LE FORUM DES ÉGARÉS




Post mortem nihil est
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Action Directe, 20 ans après

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Action Directe, 20 ans après   Jeu 2 Oct 2008 - 7:53

Action Directe : Rouillan ne regrette rien



Jean-Marc Rouillan, à sa sortie de prison le 17 décembre 2007 - ©



France Info - Gilles Halais - merc. 1/10/2008

Aujourd’hui en semi-liberté après 20 ans derrière les barreaux Jean-Marc Rouillan se confie à L’Express. Dans une interview à paraître demain, il ne concède aucun regret pour l’assassinat du patron de Renault Georges Besse. Et s’explique sur son engagement politique aux côtés d’Olivier Besancenot…

Le parcours terroriste du co-fondateur d’Action Directe commence le 1er mai 1979, par le mitraillage du siège du CNPF. Il prend fin en février 1987, lorsque les quatre "historiques" d’Action Directe - Rouillan, Ménigon, Cipriani et Aubron - sont repérés à la ferme du Gué Girault à Vitry-aux-Loges (Loiret), et arrêtés. Entre temps, le groupuscule d’extrême-gauche a multiplié les mitraillages, plasticages et braquages –revendiqués comme des "expropriations prolétariennes", mais surtout une dizaine d’assassinats.

Condamné à la réclusion à vie assortie d’une peine de sûreté de 18 ans, Jean-Marc Rouillan est le dernier à sortir de prison, en décembre 2007, sous le régime de la semi-liberté. Dans l’interview à paraître demain dans L’Express, Rouillan se dit bien conscient qu’il joue sa liberté. Car le libellé de son jugement lui interdit d’évoquer publiquement les faits pour lesquels il a été condamné.

Et pourtant il parle. A mots couverts. Interrogé sur l’assassinat de Georges Besse - l’ancien patron de Renault exécuté de trois balles devant son domicile, Rouillan répond : "je n’ai pas le droit de m’exprimer là-dessus... Mais le fait que je ne m’exprime pas est une réponse. Car il est évident que, si je crachais sur tout ce qu’on avait fait, je pourrais m’exprimer. Par cette obligation de silence, on empêche aussi notre expérience de tirer son vrai bilan critique".

"Porter le conflit jusqu’à l’affrontement"

Pas plus de regrets sur ses années de lutte armée : "Il faut clarifier les choses : le processus de lutte armée tel qu’il est né dans l’après-68, dans ce formidable élan d’émancipation, n’existe plus (…) mais, en tant que communiste, je reste convaincu que la lutte armée est nécessaire à un moment du processus révolutionnaire".

"Révolutionnaire". Le mot est lâché. Au sujet du nom du Nouveau Parti Anticapitaliste au sein duquel Rouillan va rejoindre Besancenot, il estime que si le mot "révolution" en était absent, "ce serait une démission" rétrogradant cette formation à un simple "petit parti électoral". Alors qu’il faut plus que jamais "porter le conflit jusqu’à l’affrontement".

"Je peux faire peur à beaucoup de monde... A notre première rencontre, j’ai prévenu Besancenot : ma présence peut faire du bordel. Réfléchissez, vous pouvez dire non... Il m’a dit que c’était réfléchi et qu’ils étaient d’accord". Mais dans ces conditions, "à plus ou moins longue échéance, je serai naturellement éliminé de ce processus", conclut Jean-Marc Rouillan.

Sur un plan plus personnel enfin, le co-fondateur d’Action Directe annonce son intention de divorcer de Nathalie Ménigon, avec laquelle il s’était marié en prison. Depuis décembre 2007, Jean-Marc Rouillan travaille dans une maison d’édition marseillaise, sous le régime de la semi-liberté.


- voir aussi : article JDD

-------------------------------------------


Par-delà ce fait d'actualité, ce fil est ouvert à toutes vos réflexions sur la violence politique. Est-elle accoucheuse de l'histoire ou bien un soubresaut des sociétés prises dans leurs contradictions ? Confus
Revenir en haut Aller en bas
Jul le Marteau
Duelliste chevaleresque
Duelliste chevaleresque
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2335
Age : 110
Localisation : Lorraine, 54 M&M.
Date d'inscription : 10/02/2007

MessageSujet: Re: Action Directe, 20 ans après   Jeu 2 Oct 2008 - 8:37

On s'interrogera sur l'efficacité de cette violence... 10 assassinats, pour quel résultat?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Bordelleur
Sophiste d'estaminet
Sophiste d'estaminet
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1536
Age : 39
Date d'inscription : 13/06/2007

MessageSujet: Re: Action Directe, 20 ans après   Jeu 2 Oct 2008 - 12:30

"
Citation :
Révolutionnaire". Le mot est lâché. Au sujet du nom du Nouveau Parti Anticapitaliste au sein duquel Rouillan va rejoindre Besancenot, il estime que si le mot "révolution" en était absent, "ce serait une démission" rétrogradant cette formation à un simple "petit parti électoral". Alors qu’il faut plus que jamais "porter le conflit jusqu’à l’affrontement".

"Je peux faire peur à beaucoup de monde... A notre première rencontre, j’ai prévenu Besancenot : ma présence peut faire du bordel. Réfléchissez, vous pouvez dire non... Il m’a dit que c’était réfléchi et qu’ils étaient d’accord". Mais dans ces conditions, "à plus ou moins longue échéance, je serai naturellement éliminé de ce processus", conclut Jean-Marc Rouillan.

Besancenot est donc devenu subversif ? Hep
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.google.fr/
MAGGLE
Banni(e) parce que je le vaux bien
Banni(e) parce que je le vaux bien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2559
Localisation : Suburbs
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: Action Directe, 20 ans après   Jeu 2 Oct 2008 - 14:06

MEDIATOR a écrit:
Par-delà ce fait d'actualité, ce fil est ouvert à toutes vos réflexions sur la violence politique. Est-elle accoucheuse de l'histoire ou bien un soubresaut des sociétés prises dans leurs contradictions ?


Il faudrait déjà se demander de quel coté on place implicitement la violence politique quand on pose la question ainsi. Par exemple, si la paix était vraiment la paix, aurait-on besoin de gardiens de la paix ? A mon avis, cette paix dont je parle est une situation purement utopique. Il n'en reste pas moins qu'elle oblige à faire un distingo fondamental : Sur le territoire français par exemple, nous sommes bien en situation de paix. Encore faut-il préciser qu'il s'agit d'une paix armée. Donc d'une apparence de paix. Oh bien sur, le Système ne fusille pas tous les quatre matins des opposants à tous les coins de rue. Il n'en reste pas moins que si des opposants voulaient avoir une réponse armée à cette paix armée (qui n'est autre qu'un guerre larvée), le pouvoir ne chercherait pas à maintenir la paix en les invitant à la table des négociations afin qu'au moins le sang ne coule pas, il répondrait par les armes.

Il a d'ailleurs répondu par les armes aussi bien à Gandhi qu'au FLN.

Je cite ici en l'adaptant légèrement un de mes vieux posts sur le forum de Nabe :

Citation :
Une question intéressante au «non violent» de principe que je suis : A partir de quel seuil d'oppression et de mépris deviendrais-je moi-même violent ?

Si la cause que combat le «non violent» le fait un jour céder à la violence, cette cause devient-elle automatiquement juste ? Non bien sur. Or, si je porte un jugement violent sur le violent, je fais fi de tout lien de causalité entre ce qui a déclenché sa violence et sa violence proprement dite. Je résume donc la violence réactive du violent à un mal qui n'émanerait que de sa personne. C'est là le piège dans lequel tombent la plupart des non-violents : celui de donneurs de leçons aux violents défensifs, alors qu'ils devraient se contenter d'être dans toute la mesure de leur possible des donneurs d'exemples. Ils finissent donc immanquablement par se retrouver au service de ce qui a rendu le violent violent. Ce piège n'est d'ailleurs pas seulement celui des non-violents inconséquents, c'est aussi celui dans lequel les violents défensifs croient que je tombe : Le piège médiatique.

Certes, la violence est pour moi le signe d'un manque de spiritualité (quand elle n'émane pas de Dieu Lui-même), mais d'une part, il est particulièrement gonflé de la reprocher à des gens qui vivent dans des conditions d'oppression qu'ils n'ont jamais connue, d'autre part, préférer leur résignation (celle des autres comme par hasard) à leur violence, c'est le lot commun du lâche et de l'oppresseur.


En d'autres termes, imaginons que quelle que soit l'efficacité ou l'inefficacité stratégique de leurs projets, un Rouillan ou un Ben Laden m'aient mis dans la confidence en me laissant libre de les dénoncer avant qu'ils ne commettent leurs actes. L'aurais-je fait auprès des gardiens armés de la paix armée ? Non bien sur... J'aurais tenté d'expliquer mon point de vue mais n'aurais rien fait d'autre.

Pas plus que Gandhi n'avait tenté d'empêcher par une violence mimétique ces mêmes gardiens armés de la paix armée de le frapper, puis de le tuer...

Au final, je serais tenté de dire que la «non-violence» (mais une formulation plus adéquate serait «violence non armée») n'a pas à s'opposer à la contre-violence armée dès lors que leur ennemi est commun. La question serait plutôt pour moi : Que deviennent les victoires après ces deux types de combats ? La vérité est qu'on n'en sait rien, d'abord parce que la victoire n'est jamais acquise, ensuite, parce que si les débuts de victoires (les indépendances des colonies par exemple) sont comparables sur le court terme, c'est à dire sur ce que l'on peut en observer, on ne sait pas comment ils prolongeront leur course . On fait un pari différent, c'est tout...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Action Directe, 20 ans après   Jeu 2 Oct 2008 - 17:19

@ Bordelleur : A. Krivine et son porte-parole ont pour des raisons d'image publique bien évidemment condamné chez Rouillan tout ce qui pourrait laisser croire que le NPA apporte un quelconque soutien à toute forme de "lutte armée".

@ Jul : Il existe différentes formes de violence politique, certaines sont insidieuses (le poète Ezra Pound ainsi disait que la spéculation tue l'enfant dans le ventre de sa propre mère) et pas toutes spectaculaires.

Par ex., qui a osé dénoncer lors de l'opération US Restore Hope au Mozambique le fait que dans le chaos social du pays la Banque alimentaire mondiale avait une large part de responsabilité ? C'est en effet elle qui avait imposé à ce pays (comme à d'autres) des cultures d'exportation (comme le maïs) en lieu et place des cultures vivrières coutumières, entraînant par là toute une désorganisation sociale ayant provoqué la guerre civile.

Pour autant je n'entends pas opposer une violence à une autre, mais ouvrir le débat sur en quoi une violence peut avoir une dimension politique et bien sûr en quoi elle influe sur le rapport entre histoire et politique (et au final en quoi elle interroge notre Modernité). A n'en pas douter, ne pourra être fait au cours de ce fil l'économie de la question des stratégies dite "terroristes". Patience donc, nous en sommes juste à l'étape préliminaire des pistes de réflexion, c'est donc un premier tour de piste pour "se chauffer".

@ Maggle : c'est bien sûr propédeutique de penser une chose relativement à son contraire, violence et non-violence, guerre et paix. Le sujet s'annonce en tout cas passionnant, touche beaucoup de domaines et peut même éclairer, plus qu'on ne peut le croire, l'impensé de nombreux discours actuels. Je reviendrai bien sûr, comme d'autres intervenants peut-être, sur quelques points.

J'en profite aussi pour rappeler que l'invention du débat public (sur l'agora grecque) - époque où la parole était un outil politique - avait malgré quelques défauts (l'absence de commissions d'experts dans les assemblées) au moins cet avantage que chacun mette de côté la violence pour délibérer sur un sujet. Même le guerrier véritable, au soir de la bataille, n'hésite pas à se demander ce que la guerre fait des hommes, lui inclus, et ce non par méditation abstraire mais par évaluation réaliste (il pense ainsi sa blessure). A notre modeste niveau, osons cet effort en commun. rêveur casqué
Revenir en haut Aller en bas
MAGGLE
Banni(e) parce que je le vaux bien
Banni(e) parce que je le vaux bien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2559
Localisation : Suburbs
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: Action Directe, 20 ans après   Ven 3 Oct 2008 - 11:00

Malgré tes bonnes intentions, Médiator, j'ai bien peur que sur un forum, les dés ne soient pipés dès qu'on aborde ce genre de questions.

Ces lieux étant plus ou moins surveillés (et je suppose que les RG savent très bien qui est qui), je doute fort qu'un réel partisan de la contre-violence armée aille faire le mariole sur un forum...

Moi, vu mes positions, ça passe (et encore, on pourrait m'accuser de complicité passive), mais je doute que ce soit ici le lieu ou un éventuel contradicteur ait envie de se manifester.

Nous touchons aux limites des fora là...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Bordelleur
Sophiste d'estaminet
Sophiste d'estaminet
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1536
Age : 39
Date d'inscription : 13/06/2007

MessageSujet: Re: Action Directe, 20 ans après   Sam 4 Oct 2008 - 14:23

Citation :
@ Bordelleur : A. Krivine et son porte-parole ont pour des raisons d'image publique bien évidemment condamné chez Rouillan tout ce qui pourrait laisser croire que le NPA apporte un quelconque soutien à toute forme de "lutte armée".


Peut-être,mais ça reste plus subversif que Badskin.

Soral va devoir avoir un nouveau slogan type : Francis Heaulme voterait Alain Sorl aux européennes ! Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.google.fr/
terouga
Valet apatride du Grand Capital
Valet apatride du Grand Capital
avatar

Masculin
Nombre de messages : 104
Date d'inscription : 04/10/2006

MessageSujet: Et si on pendait Rouillan ? Hein ?   Dim 5 Oct 2008 - 13:02

Hier comme aujourd'hui QUE FAIRE V.A.R. rejette les méthodes et même les projets d'Action Directe. Dans la France des années 80-2000 la " violence révolutionnaire " n'était pas une réponse adaptée au capitalisme. Seul un parti de masse peut réussir à libérer l'homme et la société de ses chaînes économiques et sociales.

Involontairement JM Rouillan et ses camarades ont franchement décridibilisé le marxisme.

Ceci étant dit, nous dénonçons sa réincarcération immédiate suite à son interview donné à l'Express. Outre un formidable coup de pub à un journal qui n'en vaut pas le coup, il est patent que la justice française se ridiculise en s'acharnant sur ce condamné qui a déjà fait plus de 20 ans de prison.

La suite est là : http://quefaire.e-monsite.com/rubrique,jm-rouillan,224365.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jul le Marteau
Duelliste chevaleresque
Duelliste chevaleresque
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2335
Age : 110
Localisation : Lorraine, 54 M&M.
Date d'inscription : 10/02/2007

MessageSujet: Re: Action Directe, 20 ans après   Mar 7 Oct 2008 - 22:45

La violence révolutionnaire? Trés peu pour moi.
On voit où ça mène.
Oh y a bien quelque frustrés tapetto-anarchistes genre Ravach'fiotte qui se verraient bien commissaires politiques, kalach et goulag, pour exercer leur petit pouvoir de petit chefaillon.
Il suffit pour s'en convaincre de voir les propos tenu par ce dernier sur le forum Soral.
A propos d'un type, français travaillant à l'étranger, qui poste des messages là-bas, Ravach'fiotte dit "à la prochaine révolution, nous saurons nous souvenir de gens comme toi".

Aussi étrange que cela puisse paraître, j'ai l'impression que la violence politique doit être défanatisée, dépassionnée, sinon c'est la descente aux Enfers.
Georges Besse, je me demande quel genre de patron il était...
On sent bien que son meurtre était utile à empêcher les drames d'aujourd'hui: sociétés ultra-bénéficiaires qui licencient quand même pour faire plus de profit. Patrons d'entreprises ou de banques, qui mène leur groupe à la faillite mais empochent quand même leurs millions d'indemnités...
Merci les héros d'Action Directe.

Terouga a écrit:
Ceci étant dit, nous dénonçons sa réincarcération immédiate suite à son interview donné à l'Express. Outre un formidable coup de pub à un journal qui n'en vaut pas le coup, il est patent que la justice française se ridiculise en s'acharnant sur ce condamné qui a déjà fait plus de 20 ans de prison.
Il savait ce qui lui pendait au nez.
20 ans seulement pour assassinats et actes de terrorisme en tout genre? Quelle justice de hippie!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Action Directe, 20 ans après   

Revenir en haut Aller en bas
 
Action Directe, 20 ans après
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» action directe et action oblique
» Dispositif à action direct dans le logement
» Transporteur et double facture
» Paiement à un transporteur routier - lettre de voiture
» Psaume 9. Action de grâce après la victoire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE FORUM DES ÉGARÉS :: RES PUBLICA :: Sound and fury-
Sauter vers: