LE FORUM DES ÉGARÉS




Post mortem nihil est
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 WORLD

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: WORLD   Sam 17 Mai 2008 - 2:51

Le sarod (ou sarode) est un instrument de musique à cordes pincées provenant du nord de l'Inde et utilisé en musique indienne classique.

Le corps du sarod, fabriqué en teck, est incurvé et la caisse de résonance hémisphérique est recouverte par une peau de chèvre ou quelquefois par une plaque de métal.

Il possède quatre cordes mélodiques et de nombreuses cordes de résonance et se joue comme la Vinâ et le Sitâr, avec des onglets de fil d'acier ou un médiator.

Ali akbar Khan est le ustad (maître) le plus grand de cet instrument. Goûtons donc ensemble ce moment de sérénité.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: WORLD   Sam 17 Mai 2008 - 3:15

Après l'Inde, la musique savante perse.

Le santour est instrument à cordes frappées (74 en Iran, 99 en inde).

Zakir Hussain (tabla) et Shivkumar Sharma (santour), accompagnés par Christian Ledoux (tampura) au Théâtre de la ville de Paris.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: WORLD   Sam 17 Mai 2008 - 3:32

Est-il besoin de présenter la harpe celtique ?


-> : http://www.evemctelenn.com
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: WORLD   Sam 17 Mai 2008 - 3:39

La kora (harpe-luth)

Cordophone du monde mandingue à 21 cordes, dont l'on retrouve les premières traces dès la fin du XVème siècle en Afrique sahélienne. Aide-mémoire portatif, apanage des griots. La kora devient ces dernières années un instrument soliste n'hésitant pas à se confronter à différents genres musicaux.

La facture de l'instrument se constitue d'une calebasse, caisse de résonance sur laquelle est fixé un manche central cylindrique en bois de santal ou en acajou. Les 21 cordes de nylon sont réparties en deux rangées parallèles sur un chevalet perpendiculaire à la table d'harmonie en peau de vache.

Deux baguettes situées de part et d'autre du manche permettent au musicien de tenir l'instrument dont les cordes sont jouées avec le pouce et l'index de chaque main. Un trou, jouant le même rôle que l'ouie du violon est percé dans la caisse de résonance souvent décorée de petits clous ou de tatouages. La kora à clé a tendance aujourd'hui à remplacer la kora à anneaux traditionnelle. La kora est l'instrument le plus représentatif de la musique des Malinké considérée à une échelle internationale.

C'est la harpe la plus perfectionnée en Afrique. Ses 21 cordes donnent une amplitude de plus de trois octaves et produisent une échelle heptatonique.
Des sonnailles fixées à l'extrémité du bois auquel sont attachées les cordes, précisent le timbre.

Le répertoire de la kora est en plein essor car il sert de source d'inspiration à des musiciens contemporains célèbres qui créent sans cesse de nouvelles pièces musicales. La kora peut être jouée seule ou associée à d'autres instruments tel que le xylophone ou balafon, la guitare, le jenbé, etc. Au Mali, au Sénégal, en Guinée et en Gambie, la kora est surtout jouée par les griots.

Revenir en haut Aller en bas
MAGGLE
Banni(e) parce que je le vaux bien
Banni(e) parce que je le vaux bien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2559
Localisation : Suburbs
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: WORLD   Dim 18 Mai 2008 - 12:04

Noter aussi l'existence du n'goni que beaucoup confondent avec la kora.

Or, il existe 3 sortes de n'goni : Deux sortes ( dozo n'goni et kamélé n'goni) ne s'en distinguent que par un nombre inférieur de cordes. Mais une troisième sorte ressemble plus à une guitare (djéli n'goni ou n'goni de griot).

On en déduira que les pays mandingues nomment plus ces instruments selon le nombre de cordes qu'ils contiennent que selon leur forme ou la technique de jeu qu'ils induisent).

Dozo n'goni (6 cordes) :



Kamele N’Goni (8 cordes) :



Djeli n'goni :



Bassekou Kouyaté, s'essayant au passage à la country sur son djeli n'goni. ce serait en effet l'ancêtre du banjo. On notera aussi la similitude du jeu sur le n'goni avec le jeu de guitare de John Lee Hooker :



Toumani Diabaté et Katell Boisneau au Louvre (kora & harpe):

http://www.youtube.com/watch?v=yWvdsNix8lQ

Explications de Toumani Diabaté :



Plus de précisions sur les n'goni :

http://www.ankata.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: WORLD   Lun 19 Mai 2008 - 23:12

Continuons notre petit tour des musiques du monde.

Alexis Zorba avant d'être un film, est un homme qui a vraiment existé et qui a inspiré un roman à Nikos Kazantzakis(1883-1957), lequel roman a inspiré le scénario d'un film à Michael Cacoyannis qui demanda à Mikis Theodorakis d'en faire la musique. Le film américano-anglo-grec "Zorba The Greek" de 1964 fut un succès grâce, entre autres, à l'interprétation d'Anthony Quinn et la musique de Theodorakis qui fit le tour du monde. Notamment le fameux " Sirtaki" symbole de danse populaire grecque qui en réalité fut entièrement créée pour les besoins du film, d'où le talent de Theodorakis qui s'est inspiré de la musique populaire crétoise pour réinventer une musique grecque populaire, moderne et authentique. Le Chasaposervico, danse traditionnelle plus compliquée et rapide que le sirtaki dont elle est proche, reste encore aujourd'hui en Grèce très populaire. Toujours au son de ce luth particulier qu'on nomme bouzouki.



Le tempo, très lent au début, s'enroule dans sa spirale endiablée peu à peu, symbolisant la vie plus forte que la mort, voilà pourquoi je crois que les adaptations sur un autre instrument difficiles car ne rendant pas cette sonorité particulière qui accroche l'oreille, toutefois je tire mon chapeau à ce guitariste classique espagnol qui pourra peut-être inspirer quelques grateux peinant sur ce morceau (à mon avis difficilement interprétable sans l'aide d'une guitare d'accompagnement).
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: WORLD   Ven 20 Juin 2008 - 12:55

Pour faire suite au post de Mediator sur la musique en Grèce et pour attraper par un bout le fil du bouzouki.

Il existe trois types de luth de cette forme : le bouzouki proprement dit qui a quatre rangs de cordes doublées, le dzoura (équivalent du curaturc) qui a trois rangs de cordes doublées, et le minuscule baglama que l'on pouvait cacher sous ses vêtements pour échapper à la surveillance turque. Ces trois instruments font partie de la panoplie traditionnelle du genre musical rebetiko, répertoire issu des communautés grecques d'Asie Mineure, des caves à haschich du Pirée après la catastrophe de Smyrne (années 20) et de quelques apports populaires issus des musiques régionales, en particulier de Thessalie et des Cyclades.

Cela pour en arriver à un spécialiste contemporain du dzoura, le chanteur-compositeur Sokratis Malamas.

Le répertoire de Malamas est intéressant par sa façon de rester fidèle à l'essence du rebetiko tout en adoptant, au cas par cas, des instrumentations allant du plus terrien au plus sophistiqué. Autre fidélité, celle qu'il témoigne aux traditions musicales de sa Thessalie natale, et qui lui a inspiré ses chansons les plus mélancoliques. C'est le cas de celle-ci, Neraïda, qu'il interprète ici en public.



J'ai eu le choix entre plusieurs vidéos pour cette chanson, toutes des "live". Sur certaines, la chanson est plus audible, l'image est claire. J'ai volontairement choisi celle-ci, où la chanson est coupée de son premier quart, où l'image danse, où le son est mauvais. C'est parce qu'avant de donner une chanson je voulais transmettre une ambiance, celle du kefi, l'esprit surnaturel qui se manifeste au cœur de la fête en Grèce et qui signifie que la soirée est réussie. Les spectateurs chantent faux, mais le courant passe.

C'est pourtant un peu dommage pour la chanson qui est magnifique, d'autant que si on ne voit pratiquement que Malamas, on ne l'entend presque pas. Donc je poste ci-dessous une vidéo un peu plus claire.



On peut apercevoir les instruments accompagnants : un kaval (flûte longue), un dzoura et si j'ai bien vu, une lyra de Thessalie (petite viole tenue verticalement sur le genou). Les paroles louent "la néréïde de l'aube, la plus belle de toute la terre" (I neraïda tis avgis, i pio omorfi olis tis gis).
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: WORLD   

Revenir en haut Aller en bas
 
WORLD
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» FILM : La Chose D'un Autre Monde ( The Thing from another world )
» Kylie Ravera - Hello world
» la communauté Napoléon Rxchange world
» visite de Mr World Company
» "The Pray of the World"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE FORUM DES ÉGARÉS :: ESTHETICA :: Tire-lyre-
Sauter vers: