque chose qui nous intéresse personnellement : lecture, film, étude, recherche.

Questions :

Qu'est-ce qui m'intéresse ?
De quoi suis-je curieux ? Politiques, sexualité, scandales, questions essentielles ?
Quelle est mon attitude envers les études ? De quelle façon me suis-je instruit ?
Quels sont les livres qui m'inspirent ? Quel est le premier qui m'ait inspiré ?
Est-ce que je lis pour mon métier, pour la distraction, pour la curiosité ? Est-ce que je cherche des lectures motivées par ma peur ou mon ambition ?
Qu'est-ce que je comprends vite ? Qu'est-ce que je comprends lentement ? Pourquoi ?
Mes recherches sont-elles profondes ? Est-ce que je me bloque ?
Quelle est mon attitude envers mes collègues, mes camarades, mes frères, mes sœurs ?
Est-ce que j'adhère à un groupe (politique, spirituel) ?
Est-ce que je méprise ceux qui n'y adhèrent pas ?
Suis-je persévérant dans mes relations, ou est-ce que j'en change au fur et à mesure de la transformation de mes intérêts ?
Quand est-ce que je me laisse guider par une équipe ?
Suis-je prêt à faire un effort en vue d'une évolution personnelle ?
Comment est-ce que j'organise ma journée ?
Combien d'heures sont vouées à mon instruction, à mon progrès ?
Est-ce que je ressens de la gêne d'aimer les polars, les romans sentimentaux, les littératures "bas de gamme" ?
Est-ce que je lis des essais pour me conforter dans les limites de mes certitudes acquises ou pour faire évoluer ma vision du monde ?
Dans quels cas ai-je fait de véritables progrès dans mon évolution ?
Est-ce que je m'ennuie souvent ?
Que fais-je dans ce cas ?
Est-ce que je peux m'intégrer à une équipe ou est-ce que je reste en dehors ?
Si je reste en dehors, en suis-je fier ou triste ?
Ai-je des jugements sommaires radicaux ?
Quand suis-je impatient envers les autres ?


Dernière édition par Oshun le Jeu 31 Déc 2009 - 14:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oshun
Idiot utile
Idiot utile
avatar

Féminin
Nombre de messages : 654
Date d'inscription : 23/02/2009

MessageSujet: Re: Le jeu des douze jours   Lun 28 Déc 2009 - 12:27

Suite du jeu — accrochez-vous, il y en a douze en tout et ça dure jusqu'à la galette des Rois. Aujourd'hui attention, on aborde le domaine délicat des émotions primaires. Pour certains, ça va pulser. Ça commence doucement mais les questions à partir de la moitié de la liste peuvent avoir une profonde résonance.
28 décembre, quatrième jour.

Cancer, âme-sentir
Planète : Lune.





Sentir : aspirer, désirer, aimer ou haïr, s'attacher, se séparer. L'attachement joue un rôle essentiel dans le domaine familial, le foyer avec la satisfaction des besoins fondamentaux, les racines, la fertilité, l'intimité, l'origine. Ces besoins incluent les soins, les soucis des nécessités primordiales comme le requièrent la cuisine, l'agriculture, les tâches domestiques. Ce monde est aussi celui du subconscient et des rêves, de l'écologie, de la nature. Ce jour-là, on médite sur nos origines, nos relations familiales, affectives surtout au sein de la famille. Quel est précisément notre "clan" ? Inclut-il des personnes extérieures à notre famille ou se présente-t-il comme une famille élargie ? Quel est mon rapport au patrimoine, à la mémoire, à la tradition ?

Questions :

De quelle sorte de famille suis-je issu ?
Comment est-ce que je considère mon père/ma mère ?
Qu'est-ce que j'admire en eux ? Qu'est-ce que je méprise ou haïs ? Dans quel cas ai-je honte d'eux ?
Quelle est mon attitude vis-à-vis de leur travail, de leurs accomplissements ?
Qu'est-ce que je veux leur prouver, comment je désire me justifier auprès d'eux ? En quoi désiré-je les dépasser ?
Quels sont leurs comportements qui m'agacent ?
Quand ai-je pris pour la première fois une décision libre ?
Etait-elle positive ou négative ? Action ou passion ?
Quels rêves me semblent significatifs ?
Mes rêves sont-ils en couleurs ? Quand ?
Où sont, pour moi, les points d'interférence entre le monde éveillé et les rêves ?
Mes rêves sont-ils des compensations ou des prévisions ?
Est-ce que je m'y sens voler ? Suis-je immergé dans l'eau ? Recherché pour un crime ?
Quels professeurs ai-je admirés dans ma vie scolaire ? Mon travail s'est-il plus tard rapproché de leurs accomplissements ?
Ai-je des états de conscience ou des visions qui me semblent procéder d'une réalité plus profonde ?
Est-ce que je puise une force qui me vient de mes aïeux ? De mon origine ? Ou est-ce que je me coupe de mes racines ? Pourquoi ?
Est-ce que je les coupe parce que je m'identifie à autre chose, ou est-ce que je refuse certaines expressions de ces forces ?
Où est-ce que je me nourris de ces forces ? Où est-ce que je copie des expressions extérieures à celles de mes origines ?
Comment a commencé mon indépendance par rapport à mon foyer familial ?
Est-ce que je considère cet événement comme un accomplissement ou comme un péché ?
Quand ai-je commencé à me sentir responsable de ce qui m'arrivait ? Culpabilité ou responsabilité ?
Où trouvé-je ma mesure pour manger, boire, mais aussi pour être sévère, indulgent ? Est-ce que je recours à des régimes, des méthodes, des théories, ou mon instinct ? Par l'ascèse ou en m'abandonnant ?
Quels péchés, erreurs, inexactitudes ai-je dû commettre pour démarrer ma vie ?
Est-ce que j'endosse de fausses responsabilités pour échapper à la vraie ?
En sentiments, suis-je sobre, sincère, excessif ?
Comment est-ce que je visualise ? Mathématiquement ou en formes dans l'espace ?
Suis-je capable de suivre un enchaînement d'associations ? À quel moment cesse mon attention ?


Dernière édition par Oshun le Dim 3 Jan 2010 - 21:11, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oshun
Idiot utile
Idiot utile
avatar

Féminin
Nombre de messages : 654
Date d'inscription : 23/02/2009

MessageSujet: Re: Le jeu des douze jours   Mar 29 Déc 2009 - 12:50

Déjà mardi 29 décembre, comme le temps passe. Nous passons aujourd'hui de la sphère intime (Cancer) à des valeurs plus extraverties, mais toujours liées à l'émotionnalité profonde (Lion).

Cinquième jour, cinquième maison.

Lion, Corps-Vouloir
Planète : Soleil





Ce jour, l'affirmation porte sur le monde physique, la maîtrise du corps, le plaisir, l'épanouissement, le jeu. C'est le domaine de l'amour et de la sexualité, mais aussi du théâtre, de l'art et de toute discipline corporelle tendant vers l'unification de l'être (yoga, arts martiaux, tai ji quan, etc.) S'interroger sur notre expression de nous-même, la connaissance et la maîtrise de nos capacités, notre rapport à la séduction et à l'amour. C'est aussi le domaine de l'éducation et des enfants. Mots clés : développement de notre plein potentiel.

Questions :

Qu'est-ce qui est vraiment essentiel pour moi ?
De quand date la naissance de mon être profond ?
Ai-je confiance dans l'être en moi ?
Est-ce que je me suis posé une fois une question vraiment existentielle ?
Quand je demande "qui suis-je ?", qui répond : "moi" ?
Est-ce que j'accepte mes passions, mes dons, mes données physiques ? Est-ce que je les mets en valeur ? Est-ce que j'éloigne les déchets ?
Est-ce que je me remets toujours en question ?
Suis-je capable de vénération ? Suis-je capable de me soumettre à un maître pour un certain temps ?
Est-ce que j'évolue intuitivement, en toute circonstance, ou en gagnant la maîtrise pas à pas ?
Est-ce que j'abandonne facilement, ou suis-je persévérant ?
Suis-je facilement la proie de la facilité des recettes et des attitudes, ou est-ce que je m'efforce d'être totalement "présent" ?
Que signifie pour moi l'acte sexuel ? Est-ce que je me fie complètement à ma spontanéité ?
Dans ces situations, est-ce que je suis courageux, ouvert, est-ce que je me donne, confie, est-ce que je participe totalement ? Suis-je sincère envers moi-même et mon partenaire ?
Quelle est pour moi la relation entre l'imagination et l'acte sexuel ? Le rêve sexuel, le fantasme, ou la réalité ?
Est-ce que j'accepte ma disposition physique, mes dons, mes limites ? Comment deviennent-ils l'expression de la joie de vivre ?
Est-ce que je me fais "payer" pour l'amour ou est-ce que je m'offre ?
Que fais-je pour maîtriser mon corps, mon comportement, mon savoir ? Exercices, tâches, travail ?
Suis-je persuadé de pouvoir devenir maître de moi-même, ou est-ce que je vénère le maître en dehors de moi ?
Est-ce que j'abandonne, ou est-ce que je persévère ?
Quels sont mes rapports avec les enfants ? Est-ce que je veux les diriger ou les confirmer ? Est-ce que je leur demande de la gratitude ?
En ce qui concerne la maîtrise, quelle est mon attitude envers mes disciples, mes subordonnés et ceux qui dépendent de moi ? Est-ce que je les encourage ?
Comment puis-je éveiller en moi-même et dans les autres la joie de vivre ?


Dernière édition par Oshun le Jeu 31 Déc 2009 - 14:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oshun
Idiot utile
Idiot utile
avatar

Féminin
Nombre de messages : 654
Date d'inscription : 23/02/2009

MessageSujet: Re: Le jeu des douze jours   Mer 30 Déc 2009 - 8:02

Mercredi 30 décembre, sixième jour.

Vierge, Esprit-Sensation





C'est le domaine du discernement des valeurs (combinaison de la fonction Sensation et de l'Esprit), de la science et de tout processus de transformation. Cela se traduit au plan matériel par l'économie, l'argent, le travail. Au plan physique par la digestion. Au plan mental par la démarche et la recherche scientifiques. Au plan spirituel par la croissance intérieure et l'individuation. Il faut, ce jour-ci, méditer sur la mesure : à trouver, à adopter. Sur notre travail, notre lien professionnel avec la société. Notre rapport avec l'argent, mais aussi avec la santé et la maladie, la servitude, la dépendance et la liberté. Paires d'opposés sur lesquelles réfléchir : complexité-simplicité, stérilité-fructification, restriction-abandon… La Vierge est le signe qui transforme la quantité en qualité : matière à réflexion.
Formule à méditer : "La fécondité de l'insuffisant" (Goethe).

Questions :

Qu'est-ce que je pourrais améliorer en moi ?
Quels sont mes vrais accomplissements ? Qu'est-ce que je considère comme valable dans mon travail ?
Qu'est-ce que je trouve incomplet en moi ? Que fais-je pour y remédier ? Qu'est-ce qui me laisse insatisfait ?
Est-ce que je désire améliorer les conditions, les choses, les personnes en permanence ou est-ce que j'attends l'occasion pour y remédier ?
Suis-je inutilement critique envers l'accomplissement d'autrui ?
Ai-je le désir de changer les conditions sociales et politiques ?
Qu'est-ce que je fais de mieux que les autres ?
Quand, par peur ou timidité, n'ai-je pas agi comme j'aurais dû le faire ?
Suis-je impatient envers les subordonnés et les commerçants ?
Où ai-je trouvé des avantages ? Est-ce que je m'en sens coupable ?
Comment est-ce que j'entame un travail ? En planifiant ? En commençant sur-le-champ ? Avec calme ou nervosité ?
Est-ce que je préfère travailler pour les autres ou pour moi-même ? Pourquoi ?
Est-ce que je suis capable d'aider les autres ?
Y a-t-il des lacunes dans mon travail que je n'ai pas admises ?
Est-ce que je considère toutes les données dans mon travail, ou est-ce que j'accomplis le strict nécessaire ?
Est-ce que le rendement, le succès, correspond à l'effort ?
Est-ce que je vois clair ou est-ce que je fais l'autruche ?
Est-ce que je m'occupe des malades ? Quelle maladie me fait peur ? Ai-je peur de devenir aveugle, affaibli, d'avoir un cancer ?
Est-ce que je suis capable d'accepter l'aide des autres ?


Dernière édition par Oshun le Jeu 31 Déc 2009 - 15:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oshun
Idiot utile
Idiot utile
avatar

Féminin
Nombre de messages : 654
Date d'inscription : 23/02/2009

MessageSujet: Re: Le jeu des douze jours   Jeu 31 Déc 2009 - 14:25

J'ouvre une parenthèse à mi-chemin pour commenter les illustrations que je me prépare à ajouter à chacun des posts de ce fil. Organisées en binômes (mais pas toujours), elles représentent les zones du monde placées sous l'autorité symbolique des signes du zodiaque en question. Un peu comme des fuseaux horaires, mais astrologiques. Il y en a évidemment douze, délimités de 30 en 30 degrés de la circonférence terrestre en partant du point d'origine (La Mecque, 0° Bélier). Une image pour l'hémisphère Nord et une autre pour l'hémisphère Sud (le cas échéant). Je ne leur ajoute aucun commentaire, ce sont des sujets de réflexion et des points de départ pour vos propres méditations. Si vous avez du mal à comprendre le sens de certaines images, on en parlera une fois le cycle terminé si vous voulez.

Jeudi 31 décembre, septième jour.

Balance, Âme-Penser
Planète : Neptune (en astrologie traditionnelle, second domicile de Vénus).




Tout en mettant le champagne au frais, nous traversons la limite qui sépare l'ancienne année de la nouvelle, mais aussi celle qui sépare la première moitié du zodiaque de la seconde. Cette affirmation de la dualité des mondes, de la transition, amène l'idée de communication, de vis-à-vis, d'harmonisation.
Âme-Penser : penser, c'est mettre en relation, conclure, juger. Dans le domaine de l'âme, le domaine humain, c'est comprendre les gens et les mettre en relation mutuelle. C'est le domaine de la communauté, de la société, des coutumes, des institutions, du droit, du mariage.
L'opposition communauté-personne se manifeste parfois dans le problème altruisme-égoïsme. Ce jour est celui où nous méditons sur nos relations matrimoniales et sociales, notre évolution dans la société, nos relations avec notre conjoint s'il y a lieu.
Pour la première fois, le champ de méditation se trouve en vis-à-vis avec un autre champ déjà abordé : ici, âme-vouloir, le Bélier, opposé exact de la Balance. Il est bon dans ce cas de relire les questions déjà posées pour Âme-Vouloir et découvrir si nos réponses ont changé entre-temps.

Edit : c'est le jour de la Balance, qui était en astrologie traditionnelle un domicile de Vénus. Le signe de la Balance est lié à la beauté, pas la beauté primale du Taureau mais plutôt une expression de l'harmonie. Par conséquent ce jour est une occasion pour essayer de créer et améliorer l'harmonie autour de vous. Harmonie relationnelle, mais aussi harmonie esthétique. Faites des rangements, changez les rideaux, taillez les rosiers, allez chez le fleuriste, allumez des bougies. Le soir, essayez d'organiser un moment de partage et de convivialité, si modeste soit-il. Un simple apéro avec des cacahuètes suffira.

Questions :

Comment se définit ma relation avec mon partenaire ?
Est-ce que je le considère comme ami - camarade - antagoniste - tâche - possibilité de me développer ?
Quand et où ai-je été vraiment heureux avec lui/elle ?
Est-ce que je me rends compte de ma part de responsabilité dans tous contacts humains ?
Ai-je besoin de fréquenter des gens divers ou seulement bien disposés envers moi ?
Quand ai-je transformé un ennemi en partenaire ?
Quels sont mes ennemis déclarés ?
Quel est le genre de personne ou de situation que je prends comme moyen de m'affirmer ?
Comment puis-je décrire le genre de personne ou de situation que je trouve odieux ?
Est-ce que je tiens mes promesses ? Quand est-ce que je mens ?
Suis-je capable de rendre les gens "essentiels" par la conversation ou le contact ?
En compagnie, est-ce que je sens ma part de responsabilité pour l'atmosphère créée ?
Envers qui ai-je agi sans amour ?
Quand est-ce que je prends un masque ? Ma politesse vient-elle de la coutume ou du cœur ?
Quand je cède dans un conflit, est-ce par lâcheté ou après avoir compris la situation ?
Que signifie la justice pour moi ? Dans des situations difficiles, est-ce que je me rétracte sur des positions de droit ?
Comment est-ce que j'agis devant un manque de respect ?
Si je blesse quelqu'un involontairement, est-ce que je me sens responsable ? Est-ce que j'essaie de réparer ou est-ce que j'ignore ?
Est-ce que je considère une conversation comme une dispute, un dialogue ou un monologue ?
Que signifie pour moi le silence de mon partenaire ?
Est-ce que je peux communier en silence ?
Dois-je toujours chercher l'amour, la confirmation ?
Ai-je l'expérience d'une vraie communion ?

Bon réveillon à tous et à l'année prochaine !


Dernière édition par Oshun le Dim 3 Jan 2010 - 21:17, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oshun
Idiot utile
Idiot utile
avatar

Féminin
Nombre de messages : 654
Date d'inscription : 23/02/2009

MessageSujet: Re: Le jeu des douze jours   Ven 1 Jan 2010 - 15:31

Très bonne année 2010 à tous.
Vendredi 1er janvier, huitième jour.

Scorpion, Corps-Sentir.
Planète : Mars.






En astrologie traditionnelle, Pluton était improprement attribué au Scorpion. Depuis une quarantaine d'années et l'entrée dans l'ère du Verseau, cette planète (ou non-planète) a reçu son attribution exacte, que nous aborderons le 11e jour. Le même phénomène s'est produit avec Neptune, désormais en Balance, et les nœuds lunaires, désormais attribués aux deux signes de feu Bélier et Sagittaire.

En raison de l'étendue du méridien Corps-Sentir/Scorpion sur le globe terrestre, j'ai choisi trois images du nord au sud. Toutes trois reflètent une inspiration culturelle commune à des régions aussi diverses que le Middle West états-unien, le Mexique et son dia de los Muertos, et l'île de Pâques avec ses moai.

On commence cette année dans l'énergie brute du binôme Corps-Sentir, probablement le moins facile de ces jours de méditation, car il invite à se concentrer sur le dépassement en tous domaines, en particulier physique. Ce jour, en effet, est celui des efforts corporels : exercices, longues marches, travaux. Méditer sur nos limites, sur le danger, sur la peur, et chercher à voir en face tout ce que nous redoutons d'ordinaire. Le Taureau et Vénus se trouvant à l'autre pôle de la paire d'opposés, le contact avec la nature, avec le vivant est essentiel. Se souvenir que Mars, dieu de la guerre et de la violence, était aussi un très ancien dieu de la végétation et de la croissance. Les mots clés aujourd'hui sont croissance, décision, abandon, espoir en dépit de toutes les apparences contraires (ce qui est le seul véritable espoir).
Le binôme Corps-Sentir concerne les notions d'attachement et de détachement. Sentiment : désir, s'attacher, se détacher, étreindre. L'amour physique est l'union la plus intime, la mort est le détachement matériel total. Corps-Sentir, c'est rupture, amputation, blesure, perte qui libère, consommation (manger et être mangé), acceptation de la chaîne alimentaire, rejet, élimination, purification, destruction, guerre, lutte, agressivité, mais aussi emploi judicieux de l'énergie, initiative, pouvoir exécutif, effervescence, germination, secret, seuil de la mort et de la renaissance.

Questions :

Que signifie pour moi la mort ? En ai-je peur ?
Puis-je assister à l'agonie des gens ?
Qu'y a-t-il de plus fort en moi que la peur de la mort ?
Suis-je capable de réconforter des gens qui viennent de perdre un être cher ?
Est-ce que je redoute des impressions désagréables à propos de la mort ? La putréfaction ? Les excréments ? L'agressivité ?
Que signifie pour moi la chance, l'occasion inattendue ? Est-ce que je me montre à la hauteur ? Quelle chance essentielle ai-je saisie ? Sexuelle, pratique, professionnelle ? Laquelle ai-je manquée ?
Dans quel cas ai-je été courageux ?
Est-ce qu'un danger me fait parvenie à une conscience plus profonde ?
Le désespoir me donne-t-il de la force ou me paralyse-t-il ?
Puis-je abandonner tout dans des moments essentiels ?
Qu'est-ce que je ne dois pas abandonner ? Et de quoi ne puis-je pas me passer ?
Dans quelles conditions est-ce que j'oublie toutes mes peines ?
Quels sont mes rapports envers le crime ? La folie ? L'excès ?
Puis-je avoir confiance en moi dans des situations difficiles, désespérées ?
Ai-je l'expérience d'un moment où j'ai réalisé qu'une aide inespérée me venait de l'au-delà ?
Quels sont mes rapports avec les morts ? Parents - amis ?
Que signifie pour moi l'héritage ? Responsabilité ou chance ?
Comment puis-je changer en force de motivation les choses et les connaissances que j'ai acquises ?
Comment puis-je stimuler les autres, les éveiller de leur léthargie ?
Est-ce que je recherche les crises ou est-ce que je les évite ? Est-ce que je recherche les douleurs (physiques, psychiques, mentales) ou est-ce que je les évite ?
Suis-je prêt à jeûner, à abandonner mon confort pour être totalement éveillé ?
Que signifient pour moi la perte, la destruction, l'agressivité ?
Est-ce que je transforme ces dernières en force d'initiation ?
Est-ce que je respecte les secrets ?
Est-ce que je sens les tendances avant qu'elles se manifestent ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oshun
Idiot utile
Idiot utile
avatar

Féminin
Nombre de messages : 654
Date d'inscription : 23/02/2009

MessageSujet: Re: Le jeu des douze jours   Sam 2 Jan 2010 - 14:35

Après l'épisode d'hier, sans doute un peu dérangeant par l'intensité contenue dans les questions, nous abordons un domaine pas forcément plus facile mais plus léger, celui du Sagittaire et de la direction spirituelle.
Samedi 2 janvier, 9e jour.


Sagittaire, Esprit-Vouloir
Planète : Ketu (nœud descendant de la Lune), Chiron.
(En astrologie traditionnelle : premier domicile de Jupiter.)




Esprit-Vouloir nous porte à une disposition spirituelle. Dans le champ mental, la volonté reçoit une inspiration et crée un but. L'inspiration affirmée devient conviction, idée dynamique. C'est l'enthousiasme, c'est l'ouverture prophétique qui reçoit et qui donne.

Aujourd'hui, nous sommes face à notre temple personnel. Quel qu'il soit. Est-il enraciné à l'extérieur - l'église, la mosquée, la synagogue, l'ashram dont nous nous réclamons -, à l'intérieur - notion de transcendance personnelle, privée, intime et secrète -, ou tout simplement ne l'avons-nous pas construit, par choix, conviction (ou refus de conviction), manque d'intérêt ou incapacité ? Quelle est notre attitude face au sacré ? Pas seulement le sacré pur et dur, mais aussi toutes les disciplines et méthodes d'unification individu-cosmos qui sont autant de tentacules du sacré lancés dans le profane ? Religiosité de pacotille ou chemin sincère ? Vie spirituelle engagée ou simplement "singée" ? Écoute du maître intérieur ou conformité à une secte ? Chemin d'humilité ou jeu de pouvoir ? Yoga, arts martiaux mimétiques (tai ji quan), danses sacrées, feng shui, méditation bouddhique, retraites en monastère, ou adhésion à des "cultures" fantasmatiques (gothique, fantasy, etc.) prenant des allures de monachisme ?

Esprit-Vouloir, ce n'est pas seulement ça. C'est aussi tout ce qui projette l'esprit en dehors de ses limites, tout ce qui invite à dépasser : poésie, création artistique, littéraire, voyages, sur terre ou intérieurs. C'est aussi la blessure de Chiron, celle qui ne guérit jamais et nous pousse toujours à avancer. Et l'on touche là à un des aspects les plus importants d'Esprit-Vouloir : l'anéantissement de l'ego. Voilà en gros les sujets de méditation du jour. Même si la transcendance et les religions ne sont pas votre truc, elles occupent bien une place dans votre vie. Quelle est-elle ?

Esprit-vouloir recouvre différents aspects : l'histoire spirituelle de l'homme, la religion comme révélation, tout ce qui représente un but à atteindre (voyages, expéditions, recherches), tout ce qui s'achemine vers une réalisation, tout ce qui donne un sens à la vie. Ce thème est figuré dans la mythologie par le Centaure, l'homme-cheval qui bande son arc. Dans le zodiaque céleste, derrière la constellation du Sagittaire se trouve le centre invisible de la galaxie autour duquel tourne notre système solaire. La volonté dans le domaine mental - la volonté qui surgit toujours et seulement de la profondeur de notre être inconscient - nous porte au-delà des intérêts de notre planète et peut nous mettre en rapport avec le cosmos.

Questions :

Quand ai-je eu pour la première fois l'expérience de la réalité transcendantale ?
Était-ce une lumière intérieure ? Un sentiment de gratitude ? Une vision définie ?
Comment ma vie quotidienne se réfère-t-elle à cette expérience ?
Est-ce qu'elle me rend courageux ?
Quel événement dois-je considérer comme venant de l'au-delà, non par mes propres efforts mais par une inspiration ?
Est-ce que des rêves m'ont déjà montré une direction ?
Comment se joignent en moi les moments d'existence inspirée ?
Est-ce que je leur suis fidèle ?
Suis-je moi-même un messager ? En quoi ?
Comment puis-je inspirer les autres ?
Quels sont mes buts ? Puis-je les rendre compréhensibles aux autres ?
Qui participe à mon chemin en tant qu'ami ? En tant qu'ennemi ?
Est-ce que je cherche le moment juste pour prendre des décisions ?
Est-ce que Dieu m'est personnel ? Est-ce que je veux être aimé de Lui ? Voudrais-je m'unir à l'être absolu ?
Est-ce que je pense suffisamment à l'énergie qui me porte ?
Qu'est-ce qui pourrait favoriser ma confiance en ma direction ?
Comment puis-je rester inspiré sans perdre le jugement critique sain ?
Quand est-ce que je tombe dans la superstition ? Comment l'éviter ?
Suis-je vivant dans mon être ?
Comment est-ce que je connais, que je trouve mon chemin ? En me sentant guidé ? Par l'amour ? En parlant ? En riant ? En pensant ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oshun
Idiot utile
Idiot utile
avatar

Féminin
Nombre de messages : 654
Date d'inscription : 23/02/2009

MessageSujet: Re: Le jeu des douze jours   Dim 3 Jan 2010 - 11:42

Dimanche 3 janvier, dixième jour.

Capricorne, Âme-Sensation
Planète : Saturne.






Que donne la fonction Sensation (perception de données) dans le domaine de l'âme ? L'individu va être apprécié, valorisé et placé selon sa qualité. Nous sommes ici à l'opposé de la famille, où une telle attitude serait impossible puisque l'attachement s'y étend à chacun des membres sans distinction. Cette opposition se manifeste notamment par la stigmatisation générale du népotisme en tant qu'application de la dynamique familiale à une fonction exercée en public.
Dans Âme-Sensation, dans la vie sociale, dans la vie publique, la hiérarchie, l'État, la profession, l'homme est intégré selon ses aptitudes, ses capacités, son expérience, son sens du devoir et sa conscience professionnelle.
La discipline personnelle en tant que composante de la vie individuelle est une valeur liée à Âme-Sensation. Elle régit l'organisation générale de l'existence mais elle permet aussi d'atteindre les objectifs que nous nous fixons, tout en étant le lien obligé entre l'individu et la société à travers la profession, la position, la fonction.
C'est donc sur ces valeurs que porte le sujet de méditation d'aujourd'hui : notre place dans la vie professionnelle, la hiérarchie, la société. De façon plus générale, Âme-Sensation est le binôme de l'inclusion et de l'exclusion sociale à travers la qualification des individus : il y a dysfonctionnement lorsque celle-ci se porte sur une essentialité et non sur des actes. La hiérarchie ne doit être que fonctionnelle. Méditer sur Âme-Sensation, ce n'est pas seulement se concentrer sur notre place dans la société, c'est aussi réfléchir sur la valeur que nous accordons à l'humanité qui nous entoure : sommes-nous prêts à accepter chaque être dans son essence personnelle ou le voyons-nous de préférence à travers des caractéristiques ou des détails qui ne représentent qu'une partie de sa nature (origine, race, sexe, religion, opinions, etc.) ? Méditer sur la dualité du signe Capricorne est un chemin escarpé qui nous met face à la réalité humaine en nous obligeant à déjouer les pièges des préjugés sociaux : sans refus de l'essentialisme, pas de reconnaissance de l'essence. C'est avant tout le signe du respect dans son sens le plus absolu.

Questions :

Quelle est ma fonction publique ?
Quelle est ma profession ?
Comment ma profession est-elle en rapport avec ma vocation ? Avec le rôle que je m'attribue envers l'espèce humaine ?
D'où ma profession tient-elle sa dignité ? De raisons pratiques ou d'une tâche ?
Est-ce que j'occupe une position professionnelle d'où je peux agir ? Sinon, pourquoi ? Comment puis-je y remédier ?
Que signifie pour moi la vie publique ? Ai-je des préjugés venant de mon origine ? (ex. : je n'aime pas les riches, les enseignants, les policiers…)
Est-ce que je respecte chaque profession ? Le cadre de vie des autres ?
Ai-je le sens des proportions ? Du discernement ? Des nuances ?
Suis-je ponctuel ?
Suis-je indulgent envers les autres ? Envers moi-même ?
Est-ce que je sais rendre les autres efficaces ?
Comment puis-je reconnaître ma responsabilité pour tous mes échecs ?
Sais-je garder, en société, la distance nécessaire ?
Est-ce que j'essaie de me rendre populaire ?
Quelles méthodes est-ce que j'emploie ? Suis-je capable de les dépasser toutes afin d'être disponible pour ce qui surgira dans le futur ?
Est-ce que j'irradie dans ma profession ? Y suis-je vraiment présent ?
Quelles professions sont nécessaires pour compléter la mienne ?
Suis-je ambitieux, ou ai-je trouvé ma voie ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oshun
Idiot utile
Idiot utile
avatar

Féminin
Nombre de messages : 654
Date d'inscription : 23/02/2009

MessageSujet: Re: Le jeu des douze jours   Lun 4 Jan 2010 - 14:02

Lundi 4 janvier, onzième jour. On touche au but.

Verseau, Corps-Penser
Planète : Pluton*.





Que donne la combinaison de ces deux principes ? Tout simplement, une pensée s'incarne. Non pas une abstraction, mais une pensée "pratique", pourrait-on dire. N'est-ce pas le thème de notre époque**, nos deux millénaires de Corps-Penser ? N'est-ce pas le monde technique ? Le planning, l'invention, la créativité où la pensée s'applique ? N'est-ce pas aussi la grammaire, l'astrologie, systèmes combinatoires, produits d'une vue d'ensemble systématique ?
Dans Corps-Penser, il y a aussi l'œuvre : ce qu'un homme a maîtrisé et incarné. L'homme comme ami, comme notable, et puis l'ensemble de ces hommes et de leurs œuvres, c'est-à-dire la civilisation et la culture.
Le Verseau représente le monde des inventions et de la technique, des vues d'ensemble structurelles. Au plan personnel, c'est notre participation à cette culture supranationale, soit par l'intérêt qu'on y porte, soit par la création d'une œuvre. Sujets de méditation pour aujourd'hui : l'amitié, notre réseau de solidarité, d'entente, notre "famille d'affinité", celle que nous choisissons. Les intérêts culturels, ce par quoi nous estimons ou désirons participer à l'humanité au sens large. C'est aussi notre rapport avec l'univers technique, la technologie, les objets. Si Âme-Sensation, abordé hier, évoquait les relations verticales et hiérarchiques, Corps-Penser ne peut évoquer que les relations d'égal à égal, les contacts libres entre amis qui s'estiment et s'entraident.

* Un mot sur Pluton, parce qu'on a dit beaucoup de bêtises sur cette planète encore méconnue.
Les signes d'air selon l'astrologie traditionnelle correspondent aux trois impulsions de la pensée. Esprit-Penser (Gémeaux, Uranus) suit une direction, soit analyse soit synthèse, et va vers la découverte. Âme-Penser (Balance, Neptune) met l'action des uns en harmonie avec celle des autres. L'impulsion Corps-Penser de Pluton (Verseau) saisit le déroulement même de l'action dans ses neuf aspects. Son diagramme est l'ennéagramme et sa symbolique a été le mieux comprise par les écoles initiatiques d'Asie centrale : "Qui connaît le Neuf sait agir."
Pluton fait des projets, établit un planning, sait mettre en adéquation les moyens avec les fins, et devient lui-même l'outil de l'opération. Il comprend tout mouvement possible. Mais cette maîtrise de l'action reste stérile si elle n'est pas équilibrée par un sens, une substance, et c'est pourquoi la force Pluton laissée à elle-même peut mener vers la reproduction infinie des mêmes formules, la répétition perpétuelle, la monotonie, l'uniformisation et l'emprisonnement dans un système. C'est précisément la dualité sur laquelle se fonde l'ère où nous vivons : ère technologique, technocratique, souvent oublieuse de l'humain et tendant vers l'enfer de la répétitivité et de l'uniformité. De là aussi les attributions infernales de la figure mythologique d'Hadès-Pluton et le caractère répétitif (Sisyphe, Tantale) des tâches infernales. CQFD...
Pluton dépourvu de sens et d'âme n'est qu'un démon infernal, c'est pourquoi l'autre pôle de la paire d'opposés Corps-Penser-Corps-Vouloir (Le Lion) représente le jeu, la spontanéité, la capacité d'amour et d'abandon qui équilibre et humanise les valeurs plutoniennes. C'est le Soleil qui pénètre en tout et peut éclairer les enfers, tant il est vrai que l'amour seul triomphe des plus sombres malédictions. Ce qui manque surtout à notre civilisation là où elle prend des allures terrifiantes, c'est un petit peu de Corps-Vouloir en injection. Ce qui manque à celui qui perd tout espoir et se sent enfermé dans un carcan indestructible, c'est de laisser entrer dans sa vie un peu de la lumière pure et spontanée de Corps-Vouloir. Cela aussi est à méditer.

C'est en vertu de cette dualité féconde que le signe du Verseau, à travers même ses valeurs plutoniennes, est celui de l'Ange, du visage humain.

Il est important aujourd'hui, onzième jour, de cultiver l'amitié, qui est la relation clé du binôme Corps-Penser. Rendre visite à des amis, les recevoir chez soi, sortir en leur compagnie, leur téléphoner s'ils sont loin, organiser une réunion, une fête amicale, ou juste un verre de vin humblement partagé ensemble. Peu importe pourvu que l'amitié soit de la partie. Une sortie culturelle - musée, expo, cinéma - est conseillée, mais pas en solitaire. Et si la porte tarde à s'ouvrir, si ça résiste - tendre la main, inassablement, sereinement.

** L'ère du Verseau, débutée en 1962 selon le phénomène astronomique de la précession des équinoxes.

Questions :

Que résulte-t-il de ma vie pour l'humanité ?
Quelle est mon œuvre ? Quels amis en font partie ?
Quels sont les notables, les personnages célèbres que je vénère aussi bien en tant que personne qu'en tant qu'œuvre ?
Puis-je saisir le dénominateur commun de tous mes prototypes comme le symbole de ma propre œuvre ?
Comment puis-je définir mon problème initial ?
Quand je m'explique, suis-je compréhensible ? Sinon, pourquoi ne le suis-je pas ?
Quels dons dois-je redonner à la Terre ? Lesquels dois-je développer ? Lesquels dois-je incarner ?
Mes antagonistes font-ils partie de moi ? De quelle façon ? Sont-ils utiles et productifs pour mon œuvre ?
Quelle est la source de ma potentialité constructive ?
Quels amis m'ont aidé d'une façon altruiste ?
Comment est-ce que je vaincs les malentendus ?
Quelles inventions ai-je faites ? Pourquoi sont-elles essentielles ? Est-ce que je m'en sens responsable, ainsi que de leurs effets ?
Quel pourrait être mon rôle dans l'ensemble de la culture, de la civilisation ?
Suis-je capable de m'engager dans les œuvres des autres, et les aider dans leurs efforts ? Comment ?
Suis-je capable de faire connaître et apprécier les œuvres des autres, mettre les amis en contact, créer une ambiance de respect et d'appréciation de ces valeurs ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oshun
Idiot utile
Idiot utile
avatar

Féminin
Nombre de messages : 654
Date d'inscription : 23/02/2009

MessageSujet: Re: Le jeu des douze jours   Mar 5 Jan 2010 - 13:34

Mardi 5 janvier. Douzième et dernier jour.

Poissons, Esprit-Sentir
Planète : Jupiter.






Si le cycle avait débuté avec le Bélier, Âme-Vouloir, l'affirmation de la personnalité, il se termine avec Esprit-Sentir, l'identité spirituelle. Ici, le plan de l'esprit uni à celui du sentiment forme des ensembles inclusifs et exclusifs. Ainsi est constituée l'appartenance à un ensemble idéal qui prétend tout embrasser (religion institutionnelle, credo politique) mais risque de nous enfermer dans un concept tel que la Foi, l'Eglise, l'Empire. L'idée (Sagittaire) devient ici idéal. L'homme aspire à la beauté, à la noblesse, à la santé parfaite, à la sainteté, à la libération. Il se soumet à une autorité charismatique : celle du dieu, du médecin, du prêtre, du roi. Il se sacrifie. Il aide, et il est aidé, en dehors du système social (Capricorne, Âme-Sensation) et du processus de travail (Vierge, Esprit-Sensation, auquel le signe est opposé). Esprit-Sentir est, à la différence de ces deux binômes, le don désintéressé, la charité. Transporté par son idéal et par l'amour de l'humanité, il se consacre à son accomplissement et à celui des autres, tantôt dans une solitude superbe, tantôt dans la retraite d'un couvent ou d'un asile de charité, tantôt encore dans un club de vacances.
Le signe des Poissons, le dernier de la roue, nous ramène au zéro. La solitude de l'homme n'est pas qu'une prison, son amour n'est pas exclusivement attaché à un seul être : il est ouvert à l'univers, il aime la terre entière.
C'est le jour où la méditation est le plus agréable. Esprit-Sentir nous demande d'être indulgent, gentil avec nous-même, de nous gâter, de nous pardonner les reproches réels ou imaginaires que nous nous faisons intérieurement. C'est le jour du contact avec les animaux, avec les plantes, avec tout ce qui demande amour et soins. C'est un jour de vacances, dans tous les sens du terme.

Il n'en demeure pas moins que les questions ne sont pas faciles. Elles demandent du travail.
Il n'est pas inutile de relire toutes les questions afin de récapituler le chemin parcouru et de se demander comment notre perception du jeu a changé en cours de route. Faire le bilan de ce qu'il nous a apporté.
Le lendemain doit être festif et joyeux afin de conclure le cycle.

Questions :

Quelle est mon aspiration ultime comme être humain ?
Quels hommes, quelles femmes me semblent des êtres réalisés ?
Où est-ce que je trouve ma régénération ? Où est-ce que je trouve le repos ?
Où est-ce que je trouve la joie ? L'amour ?
Ai-je déjà eu l'expérience de l'amour vrai, personnellement ou à travers d'autres ?
Suis-je capable de comprendre chaque maladie et chaque souffrance comme une évolution ?
Suis-je capable d'approfondir la souffrance jusqu'à ce qu'elle devienne transparente ?
Ai-je l'expérience d'un amour vivant ? Vers les hommes, vers tous les êtres ? Vers la terre ? Vers le Créateur ?
Puis-je atteindre la joie, le détachement dans la solitude ?
Comment est-ce que j'évite l'autopunition ?
Quels sont mes alibis pour mes faiblesses ?
Quand est-ce que je cherche à être entier ? À quel moment l'ai-je été ? Le suis-je en ce moment ?
Suis-je aidé par un homme ? par une image ? par un dieu ? par une foi ? par une expérience ? par un exercice ?
Si oui, comment puis-je lier cette expérience à la vie quotidienne et dépasser l'abîme entre profane et saint ?
Quelle est mon image foncière de moi-même ?
Quelle est ma plus grande possibilité comme être humain ? L'ai-je trahie ? Quand ? Pourrais-je la retrouver ?
Quelle est ma dignité ? Quelle est ma réputation ? Quel est mon honneur ?
Quand est-ce que je répands une atmosphère bénéfique ?
Et quand est-ce le contraire ? Pourquoi ?
Comment puis-je transformer mes rebuts en matériel de combustion ?
Comment puis-je transformer mes fautes et mes vices jusqu'à ce qu'ils fassent partie de ma force agissante ?
Suis-je libre ? De quoi ? À quelle fin ?
Qui suis-je ?

Voilà, le cycle est fini. J'espère que vous y avez trouvé intérêt. Si vous le désirez, vous pouvez poster vos impressions, de préférence dans un nouveau fil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Active X
Big Boss
Big Boss
avatar

Masculin
Nombre de messages : 675
Date d'inscription : 26/09/2006

MessageSujet: Re: Le jeu des douze jours   Lun 23 Avr 2012 - 8:23

Et le treizième jour...




3 monkeys
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.dailymotion.com/video/xa7ef_kraftwerk-radioactivity_e
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le jeu des douze jours   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le jeu des douze jours
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nedeleg, cycle des 12 jours de Noël
» Une gastro qui dure 8 jours est-ce possible?????!!!
» Les premiers jours de l'allaitement
» Nausées atroces depuis deux jours
» plats végés faciles pour tous les jours

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE FORUM DES ÉGARÉS :: ALCHIMIE DU VERBE :: Filousophie-
Sauter vers: