LE FORUM DES ÉGARÉS




Post mortem nihil est
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Mélanitude, blanchitude et couleur pourpre

Aller en bas 
AuteurMessage
MAGGLE
Banni(e) parce que je le vaux bien
Banni(e) parce que je le vaux bien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2559
Localisation : Suburbs
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: Mélanitude, blanchitude et couleur pourpre   Sam 19 Déc 2009 - 3:13

Citation :
(même si, sans vouloir discuter de ton choix de vie qui te regarde, je t'avoue que le derme n'est dans l'absolu rien pour moi sans dimension culturelle, à moins de considérer l'humanité comme un parc zoologique, et encore moins, sur un plan intersubjectif, un critère d'appréciation des êtres que je jaugerais plutôt selon leurs actes et/ou personnalité mais passons si tu veux bien).

Au risque de te surprendre, je suis tout à fait d'accord avec toi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Bon Docteur
Simple Mind
Simple Mind
avatar

Masculin
Nombre de messages : 677
Age : 45
Localisation : sur le bord de la rivière
Date d'inscription : 28/05/2007

MessageSujet: Re: Mélanitude, blanchitude et couleur pourpre   Dim 20 Déc 2009 - 0:54

C'est marrant Maggle, cette négrophilie. J'avais beaucoup aimé le terme de "Noirisme". J'en ai été sujet moi-même dans ma jeunesse, pour différentes raisons.

Il y a eu un évènement peu glorieux tout d'abord (je mets ces choses en perspective après coup, tout s'est passé sans y penser, comme dans la vraie vie...) J'ai un jour humilié une petite nouvelle africaine qui venait d'arriver dans mon école primaire (qui était tout de même cosmopolite) et qui était un peu perdue et assez angoissée de ce nouvel environnement. J'ai profité du fait que, nouveau moi-même (mais un peu moins), mon intégration était validée pour jouer les gros bras rigolos, en lui disant une chose du style que la nourriture c'était pas pour les Noirs. (Je ne dis pas ça pour ma gloire... pale ) C'était dans un esprit de rigolade... Là-dessus elle s'est levé pour m'avoiner correctement sur la table de la cantine. Angel C'était pas volé. Mais si je pouvais lui parler maintenant, j'aurais des choses à lui dire. pale

Ensuite comme je l'ai dit, au collège au Caire, j'ai fait copain avec les enfants de l'ambassadeur d'un pays africain. Robert était dans ma classe et j'ai fréquenté assidument toute la famille pendant un an (en 3ième). Je ne sais pas pourquoi mais (outre le fait que Robert était le copain de classe avec qui on passe toute l'année à se marrer, le pote du moment quoi) j'étais attiré et je voulais fréquenter des Noirs. Confus (Bon, après les virées au Caire avec le pote de 16 ans qui conduit la Benz de luxe immatriculée CD, c'était bien cool. Angel Khadafi spirit ! mais on était gentils)

Puis, en seconde en France, la période bénie de ma jusqu'içi-vie : la femme. Un soir de drague éhontée dans une boite, je trouve le diamant, une fille avec qui je suis resté six mois, avec qui j'ai découvert la sexualité dans le plus bel état d'esprit. Enfin, le truc important dans une vie. Elle était métisse, franco-pays d'Afrique mais je ne me rappelle plus lequel. Ses parents formaient un couple incroyable. Lui était aussi blanc et maigre qu'elle était noire et grosse. Une famille nombreuse là aussi. Là encore j'ai aimé baigner dans cet univers. Du coup j'ai passé tout mon lycée à taguer "Black Power" et "Black is beautiful" sur les murs ! Angel Embarassed

C'est curieux cette attirance. Je n'ai jamais vraiment réussi à expliquer cette attitude, mais ça me parait maintenant comme du snobisme (je parle pour moi là !) ou un goût pour afficher des différences, que j'avais quand j'étais jeune (je parle toujours pour moi). J'ai arrêté, maintenant j'aime tout le monde. Smile flower
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.dailymotion.com/video/x14g5o_papy-fait-de-la-resistan
jazza
Adepte de la cabale
Adepte de la cabale
avatar

Féminin
Nombre de messages : 296
Date d'inscription : 22/05/2009

MessageSujet: Re: Mélanitude, blanchitude et couleur pourpre   Dim 20 Déc 2009 - 1:28

il y a pas mal de gens qui le contraste attire....
Mais il y a pas que ça....
Les Noirs dégagent une force, qq chose de particulier, mystique presque....
Je suis très attirée aussi par les Noirs, bcp plus que par des asiatiques par exemple, va savoir pourquoi....
Je suis raciste.... Angel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MAGGLE
Banni(e) parce que je le vaux bien
Banni(e) parce que je le vaux bien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2559
Localisation : Suburbs
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: Mélanitude, blanchitude et couleur pourpre   Dim 20 Déc 2009 - 2:39

Moi, c'est esthétique :

Senghor a écrit:
O beauté classique qui n’est point angle,
mais ligne élastique ! depuis le front bombé sous la forêt de senteurs et les yeux obliques jusqu’à la baie gracieuse du menton et
L’élan fougueux des collines jumelles !
Ô courbes de douceur visage mélodique !


J'aime pas le type mais ces vers évoquent précisément ce qui me touche.

Mais c'est aussi culturel :

En fait, ça part du hard rock que j'aimais quand j'étais ado. A l'époque, je ne faisais pas la différence avec le heavy metal mais plus tard, je me suis rendu compte que j'aimais certains groupes (Led Zep, AC/DC etc.) et d'autres pas (Judas Priest, Iron Maïden etc.). Plus tard, en regardant les crédits de certains titres de hard rock (des reprises/adaptations de bluesmen) j'ai compris que le heavy metal, c'étais du hard rock moins le blues. Je me suis donc intéressé au blues (là, ça commence à devenir noir), puis en extrapolant, j'ai remonté la filière avec le jazz et je l'ai redescendu avec les musiques mandingues. Puis de là, la vie, l'histoire, la politique, les mentalités, les rencontres...

Mais sur ce plan, c'est moins ce qui est noir en tant que tel que ce qui rayonne à partir de l'aire culturelle mandingue (Pour faire court, parce que d'une part ça excède cette aire culturelle et que d'autre part, cette aire culturelle est un concept un peu flou tant les cultures qui la composent ont de grosses différences entre elles. Le principal étant de comprendre qu'en fait, je ne considère pas le monde noir comme un tout homogène et que par exemple, je peux me montrer allergique à la musique congolaise ou à la biguine).

Parler de négrophilie sur ce plan me parait donc exagéré. Par exemple, Si j'avais été passionné de musiques et de culture slave, personne ne songerait à me dire que je suis blancophile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Bon Docteur
Simple Mind
Simple Mind
avatar

Masculin
Nombre de messages : 677
Age : 45
Localisation : sur le bord de la rivière
Date d'inscription : 28/05/2007

MessageSujet: Re: Mélanitude, blanchitude et couleur pourpre   Dim 20 Déc 2009 - 2:58

Oui, j'ai repris le terme parce qu'il avait été déjà employé sans y réfléchir précisément. Mais je ne crois pas que ce soit qu'esthétique (à moins que la vie, l'histoire, la politique, les mentalités fassent partie de ce domaine).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.dailymotion.com/video/x14g5o_papy-fait-de-la-resistan
MAGGLE
Banni(e) parce que je le vaux bien
Banni(e) parce que je le vaux bien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2559
Localisation : Suburbs
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: Mélanitude, blanchitude et couleur pourpre   Dim 20 Déc 2009 - 3:06

Bon doc a écrit:
J'ai arrêté, maintenant j'aime tout le monde.

Moi je n'aime pas tout le monde mais ça ne veut pas dire pour autant que je limite mon amour aux Noirs, ni même que mon amour irait spontanément vers n'importe quel individu sous prétexte qu'il est noir.

Mais il est vrai que si je croise une miss Brie-Comte-Robert noire à ma gauche et une miss univers blanche à ma droite, une fois qu'elles m'ont dépassé, c'est vers le cul de miss Brie-Comte-Robert que je me retourne.

Le Bon Docteur a écrit:
Oui, j'ai repris le terme parce qu'il avait été déjà employé sans y réfléchir précisément. Mais je ne crois pas que ce soit qu'esthétique (à moins que la vie, l'histoire, la politique, les mentalités fassent partie de ce domaine).

Oui mais ça ça vient par la suite. Je te parlais de la genèse, là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Bon Docteur
Simple Mind
Simple Mind
avatar

Masculin
Nombre de messages : 677
Age : 45
Localisation : sur le bord de la rivière
Date d'inscription : 28/05/2007

MessageSujet: Re: Mélanitude, blanchitude et couleur pourpre   Dim 20 Déc 2009 - 4:15

MAGGLE a écrit:
Le Bon Docteur a écrit:
Oui, j'ai repris le terme parce qu'il avait été déjà employé sans y réfléchir précisément. Mais je ne crois pas que ce soit qu'esthétique (à moins que la vie, l'histoire, la politique, les mentalités fassent partie de ce domaine).
Oui mais ça ça vient par la suite. Je te parlais de la genèse, là.
Oui tu as raison. Pour moi, il y avait aussi Gandhi qui a commencé sa défense des opprimés en Afrique du sud, puis l'ANC, puis "La couleur pourpre"... Je crois que ça a joué. Mais pas les filles. Je trouve les autres tout aussi belles. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.dailymotion.com/video/x14g5o_papy-fait-de-la-resistan
jazza
Adepte de la cabale
Adepte de la cabale
avatar

Féminin
Nombre de messages : 296
Date d'inscription : 22/05/2009

MessageSujet: Re: Mélanitude, blanchitude et couleur pourpre   Dim 20 Déc 2009 - 4:38

hu-hu, oui, il y a aussi beaucoup de Noirs (gars) qui aiment les Blanches....
heureusement.... Dehors
J'en connais aussi des filles Noires qui préfèrent les Blancs...

ah, les contrastes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MAGGLE
Banni(e) parce que je le vaux bien
Banni(e) parce que je le vaux bien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2559
Localisation : Suburbs
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: Mélanitude, blanchitude et couleur pourpre   Dim 20 Déc 2009 - 13:10

Jul le Marteau a écrit:
Maggle a écrit:
Parler de négrophilie sur ce plan me parait donc exagéré. Par exemple, Si j'avais été passionné de musiques et de culture slave, personne ne songerait à me dire que je suis blancophile.
Slavophile ?
Que t'évoque le terme de "négritude"?
Vaste question. Tout d'abord, je dirais que n'étant pas noir, je ne peux aborder cette question que de l'extérieur. Cette précaution faite, je dirais que c'est un moment de l'histoire nécessaire à une certaine désaliénation, mais dépassable, sinon dépassé.

Je ne la vois pas comme une bannière fédératrice de ce que serait la culture noire tant ces cultures sont différentes selon les contextes mais comme une affirmation de soi face à la confrontation avec le monde blanc (le concept est d'ailleurs né dans un contexte de confrontation avec le paternalisme blanc).

Le hic pour moi est que si sa fonction est née d'un contexte de confrontation avec le paternalisme blanc, je ne vois pas de raisons de la séparer de l'arabitude, de la jaunitude ou de l'amérindiennitude.

Senghor et Césaire se revendiquaient tous deux de la négritude bien que leurs stratégies et/ou aspirations fussent sensiblement différentes. Frantz Fanon la critiquait. Je préfère Frantz Fanon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JOHN
Austère anachorète
Austère anachorète
avatar

Masculin
Nombre de messages : 808
Age : 43
Localisation : Un monde de (sales) cons
Date d'inscription : 09/12/2006

MessageSujet: Re: Mélanitude, blanchitude et couleur pourpre   Lun 21 Déc 2009 - 22:26

Le Bon Docteur a écrit:
Puis, en seconde en France, la période bénie de ma jusqu'içi-vie : la femme. Un soir de drague éhontée dans une boite, je trouve le diamant, une fille avec qui je suis resté six mois, avec qui j'ai découvert la sexualité dans le plus bel état d'esprit. Enfin, le truc important dans une vie. Elle était métisse, franco-pays d'Afrique mais je ne me rappelle plus lequel. Ses parents formaient un couple incroyable. Lui était aussi blanc et maigre qu'elle était noire et grosse. Une famille nombreuse là aussi. Là encore j'ai aimé baigner dans cet univers. Du coup j'ai passé tout mon lycée à taguer "Black Power" et "Black is beautiful" sur les murs ! Angel Embarassed

Doit-on en conclure que tu n’as pas attendu le mariage pour (faire) ça ?(!?)

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jul le Marteau
Duelliste chevaleresque
Duelliste chevaleresque
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2335
Age : 110
Localisation : Lorraine, 54 M&M.
Date d'inscription : 10/02/2007

MessageSujet: Re: Mélanitude, blanchitude et couleur pourpre   Mar 22 Déc 2009 - 0:28

MAGGLE a écrit:
Vaste question.

Tout d'abord, je dirais que n'étant pas noir, je ne peux aborder cette question que de l'extérieur.

Cette précaution faite, je dirais que c'est un moment de l'histoire nécessaire à une certaine désaliénation, mais dépassable, sinon dépassé.

Je ne la vois pas comme une bannière fédératrice de ce que serait la culture noire tant ces cultures sont différentes selon les contextes mais comme une affirmation de soi face à la confrontation avec le monde blanc (le concept est d'ailleurs né dans un contexte de confrontation avec le paternalisme blanc).

Le hic pour moi est que si sa fonction est née d'un contexte de confrontation avec le paternalisme blanc, je ne vois pas de raisons de la séparer de l'arabitude, de la jaunitude ou de l'amérindiennitude.

Senghor et Césaire se revendiquaient tous deux de la négritude bien que leurs stratégies et/ou aspirations fussent sensiblement différentes. Frantz Fanon la critiquait. Je préfère Frantz Fanon.
Qu'est ce que le monde blanc?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MAGGLE
Banni(e) parce que je le vaux bien
Banni(e) parce que je le vaux bien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2559
Localisation : Suburbs
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: Mélanitude, blanchitude et couleur pourpre   Mar 22 Déc 2009 - 0:51

Celui qui s'est permis de déterminer le reste du monde en fonction de la supériorité présumée de sa blanchitude (ou albanitude pour faire pédant).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Bon Docteur
Simple Mind
Simple Mind
avatar

Masculin
Nombre de messages : 677
Age : 45
Localisation : sur le bord de la rivière
Date d'inscription : 28/05/2007

MessageSujet: Re: Mélanitude, blanchitude et couleur pourpre   Mar 22 Déc 2009 - 1:58

JOHN a écrit:
Doit-on en conclure que tu n’as pas attendu le mariage pour (faire) ça ?(!?)
Laughing Non, c'était une impossibilité hormonale. Smile Mais j'ai bien fait de faire des réserves...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.dailymotion.com/video/x14g5o_papy-fait-de-la-resistan
Jul le Marteau
Duelliste chevaleresque
Duelliste chevaleresque
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2335
Age : 110
Localisation : Lorraine, 54 M&M.
Date d'inscription : 10/02/2007

MessageSujet: Re: Mélanitude, blanchitude et couleur pourpre   Mar 22 Déc 2009 - 2:23

MAGGLE a écrit:
Celui qui s'est permis de déterminer le reste du monde en fonction de la supériorité présumée de sa blanchitude (ou albanitude pour faire pédant).
Présumée et pas avérée?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MAGGLE
Banni(e) parce que je le vaux bien
Banni(e) parce que je le vaux bien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2559
Localisation : Suburbs
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: Mélanitude, blanchitude et couleur pourpre   Mar 22 Déc 2009 - 10:36

Active X a écrit:
Le monde "blanc" stricto sensu, qu'entend-on par là ? Soit une manière de caractériser à un moment donné pour certains peuples colonisés la puissance "magique" d'un envahisseur, soit un terme polémique employé notamment pendant les années 60/70 par la minorité noire américaine pour identifier le système américain, voire par une fraction d'Américains blancs ("survivalisme"), ce qui s'explique aisément dans une société sans complexe à classer en critères de peau (et même si la ségrégation "raciale" n'a jamais fait que redoubler dans l'histoire américaine la ségrégation économique).

Tout à fait.

Active X a écrit:
Il va sans dire que si le projet de domination de la nature a caractérisé en Europe l'entrée dans la Modernité, introduisant un nouveau rapport au monde, si l'essor de la technique a pu donner un sentiment de supériorité aux puissances occidentales (idéologie du Progrès fin XIXe siècle), ce n'est plus le cas aujourd'hui, du moins si on se place sur un plan factuel. C'est l'occidentalisme, c'est-à-dire une vue idéologique du monde (déconstruite par Edward Said par ex.), et non je ne sais quelle conscience "raciale", qui a motivé non seulement un appétit de conquêtes, autrement dit un expansionnisme/ impérialisme qui dans l'histoire de l'humanité n'a rien d'original en soi, mais aussi montré, ce qui fait sa spécificité, son intégration dans une économie capitaliste visant à la "valorisation" économique des territoires soumis (ex. : Leopold II et ses exploitations de caoutchouc dont Maggle avait souligné la violence esclavagiste).

Si pour certains, passés par ici, le critère du derme était un affect réactif à opposer notamment aux bouleversements de civilisation que nous connaissons, vu surtout sur l'angle rapports Nord-Sud, prendre le contre-pied n'éclaire pas plus la situation. Preuve s'il en est que ce n'est pas le conflit d'opinions que l'on n'arrive à poser certaines problématiques.

Pour moi, l'idéologie occidentaliste est une variation sur le thème du blanchisme qui en est en quelque sorte le point aveugle. Ou encore : l'occidentalisme est le fait accompli du blanchisme.

Paradoxalement, la seule idéologie occidentale qui n'ait pas été blanchiste au sens strict du terme, c'est l'hitlérisme, puisqu'il effectuait au sein du monde blanc un tri jusque là réservé au monde non blanc.

Aimé Césaire explique bien que c'est en cela qu'il a scandalisé le monde blanc. Mais vu du monde non blanc, on peut voir cette "parenthèse" historique comme le gag de l'arroseur arrosé...

Ceci dit, il y a quand même quelque chose qui a substantiellement changé dans l'occidentalisme après la seconde guerre mondiale : C'est que l'antisémitisme (Juifs vus comme des Non-blancs ayant les apparences du Blanc) inhérent à cette idéologie s'est transformé en philosémitisme (selon moi, de surface).

Prenons ce qu'il est de coutume de considérer comme la partie acceptable de l'œuvre de Céline : Le Voyage et Mort à crédit. Parce qu'il n'y dit pas de mal des Juifs... Personne parmi ces belles âmes pour s'offusquer de la vision que Céline propose des Noirs africains dans Le Voyage...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oshun
Idiot utile
Idiot utile
avatar

Féminin
Nombre de messages : 654
Date d'inscription : 23/02/2009

MessageSujet: Re: Mélanitude, blanchitude et couleur pourpre   Mar 22 Déc 2009 - 11:18

MAGGLE a écrit:
Ceci dit, il y a quand même quelque chose qui a substantiellement changé dans l'occidentalisme après la seconde guerre mondiale : C'est que l'antisémitisme (Juifs vus comme des Non-blancs ayant les apparences du Blanc) inhérent à cette idéologie s'est transformé en philosémitisme (selon moi, de surface).
Philosémitisme tactique, dirais-je. Le réseau des intérêts leur dicte actuellement d'être prosionistes (donc superficiellement philosémites, en effet) comme autrefois il leur dictait d'être antisémites (antidreyfusards par exemple), mais il ne faut pas s'y tromper, ce sont bien les mêmes.

(Toute notion de philia dans ce contexte ne s'appliquant qu'à des gens qui par définition n'aiment qu'eux-mêmes, ce qui facilite et explique ce grandiose retournement de veste.)

-----------------------------------------------------------

MAGGLE a écrit:
Jul le Marteau a écrit:
Faites simples les mecs, je sors d'une semaine d'examens et là j'ai la crève.
On est supérieurs ou pas ? En terme de civilisation.
Désolé man, y'a que pour les négros que je condescends à faire simple.
Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Active X
Big Boss
Big Boss
avatar

Masculin
Nombre de messages : 675
Date d'inscription : 26/09/2006

MessageSujet: Re: Mélanitude, blanchitude et couleur pourpre   Mar 22 Déc 2009 - 14:33

Si la vue occidentale du monde, basée sur l'individualisme politique et par là économique, se confondait purement et simplement avec l'ethnocentrisme (avoué ou pas), cela voudrait dire que le capitalisme s'explique en simples critères tribaux. Qu'au fond donc il ne serait que "guerre des races".

Cette manière de voir, elle n'existe pas du tout m'a-t-il semblé chez les noirs africains enracinés pour lequel l'humain prime avant tout, par contre elle touche bien ce qu'on appelle les "masques blancs visages noirs" (Adler montre par ex. comme souvent le complexe de supériorité n'est qu'une compensation d'un complexe d'infériorité). Quelle différence à la finale entre ces derniers et les "petits blancs" déclassés pour qui la civilisation n'est qu'un acquis matériel ?

Si le capitalisme a pu à son émergence être un "rationalisme des valeurs", celui de l'entrepreneur wasp qui capitalise pour réinvestir le fruit de son travail, il est devenu un rationalisme fonctionnaliste, ayant sa propre autonomie, ce que Max Weber nommait à juste titre la "cage de fer". Et si Céline, malgré ses outrances puisant dans une certaine littérature/culture populaire, reste un témoin de son temps, c'est avant tout pour avoir montré que la boucherie de 14, les colonies d'Afrique et les usines fordistes américaines répondaient à la même logique. La nuit obscurcissant le monde, elle est planétaire. Dormons rassurés tout de même, l'argent pour le banquier / investisseur n'a pas d'odeur...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.dailymotion.com/video/xa7ef_kraftwerk-radioactivity_e
MAGGLE
Banni(e) parce que je le vaux bien
Banni(e) parce que je le vaux bien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2559
Localisation : Suburbs
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: Mélanitude, blanchitude et couleur pourpre   Mar 22 Déc 2009 - 15:04

Active X a écrit:
Si la vue occidentale du monde, basée sur l'individualisme politique et par là économique, se confondait purement et simplement avec l'ethnocentrisme (avoué ou pas), cela voudrait dire que le capitalisme s'explique en simples critères tribaux. Qu'au fond donc il ne serait que "guerre des races".

Je ne pense pas qu'elle se confonde avec l'ethnocentrisme mais que l'ethnocentrisme en est une circonstance agravante.

Active X a écrit:
Cette manière de voir, elle n'existe pas du tout m'a-t-il semblé chez les noirs africains enracinés pour lequel l'humain prime avant tout, par contre elle touche bien ce qu'on appelle les "masques blancs visages noirs" (Adler montre par ex. comme souvent le complexe de supériorité n'est qu'une compensation d'un complexe d'infériorité). Quelle différence à la finale entre ces derniers et les "petits blancs" déclassés pour qui la civilisation n'est qu'un acquis matériel ?

Je ne nie pas non plus le sort des "petits blancs" déclassés. Mais si les petits blanc déclassés représentent 20% des Blancs vivant dans des conditions similaires à 80% des Non-blancs, c'est que la situation profite objectivement aux petits blancs non déclassés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mélanitude, blanchitude et couleur pourpre   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mélanitude, blanchitude et couleur pourpre
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Montrer un film "dur" en classe
» alan couleur fauve petit d'animal renard
» Textes littéraires sur le thème de la couleur.
» 2007: 15/08 vers 23h35 Boomerang couleur gris avec halot orange (Charny-sur-meuse 55)
» probléme avec couleur aurore

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE FORUM DES ÉGARÉS :: ALCHIMIE DU VERBE :: Filousophie-
Sauter vers: