LE FORUM DES ÉGARÉS




Post mortem nihil est
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un homme, un vrai

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Active X
Big Boss
Big Boss
avatar

Masculin
Nombre de messages : 677
Date d'inscription : 26/09/2006

MessageSujet: Nostalgie TV pour cet été   Mer 3 Aoû 2011 - 1:22


(cliquer sur le symbole lecture rouge, puis sur le même une fois devenu vert)

Le sorcier
Diffusé le : 25/10/1973

En vagabondant au Mexique, Caine rencontre une vieille femme et un jeune garçon... La femme est coincée sous un chariot, mais demande à Caine de s'occuper du gamin. Caine l'emmène dans un petit village qui pense qu'il est maudit par un sorcier...


http://www.subfactory.fr/index.php?shard=series&action=g_episode&serieID=141&tvdbepID=106706

Bonus : Une lecture de cet épisode !

Reprenez votre pouvoir

Dernièrement, j’ai regardé des épisodes de la série télévisée des années 1970, Kung Fu, sur DVD. Kwai Chang Caine (David Caradine), un prêtre de Shaolin mi chinois-mi américain-chinoises erre dans l’ouest américain de l’après Guerre de Sécession à la recherche depuis longtemps perdu. Caine est un maître des arts martiaux qui n’a recours à ses aptitudes au combat que lorsque la sécurité de quelqu’un est en jeu. Kung Fu a présenté a de nombreux Occidentaux certains des principes fondamentaux de la pensée orientale. Comme les beaux-arts et la véritable sagesse, de nombreux enseignements présentés dans la série sont intemporels et universels de nature.

Un de mes épisodes préférés, El Brujo, concerne un méchant sorcier qui terrorise une petite ville. Les habitants craignent tellement cet homme qu’ils ont volontairement abandonné leur pouvoir, réalisant tout ce qu’il demande, et espérant lui plaire. À un moment donné, les habitants se sont résignés à laisser un enfant mourir parce que le méchant avait maudit le bébé. Lorsque Caine arrive, il guérit l’enfant en utilisant des herbes. Plus tard, le sorcier maudit l’un des leaders de la ville, condamnant l’homme à mort dans les 24 heures. Comme auparavant, le chef tente d’abandonner son pouvoir – cette fois, plaidant pour que Caine lui porte secours. Caine répond simplement : «Pourquoi avez-vous cru en lui ? »

Le choc du leader est le même que celui que je vois parfois sur le visage des gens lorsque je leur pose la même question, quand ils rapportent les «nouvelles» qu’ils ont vu à la télévision. Le nombre de personnes qui acceptent volontiers les pensées et les édits des autres, sans aucun doute, est étonnant, mais compréhensible. Dans notre société, nous avons été formés depuis la naissance à déléguer notre façon de penser et donner notre pouvoir des «experts» extérieurs.

Lorsque vous renversez du café chaud sur vous-même, il est conseillé d’engager un avocat pour faire valoir que vous n’étiez pas prévenu, le café était chaud. Lorsque vous regardez un débat politique, des experts viennent plus tard vous expliquez ce que vous venez d’entendre et ce que cela signifie, comme si vous étiez incapable de vous forger votre propre opinion. On vous enseigne de permettre à l’aveuglette à des médecins d’injecter des médicaments dans votre corps, et d’ignorer la sagesse contenue en vous. Bien que solliciter des avis extérieurs puisse être utile, accepter aveuglément les pensées des autres, sans discernement, viole de votre responsabilité de vous-même comme être spirituel majestueux sur terre.

Dans l’épisode de Kung Fu, un flashback sur le début de la formation de Caine au monastère Shaolin en Chine fait échos à cette simple vérité. Son professeur aveugle, Maître Po, explique : « L’esprit sans discernement est comme la racine d’un arbre – elle absorbe de la même manière tout ce qu’elle touche – même le poison qui tue. » Caine décide de ne pas accepter le poison. Quand le sorcier maudit Caine, rien ne se passe, pour la simple raison que Caine « ne croit pas en lui. » La mainmise du sorcier sur la ville disparaît immédiatement.

Ainsi en est-il aujourd’hui. Vous n’avez pas besoin d’accepter aveuglément le sort ou les attentes que vos parents, frères et sœurs, enseignants, dirigeants politiques, commentateurs des médias, amis ou collègues de travail ont édicté pour vous. Vous avez non seulement le droit, mais la responsabilité, de décider, par vous-même, ce que vous pensez. Pour ce faire, vous devez prendre conscience de vos pensées. Vous découvrirez peut-être que la majorité de vos pensées de tous les jours ne sont pas même les vôtres. Vous pouvez ensuite découvrir que beaucoup de ces pensées sont désarmantes, destinées à provoquer la peur ou à diriger votre comportement.

Vous n’avez pas été incarné sur terre pour « jouer la sécurité » ou être simplement un robot qui « suit les règles, en espérant s’adapter » Vous avez été créé à l’image de D.eu. Cela signifie que vous êtes nés pour créer. Votre mission dans la vie est de puiser dans votre moi intérieur et d’exprimer la sagesse de l’intérieur – de ne pas accepter aveuglément le point de vue ou la doctrine de certains experts, gourous ou d’un programme de société comme réglage par défaut. Il faut comprendre que comme créateur, chaque pensée que vous pensez est la création de votre monde. Sera-ce une prison … ou est-ce-que ce sera un jardin céleste? Ne préfériez-vous pas plutôt être l’architecte d’un beau paradis digne d’une telle puissance créatrice ?

Pour créer « le Paradis sur Terre», vous devez régulièrement puiser dans votre nature divine par le nom dont vous choisissez de l’appeler: maître intérieur, lumière intérieure, etc. Lorsque vous tapez dans votre intérieur sur une base quotidienne, vous commencez à assumer et à approfondir votre nature spirituelle majestueuse. Il n’y a pas d’autre mission sur la terre aussi critique que d’apprendre à puiser dans votre moi intérieur pour obtenir des conseils et en exprimer votre lumière intérieure. Comme de nombreuses traditions spirituelles l’affirment, «La source optimale de la sagesse vient de l’intérieur. » Apprendre à demander, écouter et accepter cette orientation est essentielle pour se développer spirituellement.

Lorsque vous avez tapé dans votre for intérieur, vous pouvez alors utiliser votre esprit pour interpréter la « voix » de votre maître intérieur, et prendre des mesures inspirées pour créer ou vous exprimer – que vous écriviez, peigniez, chantiez, travailliez , jouiez ou simplement pensiez. Maintenant, soyez avertis : il y a ceux qui vous diront que de compter sur votre «esprit» est dangereux – que cela est égoïste. Certains «écoles» de pensée font valoir que l’homme pense trop et, que pour corriger cette tendance, il doit d’avantage compter sur l’émotion et l’instinct. Cette «théorie» passe totalement à côté. La question n’est pas de savoir si vous, ou quelqu’un d’autre, pense trop, mais quelle voix VOUS ÉCOUTEZ – la voix de votre ego ou celle de votre Soi supérieur ? L’expérience, l’intuition et certains autres indices vous aideront à reconnaître la voix de votre moi intérieur et éviter les pièges de l’ego. (Nous aborderons ce sujet plus en profondeur dans notre prochaine leçon.) Jusque-là, il est temps de penser avec vos propres pensées et de reprendre votre pouvoir !

http://www.toutelaverite.net/alternatives/reprenez-votre-pouvoir/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dailymotion.com/video/xa7ef_kraftwerk-radioactivity_e
Jul le Marteau
Duelliste chevaleresque
Duelliste chevaleresque
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2335
Age : 109
Localisation : Lorraine, 54 M&M.
Date d'inscription : 10/02/2007

MessageSujet: Re: Un homme, un vrai   Jeu 4 Aoû 2011 - 0:03

C'est juste.

Ce passage:
Citation :
Dans l’épisode de Kung Fu, un flashback sur le début de la formation de Caine au monastère Shaolin en Chine fait échos à cette simple vérité. Son professeur aveugle, Maître Po, explique : « L’esprit sans discernement est comme la racine d’un arbre – elle absorbe de la même manière tout ce qu’elle touche – même le poison qui tue. » Caine décide de ne pas accepter le poison. Quand le sorcier maudit Caine, rien ne se passe, pour la simple raison que Caine « ne croit pas en lui. » La mainmise du sorcier sur la ville disparaît immédiatement.

Me rappelle une partie de la méthode mise au point par Emile Coué, où il dit en substance que notre esprit est souvent occupé par une chose à la fois et qu'elle finit par se réaliser. Naturellement, il parle de santé. Si vous pensez tomber malade, vous tomberez malade à force de l'imaginer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Active X
Big Boss
Big Boss
avatar

Masculin
Nombre de messages : 677
Date d'inscription : 26/09/2006

MessageSujet: Re: Un homme, un vrai   Sam 10 Sep 2011 - 21:56

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dailymotion.com/video/xa7ef_kraftwerk-radioactivity_e
Jul le Marteau
Duelliste chevaleresque
Duelliste chevaleresque
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2335
Age : 109
Localisation : Lorraine, 54 M&M.
Date d'inscription : 10/02/2007

MessageSujet: Cizia Zykë... Est mort.   Ven 30 Sep 2011 - 10:58

Cizia Zykë est un aventurier et écrivain français né en 1949 au Maroc et mort à Bordeaux le 27 septembre 2011.

Fils d'un légionnaire français d’origine albanaise et d’une mère grecque, Cizia Zykë passe son enfance à Taroudant dans le sud du Maroc. Sa famille s’installe à Bordeaux lorsque le Maroc gagne son indépendance en 1956.

L’adolescence de Zykë est mouvementée. Ses activités au sein d’un gang de jeunes délinquants lui valent de nombreux ennuis judiciaires, dont deux séjours à la prison du château du Hâ. Il décide de quitter la France à l’âge de dix-sept ans. Les autorités refusent cependant de lui délivrer un passeport, ce qui pousse Zykë à s’engager dans la Légion étrangère lors de la Guerre des Six Jours. Hélas, son rêve de partir de la France à tout prix est détruit lorsque son contingent est dissous après seulement trois mois.

Zykë parvient finalement à obtenir un passeport en 1967 et part rejoindre son grand-père installé en Argentine. Pendant les trois années qu’il passera en Amérique du Sud, il acquiert une fortune considérable (dans le commerce d’objets d’art précolombien) et une passion immodérée pour les jeux de hasard.

Zykë s’installe à Toronto en octobre 1970. Il y prend la direction d’un restaurant italien, puis se spécialise dans l’organisation de jeux de hasard clandestins et dans la récupération forcée de dettes. Survivant de justesse à une tentative d’assassinat par le chef d’un gang rival, Zykë se réfugie en Suisse en 1973.

Amateur de drogues, il voyage souvent à Amsterdam pendant cette période-là pour se procurer des produits stupéfiants. Après une overdose d’héroïne, il décide de partir en Afrique du Nord où il finit par organiser un commerce extrêmement lucratif de véhicules d’occasion. Malgré la corruption omniprésente qui lui facilite ses transactions pas toujours légales, il est finalement arrêté à Bamako, Mali en 1975 et confronté à une longue liste de chefs d’accusation. Il obtient avec difficulté une libération sous caution et en profite pour quitter l’Afrique en catastrophe.

Pendant les trois années suivantes, Zykë et sa compagne parcourent les Caraïbes. Leur fils naît en 1978 mais meurt subitement à l’âge d’un an seulement. Le couple, atterré par cette tragédie, plonge dans la vie nocturne des casinos de Hong Kong et de Macao et échoue sans un rond au Costa Rica en 1980.

Intéressé par les histoires de chercheurs d’or vivant illégalement dans la réserve naturelle de Corcovado, sur la péninsule d’Osa, Zykë s’associe à plusieurs d’entre eux et réussit après un certain temps à fonder un holding – légal cette fois - d’exploitation d’or à grande échelle. L’impact environnemental de sa mine et les relations difficiles qu’il entretient avec la population et la classe politique locales finissent cependant par entraîner sa chute en 1983. Menacé de longues années de prison, il s'enfuit vers le Panama en emportant sur lui trois kilos d’or.

De retour en France, il écrit Oro, qui relate ses aventures au Costa Rica, et le publie en 1985. Il publie Sahara (sur ses aventures en Afrique du Nord) et Parodie (sur son séjour au Canada), qui complèteront sa trilogie autobiographique, en 1986 et 1987. Ces trois livres ont été traduits en plusieurs langues et restent encore aujourd’hui ses œuvres les plus célèbres. Zykë y offre une perspective insolite et humoristique sur les pays où il a vécu et sur ses sempiternels ennuis judiciaires. Zykë affirme que tous les évènements qu’il a décrits dans Oro, Sahara et Parodie sont « rigoureusement authentiques »2.

Jusqu’en 1991, Zykë vit en Thaïlande, où il s’entraîne à la boxe thaïe, et en Australie, où il gère à nouveau une mine d’or. Il sera suivi en Australie par une équipe de télévision française. Le reportage « Cizia Zykë, gentilhomme de fortune », réalisé par Dominique Martial, est diffusé pour la première fois en 1987. Pendant tout son séjour en Asie du Sud-Est, Zykë continue à publier régulièrement des romans, dont aucun n’a cependant réussi à répéter le succès commercial d’Oro qui fut un bestseller. Cette célèbre aventure de la Péninsule d'Osa, parait en bande dessinée en 1992, sous les coups de crayon d'Yves Bordes, mais dont seul le premier tome fut publié.

En 1991, Zykë retourne en France et se prépare à visiter l’Albanie, pays d’origine de son père, qui vit à cette époque le chaos qui a suivi la chute du régime communiste. Zykë y passe trois ans. Le fruit de son séjour en Albanie se constitue de quatre romans – Les Aigles, Au nom du père, Requiem et Rédemption – et du film documentaire Kanoun, qu'il réalise avec Piro Milkani et avec la participation, pour le récit, du cinéaste et écrivain Dominique Martial.

En 2007, deux récits extraits du recueil de nouvelles Histoires de fous paraissent chez Talking Book : L'Ogre , narré par Philippe Murgier et Hugo David, puis, toujours sous ce format, Tu veux jouer avec moi ?, narré par Marie Clément, Hugo David, Leïla Baktiar, Guylène Ouvrard et Esmeralda Nunez.

En 2008-2009, Cizia Zykë se trouve en Guyane, il y prépare la sortie d'un nouvel ouvrage autobiographique dont le titre est Oro and Co.. Ce récit retrace son parcours depuis 1984, lorsqu'il quitte le Costa Rica, jusqu'à nos jours pour sa dernière aventure parmi les orpailleurs clandestins. Il y explore la frontière Surinamaise avec le projet de construire sa propre ville, zone de plaisir, casino flottant et édifiante statue pour passer ainsi a la postérité.

Cizia Zykë signe alors sa dernière œuvre, un au revoir a ses lecteurs qui met fin à son aventure éditoriale.

Le 8 janvier 2009, Cizia Zykë aurait été mis en examen à Cayenne pour « complicité d'orpaillage clandestin ». D'après le journal Le Parisien : « on indique qu'il est soupçonné d'avoir ravitaillé par avion des orpailleurs clandestins, sous couvert de réaliser un documentaire. »3

Le 18 juin 2009 Oro and Co. sort aux éditions Fleuve Noir et à cette occasion, Oro le premier livre de Cizia Zykë a été réédité.

Août 2009, création de l'association Liberté, Zykë & Co. Une association loi 1901 créée à l'initiative de Cizia Zykë. Ses buts sont la défense et la valorisation de son œuvre, la promotion de l'art sous toutes ses formes et l'aide humanitaire.


De mars à juin 2010, Cizia ZYKË écrit le scénario du film "Barbaresk", l'histoire de deux familles juives persécutées lors de l'inquisition espagnole au XVe siècle. Ils trouveront refuge dans l'empire Ottoman, l'actuelle Turquie.

Il meurt à Bordeaux le 27 septembre 2011.

Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Cizia_Zyk%C3%AB

Vous trouverez ici quelques-unes de ses citations:
http://www.dicocitations.com/auteur/4704/Zyke_Cizia.php
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Active X
Big Boss
Big Boss
avatar

Masculin
Nombre de messages : 677
Date d'inscription : 26/09/2006

MessageSujet: Re: Un homme, un vrai   Sam 1 Oct 2011 - 4:12



A part qqs articles dans les Newlook des années 80/90 et un assez drôle dans Cancer ! (pas retrouvé, désolé), le baroudeur (roublard et demerdard comme il se doit) Cizia Zykë, qui n'est certes pas Cendrars quant à l'écriture (parfois sous-traitée), restera quand même pour ses lecteurs comme un des derniers spécimens d'une espèce disparue d'hommes. Ceux que Camus nommait les "conquérants" :

« Oui, l’homme est sa propre fin. Et il est sa seule fin. S’il veut être quelque chose, c’est dans cette vie. Maintenant, je le sais de reste. Les conquérants parlent quelque fois de vaincre et surmonter. Mais c’est toujours « se surmonter » qu’ils entendent. Vous savez bien ce que cela veut dire. Tout homme s’est senti l’égal d’un dieu à certains moments. C’est ainsi du moins qu’on le dit. Mais cela vient de ce que, dans un éclair, il a senti l’étonnante grandeur de l’esprit humain. Les conquérants sont seulement ceux d’entre les hommes qui sentent assez leur force pour être sûrs de vivre constamment à ces hauteurs et dans la pleine conscience de cette grandeur. C’est une question d’arithmétique, de plus ou de moins. Les conquérants peuvent le plus. Mais ils ne peuvent pas plus que l’homme lui-même, quand il le veut. C’est pourquoi ils ne quittent jamais le creuset humain, plongeant au plus brûlant dans l’âme des révolutions. ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dailymotion.com/video/xa7ef_kraftwerk-radioactivity_e
Active X
Big Boss
Big Boss
avatar

Masculin
Nombre de messages : 677
Date d'inscription : 26/09/2006

MessageSujet: Re: Un homme, un vrai   Lun 10 Déc 2012 - 21:37

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dailymotion.com/video/xa7ef_kraftwerk-radioactivity_e
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un homme, un vrai   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un homme, un vrai
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Cranes humain avec des cornes
» Histoire Vraie ! Dieu n'existe pas ????
» L’homme est un chat comme les autres …
» L'homme-lézard de Bishopville
» Savez-vous reconnaître un vrai d'un faux sourire ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE FORUM DES ÉGARÉS :: ALCHIMIE DU VERBE :: Filousophie-
Sauter vers: