LE FORUM DES ÉGARÉS




Post mortem nihil est
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Nos institutions « éducatives » dégénérées

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
JOHN
Austère anachorète
Austère anachorète
avatar

Masculin
Nombre de messages : 808
Age : 42
Localisation : Un monde de (sales) cons
Date d'inscription : 09/12/2006

MessageSujet: Nos institutions « éducatives » dégénérées   Jeu 14 Déc 2006 - 13:41

Sur son site internet (alainsoral.com), dans « Affaire Sciences Po/Soral » (13-12-2006) Alain Soral nous donne une très belle « lettre de soutien d’un étudiant israélien face à l’attitude inacceptable de monsieur Descoings”. »
Voici un passage de cette lettre :

« Pour ce qui est de la communauté juive, nous avons effectivement affaire a un monde a part entière, dans lequel les enfants vont des leur plus jeune âge en école privées pour la plupart religieuses […]

A mon sens, l'isolement communautaire, donc physique et intellectuel dont une partie de la population juive française fait preuve n'est pas acceptable, dans la mesure où nombre d'entre eux font primer leurs intérêts personnels ou communautaires sur l'intérêt commun, la république. »

Ce passage m’a rappelé le cas bien pire de nos fausses élites "républicaines" hypocrites qui sont elles-mêmes une communauté vivant dans « un monde à part entière »... montrant, de ce point de vue, qu’on ne peut tenir rigueur aux communautés religieuses (quelles soient juives, musulmanes ou catholiques) de mettre leurs enfants dans leurs propres écoles privées dès que c'est possible.

Ainsi que le rappelle ce passage du Docteur Louis Nghiem dans Les arts et l’équilibre mental (éditions de Paris, 2006), p. 13-14 :

« Les hommes [politiques] « de gauche » [pas si bêtes, pour eux-mêmes, ils prennent bien soin] de retirer leur progéniture des écoles de la République [qu’ils laissent pour les gosses des autres], complètement ravagées, infiltrées, noyautées et contrôlées par les gauchistes (marxistes mâtinés de freudisme), pour les confier aux écoles libres [ou privées], souvent organisées par des catholiques et des curés, naguère insultés et vomis par les « progressistes » [et par tous ces gens-là, désormais bien contents de trouver du personnel compétent, à qui confier leur progéniture, aux méthodes d’éducation qui ont fait leur preuves depuis longtemps]. Il est maintenant largement admis [avec des résultats scolaires de plus en plus désastreux] que notre très chère (et coûteuse) Éducation nationale [Laïc de la "République"] est incapable de former l’intelligence. […]
Seuls, les gens dotés de la même sensibilité pourront vivre ensemble, avoir les mêmes espérances, et finalement former une nation commune. » [1]

+ CÉLINE (1894-1961) avait déjà prévu décrit la merde de l’éducation publique actuelle dans Les Beaux Draps (1941) de p. 115 à 124 :

« Vous dites : « Le peuple a aucun goût ! Il aime que le faux, les ordures… »
Où qu’il aurait pris son goût ? Pas de l’école, on l’apprend pas. On se désintéresse du goût, de l’enthousiasme, de la passion, des seules choses utiles dans la vie… On apprend rien à l’école que des sottises raisonnantes, anémiantes, médiocrisantes, l’air de tourner con rabâcheur. Regardez les petits enfants, les premières années… ils sont tout charme, tout poésie, tout espiègle guilleretterie… Á partir de dix ans, douze ans, finie la magie du prime saut ! mués louches sournois butés cancres, petits drôles plus approchables, assommants, pervers, grimaciers, garçons et filles ragoteux, crispés, stupides, comme papa et maman. Une faillite ! presque déjà parfaits vieillards à l’âge de 12 ans ! Une culbute des étoiles en nos décombres et nos fanges !

Un désastre de féerie.

Quelle raison ? La puberté ? Elle a bon dos ! Non ! parce que dressés tout de suite en force, sonnés d’emblée dès l’école, la grande mutilante de jeunesse, l’école, leur aura coupé les ailes au lieu de leur ouvrir toutes grandes et plus grandes encore ! L’école n’élève personne aux nues, elle mutile, elle châtre. Elle ne crée pas des hommes ailés, des âmes qui dansent, elle fabrique des sous-hommes rampant qui s’intéressent plus qu’à quatre pattes, de boustiffes en égouts secrets, de boîtes à ordures en eaux crasses.

Ah ! C’est vraiment le plus grand crime d’enfermer les enfants comme ça pendant des cinq et dix années *** pour leur apprendre que des choses viles, des règles pour mieux s’ahurir, se trivialiser à toutes forces, s’utiliser l’enthousiasme aux choses qui s’achètent, se vendent, se mangent, se combinent, s’installent, dilatent, jubilent Capital, qu’on roule avec, qu’on trafique, […] à la grouillerie des brutes d’achat. […]

L’école des bourrages ressassages, des entonnades de fatras secs nous conduit au pire, nous discrédite à jamais devant la nature et les ondes… » (p. 115-117) *

* + Voir aussi les citations de L'Ecole des cadavres (1938) données dans l'ANNEXE de ce post : http://kalayuga.frbb.net/boite-a-lettres-f15/le-pen-le-roi-et-limpasse-de-la-republique-t234.htm

*** + Unabomber dans Manifeste : L’avenir de la société industrielle (éd. Du Rocher, 1996),
au Chap. « La restriction de la liberté est inévitable dans la société industrielle », §115, p. 118 :

« Le système DOIT forcer les gens à se conduire d’une manière toujours plus éloignée du comportement naturel des êtres humains. Par exemple, le système a besoin de scientifiques, de mathématiciens et d’ingénieurs. Il ne peut fonctionner sans eux. On exerce ainsi sur les enfants une forte pression pour qu’ils excellent dans ces matières.

Il n’est pas naturel qu’un adolescent passe le gros de son temps assis à un bureau, le nez dans ses bouquins. S’il est normal, il veut se confronter au monde réel. Chez les peuples primitifs, les choses qu’on enseigne aux enfants sont généralement en rapport harmonieux avec les désirs humains.

Dans les tribus indiennes par exemple, les garçons étaient exercés à des poursuites en plein air – exactement le type d’activité dont les garçons raffolent. Mais, dans notre société, les enfants sont forcés d’étudier les matières techniques, ce que la plupart d’entre eux font à contrecoeur. »


+ Céline (1894-1961) dans D’un château l’autre (1957), p. 90, 148 :

« La prison n’est-ce pas c’est l’école, vous y avez été ? pas été ?... les vraies leçons !... ceux qu’ont pas été, même nonagénaires, et mèche, sont que des sales puceaux bavardeux cabotins, gratuits… ils causent et savent pas !... » (p.90)

« Nobert Loukoum [=Jean Paulhan], je le fais exprès, ça l’emmerde, je lui parle exprès du cabanon… il y a jamais été pardi !... lui !... ni Achille !... [=Gallimard] Malraux non plus… Mauriac non plus… et le fœtus Tartre !... [= Sartre] et Larengon !... [=Aragon] la Triolette aux cabinettes !... comme ça toute une clique fins madrés !... l’élite « tourneveste » !... qu’arrêtent pas de jouer les effrayants !... […] et qui sont que des mous !... des « retraités » de naissance… dès après le biberon, la nourrice un peu langoureuse, le cher lycée, le petit ami de cœur, « l’emploi réservé ! » hop ! dix douze dépiautements, renfilements de chandails… ç’en est fait ! la forte pension Caméléon ! gagné !... pension « indexée » !... et la Promenade des Anglais !... un peu de pissotière… distinction !... l’Académie !... Richelieu !... les croûtons !... pas payeurs !... jamais !... payés toujours ! » (p.148) *
* [+ p. 200 : « « gratuits » tous !... jamais payeurs !... »]


[1] = Schopenhauer (1788-1860) dans Aphorismes sur la sagesse dans la vie, p.76 :

« Chacun ne peut réellement comprendre et apprécier que ce qui lui est homogène. Or l’homogène pour l’homme borné, c’est ce qui est borné ; pour le trivial, le trivial ; pour l’esprit diffus, c’est le diffus, et pour l’insensé l’absurde ; ce que chacun préfère, ce sont ses propres œuvres, comme étant entièrement de la même nature. »

+ dans Parerga & Paralipomena, Chap. « Sur le jugement, la critique & la gloire », §.241, p. 781 :
« La source de tout plaisir est l’homogénéité. Pour notre sens de la beauté, notre propre espèce, et dans celle-ci notre propre race, sont indiscutablement les plus belles choses pour nous. En matière de relations sociales aussi, chacun préfère nettement celui qui lui ressemble ; ainsi, pour un imbécile, la fréquentation d’un autre imbécile est infiniment plus agréable que celle de tous les grands esprits réunis. »

+ Alain Soral dans Sociologie du dragueur, p. 92 :
« L’expérience, si elle peut se raconter, ne peut être comprise que par un individu de même sensibilité. (…) Il n’y a pas de communication possible sans communauté sensible. »]


Dernière édition par JOHN le Jeu 10 Juil 2008 - 0:16, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Nos institutions « éducatives » dégénérées   Ven 15 Déc 2006 - 3:10

C'est une question délicate l'éducation .
Personellement j'ai moi aussi commencé à me désintéresser de celle-ci vers l'âge de 12 ans .
Passer des journées à m'ennuyer profondément à entendre des discours préfabriqués et sans passion , c'était pour moi une source d'anxiété le soir .
J'ai d'ailleurs raté énormément de cours grâce au fait que cette anxiété se traduisait en troubles physiques .

Les années passèrent et j'eu 15 ans , je ne rêvais que d'une chose , en avoir fini avec toute cette merde et je découvris par hasard , pendant le temps d'une récréation , qu'un monde que j'avais jusque là ignoré , s'offrait à moi .
Celui des drogues , un monde plus mature que celui de l'école , qui me proposait plus d'amusement et de découvertes que tout ce que l'école m'avait offert jusque là .

Bon vous l'aurez compris , je n'ai pas eu l'équivalent du Bac à 18 ans , ni à 20 ans d'ailleurs ...
Je suis passé totalement à côté de l'école en gros . Donc là ou je venais en venir par ce déballage , c'est que selon moi c'est le système éducatif qui est la première cause de de l'absentéisme scolaire et de la hausse constante de la consommation de drogue parmi les plus jeunes .

Quoiqu'il en soit , ce qui me chagrine le plus , c'est que énormément de jeunes passent à côté des opportunités que la vie peut leur offir , à cause de ce système .

J'ai repris des études universitaires peu après , grâce à un concours spécial organisé à la base pour les étudiants étrangers n'ayant d'équivalence officielle . Mais ça aurait très bien ne pas être le cas .

Et bref , je trouves que c'est un innomable gachis, que plein de jeunes passent à côté d'une conception plus évoluée de ce qu'est le savoir, demeurant à peu près ignorants toute leur vie , uniquement parceque un système scolaire totalement inadapté , broie en quelque sorte , la projection qu'ils peuvent se faire d'eux même dans un futur plus éclairé .

Oui je crois qu'il est temps de rendre l'école plus intéressante , plus libre , plus vivante , plus enrichissante , pour donner à ces nouvelles générations une plus grande chance , d'aimer la connaissance , d'aimer la société , d'aimer les autres et eux même.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Malheureusement vrai   Sam 16 Déc 2006 - 0:41

C'est dommage.
Dramatique, mais vrai.

L'education nationale est devenu le complement culturel de la television.

On apprend des tas de choses qu'on oublie dès le lendemain. On se lève pour aller en cours comme les ouvriers partent le matin pour leur usine. Et de baratin en baratin, la jeunesse est litteralement abrutit par un discours sans vie dont l'intérêt n'est même plus compris par les professeurs eux-mêmes.

Le christianisme a fait un crime vis-à-vis de l'humanité, il a fait hair et mepriser la morale. L'education nationale a, elle aussi, son crime: elle fait hair et mépriser le savoir et la culture.

Je crois que la civilisation occidentale va vers sa mort definitive pour ce siecle si les gens ne se rendent pas comptent qu'on est en train de tuer notre avenir.


Dernière édition par le Sam 16 Déc 2006 - 23:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
JOHN
Austère anachorète
Austère anachorète
avatar

Masculin
Nombre de messages : 808
Age : 42
Localisation : Un monde de (sales) cons
Date d'inscription : 09/12/2006

MessageSujet: ESCROQUERIE DE L’ÉDUCATION MODERNE   Sam 16 Déc 2006 - 16:43

Raffy a écrit:

L'education nationale est devenu le complement culturel de la television.

On apprend des tas de choses qu'on oublie dès le lendemain. On se lève pour aller en cours comme les ouvriers partent le matin pour leur usine. Et de baratin en baratin, la jeunesse est litteralement abrutit par un discours sans vie dont l'intérêt n'est même plus compris par les professeurs eux-mêmes.


Subversivio : JOHN, tu commences à saouler ... ce n'est ps la 1ère fois qu'on te demande d'arreter ton manège ... tu fais un effort STP ... Merci
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gérard Miller
Idiot utile
Idiot utile
avatar

Masculin
Nombre de messages : 578
Date d'inscription : 30/11/2006

MessageSujet: Re: Nos institutions « éducatives » dégénérées   Lun 18 Déc 2006 - 13:31

John, je dois faire mes courses mes je sais pas quoi prendre.

Tu peux me faire une liste SVP ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Nos institutions « éducatives » dégénérées   Mer 20 Déc 2006 - 8:31

Moi je pense que le mérite joue encore et qu'il faut juste se sortir les doigts du cul pour y arriver... L'éducation nationale donne de très mauvaises chances de réussir à tous le monde...

Elle abaisse les meilleurs et laisse les moins bons moisir.... donc celui qui s'en sort c'est celui qui s'adapte au milieu scolaire comme il aurait pu s'adapter à n'importe quel milieu.... C'est celui qui s'en sortira quoi qu'il arrive... Bref un peu de nerf, un peu de beuh.... Cool et vive l'éducation nationale comme tremplin Super
Revenir en haut Aller en bas
Christie
Valet apatride du Grand Capital
Valet apatride du Grand Capital


Féminin
Nombre de messages : 135
Age : 29
Date d'inscription : 16/08/2007

MessageSujet: Re: Nos institutions « éducatives » dégénérées   Lun 27 Aoû 2007 - 19:12

Petit Proverbe de Christie :


"Sèche tes cours, tu seras un cancre. Mais au moins tu le sauras et tu comprendras pourquoi."

La vérité c'est qu'on devient personne si on ne cherche pas autre chose que l'école pour apprendre. C'est à l'école que j'ai appris la jalousie, l'hypocrisie, la violence et le harcèlement moral. On grandit en écoutant le discours ambiant, c'est-à-dire que l'école est pour tous et qu'elle offre les mêmes chances à tous mais plus on avance et plus on se rend compte que rien n'est plus faux.


PS : John, et si tu synthétisais ? Par exemple en citant moins, mais en parlant plus avec ta sensibilité, qu'elle puisse faire echo avec celle de la communauté ?


Dernière édition par le Lun 27 Aoû 2007 - 19:30, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Nos institutions « éducatives » dégénérées   Lun 27 Aoû 2007 - 19:14

Citation :
Y-a-t-il vraiment besoin d'une institution scolaire de qualité pour apprendre à ouvrir un dictionnaire de temps en temps ?

non, effectivement car pour moi l'institution, aujourd'hui, tue les bonnes volontés et les vocations sincères...l'institutionnalisation est arrivée à saturation ! ma patience aussi !


Dernière édition par le Lun 27 Aoû 2007 - 19:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
franck
Valet apatride du Grand Capital
Valet apatride du Grand Capital


Masculin
Nombre de messages : 202
Date d'inscription : 06/12/2006

MessageSujet: Re: Nos institutions « éducatives » dégénérées   Lun 27 Aoû 2007 - 19:23

Un rapport sévère pour l’école primaire :

http://www.liberation.fr/actualite/societe/274393.FR.php


Un rapport c'est bien, mais après ? J'attends les réponses de notre Président.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Nos institutions « éducatives » dégénérées   Lun 27 Aoû 2007 - 19:42

Christie a dit :
Citation :
PS : John, et si tu synthétisais ? Par exemple en citant moins, mais en parlant plus avec ta sensibilité, qu'elle puisse faire echo avec celle de la communauté ?

mais du coup John ne serait plus John....

Nonobstant cela, j'avoue que je ne lis pas tous tes post, John, à cause de la densité de la mise en page...mais j'aime bien parfois avoir des extraits de Céline, Cioran sous les yeux, une phrase ou deux par jour, c'est pas mal...après c'est indigeste pour mon petit cerveau de femme...
Revenir en haut Aller en bas
ajax
Résistant anti-système
Résistant anti-système
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1521
Date d'inscription : 21/11/2006

MessageSujet: Re: Nos institutions « éducatives » dégénérées   Mar 28 Aoû 2007 - 22:27

auguste-dupin a écrit:
franck a écrit:
ahmad al faransavi a écrit:
Je partage le constat d eCeline sur le fait que les gosses deviennent mauvais ...
Noel aussi écrit des choses qui corespondent àmon sentiment : je me suis ennuiyé àmourir et la decouverte des livres d'Aldous Huxley était quelques chose de bien plus stimulant, je m'interessait aussi au freudo-marxisme via wilhem riech, Marcuse , j' etais tombé sur Reich au CDi ...
Il y a un ehypocrisie dailleurs souligné par des critique neo-marxistes du liberalisme -libertaire qui d'un point de vue marcusien n'est pas si libertaire que ça ; slognas, slogans, slogans ! ...peu de gens s'eclatent en réalité je veux dire, pas les moyens ! ...
je sais que les Soalliens n'aiment pas les soixantes ards mais la lecture de l"hommes unidimensionnel" de Marcuse reste un bon passe temps jhe trouve, les guignols qui se revendique de cette pensée -qui n'est pas la mienne bien sûr, sont loin d eMarcuse quand meme !
je suis au bouylot je sois vous quitter
Y-a-t-il vraiment besoin d'une institution scolaire de qualité pour apprendre à ouvrir un dictionnaire de temps en temps ?

J e ne vois là que très peu de fautes d'orthographes, stricto sensu. Ce sont principalement des fautes de frappe au clavier, dues au va-et-vient entre écran et clavier (manque de pratique) bien plus qu'à un manque d'application.
Conseiller une relecture aurait été plus pertinent...mais moins méprisant, n'est-ce pas?

juju333diablo a écrit:

Ne serait-il pas plus intéressant pour toi de développer ton propre point de vue puis de citer tes prestigieuses références (l'auteur, l'ouvrage et les pages suffiront) ?
Crois-moi, les plus courageux d'entres nous se feront toujours un plaisir d'aller vérifier.
les moins nombreux et les plus nantis d'entre nous, surtout!
"Bagatelles ..." n'ayant jamais été re-edité, cela sent le cordon sanitaire et la prophylaxie.
Il faut les croire sur parole!
Pas montrable, mais pas innommable, ne reste que la réputation monstrueuse...qui empêche de dormir, et comme chacun sait, personne n'aspire à se réveiller.
John, sale anti-dodo, laisses nous réintegrer les limbes de notre sommeil collectif.
juju333diablo a écrit:

Comptant sur ta bonne volonté.
et notre crédulité.
------------------------------------------------------------------------------
ahmad al faransavi a écrit:
Oui j'eatis au boulot et des fautes de frappes se sont immisséés la pratiues des langues etrangéres se fait parfois aussi d'une certaine qualité, je veux dire qu'on en arrive à ne plus trouver le mot en Français ...merc i Auguste et pour votre accueil. !

Sinnon on trouve Bagatelle pour un masacre sur des sites spécialisés ... il faut chercher on télécharge gratuit ...

> commentaire de Moderator : Firefox fournit une extension "dictionnaire-correctionnaire orthographique" qui souligne les mots écrits de manière incorrecte lorsque vous rédigez un post. Il suffit de cliquer à droite une fois le mot pointé avec le curseur et de rectifier la graphie avec celle proposée en généra dans la colonne affichée. C'est simple d'usage et utile à une meilleure rédaction.
Bagatelles n'a jamais été réédité à la demande de Céline puis de Lucette Almanzor, sa femme devant monsieur le Maire. Elle s'est opposé à la réédition car ce livre, c'est toute la souffrance de ses jeunes années en France, en Allemagne et au Danemark. Respectons sa volonté.

PS - moi je l'ai acheté avant qu'internet se démocratise. C'était un petit bouquiniste des quais de la Seine qui le vendait sous le manteau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ritoyenne
Le niveau à son plus haut, t'entends ?!
avatar

Masculin
Nombre de messages : 798
Age : 34
Date d'inscription : 25/02/2007

MessageSujet: Re: Nos institutions « éducatives » dégénérées   Mar 28 Aoû 2007 - 22:31

Nous chez paris4philo.org on le fournit, mais uniquement sur demande par mail. On peut pas le donner directement en download sur le site, de peur d'avoir des soucis (ce ne serait pas le premier site overblog ayant des soucis avec ça).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ajax
Résistant anti-système
Résistant anti-système
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1521
Date d'inscription : 21/11/2006

MessageSujet: Re: Nos institutions « éducatives » dégénérées   Mar 28 Aoû 2007 - 22:34

moi je les ai tous mais bon je les file à personne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dante LXXXVI
Valet apatride du Grand Capital
Valet apatride du Grand Capital
avatar

Masculin
Nombre de messages : 81
Age : 14
Date d'inscription : 16/06/2007

MessageSujet: Re: Nos institutions « éducatives » dégénérées   Mar 28 Aoû 2007 - 22:34

Je me suis pris un avertos sur ebay pour l'avoir mis en vente. king
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomas Demada
Marxiste tendance Groucho
Marxiste tendance Groucho
avatar

Masculin
Nombre de messages : 671
Age : 36
Localisation : VoxNR Nancy
Date d'inscription : 29/11/2006

MessageSujet: Re: Nos institutions « éducatives » dégénérées   Mar 28 Aoû 2007 - 22:44

ahmad al faransavi a écrit:

Sinnon on trouve Bagatelle pour un masacre sur des sites spécialisés ... il faut chercher on télécharge gratuit ...

Un p'tit message privé et un bisou en pixels, ça permet d'avoir les trois "interdits", et gratuit en plus...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.voxnr.com
Invité
Invité



MessageSujet: Evolution de l'enseignement.   Dim 2 Déc 2007 - 20:31

(je retrouve pas mal de vieilleries)
http://www.unite-francaise.org/spip.php?article154

Qui a dit que les maths étaient une science exacte, donc immuable ?

Extraits du : programme du cours élémentaire français 2ième année, au fil des années :

Enseignement 1900 :
Un paysan vend un sac de pommes de terre pour 100 Frs. Ses frais de production s’élèvent aux 4/5 du prix de vente.
Quel est son bénéfice ?

Enseignement traditionnel 1967 :
Un paysan vend un sac de pommes de terre pour 100 Frs. Ses frais de production s’élèvent aux 4/5 du prix de vente, c’est-à-dire a 80 Frs.
Quel est son bénéfice ?

Enseignement moderne 1970 (suite à mai 68) :
Un paysan échange un ensemble P de pommes de terre contre un ensemble M de pièces de monnaie. Le cardinal de l’ensemble M est égal a 100 et chaque élément M vaut 1 Franc.
Dessines 100 gros points représentant les éléments de l’ensemble M.
L’ensemble F des frais de production comprend 20 gros points de moins que l’ensemble M.
Représente l’ensemble F comme un sous-ensemble de M, et donnes la réponse a la question suivante : Quel est le cardinal de l’ensemble B des bénéfices ? (A dessiner en rouge).

Enseignement rénové 1983 (suite à la réforme Jack Lang) :
Un agriculteur vend un sac de pommes de terre pour 100 Frs. Les frais de production s’élèvent a 80 Frs et le bénéfice est de 20 Frs.
Devoir : souligne le mot "pommes de terre" et discutes-en avec ton voisin.

Enseignement reformé 1991 (mise en application du plan Jospin "objectif neutralité dans l’éducation nationale") :
1 paizant kapitaliste privilegié senrichie injustement de 20 Frs sur 1 sac de patat.
Devoir : Analize le text et recherch les fôtes de contenu de grammere d’ortografe de ponctuation et ensuite di se que tu panse de sette maniaire denrichir cé connécence.

Enseignement assisté par ordinateur 1997 (entré en mesure du programme Juppé sur la modernisation de l’enseignement) :
Un producteur de l’espace agricole câble consulte en conversationnel une databank qui display le day-rate de la patate. Il load son progiciel de computation fiable et determine le cash-flow sur écran bit-map (sous ms/dos).
Dessine avec ta souris le contour intégré 3D du sac de pommes de terre, puis logues-toi au network par 3615 CODE BP (Blue Potatoe) et suis les indications du menu.


Enseignement amélioré de 2000 (application de la Circulaire Royal contre les discriminations) :
Un paysan produit 100 patates par m², l’Etat lui demande de rétribuer des parts aux personnes injustement discriminés. 30% pour sa femme, 20% pour les jeunes victimes de racisme, 10% pour les handicapés et le reste pour le financement des régimes spéciaux des agents de la RATP.
Devoir : Discutez de la part que l’Etat doit reverser au paysan pour son travail.

Enseignement 2003 (programme de lutte contre la male bouffe) :
Au Mc Donald, Quick ou Pizza Hut, on trouve des choses jaunes et graisseuses à base d’un produit agricole qui nécessite un travail manuel.
Devoir : Qu’est-ce qu’une pomme de terre ?

Enseignement de 2006 (décret sur l’apprentissage du respect) :
100 jeunes fument des plantes vertes et piétinent un terrain en friche en écoutant un bruit fort. Ils frappent malencontreusement un vieil homme habitant là qui leur refuse l’accès.
Devoir : Avec tes camarades, discutent de l’argumentation à tenir pour réquisitionner le bien d’autrui.


Enseignement de 2015 :
Qu’est-ce qu’un paysan ?[center]
Revenir en haut Aller en bas
JOHN
Austère anachorète
Austère anachorète
avatar

Masculin
Nombre de messages : 808
Age : 42
Localisation : Un monde de (sales) cons
Date d'inscription : 09/12/2006

MessageSujet: SUPPRIMONS l'ECOLE ET LES CRECHES   Ven 25 Jan 2008 - 18:54

En rapport direct avec mon premier post de ce fil il y a en particulier ce passage (également en rapport avec notre actualité des grèves régulières du personnel de l’« éducation nationale »), vers la fin du « roman » incroyable de Robert Dun (1920-2002) – que je viens de finir – LE GRAND SUICIDE, 1914 - 1939 – 19.. ? (1984) – ou dispo à la diffusion du lore – vers la fin du (dernier) chap. « La « paix » », p.276-277 :
Citation :
Après que sa femme lui ait conseillé de tenter une année de plus dans l’enseignement [comme professeur d’Allemand] Il accepta mais ne tint que trois mois. Il eut la tentation d’écrire la lettre de démission la plus insolente qu’une administration ait jamais reçue. Puis il se dit que ces gens n’étaient même pas dignes d’un témoignage ouvert de mépris.

Il alla tout de même trouver le proviseur pour lui expliquer sa décision : « Je suis un homme irrémédiablement gâté. J’ai passé 16 années, les meilleures de ma vie, parmi les paysans kabyles, des hommes capables de droiture et de courage. Ici je n’ai trouvé que la démission et l’hypocrisie à tous les niveaux de responsabilité : des parents qui se débarrassent des enfants sur l’école, des enseignants qui cachent le désastre scolaire aux parents, des programmes où le bluff le dispute à l’incohérence, des inspecteurs prétentieux et bornés, des ministres de l’ordre – contre ordre – du désordre. Et tout cela est maintenant en train de s’aplatir devant des gamins aussi vides qu’insolents, les seuls excusables au sein de cet infect marécage, car ils ont été tués dans leur âme par les adultes. Alors continuez sans moi ce massacre des innocents, ces grèves pour le fric, ces bulles nauséabondes dans le cloaque du nivellement par le bas. (...) ».
+ dans Les confidences d’un Loup-Garou (1971), p.138, 145 :
Citation :
– Puisque vous êtes tous trois de la même usine, autrement dit puisque vous gagnez votre beefsteak en enseignant les populations, dis-nous un peu comment tu verrais la réforme de l’éducation.

Les jeunes passent beaucoup trop de temps à l’école. Happés à quatre ou cinq ans par l’engrenage scolaire, ils en sont recrachés entre quinze et vingt-cinq ans, complètement dépersonnalisés. (1)

Les gosses n’ont nul besoin d’aller à l’école avant l’âge de sept ou huit ans. C’est le bel âge pour apprendre à lire sans effort. Ensuite, il faudrait les intégrer dans la production par le bas de l’échelle, les laisser travailler de bonne heure, comme ils en meurent d’envie, au lieu d’en faire des ingénieurs qui ne savent pas guider une lime et qui sont myopes et bossus d’avoir trop bouquiné. Ainsi on en ferait des travailleurs capables, modestes, équilibrés, au lieu d’en faire des grandes gueules et des aigris.

– Il faut tout de même bien des ingénieurs, même dans une société artisanale.

– Il en faudrait beaucoup plus dans une société artisanale machiniste que dans la société industrielle. Mais il n’est nul besoin de devenir ingénieur à vingt cinq ans ; on peut le devenir plus valablement à quarante ans, après vingt ans d’expérience professionnelle.

– Et les sciences humaines ?

– Elles sont les plus faciles à acquérir par simple érudition. » (p.138)

« Il faut diminuer considérablement la part de l’école. Il faut supprimer les écoles maternelles et les garderies d’enfants, rendre leur rôle à la famille et à la femme.

Muni de la lecture, de l’écriture, du calcul, d’un peu de géographie et de sciences naturelles, l’enfant doit être intégré à quatorze ans dans la production.

Il doit apprendre à se servir des outils et des machines. Et c’est parallèlement à sa vie professionnelle et selon un rythme voulu par lui que doivent avoir lieu sa formation technique, technologique, puis scientifique. Ainsi, au lieu d’ingénieurs de vingt cinq ans, blancs-becs malades, inexpérimentés et prétentieux, nous aurons des ingénieurs de quarante ou cinquante ans restés jeunes parce qu’ils auront eu une vie équilibrée, riches d’une expérience à la fois professionnelle et humaine.

L’engeance aliénée des technocrates disparaîtra en même temps que le capitalisme et les politicards. » (p.145)

+ Voir aussi cet excellent récent post que donotherase nous a gratifié :
http://kalayuga.frbb.net/mondo-2008-f5/crise-d-adolescence-t2729-20.htm#57258

+ (re)Voir aussi ce post en réponse à l’escroquerie de « l’orientation scolaire » des gosses par « l’éducation nationale » (et mon cul sur la commode) :
http://kalayuga.frbb.net/hybride-f6/etre-autonome-t2395-20.htm#49522

(1) En Finlande les enfants passent 30 % moins de temps à l'école qu'en France (qui a l'un des résultats/classements les plus mauvais en Europe, contrairement au système éducatif Finlandais)...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nos institutions « éducatives » dégénérées   

Revenir en haut Aller en bas
 
Nos institutions « éducatives » dégénérées
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cours d'institutions administratives
» Droit des institutions publiques
» cour de droit et institutions européennes
» le cours histoire des institutions
» urgent: cours d'institutions romaines

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE FORUM DES ÉGARÉS :: PLACE DE GRÈVE-
Sauter vers: