LE FORUM DES ÉGARÉS




Post mortem nihil est
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Solidarité et Progrès

Aller en bas 
AuteurMessage
Vindex
Le niveau à son plus haut, t'entends ?!
avatar

Masculin
Nombre de messages : 114
Date d'inscription : 10/02/2008

MessageSujet: Solidarité et Progrès   Jeu 6 Mar 2008 - 21:15

Je me suis rendu récemment à une rencontre avec les jeunes larouchistes du mouvement Solidarité et Progrès de Lyndon LaRouche et Jacques Cheminade.

Voici leur site internet : www.solidariteetprogres.org

Et mes commentaires inspirés par cette première rencontre.

Les aspects positifs :

Leur projet de lutte « contre les puissances de chantage du fascisme financier » cherche à faire revivre la tradition de Franklin Roosevelt. Confrontés à la mondialisation financière, la misère rampante et le banditisme spéculatif, ils décrivent un monde inhumain de rapacité sans limites qui cherche à ruiner les états, faire main basse sur les banques et les nations pour les asservir et les anémier, avant de les faire périr dans le désert néo-urbain planétaire. Les maîtres du jeu attisent les guerres et répandent le chaos avec du matériel humain, pour des profits si colossaux qu’ils ne peuvent profiter qu’à une poignée de grands prédateurs anonymes.

La banque centrale américaine elle-même échappe au contrôle de son gouvernement pour devenir un instrument dans les mains de la finance internationale. Une guerre mondiale invisible et hors limites (hors cadres conventionnels) a déjà commencé sur tous les fronts (surtout économique, médiatique, culturel, écologique). La stabilité économique d’un pays tout entier ne pèsant pas lourd dorénavant devant les menaces d’une poignée d’hommes hyper-riches qui peuvent faire ou défaire la prospérité d’une nation.

Car d’où vient l’argent spéculatif ? L’antécédent exemplaire nous est donné par Nathan Rothschild qui fit sa fortune immense (rachat des valeurs tombées au plus bas) en répandant la fausse rumeur de la victoire de Napoléon à Waterloo. La conquête de l’Europe étant achevée par la mainmise sur son réseau bancaire, les requins se tournèrent alors vers l’ex-colonie affranchie de l’Angleterre, les Etats-Unis, dont ils reprirent le contrôle depuis la City de Londres. Et c’est ainsi que les USA, ayant perdu leur indépendance, sont aujourd’hui à la fois au bord du gouffre, et d’une nouvelle guerre civile.

Le projet de Jacques Cheminade, inspiré de celui de Lyndon LaRouche, cherche à répondre aux « soucis réels des Français qui ne se trouvent pas au niveau des conséquences – insécurité, immigration, endettement – dont les politiques et les media veulent faire le centre [des débats], mais à celui des enjeux déterminants : emploi, salaire, pauvreté, éducation, santé, recherche ».

Les aspects négatifs :


Concernant le « pont terrestre eurasiatique », j’ai de sérieuses réserves sur la vision intercontinentale que les larouchistes, relayés par Cheminade, cherchent à promouvoir comme dimension géographique de leur projet économique.

En effet, si l’on observe la carte de leur « nouvelle route de la soie », nous n’avons pas du tout affaire à un espace concentrique dont l’élargissement constant serait celui d’un seul et même territoire progressivement unifié, mais au contraire d’une sorte de transposition à l’échelle physique des nations ["pont terrestre"] d’un fantasme communicationnel du tout réseau. Les « corridors de développement » apparaissant comme des excroissances du Pont, sorte de super voie de transport « à grande vitesse » qui certes engendre peut-être du développement dans ses marges mais projette aussi un atlas mental pas forcément compatible avec les spécificités nationales et géographiques rencontrées. Pour faire vite, et sans jeu de mots, je dirais que l’eurasisme des larouchistes me parait peu orthodoxe et idéologiquement faible. Si la seule prospérité économique peut générer automatiquement de l’idéologique à partir d’une « toile » gigantesque, plus que planétaire (puisqu’il est question de conquête spatiale), il est loisible de se demander quelle forme politique prendra cet empire qui ne dit pas son nom. Au moins, l’eurasisme historique, et même le néo-eurasisme contemporain n’usent d’aucun cache-sexe pour synthétiser ce que nous pourrions appeler une « géosophie ». On peut trouver cela fumeux, essentialiste, mais c’est discutable.

Avec LaRouche et Cheminade, nous sommes pressés d’adhérer à un ensemble de réformes financières et économiques (peut-être valable, je n’en sais rien) comme seul « projet politique d’ensemble dont l’espace est à la fois levier et objectif », le temps étant réduit à l’ « immédiateté » ou « instantanéité » (d’où l’utilisation d’un train à lévitation magnétique). La mystique de la terre, lorsqu’elle n’est pas sainte ou celle des pères, est douteuse, même lorsqu’elle se dresse devant les puissances de la Thalassocratie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Solidarité et Progrès   Jeu 17 Avr 2008 - 4:23

On nous signale :

Conférence-débat Dimanche 20 Avril
Le dimanche 20 avril à 16 heures
Théatre de la Main d’Or,
15 passage de la Main d’Or (Paris XI)
Participation aux frais : 5 €

avec Jacques Cheminade (big boss de « Solidarité et Progrès ») sur le thème :

« Face à la crise économique, pour un nouveau Bretton Woods »

----------------------------------------------------------------------------------

Pour décrypter à quoi le titre se réfère :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Accords_de_Bretton_Woods

Il s'agit donc du SMI (système monétaire international) mis en place en 1944 à Bretton Woods qui repose sur un dogme : unicité des taux de change, fixité du change avec obligation des banques centrales de stabiliser les cours de leur monnaie (fluctuations tolérées de 1%) et la règle de convertibilité des monnaies (libre circulation des capitaux, transférabilité des monnaies).

Le SMI combine un système de change (flottant, fixe ou glissant), un étalon et/ou une ou des monnaies de référence (or, dollar, euro,...) et un code de bonne conduite. Il cumule 2 fonctions : une fonction d'alimentaion de l'économie mondiale en liquidités internationales et une fonction d'ajustement, somme de contraintes visant à réduire les déficits, lutte contre l'inflation (hausse générale des prix corrélative à une baisse du pouvoir d'achat, la France par exemple connaît cette année une "inflation ouverte" de 3,2 % !!!).

Le SMI a connu plusieurs évolutions, pour ne pas alourdir mon propos je ne reviens pas sur elles, notons juste que la plus importante reste une recherche de stabilité de plus en plus difficile en fonction du rôle accru des marchés de change et du poids des spéculateurs.

C'est pour cela que le conférencier traitera d'une réorganisation du système monétaire international. Pour lire en quoi pour J. Cheminade cela s'inscrit dans une politique pas seulement économique mais de grand projet, se reporter à : http://www.solidariteetprogres.org/petitionNBW/

C'est la manière dont sera traité le rapport entre économie mondiale et droit public qui semble donc la problématique centrale de cette conférence. Cheminade étant heureusement pédagogue, nulle crainte pour qui veut comprendre en quoi cela influe sur la vie des peuples de craindre tomber dans un colloque réservé aux "spécialistes". Ceux de nos participants à ce forum qui iront pourront nous en faire part, ce sera avec grand plaisir que nous lirons leur compte-rendu pour prolonger ce fil (de discussion).
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Solidarité et Progrès   Mar 22 Avr 2008 - 2:54

Etant passé au théâtre de la Main d'Or où je rentrai d'ailleurs pour la première fois, je livre ici une première impression de dimanche. Une centaine de personnes remplit la salle. Je prends place sagement, la salle un peu en amphi a des dimensions raisonnables par rapport à la scène, c'est agréable pour se laisser embarquer. M. Soral dit vite fait en passant deux mots quant à la volonté dE&R d'organiser régulièrement des conférences-débats ouverts aux "intellectuels dissidents" Chut.

La conférence fut ouverte par M. Marc George (responsable d'E&R à l'initiative de cette rencontre) qui brossa rapidement le parcours de M. Cheminade, histoire de faire les présentations et d'introduire le sujet.

M. Cheminade enchaîna ensuite dans un exposé en deux volets, un descriptif de l'économie mondiale, l'autre prospectif. Le discours d'ensemble était plus d'ordre synthétique que didactique. Néanmoins le conférencier, restant dans les limites de son domaine d'études, eut pour moi le rare mérite d'inscrire l'économie dans l'horizon des activités humaines.

La première partie montrait le découplage accru entre finance et monnaie et ses conséquences : une sauvagerie sans précédent au niveau mondial, sorte de loi de la jungle, du système néolibéral anglo-saxon qui échappe de plus en plus aux prétendues élites politiques se cachant derrière un rideau de fumée (Cheminade défendant quant à lui un État des citoyens). Ce qui se passe de nos jours à l'échelle de la planète est ainsi présenté comme comparable au cas de l'Allemagne de Weimar : dévaluation monétaire, prédominance du capitalisme d'actionnaires (débutant après guerre et non dès fin XIXe siècle), démantèlement des infrastructures (industries, etc...), endettement du pays, perte de souveraineté (nouveau droit international apparaissant non évoqué), chômage, etc...

Fut aussi expliqué d'ailleurs en quoi de nos jours l'Inde, la Chine, la Russie restent les derniers remparts à abattre pour l'impérialisme anglo-saxon afin d'assurer le contrôle le plus étendu sur les autres zones (l'Iran quand à elle étant dans une passe la plus dangereuse). Petite parenthèse, le "nine-eleven" qui fait on le sait pas mal gloser sur ce forum, fut comparé rien moins qu'à "l'incendie du Reichstag", l'important n'étant pas tant les auteurs que l'instrumentalisation de l'évènement. Dernier point, la compagnie des Indes orientales définie comme matrice de la tradition libérale m'a un peu fait sourire, mais il est parfois des raccourcis bien sentis qui frappent l'imagination sans faire faux bond à l'intelligence. Ruse

La seconde partie fut prospective (Jacques n'est en effet pas que fataliste... Hé). Le nouveau "Bretton Woods" est présenté comme un moyen (pas le seul mais nécessaire historiquement) de servir à une "politique de grand projet" (type "New Deal" rooseveltienne ou politique gaullienne), associant nouveaux rapports équilibrés entre Etats-nations, sortie de l'OTAN, indépendance énergétique et développement des arts et sciences, mise en place géopolitique de "grandes régions" pour contrer l'impérialisme néolibéral (c'est là le sens du "corridor eurasiatique", l'Europe de Brest à l'Oural comme disait l'autre), remplacement du change flottant par un change fixe (l'étalon n'ayant pas toutefois été défini) et surtout défense du crédit public au service de l'intérêt général. La défense de l'économie physique (productrice de richesses) est dans cette perspective inséparable de celle du travailleur.

Les questions à la fin de la conférence furent de très peu d'intérêt, certains préférant comme sur un forum "s'expressioner" qu'apporter une demande d'éclaircissement à bon escient. Blah blah

L'un parla de la oumma (apparemment ignorant des activités des banques arabes à Londres principalement), un autre parla de l'"éthique" du capitalisme (apparemment l'autonomie du processus capitaliste décrit par le sociologue Max Weber lui a échappé), M. Soral pour ouvrir à débat demanda si n'était pas problématique le rapport entre progrès (techniques) et prospérité (le problème n'étant pas là, sur ce sujet cf. "Le destin technologique" en folio actuel study), un autre parla à tort de keynesianisme dans Bretton Woods, bref des points de détail alors qu'il s'agissait d'un rapport d'ensemble, montrant en quoi la dimension économique était déterminante non seulement concernant la réorganisation sociale et politique des pays mais aussi pour ce qui touche la vie des peuples.

Derrière le spécialiste, il y avait aussi l'homme, loin du cliché sectaire souvent accolé à lui, aux valeurs progressistes, montrant une vraie générosité dans son combat contre le monde d'homme sans qualité comme disait Musil qui se dessine, rappelant la vocation historique de l'humain qui est de travailler à rendre habitable son environnement, et de plus conscient des limites de son discours. Il évoqua ainsi, l'anecdote étant très parlante (presque une "myse en abyme"), la polyo de Roosevelt qui l'avait rendu sensible à défendre la part de dignité et d'humanité des personnes en situation précaire. Il montra aussi une curiosité pour tout ce qui concerne l'homme, M. Cheminade est aussi fin lettré (nonobstant la très rapide comparaison à l'emporte-pièce Suspect entre la colonie suisse d'Ascona, assimilée à une sorte de pré-hippisme californien, qui réunissait aux début du XXe siècle toute une bohême littéraire et artistique éprise de Freikörperkultur voire de mysticisme völkisch en réaction à la brutale urbanisation et industrialisation de l'Allemagne et le soi-disant attrait d'A. de Benoist pour ce type d'univers !), sa lecture d'un extrait des "Confessions d'un enfant du siècle" de Musset pour déplorer l'individualisme de masse actuel étant très bien choisie.

La conférence ayant été filmée, peut-être sera-t-elle mise en ligne ? Voire quelques extraits. Mais rien ne remplace l'effort de réflexion à assister à une telle conférence, je ferais même une analogie audacieuse, c'est comme rentrer dans un film projeté dans une salle obscure ou se contenter en paresseux de le visionner sur son écran pc ou tv, ce n'est pas la même qualité de réception. J'en ai profité après pour me procurer les brochures très bien faites au stand S&P pour approfondir tout cela Rolling Eyes puis faire un tour à la buvette Friends pour user et abuser de caféine.

Voilà donc un rapide aperçu, une sorte d'instantané qui n'entend bien sûr pas être exhaustif de tout ce qui m'a été donné à penser (et puis faut aussi attendre que ça décante), d'autres points pourront bien évidemment être discutés au fur et à mesure que le fil se déroule, en tout cas difficile en ce qui me concerne de ressortir indifférent de cette rencontre.

Ces "savants" Prof qui vont à la rencontre des "gens de peu" ne peuvent qu'inspirer respect, dimanche j'ai ressenti un peu de l'atmosphère des universités populaires fin XIXe siècle. Merci donc à tous ceux qui ont permis que cela ait lieu (sans oublier le proprio du dit théâtre pour avoir mis gracieusement à disposition la salle Bravo).

> Un compte-rendu sur la conférence
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Solidarité et Progrès   

Revenir en haut Aller en bas
 
Solidarité et Progrès
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'autonome de solidarité
» Journée de solidarité
» Actualités: Le bonheur fait des progrès dans le monde
» Appel à solidarité internationale/camps chantiers été 2011 au Togo
» Le progrès

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE FORUM DES ÉGARÉS :: RES PUBLICA :: Sound and fury-
Sauter vers: