LE FORUM DES ÉGARÉS




Post mortem nihil est
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Crise d'adolescence ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Citoyen
Adepte de la cabale
Adepte de la cabale
avatar

Masculin
Nombre de messages : 380
Age : 31
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 09/10/2006

MessageSujet: Crise d'adolescence ?   Mer 16 Jan 2008 - 0:31

Crise d’adolescence, ce terme est entré dans les esprits comme quelque chose d’évident, à tel point que les parents semblent louer le ciel lorsque leur rejeton traverse sa deuxième décennie sans leur provoquer d’ennui…
Mais y avait-il crise d’adolescence il y a un siècle, y avait-il crise d’adolescence tout simplement avant mai 68 ?

Non. Bien sûr la transformation du corps devait provoquer un certain mal être, davantage pour le garçon qui voit ses doux traits asexués s’élargir pour devenir souvent disgracieux – et pouvant par là-même subir les affres du procès de production – que pour la fille chez qui la métamorphose renforce l’atout de séduction.

Mais de crise à proprement parler il n’y avait pas. La « crise d’ado » est une psychologisation d’un phénomène économique : elle apparaît au moment ou l’ado (remarquez que le terme ado renvoie à un être asexué, prolongeant la période de non responsabilité, de non conscience du rôle) veut s’insérer dans la société de consommation alors qu’il ne travaille pas, qu’il ne produit pas. Il y a inadéquation entre le principe de plaisir vécu par l’ado et le principe de réalité vécu par ses parents.

L’ado veut jouir, et consommer le surplus transgressif. Marx et Engels disaient non sans humour qu’à la maison, l’homme symbolisait le patronat et la femme le prolétariat ; l’ado en crise lui, pour coller à la nouvelle économie, symbolise le rentier, le capitalisme financier, le parasitisme. C’est la période préliminaire à la schizophrénie capitaliste producteur-consommateur. A l’inverse des sociétés « traditionnelles » l’Être consommateur est façonné avant l’Être producteur ; il est dans l’intérêt de la société capitaliste que ce soit l’Être consommateur qui l’emporte (sans anéantir l'autre cela va de soi), chose qui expliquerait par exemple la vague nostalgie de la génération 80, qui n’en finit plus de se trémousser sur les Démons de minuit.

Le pourrissement de l’Histoire appliqué à l’échelle individuelle : l’éternelle crise d’ado ou l’idéal de la société néo-libérale…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Simplicius
Adepte de la cabale
Adepte de la cabale
avatar

Masculin
Nombre de messages : 292
Date d'inscription : 05/08/2007

MessageSujet: Re: Crise d'adolescence ?   Mer 16 Jan 2008 - 0:46

Citation :
Marx et Engels disaient non sans humour qu’à la maison, l’homme symbolisait le patronat et la femme le prolétariat ; l’ado en crise lui, pour coller à la nouvelle économie, symbolise le rentier, le capitalisme financier, le parasitisme.

La même chose en version joke (je sais elle est connue mais je laisse imaginer comment y prendrait sa place un jeune ado...) :

Un garçon demande à son père :

- Papa, je dois faire un exposé à l'école, est-ce que je peux te poser quelques questions ?
- Oui bien sûr, vas-y wasa, qu'est-ce que tu veux savoir ?
- Ben en fait, c'est quoi la politique ?

Le père réfléchit un peu puis se lance :

- Et bien voila, prenons comme exemple notre foyer. Je suis un salarié, donc je gagne de l'argent, donc appelons moi "capitalisme". Ta mère c'est l'administrateur des biens, appelons la "gouvernement". Nous devons nous occuper de toi et pourvoir à tes besoins, donc toi tu es "le peuple". Appelons la bonne "la classe ouvrière", et ta petite soeur qui n'a qu'un an, "le futur". Est-ce que c'est plus clair maintenant ?

Le petit réfléchit et dit :

- Je ne suis pas très sûr, mais je vais y réfléchir.

Cette nuit là, réveillé par les cris de sa petite soeur, le garçon va voir ce qui ne va pas. Découvrant que sa jeune soeur a sérieusement rempli ses couches, il file à la chambre de ses parents. Voyant que sa mère est profondément endormie, il se dirige alors vers la chambre de la bonne où perce sous la porte un filet de lumière. Prudent quand même, il yeute à travers le trou de serrure, et là il découvre... son père troussant la bonne. Le petit, estomaqué par ce spectacle déroutant, retourne fissa dans sa piole et se rendort ni vu ni connu. Le lendemain matin, le petit, à la mine plus sereine, s'en retourne vers son daron :

- Ça y papa, maintenant je crois avoir compris ce que c'est que la politique.
- Très bien fiston ! Raconte moi donc maintenant avec tes propres mots.
- Et bien, pendant que le Capitalisme encule la Classe Ouvrière, le Gouvernement est profondément endormi, le Peuple est complètement ignoré et le Futur est dans la merde.


Dernière édition par le Jeu 17 Jan 2008 - 4:26, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
filantropic
Adepte de la cabale
Adepte de la cabale
avatar

Masculin
Nombre de messages : 431
Age : 43
Date d'inscription : 19/11/2006

MessageSujet: Re: Crise d'adolescence ?   Mer 16 Jan 2008 - 0:50

Yeah Très bon texte citoyen.
Une approche anthropologique plus fine et comparative nous apprendra que dans de nombreuses sociétés "traditionnelles" notamment africaines cette crise n'existe tout simplement pas. Le passage de l'enfance à l'age adulte est ritualisé et célébré, mais point de "crise" d'ados qui est un phénomène spécifiquement occidental. L'enfant devient homme, adulte avec son lot de responsabilités et devoirs vis à vis du clan.

Citation :

Le pourrissement de l’Histoire appliqué à l’échelle individuelle : l’éternelle crise d’ado ou l’idéal de la société néo-libérale…

le fameux concept d'adulescent, aboutissement ultime de notre chère société consumériste, espèce d'homme enfant définitivement immature et impossible à sevrer. animal idéal à gaver par sa mère de substitution..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pimpam
Idiot utile
Idiot utile
avatar

Masculin
Nombre de messages : 638
Date d'inscription : 07/01/2007

MessageSujet: Re: Crise d'adolescence ?   Mer 16 Jan 2008 - 20:29

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kiki
Adepte de la cabale
Adepte de la cabale
avatar

Masculin
Nombre de messages : 358
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: Crise d'adolescence ?   Jeu 17 Jan 2008 - 0:31

Citoyen a écrit:
Crise d’adolescence, ce terme est entré dans les esprits comme quelque chose d’évident, à tel point que les parents semblent louer le ciel lorsque leur rejeton traverse sa deuxième décennie sans leur provoquer d’ennui…

Uniquement parce que les parents ne pensent qu'à leurs égoïsmes et leur tranquilité..... Mais il est maintenant certain qu'il est mieux qu'un adolescent se trouve dans une phase de recherche personnelle et environnementale.
En fait, il est préférable que le jeune se projecte dans la société afin qu'il y trouve sa place. Car l'adolescence c'est bien ça avant tout autre chose.

Citation :
Mais y avait-il crise d’adolescence il y a un siècle, y avait-il crise d’adolescence tout simplement avant mai 68 ?

Ben je pense que si. Même si l'dolescence se passait plus tranquillement qu'elle ne se passe de nos jours.

Citation :
Non. Bien sûr la transformation du corps devait provoquer un certain mal être, davantage pour le garçon qui voit ses doux traits asexués s’élargir pour devenir souvent disgracieux –

Certes, la transformation du corps qui pousse l'enfant à avoir de nouveaux comportements. Mais de là à dire qu'un enfant est asexué.... ??? Un enfant, un bébé, même avant de naître est déjà -ou devrait déjà être- sexué.

Citation :
Mais de crise à proprement parler il n’y avait pas. La « crise d’ado » est une psychologisation d’un phénomène économique :

La psychologisation d'un problème économique.... ??? C'est quoi ça ?

Citation :
elle apparaît au moment ou l’ado (remarquez que le terme ado renvoie à un être asexué, prolongeant la période de non responsabilité, de non conscience du rôle) veut s’insérer dans la société de consommation alors qu’il ne travaille pas, qu’il ne produit pas.

J'aime cette gôôche qui forcément fait passer une phase psychologique et physiologique chez l'individu à quelqu'un économiquement non rentable ...
Il y a toujours chez cette gauche, on ne sait pas trop pourquoi, la notion de pognon... En fait, si on y réfléchi à deux fois, pour toi la gauche n'est réduite qu'à de pauvres capitalistes. Mais des captislistes quand même puisqu'elle (l'adolescence) n'est comparée qu'à la société de consommation Mdrrr Mdrrr Mdrrr

Citation :
L’ado veut jouir, et consommer le surplus transgressif. Marx et Engels disaient non sans humour qu’à la maison, l’homme symbolisait le patronat et la femme le prolétariat

Ben on en parlera aux femmes qui dirigent des entreprises, et à leurs actionnaires, alors !!!

Citation :
C’est la période préliminaire à la schizophrénie capitaliste producteur-consommateur.


Et v'la la haine inconsciente contre la droite qui recommence.

Citation :
A l’inverse des sociétés « traditionnelles » l’Être consommateur est façonné avant l’Être producteur ;

Et vlan dans les dents.... !!! Ca leur apprendra d'être jeunes, nan mais !!!

Citation :
il est dans l’intérêt de la société capitaliste que ce soit l’Être consommateur qui l’emporte...
Le pourrissement de l’Histoire appliqué à l’échelle individuelle : l’éternelle crise d’ado ou l’idéal de la société néo-libérale…

C'est vraiment n'importe quoi... Et si par hasard, c'est la recherche de leurs propres personnalités en elles-mêmes qui les faisaient acheter... ? Mais t'as entièrement raison, foutons les jeunes dans des goulags, dans des camps, ainsi, ils n'acheront pas !!! VIVE LES GOULAGS !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Donotherase
Valet apatride du Grand Capital
Valet apatride du Grand Capital


Masculin
Nombre de messages : 196
Date d'inscription : 21/09/2007

MessageSujet: Re: Crise d'adolescence ?   Jeu 17 Jan 2008 - 0:42

"La crise d'adolescence" ? Trés simple...

Petit garçon a qui ces parents formatés on racontés qu'il vivait dans un monde parfait où tout était rose...

...Se met soudainement à voir et à penser par lui-même et ce rend compte qu'en réalité il est dans une merde pas possible, et que rien ne tourne correctement.

Le nouvel adulte est alors immédiatement plongé dans un flou complet, d'une part par ces parents devenu complètement abruti avec les années et qui sont totalement incapable de répondre à ces questions, d'autre part par l'éducation de mort des camp d'extermination mentaux que sont les lycées et les collèges.

Au final le gamin se retranche chez ses potes, qui n'ont d'autre solution a lui proposer que ce droguer, consommer à mort, baiser ou aller s'exploser en voiture après avoir passer toute une nuit enfermé dans une boîte de nuit/boîte à con.

En voyant tout cela, n'importe quel "spécialiste" moderne, concluera non pas à un dysfonctionnement du Système socio-politique, qui est parfait comme chacun le sait, mais à un problème du jeune lui-même...

Ainsi, sorte d'évolution de la possession par des démons, le jeune est "fou" "perturbé"... Et au final comme le nombre de suicide augmente, la Démocrassie étant le seul Système qui réussi à tuer sa jeunesse sans faire de guerre, et que le phénomène s'amplifie, on invente le concept de "crise d'adolescence", histoire de rester blanc comme neige, et de rassurer les parents qui sont d'anciens jeunes perdus devenus collabo à force de s'auto-détruire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kamo
Marxiste tendance Groucho
Marxiste tendance Groucho
avatar

Masculin
Nombre de messages : 638
Date d'inscription : 07/10/2006

MessageSujet: Re: Crise d'adolescence ?   Jeu 17 Jan 2008 - 0:45

Très juste analyse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Citoyen
Adepte de la cabale
Adepte de la cabale
avatar

Masculin
Nombre de messages : 380
Age : 31
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 09/10/2006

MessageSujet: Re: Crise d'adolescence ?   Jeu 17 Jan 2008 - 0:47

Citation :
Certes, la transformation du corps qui pousse l'enfant à avoir de nouveaux comportements. Mais de là à dire qu'un enfant est asexué.... ??? Un enfant, un bébé, même avant de naître est déjà -ou devrait déjà être- sexué.

Je parle du sexe social pas du biologique (voire psychologique).

Citation :
La psychologisation d'un problème économique.... ??? C'est quoi ça ?

C'est ce que j'explique après. Mais j'aurais mieux fait de dire : la psychologisation d'une névrose causée par un nouveau rapport à l'économie.


Citation :
J'aime cette gôôche qui forcément fait passer une phase psychologique et physiologique chez l'individu à quelqu'un économiquement non rentable ...
Il y a toujours chez cette gauche, on ne sait pas trop pourquoi, la notion de pognon... En fait, si on y réfléchi à deux fois, pour toi la gauche n'est réduite qu'à de pauvres capitalistes. Mais des captislistes quand même puisqu'elle n'est comparée qu'à la société de consommation Mdrrr Mdrrr Mdrrr

Je rappelle simplement la nécessité du travail, je comprends pas vraiment ce que tu veux dire...


Citation :
Et vlan dans les dents.... !!! Ca leur apprendra d'être jeunes, nan mais !!!

Pour moi cette crise d'adolescence, cette névrose, c'est la négation de la jeunesse et de ses idéaux, donc non, ça ne leur apprend certainement pas !


Citation :
C'est vraiment n'importe quoi... Et si par hasard, c'est la recherche de leurs propres personnalités en elles-mêmes qui les faisaient acheter... ? Mais t'as entièrement raison, foutons les jeunes dans des goulags, dans des camps, ainsi, ils n'acheront pas !!!

C'est bien le problème, la recherche de la personnalité dans l'acte d'achat, et réduite à ça. T'as l'air de croire que je jette la pierre aux ado, alors que c'est simplement une lecture partielle (et donc forcément partiale), basé sur le primat de l'économique. Primat tout a fait discutable mais fécond d'un point de vue heuristique...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kiki
Adepte de la cabale
Adepte de la cabale
avatar

Masculin
Nombre de messages : 358
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: Crise d'adolescence ?   Jeu 17 Jan 2008 - 1:07

Citoyen a écrit:
Je parle du sexe social pas du biologique (voire psychologique).

C'est quoi ça le sexe social. C'est quand tu dis LA France L'Allemagne, LA suisse LE portugal, etc...., etc.... ????

Citation :
C'est ce que j'explique après. Mais j'aurais mieux fait de dire : la psychologisation d'une névrose causée par un nouveau rapport à l'économie
.

Bon, là, je ne peux rien faire. C'est simplement de la haine contre le capitalisme, voire contre la droite.

Citation :
Je rappelle simplement la nécessité du travail,


La nécessité du travail.... Chez qui ???
Chez ceux qui touchent du fric sans rien faire et qui pensent continuer ainsi tant qu'ils toucheront du pognon ???

C'est, bien souvent, justement leurs futurs achats qui les poussent à travailler. Et cela aussi longtemps qu'ils restent chez papa/maman.

Citation :
Pour moi cette crise d'adolescence, cette névrose, c'est la négation de la jeunesse et de ses idéaux, donc non, ça ne leur apprend certainement pas !

Ah parce que l'adolescence est une névrose... Alors, on est tous des malades sans le savoir et cela uniquement parce que l'on a tous été, à un moment donné, des adolescents. Fais faire gaffe quand même à ce que tu dis. Les communistes, on toujours trouvé de "bonnes" raisons pour envoyer des gens vers des camps !!!

Citation :
C'est bien le problème, la recherche de la personnalité dans l'acte d'achat, et réduite à ça.

Donc, les jeunes qui achètent du parfum, des vêtements, ou d'autres produits du même style, ne profitent de leurs achats uniquement où ils les achètent ??? Et cela ne leur permet pas de se développer phychiquement, de mieux se connaître, grâce à leurs achats ???


Eh la gauche, il faut sortir de vos bouquins.... Allez, laissez-les dans vos bibliothèques. Allez dans la rue voir ce qu'il s'y passe. C'est aussi un bon enseignement, vous savez. Ptdr


Dernière édition par le Jeu 17 Jan 2008 - 1:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kamo
Marxiste tendance Groucho
Marxiste tendance Groucho
avatar

Masculin
Nombre de messages : 638
Date d'inscription : 07/10/2006

MessageSujet: Re: Crise d'adolescence ?   Jeu 17 Jan 2008 - 1:13

Citation :
La nécessité du travail.... Chez qui ???
Chez ceux qui touchent du fric sans rien faire et qui pensent continuer ainsi tant qu'ils toucheront du pognon ???

Oui, les capitalistes. D'où l'ouverture de camps pour leur apprendre à travailler. Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kiki
Adepte de la cabale
Adepte de la cabale
avatar

Masculin
Nombre de messages : 358
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: Crise d'adolescence ?   Jeu 17 Jan 2008 - 1:17

Kamo a écrit:
Citation :
La nécessité du travail.... Chez qui ???
Chez ceux qui touchent du fric sans rien faire et qui pensent continuer ainsi tant qu'ils toucheront du pognon ???

Oui, les capitalistes. D'où l'ouverture de camps pour leur apprendre à travailler. Laughing

Bah, tu sais... étant un chtit, je dois bien reconnaître que les seuls endroits où les gens pouvaient décéder lors de leurs travails, c'était dans les mines. Quasiment, nulle part ailleurs. Laughing Laughing Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Citoyen
Adepte de la cabale
Adepte de la cabale
avatar

Masculin
Nombre de messages : 380
Age : 31
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 09/10/2006

MessageSujet: Re: Crise d'adolescence ?   Jeu 17 Jan 2008 - 1:25

Citation :

C'est quoi ça le sexe social.

C'est l'attribution d'un "rôle" masculin ou féminin dans la société selon qu'on soit un garçon ou une fille. Ca commence effectivement un peu dans l'enfance : les garçons jouent à la guerre, les filles à la poupée, etc... Je grossis le trait hein, pleins de petits garçons jouent à la poupée sans devenir forcément des Zaza Napoli. D'ailleurs je croyais que c'était un peu de droite cette idée de sexe social, étonné que ça te plaise pas... lol!


Citation :
Bon, là, je ne peux rien faire. C'est simplement de la haine contre le captislisme, voire contre la droite.

Je plaide coupable, pour le capitalisme au moins.


Citation :
C'est, bien souvent, justement leurs futurs achats qui les poussent à travailler. Et cela aussi longtemps qu'ils restent chez papa/maman.

Bah oui... La crise se termine bien à un moment donné... Mais attention je parle bien de "crise", d'un phénomène violent d'opposition contre les parents, pas d'un simple mal être, repli sur soi, etc...


Citation :
Ah parce que l'adolescence est une névrose... Alors, on est tous des malades sans le savoir et cela uniquement parce que l'on a tous été, à un moment donné, des adolescents. Fais faire gaffe quand même à ce que tu dis. Les communistes, on toujours trouvé de "bonnes" pour envoyer des gens vers des camps !!!

La crise, pas l'adolescence...


Citation :
Donc, les jeunes qui achètent du parfum, des vêtements, ou d'autres produits du même style, ne profitent de leurs achats uniquement où ils les achètent ??? Et cela ne leur permet pas de se développer phychiquement, de mieux se connaître, grâce à leurs achats ???

Bah oui, il faut bien en passer par là pour séduire, d'ailleurs j'ai pas la prétention d'être au dessus du lot... Cependant crois tu qu'il puisse vraiment y avoir épanouissement personnel, enrichissement dans ce seul contexte ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Simplicius
Adepte de la cabale
Adepte de la cabale
avatar

Masculin
Nombre de messages : 292
Date d'inscription : 05/08/2007

MessageSujet: Re: Crise d'adolescence ?   Jeu 17 Jan 2008 - 4:20

Citoyen, pour qui lit sincérement ton texte bien ficelé, sans "pré-jugement", sensible pourrait-on dire comme une plaque photographique, ce qui n'enlève en rien après coup à sa propre réflexion, il frappe l'imagination et se suffit, il n'a pas besoin d'explications complémentaires.

On part sur du concret, la démarcation de l'âge adolescent dans les sociétés occidentalisées (au contraire des peuples premiers qui comme le rappelle à juste titre filgood offre via un rite de passage l'entrée de l'enfant dans l'âge d'homme), son lien avec l'économie et l'individualisme de masse (le coeur du texte) et l'amplification finale sur son rôle "préliminaire de la schizophrénie capitaliste" (écho lointain à l'anti-oedipe de Deleuze/Guattari).

Tout cet aspect déroutant à première lecture du texte, sorte d'anthropologie fantastique qui "torsionne" son sujet pour en montrer une portée plus générale, c'est à la fois plein de malice sophistique et de sens pédagogique. L'effet de vérité du texte est dans sa mise en abyme, et si on a un tant soit peu d'oreille musicale (comme y invite ton actuel avatar), on ne vient pas pinailler avec son petit avis sur la chose mais composer, attentif au mouvement de pensée, ou alors on se tait et écoute. Petite variation libre (manière de tricoter le fil) :

A quel âge tout se joue-t-il ? N'est-ce pas à chaque instant ? Et pourtant l'adulte ayant gardé le sens de son action n'est-il pas celui qui a su garder une part de ses rêves d'adolescent ? De l'adolescence on garde souvent l'image d'une étape de parcours, elle est aussi une période critique, déterminante parfois, et tous les consommateurs de rébellion n'enlèveront rien à son potentiel de révolte.

On y construit à tâtons une image de soi et, si cette dernière peut se méfier des images imposées de l'extérieur, elle n'est pas si indépendante qu'elle le croit du regard porté sur la société (Deleuze dénonce fort à propos l'enfermement de l'être singulier par la psychanalyse de type américain dans la triangularisation papa-maman-enfant, réduction propre à la famille bourgeoise ou en soif de respectabilité sociale).

Cet âge de tous les possibles n'a pas encore réalisé que la seule liberté ici-bas n'est pas l'absence de contraintes mais le choix de celles-ci, voilà pourquoi il mésuse de celle-ci avec tant d'inconscience, versant dans les excès soit de l'idéalisme soit du matérialisme. Alors adolescence, ça rime avec irresponsabilité plus ou moins recherchée ou déresponsabilisation ?

Au fond, ne mime-t-elle pas, souvent caricaturalement, un monde adulte ? La "crise d'ado" ne serait-elle pas l'image déformée de ce présent perpétuel, celui de la marchandise, ou plutôt de la marchandisation de tout même des vies, qui se nourrit de discours ou images en boucle ? Le rejet de l'autorité ne serait-il pas l'envers d'une dépolitisation largement répandue ?

La meilleure manière d'être de son âge, c'est peut-être d'être sans âge, de faire acte de liberté en comprenant en quoi nous sommes "joués" plus que nous ne sommes les acteurs de nos vies, de garder dignité tout en se défiant de l'individu sacralisé qui n'a jamais été que le support juridico-économique du système, et, pour résumer, de métamorphoser la révolte en destin. Les âges de la vie ne sont que des jalons marquant les défis et épreuves qui ne cessent de se présenter à nous. C'est de ces derniers que nous donnons notre mesure...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Protea
Valet apatride du Grand Capital
Valet apatride du Grand Capital
avatar

Féminin
Nombre de messages : 107
Date d'inscription : 05/12/2007

MessageSujet: Re: Crise d'adolescence ?   Jeu 17 Jan 2008 - 13:03

Simplicius a écrit : "La meilleure manière d'être de son âge, c'est peut-être d'être sans âge, de faire acte de liberté en comprenant en quoi nous sommes "joués" plus que nous ne sommes les acteurs de nos vies"

Une liberté formelle mais réelle. La liberté d'être libre malgré toutes les déterminations. Un pied-de-nez au freudo-marxisme qui nous parle un peu trop facilement d'aliénation. Comme si la politique ou la religion nous dépossédaient automatiquement de nous-même. En fait, l'ado est aussi celui qui aspire secrètement à faire des choix. Mais, en général, il n'aime pas qu'on choisisse à sa place. Nous non plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Simplicius
Adepte de la cabale
Adepte de la cabale
avatar

Masculin
Nombre de messages : 292
Date d'inscription : 05/08/2007

MessageSujet: Re: Crise d'adolescence ?   Jeu 17 Jan 2008 - 19:39

Voyons, la vogue du freudo-marxisme dans les universités, c'était surtout dans la décennie 70-début 80, et vu vraisemblablement ton jeune âge Protéa, je doute fortement que tu ne l'aies subie. Tu as la chimère facile mon bon Jacques le fataliste...

"Comme si la politique ou la religion nous dépossédaient automatiquement de nous-même" : ramener le fait que nous soyons des êtres sociaux, ne te déplaise, à de l'athéisme militant ou à un présupposé idéologique, c'est un peu court, il s'agissait ici d'une critique basique du libre-arbitre, "nous ne sommes pas un empire dans l'empire" dirait Spinoza que tu as du étudier puisque tu te piques de filousophie.

"En fait, l'ado est aussi celui qui aspire secrètement à faire des choix. Mais, en général, il n'aime pas qu'on choisisse à sa place. Nous non plus." L'ado est parfois angoissé parce qu'il a à faire des choix à un âge où parfois on ne sait pas très bien choisir. Regarde tes condisciples autour de toi, as-tu l'impression qu'ils ont choisi à 17/18 ans leur filière par nature d'homme d'étude ou pour retarder ou mieux valoriser leur entrée dans le monde du travail ? Prenons la mode (dont Nietzsche invite à nous affranchir avec le Milieu et le Moment : les fameux "trois M" évoqués dans la IIIe Intempestive), elle est ce par quoi certains disent s'individualiser alors que d'autres font de même dans le choix vestimentaire ou musical, où est l'originalité ?

Le plus difficile pour lui n'est pas tant de choisir que, se faisant, de se choisir, c'est pourquoi à cet âge-là on peut bien lui passer de rester parfois à une opposition romantique de l'individu et de la société, mais c'est quand en prenant de la bouteille il en reste là qu'on peut se dire que pour lui, comme pour tout un chacun, on ne grille pas impunément les étapes de la maturité... Apprendre à choisir, c'est savoir répondre de ses actes et, pour cela, connaître ses limites et ses possibilités. Ne joue pas, raconte Epictète, un rôle qui serait au-dessus de tes forces, tu manquerais celui que tu peux remplir. Enfin, sur la liberté, distinguer liberté morale et politique ne searit pas de trop, promptea, car "la liberté d'être libre" sonne un peu redondant. Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kiki
Adepte de la cabale
Adepte de la cabale
avatar

Masculin
Nombre de messages : 358
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: Crise d'adolescence ?   Jeu 17 Jan 2008 - 19:47

Citoyen a écrit:
C'est l'attribution d'un "rôle" masculin ou féminin dans la société selon qu'on soit un garçon ou une fille. Ca commence effectivement un peu dans l'enfance : les garçons jouent à la guerre, les filles à la poupée, etc... Je grossis le trait hein, pleins de petits garçons jouent à la poupée sans devenir forcément des Zaza Napoli.

En effet, chez les enfants, il y a la recherche de leurs sexualité. Même s'il a toujours une partie de féminité chez les garçons et de masculinité chez les filles. Et cela n'en fait pas pour autant des lesbiennes ni des homosexuels. Et cela même si, jusqu'à un certain âge (d'ailleurs lequel ?), les jeunes garçons préférent aller avec les garçons et les filles avec les filles. Et cela va même jusqu'au point d'avoir quelques touchés sexuels.

La résultante de l'attirance sexuelle, même celle de la bisexualité, est la suite logique de nombreux facteurs qui se passent durant l'enfance, et, je veux bien le croire, de chromosomes. Je ne vois donc toujours pas ce qu'est un "sexe social".

Citation :
D'ailleurs je croyais que c'était un peu de droite cette idée de sexe social, étonné que ça te plaise pas... lol!


Tout d'abord, je n'ai pas obligatoirement à me placer par ceux que pensent les autres. Y compris ceux de droite. Ce n'est pas que la droite est à droite que ça la rend plus intelligente que la gauche qui est à gauche, si tu vois ce que je veux dire...

D'ailleurs, je ne me situe pas politiquement à droite, mais au centre droit.
En outre, si je suis de droite, je suis aussi royaliste, anarchiste (désolé webmaster ...) fasciste, etc..., etc... La droite n'est qu'une approche, une tendance. Jamais une fin en soi, sauf pour les extrèmistes. Contrairement à la gauche qui, elle, à force de dogmes, n'a pas la même ouverture sur la politique et la société.

Citation :
Bah oui... La crise se termine bien à un moment donné... Mais attention je parle bien de "crise", d'un phénomène violent d'opposition contre les parents, pas d'un simple mal être, repli sur soi, etc...

Je suis tout à fait d'accord avec toi. Le repli sur soi ne fait pas partie de la crise de l'adolescence. Bien au contraire puisqu'il ferait plutôt parti d'un malaise, d'un mal être, sociétal. Et non d'une recherche de son égo.

Il n'est, dès lors, pas étonnant que les pédophiles n'aient pas eu de développements psychologiques à ces moments précis, et se soient renfermés lors de leurs adolescences.

Citation :
Bah oui, il faut bien en passer par là pour séduire, d'ailleurs j'ai pas la prétention d'être au dessus du lot... Cependant crois tu qu'il puisse vraiment y avoir épanouissement personnel, enrichissement dans ce seul contexte ?

La seduction n'est qu'un allibi. En fait, ce que l'adolescent recherche inconsciencement dans ses achats est uniquement des produits qui lui donneront confiance en lui-même. Oui, l'adolescence est tout la phase la plus fragile chez l'individu. Je ne vois, dès lors, toujours pas pourquoi il faudrait sans cesse tout rattacher à l'enrichissement personnel ou non et au pognon.


Dernière édition par le Jeu 17 Jan 2008 - 20:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kiki
Adepte de la cabale
Adepte de la cabale
avatar

Masculin
Nombre de messages : 358
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: Crise d'adolescence ?   Jeu 17 Jan 2008 - 19:54

Protea a écrit:
En fait, l'ado est aussi celui qui aspire secrètement à faire des choix. Mais, en général, il n'aime pas qu'on choisisse à sa place. Nous non plus.

Ah bon pourquoi... ??? un enfant est incapable de faire des choix ???

Je dirais même que le choix d'un enfant est, bien souvent, plus tenace que celui d'un ado, pourtant. scratch scratch scratch
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Simplicius
Adepte de la cabale
Adepte de la cabale
avatar

Masculin
Nombre de messages : 292
Date d'inscription : 05/08/2007

MessageSujet: Re: Crise d'adolescence ?   Jeu 17 Jan 2008 - 20:08

Kiki a écrit:
En effet, chez les enfants, il y a la recherche de leurs sexualité. Même s'il a toujours une partie de féminité chez les garçons et de masculinité chez les filles. Et cela n'en fait pas pour autant des lesbiennes ni des homosexuels. Et cela même si, jusqu'à un certain âge (d'ailleurs lequel ?), les jeunes garçons préférent aller avec les garçons et les filles avec les filles. Et cela va même jusqu'au point d'avoir quelques touchés sexuels. La résultante de l'attirance sexuelle, même celle de la bisexualité, est la suite logique de nombreux facteurs qui se passent durant l'enfance, et, je veux bien le croire, de chromosomes. Je ne vois donc toujours pas ce qu'est un "sexe social".

Dis p'tit kiki, toi qui nous a joué si souvent le-père-la-morale sur la pédophilie, tu reprends étrangement une de leurs pseudo-justifications sur l'éveil à la sexualité chez les kids. C'est louche, je dirais même plus, c'est big louche, une urgente visite sur ton disque dur s'impose... Mdrrr

Les enfants aiment les jeux de rôle, c'est connu, mais physiquement et psychiquement la dimension du continent obscur de la sexualité leur échappe complètement. Quant à traiter le mystère de la sexuation par une bisexualité latente chez les petits, c'est là une approche plus que douteuse, surtout quand on sait qu'il y a une très grande part de construction sociale dans la définition des rôles ; à cet égard l'influence parentale joue directement ("un garçon ne doit pas pleurer", "une fille doit être jolie et soumise et jouer à la poupée", etc...) et indirectement (le couple parental dans ses rapports humains a un rôle référent). Sur ce sujet-là, où plus que de raison tu te prends très au sérieux, on a tous ici cramé que tu es un phraseur et non un éthicien, alors si tu veux te rattraper...

Corde
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kiki
Adepte de la cabale
Adepte de la cabale
avatar

Masculin
Nombre de messages : 358
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: Crise d'adolescence ?   Jeu 17 Jan 2008 - 20:27

Citation :
Dis p'tit kiki, toi qui nous a joué le père la morale sur la pédophilie, tu reprends étrangement une de leurs pseudo-justifications sur l'éveil à leur sexualité. Une petite visite ton disque dur s'impose... Mdrrr

Je n'ai jamais nié la sexualité des enfants et pré-natale. bien au contraire. Je pense même que c'est quelque chose d'important pour leurs propres développements psychologiques. Toutefois, il y a des conditions dans la pédosexualité enfant/adulte, voire aussi enfant/enfant (voir plus bas) qui sont inadmissibles du simple fait que ce sont elles qui conduisent aux traumatismes. Les pédosexuels nient l'enfance, voire l'adolescence, et c'est particulièrement là, sur ce point précis, où ils trouvent leurs propres justifications. Ce que je ne fais surtout pas en ce qui me concerne.

Pourquoi ? Tu penses qu'un p'tit çon-çon qui touche un autre garçon, voire une petite fille, deviendra un pervers pédosexuel, voire même un homo ??? Mdrrr Mdrrr Mdrrr

Citation :
Les enfants aiment les jeux de rôle, c'est connu, mais physiquement et psychiquement la dimension du continent obscur de la sexualité leur échappe complètement.

Ah bon ??? Donc, selon toi, les enfants ne mettraient jamais leurs petits nounours entre leurs jambes tout comme ils ne mettraient, non plus, jamais leurs oreillers sur leurs parties sexuelles..., justement afin d'en obtenir du plaisir... La blague !!!
Ou même plus âgés, les enfants n'ont jamais de touchés sexuels entre frères et soeurs ??? On devrait plutôt leur apprendre à avoir des limites plutôt que de l' interdire.

Citation :
Sur ce sujet-là, où plus que de raison tu te prends au sérieux, on a tous ici cramé que tu es un phraseur et non un éthicien, alors si tu veux te rattraper...

Non, je suis quelqu'un qui a souvent apporté son aide à des victimes de pédosexualité, et à des pédophiles quant à ne pas passer à l'acte. Mais, je l'avoue, il faut avoir une certaine ouverture d'esprit pour pouvoir le faire ... affraid

Je ne répondrais pas d'avantage à ce sujet sur ce thread pour pouvoir le laisser, au mieux possible, sur le sujet de "la crise de l'adolescence". Merci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JOHN
Austère anachorète
Austère anachorète
avatar

Masculin
Nombre de messages : 808
Age : 42
Localisation : Un monde de (sales) cons
Date d'inscription : 09/12/2006

MessageSujet: Re: Crise d'adolescence ?   Jeu 17 Jan 2008 - 21:14

I)
En page 1 :
Donotherase a écrit:
"La crise d'adolescence" ? Trés simple...

Petit garçon a qui ces parents formatés on racontés qu'il vivait dans un monde parfait où tout était rose...

...Se met soudainement à voir et à penser par lui-même et ce rend compte qu'en réalité il est dans une merde pas possible, et que rien ne tourne correctement.

Le nouvel adulte est alors immédiatement plongé dans un flou complet, d'une part par ces parents devenu complètement abruti avec les années et qui sont totalement incapable de répondre à ces questions, d'autre part par l'éducation de mort des camp d'extermination mentaux que sont les lycées et les collèges.

Au final le gamin se retranche chez ses potes, qui n'ont d'autre solution a lui proposer que ce droguer, consommer à mort, baiser ou aller s'exploser en voiture après avoir passer toute une nuit enfermé dans une boîte de nuit/boîte à con.

En voyant tout cela, n'importe quel "spécialiste" moderne, concluera non pas à un dysfonctionnement du Système socio-politique, qui est parfait comme chacun le sait, mais à un problème du jeune lui-même...

Ainsi, sorte d'évolution de la possession par des démons, le jeune est "fou" "perturbé"... Et au final comme le nombre de suicide augmente, la Démocrassie étant le seul Système qui réussi à tuer sa jeunesse sans faire de guerre, et que le phénomène s'amplifie, on invente le concept de "crise d'adolescence", histoire de rester blanc comme neige, et de rassurer les parents qui sont d'anciens jeunes perdus devenus collabo à force de s'auto-détruire.
Yope Amen

II) à cette page :
Simplicius a écrit:
Apprendre à choisir, c'est, savoir répondre de ses actes et, pour cela, connaître ses limites et ses possibilités.
Schopenhauer (1788-1860) dans Le Monde comme Volonté et comme Représentation, p384 :
Citation :
Sur terre, notre route est une simple ligne, et non pas une surface ; de même dans la vie, voulons-nous atteindre quelque bien, le posséder, il faut en laisser une infinité d'autres, à droite et à gauche, y renoncer. Si nous ne pouvons nous y résoudre, si nous tendons les mains comme les enfants à la foire, vers tout ce qui, autour de nous, nous attire au passage, nous sommes absurdes, nous voulons, de notre ligne de conduite, faire une surface ; et nous voilà à courir en zigzag, à poursuivre deçà, delà les feux follets ; bref, nous n'arrivons à rien. (…)

De même dans la vie, nulle entreprise, qu'elle ait pour but le plaisir, l’honneur, la richesse, la science, l'art, ou la vertu, ne peut devenir sérieuse, ni tourner à bien, si nous n'abandonnons toute autre prétention ou tout désir qui leur est étranger, si nous ne renonçons à tout le reste.
= Cioran (1911-1995) dans Cahiers, p980 [Repris dans De l’inconvénient d’être né (1973), chap. XI] :
Citation :
Sans une énorme capacité de refus, on ne peut rien faire.
On voit que ces pensées philosophiques ne vont pas vraiment dans le sens de l’idéologie moderne mondialiste prônant le déracinement, le moulticulturalisme, le nomadisme, la précarité sociale « flexibilité », etc... (« et mon cul sur la commode »)…

Simplicius a écrit:
Ne joue pas, raconte Epictète, un rôle qui serait au-dessus de tes forces, tu manquerais celui que tu peux remplir.
Cioran (1911-1995) dans La Chute dans le temps (1964), (dernier) chap. « Tomber du temps » :
Citation :
Celui qui veut être plus qu'il n'est, ne manquera pas d'être moins. Au déséquilibre de la tension succédera, à plus ou moins bref délai, celui du relâchement et de l'abandon. (…)

Vouloir signifie se maintenir à tout prix dans un état d'exaspération et de fièvre. L'effort est épuisant et il n'est pas dit que l'homme puisse le soutenir toujours. Croire qu'il lui appartient de dépasser sa condition et de s'orienter vers celle de surhomme, c'est oublier qu'il a du mal à tenir le coup en tant qu'homme, et qu'il n'y parvient qu'à force de tendre sa volonté, son ressort, au maximum. Or, la volonté, qui contient un principe suspect et même funeste, se retourne contre ceux qui en abusent. Il n'est pas naturel de vouloir ou, plus exactement, il faudrait vouloir juste assez pour vivre ; dès qu’on veut en deçà ou au-delà, on se détraque et on dégringole tôt ou tard.
De même, ces pensées philosophiques vont à l’encontre du Prométhéisme moderne…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Protea
Valet apatride du Grand Capital
Valet apatride du Grand Capital
avatar

Féminin
Nombre de messages : 107
Date d'inscription : 05/12/2007

MessageSujet: Re: Crise d'adolescence ?   Ven 18 Jan 2008 - 11:04

C’est vrai, le freudo-marxisme c’était les années 1970 et encore un peu le début des années 1980. Mais quand on est « sans âge » et lecteur du Clouscard préfacé par Soral, on peut se projeter vers une époque révolue.

En quoi suis-je libre ? Pris dans le réseau des innombrables herméneutiques et nécessités dont m’enserrent le pouvoir et le désir, l’idéologie et la technique, la planification et la production, je ne puis aucunement me prétendre empiriquement libre, « faire ce que je veux » comme dirait l’ado. D’abord, parce que je ne sais pas précisément ce que je veux, ensuite parce que les nécessités qui maîtrisent ma non-liberté m’en empêchent. Mais du moins, je sais parfaitement que tout acte mien (ou même seulement supposé tel, dans le cas où je suis agi), subira l’assaut d’une quelconque herméneutique réductrice, qui le prétendra déterminé. Mais justement, je suis ici toujours encore libre d’opposer une contre-herméneutique à cette herméneutique réductrice ; je suis libre de passer outre.

Par exemple, si j’aime quelqu’un et m’assure d’aimer cette personne pour elle-même (et non par fantasme), les idéologues les plus brillants pourront toujours chercher à réduire ce qui me parait un élan libre aux intérêts dissimulés de mon désir. Je ne serai sans doute pas capable ni libre de récuser leurs déductions. Mais je reste absolument libre de persister à aimer cette personne. En quoi je m’abandonne peut-être à un déterminisme délirant qui va faire ma perte (ou mon bonheur) ! Qu’importe en un sens l’issue : seule importe ici ma liberté d’assumer l’incertitude. Je suis libre, non parce que je connais les déterminations de mon choix (Spinoza) mais parce que je peux les tenir pour parfaitement indifférentes. « Liberté d’être libre » pour les grands ados que nous sommes ne sonne pas redondant. C’est ce qui nous reste pour niquer les filousophes.


Dernière édition par le Ven 18 Jan 2008 - 17:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Donotherase
Valet apatride du Grand Capital
Valet apatride du Grand Capital


Masculin
Nombre de messages : 196
Date d'inscription : 21/09/2007

MessageSujet: Re: Crise d'adolescence ?   Ven 18 Jan 2008 - 16:47

Sujet trés intéressant...

(Désolé j'ai pas encore eu le temps de tout lire, j'ai du mal avec les gros posts intellectuels).

En tout les cas, juste un truc :

Citation :
Bah, tu sais... étant un chtit, je dois bien reconnaître que les seuls endroits où les gens pouvaient décéder lors de leurs travails, c'était dans les mines. Quasiment, nulle part ailleurs. Laughing Laughing Laughing

Te marres pas trop parce que dans le lycée où j'était, toutes les fenêtres était vérouillées, celles qui étaient en hauteur ne pouvait pas s'ouvrir en grand, et même derrière, y avait des filets !

Je sait pas si c'était suite à un incident ou non, mais tu serait étonné du nombre de personne qui décèdent dans les lycées/collège. J'ai eu l'occasion d'entendre un témoignage d'un bonhomme qui avait retrouvé un pote pendu dans un placard.

Ce qui nous permet de revisiter la célèbre vanne de J.F. Kennedy :

Citation :
C'est vrai que le [...] n'est pas un système parfait, mais nous au moins on a pas été obliger de mettre des filets sous les vitres des lycées pour empêcher notre jeunesse de se jeter !

Se jeter/s'enfuir c'est un peu pareil...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kiki
Adepte de la cabale
Adepte de la cabale
avatar

Masculin
Nombre de messages : 358
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: Crise d'adolescence ?   Ven 18 Jan 2008 - 17:09

Donotherase a écrit:
Je sais pas si c'était suite à un incident ou non, mais tu serais étonné du nombre de personne qui décèdent dans les lycées/collège. J'ai eu l'occasion d'entendre un témoignage d'un bonhomme qui avait retrouvé un pote pendu dans un placard.

Oui, l'adolescence est et reste tout de même un cap difficile. D'autant plus si la personne ne peut pas s'accepter elle-même. Mais avoue que c'est, bien plus souvent, plus dû à leurs propres adolescences qu'à leur travail d'étudiant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Simplicius
Adepte de la cabale
Adepte de la cabale
avatar

Masculin
Nombre de messages : 292
Date d'inscription : 05/08/2007

MessageSujet: Re: Crise d'adolescence ?   Ven 18 Jan 2008 - 18:29

Protea a écrit:

C’est vrai (...) seule importe ici ma liberté d’assumer l’incertitude. Je suis libre, non parce que je connais les déterminations de mon choix (Spinoza) mais parce que je peux les tenir pour parfaitement indifférentes. « Liberté d’être libre » pour les grands ados que nous sommes ne sonne pas redondant. C’est ce qui nous reste pour niquer les filousophes.

Je ne cerne pas très bien la raison de ton identification (confusion ?) entre approche critique et idéologie, et l'exemple de mandarins universitaires (il y en a toujours au demeurant, la vocation de l'institution ne se réduisant pas à cela) ou plus prosaïquement de ceux qui croient détenir la vérité (dogmatiques) ne la justifie en rien car à un exemple il n'est rien de plus aisé que de trouver un contre-exemple.

Attention ! Je ne dis pas qu'il ne peut y avoir glissement de l'un à l'autre, par exemple de la science au scientisme (où on passe vite fait bien fait du jugement de fait au jugement de valeur), je dis juste que ne pas les discerner est souvent parade de la raison paresseuse. Cette querelle de la nécessité et de la liberté, d'où ma brève allusion à Jackie le fataliste, en reste toujours au stade de l'entendement, au fonds une problématique de philosophie de terminale, une de ces éternelles questions insolubles qui interpellent nombre d'ados justement, en périphérie de cette historicité qui nous constitue et tisse notre monde, celle précisément que Clouscard, puisque tu cites ce polémiste politique, assume à sa manière, avec les excès inhérents, en briseur de certaines idoles.

Prenons l'exemple de la psychanalyse, ceux qui ont soutenu son extension (illégitime le plus souvent) à d'autres domaines, bref qui ont prêché du freudisme (voire du pansexualisme à la kiki geek ) se sont bien vite éloigné d'une discipline (en devenir comme Freud lui-même le précisait) qui reste avant tout une pratique thérapeutique dont Lacan le sophistique ou Dolto la femme de terrain (que lolo jugeait rapidos dernièrement, ça lui épargne la fatigue de la lire mais pas la nôtre de le lire) ont rappelé l'exigence d'une éthique indissociable de cette pratique. Dirais-tu que les dérives idéologiques suffisent à invalider l'hypothèse de l'inconscient dans l'étude de l'appareil psychique nonobstant la critique de certaines analyses tributaires de leur époque ?

Quant à ton exemple du choix amoureux, relevant avant tout de l'existentiel, de l'ouverture à un autre, c'est un cas (particulier car ce n'est pas le modèle de tout choix) non réductible bien évidemment à toutes les théories sur les passions, il illustre néanmoins bien en quoi si ce n'est pas la connaissance qui donne sens, celle-ci peut toutefois y contribuer concernant certains aspects de ce rapport. Se retrancher, non sans humour, derrière ce que tu nommes la liberté d'indifférence (celle dont Cioran rusé sceptique épris de mystique sait non sans malice jouer et déjouer, Jojo te l'expliquerait sans nul doute mieux que moi), c'est oublier qu'elle n'est jamais que le plus bas degré de la liberté.

L'ontologie de la révolte reste simple flamme adolescente si elle se refuse aux rapports de pouvoir qui nous constituent, si elle déroge à ce face-à-face propre avec la modernité ("Maîtres et ouvriers, tous paysans, ignobles. La main à plume vaut la main à Charrue. – Quel siècle à mains !"). Comme le rappelait le poète et résistant René Char dans Fureur et mystère (1962) sur le silence de Rimbaud s'en étant allé en Bamboulie (copyright Dieudo) trafiquer des armes :

Citation :

Tu as bien fait de partir, Arthur Rimbaud !

Tes dix-huit ans réfractaires à l'amitié, à la malveillance, à la sottise des poètes de Paris ainsi qu'au ronronnement d'abeille stérile de ta famille ardennaise un peu folle, tu as bien fait de les éparpiller aux vents du large, de les jeter sous le couteau de leur précoce guillotine. Tu as eu raison d'abandonner le boulevard des paresseux, les estaminets des pisse-lyres, pour l'enfer des bêtes, pour le commerce des rusés et le bonjour des simples.

Cet élan absurde du corps et de l'âme, ce boulet de canon qui atteint sa cible en la faisant éclater, oui, c'est bien là la vie d'un homme! On ne peut pas, au sortir de l'enfance, indéfiniment étrangler son prochain. Si les volcans changent peu de place, leur lave parcourt le grand vide du monde et lui apporte des vertus qui chantent dans ses plaies.

Tu as bien fait de partir, Arthur Rimbaud ! Nous sommes quelques-uns à croire sans preuve le bonheur possible avec toi.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Donotherase
Valet apatride du Grand Capital
Valet apatride du Grand Capital


Masculin
Nombre de messages : 196
Date d'inscription : 21/09/2007

MessageSujet: Re: Crise d'adolescence ?   Ven 18 Jan 2008 - 20:32

Kiki a écrit:
Oui, l'adolescence est et reste tout de même un cap difficile. D'autant plus si la personne ne peut pas s'accepter elle-même. Mais avoue que c'est, bien plus souvent, plus dû à leurs propres adolescences qu'à leur travail d'étudiant.

Le problème, c'est que comme dit plus haut "l'adolescence" est un concept inventé pour faire oublier que c'est le Système qui est résponsable de tout ça.

L'adolescence n'existe pas, le jeune enfant commence à penser, à "vivre" par lui-même et se pose des questions... Il faut voir comment ce "phénomène" est étudier à la télévision par des "psychologues"... Genre les mecs sont tout étonnés "purée vous vous rendez compte ? Il se pose des questions sur le monde et la vie !".

Et alors faut voir les solutions... "Le rassurer" "Le faire suivre" ect... On a l'impression qu'on parle d'un animal.

Dans les faits, l'Etat est censé jouer le rôle du père là où la société représente la mère... C'est à dire que l'Etat est censé prendre en charge le gamin et lui montrer la voie à suivre, pour qu'il se perde le moins possible.

Hors ici c'est tout le contraire qui arrive, comme nous sommes dans un Système basé sur le mensonge, il faut a tout prix éloigné le futur adulte de la Vérité et de la réalité, voilà pourquoi tout est fait pour le perdre, le rendre malheureux et dépressif, de telle sorte à ce que plus tard, quand il se sera convaincu qu'il n'est qu'une merde et que tout les rêves et tout ce qui le portait petit est brisé, et bien il baise tranquillement le cul du gentil Système qui viendra le sauver en lui proposant une chaîne confortable pour l'enchaîné à un système de pensée qui le sauvera de toutes ces erreurs et de tout ces égarements... Dont on l'aura convaincu qu'il est le seul résponsable.

Dans ce processus nous pouvons remercier les psys qui jouent un rôle majeur dans le fait de convaincre un bonhomme que tout est de sa faute.

Soral en parle dans une de ces vidéos, l'important, c'est que parmis toute cette jeunesse damnée, les quelques individus isolées qui sont réellement déstinées à autre chose qu'à bouffer du foin, arrivent à se regrouper et à se rendre compte que ce ne sont pas eux qui ont un problème, mais les autres.

Il ne faut pas se leurrer, on le sait les masses sont bêtes, faites pour être diriger par un Etat "totalitaire", et dans se sens on peu dire que n'importe quel type de système est forcément "totalitaire", puisque le peuple ne peut pas être dirigé autrement.

Et lorsque les moutons sont paniqués et tombent dans un ravin, c'est la faute au berger pas aux moutons.

Ici non seulement on ne les empêche pas d'y aller, mais on les y pousse de force !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Crise d'adolescence ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Crise d'adolescence ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Crise chez mes beaux parents :-(
» comment en cas de crise se décontracter?
» Je suis en crise depuis 3 jours
» Que faites vous en cas de crise ?
» Crise d'angoisse sur crise d'angoise !!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE FORUM DES ÉGARÉS :: PLACE DE GRÈVE-
Sauter vers: