LE FORUM DES ÉGARÉS




Post mortem nihil est
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Conseil(s) sur Céline

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
el spirito
Sophiste d'estaminet
Sophiste d'estaminet
avatar

Masculin
Nombre de messages : 710
Age : 52
Localisation : république bananière!
Date d'inscription : 10/10/2006

MessageSujet: Re: Conseil(s) sur Céline   Lun 11 Déc 2006 - 1:59

Dans" les entretiens..",Céline explique d'où lui est venu son style inimitable et comment s'en approcher plus ou moins!!!
Un peu comme Salvador Dali en peinture!!!

Mort à crédit et d'un chateau l'autre sont des suites logiques au voyage!

Et si tu as la chance de choper ses trois pamphlets:bagatelles,l'ecole et casse-pipe (+ mea culpa)...là,c'est le feu d'artifice et le fou rire garantie!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JOHN
Austère anachorète
Austère anachorète
avatar

Masculin
Nombre de messages : 808
Age : 41
Localisation : Un monde de (sales) cons
Date d'inscription : 09/12/2006

MessageSujet: DECOUVRIR CÉLINE   Lun 11 Déc 2006 - 14:49

J’ai découvert les livres de CÉLINE(1894-1961) que cet été (à l’âge de 30 ans). Avant je n’avais de lui que des entretiens Audio (« Céline parle », édition Rémi Perrin). J’ai découvert Céline grâce à Alain Soral qui dans « les cinq livres que vous conseillez » de l’entretien "Martins" (d’avril 06, disponible sur son site) dit que Voyage au bout de la nuit (1932) c’est LE livre à avoir lu. Il a eu raison ! Quiconque ne l’a pas lu, il lui manque quelque chose (autant parler pour rien dire !). A ce sujet Cioran (1911-1995) a d’ailleurs dit :
« Il est impossible de tomber à Paris sur quelqu'un dont l'originalité ne soit pas livresque. Où trouver des natures ? Céline fut le dernier dont le point de départ n'ait pas été littéraire. » (Cahiers, p.862)

Suite au « Voyage » j’ai donc naturellement voulu lire tout le reste de l’œuvre de Céline ! dans l’ordre bibliographique de préférence.
J’ai donc lu Mort à crédit (1936) qui est l’introduction chronologique du Voyage, et confirme le génie littéraire de Céline. Mais Mort à crédit est quand même secondaire par rapport au Voyage (dont le « Voyage » en est la continuité et le parachèvement), secondaire non littérairement mais surtout sur le plan, disons, « philosophique » (dont le « Voyage » regorge d’avantage). Mort à crédit est l’introduction chronologique du voyage en même temps en grande partie autobiographique de la jeunesse de Céline ; Mort à crédit se termine par ce qui fait le début du Voyage qui est la décision de Céline de s’engager à 18 ans à l’Armée dans les Cuirassiers (cavalerie). C’est plus long que le Voyage pour rentrer dans le bain. Mais on apprécie de plus en plus surtout dès qu’on arrive jusqu’à la moitié… particulièrement dans les descriptions de quelques moments particulièrement rocambolesques et drôles (illustrant ce que Céline à d'unique).

Ensuite j’ai lu les pamphlets Bagatelle (1937) - L’école des cadavres (1938) - Les Beaux Draps (1941) – ainsi qu’en parallèle la superbe synthèse philosophique (non soumise au politiquement correcte) de paul del perurga « Céline » (éd. Nouvelles Editions Latines, 1987, 650p) : ouvrage que m’a particulièrement recommandé un libraire fan de Céline.

J’ai voulu ensuite lire Guignol’s Band I (et II) (1944) mais j’ai pas accroché à cause du style (y a un point d’exclamation presque à chaque mot!), je me le réserve pour plus tard... C’est aussi sur ce roman de Céline que j’étais tombé la première fois (et qu’à l’époque pas plus je n’avais accroché…). Par conséquent je suppose que ce n’est pas celui-ci qu’on peut conseiller en premier de lire à quelqu’un qui ne connaît pas encore Céline… J’ai lu à la place le petit opuscule les « Entretiens avec le professeur Y » (1955).

Enfin j’ai récemment attaqué la trilogie Allemande de l’exil de Céline en 44 en Allemagne pour échapper à l'épuration et rejoindre le Danemark (en compagnie de sa femme, l’acteur Le Viguan et le fameux Chat "Bébert") : D’un château l’autre (1957) dont le style rappelle les pamphlets (notamment dans les règlements de compte avec le milieu littéraire de l’époque : éditeurs et autres personnalités connues de l’époque).

Puis Nord (1960), excellent, le roman de Céline qui pour moi se rapproche le plus du « Voyage » notamment au plan philosophique. Enfin en ce moment je déguste la suite de Nord : « Rigodon » (1961) : que je déguste d’autant plus que non seulement c’est le dernier livre que Céline a écrit, mais en plus Céline est mort le jour même de son achèvement ! peu après avoir appelé son éditeur pour le prévenir qu’il l’avait terminé. Ce qui explique que l’ouvrage (initialement prévue pour sortir en 1964) n’est sorti qu’en 1969, soit 8 ans après la mort de Céline, car le travail d’édition a été fait sans lui (donc plus long), notamment la recopie du manuscrit et la correction des épreuves.


Dernière édition par JOHN le Jeu 3 Avr 2008 - 17:22, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Conseil(s) sur Céline   Lun 11 Déc 2006 - 17:48

Gérard Miller a écrit:
Subversivio a écrit:
Gérard Miller a écrit:
Je me disais bien qu'il y aurait un gus ici pour citer "Bagatelles pour un massacre". L'important c'est que ce "pamphlet" ( doux euphemisme ) te fasse rire.

Sinon, "Mort à crédit" est un grand livre.

J'ai lu un "article" sur Bagatelles pour un massacre et apparemment, il semble être un ouvrage "terrifiant"

Quelqu'un peut m'en dire plus ?

Comment te dire ...
J'ai jamais lu un truc aussi raciste de ma vie.
C'est toute la verve et la cruauté de Celine au service des thèses du IIIème Reich.
A côté, les brochures de la Tribu k c'est Blanche Neige et les sept nains.
Bien évidemment, ce "pamphlet" devrait être grandement apprécié sur ce forum .

Bah,euh, y'a pas un Celine "gentil" et un Celine "méchant". Les pamphlets pour vomitifs qu'ils soient (encore plus à posteriori) font partie de l'oeuvre de Celine, quoi que l'on en pense. Je conseille pour ma part la Lecture du "Celine" de Philippe Muray, un livre formidablement bien ecrit et parfait pour penetrer l'oeuvre et la personnalité celiniennes, tout ceci sans diabolisation ou banalisation de ce "salaud lumineux".


Dernière édition par le Mar 12 Déc 2006 - 3:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Conseil(s) sur Céline   Lun 11 Déc 2006 - 18:00

Gérard Miller a écrit:
Comment te dire ...
J'ai jamais lu un truc aussi raciste de ma vie.
C'est toute la verve et la cruauté de Celine au service des thèses du IIIème Reich.
A côté, les brochures de la Tribu k c'est Blanche Neige et les sept nains.
Bien évidemment, ce "pamphlet" devrait être grandement apprécié sur ce forum .

"Bagatelles" est en effet un veritable concentré de haine porté par une ecriture quasi-hypnotique. Sa lecture ne peut laisser indifférent, on eprouve tant de la repulsion que de la fascination devant un tel deluge d'invectives. Nausée garantie.
Il ne faut bien sur pas reduire Sartre aux "pamphlets" mais ils font tout de meme partie integrante de son "oeuvre".
Revenir en haut Aller en bas
Gérard Miller
Idiot utile
Idiot utile
avatar

Masculin
Nombre de messages : 578
Date d'inscription : 30/11/2006

MessageSujet: Re: Conseil(s) sur Céline   Lun 11 Déc 2006 - 18:02

N'est pas Me Verges qui veut.
Il ne s'agit pas de dire qu'il y a un Celine gentil et un Celine méchant mais de faire une distinction entre ses livres.
Certains écrivains vont pondre un chef d'oeuvre et puis pondre une merde l'année d'après.
Maintenant, si tu considères que Bagatelles c'est du même niveau que le voyage ou Mort à crédit, libre à toi.

Sinon, j'ai bien aimé ton "Les pamphlets pour vomitifs qu'ils soient (surtout à posteriori)". Savoureux ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ajax
Résistant anti-système
Résistant anti-système
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1521
Date d'inscription : 21/11/2006

MessageSujet: Re: Conseil(s) sur Céline   Lun 11 Déc 2006 - 19:42

Rigodon n'est pas fini. Il n'y a pas de lecture de la cohérence de l'ouvrage. Il y a une énorme inversion dans les villes visitées dans Rigodon. Je ne l'ai lu qu'une fois alors que je dois bien avoir lu Guignol's et le voyage près de 30 fois au bas mot, chacun (ce n'est pas mon record, le livre que j'ai le plus lu ce sont les frères Karamazov).

Si tu veux aborder sérieusement la vie de Céline, il faut te munir aussi d'une biographie pour déjouer ses sales pièges. Parce que Céline est un romancier, il est très fort pour te faire croire qu'il a vécu ce qu'il écrit. La plus complète est naturellement celle de Gibaud mais toutes, en fait, se vallent. Je vais te la résumer ici car c'est un exercice amusant.

Céline est né d'une famille petite-bourgeoise du vieux Paris, rampe du pont à Courbevoie. Il appuiera de nombreuses fois sur ce fait dans sa carrière littéraire. Sa mère est dentelière à son compte et son père est employé aux écritures dans une compagnie d'assurances. En opposition à ce qu'il prétend dans ses interviews (car même ses interviews sont mensongers) et dans mort à crédit, son père n'a aucun diplôme. C'est un homme simple.

Fort de son certif, il rentre très jeune dans la vie active à faire le colporteur, employé à droite et à gauche. Il a, toutefois quelque chose de plus dans son cévé. Enfant, ses parents se sont saignés aux quatre veines pour lui offrir des séjours linguistique en Angleterre et en Allemagne. Ca l'aidera beaucoup dans la vie, on le verra plus tard.

En 1912 il s'engagera dans l'armée française chez les cuirassiers. Lorsque la guerre éclate il est rapidement blessé par un obus et reçoit une distinction militaire. Il a été un des derniers hommes à avoir fait une charge de cavalerie en France sabre au clair et tout et tout. Sa blessure lui vaudra d'être mutilé, invalide à 75 %. Son bras est touché ainsi que sa tête, un éclat d'obus est resté dans son crane jusqu'à sa mort.

Pour sa convalescence, il ira au val de grâce et en Angleterre. A son retour en France, il part aux colonies, à Biko-bimbo au Cameroun (le fameux Bikomimbo de Bamboula Bragamance du Voyage). Il en revient bouffé par le palu et autres maladies tropicales, et, assez vite, il est engagé par la fondation Rockefeller et parcourt le pays pour dispenser un discours d'hygiéniste. A Rennes, il fait connaissance avec un médecin local, se marie avec sa fille, dont il divorcera quelques années plus tard lui laissant une petite fille. Ce parcours et ses rencontres lui donneront la passion de la médecine et, à la fin de la guerre, il passera un doctorat simplifié. La France avait facilité l'accès aux diplômes et à l'enseignement pour repeupler certains domaines d'activité sérieusement dépeuplés par le conflit. Ce doctorat se conclut par la magnifique thèse sur Semmelveis (qui a été éditée par la suite).

Céline est, semble-t-il un excellent hygiéniste. Il rentre à la SDN à Genève et parcourt le monde pour son compte. Il profite ainsi du fait qu'il est trilingue. Il reverra l'Afrique, les Etats-Unis et en particulier les conditions de vie dans les usines automobiles. En 1926, il tente de faire paraître son premier vrai livre, une pièce de théâtre, "l'Eglise". C'est un flop. L'église, à quelques détails près, préfigure la structure de Voyage au Bout de la Nuit. La principale différence entre les deux ouvrages repose dans le fait que Céline fait figurer dans l'Eglise une scène à la SDN qui fait penser au protocole des sages de Sion. C'est ce qui le fachera avec son chef, un médecin allemand de confession juive. C'est une période faste pour lui, il a une vie mondaine ponctuée de rencontres et de coquetèles comme on disait à l'époque. Céline est un grand bonhomme, plutôt beau gosse qui gagne très bien sa vie. Il a tout pour lui.

De retour en France, il s'inscrit comme médecin en banlieue, cette banlieue qu'il vit avec douleur pour la SDN. Céline rencontre des tas de gens, en particulier un certain Mahé, peintre bohème vivant sur une péniche. Il vit également avec une magnifique danseuse américaine, Elizabeth Craig, avec laquelle il se séparera peu avant la sortie du Voyage.

Il s'installe à Montmartre au milieu d'auteurs, de peintres, de musiciens et il commet l'irréparable... l'écriture du Voyage au Bout de la Nuit. Il ne faut pas se tromper sur Voyage. Ce n'est pas un premier roman qui sort du Néant. Fini, il l'envoya à toutes les maisons d'éditions qui toutes le refusèrent sauf un jeune belge, Robert Denoël (mon mac, comme il l'appelait). Le Voyage a été profilé pour devenir un Goncourt. Il profita de l'appui de Lucien Descaves dans cette optique. Présenté comme un nouveau naturaliste, il a du mal à percer dans cette France à peine remise du surréalisme breton. Mais peu importe, Voyage sort. C'est une véritable bombe littéraire. Très favorablement accueilli par la critique et par ses compères écrivains, il fut traduit dans toutes les langues. On raconte même que Voyage était un temps le livre de chevet de Staline. Malheureusement, il n'obtint pas le Goncourt et Céline, rancunier comme pas deux, en voulut à tout le gottha littéraire.

Mort à Crédit vint plusieurs années plus tard. On sent que Céline ne travaille pas que sur un livre en même temps. Mort à Crédit est émaillé de références à un de ses futurs ouvrages : la légende du roi Krogold. Céline veut, en fait, écrire deux livres : casse-pipe, un récit de guerre et guignol's band en souvenir du Londres qu'il a connu. D'ailleurs, Guignol's est un témoignage à l'attention des générations futures comme lui même il l'appelle. C'est un condensé des historiettes récoltées ci et là, surtout dans les délire de son copain Mahé.

Dans ces années trente glorieuses pour lui, il décide d'aller en Russie dépenser les droits d'auteur qu'il avait gagné là bas. En effet, l'URSS ne permettait pas la fuite des capitaux. Les droits d'auteur de Céline restaient mobilisés sur un compte sur place avec possibilité de ne les dépenser que là bas. Céline, s'y rendit "à ses frais" pas comme les auteurs subventionnés par le PCF comme Gide ou Aragon. Il en revint écoeuré et prépare la rédaction de Mea Culpa qui sortira dans cette période.

Peu de temps après Mort à Crédit, Céline pond un des pavés les plus célèbres de la littérature du XXe siècle : Bagatelles pour un Massacre. En six mois, il produit un condensé de haine, de mépris, de politique et de lyrisme unique en son genre. Il y critique également l'union soviétique la considérant aux mains de l'immense complot juif mondial. Céline, l'auteur du premier roman communiste de l'histoire, d'un coup, d'un seul, personne ne s'y attendait (sauf ceux qui avaient lu l'Eglise), de passer ami ouvert de monsieur Hitler.

La guerre survint, Céline s'engagea sur un bâteau de guerre impropable, fut battu, et s'en retourna à Montmartre. D'autres pavés antisémites sortirent (les beaux draps, l'école des cadavres) et des articles qui choquèrent même les plus sinistres collabos. Lucien Rebatet a été plus précis sur l'oeuvre de Céline pendant l'occupation. Si certes Céline a pondu des oeuvres d'une réelle violence contre tout ce qui n'est pas blanc, chrétien et du nord de la Loire, on ne peut pas dire qu'il ait réellement collaboré. Ses voisins avenue Junot tenaient une des nombreuses antennes de la résistance et lui demandaient fréquemment de soigner des parachutés ou des résistants blessés. D'ailleurs, selon Rebatet, Céline s'était, le jour même de l'arrivée des Allemands à Paris, refusé de croire en la victoire allemande et a opté pour une attitude cynique à l'égard d'eux tout en continuant à fustiger le juif, seul responsable, pour lui, de la débacle de la France et de la misère des petites gens.

Juste après le débarquement, Céline fuit, considéré comme collaborateur. Il parti seul, en vue de rejoindre le Danemark où toute sa fortune était placée en or chez une amie. Il traverse l'Allemagne en flammes, Berlin, Siegmaringen, assiste à la décrépitude du régime Nazi. Dans le cerveau de Céline, la déroute devient Apocalypse avec les pseudo-justes qui s'écharpent pour savoir qui sera sauvé, qui s'en sortira. C'est génial de relire cette scène où il est chez Laval à Siegmaringen et que Laval se croit sauvé, lui, pensant que Céline l'antisémite allait tout assumer pour tout le monde.

Après ce voyage rocambolesque, il arrive au Danemark, s'installe puis est vite emprisonné. Il vient d'être condamné à mort par les tribunaux de l'inquisition-purification. Céline arrive fatigué au Danemark, quand il sortira de prison, le bel homme sera devenu définitivement un vieillard tout cassé. Il vivra, ensuite, plusieurs années dans une bicoque pourrie dans le froid. Sa femme, Lucette Almanzor, souffre, subit des opérations très complexes, et lui souffre... la France lui manque. Il écrit deux ou trois textes qui ne sont pas édités ou n'ont aucun succès vu qu'il est grillé. Maudits Soupirs pour une Autre Fois qu'il ré-écrira sous le titre Fééries pour une autre fois bien plus tard. Parmi ces textes, ce décapant pamphlet "à l'agité du bocal" où il règle ses comptes avec le mome Nartre, Tartre, qu'il appelle si finement Jean Baptiste. Il ne peut plus éditer, c'est pourquoi son ami Albert Paraz l'inclut dans un de ses recueils à lui. Tous ses anciens amis salissent Céline. Tous ses anciens adorateurs le conspuent. Restent que quelques irréductibles : Nimier, Paraz et dans une moindre mesure Arletty, Michel Simon (quoique juif, il luirestera fidèle). Pendant ce temps, sa mère meurt comme une pauvresse, personne ne l'a informé le jour même et il n'eut pas le droit de se recueillir sur sa tombe. Son grand ami Denoël meurt et par le fait de magouilles scabreuses, toute son oeuvre tombe dans les bras de Gallimard que Céline déteste.

Acquitté, il revient en France ruiné, s'installe sur les hauts de Meudon, et reprend son métier de médecin des pauvres. Difficilement... Il écrit, reprend l'ouvrage et pond D'Un Château l'Autre. Céline revit, il est de nouveau considéré. C'est de nouveau de la littérature mais il n'aura pas le temps d'en profiter. Usé, perdu, ruiné, il crève à petit feu dans sa demeure...



Personnellement, je trouve que les ouvrages qui en disent le plus sur la pensée Célinienne et sur son style littéraire, c'est Fééries pour une Autre Fois et son tome 2, rebaptisé Normance pour ne pas lui faire subir le même destin que Fééries qui fut un vrai flop. Sur 250 pages, Fééries c'est 200 pages de gromellement haut de gamme, d'humour bravache, d'insultes vertueuses, de génie pur ! On finit sur 50 pages d'une description à l'acide fluorhydrique de son ancien copain Gen Paul qu'il rebaptise Jules Larpente et en fait un homme tronc. La diatribe de Soral à l'égard de Dantec, c'est de l'eau de rose à côté de ça. La description qu'il fait de son ancien pote, est absolument phénoménale. Je me suis pissé dessus au sens propre la première fois que je l'ai lue.


Mais bon, faut tout lire !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
el spirito
Sophiste d'estaminet
Sophiste d'estaminet
avatar

Masculin
Nombre de messages : 710
Age : 52
Localisation : république bananière!
Date d'inscription : 10/10/2006

MessageSujet: Re: Conseil(s) sur Céline   Mar 12 Déc 2006 - 2:34

Gérard Miller a écrit:
Je me disais bien qu'il y aurait un gus ici pour citer "Bagatelles pour un massacre". L'important c'est que ce "pamphlet" ( doux euphemisme ) te fasse rire.

Sinon, "Mort à crédit" est un grand livre.

On les appellent "pamphlets" pour les distinguer du reste de l'oeuvre ecrite de Céline qui a été réediter quand ceux ci ne l'on plus été depuis 1944!

"Bagatelles pour un massacre" est ,de ceux ci,mon préféré!
Tes opinions sur celui ci ne sont pas singulières car partagés par beaucoup de monde!

OUI...la charge antisémite est digne d'un bombardement intensif sur le front ouest pendant la grande guerre!
OUI...l'outrance est portée à son point de fusion métalurgique!
OUI...la philippique n'est dirigé que sur un unique bouc émissaire prénommé "les JUIFS"!
OUI..ils sont partout ( toutes les deux lignes!)...et même Louis XIV ,avec son nez Bourbonien,est suspect!!! geek

Mais aussi...

OUI...ce livre est drôle!...le sous titre disait "pour bien rire dans les tranchées!"
OUI...ce livre dénoncait une guerre stupide qui approchait sans personne qui ne cherche à l'arrêter (il date de 1938).
OUI...ce livre frappe fort les consciences (en bien ou en mal,qu'importe!) et c'etait son but...l'ancien combattant pacifiste n'avait pas envie de revoir la tuerie de 14!
OUI...l'outrance délirante artistique et quasi surréaliste est un exercice de style où Céline a ridiculisé tout les précédents ecrivains antisémites besogneux!
OUI...la description sociologique qu'il fait des Juifs a certainement étonné plus d'un artisan du sentier qui ne se savait pas aussi puissant et important ici bas!!
OUI...il a puisé par ci par là des références,souvent flaiblardes ou mensongères de bas niveau tirés d'une longue lignet de traditions antisémites et anti judaïque,parfois inventés de toutes pièces!
OUI...mais on découvre,aussi,qu'il a pû cerner certains traits de caractères des personnalités de son époque qui,elles,n'en sont pas dénuées!
OUI...la suite tragique et bien réel qu'a subit l'objet de son ressentiment ,tel la lyre de Néron après l'incendie de Rome,a marqué ce livre du sceau de l'infamie prémonitoire!!!
OUI...ce livre ne doit etre mit qu'entres des mains averti car on doit etre capable de distinguer le premier du second degré!

De toutes manières,pour en trouver un exemplaire...y'à du taf et c'est très cher!


Je suis encore etonné que le seul énonçé du titre puisse encore susciter autant de reactions indignés!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ajax
Résistant anti-système
Résistant anti-système
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1521
Date d'inscription : 21/11/2006

MessageSujet: Re: Conseil(s) sur Céline   Mar 12 Déc 2006 - 2:59

t'as oublié un truc :

OUI.... Il m'a fait mourrir de rire à certains moments. Rien que le nom de son chef "Youbelblat", j'en pouvais déjà plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Conseil(s) sur Céline   Mar 12 Déc 2006 - 3:49

Gérard Miller a écrit:

Sinon, j'ai bien aimé ton "Les pamphlets pour vomitifs qu'ils soient (surtout à posteriori)". Savoureux ...

Je me suis mal exprimé, je voulais dire "encore plus" et j'ai ecrit "surtout". En effet la haine des mots de 1938 après le genocide nazi prend forçément une odeur plus rance.
Je vais donc de ce pas l' editer. Mais à part ça, qui y'a t'il de savoureux ? Qu'as-tu compris ?
Non, je ne mets pas "mort à credit" et "bagatelles" au meme "niveau", je te rassurre.
Revenir en haut Aller en bas
Osiris
Invité



MessageSujet: Re: Conseil(s) sur Céline   Mar 12 Déc 2006 - 13:07

Gérard Miller a écrit:
sK!z0 tu me vois donc rassuré.

El spirito, chacun ses lectures. Je te conseille également vivement "le Protocole des Sages de Sion" qu'on trouve désormais dans toutes les bonnes librairies "islamistes"

Pour la petite histoire, c'est pas si dur que ça de trouver un exemplaire de Bagatelle. J'en ai vu un pas plus tard que ce week end chez les bouquinistes des quais de Seine.

Sinon, ça me fait marrer que les mêmes qui sont outrés par les propos de Dantec sur les Musulmans ( certains se prononcent même en faveur de son élimination physique pure et simple )applaudissent des deux mains, bavant littéralement d'admiration lorsque Celine fait 100 fois pire à l'égard des juifs, assimilant son condensé de haine rance à un pamphlet particulièrement truculent.

C'est dingue comment ton pseudo colle au personnage de Gerard Miller. C'est très RP le côté défenseur des pauvres juifs martyrisés dans notre société moderne. Mais ce n'est guère convaincant en vue de la réalité du terrain.

1. Dantec a exprimé sa haine des arabo-musulmans dans une radio avec des propos très crus et clairs.
2. Céline est un écrivain antisémite connu et reconnu. Il n'y a même pas débat.
3. Dantec est invité dans les émissions littéraires, sans que l'on évoque une seule fois son côté obscur de la Force, visant à l'extermination des dits musulmans en toute rigolade.

Et c'est là que tout cloche dans l'histoire.

PS: pour l'histoire, le Protocole des Sages de Sion, je retire le mot juif du texte et je lis un programme PRO-mondialisation ultralibérale. Ce livre me fait penser au livre de chevet de David Rockfeller.
Revenir en haut Aller en bas
JOHN
Austère anachorète
Austère anachorète
avatar

Masculin
Nombre de messages : 808
Age : 41
Localisation : Un monde de (sales) cons
Date d'inscription : 09/12/2006

MessageSujet: INSOMNIE ET LUCIDITÉ   Mar 12 Déc 2006 - 18:39

ajax a écrit:
En 1912 Céline s'engagera dans l'armée française chez les cuirassiers. Lorsque la guerre éclate il est rapidement blessé par un obus et reçoit une distinction militaire. Il a été un des derniers hommes à avoir fait une charge de cavalerie en France sabre au clair et tout et tout. Sa blessure lui vaudra d'être mutilé, invalide à 75 %. Son bras est touché ainsi que sa tête, un éclat d'obus est resté dans son crane jusqu'à sa mort.
C'est sûrement de cette blessure de guerre à la tête d'où vient l'insomnie de Céline: insomnie de l'écrivain qui vient attiser sa lucidité avec ses "excès" à l'origine de son talent unique d'écrivain plus ou moins polémiste (le sommet étant atteint avec les pamphlets...):

CIORAN (1911-1995) a écrit dans Cahiers, p. 844 :
« Ce Juif arménien, Milton Hindus, qui a été le premier être humain à s'intéresser à Céline réfugié au Danemark, ne comprend pas la frénésie et l'hystérie de ce dernier, il n'en devine pas la cause exacte. Or Céline lui répète inlassablement qu'il souffre d'insomnie, qu'il prend parfois un soporifique toutes les heures. C'est là qu'il faut chercher l'explication d'une fièvre furieuse et presque ininterrompue. « De toute façon, je ne peux pas dormir », ne cesse de lui dire Céline, et lui, l'exégète se perd en conjectures, et ne comprend rien. (1)

Quand je me suis occupé de Maistre [Cf dans Exercices d’admirations (1986)], au lieu d'essayer d'expliquer le personnage en accumulant données sur données, il aurait fallu simplement rappeler aux lecteurs éventuels qu'il dormait trois heures par nuit tout au plus. Cela suffit pour faire comprendre l'extravagance, la passion, le frémissement et la violence d'un écrivain ou de n'importe qui. Ce détail capital, le plus important assurément, j'ai négligé de le donner. Omission regrettable, quand on songe que l'humanité se partage en deux catégories irréductibles : les dormeurs et les veilleurs, qui représentent deux mondes incapables de communiquer, tant ils relèvent de vérités et d'univers différents. » *

* Repris dans Aveux et anathèmes (1987), chap. « Face aux instants » :
« M’étant occupé jadis de Joseph de Maistre, au lieu d'expliquer le personnage en accumulant détails sur détails, j’aurais dû rappeler qu’il n’arrivait à dormir que trois heures tout au plus. Cela suffit pour faire comprendre les outrances d’un penseur ou de n'importe qui. J’avais cependant omis de signaler le fait. Omission d’autant plus impardonnable que les humains se partagent en dormeurs et en veilleurs, deux spécimens d’êtres, à jamais hétérogènes, qui n’ont en commun que leur aspect physique. » **

** + Alain Soral dans CHUTe ! (2006), p. 190 :
« Je ne sais plus qui a dit qu’il y a sur terre les « dormeurs » et les « veilleurs », ceux qui – comme Popovic avec son foot, son alcool, ou Ali avec son shit –, parviennent à décrocher un tiers du temps, et les veilleurs comme Viscard, chez qui l’inquiétude [et la lucidité] à plein-temps tourne à la torture, l’obsession… »

(1) [= Céline (1894-1961) dans Mort à crédit (1936), p17 :
« Mon tourment à moi c’est le sommeil. Si j’avais bien dormi toujours j’aurais jamais écrit une seule ligne. »

+ dans Nord (1960), p.244, 247 :
« Je dors jamais beaucoup, ni profond… je me contente de m’allonger tout droit… »

« Le sommeil, pour vous faire comprendre… je peux dire que je ne dors que par instants depuis novembre 14… je m’arrange avec bruits d’oreilles… je les écoute devenir trombones, orchestre complet, gare de triage… c’est un jeu !... »

+ dans Voyage au bout de la nuit (1932), p. 454 (éd. folioplus) :
« [Pour pouvoir trouver le sommeil il faut suffisamment d’insouciance.] Ne croyez donc jamais d’emblée au malheur des hommes. Demandez-leur seulement s’ils peuvent dormir encore ?... Si oui, tout va bien. Ça suffit. »

+ dans Nord (1960), p. 247 :
« Pour dormir il faut de l’optimisme, en plus d’un certain confort… »

+ Alain Soral dans CHUTe ! (2006), p. 53 :
« L’autre conséquence de petite loterie de la fessée [= d’enfant battu par un père brutal], c’est qu’elle m’a ôté la qualité du sommeil. Une insomnie tenace qui a orienté toute ma vie puisque dormant mal et peu, il me fut toujours très difficile de me lever. Et comme les choses sérieuses commencent tôt le matin, adieu les études, plan de carrière… Ce n’est pas à moi que cette vie appartient. »


Dernière édition par JOHN le Jeu 3 Avr 2008 - 17:24, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ajax
Résistant anti-système
Résistant anti-système
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1521
Date d'inscription : 21/11/2006

MessageSujet: Re: Conseil(s) sur Céline   Mar 12 Déc 2006 - 18:57

tout à fait, l'éclat d'obus qui n'a pu être extrait était proche de son oreille gauche et causait un bruit permanent. Je souffre du même problème que LFC (dans des proportions moindres) et je peux vous dire que quand les trompettes se réveillent, on devient carrément fou ! Toutefois, la médecine a fait des progrès... Heureusement.

________________________________________________________________
il y a ça aussi dans Bagatelles (que je suis en train de relire).


"J'ai rien de spécial contre les Juifs en tant que juifs, je veux dire simplement truands comme tout le monde, bipèdes à la quête de leur soupe... Ils me gênent pas du tout. Un Juif ça vaut peut-être un Breton, sur le tas, à égalité, un Auvergnat, un franc-canaque, un « enfant de Marie »... C'est possible... Mais c'est contre le racisme juif que je me révolte, que je suis méchant, que je bouille, ça jusqu'au tréfonds de mon benouze !... Je vocifère ! Je tonitrue ! Ils hurlent bien eux aux racistes ! Ils arrêtent jamais ! aux abominables pogroms ! aux persécutions séculaires ! C'est leur alibi gigantesque ! C'est la grande tarte ! leur crème ! On me retirera pas du tronc qu'ils ont dû drôlement les chercher les persécutions ! foutre bite ! Si j'en crois mes propres carreaux ! S'ils avaient fait moins les zouaves sur toute l'étendue de la planète, s'ils avaient moins fait chier l'homme ils auraient peut-être pas dérouillé !... Ceux qui les ont un peu pendus, ils devaient bien avoir des raisons... On avait dû les mettre en garde ces youtres ! User, lasser bien des patiences... ça vient pas tout seul un pogrom !... C'est un grand succès dans son genre un pogrom, une éclosion de quelque chose... C'est pas bien humainement croyable que les autres ils soient tous uniquement fumiers... ça serait trop joli...
Il faut bien observer qu'en France personne leur a jamais fait de mal... Ils ont prospéré tant et mieux, ils tiennent tout le haut du pavé... On a été avec eux libéraux, jusqu'au caleçon, regardez pourtant comme ils se tiennent !... Une bande de rats vociféroces, intraitables, implacables ennemis... C'est un bidon phénoménal ce grand martyr de la race juive... qu'on agite au-dessus des chrétiens... toujours jobards et dindonnants, enthousiastes cocus... deux millions de martyrs rien qu'en France, ça fait une force considérable ! C'est invincible à vrai dire... Une fois bien grimpés
sur nos os, une fois ramollis nos bons cœurs, une fois bien sûrs qu'ils nous possèdent jusqu'aux derniers leucoblastes, alors ils se transforment en despotes, les pires arrogants culottés qu'on a jamais vus dans l'Histoire...
"


Ca me rappelle la fameuse phrase qui a vallu à Soral d'être traité comme il l'est.

Je comprends quelque part la vigilance de certains intellectuels. Notre période ressemble tellement à celle de 1936-38. Céline n'est pas un précurseur antisémite mais s'est fait l'écho d'un "air du temps" au travers Bagatelles, tout comme Soral actuellement. Il y a comme une grande similitude entre le message qu'a passé Soral (non antisémite) et celui de Céline (profondément antisémite). C'est, peut être, j'ai peur pour les juifs, le prémice d'un carnage imminent (en Palestine par exemple)... Soyons aussi vigilants !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JOHN
Austère anachorète
Austère anachorète
avatar

Masculin
Nombre de messages : 808
Age : 41
Localisation : Un monde de (sales) cons
Date d'inscription : 09/12/2006

MessageSujet: Re: Conseil(s) sur Céline   Mer 13 Déc 2006 - 5:06

el spirito a écrit:
Chez REBATET..n'oublions pas son chef d'oeuvre qui l'a fait connaitre..."LES DECOMBRES"...magistralement ecrit dans une langue plus classique que Céline mais aussi drôle!!
Pour en finir avec les bagatelles,Celine avait inséré dans celui ci une poilante lettre d'injures d'un lecteur Juif indigné!!!
Du populo pur jus et des formules à faire rougir Audiard...dommage que son auteur n'ait existé que dans l'imagination débordante de Louis-Ferdinand!!!! cheers

Merci pour cette remarque au sujet de REBATET dont je n'ai encore personnellement rien lu... en revanche pour l'excellente lettre d'injure d'un lecteur juif indigné par Bagatelle pour un massacre (1937), c'est au début de L'école des cadavres (1938) que Céline a inséré cette lettre d'injures, comme introduction en quelque sorte...

ajax a écrit:
il y a ça aussi dans Bagatelles (que je suis en train de relire). [...]
Ca me rappelle la fameuse phrase qui a vallu à Soral d'être traité comme il l'est.

Cela renvoie à ma réponse faite à "David B." dont son sujet "Les juifs" dans la rubrique "Soralissimo" en page 14 :

JOHN a écrit:
David B. a écrit:
"Ca fait 2500 ans qu'ils se font derrouiller, il doit bien y avoir une raison !"
Admirateur de Céline, Soral partage-t-il ses obsessions?

Cette citation de Soral semble correspondre ou être illustré (ou inspiré) par le passage de Bagatelle (1937) en page 72. (Je ne crois pas pouvoir le reproduire ici.)
Mais que Ajax a reproduit ci-dessus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gérard Miller
Idiot utile
Idiot utile
avatar

Masculin
Nombre de messages : 578
Date d'inscription : 30/11/2006

MessageSujet: Re: Conseil(s) sur Céline   Mer 13 Déc 2006 - 17:51

Tiens John, t'as oublié celle-ci :

"Ils ont des grandes oreilles pleines de pus les fourchus, tellement que ça suinte de partout et pis faut les voir nous toiser les zouaves avec leur grands nez car ils sont culottés contrairement à leur chose, même qu'elle est carrement rétréci leur chose à tel point qu'on se demande le pourquoi qu'ils en tirent une grande fièrté" " Jean-Louis Ferdinand Celine ( oncle de Louis Ferdinand ) dans "Bagatelles pour une boucherie dans un chateau acheté à crédit"

J'ai bon ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
juju333diablo
Idiot utile
Idiot utile
avatar

Masculin
Nombre de messages : 575
Age : 42
Localisation : 92
Date d'inscription : 10/10/2006

MessageSujet: Re: Conseil(s) sur Céline   Ven 15 Déc 2006 - 12:40

Gérard Miller a écrit:
Sinon, avez vous des bio interessantes sur Edouard Drumont, Brasillac, Maurras et Drieu Larochelle Question

Celles de wikipedia sont assez complètes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.egaliteetreconciliation.fr/
JOHN
Austère anachorète
Austère anachorète
avatar

Masculin
Nombre de messages : 808
Age : 41
Localisation : Un monde de (sales) cons
Date d'inscription : 09/12/2006

MessageSujet: LES PROTOCOLES DES SAGES DE SION   Sam 16 Déc 2006 - 1:56

Gérard Miller a écrit:
El spirito, chacun ses lectures. Je te conseille également vivement "le Protocole des Sages de Sion" qu'on trouve désormais dans toutes les bonnes librairies "islamistes"

Au sujet de ce livre il faut savoir que c’est l’un des plus vendues en Turquie (avec Main Kampf !), ainsi qu’également dans plusieurs autres pays de l’Est comme en Bulgarie.
Au sujet des protocoles, Julius Evola ** (1898-1974) a écrit dans Trois aspects du Judaïsme (éditions de l’Homme Libre, 2005) au chap. « Le problème juif dans le monde économique et social », p44-49 :
Citation intempestive supprimée par JUJU333DIABLO
** Pour en savoir plus sur l’auteur voir l’excellente synthèse bibliographique : EVOLA Qui suis-je ? (éd. Pardès, 1999)


Dernière édition par le Sam 16 Déc 2006 - 22:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JOHN
Austère anachorète
Austère anachorète
avatar

Masculin
Nombre de messages : 808
Age : 41
Localisation : Un monde de (sales) cons
Date d'inscription : 09/12/2006

MessageSujet: LES PAMPHLETS ET L’ANTISÉMITISME   Sam 16 Déc 2006 - 21:46

Subversivio a écrit:
Gérard Miller a écrit:
Je me disais bien qu'il y aurait un gus ici pour citer "Bagatelles pour un massacre". L'important c'est que ce "pamphlet" ( doux euphemisme ) te fasse rire.

Sinon, "Mort à crédit" est un grand livre.

J'ai lu un "article" sur Bagatelles pour un massacre et apparemment, il semble être un ouvrage "terrifiant"

Quelqu'un peut m'en dire plus ?
Pour mieux comprendre cette question je renvoie à ce qu’en dit Pierre Laine dans CÉLINE, Qui suis-je (éd. Pardès, 2005) dans l’excellent chap. « Lucidité, Révolte et Fatigue » de pages 77 à 85.
J’en aurais bien cité une synthèse ici mais les modérateurs ne veulent plus. sad :cry:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
milla
Idiot utile
Idiot utile
avatar

Masculin
Nombre de messages : 705
Date d'inscription : 29/09/2006

MessageSujet: Re: Conseil(s) sur Céline   Lun 18 Déc 2006 - 19:40

Sinon y'a "à l'agité du bocal" qui vient de reparaitre, avec quelques inedits (des prefaces, une interview, un texte fantastique sur les origines de l'argot...)
C'est un peu cher (10 Euros pour a peine 100 pages) mais lire ce torrent d'insultes sur "Jean Baptiste Sartre" en vaut la peine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ajax
Résistant anti-système
Résistant anti-système
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1521
Date d'inscription : 21/11/2006

MessageSujet: Re: Conseil(s) sur Céline   Mar 19 Déc 2006 - 4:08

Céline était fanatique de Shakespeare (préface de Guignol's) et surtout de Rabelais. Parmi ses contemporains, il adorait Dabit (hôtel du nord) et Mac Orlan. J'ajouterai que sa haine de proust était l'expression d'un amour.

Et, naturellement, il adorait le travail de son pote Marcel Aymé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ajax
Résistant anti-système
Résistant anti-système
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1521
Date d'inscription : 21/11/2006

MessageSujet: Re: Conseil(s) sur Céline   Mer 20 Déc 2006 - 7:07

Il y a un roman de Brasillach qui vaut d'être lu si on aime les belles plumes : "Comme le temps passe".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Conseil(s) sur Céline   Jeu 28 Déc 2006 - 13:08

pour changer des romans je conseil aussi ses lettres, on le retrouve avec sa verve mais plus a "chaud"... Very Happy

- Ferdinand Furieux avec 313 lettres a pierre monnier qui tentait de le republier en france (nous sommes en 1948-50 !!!)

-lettres de prison a lucette et a meaitre Mikkelsen 1945-47

-lettres a la NRF 1931-1961....(large champ temporel)

sinon petit receuil republié il y a peu
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Pamphlets céliniens   Ven 5 Jan 2007 - 22:24

Question qui vous a peut-être déjà été posée : dans quels genres d'endroits peut-on se procurer les pamphlets de Céline ?
On m'a parlé des bouquinistes des Quais de Seine, mais je ne vais pas souvent à Paris. J'en ai vu quelques-uns sur E-Bay, mais à des prix exorbitants (65 ou 80 €, ça fait cher le bouquin quand même...).
D'autres suggestions ?
Revenir en haut Aller en bas
Osiris
Invité



MessageSujet: Re: Conseil(s) sur Céline   Ven 5 Jan 2007 - 23:26

ajax a écrit:
internet, tu trouves les textes intégraux ici : http://dndf.over-blog.com/article-2353377.html

Moi je les avais acheté chez un bouquiniste sur les quais de la Seine.

Ses pamphlets sont tous au format Pdf sur un site interdit par la législation française

Il est interdit d'interdire est ma devise. Google est ton ami.


Dernière édition par le Sam 6 Jan 2007 - 0:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
ajax
Résistant anti-système
Résistant anti-système
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1521
Date d'inscription : 21/11/2006

MessageSujet: Re: Conseil(s) sur Céline   Sam 6 Jan 2007 - 23:55

je me suis souvent posé la question, probablement par inculture mais, pour Soral prétend-il si souvent qu'il est nordiste alors qu'il est savoyard d'origine ?

Y a-t-il encore un parallèle avec Céline qui mettait ses origines du Nord de la France pour les opposer au Sud, cette région peuplée de "Narbonoïdes négrifiés" comme il disait lui même (voir l'interview de Rebatet dans les Cahiers de L'Herne) ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
juju333diablo
Idiot utile
Idiot utile
avatar

Masculin
Nombre de messages : 575
Age : 42
Localisation : 92
Date d'inscription : 10/10/2006

MessageSujet: Re: Conseil(s) sur Céline   Dim 7 Jan 2007 - 0:31

ajax a écrit:
je me suis souvent posé la question, probablement par inculture mais, pour Soral prétend-il si souvent qu'il est nordiste alors qu'il est savoyard d'origine ?

Je crois qu'il faisait référence à l'attitude impassible du Nord opposé à la nature extravertie du Sud. Ce qui est tout à fait discutable par ailleurs.

J'ai une phrase en tête : "moi, je suis plutôt un mec du nord ; on se cache pour pleurer" en réfèrence à Pagnol.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.egaliteetreconciliation.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Conseil(s) sur Céline   

Revenir en haut Aller en bas
 
Conseil(s) sur Céline
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Esprit Saint ! Qu'est-ce que le don de conseil ?
» conseil cuisine pour une crémaillère et anniversaire?
» Doit-on parler de Cour ou de Conseil Constitutionnel ?
» THIERS Adolphe, président du conseil
» Conseil de discipline

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE FORUM DES ÉGARÉS :: ALCHIMIE DU VERBE :: Boîte à lettres-
Sauter vers: