LE FORUM DES ÉGARÉS




Post mortem nihil est
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Vol au dessus d'un nid de coucou

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Vol au dessus d'un nid de coucou   Sam 19 Jan 2008 - 12:02

Bon, j'ouvre ce fil à cause du message de Donotherase sur le fil "Crise d'adolescence". Je pense que ce texte est très percutant, et qu'il dépasse par beaucoup de côtés la question de la crise d'adolescence.
Je crois que ce texte peut susciter beaucoup de réflexions, et si je le reprend, c'est tout simplement parce qu'il exprime parfaitement ce que j'ai moi-même vécu (et je ne pense pas être le seul).
Le titre du fil, je l'ai choisi parce que, à l'époque de ma "crise d'adolescence, j'avais vu le film, et que j'y avais vu une description de cette réalité: la réalité du formatage dans la société "démocratique", la réalité totalitaire de cette "démocratie". Et puis le terme camp d'extermination mental convient parfaitement ici.

Je ferais des commentaires sur le texte dans d'autres fils.

Citation :
"La crise d'adolescence" ? Trés simple...

Petit garçon a qui ces parents formatés on racontés qu'il vivait dans un monde parfait où tout était rose...

...Se met soudainement à voir et à penser par lui-même et ce rend compte qu'en réalité il est dans une merde pas possible, et que rien ne tourne correctement.

Le nouvel adulte est alors immédiatement plongé dans un flou complet, d'une part par ces parents devenu complètement abruti avec les années et qui sont totalement incapable de répondre à ces questions, d'autre part par l'éducation de mort des camp d'extermination mentaux que sont les lycées et les collèges.

Au final le gamin se retranche chez ses potes, qui n'ont d'autre solution a lui proposer que ce droguer, consommer à mort, baiser ou aller s'exploser en voiture après avoir passer toute une nuit enfermé dans une boîte de nuit/boîte à con.

En voyant tout cela, n'importe quel "spécialiste" moderne, concluera non pas à un dysfonctionnement du Système socio-politique, qui est parfait comme chacun le sait, mais à un problème du jeune lui-même...

Ainsi, sorte d'évolution de la possession par des démons, le jeune est "fou" "perturbé"... Et au final comme le nombre de suicide augmente, la Démocrassie étant le seul Système qui réussi à tuer sa jeunesse sans faire de guerre, et que le phénomène s'amplifie, on invente le concept de "crise d'adolescence", histoire de rester blanc comme neige, et de rassurer les parents qui sont d'anciens jeunes perdus devenus collabo à force de s'auto-détruire.
Revenir en haut Aller en bas
grib
Adepte de la cabale
Adepte de la cabale
avatar

Masculin
Nombre de messages : 283
Date d'inscription : 19/11/2007

MessageSujet: Re: Vol au dessus d'un nid de coucou   Sam 19 Jan 2008 - 12:38

l'adolescence c'est la découverte -au sens de la mise à découvert- de la liberté de l'esprit, liberté totale-totalitaire, qui se trouve forcé d'abandonner la libération première du corps sain-saint de l'enfant, pour contempler cette mise en abîme dans le miroir.
une catastrophe que rien ni nul n'annonce, et qui se produit comme par "désenchantement".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Vol au dessus d'un nid de coucou   Sam 19 Jan 2008 - 13:32

grib, je dois te dire que j'ai vraiment du mal à comprendre certains passages de ton post: que veux-tu dire par "mise en abîme dans le miroir"?

Sinon, si il s'agit du désenchantement, je ne crois pas du tout que ce soit une expérience universelle, même si c'est celle que l'on veut nous forcer à vivre aujourd'hui: en Inde, je peux t'assurer que les gens ignorent vraiment le "désenchantement du monde".

Ensuite, il faudrait voir d'où vient ce désenchantement: un desz points importants, dans le texte de Donotherase, c'est qu'il parle du mensonge dans lequel nous avons été élevé:

Citation :
Petit garçon a qui ces parents formatés on racontés qu'il vivait dans un monde parfait où tout était rose...

Ce n'est pas une situation normale, mais une situation qui évoque directement le stalinisme, c'est-à-dire le mensonge permanent sur la réalité: ce n'est pas que la réalité soviétique ait été pire que les autres réalités sous tous les rapports, c'est qu'elle était un mensonge permanent parce qu'elle prétendait être le Paradis, et que toute contestation du caractère paradisiaque du régime était considérée comme criminelle, ou comme le signe d'un détraquement mental.

Or il y a quelque chose de cela dans la société démocratique occidentale, et sous une forme peut-être plus redoutable que sous la forme stalinienne: c'est une négation de la réalité.

Dans les sociétés traditionnelles (et quelque chose en est resté jusqu'à notre époque), on préparait les enfants à la réalité de la vie, c'est à dire à sa dureté, et une des préparations, c'était les contes de fées, qui enseignent la réalité du mal. Ma génération a été formatée par Casimir, l'île aux enfants. Bon il y avait d'autres programmes pour enfants, et il y en a eu d'autres, mais le point commun c'est l'absence du mal. Sous ce rapport, on peut vraiment faire la comparaison avec les affiches de propagande stalinienne: tout le monde sourit, tout le monde est heureux: le citoyen soviétique est heureux, la citoyenne soviétique est heureuse: à croire que le régime avait mis fin aux rages de dents et aux maux de têtes.

Avec toutes les réserves que l'on peut émettre sur la psychanalyse (et Dieu sait si il y en a), il y a un très grand livre, c'est Psychanalyse des contes de fée de Bettelheim: il explique vraiment certaines des vertus des contes de fées, et il montre aussi en quoi les histoires pour enfants inventées à notre époque sont complètement à côté de la plaque. Et un des points importants, c'est justement le rapport au mal.

Les contes de fées sont donc réalistes, mais si ils ne cachent pas la réalité de l'horreur, ils donnent aussi l'espérance du merveilleux, et c'est pour cela qu'il peut y avoir des traumatismes graves, des souffrances terribles, mais il n'y a pas de désenchantement. Et cela, on le voit dans les sociétés traditionnelles, et sous ce rapport, l'Inde est vraiment exemplaire, parce que les réalités auxquels sont confrontés les gens dans l'Inde d'aujourd'hui sont généralement bien plus dures que celles que vivent les Occidentaux.

En revanche, dans un monde qui est sensé être sans contradictions, il ne peut y avoir que désenchantement, puisque ce monde est une promesse qui n'est jamais tenue. Et ce n'est pas une réalité économique, c'est une réalité de propagande: c'est la réalité d'un monde intégralement falsifié.
On peut rappeler que falsifier veut dire "altérer volontairement dans le but de tromper, dénaturer, modifier des informations dans un but malveillant".
Et on peut se demander si il n'est pas significatif que l'un des grands défenseurs de la démocratie, Popper, ait utilisé le mot "falsifier" dans un sens falsifié, justement, et pour en faire un critère de vérité scientifique. En ce sens, Popper pourrait peut-être nous dire que notre monde est plus scientifique, parce qu'il est plus dénaturé que tout autre, et parce que l'information sur la réalité de notre monde est méthodiquement altérée dans un but malveillant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Vol au dessus d'un nid de coucou   Sam 19 Jan 2008 - 17:52

Le Bordelleur:

Citation :
Très bon Topic Lufti.

Citation:
Le nouvel adulte est alors immédiatement plongé dans un flou complet, d'une part par ces parents devenu complètement abruti avec les années et qui sont totalement incapable de répondre à ces questions, d'autre part par l'éducation de mort des camp d'extermination mentaux que sont les lycées et les collèges.

Tu sais que sur ce forum, il y en a qui croit encore à la pertinence du sytème scolaire, et qui en tire des concluisons...sisi.

Merci. Enfin c'est quand même grâce au texte de Donotherase.
Sinon, ceux qui croient au système scolaire... Je ne sais pas. Je voudrais bien savoir leurs arguments. Ceci dit, dans Vol au dessus d'un nid de coucou, on voit bien que la majorité des internés sont des internés volontaires et sont complices du système, et c'est assez logique de la part des drogués de défendre la drogue. De même, les gens victimes d'un conditionnement qui a réussi sont les premiers à défendre leur conditionnement.

Et on peut rappeler, à propos du film, que le cinéaste est Milos Forman, un homme qui avait fuit le régime totalitaire tchéquoslovaque, donc quelqu'un qui avait une expérience assez solide en la matière.

Et puis il y a le côté vampire, zombi, dont Alain Soral a d'ailleurs parlé dans certaines vidéos (je n'ai plus la référence, c'était sur Paris): des gens qui sont vides intérieurement, qui ont été vidés. Si on peut parler de camps d'extermination mentaux, c'est qu'on y a échappé. Et on se retrouve un peu dans la position du personnage de Je suis une légende, ou de l'équipe de Zombi (le premier de Romero).
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Vol au dessus d'un nid de coucou   

Revenir en haut Aller en bas
 
Vol au dessus d'un nid de coucou
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vol au-dessus d'un nid de coucou - lundi 27 à 20.40 sur ARTE
» 2003: Juillet ou août à 22h00: Tube lumineux au dessus d'un pré - Hanvoile - (60)
» coucou mon petit ethan est née!!!
» coucou ! j"ai vu de la lumière alors je suis rentré ! (hirari veut dire lumière en japonais, sans aucune prétention !).
» (1953) Ovni au-dessus de la Tour Eiffel Paris

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE FORUM DES ÉGARÉS :: PLACE DE GRÈVE-
Sauter vers: