LE FORUM DES ÉGARÉS




Post mortem nihil est
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Partagez | 
 

 Satanisme, Luciférisme, messe noire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Jay
Adepte de la cabale
Adepte de la cabale


Masculin
Nombre de messages: 261
Age: 29
Date d'inscription: 24/10/2007

MessageSujet: Citroën et le Diable!   Mer 31 Oct 2007 - 20:00



Amis bigots, je vous convie à vous offrir une Citroën. Euh

PS: de quoi être parano Hé


Dernière édition par le Mer 31 Oct 2007 - 21:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zatopek
Adepte de la cabale
Adepte de la cabale


Masculin
Nombre de messages: 299
Age: 44
Localisation: Saone-et-Loire
Date d'inscription: 23/06/2007

MessageSujet: Re: Satanisme, Luciférisme, messe noire   Mer 31 Oct 2007 - 20:12

...t'as pas un truc du même accabit sur le toblerone...chaque morceau est en forme de pyramide...
Ptdr2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur Choron
Tapette bobo du tertiaire
Tapette bobo du tertiaire


Masculin
Nombre de messages: 27
Age: 34
Localisation: Elsass frei !
Date d'inscription: 25/10/2007

MessageSujet: Re: Satanisme, Luciférisme, messe noire   Mer 31 Oct 2007 - 20:36

Dire que j'ai précisément une Saxo bleu Grand Orient... Le bleu est aussi la couleur du Diable selon certaines traditions...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Steve
Valet apatride du Grand Capital
Valet apatride du Grand Capital


Masculin
Nombre de messages: 140
Date d'inscription: 28/01/2007

MessageSujet: Re: Satanisme, Luciférisme, messe noire   Mer 31 Oct 2007 - 20:45

La nouvelle C5 est pas mal tout de même, pour une fois qu'un designer français de l'automobile nous pond un truc potable...






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Satanisme, Luciférisme, messe noire   Lun 10 Déc 2007 - 1:43

Satanisme, Luciférisme, messe noire

Les différents visages du démon

L’étoile du matin que nous appelons Vénus s’est appelée Lucifer pendant toute l’antiquité. Le tandem mythique Vénus-Lucifer, Amour et Sagesse, réunis dans un symbole androgyne, constitue la manifestation Divine.

Dans l’arcane XV du tarot de Marseille restauré, Le Diable, on découvre un être, avec seins de femmes et phallus, qui élève une torche au milieu de l’obscurité des enfers.
Aujourd’hui l’Eglise donne au Diable le nom de « ténébreux », alors que dans le Livre de Job, il s’appelle Fils de Dieu, la brillante étoile du matin, Lucifer.
Parmi les monstres de l’inconscient, Lucifer-Vénus porte une lumière qui n’est autre que la lumière de l’artiste créateur. Il est libre, n’a pas de maitre, n’appartient ni à l’ici ni au Là-bas, refuse toute définition, et n’analyse pas, mais amalgame.
Dans le tarot, et aussi dans la tradition ésotérique, le Diable est couvert d’yeux, parce qu’il n’a ni peur de voir, ni de se voir.
Lucifer connait le profond secret du regard…L’artiste inspiré voit des images qui lui servent de connexion avec l’Autre Monde, un univers d’êtres surnaturels.



L’Eglise de Satan

En 1534, Rabelais décrit ainsi, dans le Livre de « Gargantua », la philosophie de l’utopique abbaye de Thélème qu’il a inventé : « Toute leur vie était dirigée non par les lois, statuts ou règles, mais selon leur bon vouloir et libre arbitre. Ils se levaient du lit quand bon leur semblaient, buvaient, mangeaient, travaillaient, dormaient quand leur désir leur venait…Toute leur règle tenait en cette clause : FAIS CE QUE VOUDRAS. »

Aleister Crowley s’inspira largement de la création de l’auteur Français pour fonder en 1921 en Sicile, sa propre société mystique appelée « Abbaye of Thelema ».
Dans ce temple, sur fond de théories mariant religion païenne, philosophie chinoise, astrologie, tarot et yoga, il se serait livré pendant deux ans entouré de disciples, à toutes sortes de pratiques magiques, d’orgies sexuelles voire à des rituels démoniaques incluant des sacrifices ?
C’est à cette époque qu’il publie son premier roman « Journal d’un démon drogué » dans lequel, entre deux études sur les effets de diverses drogues (avec une préférence pour l’héroïne) sur son corps et son intellect, il défend les dogmes qui guident la communauté de son abbaye de Thélème. Une religion personnelle née à la fois d’une haine du christianisme et d’une révélation « divine » tandis qu’il était en Egypte, qui lui inspira de nombreux essais dont « the Book of the law » 1904 ou bien « Holly Books of Thelema » (1907/1911).
Extrêmement cultive, auteur prolixe et joueur d’échecs hors pair, cet esprit génial et dérangé a finit ses joueurs seul, pauvre et bourré d’opium, en décembre 1947.
Son œuvre continue de fasciner. Perpétué par les « Thélèmistes » purs et durs, reprise en partie par Ron Hubbard fondateur de l’Eglise de Scientologie, ou bien encensée par les rock stars.
Aleister Crowley apparait sur la mythique pochette du « Sergent Pepper’s Lonely Hearts Club Band » des Beatles, inspire Jimmy Page ou Ozzy Osbourne dans leurs compositions.
Crowley qui se faisait appelé la Grande Bête, en réaction aux préceptes anglicans dont sa propre mère l’avait nourri avec dégout toute son enfance, est considéré pour beaucoup comme le premier sataniste avant l’heure. Tout au moins avant la création par Anton Lavey de l’Eglise de Satan, le 30 Avril 1966.
Cerné par les mouvements hippies dont il exècre les idéaux, Lavey décide de fonder sa propre religion, ou plutôt philosophie, matinée de thèses darwinistes, d’élans nietzschéens et de rejets anticléricaux. Aux Etats-Unis en vertu du premier amendement qui protège de façon quasi absolue l’établissement et l’exercice d’un culte, cette démarche est monnaie courante…

Rien ne prédestinait cet homme, né Howard Stanton Levey, à devenir la figure charismatique de ce mouvement ample et puissant qui allait lui survivre.
Touche à tout : hypnotiseur, dompteur de lions, photographe de scènes de crime ou encore psychologue, un fameux jour exaspéré par l’esprit de son époque, dégoulinant de bons sentiments et nivelant par le bas l’humain, il entreprend son grand œuvre satanique.
Crane rasé et cape noire pour le cérémonial l’homme ne cède pas à la facilité qui consisterait à adorer un quelconque prince des ténèbres Belzébuth, Diable ou consorts.
S’il utilise au contraire le mot Satan qui n’est pas une entité ( Hashatan en hébreux l’adversaire, l’accusateur, l’ennemi) c’est pour mieux se situer en opposition face au système dominant de la religion chrétienne.
Le Satan a bravé l’autorité divine. Il a osé enseigner aux hommes les principes de leur propre évolution, qui amorceront aussi ceux de leur destruction.
L’idée moderne de Lavey qui tranche radicalement avec tous les vieux principes occultes lucifériens qui l’ont précédé, est de replacer l’être humain à la place de Dieu. L’être suprême étant en chacun de nous.
Cette thèse égotiste est amplement décrite dans sa « Bible Satanique » Best Seller publié en 1968. Parodiant la Sainte Bible, cet ouvrage décrit les neufs commandements de son église et propose quatre livres à méditer : Satan, Lucifer, Bélial et Léviathan. Le satanisme réfute également les notions d’égalité entre les personnes.
Rien à voir avec les concepts nationaux socialistes de races supérieures ou inférieures. Il s’agit de valoriser l’intelligence individuelle. Substituer la « méritocratie » à la « médiocratie » qui prime depuis plus de deux mille ans.
Dans la jungle actuelle les hommes ne sont que des animaux évolués, seuls les plus brillants méritent leur place. Ceux qui ont compris et assument l’entière responsabilité de leurs actes, débarrassés par leur volonté, du joug des idées reçues, des chimères idéologiques (comme la religion) ou encore des mimétismes comportements (imposés par la société)
Le Sataniste se dit un être libre, indépendant, conscient.
Sa phrase fétiche est le vers 263 du Paradis Perdu de John Milton : « Mieux vaut régner en enfer que servir au paradis ».
Les satanistes qui occupent toutes les strates de la société se reconnaissent grâce au sigle du Baphomet (symbole templier) qu’ils arborent en médaillon, bague ou broche.

On pourra noter que notre système mercantile individualiste et inégalitaire, où prime le darwinisme social et la satisfaction personnelle à la chrématistique au détriment des autres, correspond tout à fait à une société satanique…

La Messe Noire

Equivalent urbain du Sabbat célébré dans la nature, où était sensé apparaitre le Diable lors d’un cérémonial de sorcières, sous l’apparence d’un Bouc le plus souvent (représenté dans l’art pictural médiéval avec une couronne de pampre symbole lié aux orgies dionysiaques et référence au paganisme) auquel ses fidèles pratiquaient le baiser infamant en guise de dévotion (embrasser l’anus du démon)
Le rite de la Messe Noire est lié au culte satanique et il semble naitre entre la fin du 16ème siècle et le début du 17ème dans les milieux de la sorcellerie parisienne. Des sorcières connues auraient célébrées des messes noires, notamment la Voisin, fréquentée par certains personnages de la cour de Louis 14, condamnée à mort et brulée en 1680.
La Voisin recruta l’abbé Guibourg, un prélat, pour son culte diabolique. Ce prêtre fut peut être le premier à l’avoir ritualisé, en codifiant toutes les cérémonies mêlant sexe et sacré, philtres, envoutements et sacrifices humains (nourrissons).
L’abbé Guibourg célébra des messes noires pour la noblesse de France auxquelles participaient activement la Montespan (maitresse du Roi) qui s’y montraient nue.

Il est probable que ce rituel ait été mis au point à cette époque et se soit perpétué dans changements. La cérémonie, dont on a quelque connaissance déjà grâce à certaines chroniques de la fin du 16ème siècle est peut être né sous la forme d’une orgie (le corps d’une jeune vierge remplaçant l’autel) incluant une caricature de la messe catholique : symboles inversés (crucifix renversés), objets cultuels profanés (cierges noirs) noms de Jésus Christ blasphémé et celui de Satan loué, textes sacrés lus en remplaçant systématiquement le mot « Bien » par celui de « mal » ou les lisant à l’envers.

Dans les représentations picturales de messes noires comme celles de Jérôme Bosch, il est plus question de critiquer la corruption de l’Eglise plutôt que d’exalter un quelconque culte à Satan.

Luciférisme

Le Luciférisme vise au développement et au dépassement de la personne. Lucifer en tant que « Porteur de Lumière » Lux Ferré, est celui qui « ouvre la voie ». Il permet à l’homme de se débarrasser des préjugés, des idées non fondées, de l’obscurantisme.
Comme le satanisme, le Luciférisme vise à abattre les dogmes mais y insère les notions d’autoresponsabilité, il combat les intolérances et les injustices.
Son culte est lié au respect de la vie, de la terre, chaque élément ayant sa place et son utilité. La vision Luciférienne est un tripartisme formé de trois entités distinctes : Yahvé, Lucifer, Satan.
Les lucifériens n’ont aucune considération pour Satan, considéré comme un élément de domination et de destruction.
A l’origine Lucifer portait une émeraude au milieu du front, à l’emplacement du « troisième œil ».
C’est pour cette raison que la couleur verte est très présente dans ce milieu. On trouve dans le livre d’Enoch qui fut enlevé dans les cieux au même titre qu’Elie, des révélations sur des anges descendus sur terre (dont Lucifer y apparaitrait comme leur chef Samyaza) se mêler sexuellement aux humains ( copulant avec les filles des hommes et donnant naissance aux néphilims les géants/héros de l’antiquité) et leurs livrer des connaissances interdites : sorcellerie, magie, exorcismes, astrologie, art de guérir par les plantes.

Citation :
Voici les Arts que nous enseignâmes à l'Homme :
Azazyel enseigna la métallurgie, la fabrication des armes, le travail de joaillerie, l'utilisation des pierres précieuses, de la peinture, des cosmétiques et teintures, et le monde en fut modifié à en devenir méconnaissable.
Amazarak enseigna la sorcellerie et la botanique
Armers enseigna la sorcellerie
Gadrel enseigna les arts de la guerre et des armes
Yekun enseigna les arts de la séduction
Barkayal enseigna l'astrologie
Akibeel enseigna les signes
Tamiel enseigna l'astronomie
Asaradel enseigna le mouvement de la Lune
Penemue donna à l'Homme les secrets de l'écriture, de l'usage de l'encre et du papier, ce qui fit enrager le Démiurge, et chaque secret de votre sagesse.

http://www3.sympatico.ca/jjosianelegrand/filbluz/LeLivredeSamyaza.htm

L’évolution passe par la connaissance et celle-ci, par le fait d’oser s’aventurer au-delà des sentiers « ordinaires ».

L’épisode du jardin d’éden est considéré par les Lucifériens comme le point de départ d’une longue série de punitions sur notre espèce.
Yahvé voulait qu’Adam et Eve restent stupides et hétéronomes. Le serpent les a libérés et affranchis du joug divin, chape de plomb placée sur une connaissance réservée exclusivement à une sorte d’élite céleste. Or notre espèce évolue par des désobéissances à l’ordre établi.
Les lucifériens refusent à Yahvé toute autorité sur leur existence. Ils préfèrent compter avec quelqu’un qui leur apporte la puissance et la connaissance, sans imposer sa domination : Lucifer.
Ajouton que les gnostiques considéraient que le Christ-Lucifer (Nom que l’on faisait porter à Jésus au premier siècle du christianisme avant que le nom soit diabolisé et associé au Démon) était venu apporter la « lumière » afin de libérer la parcelle lumineuse en chacun de nous. Il était un aéon sauveur, éveillant l’esprit de l’homme prisonnier dans la matière.
L’Eglise a combattu la gnose car elle associait Lucifer au christ (inspirant les Ophites)

Citation :
Le serpent de la tentation... Il existait un culte du serpent divinisé, image de la force tellurique et sexuelle, Shahan est, lu à rebours, nahash, la racine NHS exprimant dans toutes les langues sémitiques l'idée du serpent. Nahash seraph, le serpent brûlant, est le serpent qui a voulut révéler à Adam et à Eve la connaissance et la jouissance en l'union desquelles réside l'immortalité divine... Accordant au serpent un rôle rédempteur, les naassènes ont constitué une secte honnie par l'orthodoxie juive et par le christianisme. Célébrant NHS, qui éveille le corps à sa puissance, les naassènes identifiaient leur ennemi, YHWH, le Yavhé des juifs, le démiurge, le dieu créateur d'un univers mauvais. Sans verser explicitement dans la doctrine des deux Dieux, les chrétiens primitifs ont en tous cas tiré du discrédit de YHWH, dieu de vengeance et de terreur. Des tentatives de syncrétisme ont été réalisées... Les Ophites adoraient l'Ophis-Christos, le Messie-Serpent qui s'identifiait au Jésus des sectes Judéo-chrétiennes de la fin du Ier siècle.
http://skipp.perso.cegetel.net/zetet/diabolos/diabolos.htm

Lucifer correspondant au dieu gaulois Cernunnos probable réminiscence d’une divinité préhistorique bien plus ancienne encore, le Dieu Cornu
http://fr.wikipedia.org/wiki/Dieu_cornu

En guise de synthèse, si Lucifer relève du cosmique et du céleste, Satan tire sa puissance des forces telluriques, du monde de la matière et des énergies les plus sombres.



Références :
Revue Les grands mystères des sciences sacrées « Diable et Sorcellerie »
Anges et Démons Repères iconographiques Rosa Giorgi
Marylin Manson L’âge des ténèbres Béatrice Nouveau.


Dernière édition par le Lun 10 Déc 2007 - 15:01, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Protea
Valet apatride du Grand Capital
Valet apatride du Grand Capital


Féminin
Nombre de messages: 107
Date d'inscription: 05/12/2007

MessageSujet: Re: Satanisme, Luciférisme, messe noire   Lun 10 Déc 2007 - 8:34

Dans le deuxième acte de Saül le Furieux (1572) de Jean de La Taille, nous assistons à une scène de sorcellerie démoniaque. La nécromancienne d’Endor est, dans la vulgate, animée par un esprit nommé Python, et est donc souvent appelée « pythonissa ». Cette appellation provient de la pythie de Delphes, nom désignant le dragon Python que vainquit Apollon, et en l’honneur duquel il institua les jeux pythiques.

Une Dame sorcière au lieu qu’on dit Endor,
Qui sçait transfigurer son corps en milles formes,
Qui des monts les plus hauts fait devaller les ormes,
Elle arreste le cours des celestes flambeaux,
Elles fait les esprits errer hors des tombeaux,
Elle vous sçait tirer l’escume de la Lune,
Elle rend du Soleil la clarté tanstot brune
Et tanstot toute noire en murmurant ses vers,
Bref, elle fait trembler, s’elle veut, l’univers


(Acte II, v.468-476)

Nous retrouvons chez la Phitonisse d’Endor les traditionnels attributs de la magicienne antique : les pouvoirs de la métamorphose, la possibilité d’agir sur les astres, et le lien avec le monde des morts. Pourtant nous ne sommes plus dans l’univers du seul paganisme, mais dans une tragédie pagano-chrétienne. On s’en aperçoit facilement lorsque dans sa longue « invocation » – qu’elle distingue de ses « conjurations » qui doivent restés cachées – la nécromancienne appelle « Sathan », « Belzebus », etc., ces anges maudits qui ont été culbutés de « l’Olympe au parfond des enfers ». Elle souhaite aussi que

Jamais, jamais ne vienne ce Messie
Duquel on vous menace en mainte prophétie


(Acte II, v.661-662)

\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\

Signalons par ailleurs "Aleister Crowley et le mouvement thélémite" (Ed du Chaos, 1998) par Christian Bouchet. Il s'agit du texte remanié de sa thèse de doctorat (Paris 7, 1994). Et aussi le site du cesnur, www.cesnur.org, animé par l'excellent Massimo Introvigne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Satanisme, Luciférisme, messe noire   Lun 10 Déc 2007 - 13:56

Il faut voir Rosemary's baby, Angel Heart et Devil's advocate qui sont excellents, pas seulement pour la mise en scène, mais pour les connaissances théologiques et magiques qui y sont intégrées.
A propos de Python, c'est l'anagramme de Typhon, donc ce n'est pas surprenant.

Sinon, on peut lire Le Grand Dieu Pan d'Arthur Machen et surtout le Faust de Marlowe.
Revenir en haut Aller en bas
Jay
Adepte de la cabale
Adepte de la cabale


Masculin
Nombre de messages: 261
Age: 29
Date d'inscription: 24/10/2007

MessageSujet: Re: Satanisme, Luciférisme, messe noire   Lun 10 Déc 2007 - 14:08

Excellent post lestat! 8)
Je n'ai pas le temps de faire un exposé concis sur l'histoire de la manipulation Satan/Lucifer à l"époque de la rédaction de l'Ancien Testament, mais si on veut remonter à la source de Satan, il faut se plonger dans les mythes mésopotamiens qui ont inspiré Satan et Lucifer. Je mets ici un tableau nominatif reliant les "Dieux" de Sumer, d'Egypte et de la Bible :

http://www.zeitlin.net/EndEnchantment/images/Gen21Fr.jpg

Satan (Satam, Seth, Enlil) dans l'univers sumérien était l"administrateur ténébreux du fameux jardin d'Eden où travaillait l'Humanité comme de simples esclaves animaux (Adam).

Lucifer (Horus) lui est le fils qui va venger la mort de son père Samael (Enki, Osiris), de l'assassin Satan-Yahvé.

Samaël est le serpent qui a montré à l'Humanité le fruit de l'arbre de la connaissance. Cet arbre de la connaissance dans le culte matriarcal de l'époque a un rapport avec la femme, le culte de la Déesse-Mère et les secrets de la vie.

[La Déesse-Mère est la Source Originelle.]

C'est amusant de voir le pourquoi de la démonisation de Lucifer et la fameuse Lilith...

Pour les gnostiques (= la raison de leur disparition), Yahvé=Satan; Lucifer=le vrai Christ.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Donotherase
Valet apatride du Grand Capital
Valet apatride du Grand Capital


Masculin
Nombre de messages: 196
Date d'inscription: 21/09/2007

MessageSujet: Re: Satanisme, Luciférisme, messe noire   Lun 10 Déc 2007 - 15:30

Citation :
C’est pour cette raison que la couleur verte est très présente dans ce milieu.

D'ailleurs certains pensent que l'Islam est un luciférisme, et que le Judaïsme Talmudique est un satanisme.

Ce qui le fouterait dans le cul à tout ceux qui disent que les chrétiens, juifs et musulmans prient "le même dieu".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jay
Adepte de la cabale
Adepte de la cabale


Masculin
Nombre de messages: 261
Age: 29
Date d'inscription: 24/10/2007

MessageSujet: Re: Satanisme, Luciférisme, messe noire   Lun 10 Déc 2007 - 16:10

Citation :
Lucifer correspondant au dieu gaulois Cernunnos probable réminiscence d’une divinité préhistorique bien plus ancienne encore, le Dieu Cornu
http://fr.wikipedia.org/wiki/Dieu_cornu

Dieu cornu car symbolisant le Taureau Céleste (symbôle de la "Divinité" An/Anu en Mésopotamie). Tout comme on nommait les Nindigir (les prêtresses célestes [de la Source Originelle]) Vaches Célestes. Ces dernières se mettaient des cornes sur la tête lors de leurs cérémonies rituelles d'initiation.

[Edit]: j'ai oublié de préciser que cela pouvait avoir un lien avec Enki (le Dieu sumérien), alias le Seigneur de la Terre. Son signe était la chèvre et le poisson. Les cornes viendraient donc de la chèvre (=> Symbôle du Capricorne) ou du fameux bouc que l'on représente à tort comme le Démon suprême, Satan. La manipulation se situerait là dans la démonisation.

Citation :
Ajouton que les gnostiques considéraient que le Christ-Lucifer (Nom que l’on faisait porter à Jésus au premier siècle du christianisme avant que le nom soit diabolisé et associé au Démon) était venu apporter la « lumière » afin de libérer la parcelle lumineuse en chacun de nous. Il était un aéon sauveur, éveillant l’esprit de l’homme prisonnier dans la matière.
L’Eglise a combattu la gnose car elle associait Lucifer au christ (inspirant les Ophites)

D'ailleurs dans les Evangiles du Nag Hammadi trouvés, certains exegètes ont trouvé qu'il y avait eu une mauvaise traduction des écrits gnostiques.

Citation :
En réalité, le terme “Christ” n'apparaît jamais dans les Codex du Nag Hammadi ni le nom de Jésus. On y trouve plutôt un code récurrent : XC ou encore XRC (traduit par les termes CHS ou CHRS) en copte ainsi que les codes IC et HC traduit par le terme IS. Par exemple, dans “Traité Tripartite” (117.10), le texte mentionne le terme HC en langue copte. Le traducteur a modifié cela en H(COY)C, “Isous” qui a lui-même été traduit par le nom de Jésus. Vous pouvez voir jusqu'où les chercheurs et traducteurs ont été pour manipuler les codes afin de les faire cadrer avec leurs préjugés. La plupart des textes gnostiques utilisent les termes comme “le Sauveur”, le “Seigneur” ou “celui qui révèle” sans spécifier du tout qu'il s'agit de Jésus ou du Christ.

Des chercheurs dont la carrière et la formation sont connotés par le christianisme et qui considèrent le NHC comme des écrits des premiers chrétiens décodent systématiquement le terme XRC en Christ ou encore Chrest et IC en Jésus. Il n'y a en réalité aucune base claire et solide qui permettrait une telle convention dans la traduction. Je suis convaincu que ces codes ne se réfèrent pas au “Christ” de St Paul ou au “Jésus historique” du Nouveau Testament. Ces codes sont précisément employés pour éviter que l'on ait recours à une telle identification.

L'expression “le Jésus vivant” trouvée dans le NHC se réfère à un guide intérieur, à une entité psychique, pas une personne historique. Pour les Gnostiques, “le Jésus vivant” indique une force spirituelle qui ne peut pas mourir, de là, il ne peut pas être une personne humaine réelle. Jésus Christ dans le Nouveau Testament affirme des choses qui ne pourraient jamais être dites par un initié gnostique. Ses paroles et ses actes n'ont aucune consistance face un enseignant qui a reçu une illumination à partir des Mystères. Le “Christos” gnostique n'est pas le Christ, le Fils Unique de Dieu dans la théologie de Jean et de Paul. Le Christos des Gnostiques est un Eon, une force divine qui ne prend pas de forme humaine. Les Gnostiques n'acceptent pas le principe de l'Incarnation à ce sujet. Selon leur conception, aucun être humain n'a le privilège d'incarner un Eon, une Divinité.

John Lash auteur et chercheur (metahistory.org)


Dernière édition par le Lun 10 Déc 2007 - 19:03, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Protea
Valet apatride du Grand Capital
Valet apatride du Grand Capital


Féminin
Nombre de messages: 107
Date d'inscription: 05/12/2007

MessageSujet: Re: Satanisme, Luciférisme, messe noire   Lun 10 Déc 2007 - 18:36

Pour le cinéma, les premiers titres auxquels je pense sont : "The Devil Rides Out" (1968, Terence Fisher) et "Race with the Devil" (1975, Jack Starrett). Les films de Jacques Tourneur, aussi. Dans la série des Exorcist, le meilleur est "Exorcist II, the Heretic" (1977, John Boorman). Sans oublier le méconnu "Harlequin" (1980) de Simon Wincer. En fait, la production des années 1970 est extrêmement riche (plus que les années 60), surtout aux Etats-Unis mais pas seulement. De très nombreux films sur le thème du satanisme, dont beaucoup ne sont même pas sortis en France (comme le surprenant "Messiah of Evil"). A partir des années 80, la qualité baisse et les thèmes sont galvaudés.

En littérature, c'est un véritable continent à explorer. On peut distinguer l'avant et l'après "romantisme noir" (ou roman "gothique") qui coïncide avec la Révolution française. Avant, ce sont plutôt des motifs satanistes qui s'inscrivent dans un genre (épique, dramatique, etc.); après, c'est l'irruption du fantastique. Satan est d'autant plus présent que les lecteurs ne croient plus à son existence.

Car pour croire qu'il existe des anges rebelles (et donc une hiérarchie céleste), il faut faire de l'angelologie, et vous pouvez commencer dès ce soir en lisant Saint Denys l'Aréopagite (ou le pseudo-Denys)


Dernière édition par le Lun 10 Déc 2007 - 22:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Donotherase
Valet apatride du Grand Capital
Valet apatride du Grand Capital


Masculin
Nombre de messages: 196
Date d'inscription: 21/09/2007

MessageSujet: Re: Satanisme, Luciférisme, messe noire   Lun 10 Déc 2007 - 19:33

Pouvoir de l'obscurité, Age de peur éternelle
Nous prions la Lune et le seigneur sombre...
Contre la lumière, contre la lumière
Nous sommes les fils de l'obscurité nous sommes les fils d'une mère inconnue

Revelation du monde souterrain ! Sensation de plaisir suprême !

Pouvoir de l'obscurité, age d'éternelle jouissance
Nous prions sa majesté le roi Belial...
Serment de sang pour la vie
Nous croyons en une foi païenne... Nous sommes le coeur noir d'une ancienne legion

Toutes les femmes, inondez-moi dans votre sang vaginal
Sucez mon pénis et immergez vos corps dans ce lit d'épines ensanglantées
Ouvrez vos jambes pour que ces arbres sans branches puisse entrer dans la forêt !

Pouvoir de l'obscurité, age de guerre éternelle nous prions sa majesté le roi Lucifer

Serment de sang vie éternelle. Amour nécromantique ! BAIN DE SANG !

Immolation des corps maudits ! Cérémonie Sacrificielle !

Pouvoir de l'obscurité, age de guerre éternelle nous prions sa majesté le roi Lucifer, Lucifer, LUCIFER !

Youpie ! Je suis pas gay !

http://jesuisgothique.free.fr/malalavie/warning.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
l'Omnivore Sobriquet
Idiot utile
Idiot utile


Masculin
Nombre de messages: 713
Age: 48
Localisation: France
Date d'inscription: 02/12/2006

MessageSujet: Re: Satanisme, Luciférisme, messe noire   Lun 10 Déc 2007 - 23:21

Jay a écrit:
l'Omnivore Sobriquet a écrit:
Le démon, Satan et Lucifer, et toute la smala visqueuse si bien connue de la planète entière, que le Monde connait si bien, ne sont-ils pas tout simplement le grumeau spirituel du mal ?

Et si, ami lecteur, tu ne croies pas que le bien et le mal existent, vieilles lubies de l'archaïque religion du goupillon gnagna&blabla, et bien ami lecteur je t'enfonce mon tournevis dans l'oeil gauche et je triture jusqu'à ce que tu saisisses.

Le problème avec les bigots, c'est qu'il manque de culture historique pré-Biblique pour cerner les manipulations de leur [faux] Dieu manipulateur et ténébreux Very Happy
Devrais-je réïtérer la manipulation ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Satanisme, Luciférisme, messe noire   Lun 17 Déc 2007 - 20:07

Qui sont les Yazidis ?

Ils ne sont pas une secte satanique et doivent ce surnom à leurs adversaires musulmans.
On les appelle Yazidi, nom à l'origine mystérieuse, parfois associé au calife Yazid (mort en 683 après JC) où la ville de Yazd (Iran), où se trouvent encore de nombreux zoroastriens-appelés parsi en Inde-, disciples de Zorastre ou Zarathoustra.

Nombreux dans la région de Dohouk, au nord de Mossoul, dans le Kurdistan irakien, et d'Alep (Syrie), les Yazidi vénèrent Malek Taous (le "roi Paon"), prince de ce monde et esprit du mal dont les larmes de repentir auraient éteint le feu de l'enfer et dont la puissance renouvelée deviendrait bénéfique.
Les yazidi ont des laics et des initiés dont quelques-uns ont la garde des textes sacrés. Leur jour férié est le mercredi. La salade leur est interdite-peut etre à cause des limaces-mais pas le vin.
Ils baptisent leurs nouveau-nés dans l'eau comme les chrétiens et circoncisent leurs garçons comme les musulmans.
Ils croient à la réincarnation tout en considérant Allah comme le Dieu créateur.

Issu du dualisme iranien et zoroastrien, leur religion fait du mal apprivoisé une source de bien, à l'image de ce Bon Petit Diable cher à la contesse de Ségur.

Odon Vallet

Source: revue le mondes des religions (mai-juin 2005)
Revenir en haut Aller en bas
vanarasi
Tapette bobo du tertiaire
Tapette bobo du tertiaire


Masculin
Nombre de messages: 20
Date d'inscription: 07/12/2007

MessageSujet: Re: Satanisme, Luciférisme, messe noire   Dim 23 Déc 2007 - 4:31

lucifer(lux= lumière, ferre= porter), lors de sa chute avec les anges de satan, perdit son troisième oeil, ou pierre d'emeraude, dans la mer. Elle fut pêchée et taillée pour donner une coupe à 144 faces (12 fois 12 ) le nombre du temps(1minute=12s fois 5) (1 heure=12m fois 5)( 1jour=12h fois 2) ( 1 an=12 mois) . Symbole d'eternité donc, elle fut donnée à Salomon puis servit pour recueillir le sang du Christ= saint Graal.

Le diable(di= diviser), celui qui sème le doute. Du 1(unité avec dieu) on passe ,avec le diable, au 2(dualité, doute), puis de cette dualité nait la connaissance (3) pour reformer l'unité ( trinité= tri-unité).
Les premiers Chretiens ont utilisé l'image d'un diable à cornes pour tuer Cernunos, le dieu cornu, dieu du vin et des plaisirs chez les celtes et éloigner ceux-ci de la luxure. Cernunos est donc devenu le diable.


Crowley la bête 666, était franc mac, tout comme a la même époque Braham Stoker( dracula), ou Rudolph Steiner... et comme ses derniers, il serait passé par l'ordre hermetique de l'aube dorée qui influença Thulé (Rudolph Hess) donc Hitler.

L'un des buts des francs maçon, est de se déconditionner des dogmes, plus souvent chretiens, ce qui n'est pas si facile. Le satanisme est l'une des méthodes utilisée(christianisme inversé). La morale étant un frein à la prise de decision juste, il n'est pas illogique que les hommes politiques soient des initiés.

La pratique du crime (viol, meurtre, orgie....) et trés frequente pour rompre avec la morale, valeur induite par conditionnement des l'enfances, et elle assure au groupe la discrétion des adeptes devenus meurtriés,violeurs, pedophyles...

La magie sexuelle, qui remonte à des lustres, et qui est présente presque dans toutes les traditions sous des formes differentes, serait au coeur de l'ésoterisme maçonique .

Crowley comme beaucoup d'autres, sont allés trés loin: sequestration d'enfants ou de jeunes femmes avec viols répétés, et peut- être même des sacrifices humains.
Crowley employé des "femmes ecarlates" (prostituées sacrées) . Elles devaient être trés phéromoneuses pour que l'ejuculation se produise sans coïte. Cette pratique apporte une energie vitale accrue tout en élargissant la conscience. L'energie étant vite dépensée, la magie sexuelle entraine rapidement dépendance et obsession.

Autre technique trés utilisée : s'accaparer l' énergie vitale d' autres êtres vivants = mythe du vampire(Braham Stoker).

On oppose généralement "Satanisme" comme ensemble de méthodes d'accroissements de pouvoir (terrestre) à "Luciferisme", philosophie et ensemble de méthodes dont le but est l'accroissement de la concsience(spirituelle).


Ne dites pas à un scientologue qu' Hubbard fut l'ami d' Aleister Crowley. Il aurait infiltré la secte pour le compte des renseignements genéraux americains, ce qui est parfaitement possible si on connait le sujet .
Peut-être en aurait-il retiré quelques connaissances pour sa doctrine, comme " la piste de temps" dont il s'est servi pour la dianetique, et encore, ce n'est pas prouvé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jul le Marteau
Duelliste chevaleresque
Duelliste chevaleresque


Masculin
Nombre de messages: 2335
Age: 106
Localisation: Lorraine, 54 M&M.
Date d'inscription: 10/02/2007

MessageSujet: Re: Satanisme, Luciférisme, messe noire   Dim 23 Déc 2007 - 9:04

Putain, la bande tarés! Comme s'il était besoin de violer des femmes et des enfants pour se dégager des dogmes.
Ça me donne presque envie de rejoindre Ravachol avec ma machette pour traiter ces types à la manière rwandaise...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Protea
Valet apatride du Grand Capital
Valet apatride du Grand Capital


Féminin
Nombre de messages: 107
Date d'inscription: 05/12/2007

MessageSujet: Re: Satanisme, Luciférisme, messe noire   Sam 19 Jan 2008 - 22:15

Je viens de lire Les Tragiques d’Agrippa d’Aubigné, paru en 1616. L’auteur, habité par l’esprit prophétique, écrit un texte de combat et se fait le poète visionnaire de la lutte eschatologique entre les Elus, c’est-à-dire les martyrs de la cause (réformée), et les forces diaboliques : les persécuteurs, responsables de la misère et des malheurs du peuple, sont montrés comme des créatures au service de l’Antéchrist. Les terribles descriptions des atrocités des Guerres de religion, dont l’auteur a été le témoin, deviennent ainsi le signe du combat final entre Dieu et le diable. L’œuvre se déroule alors sur deux plans : celui de l’histoire et celui du Salut.

Le poète décrit ceux qui lui apparaissent comme les principaux responsables de la persécution (des huguenots), comme des créatures démoniaques. Catherine de Médicis devient ainsi une sorcière « idolatrant Sathan et sa théologie ». Pourtant l’imitation de la sorcière antique reste omniprésente ; semblable à une déesse maléfique, Catherine est décrite comme une puissance de mort. « C’est la peste de l’air ». « Son toucher est mortel ». Et le poète attribue à sa chevelure des caractéristiques étonnantes.

… desployant en l’air ta perruque grisonne
Les païs tous esmeus de pestes empoisonne
Tes crins esparpillez, par charmes herissez,
Envoyent leurs esprits où ils sont adressez :
Par neuf fois tu secouë, et hors de chasque poincte
Neuf daemons conjurez descochent par contraincte.

Moi, Protea, simple jeune femme égarée sur ce forum (pour quelle mystérieuse mission ?), mon émotion est à son comble. Mon corps juvénile est à nouveau transfiguré comme celui de la Dame sorcière de Saül le furieux. Qui suis-je vraiment ? Peut-être Jezabel, cette reine usurpatrice dont le corps finira dévoré par les chiens. Ou serais-je Catherine de Médicis obsédée par la chair des morts ? L’horreur des guerres civiles qu’Agrippa connaissait bien devient un signe métonymique de la décomposition du monde, le nôtre.

La nuict, elle se veautre aux hideux cimetieres,
[…] elle attir’ et convie
Les serpents en un rond sur les fosses des morts,
Desterre sans effroi les effroyables corps,
Puis remplissant les os de la force des diables,
Les fait saillir en pieds, terreux, espouvantables,
Oit leurs voix enroüee et des obscurs propos
Des demons imagine un travail sans repos

Protea, la « vivandière d’enfer » lit les messages des vrais hommes. Je viens récemment de me procurer en pharmacie bio l’ « ellébore blanc » ou « vératre », plante vénéneuse qui peut aussi être utilisée comme purgatif ou vomitif. Je me l’auto administrerai après lecture contrainte de certains messages putrides. Mais si vous m’y contraignez, en provoquant mon ire empourprée, je saurais aussi utiliser d’autres ingrédients dont je garde secrète la fabrication.

Forumeux (trop peu) subversifs, craignez mon herbier !


Dernière édition par le Dim 20 Jan 2008 - 21:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Bon Docteur
Simple Mind
Simple Mind


Masculin
Nombre de messages: 677
Age: 41
Localisation: sur le bord de la rivière
Date d'inscription: 28/05/2007

MessageSujet: Re: Satanisme, Luciférisme, messe noire   Dim 20 Jan 2008 - 1:25

Protea a écrit:
...(pour quelle mystérieuse mission ?), mon émotion est à son comble...Qui suis-je vraiment ? ...

Protea, depuis le début, tu m'excites!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dailymotion.com/video/x14g5o_papy-fait-de-la-resistan
Simplicius
Adepte de la cabale
Adepte de la cabale


Masculin
Nombre de messages: 292
Date d'inscription: 05/08/2007

MessageSujet: Re: Satanisme, Luciférisme, messe noire   Dim 20 Jan 2008 - 4:28

Quand j'ai vu ce sujet lancé par lestat, je me suis demandé si j'étais sur un forum métalleux souvent friand de ce "folklore". En fait il ne s'agit même pas d'un sujet de débat, le point de vue perso étant absent, mais de l'attente de réactions par rapport à de l'info prise sur la toile (satan bouche un coin ?). Et ça ne manque pas d'enflammer les imaginations de certains.

Dis vanarasi, toi qui causes de Bram, au lieu de nous servir la sempiternelle rengaine sur les FM.:, as-tu compris de quoi ce spécialiste de l'épouvante traitait essentiellement dans son roman ? D'un dédoublement de personnalité avec (avocat/vampire), faut pas chercher plus loin.

A nous maintenant Lestat, as-tu parcouru le bouquin (sur la mule au passage) du monsieur barbichette dont tu nous sers la photo, au demeurant une resucée laborieuse de révolte individuelle à la sauce nietzchéenne, histoire de choquer le bourge amerloque et de jouer les trafiquants d'éternel avec lui aussi un celebrities center (à LA) en show-room de son business ? Quant à Crowley, esthète épris de holy madness en marge de la morale victorienne, même si sa pensée est de loin beaucoup plus dense (Lufti avait d'ailleurs ici brocardé M. Bouchet de s'être penché sur elle : c'est l'hôpital qui se fout de la charité vu comme sur le rayon de l'ésotérisme il est pas avare mais passons). Le refuge sicilien (son "abbaye de Thélème"), assez "pasolinien" (opium + orgies avec de riches aristos décadents), suffit toutefois à nuancer ce qu'on peut tirer de ce type d'aventures si on en reste au plan biographique.

Protéa nous a heureusement servi, non sans humour, sa passion seiziémiste, ce qui relève le niveau pourrait-on enfin se dire. Le langage tourmenté d'Aubigné (on est à l'orée du baroque), il est vrai, ne peut laisser indifférent si on arrive à se plonger dedans. L'inquiétude spirituelle d'Aubigné est méchamment palpable : les Tragiques, parues seulement en 1616 et d'ailleurs sorties du purgatoire des lettres par Sainte-Beuve, ressemblent par certains chants à un martyrologue protestant avec parfois une pointe macabre pas volée des hannetons, on affronte dans un style mâle et passionné cet écart parfois déchirant entre ordre mondain et justice divine. La puissance dramatique du texte nous fait sentir, avec tout son défilé de saints et de héros, à quel point la vertu s'exalte en présence de la mort (vertu au sens actif et non pas éthique sacrificielle passive).

Faut dire, ce calviniste intransigeant (un vrai homme, pas une tata maniériste) avait échappé de peu au massacre de la st-barthélémy (1572) et écrivait ses poèmes entre deux batailles où il mettait son épée au service de la Ligue. On s'imagine parfois mal, les choses ayant bien changé depuis, à quel point le problème de la pluralité des religions était alors à la fois religieux et politique : religieux car la chrétienté n'était plus une unité en voie d'accomplissement (la question du salut ne se pensant plus, pour dire vite, de manière purement intérieure mais par rapport à une conscience individuelle plus affirmée), politique au sens où à un royaume il fallait une foi, ou plutôt une religion servant de ciment à l'unité du royaume, c'est là sa seule utilité dirait un machiavélien. Les humanistes chrétiens tentèrent pourtant une réconciliation (religieuse) mais la vague de violences fut plus forte que leurs efforts puis ce fut le tour des "politiques" qui dans l'intérêt civique et national prônèrent une liberté du culte et de conscience (émerge aussi alors le thème de la tolérance civique dont ce cher Voltaire bien plus tard se fera le héraut).

Vous vous en doutez, si je rebondis sur ce lointain poète (et historien du protestantisme), ce n'est pas que pour faire le singe savant. Je suis étonné de lire certains trouver via le religieux (ou le symbolique) une retraite plaisante où nicher leur individuation (révolte ?), le plus souvent je note version mystères et boules de gomme (ex. : fil Castaneda, vrai poète mais imposteur rigolard, etc.). Cette aspiration renvoie bien sûr à plein de choses (souci du corps refoulé par la culture, recherche de supplément d'âme dans un monde technicisé, soif de réalisation propre, écart des institutions [église, médecine officielle,...], etc). Le meilleur peut d'ailleurs y côtoyer le pire (charlatans, sectes, etc), tout n'est pas à brocarder (faut pas voir du bobo new age partout, hein les néo-laïcards ?).

Pourquoi étonné ? Je comprends un intérêt pour ces domaines de l'imaginaire et de la spiritualité, ce n'est pas ça en soi bien évidemment ce qui me laisse perplexe. C'est l'association avec l'idée de liberté individuelle qui m'interpelle, non pas forcément qu'elle se ramène à une mode consommatoire, mais au sens où celle-ci n'a émergé à la fin du Moyen Âge qu'avec la compréhension que l'homme a une responsabilité dans son devenir et une capacité d'intervention sur l'historique (notion qui émerge avec la modernité soit dit en passant). D'ailleurs les exhortations à la vie civile parcourent comme un fil rouge ce XVIe siècle. On en trouve même chez Montaigne !

Ce "revival" du mystico-ésotérique n'est comme tel pas inédit historiquement, on le retrouve même y a pas si longtemps, à la fin du XIXe siècle (spiritisme, symbolisme, etc), en réaction à l'idéologie du Progrès (celle de la classe dominante, la bourgeoisie entrepeneuriale pour faire vite), réaction qu'on retrouve aussi dans l'explosion littéraire du fantastique. Autant je trouve cet élan justifié dans une démarche artistique, autant comme influence sur le peuple, elle conduit surtout à se détourner de tout projet d'avenir pour des paradis artificiels. La liberté individuelle qui s'y manifeste sert surtout à combler un vide ou à pallier une perte de certains repères. Le religieux dérive alors en spectacularisation, les totalitarismes comme main-mise sur les "masses" ne s'y sont pas trompés, le système néolibéral non plus. Pendant ce temps-là, nos complotistes fantasment sur un pouvoir comme s'il s'agissait d'un objet qu'on possède, ils n'ont pas compris que si la spiritualité aide à nourrir une éthique de résistance politique, elle ne la subordonne pas.

C'est bien beau de citer de la littérature militante, Protéaforme, un p'tit coup du Clouscard, là du d'Aubigné, c'est sûr ça change ici du commentaire perpétuel de l'actu pour jouer les éclairés, mais si à la finale c'est pour se replier peinard dans sa bulle de "liberté d'être libres" (libres de quoi ?), je préfère alors me rassasier carrément avec Hot Video ou, mieux tiens, Entreprendre (il était grand, il était beau, mon gestionnaire...) et je m'en irais à Genève mais pas pour les mêmes raisons que le poète. clown

La peur du Diable, on sait très bien qui l'excitait histoire de mieux taxer les serfs et de tuer dans l'oeuf toute révolte. En 2008, si certains en sont encore là... Moi le diable, je l'attrape par la queue et le renvoie illico au rayon des fictions idéologiques d'un autre temps. Le Diable n'existe pas, sauf pour les besoins des agitateurs-agités qui disent que c'est là sa ruse. En cette époque où on nous vend la lutte morale du Bien et du Mal pour tuer des populations civiles et monopoliser la manne pétrolière, ce type de sujet me laisse quelque peu un sourire gercé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Simplicius
Adepte de la cabale
Adepte de la cabale


Masculin
Nombre de messages: 292
Date d'inscription: 05/08/2007

MessageSujet: Re: Satanisme, Luciférisme, messe noire   Dim 20 Jan 2008 - 5:40

A la manière d'el spirito : Tous, oui là chez vous, on reprend en choeur !!! Diable 01 Diable 01 Diable 01

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Satanisme, Luciférisme, messe noire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE FORUM DES ÉGARÉS ::  :: -