LE FORUM DES ÉGARÉS




Post mortem nihil est
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 BHL le donneur de leçons

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Tatave
Idiot utile
Idiot utile
avatar

Masculin
Nombre de messages : 742
Date d'inscription : 09/01/2007

MessageSujet: BHL nègre de Royal ?   Jeu 4 Oct 2007 - 4:40

BHL, plume de Royal ?
Une rumeur sans fondement bounce

L'auteur, qui sort un nouvel ouvrage consacré à la gauche le 9 octobre, serait également celui, au moins en partie, du livre à venir de Ségolène Royal, selon un site internet. Le principal intéressé a démenti.

Bernard-Henri Lévy aurait, au moins en partie, écrit le livre de Ségolène Royal attendu pour la fin de l'automne. C'est ce qu'a brièvement affirmé, mercredi 3 octobre, le site littéraire nonfiction.fr ... avant de retirer son article quelques heures après.
Le site, qui propose une critique du nouvel ouvrage de l'écrivain ("Ce grand cadavre à la renverse", Grasset) à paraître le 9 octobre, affirmait avoir appris "de sources bien informées, que Bernard-Henri Lévy a sinon entièrement écrit, du moins donné un large coup de main, à la rédaction du nouveau livre de Ségolène Royal". Mais l'article a par la suite été enlevé.
Bernard-Henri Lévy laisserait comprendre dans son propre ouvrage consacré à la gauche quelques participations à l'écriture de discours et autres textes de la candidate socialiste à la présidentielle. Il s'était publiquement engagé à ses côtés durant la campagne.
Les deux auteurs sont publiés chez Grasset.

source

Extrait de l'article en question :

Bernard-Henri Lévy plume de Ségolène Royal, hier et aujourd’hui.

« Labo Royal » est le titre du chapitre suivant, le plus intéressant du livre, et le plus juste. D’abord, BHL nous prévient qu’il se place sur un terrain strictement politique et public – sous-entendu qu’il évite les sujets personnels. Est-ce possible ? On est en terrain miné – le philosophe va parler de Ségolène Royal. D’ailleurs, il prévient tout de suite : « Un jour je raconterai. Un jour j’expliquerai pour quelles raisons je me suis engagé, avec tant de force, de détermination, à ses côtés. Un jour aussi je dirai la bonne candidate qu’elle fut, dans une campagne piégée, semée de chausse-trappes ». Plus loin, il a ces phrases attentives, les plus belles de ce livre souvent bâclé : « Un jour, mais dans longtemps, je dirai le trouble qui me gagna dans les deux ou trois circonstances où m’apparut l’extrême solitude de cette femme, et son courage dans cette solitude : le regard qui se voile dans ces moments ; la voix qui devient plus sourde, presque sans timbre ; et le sentiment d’être en face, non plus de la rivale heureuse de Fabius et de Jospin (sic), non plus de l’héritière de Mitterrand et de Blum, mais d’un être humain, juste d’un être humain, d’une femme qui voit sa vie changer et qui souffre, d’un masque politique qui, l’espace d’une seconde, ne parvient plus à cacher le tremblement de l’âme ».

Ce chapitre sur Ségolène Royal fourmille de révélations que BHL nous livre à son corps défendant, après nous avoir promis de ne rien dire. D’abord, il apparaît comme un acteur du dispositif Royal, un invité du dimanche au 282 (le siège de campagne de la candidate au 282 boulevard St Germain à Paris). On le devine, en creux, speech-writer intermittent de la candidate. Il aide ici ou là, fait des discours, donné des idées. On apprend d’ailleurs aujourd’hui, de sources bien informées, que Bernard-Henri Lévy a sinon entièrement écrit, du moins donné un large coup de main, à la rédaction du nouveau livre de Ségolène Royal qui paraîtra, comme le sien, chez Grasset à la fin de l’automne (au moins, publier deux livres, le lien et celui qu’il co-écrit avec la candidate, chez le même éditeur, permet de simplifier le règlement des droits d’auteur). BHL speech-writer de la candidate aux présidentielles, nègre de l’ancienne candidate, et plume de la nouvelle Ségolène Royal, voilà qui n’est pas rien. Un scoop, donc.

Pour comprendre Bernard-Henri Lévy, il faut le savoir toujours en quête de l’information dont on va parler, de l’événement à venir. Il est l’homme de la « next big thing ». Et comme il dit avoir été avec John Kerry dans l’avion du candidat en 2004, il lui faut être en 2007 aux côtés de Ségolène Royal. Il y a du Julien Dray chez cet homme : faire partie de toutes les coalitions ; être partout, là où l’action se situe, coûte que coûte, pour appartenir à toutes les majorités intellectuelles gagnantes – BHL, l’apparatchik intellectuel. Ce qui n’enlève rien à son talent, et aux qualités de son livre, ici évidentes.

Au fil des pages de ce chapitre ségoléniste, BHL nous livre une information significative. L’accord que la candidate a voulu passer avec les centristes aurait été imaginé par Ségolène Royal très tôt dans la campagne, bien avant le mois d’avril 2007. Lors de leur premier dîner, il raconte : « Belle et bonne discussion. Maints malentendus balayés. Et accord, en fait, sur l’essentiel. Oui, accord y compris sur cette fameuse alliance avec les centristes dont je suis un chaud partisan et dont elle me dit, dès ce soir-là, que ce sera, le moment venu, la seule stratégie gagnante » (p. 160).

Le livre recèle de révélations sur la préparation du meeting à la Mutualité consacré au Darfour où Ségolène se rend malgré elle, sur le discours-fleuve de Villepinte, sur les querelles internes au staff de la candidate et sur les contradictions de la femme. Il dit « le climat d’amateurisme qui règne autour de la candidate », le « désert qui s’est fait autour d’elle ». BHL est brillant dans son récit, gardant toujours une affection à fleur de peau pour la « femme présidente ».

Le point de différence majeur qu’il a avec Ségolène Royal se situe sur les « droits de l’homme », ce qui ne surprend guère. Et c’est alors qu’apparaît le vilain de la pièce, et du livre : Jean-Pierre Chevènement. Car BHL s’est fait voler la plume par Chevènement et ses conseillers et, tel un amoureux déçu, dit sa jalousie. Car, comme l’avait révélé Ariane Chemin dans le journal Le Monde , Chevènement devient à la fin de l’hiver 2007 un personnage central dans le dispositif Royal. Sa conquête méthodique du « 282 » désespère BHL dont l’engagement mondain et irrégulier ne permet guère d’exercer une influence quotidienne sur les écrits de la candidate. Ce que décrit le chapitre « Labo Royal », c’est une lutte d’influence majeure entre les speech-writers de Ségolène Royal, entre la branche « Che » et le courant « BHL », même si BHL oublie en mettant en scène ce face à face qui le grandit, bien d’autres acteurs décisifs du « 282 » (Jack Lang, Erik Orsenna, Sophie Bouchet-Petersen etc.). Toujours est-il que personne ne fera la synthèse et que le canal historique Royal ne trouvera pas sa ligne.
[...]
Frédéric Martel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
el spirito
Sophiste d'estaminet
Sophiste d'estaminet
avatar

Masculin
Nombre de messages : 710
Age : 52
Localisation : république bananière!
Date d'inscription : 10/10/2006

MessageSujet: Re: BHL le donneur de leçons   Ven 5 Oct 2007 - 0:37

BHL est le nêgre de Ségolène?...qui est celui de BHL ? study
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Citoyen
Adepte de la cabale
Adepte de la cabale
avatar

Masculin
Nombre de messages : 380
Age : 31
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 09/10/2006

MessageSujet: Réponses de Guaino et Chevènement à BHL   Mar 9 Oct 2007 - 18:16

Rappel des faits : interview de BHL dans le Parisien de lundi, semblant obsédé par Chevènement, il dit qu'il fait parti de la "gauche d'extrême-droite", et qu'il "l'emmerde".

Ce matin à France Inter, il accuse Henri Guaino d'être raciste...


Réponses des deux intéressés :

http://www.rue89.com/2007/10/09/pour-guaino-bhl-est-un-petit-con-pretentieux

http://www.chevenement.fr/Le-petit-telegraphiste-de-l-Empire_a435.html?PHPSESSID=5cbe6deee54803823311b26dea593692
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thundaar
Idiot utile
Idiot utile
avatar

Masculin
Nombre de messages : 640
Date d'inscription : 09/07/2007

MessageSujet: Re: BHL le donneur de leçons   Mar 9 Oct 2007 - 19:53

Pour Bardèche, "Patrie et Progrès", le groupuscule dans lequel était le jeune Chevènement, était un mouvement fasciste. BHL n'avait qu'à dire "fasciste de gauche", ce qui est plus adroit que "gauche d'extrême-droite", expression débile. Mais de toutes façons, c'est faux...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pimpam
Idiot utile
Idiot utile
avatar

Masculin
Nombre de messages : 638
Date d'inscription : 07/01/2007

MessageSujet: Re: BHL le donneur de leçons   Mar 9 Oct 2007 - 21:07



---------------------------------------------------------------------

Bibi Clemenceau a écrit:
Moi ce que j'aimerai, enfin, c'est que quelqu'un fasse un vrai sondage, serieux et tous, pour demander au Francais si ils veulent voir BHL, l'entendre, sur les ondes. Un grand referundum sur BHL, pour qu'enfin il degage quoi. Nan mais serieux, vous allez sur Dailymotion, vous lisez les commentaires d'une vidéo de BHL, c'est un torrent d'insultes, de haines et d'appel au meurte. C'est surement pas representatif des Francais mais j'ai franchement l'impression que personne ne peut le blairer. Vous croyez qu'il peut encore se promener dans la rue ? Et pourtant, le mec il vient a la TV chier par la bouche, la soupe servi par un animateur servile, et a chaque fois, en lisant les com sur Dailymotion, je crois rever. Ils arreterons quand ? Quand un public lobotomisé de plateau TV essayera quand meme de le lyncher ?

Tu sais, je crois que les 3/4 des français se foutent de BHL. Une bonne partie de ces 3/4 ne l'ont jamais lu, ne savent pas grand chose de ses positions... Les "polémiques béhachéliennes", ça ne touche que quelques intitiés et un public politisé... Ceux qui se défoulent sur les vidéos de BHL appartiennent à ce public. Une quarantaine de commentaires sur une vidéo de DM ne reflète pas l'opinion des Français. Ceux qui ne sont pas politisés, pas militants, que voient-il ? Un mec télégénique, qui a de la tchatche, qui fait des grandes phrases, c'est distrayant, ils regardent 5 minutes puis passent à autre chose. BHL n'est vraiment pas un sujet de préoccupation !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bibi Clemenceau
Idiot utile
Idiot utile
avatar

Masculin
Nombre de messages : 601
Date d'inscription : 30/09/2006

MessageSujet: Re: BHL le donneur de leçons   Mar 9 Oct 2007 - 21:28

Ouais t'as pas tort, mais tu avoura que c'est quand meme rare autant de commentaires negatifs, de plus ses livres se vendent mal il me semble non ? ( pourvu que non ) Bon allez va, on s'en branle de la democratie et toutes ces conneries ! Qui se devoue pour l'abattre ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: BHL le donneur de leçons   Mar 9 Oct 2007 - 21:47

Lutfi a écrit:
BHL fait une propagande systématiquement pro-américaine jusqu'à l'absurde. Il arrive sur le plateau télé pour expliquer que toute critique des Américains et du capitalisme conduit insensiblement au fascisme qui conduit au nazisme. Bon, c'est un agent américain un peu comme Britney Spears. Dans le milieu médiatique (France Inter, Canard Enchaîné, etc), il y a pas mal de gen qui se foutent de la gueule du philosophe en décolleté. Mais bon, c'est toujours une propagande américaine, intermédiaire entre Terminator et Madonna. Tant que les Américains auront intérêt à influencer l'opinion française, il sera utile. En plus il est riche, donc il ne coute pas cher. C'est le plus sexy des nouveaux philosophes. Au point de vue produit design il est pas mal BHL.
Sexy ? Beurk !
Sinon tu as raison sur le reste, mais je comprends mal comment s'inscrit la charge contre cette autre pourriture de Guaino dans cette stratégie atlantiste. Le discours de Dakar méritait des coups de pied au cul. Sur ce point, pour une fois, je donne raison à BHL. Les Américains aussi ont intérêt à maintenir les Africains dans la précarité et la soumission, bien entendu pour les traiter de semi-sauvages ensuite. En l'occurrence c'était le discours de Guaino-Sarko qui était en harmonie avec la propagande atlantiste.

Sinon j'aime bien le surnom qu'on donnait au couple Dombasle-BHL lors d'un festival de Cannes : "Cul et Chemise".
Revenir en haut Aller en bas
Bibi Clemenceau
Idiot utile
Idiot utile
avatar

Masculin
Nombre de messages : 601
Date d'inscription : 30/09/2006

MessageSujet: Re: BHL le donneur de leçons   Mar 9 Oct 2007 - 22:01

Bah, je suppose que c'est juste histoire de faire le spectacle. Faut qu'ils y en ai a droite et a gauche, comme la fine equipe de Charly hebdo qui traite le gouvernement de nazi a tous bout de champs. En attendant, ils se battent quand meme pour l'ouverture des frontieres, donc ca se tient.

Encore le blog de Ryssen. Un lamentable extrait du livre de BHL. Un pretendu coup de fil de Sarkozy a son copain philosophe.

http://herveryssen.blogspot.com/2007/10/les-juifs-avec-sarkozy.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: BHL le donneur de leçons   Mar 9 Oct 2007 - 22:05

Bon sexy, c'est une question de goût, mais je l'ai aussi connu plus jeune. Ceci dit je sais qu'il plait à pas mal de nanas. Ou il a plu. Et puis tu sais je parle en terme merchandising, genre no reason Coca Cola, alors c'est relatif. Mais il est vraiment télégénique, ça c'est vrai.
Pour le reste, je ne suis pas toutes les positions de BHL. Je constate que depuis les année 70, il explique entre autre tout le temps que si tu critiques les States et le fric, tu es fasciste, donc nazi, etc. Alors peut-être que sur le reste on lui laisse la liberté de dire n'importe quelle connerie, ce qui peut lui donner une apparence humaine.
-"Il y a 4 événements qui déterminent la gôche en France..." tsoin tsoin frou frou dans les cheveux
-mais vous n'avez pas cité 1936, les conquêtes sociales, la justice sociale. Pourtant c'était un peu cela la gauche.
-(sourire roucoulant) "Si, j'en parlé à la ligne 24 de l'alinéa B de ma note 127" tsoin tsoin frou frou dans les cheveux et on passe la pub.
Bon c'est comme Coca Cola c'est ça, Hollywood Chewing Gum: c'est con mais ça marche, ça fait vendre.
Un écolo arrive pour expliquer que le Coca et les Chewing Gum c'est mauvais pour les dents. Jacques Vergès. BHL fait trois tsoin tsoin pour s'excuser.

Le mec qui l'a programmé il s'en fout, il y a des statistiques qui montrent que si tu as fait répéter le slogan X fois, les arguments rationnels n'influencent plus les foules.

Et BHL est reparti à Avoriaz.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: BHL le donneur de leçons   Mar 9 Oct 2007 - 22:06

BHL est à la masse, on est d'accord, mais Chevènement a aussi un peu tendance à faire des salades.
Il est loin le ministre de Mitterrand qui démissionnait parce que la France entrait dans la guerre du Golfe...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: BHL le donneur de leçons   Mar 9 Oct 2007 - 22:12

Aucune exigence intellectuelle chez BHL?
Je m'insurge!
Il a démontré que si on était anti-américain, on était antisémite: ce n'est pas lui qui e dit, c'est Ahmadinejjad qui est anti-américain et antisémite.
C'est fort comme raisonnement. Cela m'a permis de comprendre que tous les gens qui avaient un clébard étaient antisémites: ce n'est pas moi qui le dit, c'est Hitler. Il aimait les clébards.
Alors j'ai eu un doute, parce qu'en suivant ce raisonnement, les végétariens aussi sont antisémites. Seulement Kafka était végétarien.
Alors j'attend l'explication de BHL.
Mais si il y a un truc que j'admire chez lui, c'est son exigence intellectuelle.
Revenir en haut Aller en bas
el spirito
Sophiste d'estaminet
Sophiste d'estaminet
avatar

Masculin
Nombre de messages : 710
Age : 52
Localisation : république bananière!
Date d'inscription : 10/10/2006

MessageSujet: Re: BHL le donneur de leçons   Mar 9 Oct 2007 - 22:13

laurent666 a écrit:
Le petit télégraphiste de l'Empire

La place que font les médias au sieur Bernard-Henri Lévy, milliardaire déguisé en philosophe, est révélatrice du profond abaissement intellectuel, moral et même spirituel de ce moment de notre Histoire.

Aucun de ces médias ne s'est avisé de porter le fer dans le logiciel paranoïaque par lequel cet individu justifie ses injures et ses anathèmes : la gauche, compromise hier à ses yeux avec le totalitarisme stalinien, serait tentée aujourd'hui de se compromettre avec ce qu'il appelle le «fascislamisme». Mais que faisait hier B-H. Lévy aux côtés du président bosniaque Izetbegovic, dont on sait aujourd'hui les liens qu'il avait avec Oussama Ben Laden ?

Aucune analyse, chez B-H. Lévy de ce qu'on appelle la mondialisation et de ses ressorts. Aucune préoccupation d'ordre social. Aucun souci de la paix entre les cultures. Aucune objectivité, aucune exigence intellectuelle. Bref, rien de républicain.

B-H. Lévy est à lui seul une métaphore de l'idéologie dominante, celle des classes dominantes, selon Marx, bref celle du capital financier globalisé : le petit télégraphiste de l'Empire.


Mardi 09 Octobre 2007
Jean-Pierre Chevènement


Pertinent et rigoureusement exacte mais avec retenue...il occupe les médias comme d'autres occupent Gaza...en affirmant une volonté appropriatrice de nier la réalité!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: BHL le donneur de leçons   Mar 9 Oct 2007 - 22:15

Lutfi a écrit:
Bon sexy, c'est une question de goût, mais je l'ai aussi connu plus jeune. Ceci dit je sais qu'il plait à pas mal de nanas. Ou il a plu. Et puis tu sais je parle en terme merchandising, genre no reason Coca Cola, alors c'est relatif. Mais il est vraiment télégénique, ça c'est vrai.
Bien entendu, je sais qu'il plaît ou qu'il a plu (bergère). Je me rappelle d'ailleurs que sa jolie frimousse avait bien attiré l'attention sur lui à la fin des années 70, à l'arrivée des Nouveaux Philosophes (et Glucksmann et ses beaux yeux bleus, ça s'est gâté depuis, ah nous sommes bien peu de chose). En tout cas il n'est plus ce qu'il était mais la chemise ouverte fait encore office d'artifice hypnotique pour certains.

Citation :
Pour le reste, je ne suis pas toutes les positions de BHL. Je constate que depuis les année 70, il explique entre autre tout le temps que si tu critiques les States et le fric, tu es fasciste, donc nazi, etc. Alors peut-être que sur le reste on lui laisse la liberté de dire n'importe quelle connerie, ce qui peut lui donner une apparence humaine.
-"Il y a 4 événements qui déterminent la gôche en France..." tsoin tsoin frou frou dans les cheveux
-mais vous n'avez pas cité 1936, les conquêtes sociales, la justice sociale. Pourtant c'était un peu cela la gauche.
-(sourire roucoulant) "Si, j'en parlé à la ligne 24 de l'alinéa B de ma note 127" tsoin tsoin frou frou dans les cheveux et on passe la pub.
Bon c'est comme Coca Cola c'est ça, Hollywood Chewing Gum: c'est con mais ça marche, ça fait vendre.
Un écolo arrive pour expliquer que le Coca et les Chewing Gum c'est mauvais pour les dents. Jacques Vergès. BHL fait trois tsoin tsoin pour s'excuser.

Le mec qui l'a programmé il s'en fout, il y a des statistiques qui montrent que si tu as fait répéter le slogan X fois, les arguments rationnels n'influencent plus les foules.

Et BHL est reparti à Avoriaz.
Oui, à ce propos le général de Gaulle disait "Ne jamais oublier la connerie" (quand il nous manque un élément pour expliquer des choses qui nous échappent). C'est ce que je pense de BHL. Un pseudo-intello putassier qui n'a pas inventé la poudre (car certains confondent le bagout avec l'intelligence), donc d'un côté il est programmé et récite bien sa leçon (un peu comme Salman Rushdie qui lui est nettement moins con mais tout aussi crapule), et parfois, comme il est pas très fute-fute, il y a le costume qui craque, des trucs qui s'échappent et qui n'ont rien à voir, inutile de chercher une cohérence là-dedans, il n'y en a pas.
La dernière chose à faire avec les propagandistes de l'Empire, c'est de croire qu'ils ont une pensée cohérente. Ils l'auraient peut-être si c'était une vraie pensée, mais ce qu'on leur demande c'est de faire de la pub, pas de réfléchir et encore moins de faire de la géopolitique.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: BHL le donneur de leçons   Mar 9 Oct 2007 - 22:17

Lutfi a écrit:

Alors j'ai eu un doute, parce qu'en suivant ce raisonnement, les végétariens aussi sont antisémites. Seulement Kafka était végétarien.
Mais il paraît qu'Hitler aussi...
(OK je sors.)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: BHL le donneur de leçons   Mar 9 Oct 2007 - 22:21

Ben oui, Hitler il était végétarien, c'est à cela que je faisais allusion: BHL m'a fait comprendre que les gens qui aiment leur clebs sont tous des nazis. Mais j'ai appliqué la logique au végétarianisme. Et manque de pot, il y a Hitler, mais aussi Kafka. Alors j'ai un doute, je ne comprend plus.
Revenir en haut Aller en bas
l'Omnivore Sobriquet
Idiot utile
Idiot utile
avatar

Masculin
Nombre de messages : 713
Age : 51
Localisation : France
Date d'inscription : 02/12/2006

MessageSujet: Re: BHL le donneur de leçons   Mar 9 Oct 2007 - 22:37

A votre avis le BHL il pense quoi de Robespierre et de Saint Just ? Après tout, ils avaient de belles grandes chemises blanches, et ils mangeaient de la viande, eux.

(Ok je sors aussi.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pimpam
Idiot utile
Idiot utile
avatar

Masculin
Nombre de messages : 638
Date d'inscription : 07/01/2007

MessageSujet: Re: BHL le donneur de leçons   Mar 9 Oct 2007 - 22:50

Le Bon Docteur a écrit:
J'espère que les mecs qui l'invitent à leurs émissions sont obligés parce que sinon, eux aussi méritent des baffes...

Entre ceux qui l'invitent pour lui cirer les pompes et ceux qui l'invitent parce qu'il fait du foin médiatique et que ça fait le spectacle, il a de quoi occuper l'espace. Mais comme je l'ai dit par ailleurs, je suis convaincu que personne ne le prend réellement au sérieux, même ceux qui l'encense...

Sinon, histoire d'un sacré retournement de veste :

Dans "Charlie Hebdo", Val, qualifie le dernier bouquin de BHL de "livre intime et dense qui révèle des convictions, une vigilance et une réflexion...". (Voir ICI)

Il y a moins de 10 ans, le même Val qualifiait BHL de "Aimé Jacquet de la pensée". A l'époque, c'était loin d'être un compliment : c'était juste avant la coupe du monde, quand tout le monde tapait sur le selectionneur de l'équipe de France.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ajax
Résistant anti-système
Résistant anti-système
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1521
Date d'inscription : 21/11/2006

MessageSujet: Re: BHL le donneur de leçons   Mar 9 Oct 2007 - 22:53

Je ne savais pas Guaino aussi grossier... il m'aurait plu ce mec s'il ne s'était pas jeté dans les cuisses de Sarkozy.

Par contre le Ché, ce qu'il écrit est remarquable mais je ne lui pardonnerai jamais de s'être jeté dans les jupes de la pintade cette année.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pimpam
Idiot utile
Idiot utile
avatar

Masculin
Nombre de messages : 638
Date d'inscription : 07/01/2007

MessageSujet: Re: BHL le donneur de leçons   Mar 9 Oct 2007 - 23:21

Snake Plissken a écrit:
pimpam a écrit:


Il y a moins de 10 ans, le même Val qualifiait BHL de "Aimé Jacquet de la pensée". A l'époque, c'était loin d'être un compliment : c'était juste avant la coupe du monde, quand tout le monde tapait sur le selectionneur de l'équipe de France.
on reconnait bien la le coté pouffiasse de val, l'ami des pédophiles, toujours dans le sens du vent.
(pimpan, tu lis charlie hebdo, c'est de l"argent perdu, voyons)
Non, je ne lis pas Charlie Hebdo... J'ai copié l'intervention de Val sur le blog dont j'ai mis le lien...

Que penser de la guéguerre Guaino/BHL ?

Je crois que Guaino et BHL se détestent réellement. Ils n’ont pas la même vision du Monde. Guaino est un nationaliste, ce qui n’est pas le cas, loin s’en faut, de l’auteur de "L’Idéologie Française"...

Avant la Présidentielle, Sarko allait serrer la main à Bush et fustigeait l’arrogance de la France. Pendant la Campagne, l’arrivée de Guaino a été le début du virage Nationaliste du discours de Sarkozy, qui n’existait pas avant, lui qui a toujours été un pur libéral inspiré par le modèle anglo-saxon, et surtout américain. C’est bien ce virage nationaliste qui l’a fait gagner, et qui a plombé le FN.

Je pense que BHL voit justement en Guaino un frein (ou disons un ralentisseur) au virage Atlantiste de la France. Je crois que c’est la principale raison de l’affrontement, plus que la question du discours de Dakar...

Sarkozy, tôt ou tard, devra choisir entre la ligne BHL/Kouchner et la ligne Guaino. Il va devoir choisir entre son coeur et sa raison : Il sait qu'il n'aurait jamais été élu si facilement sur une ligne "libérale-américanophile". Tout le rôle de Guaino aura été de faire oublier (ou d'atténuer) l'atlantisme de Sarkozy. Peut-il s'en passer dans les années à venir ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: BHL le donneur de leçons   Mer 10 Oct 2007 - 1:11

Revenir en haut Aller en bas
Tatave
Idiot utile
Idiot utile
avatar

Masculin
Nombre de messages : 742
Date d'inscription : 09/01/2007

MessageSujet: Re: BHL le donneur de leçons   Mer 10 Oct 2007 - 1:19

Au sujet du Discours de Dakar :

voir le topic suivant et la réaction des Africains.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: BHL le donneur de leçons   Mer 10 Oct 2007 - 1:22

Snake Plissken a écrit:
comme ça pour rire, j'aimerais bien savoir quelle action positive a accompli saint-just ou le puceau d'arras
comme ça, pour voir

Saint-Just, il a fait guillotiner quelques cons, Snake... Et c'est déjà pas mal...
Siffle
Revenir en haut Aller en bas
Misanthrope modéré
Valet apatride du Grand Capital
Valet apatride du Grand Capital
avatar

Masculin
Nombre de messages : 58
Date d'inscription : 07/10/2007

MessageSujet: Re: BHL le donneur de leçons   Mer 10 Oct 2007 - 2:47

Citation :
Je pense que BHL voit justement en Guaino un frein (ou disons un ralentisseur) au virage Atlantiste de la France. Je crois que c’est la principale raison de l’affrontement, plus que la question du discours de Dakar...

J'irais plus loin que ça. Je pense que ce que BHL refuse surtout dans le rejet de la repentance, c'est la repentance sur Vichy.

Si l'on revenait à la "théorie de la parenthèse" (Vichy n'était pas la France, la France était à Londres), théorie que les gaullistes un peu authentiques ne sauraient abandonner, alors le régime français actuel ne se reconnaîtrait aucune dette vis à vis du monde anglo-saxon puisqu'il ne se jugerait pas comme installé par lui sur une France vaincue, mais simplement comme régime allié dans la seconde guerre mondiale. Une fois le nazisme vaincu, les autorités françaises non maculées par le nazisme seraient donc susceptibles de remettre en cause une telle alliance comme n'importe quelle autre alliance.

Le logiciel de l'atlantisme actuel implique au contraire que la France ait "honte de Vichy" comme l'exige BHL, de sorte que nous nous adressions aux américains avec déférence, et que nous comprenions le mauvais goût qu'il y aurait à leur désobéir, eux qui ont été tellement plus dignes que nous en 39/45, pardon 41/45.

Le problème de cette "honte" comme l'ont compris certains intellos néo-réacs genre Bruckner et Finkielkraut, c'est qu'elle peut être mal comprise par les Français s'ils croient encore bêtement, comme nous y invitait l'antiracisme des années 70/80, que l'antifascisme implique une honte d'être blanc/occidental vis-à-vis des personnes issues du tiers-monde, et en particulier de la sphère arabo-musulmane.

L'idéal pour Bruckner, serait certainement que l'on continue à avoir un peu honte de Vichy, mais moins de la colonisation/esclavage parce que bon - faut pas déconner non plus ! - la "civilisation judéo-chrétienne", c'est quand même autre chose que les coutumes arriérées d'Afrique et du Proche-Moyen orient.

Le problème est que c'est difficile à faire valoir. Il est plus logique pour la France, quoi qu'on en pense, d'avoir honte de l'esclavage/colonisation (ce que je ne prône pas !) que de Vichy, car elle a commis les premiers pour des raisons internes (même si le peuple n'a pas forcément été consulté), et non du fait d'une force extérieure irrésistible comme dans le second cas.

De plus, il est clair que les demandes de repentance s'agissant de l'esclavage/colonisation s'appuient sur la repentance pour Vichy, car les activistes pro-tiers-mondistes ont compris l'aubaine que représentait le précédent du discours de 1995.

D'où la disponibilité de certains néo-conservateurs à la Française pour une alliance avec les souverainistes/républicains "présentables" type Gallo voire Guaino autour du discours "Y'en a marre des ceusses qui nous imposent la repentance", la repentance comme ça, en général, c'est-à-dire surtout celles des pleurnichards tiers-mondistes comme l'actualité le suggère, sans qu'il faille approfondir davantage la question.

On a dit lors des présidentielles : "Ah ! on voit bien que les Juifs communautaires se radicalisent et se précipitent dans les bras de l'atlantiste-réac Sarkozy !" (sujet d'un article de Marianne de la période des élections).

C'est peut-être vrai quantitativement, je ne sais. Sans doute de nombreux Juifs pas spécialement obsédés par Vichy, et sensibles davantage aux questions contemporaines, ont-ils été séduits par le discours nominalement patriotique, et plus sincèrement atlantiste, de Sarkozy, soulagés que la France conçoive l'expression de sa fierté nationale comme compatible avec le rapprochement vis-à-vis des USA.

Mais cela ne ne rend pas compte de toute la palette des réactions des Juifs communautaires (copyright Marianne) vis à vis de Sarkozy (et encore moins des Juifs tout court, évidemment, mais c'est une autre question).

Nombreux sont ceux, dans les sphères intellectuelles, qui ont plus que tiqué en réaction au discours sarkozyste sur la repentance. On a vu bien sûr BHL, mais vous pouvez également jeter un oeil sur le blog de Jean Quatremer.

En fait, l'évolution des considérations du pouvoir sur la repentance fait un peu penser à un phénomène de vases communicants. Face à l'antisionisme "islamo-gauchiste" qui gagne en puissance notamment du fait de l'évolution démographique de la France, c'est un peu comme si certains pro-Américains avaient proposé un deal aux "franco-centrés" : "OK, y'en a un peu marre de la repentance, c'est vrai, faut pas exagérer, les Français ne sont pas des monstres, d'ailleurs c'est pas tellement nous qui demandons la repentance, au fond, regardez c'est les islamo-gauchistes, là, quels francophobes ceux-là ! Quel danger ! Il faut vraiment les contrer". Et donc, après avoir fustigé "l'exception française",on accepte une (relative(1)) réhabilitation du sentiment national en échange d'un positionnement géopolitique plus pro-Américain. On va dire qu'on serait fiers d'être Français et qu'on serait copains avec les Américains comme ça, parce qu'on a envie, pas trop parce qu'on est en "dette" vis-à-vis d'eux.

Or ce "compromis", les atlantistes "de gauche" à la BHL n'en veulent pas. Contrairement aux néo-réacs paniqués à la Glucksmann, ils ne veulent pas prendre le risque que la France cesse d'avoir honte, quand bien même cela coïnciderait avec un rapprochement conjoncturel vis-à-vis des Etats-Unis.

> Les tiers-mondistes disent "si la France se repent de Vichy, pourquoi ne se repentirait-elle pas de l'esclavage-colonisation ?"

> BHL leur répond "accordé !".

Contrairement aux atlantistes de droite, ceux de gauche préfèrent partager leur "créance" sur la France avec les demandeurs de repentance du Sud, plutôt que de paraître l'annuler. En se scandalisant sur la question du colonialisme/esclavage, BHL peut ainsi verrouiller le débat sur la repentance, quitte à risquer de démobiliser, au delà de la France, ce cher "Occident" au grand dam de Pascal Bruckner. C'est un choix.

Ce qui se passe actuellement, c'est l'exacerbation des divergences entre les atlantistes "droitards" pas trop intéressés par "la mémoire" mais davantage par les questions géopolitiques (voire "ethnopolitiques"), et les pro-Américains de la mouvance libérale-libertaire.

Ce à quoi les seconds sont allergiques chez Sarkozy, c'est bien sûr Guaino. Pour Philippe Val (qui semble rejoindre en cela BHL), s'il n'existe plus de parti souverainiste en France, c'est parce que "les souverainistes ont gagné, tout le monde est devenu souverainiste aujourd'hui" (il va de soi que le souverainisme, c'est le maurrassisme/fascisme/nazisme, bien sûr).

Cette affaire souligne l'ambiguité voire la schizophrénie du sarkozysme. C'est peut-être le moment de vérité pour Sarkozy, qui, à défaut de rompre avec l'atlantisme, risque au moins de se fâcher avec une partie des atlantistes, s'il veut maintenir son alliance "transversale" avec les souverainistes de droite. Et s'il s'y refuse, il sera intéressant de suivre la réaction des Max Gallo et autres Guaino. Pour ce qui me concerne, cet attelage souveraino-atlantiste m'a dès le départ semblé contre-nature...
________________________


(1) on notera quand même que Sarko a confirmé aux organisations communautaires juives son acceptation du discours du Vel d'Hiv


Dernière édition par le Mer 10 Oct 2007 - 2:57, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Misanthrope modéré
Valet apatride du Grand Capital
Valet apatride du Grand Capital
avatar

Masculin
Nombre de messages : 58
Date d'inscription : 07/10/2007

MessageSujet: Re: BHL le donneur de leçons   Mer 10 Oct 2007 - 2:47

Reprenons ce que dit BHL sur Vichy, et qui est (selon mon sentiment) ce qui le motive vraiment :

Citation :
Moi, une des raisons pour lesquelles je ne pouvais pas voter Sarkozy, c'est qu'il y avait tout de même des trucs qui me restaient en travers de la gorge", affirme le philosophe. "Les conseillers de Sarkozy, et notamment ce fameux Guaino," a déclaré Bernard-Henri Lévy, "lui ont fait dire que Vichy, fallait arrêter d'avoir honte, qu'il fallait arrêter de faire repentance, que d'ailleurs la France n'avait pas commis de crime contre l'humanité et qu'elle n'avait pas participé au génocide".

Très juste, d'un point de vue gaulliste, puisque Vichy n'était pas la France.

Citation :
ca veut dire qu'il ne fallait pas condamner Papon

Pas forcément (peut-être BHL fait-il semblant de ne pas le comprendre). Simplement, si l'on voulait condamner Papon, il fallait le faire pour ses torts propres, non en tant qu'il représentait la France. Ainsi, il est inacceptable que les amendes versées au profit des victimes aient été payées pour moitié par Papon, et pour moitié par l'Etat, c'est-à-dire la France. Cette dernière partie devrait donc être remboursée par les victimes au titre de la répétition de l'indu.

Citation :
et ça veut dire qu'il fallait fermer la bouche de Jacques Chirac le jour du Vel d'Hiv quand il a fait son premier discours".

Tutafait.

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/politique/20071009.OBS8839/verbatim.html

Cordialement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: BHL le donneur de leçons   Mer 10 Oct 2007 - 7:53

Je trouve que ces questions de repentance sont délicates, parce que le politique (les intérêts actuels) s'oppose souvent à la vérité. Pour maintenir le pays et son indépendance, De Gaulle devait dire que la France, c'était la Résistance, et mettre la France dans le camp des vainqueurs. Pourtant aucune défaite militaire n'est plus évidente que celle de la France en 40.
En 1979, Apocalypse Now sort dans une version tronquée. La version intégrale ne sortira qu'à l'horizon de l'an 2000: on y voit une scène de 20 minutes qui montre de l'histoire de France des pans tout à fait ignorés au cinéma, et, pour la première fois dans un film majeur (la seule fois à ma connaissance), un officier français (Christian Marquand) dit clairement: "En 1940, nous avons perdu, vous les Américains vous avez gagné, mais nous, nous avons perdu." (je cite de mémoire).
Bernanos avait parlé de cette défaite, et de ses graves conséquences sur l'esprit d'une nation comme la France, et du fait que l'on ne pouvait pas la cacher. Mais il l'a écrit, c'est dans un livre, et les gens lisent peu.
Ensuite, la France est-elle coupable de ce qu'a fait le régime de Vichy? Quant on entend les propos de Raymond Barre à ce sujet, on peut se poser des questions. Comment un Français juif peut-il se sentir totalement français, après avoir entendu de tels propos? Ensuite, il y a la mémoire de chacun, la mémoire familiale, ce dont on se souvient. Et il y a bien des choses enfouies, bien des cadavres dans le placard.
Je trouve que Max Gallo a raison de dire que l'histoire d'un pays est un tout. Je ne le soutiendrais pas forcément sur le reste, mais sur ce point. La France, c'est Jeanne d'Arc. Mais c'est aussi Gilles de Retz.

En ce qui concerne la colonisation, le problème est plus complexe. Ici, le plus important, ce ne sont pas forcément les crimes contre les humains (massacres, etc.), le problème, c'est celui du génocide culturel, de la destruction de pans entiers d'autres civilisations, en Extrême-Orient et en Afrique du Nord. Les "intellectuels" qui parlent en permanence dans les médias ignorent systématiquement ces faits parce qu'ils n'ont aucune connaissance des autres civilisations.

"mais quelle singulière époque que celle où tant d'hommes se laisent persuader qu'on fait le bonheur d'un peuple en l'asservissant, en lui enlevant ce qu'il a de plus précieux, c'est-à-dire sa propre civilisation, en l'obligeant à adopter des moeurs et des institutions qui sont faites pour une autre race, et en l'astreignant aux travaux les plus pénibles pour lui faire acquérir des choses qui lui sont de la plus parfaite inutilité!"
René Guénon La Crise du monde moderne

Cet aspect des choses est systématiquement ignoré, sauf de Jacques Vergès, qui est aussi le seul Français célèbre qui ait une origine orientale (on pourrait citer François Cheng, bien sûr, mais le cas est un peu différent, parce que François Cheng a beaucoup moins vécu la colonisation).
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: BHL le donneur de leçons   

Revenir en haut Aller en bas
 
BHL le donneur de leçons
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Pour Ludivine qui cherche un donneur potentiel, urgent!
» RECHERCHE DONNEUR DE MOELLE OSSEUSE URGENT ET SERIEUX!
» Donneur de Montréal, Québec, Canada se présente...
» Amour, amitié, travail... : etes-vous donneur, preneur ou échangeur ?
» Comte St-Germain...JE SUIS le donneur.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE FORUM DES ÉGARÉS :: ALCHIMIE DU VERBE :: Boîte à lettres-
Sauter vers: