LE FORUM DES ÉGARÉS




Post mortem nihil est
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Danse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
jazza
Adepte de la cabale
Adepte de la cabale
avatar

Féminin
Nombre de messages : 296
Date d'inscription : 22/05/2009

MessageSujet: Danse   Sam 14 Nov 2009 - 0:42

NDM : pour des raisons de temps de chargement de la page selon des navigateurs ou configurations de PC, certaines vidéos incrustées (passant par des proxys des hébergeurs) ont été ramenées à leur lien, cliquer droit dessus, ouvrir dans un nouvel onglet. Merci de votre compréhension.

c'est un art majeur, il y a pas de raison qu'il n'a pas sa rubrique. D'autant plus que je compte de l'alimenter de temps en temps.... difficile de choisir par quoi commencer... alors, voilà, un de mes chorégraphes préférés, l'espagnol, Nacho Duato, j'ai vu un de ses spectacles, sur la musique de Bach, c'était magnifique ! C'est un chorégraphe d'une rare musicalité, il ressent la musique avec toute sa peau, ça se voit....

les extraits de ce spectacle : évidemment, une petite vidéo ne vous traduira pas l'effet qu'on a à voir ce ballet en vrai, mais ... je compte sur votre imagination.... regardez surtout le duo à 2:37 !!

Nacho Duato - Programme Bach

et une autre vidéo... c'est tellement...vivant !

ARENAL Compania Nacional de Danza (2/2)

---------------------------------------------------------------------

je continue....

Si il y en a encore qui n'ont pas vu le documentaire The rize, sur la nouvelle danse qui s'appellez KRUMP, foncez vite dans le club vidéo le plus proche ! Une danse d'une telle beauté, telle force et telle violence mérite bien être connue.... je suis totalement accro... (attention, aucune image n'est accélérée)...

la première vidéo (la meilleure) : extrait 1

sinon : Extrait 2 - Extrait 3 - Rize - BattleZone - RIZE MOVIE TRAILER -

krump battle session 2008 prt1 by dj l

---------------------------------------------------------------------

Le Bon Docteur a écrit:
C'est marrant de regarder ces vidéos après avoir écouté des conférences de Bernard Stiegler sur la société pulsionnelle. pale
je suis pas sûre de comprendre où tu veux en venir ?

---------------------------------------------------------------------

Le Bon Docteur a écrit:
Disons que je trouve la forme "sauvage" et basée sur le sexe et la violence. Et Stiegler dit que pour parler aux masses, ceux qui sont au pouvoir s'appuient surtout sur le côté pulsionnel de chacun. Cette danse m'a fait penser à ça.
oui, sauf que ce n'est que l'extériorisation de la violence environnementale, je veux dire, de la violence qu'ils subissent tous les jours là où ils vivent.
Cette danse ne pourrait pas être née dans un milieu bourgeois par exemple...
Elle est bien née dans des ghettos américains, comme pratiquement tout ce qui est né d'intéressant durant le 20ème et 21ème siècle en Amérique...c'est pas pour rien....
c'est ça qui rend cette danse si authentique...

puis, tu sais , c'est mecs et ces nanas, ils s'entrainent toute la journée pour danser comme ça, ce qui ne leur laisse pas de temps pour exercer d'autres violences...mieux: ils entrainent les gamins avec eux, et nombreux gamins pourraient tourner mal si on les avait pas passionné par ça....
c'est une violence artistique et je préfère largement cette belle violence à des trucs mous du genou qui ne provoquent rien en moi....

et enfin, à mon avis, pour ces jeunes, les bobards des dirigeants, c'est la dernière chose à quoi ils feront confiance... Smile

docteur a écrit:
basée sur le sexe et la violence.
euh, le sexe, pas tellement par contre....
pas plus que la danse africaine en tout cas, car cette danse(le krump) puise ses racines dans la danse africaine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MAGGLE
Banni(e) parce que je le vaux bien
Banni(e) parce que je le vaux bien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2559
Localisation : Suburbs
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: Danse   Dim 15 Nov 2009 - 14:26

Par rapport aux danses africaines (et non à la danse africaine), il y a quand même une grosse différence, c'est que si celles-ci sont un langage codifié, lisible, transgénérationel et accepté par toute la société (il faut avoir vu danser une petite vieille pour la fin du ramadan), le Krump se situe dans les marge de sa société.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Bon Docteur
Simple Mind
Simple Mind
avatar

Masculin
Nombre de messages : 677
Age : 44
Localisation : sur le bord de la rivière
Date d'inscription : 28/05/2007

MessageSujet: Re: Danse   Dim 15 Nov 2009 - 14:59

Et bien, je n'ai rien dit de contraire à tout ça. Mais je vois cette danse comme une illustration de l'évolution de la société contemporaine et occidentale, et donc pas comme une rébellion contre elle. Et je ne sais pas à quel point il est judicieux de se référer à l'Afrique pour la décrire. Comme tu dis, elle vient du ghetto américain. Elle est dans la continuité du rap.

C'est très violent (artistiquement) le fait de choper les gens autour pour danser quasiment sur eux (et non avec). Et pour le sexe, j'en ai vu deux ou trois se toucher ostensiblement les parties génitales (hommes et femmes d'ailleurs), un peu à la manière de Michael Jackson.

DOC
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dailymotion.com/video/x14g5o_papy-fait-de-la-resistan
jazza
Adepte de la cabale
Adepte de la cabale
avatar

Féminin
Nombre de messages : 296
Date d'inscription : 22/05/2009

MessageSujet: Re: Danse   Dim 15 Nov 2009 - 17:19

Maggle doit avoir raison, mais on voit tout de même à l'oeil nu l'influence de la danse africaine (xcuses moi, Maggle, mais c'est comme ça qu'on dit dans les milieux des danseurs-pro occidentaux). Le krump est un mélange , on voit l'influence de la danse africaine, du hip-hop, du breakdance et encore surement autre chose...

maggle a écrit:
accepté par toute la société (il faut avoir vu danser une petite vieille pour la fin du ramadan), le Krump se situe dans les marge de sa société.
oui, sauf que cette danse n'a pas plus de 5 ans ! on verra dans qqs décennies.

docteur a écrit:
Mais je vois cette danse comme une illustration de l'évolution de la société contemporaine et occidentale, et donc pas comme une rébellion contre elle.
mais il faudrait faire comment pour que ça se voit comme une rébellion?
je ne vois pas... il se rebellent déjà par leur force créatrice, ils veulent atteindre les sommets via l'art , ils refusent de se contenter du rôle que cette société leur a attribué, les confinant dans des ghettos sans bcp d'espoir d'avenir....à part devenir des dillers, des brigands, des voleurs et des tueurs...

----------------------------------------------------------------------

Le Bon Docteur a écrit:
En fait, je ne voulais pas parler des danseurs eux-mêmes, mais de la danse et de l'image qu'elle renvoie, brutale.

Et j'ai parlé de rébellion parce que je pensais au rap. J'imagine que le discours qui accompagne cette danse doit avoir beaucoup de points communs avec le discours rap.

En fait pour faire simple, je voulais dire que ces jeunes gens ont certainement l'impression de livrer un message de rébellion à cette société par leur "art" alors que leur art est un produit de cette société avec les caractéristiques de violence et d'obscénité qu'elle comporte. On voit que les tendances pulsionnelles sont présentes dans cette danse et la société de consommation ne cesse d'y faire appel pour mieux nous "contrôler" (selon Stiegler).

Excusez-moi de vous servir du Stiegler mal digéré mais je suis en plein dedans en ce moment et c'est passionnant bien qu'assez pointu. Embarassed
Ne t'xcuses pas, ça nous fait une discussion intéressante du coup...

Citation :
En fait pour faire simple, je voulais dire que ces jeunes gens ont certainement l'impression de livrer un message de rébellion à cette société par leur "art" alors que leur art est un produit de cette société
Je pense que c'est toujours le cas... L'art reflète toujours son époque....

Quant au rap, ou , je préfère dire hip-hop, en fait, à tout son début c'était plutôt festif, les noirs des ghettos américains voulaient échapper à leur quotidien morne et sans espoir, les messages de rebellion se sont joints naturellement car les rappeurs parlaient de ce qu'ils connaissent et de ce qu'ils vivent....

----------------------------------------------------------------------

Le Bon Docteur a écrit:
jazza a écrit:
Je pense que c'est toujours le cas... L'art reflète toujours son époque...
Oui. C'est pourquoi il m'arrive souvent d'y voir ce que je n'aime pas dans cette société plutôt que la beauté de l'expression artistique...
oui, je comprends, moi, au contraire, j'ai décidé d'accepter mon époque, et voir en elle ce qu'il y a de positif....sinon, je me tire une balle dans la tête tellement c'est déprimant....

----------------------------------------------------------------------

Le Bon Docteur a écrit:
Oui oui, bien sûr. J'accepte aussi l'époque. Mais qui a écouté une conférence de Stiegler et vu les clips que tu as posté juste après me comprendra. C'est une association d'idées inévitable... Smile
pour faire contraste avec le KRUMP ultra-rapide, voici une danse très lente....
danse japonaise "butoh"...la danse de la mort....
pour en savoir plus,
http://fr.wikipedia.org/wiki/But%C5%8D









Butoh





PS : Parlant de la violence artistique.... Voici l'extrait vidéo du ballet le plus mis en scène en 20ème siècle (près de 80 versions je crois) Le sacre du printemps de Stravinski. La version de Angelin Preljocaj...

j'ai fait une petite sélection des différentes versions de "Le sacre du printemps", sur le même extrait musical de la puissante musique de Stravinski.
C'est amusant de voir (et apprecier) toutes ces façons de ressentir, danser cette musique....

la version la plus célébre est celle de Maurice Bejart... mais comme je ne peux pas le blairer, je l'inclus pas... je trouve que les chorégraphies de Bejart ont mal vieillies...

je commence par la version originale, celle de Nijinski, c'est cette version là qui a provoqué le scandale quand les ballets russes de Diaguilev sont venus la présenter à Paris au début du 20ème... C'est même pas tant à cause du thème du ballet que parce qu'ils ont cassé tous les codes du ballet classique...




LA version de la boulversante Pina Bausch (une autre version célebre), je n'ai pas trouvé mieux que cet extrait avec la voix off....mais ça donne une idée...



sinon, le même extrait musical(qui commence à 2:44) que dans mon post précédent mais en version Pina Baush cette fois...

PINA BAUSCH - LE SACRE

ce qui est dommage, c'est la la danseuse principale rate le dernier accord... Logiquement elle devrait tomber avec, mais elle tombe juste avant... bref, chipotons pas...

et voici, encore une fois la version d'Angelin Preljocaj. Une de mes préférées... c'est assez troublant... (c'est la même version que l'extrait de mon post précédent). je précise que l'extrait musical qui nous intéresse ne commence qu'à 4:40 mais ça vaut le coup de regarder cette version en entier....


Et, enfin, cerise sur le gateau, la version d'une troupe africaine. il existe même une version japonaise mais j'ai pas trouvé. Il existe aussi une version salsa mais bon, je l'inclus pas dans ma sélection, car je ne l'aime pas du tout...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oshun
Idiot utile
Idiot utile
avatar

Féminin
Nombre de messages : 654
Date d'inscription : 23/02/2009

MessageSujet: Re: Danse   Sam 28 Nov 2009 - 15:59

Danse royale Zinli d'Abomey (Bénin). La danse proprement dite ne commence qu'à la moitié de la vidéo, mais ça vaut le coup d'attendre. D'autant que la chanson et la voix sont ensorcelantes.



(J'ai cherché sur toute la Toile des vidéos de la fabuleuse danse Sakpata d'Abomey... Introuvable. Pourtant c'est une des danses traditionnelles les plus fameuses du Bénin. Étonnant.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Bordelleur
Sophiste d'estaminet
Sophiste d'estaminet
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1536
Age : 38
Date d'inscription : 13/06/2007

MessageSujet: Re: Danse   Sam 28 Nov 2009 - 16:10

J'adore la danse :



Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.google.fr/
jazza
Adepte de la cabale
Adepte de la cabale
avatar

Féminin
Nombre de messages : 296
Date d'inscription : 22/05/2009

MessageSujet: Re: Danse   Sam 28 Nov 2009 - 20:08

Merci, Oshun pour cette merveille...
Comme a dit Maggle, il y a LES danses africaines et je suis loin de connaitre toutes, celle-là en tout cas est impressionnante...
Je poste ici qqs vidéos des frères Nicholas, les danseurs célebres, les génies absolus de la danse.....je voulais les poster à la fin, car après cela il est difficile de trouver mieux...Les années 30/40, l'époque de la virtuosité....Mais bon, cette époque est révolue et il faut continuer à vivre quand même...
Quelle musicalité!

D'abord, cette vidéo super célebre, avec Cab Calloway au chant....



ensuite, les frères Nicholas au début de leur carrière, sont encore gosses.. Et en plus, ils chantent super bien....



et celle-là, elle est super drôle...
(vidéo n'est pas exportable)
http://www.youtube.com/watch?v=GnHG1JaqomU&feature=related

l'art de la syncope à sa perfection....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oshun
Idiot utile
Idiot utile
avatar

Féminin
Nombre de messages : 654
Date d'inscription : 23/02/2009

MessageSujet: Re: Danse   Sam 28 Nov 2009 - 20:56

Toujours du Bénin, mais alors que la danse précédente était de la province du Zou (centre-Sud, royaume d'Abomey, de culture fon), ici on se trouve au sud-est du Bénin (Porto-Novo, culture yoruba). Il y a en fait peu de différences fondamentales entre ces deux cultures. Sagbohan Danialou est un monument vivant de la musique traditionnelle. Comme pour le "roi du Zinli" Alekpehanhou, la fonction incantatoire de cette musique ne fait pas de doute.
Ce qui apparaît aussi dans cette vidéo, c'est la filiation directe entre ces danses, ces musiques, ces rituels et ceux du Brésil et des Caraïbes. L'origine de la samba, des rythmes cubains et haïtiens se laisse clairement entendre.


Sagbohan Danialou, Hoho Gbédji.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jazza
Adepte de la cabale
Adepte de la cabale
avatar

Féminin
Nombre de messages : 296
Date d'inscription : 22/05/2009

MessageSujet: Re: Danse   Lun 30 Nov 2009 - 4:03

Oshun, si tu as d'autres vidéos comme ça, je suis preneur...
Maggle aussi doit connaitre qq chose sur la danse africaine, non?
Oh, pardon, LES danses africaines. Angel

alors, puisqu'on est dans les danses du monde, voici l'extrait d'un film qui est passé sur arté il y a qqs années. Je dirais rien sur la qualité du film, mais les extraits de danse sont magnifiques!
une tournée d'une troupe de danse tchètchène en France....

aussi jeunes artistes est déjà aussi accomplis!
regardez leurs visages comme ils sont beaux: les regards vifs , les sourires francs...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Active X
Big Boss
Big Boss
avatar

Masculin
Nombre de messages : 675
Date d'inscription : 26/09/2006

MessageSujet: Dancing in the dark   Lun 30 Nov 2009 - 14:30

Can you feel the funk ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dailymotion.com/video/xa7ef_kraftwerk-radioactivity_e
MAGGLE
Banni(e) parce que je le vaux bien
Banni(e) parce que je le vaux bien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2559
Localisation : Suburbs
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: Danse   Lun 30 Nov 2009 - 15:56

Merci Oshun pour ta vidéo de Sagbohan Danialou.

En fait, sur le plan mélodique, je n'avais jusqu'à présent pas pu établir de filiation si directe entre la samba et une musique africaine du genre de celle qu'on peut constater entre certaines musiques mandingues et le blues.

En fait, je me demande jusqu'à quel point on pourrait tenter une cartographie des ethnies dominantes déportées selon leurs pays "d'accueil" à partir des musiques qui se sont développées dans ces pays.

Sans préjuger de l'importance de la langue et des traditions originaires propres au pays d'accueil dans l'élaboration des musiques noires du continent américain.

Ceci dit, dans le cas du Bénin, n'y a t'il pas un effet "retour" des brésiliens dans la musique béninoise ? Comme par exemple dans le cas de ces architectures de style brésilien dues à l'établissement d'une communauté noire brésilienne au Bénin...

Il y a aussi une interrogation du genre de celles qu'on pourrait se poser sur le sexe des anges et qui me passionne : Qu'aurait été la musique brésilienne si les ethnies majoritaires qui y ont été déportées avaient été de culture mandingues plutôt que Yoruba par exemple ? Et comment les propriétés propres à la langue et à la culture portugaise auraient orienté l'élaboration de cette musique ?

Et aussi comment des musiciens pourraient traduire de telles hypothèses uchroniques ? Il y aurait sur ce principe tout un champ à explorer (alternatif à une certaine conception de le world music) qu'on pourrait appeler musique-fiction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jazza
Adepte de la cabale
Adepte de la cabale
avatar

Féminin
Nombre de messages : 296
Date d'inscription : 22/05/2009

MessageSujet: Re: Danse   Lun 30 Nov 2009 - 16:07

maggle a écrit:
Et aussi comment des musiciens pourraient traduire de telles hypothèses uchroniques ? Il y aurait sur ce principe tout un champ à explorer (alternatif à une certaine conception de le world music) qu'on pourrait appeler musique-fiction.
ça se passe déjà comme ça: notre siècle, c'est le siècle des fusions, encore plus que dans des siècles précédents, la musique traditionnelle reste pour les musiciens une de principales sources d'inspiration. Dans le domaine des musiques électroniques ou précisément, dans certraines de ses directions, les musiciens essaient de mélanger toutes ces musiques avec le son d'aujourd'hui, créant toute sorte de fusions....

Active X, j'adore James Brown, mais faut dire que ça danse pas des masses sur ta vidéo.... king
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MAGGLE
Banni(e) parce que je le vaux bien
Banni(e) parce que je le vaux bien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2559
Localisation : Suburbs
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: Danse   Lun 30 Nov 2009 - 16:42

jazza a écrit:
ça se passe déjà comme ça: notre siècle, c'est le siècle des fusions, encore plus que dans des siècles précédents, la musique traditionnelle reste pour les musiciens une de principales sources d'inspiration. Dans le domaine des musiques électroniques ou précisément, dans certraines de ses directions, les musiciens essaient de mélanger toutes ces musiques avec le son d'aujourd'hui, créant toute sorte de fusions....

Oui, j'en ai bien conscience. J'ai bien conscience aussi qu'il n'existe pas une seule musique qui ne soit pas une musique de fusion. La différence étant qu'aujourd'hui, les fusions (via mondialisation et technologies "ubiquitaires") sont moins le reflet de l'histoire des populations. Et s'il y a par exemple collaboration entre un musicien mandingue et un musicien indien (ça s'est fait), c'est un reflet de l'histoire actuelle mais le résultat n'engage grosso modo (pour le meilleur comme pour le pire) que ces deux musiciens dans un contexte mondialisé.

Mon idée de musique-fiction est tout autre : Dans un cadre uchronique et pour reprendre mon exemple cité plus haut, il faudrait au préalable que des musiciens suffisamment versatiles pour assurer un minimum dans plusieurs langages musicaux imaginent ce que pourrait donner un air traditionnel mandingue chanté en portugais, puis, qu'il étudie la structure des airs portuguais pour voir en quoi certains aspects des airs portuguais populaires en vogue au XVIIIe siècle peuvent avoir des points communs avec les airs traditionnels mandingues et à partir de ces poins communs voir quelles tendances divergentes vont l'emporter pour imaginer la structuration d'un nouveau langage*, avec pour résultat une image probable de ce qu'aurait pu devenir la musique brésilienne du XVIIIe siècle une telle hypothèse au XVIIIe siècle.

J'ai bien conscience du coté "expérience de laboratoire" d'une telle idée, mais après tout, pas plus que celles de certains baroqueux maniaques de la reconstitution historique (violoncelle sans pique au sol etc.).

* Un outil pourrait même exister pour ce type de projet :

Citation :
Nous sommes en 1991. Depuis 20 ans, Alan Lomax publie une multitude d'ouvrages, littéraires et musicaux. Mais cette année-là va marquer un nouveau tournant dans l'histoire de la musique. Il compile une base de données multimédia qui examine tous les rapports et toutes les connections existant dans la musique, le JUKE BOX MONDIAL. Cet outil, une nouvelle fois très pédagogique est destiné à la recherche scientifique mais également à l'égalité des chances musicales dans les médias. Alan Lomax expliquera ce projet en ces termes :

« Toutes les cultures ont besoin de leur juste part d’audience. Quand les paysans ou les populations tribales entendront ou verront leurs traditions diffusées dans les grands médias, et lorsqu’ils entendront leurs propres enfants les reprendre, alors quelque chose de magique se produira. Ils verront alors que leur style expressif est aussi bon que celui des autres et, s'ils sont équipés de moyens de communication équivalents, alors, ils continueront à perpétrer leurs traditions… »

Source : http://www.gazettegreenwood.net/an2002/n45/numero45.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jazza
Adepte de la cabale
Adepte de la cabale
avatar

Féminin
Nombre de messages : 296
Date d'inscription : 22/05/2009

MessageSujet: Re: Danse   Lun 30 Nov 2009 - 17:14

maggle a écrit:
La différence étant qu'aujourd'hui, les fusions (via mondialisation et technologies "ubiquitaires") sont moins le reflet de l'histoire des populations. Et s'il y a par exemple collaboration entre un musicien mandingue et un musicien indien (ça s'est fait), c'est un reflet de l'histoire actuelle mais le résultat n'engage grosso modo (pour le meilleur comme pour le pire) que ces deux musiciens dans un contexte mondialisé.
il y a bcp d'exemples qui nous démontrent le contraire....
les styles comme la jungle, la drum&bass et le broken beat, qui sont nés en Angleterre, ne sont pas nés la-bas pour rien. L'Angleterre a subi (enfin, façon de parler) une forte immigration jamaicaine , les jamaicains sont venus avec leurs ragga et reggae et en plus, leur culture des sound-systems....
Si le monde des musiques électroniques en Angleterre est richissime et vaste, largement plus riche qu'ailleurs, c'est pour cette raison là.
Par la suite, c'est styles cités plus haut ont commencé à s'effriter, donnant naissance à plein de sous-styles, élaborés d'une façon plus individuelle, créant des fusions de toute sorte et à toutes les sauces possibles......Mais les styles et fusions créés influencent à leur tour et ainsi de suite....
Bref, en gros, sans cette immigration jamaicaine, rien ne serait....


maggle a écrit:
Mon idée de musique-fiction est tout autre : Dans un cadre uchronique et pour reprendre mon exemple cité plus haut, il faudrait au préalable que des musiciens suffisamment versatiles pour assurer un minimum dans plusieurs langages musicaux imaginent ce que pourrait donner un air traditionnel mandingue chanté en portugais, puis, qu'il étudie la structure des airs portuguais pour voir en quoi certains aspects des airs portuguais populaires en vogue au XVIIIe siècle peuvent avoir des points communs avec les airs traditionnels mandingues et à partir de ces poins communs voir quelles tendances divergentes vont l'emporter pour imaginer la structuration d'un nouveau langage*, avec pour résultat une image probable de ce qu'aurait pu devenir la musique brésilienne du XVIIIe siècle une telle hypothèse au XVIIIe siècle.
oui, c'est intéressant, mais présenté comme ça , j'ai l'impression que c'est plus le truc de musicologues....Les musiciens ne font que la synthèse à leur manière de leur culture musicale, de tout ce qu'ils ont entendu, ingurgité et digéré....d'une manière naturelle....un portugais vivant au benin va surement faire une musique completement différente qu'un russe vivant en France....Smile

maggle a écrit:
J'ai bien conscience du coté "expérience de laboratoire" d'une telle idée, mais après tout, pas plus que celles de certains baroqueux maniaques de la reconstitution historique (violoncelle sans pique au sol etc.).
c'est justement, le contraire de "l'expérience de laboratoire"...
comme on a vu cette danse KRUMP et je disais que cette danse ne pouvait pas naitre dans un milieu bourgeois, de plus, c'est un mélange des cultures des gens vivant sur ce territoire donné....Tout cela fait que cette danse a vu le jour, et c'est pas parce que qqs rats de laboratoire ont décidés d'expérimenter des fusions différentes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oshun
Idiot utile
Idiot utile
avatar

Féminin
Nombre de messages : 654
Date d'inscription : 23/02/2009

MessageSujet: Re: Danse   Lun 30 Nov 2009 - 19:29

MAGGLE a écrit:
Merci Oshun pour ta vidéo de Sagbohan Danialou.
C'est beau n'est-ce pas ? Moi ça me transporte.

Citation :
En fait, sur le plan mélodique, je n'avais jusqu'à présent pas pu établir de filiation si directe entre la samba et une musique africaine du genre de celle qu'on peut constater entre certaines musiques mandingues et le blues.
C'est tout simplement parce que la musique traditionnelle béninoise est moins connue et s'est moins exportée que les musiques de la diaspora mandingue et de la région sahélienne. Toutefois son influence est très présente dans les musiques brésiliennes et caraïbes, notamment cubaines et haïtiennes. Quand on entend celles-ci et qu'on découvre les originaux dahoméens, le doute n'est plus permis, mais ces originaux sont rares et peu exposés. Le Bénin est un pays qui applique le proverbe ''pour vivre heureux vivons cachés" et n'offre pas facilement ses trésors. Il faut aller les chercher. Je donnais récemment l'exemple de la spectaculaire danse royale Sakpata, originaire d'Abomey, totalement invisible sur le Net alors qu'au Bénin on ne rate pas une occasion de la faire figurer aux célébrations officielles. Dommage d'ailleurs car ç'aurait été une belle addition au fil de Jazza.

Citation :
En fait, je me demande jusqu'à quel point on pourrait tenter une cartographie des ethnies dominantes déportées selon leurs pays "d'accueil" à partir des musiques qui se sont développées dans ces pays.
Dans le cas du Dahomey c'est très facile, vu la pureté de transmission des formes d'origine au Brésil par exemple. C'est le travail qu'a fait Pierre Verger (voir plus bas) mais il ne s'est pas particulièrement concentré sur la musique.

Citation :
Sans préjuger de l'importance de la langue et des traditions originaires propres au pays d'accueil dans l'élaboration des musiques noires du continent américain.

Ceci dit, dans le cas du Bénin, n'y a t'il pas un effet "retour" des brésiliens dans la musique béninoise ? Comme par exemple dans le cas de ces architectures de style brésilien dues à l'établissement d'une communauté noire brésilienne au Bénin...
C'est vrai qu'on peut se poser la question car il existe bel et bien une influence brésilienne due aux "gens du retour" sur la côte béninoise (surtout vers Ouidah, port d'embarquement des esclaves et de débarquement des affranchis). Mais si elle est sensible dans l'architecture, la cuisine et l'onomastique, elle ne s'exerce pas pour autant dans les traditions, la musique et les danses, celles-ci s'inscrivant dans plusieurs traditions antérieures à l'esclavage (et qui ont donné le vodoun dahoméen des trois royaumes - Allada, Abomey et Porto-Novo). Ces traditions sont restées quasi intactes depuis des siècles malgré quelques apports ponctuels. De sorte qu'on peut bien dire que c'est dans les rituels, les musiques et les danses de l'ancien Dahomey que l'on peut voir l'origine de pas mal de musiques caraïbes et brésiliennes dans la mesure où celles-ci sont liées à une fonction rituelle (vodou, santeria, candomble). Mais cette origine n'apparaît pas aisément tant qu'on n'est pas en présence des originaux, or ceux-ci, comme je l'ai dit, sont assez peu connus. Les instruments à percussion natifs dahoméens (sonnailles, métallophones, calebasse à cauris, etc.) sont passés directement dans les musiques du Nouveau Monde, et ça s'entend.

Par exemple la vidéo présente des extraits d'une cérémonie vodoun que je crois appartenir au culte Atchina (ainsi que semblent l'indiquer les plumes de perroquet rouges), et les formes chorégraphiques et cultuelles sont très anciennes. D'autres confréries et cultes comme ceux des Egungun, des Zangbeto, des Guelede, ont leurs correspondants au Nouveau Monde moyennant plus ou moins de transformation mais il s'agit bien de cultes purement africains, d'une grande originalité.

Sagbohan Danialou (quarante ans de carrière, une sorte de trésor national vivant) exécute ici une composition moderne mais elle est scrupuleusement fondée sur des formes anciennes. Le titre de la chanson signifie d'ailleurs "Evénements de l'histoire ancienne" ou quelque chose dans ce goût-là. Précision, la langue n'est ni du fon ni du yoruba mais du goun (très proche du fon).

Sur les correspondances entre les cultures dahoméennes et les cultures brésiliennes issues de l'esclavage, je te conseille les travaux de Pierre Fatumbi Verger qui a profondément exploré ces univers. Sa spécificité en tant qu'ethnologue (et qui en fait pour moi un des rares ethnologues dignes d'intérêt) est qu'il ne travaillait pas "de l'extérieur", scrutant des peuples "différents", mais de l'intérieur, ayant été initié au vodoun au Bénin et en particulier à l'art divinatoire Fa. C'est donc un "adopté", un "chevauché" comme on dirait en vodoun.
Un autre intérêt est qu'il a étudié le vodoun à Ouidah, à Porto-Novo mais aussi de l'autre côté de la frontière, au Nigeria, et enfin au Brésil, dans la région de Bahia. La pureté avec laquelle s'est transmise la spiritualité dahoméenne au Brésil est remarquable ; aux Caraïbes et en Louisiane, d'autres courants (amérindiens, européens, asiatiques) sont venus s'y ajouter.

Citation :
Il y a aussi une interrogation du genre de celles qu'on pourrait se poser sur le sexe des anges et qui me passionne : Qu'aurait été la musique brésilienne si les ethnies majoritaires qui y ont été déportées avaient été de culture mandingues plutôt que Yoruba par exemple ? Et comment les propriétés propres à la langue et à la culture portugaise auraient orienté l'élaboration de cette musique ?
C'est en effet intéressant de spéculer là-dessus mais pour les anges on sait, les anges sont sexués et ont toujours été considérés comme tels. Il suffit de considérer leurs noms : les terminaisons en -el ou -iel sont masculines, celles en -iah sont féminines.

Citation :
Et aussi comment des musiciens pourraient traduire de telles hypothèses uchroniques ? Il y aurait sur ce principe tout un champ à explorer (alternatif à une certaine conception de le world music) qu'on pourrait appeler musique-fiction.
Très intéressant en effet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oshun
Idiot utile
Idiot utile
avatar

Féminin
Nombre de messages : 654
Date d'inscription : 23/02/2009

MessageSujet: Re: Danse   Lun 30 Nov 2009 - 19:40

jazza a écrit:
D'abord, cette vidéo super célebre, avec Cab Calloway au chant....
On ne s'en lasse pas de Jumpin' Jive. À noter que dans les années 80 Joe Jackson (non, pas le papa de Michael) a rassemblé quelques-uns de ces morceaux, les a arrangés et en a fait un disque très pêchu qui s'intitulait d'ailleurs aussi Jumpin' Jive. Ça reste un de ses meilleurs. Il expliquait lui-même qu'il avait voulu faire revivre le temps où le jazz "n'était pas respectable".



Et ça ? Je l'ai déjà posté voici quelques mois dans un autre fil, mais tant pis, c'est trop bien :

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MAGGLE
Banni(e) parce que je le vaux bien
Banni(e) parce que je le vaux bien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2559
Localisation : Suburbs
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: Danse   Lun 30 Nov 2009 - 22:35

jazza a écrit:
il y a bcp d'exemples qui nous démontrent le contraire....
les styles comme la jungle, la drum&bass et le broken beat, qui sont nés en Angleterre, ne sont pas nés la-bas pour rien. L'Angleterre a subi (enfin, façon de parler) une forte immigration jamaicaine , les jamaicains sont venus avec leurs ragga et reggae et en plus, leur culture des sound-systems....
Si le monde des musiques électroniques en Angleterre est richissime et vaste, largement plus riche qu'ailleurs, c'est pour cette raison là.
Par la suite, c'est styles cités plus haut ont commencé à s'effriter, donnant naissance à plein de sous-styles, élaborés d'une façon plus individuelle, créant des fusions de toute sorte et à toutes les sauces possibles......Mais les styles et fusions créés influencent à leur tour et ainsi de suite....
Bref, en gros, sans cette immigration jamaicaine, rien ne serait....

Oui mais justement, avant, on pouvait saisir l'évolution d'une musique sur plusieurs générations, les variantes régionales aussi (le blues est très éclairant à ce sujet). Les musiques étaient le reflet de mouvements de masse et plusieurs générations pouvaient s'y reconnaitre.

Il y a encore quelques décennies, les différents styles musicaux naissaient et s'étiolaient en gros sur une génération (rockabilly, psychédélique, punk etc.)

Aujourd'hui, et indépendamment de tout juquement de valeur sur l'intérêt de ces musiques, j'ai l'impression que la durée de référence est celle d'une mode.

Attention, hein, je ne suis pas en train d'entonner le couplet du "c'était mieux avant", simplement, la musique ne reflète plus le monde de la même façon parce que paradoxalement, le monde s'atomise au fur et à mesure qu'il se globalise. Et je ne suis pas sur qu'avec du recul, l'histoire des musiques du monde contemporain puisse donner un accès à une lecture de l'histoire générale du monde.

jazza a écrit:
oui, c'est intéressant, mais présenté comme ça , j'ai l'impression que c'est plus le truc de musicologues....Les musiciens ne font que la synthèse à leur manière de leur culture musicale, de tout ce qu'ils ont entendu, ingurgité et digéré....d'une manière naturelle....un portugais vivant au benin va surement faire une musique completement différente qu'un russe vivant en France....Smile

Oui mais les Portugais contemporains au Bénin ou les Russes en France ne seront jamais assez nombreux pour que leur musique fasse sens pour les masses. Contrairement aux maghrébins de France par exemple.

D'ailleurs, curieusement, je n'ai pas encore entendu de véritable fusion de la musique maghrébine et française. Il y a bien quelques petits groupes sur la scène parisienne qui s'y essaient dans la tendance gouaille parigotte-accordéon-oud et derbouka mais rien de bien concluant à mon oreille. On sens qu'il n'y a pas encore eu le temps de la gestation (souvent sur plusieurs générations) Pas d'enthousiasme de masse non plus. Ou alors sur de purs produits commerciaux boum-boum comme ce qu'a écrit Jean-Jacques Goldman pour Khaled ou Faudel. C'est d'ailleurs à se demander si les jeunes d'origines maghrébine n'ont pas adopté massivement le rap faute d'avoir le temps de laisser maturer une synthèse convaincante entre la musique de le société d'origine et celle de la société d'accueil.

Ou alors on a certains titres des Les Primitifs du futur, mais ils sont plus dans l'esprit rétrospectif que dans l'élaboration de quelque chose de nouveau. Et malgré tout le plaisir que j'ai à les écouter, je doute que ça parle aux djeun's.

c'est justement, le contraire de "l'expérience de laboratoire"...
comme on a vu cette danse KRUMP et je disais que cette danse ne pouvait pas naitre dans un milieu bourgeois, de plus, c'est un mélange des cultures des gens vivant sur ce territoire donné....Tout cela fait que cette danse a vu le jour, et c'est pas parce que qqs rats de laboratoire ont décidés d'expérimenter des fusions différentes.[/quote]

Quand je parlais d'expérience de labo, c'était vu du coté de l'expérimentateur, pas de celui du rat. Dans ton exemple, le rat n'a pas d'autre choix que de s'en sortir au mieux en fonction de ce que l'expérimentateur fait de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jazza
Adepte de la cabale
Adepte de la cabale
avatar

Féminin
Nombre de messages : 296
Date d'inscription : 22/05/2009

MessageSujet: Re: Danse   Mar 1 Déc 2009 - 0:34

maggle a écrit:
Oui mais justement, avant, on pouvait saisir l'évolution d'une musique sur plusieurs générations, les variantes régionales aussi (le blues est très éclairant à ce sujet). Les musiques étaient le reflet de mouvements de masse et plusieurs générations pouvaient s'y reconnaitre.
effectivement, c'est accéléré, aussi, à mon avis, l'immigration est devenue, je dirais, plus chaotique....
maggle a écrit:
Il y a encore quelques décennies, les différents styles musicaux naissaient et s'étiolaient en gros sur une génération (rockabilly, psychédélique, punk etc.)
ça marche sur 10 ans aujourd'hui...C'est pas toujours une question de mode, c'est aussi grâce à des inventions techniques, c'est comme si tous les 10 ans un nouvel instrument était inventé....

maggle a écrit:
Attention, hein, je ne suis pas en train d'entonner le couplet du "c'était mieux avant", simplement, la musique ne reflète plus le monde de la même façon parce que paradoxalement, le monde s'atomise au fur et à mesure qu'il se globalise.
on est en plein processus de l'enthropie universelle, tiens... Smile

maggle a écrit:
Et je ne suis pas sur qu'avec du recul, l'histoire des musiques du monde contemporain puisse donner un accès à une lecture de l'histoire générale du monde.
il restera des grandes lignes je pense....

maggle a écrit:
Oui mais les Portugais contemporains au Bénin ou les Russes en France ne seront jamais assez nombreux pour que leur musique fasse sens pour les masses. Contrairement aux maghrébins de France par exemple.
je dis pas le contraire, mais de l'autre coté ça commence toujours par qqs personnes qui essaient et puis la masse adopte, ou adopte pas.... Disons que le Rai est bcp plus adopté en France comme style, alors que les musiques qui s'inspirent des rythmes jamaicains sont pris racine en Angleterre. C'est logique, vu la composition des français et des anglais d'aujourd'hui....Mais ça s'effrite, s'accélère, les fusions et les hybrydes influencent à leur tour, créant d'autres mutants, encore plus "sang mêlés"....

voilà, on est en plein de problème de métissage....Pour les musiques( et danses) ça se passe pareil que pour les peuples....C'est quoi le peuple français aujourd'hui?ou un peuple anglais?

maggle a écrit:
'ailleurs, curieusement, je n'ai pas encore entendu de véritable fusion de la musique maghrébine et française.
parce ce que tout est américanisé aujourd'hui en France: regardes la musique des djeuns: que des styles venus des usa, mais en français....C'est logique qu'une culture qui a du mal à s'affirmer dans son propre pays a du mal à influencer d'autres cultures....Donc, on a du Raï, une sorte de prêt-à-digéré arabico-américanisant....

maggle a écrit:
Quand je parlais d'expérience de labo, c'était vu du coté de l'expérimentateur, pas de celui du rat. Dans ton exemple, le rat n'a pas d'autre choix que de s'en sortir au mieux en fonction de ce que l'expérimentateur fait de lui.
euh... je crois que je me suis mal exprimée...J'appelle "les rats du laboratoire" les gens , les expérimentateurs justement, ceux qui se terrent comme des rats dans leurs labos sans sortir le nez dehors pour huer l'air ambiant....je parlais donc pas des animaux sur lesquels on fait des expériences..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Active X
Big Boss
Big Boss
avatar

Masculin
Nombre de messages : 675
Date d'inscription : 26/09/2006

MessageSujet: Re: Danse   Mar 1 Déc 2009 - 0:53

Disons que c'est un peu plus complexe magolito si je puis me permettre.

Si la musique est par essence immatérielle, si on peut tracer pour elle une histoire des formes (ou des styles), voire des échanges, emprunts, réélaborations stylistiques, selon des bassins culturels (par ex. en Europe), on ne peut pour autant abstraire une base "matérielle".

Par ex. concernant la musique béninoise dont vous parliez (et que le public averti peut découvrir en grande partie en cds grand public en fouillant bien, excepté bien sûr certaines musiques cérémonielles qui ont été néanmoins archivées), l'ethnomusicologue Gilbert Rouget (qui a réalisé pour l'anecdote un livre-photo extraordinaire sur les rituels vodoun publié chez sépia) a montré l'intrication entre types d'instruments (et de sonorités), inscription socio-religieuse (cadre communautaire), mode d'apprentissage.

Prenons ce dernier point en exemple. Que ce soit chez les premiers bluesmen, jazzmen, zikos manouches, aèdes grecs antiques (poètes-chanteurs-harpistes), griots, dans la polyphonie moyenâgeuse, et tutti quanti, la transmission de l'enseignement musical n'est pas écrit, il est oral, il fait appel à un art de la mémoire et à une capacité étiquetée communément "improvisation" mais qui en fait est un procédé de concaténation (enchaînement de séquences apprises et modifiées, modulées, variées, transformées), autrement dit une rhétorique. La visée est par ailleurs plus artisanale qu'artistique, le colporteur de musique s'insère dans la ronde des activités auxquelles il célèbre les rythmes, on retrouve par exemple un peu cette ambiance étonnamment en Jamaïque où toute la population "baigne" dans la musique.

D'ailleurs, quand s'est généralisé le passage in extenso à l'âge classique à la codification écrite en Europe, on retrouve dans la désignation des tempos (le métronome sera inventé plus tard) des références à des types de marches/ pas/pieds/allures. Il faut aussi tenir compte des instruments, de leur coût, de leur évolution, de leur portée symbolique (dans "éducation européenne", Romain Gary dit du gamin yiddish jouant du violon - le Wunderkind - que c'est bien pratique pour le transporter en cas d'exil/fuite du village), l'exemple le plus connu pour beaucoup étant l'introduction assez tardive de l'accordéon dans les fêtes populaires en France.

Il est donc normal que le rapport à la musique suive les changements sociaux. On apprend autrement, on a un choix musical plus grand avec la reproduction sonore, on joue aussi avec un rapport au public différent. Concernant ce qu'on appelle la "world", le terme est assez fourre-tout. Il y a aussi bien des morceaux calibrés commercialement pour toucher un grand public (ce que fit par exemple Bob Marley avec talent) avec la petite pointe d'exotisme qui ravit les auditeurs de FIP-radio qu'ouverture sur des musiques d'inspiration traditionnelle et originales dans leur interprétation. Comme avec d'autres arts (pictural, culinaire, etc.), on est en face d'un statut bivalent, à la fois marchandise et oeuvre, et c'est bel et bien dans la manière d'articuler les deux que se joue une part de la création musicale actuelle (par ex. réseau parallèle comme internet pour assurer sa "visibilité"), je devrais dire les trois car le public est toujours le troisième terme.

Et comme avec tous les arts, une éducation/initiation, si possible dès l'enfance, est un plus pour se guider et orienter ses choix quant aux capacités d'expressivité d'une musique. Perso il n'y a de genre meilleur ou pire qu'un autre, il y a de la bonne musique et... le reste, celle qui est tricotée voire bidouillée de manière uniforme via une boîte à rythmes d'ordi. Que des parents viennent pas se plaindre que leurs rejetons écoutent Lorie ou Tokyo Hotel s'ils les laissent à eux-mêmes en ce domaine.

J'irais même plus loin, je crois qu'on ne capte pas grand chose à des musiques dites nouvelles (electro par exemple) si on ne saisit pas ce qui fait l'inventivité d'autres genres musicaux. Autrefois les folkloristes (sans nuance péjorative) aimaient à dire que la musique est l'âme d'un peuple, ce qui ne voulait pas dire qu'elle devait se figer en une forme repliée sur elle-même (cas du flamenco hypercodifié et stéréotypé sous Franco), alors même si la "world" ne signifie pas pour autant conscience d'une humanité (alibi commercial souvent mis en avant), est-ce qui ce qui compte n'est pas au fond cet élan de liberté qu'elle peut porter ?

J'espère ne pas avoir répondu de manière trop hermétique, je scribouille en semi-sénile d'un jet comme jazza qui au passage n'a peut-être pas compris que la chanson de ce petit canaillou de James montrait l'homme revêche (de par ses excès) à danser tout comme un jeune garçon à une boum et pourtant pris par la musique. La danse c'est être pris par la musique, même si on ne "sait" pas danser, en tout cas me concernant, et j'avoue avoir souvent été désappointé par les petites blanches se défoulant lors des cours de "danse africaine" (puisqu'on en parlait) au lieu de suivre simplement la musique. pale Le corps n'a pas à être "mis en scène", comme si on surcompensait un rapport mécanique aux choses, c'est lui qui anime la scène du monde. Qui aime la danse aime la vie. Gardons les pieds légers comme nous le soufflait un suivant de Dionysos... Smile

Et en exclu on peut révéler sur quoi zoukent mister & miss magôlito Angel :





Dernière édition par Active X le Mar 1 Déc 2009 - 23:48, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dailymotion.com/video/xa7ef_kraftwerk-radioactivity_e
jazza
Adepte de la cabale
Adepte de la cabale
avatar

Féminin
Nombre de messages : 296
Date d'inscription : 22/05/2009

MessageSujet: Re: Danse   Mar 1 Déc 2009 - 1:30

active x a écrit:
La danse c'est être pris par la musique, même si on ne "sait" pas danser, en tout cas me concernant, et j'avoue avoir souvent été désappointé par les petites blanches se défoulant lors des cours de "danse africaine" (puisqu'on en parlait) au lieu de suivre simplement la musique. pale Le corps n'a pas à être "mis en scène", comme si on surcompensait un rapport mécanique aux choses, c'est lui qui anime la scène du monde. Qui aime la danse aime la vie. Gardons les pieds légers comme nous le soufflait un suivant de Dionysos... Smile
on est d'accord 100 %...
la danse, c'est l'expression de la musique (parfois interieure) par le corps, c'est tout....
Le swing, ou le groove, le sens de la syncope, si on les a pas, pas la peine d'aller aux conservatoires pour apprendre.....Mais bon, pour danser comme les frères Nicholas, il faut sacrement bosser avec ça......
L'art, c'est ça....La performance....la compétence.....

active x a écrit:
Perso il n'y a de genre meilleur ou pire qu'un autre, il y a de la bonne musique et... le reste, celle qui est tricotée voire bidouillée de manière uniforme via une boîte à rythmes d'ordi.
attention! pas si vite!
la techno de Detroit a été inventée comme ça, avec des boites a rythmes pas chères, par les Noirs américains, encore une fois.........
et c'est pas non plus facile de composer un grouve qui balance vraiment, celui qui va te donner envie de secouer les parties de ton corps....Dans les musiques électroniques il y a de la bonne musique .... et le reste....boucoup plus de "reste" que de la bonne musique d'ailleurs, mais c'est comme dans tous les domaines, les meilleurs artistes ne sont pas distribués chez les majors et font leurs trucs dans leurs coin....
Pour résumer,peu importe outil pourvu qu'on a le rythme dans la peau et qu'on a des choses à exprimer (ou extérioriser)....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Active X
Big Boss
Big Boss
avatar

Masculin
Nombre de messages : 675
Date d'inscription : 26/09/2006

MessageSujet: Re: Danse   Mar 1 Déc 2009 - 1:38

Le seul art qui compte avant tout, c'est l'art de vivre. Le reste suit (ou pas).

Sur la piste, pas de spectacle, pas de scène, living theater, le palpitant au diapason des bpm, jusqu'au bout de la nuit...



Tu me suis jazzie ou je te laisse un rôle de claudette Wink ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dailymotion.com/video/xa7ef_kraftwerk-radioactivity_e
jazza
Adepte de la cabale
Adepte de la cabale
avatar

Féminin
Nombre de messages : 296
Date d'inscription : 22/05/2009

MessageSujet: Re: Danse   Mar 1 Déc 2009 - 2:09

je te suis mais je prends mes disques.... Batteur

ça, sur un bon sound-système, avec des bonnes subs, ça peut rendre fou...




ou celui-là, simple comme bonjours mais efficace....

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MAGGLE
Banni(e) parce que je le vaux bien
Banni(e) parce que je le vaux bien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2559
Localisation : Suburbs
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: Danse   Mar 1 Déc 2009 - 2:49

Pour moi, l'anti world music serait celle que produirait une tribu amazonienne coupée de son peuple originaire depuis des siècles (par exemple à cause d'un noyau originel mort trop tôt pour transmettre ses acquis à sa descendance) et sans contacts avec d'autres tribus ou ethnies. Une musique avec une évolution purement endogène.

Comment percevrait-elle une musique extérieure si elle y était subitement confrontée ? Quelle fonction lui attribuerait-elle ?

Au Paraguay, des missionnaires jésuites avaient créé des reducciones qui permettaient aux indiens Guarani de se réfugier des razzias. Des sortes de sociétés communistes "idéales" en modèle réduit. Les jeunes indiens y étaient initiés au violon sur le répertoire baroque. Il parait qu'ils devenaient presque tous très vite de véritables virtuoses. Ceci dit, les Guaranis n'étaient pas isolés culturellement...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Active X
Big Boss
Big Boss
avatar

Masculin
Nombre de messages : 675
Date d'inscription : 26/09/2006

MessageSujet: Re: Danse   Mar 1 Déc 2009 - 19:53

Si cette fiesta est proposée de si bon cœur jazzie :love: , attention, j'enfile mes bottes et débarque dans vos (beaux) quartiers :




Ceci dit, n'est-ce pas un tout petit peu cliché cette image de "rythme dans la peau" ? Cela m'a même (à moitié) surpris venant de vous car on croirait retrouver cette image d'épinal du "bon sauvage" du XVIIIe siècle, vous savez celle que certains droitards collent (à tort) sur ce brave Rousseau (qui comme Hobbes fait de l'état de nature une hypothèse heuristique et non un dogme idéologique). Le rapport au corps est à la fois naturel et culturel : la gestualité, ce que l'ethnologue Marcel Mauss nomme les "techniques du corps", s'inscrit dans une culture (ainsi aux Antilles je mangeais gamin dans les cases créoles de familles pauvres non pas assis à une table mais accroupi en cercle avec une feuille de banane comme assiette et mes doigts en couverts). En outre, dire ce que ce rapport est complètement refoulé dans la culture occidentale est assez généraliste, car si l'imagination a effectivement surtout été valorisée comme instrumentale (jolis travaux de Gilbert Durand là-dessus pour ceux intéressés), la variété des pratiques et usages n'autorise pas une lecture monolithique comme si toute l'Europe vivait sous l'ère victorienne.

Je ne comprends pas bien par ailleurs ce que muggle for life veut dire par "anti world music" sachant que par world on entend au sens restreint, depuis les sixties/seventies, l'ouverture aux musiques du monde grâce aux moyens modernes de transmission et de reproduction phonographique. Je ne comprends pas bien non plus la métaphore biologique "endogène" sous-tendant que toute créativité serait relative à un métissage. Si on étudie les échanges culturels, on se rend compte qu'emprunter ne veut pas dire répéter voire hybrider mais reprendre, donner une forme nouvelle en rapport avec sa culture. Exemple : la section cuivres mexicaine dans la musique west indies. Je veux dire par là qu'échanger avec d'autres cultures ne veut pas dire abdiquer sa personnalité culturelle (thème déjà traité dans la tragédie “Les Bacchantes” d’Euripide sur le culte importé de Dionysos).

D'autre part la limitation des échanges selon des données géographiques ou historiques (cas des îles du Pacifique) n'induit pas nécessairement appauvrissement ou fossilisation culturelle car, encore une fois, la vitalité culturelle n'est pas un secteur à part (préjugé moderne) mais est intégré aux modes de vie. Le fantasme d'une pureté culturelle par romantisme régressif est de fait tout autant illusoire que le déni d'ethnocide par occidentalisation (par ex. cas des Maori marginalisés traités dans le film "l'âme des guerriers"). Pour que la modernisation (influant sur l'organisation sociale, le travail, l'utilisation des ressources naturelles) découplée de tout impérialisme culturel ne soit pas destructrice envers les peuples premiers (le "choc des civilisations" ne s'applique ethnologiquement parlant qu'à ce cas de figure), il est donc nécessaire d'éduquer les enfants à ce patrimoine et de veiller à maintenir les liens coutumiers de solidarité pour éviter l'anomie virant à la picole et à la désagrégation des familles. La musique, comme d'autres arts, joue donc un rôle structurant.

L'hypothèse d'une confrontation avec une musique inouïe occulte une chose simple, que la musique - fait aussi universel que la religion - passe les frontières, qu'elle touche les cœurs, et c'est bien pour ça, pour reprendre ton image, pour que le missionnaire jésuite dans le film Mission est montré arriver à capter l'attention avec son hautbois des Guaranis vivant au plus profond de la jungle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dailymotion.com/video/xa7ef_kraftwerk-radioactivity_e
jazza
Adepte de la cabale
Adepte de la cabale
avatar

Féminin
Nombre de messages : 296
Date d'inscription : 22/05/2009

MessageSujet: Re: Danse   Mar 1 Déc 2009 - 23:56

active x a écrit:

Ceci dit, n'est-ce pas un tout petit peu cliché cette image de "rythme dans la peau" ?
tu n'es pas le premier à me le dire, tiens....
J'aimerais qu'on m'explique ce qu'elle a cette phrase que tout le monde (enfin, non, pas tout le monde mais deux personnes déjà) trouve si nulle..
tu sais, j'ai pas le même rapport avec vos clichés français, cette phrase je la ressent pas comme telle.

D'ailleurs, je la trouve très juste....Je ressens la musique (surtout le rythme) comme ça, avec ma peau, avec chaque pore de ma peau: même quand je suis concentrée sur autre chose, par exemple, en train de discuter avec qqn, sans ecouter la musique de fond, mon corps bouge en rytme de musique, sans que je me rende compte....(sauf si la musique est nase)...On m'a déjà dit que je tousse dans le rythme, ça aussi, c'est sans me rendre compte...
Donc, sentir la musique avec la peau, avec des muscles , oui, c'est ce que j'appelle sentir...autrement, c'est "penser" ou "comprendre"....les gens qui comprennent le rythme avec la tête, ça se voit, suffit de voir comme ils dansent.... Wink

ceux-là, c'est sur, il y a du rythme, dans leur peau....
danse Jitterbug....




puis: les incroyables Berry Brothers...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Danse   

Revenir en haut Aller en bas
 
Danse
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Danse - musique avec ou sans paroles ?
» quelques idees danse :
» Voici une petite fille qui chante, qui danse... jusqu'ici tout est normal, me direz-vous;
» danse choré
» [Danse] branle des lavandières

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE FORUM DES ÉGARÉS :: ESTHETICA-
Sauter vers: