LE FORUM DES ÉGARÉS




Post mortem nihil est
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Facho vilain pabô

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Facho vilain pabô   Dim 2 Mar 2008 - 14:20

Bon je n'ai pas répondu sur ce fil jusqu'ici, parce que les mots comme "fascisme" sont vraiment à mes yeux des idoles du monde moderne, tout le monde les utilisant sans les définir jamais. Ceci serait vrai de la plupart des mots en "-isme".
J'ai rappelé sur un autre fil que, à l'origine du fascisme, il semble y avoir eu une volonté de restauration traditionnelle, mais qui était condamnée à l'échec, car certaines connaissances faisaient défaut.

Ensuite, il y a ce qu'est devenu réellement ce régime, et qui n'eut plus que des rapports bien lointains avec l'idéal d'un Giorgio, par exemple.

En revanche je voudrais juste signaler une chose: si il y a une chose dont on parle en permanence dans les medias depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale, c'est des crimes fascistes.

Et pourtant les seuls crimes qui méritent vraiment d'être appelés des crimes fascistes, car ce furent bien les crimes du régime italien, ces crimes, personne n'en parle, je n'en ai rien lu dans les livres d'histoire que nous avions à l'école, je n'en ai jamais entendu parler à la télévision, je n'ai jamais lu un seul article de journal sur le sujet, je n'ai jamais entendu une émission de radio sur la question. Il a fallu que je lise Bernanos pour apprendre ce qui avait eu lieu: l'utilisation du gaz moutarde contre des populations civiles, en Lybie, en Ethiopie, en Somalie aussi je crois. Ce sont ces actes là qui sont les véritables crimes du régime fasciste comme tel, ce sont ces actes qui devraient être considérés comme crimes contre l'humanité.
Ces actes ont apparemment disparu des consciences, dans la nuit et le brouillard.

Et pour le coup, il est assez décevant que quelqu'un comme Dieudonné ne l'ait jamais dit. Parce que cela, c'est possible de le dire: les seuls crimes du fascisme ont concerné des populations africaines. Et ce sont les seuls crimes fascistes dont personne n'entend plus parler depuis 1945. Sauf de loin en loin, un lecteur de Bernanos.
Revenir en haut Aller en bas
Vindex
Le niveau à son plus haut, t'entends ?!
avatar

Masculin
Nombre de messages : 114
Date d'inscription : 10/02/2008

MessageSujet: Re: Facho vilain pabô   Lun 3 Mar 2008 - 3:09

Qu'est-ce que Dieudonné vient faire ici ? Il serait décevant parce qu'il n'a pas dit ce qu'il est possible de dire ? Doit-on comprendre qu'il y a des choses impossibles à dire qu'il aurait voulu dire ? Et qu'il vaut mieux, pour ne pas te décevoir, s'en tenir au spectre médiatique des possibilités ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Facho vilain pabô   Lun 3 Mar 2008 - 16:15

J'ai parlé de Dieudonné, parce qu'il a voulu dénoncer l'utilisation permanente des crimes nazis pour en masquer d'autres. Cet idée n'était pas mauvaise, mais je ne trouve pas qu'il l'ait particulièrement bien défendue. Surtout quant il est parti dans ses délires sur les Juifs qui auraient été responsables de l'esclavage.

En revanche, ce que je voulais souligner, c'est que le mot "fasciste" est systématiquement utilisé à tout propos et hors de propos, mais que les crimes réellement imputables au régime fasciste sont systématiquement ignorés. Peut-être parce que ce sont des crimes coloniaux, peut-être pour d'autres raisons.

Les amalgames sur le fascisme sont permanents dans le système. On en a des exemples permanents, comme ce chanteur qui pour montrer que son père était résistant au fascisme nous dit qu'il a soutenu Sacco et Vanzetti, alors que Mussolini les avait défendu. Tout cela pour dire qu'il n'y a pas de rapport entre le mot tel qu'il est employé, et la réalité de la chose.

On emploie souvent le mot pour désigner un régime ou des méthodes qui utilisent systématiquement la force brutale, mais alors le mot bolchevique ne conviendrait-il pas mieux? Si il y a un régime qui s'est imposé par la force brutale et la terreur permanente, c'est le régime bolchevique. Et quelle commune mesure entre le régime italien et celui de la Russie de l'époque?

En fait, on pourrait montrer sans problème que le régime italien fut une dictature moins brutale que la plupart de celles qui ont régné au XXème siècle. Mais cela cesse d'être vrai dès que l'on considère les méthodes utilisées par les Italiens dans leurs guerres de conquête en Afrique.
Revenir en haut Aller en bas
ROSSEL
Tapette bobo du tertiaire
Tapette bobo du tertiaire
avatar

Masculin
Nombre de messages : 19
Date d'inscription : 16/03/2008

MessageSujet: Re: Facho vilain pabô   Sam 22 Mar 2008 - 1:01

Par principe j'évite de me coller des étiquettes largement dépassées et plus ou moins inappropriées. Néanmoins pour répondre à la question initiale ,je pense que le fascisme originel ,celui qui n'avait pas encore versé dans le culte du Duce (mal nécessaire peut-etre) ,m'est fortement sympathique. Benito Mussolini ,qu'il est facile aujourd'hui de ridiculiser, était un grand humaniste responsable de moins d'avanies que les gouvernements de bien des pays démocratiques et auquel son peuple est redevable de gigantesque avancées.

Les horribles massacres commis en Abyssinie ,que les éthiopiens actuels ont la pudeur et l'élégance de vouloir considérer comme des faits historiques et non comme des rentes de situation, ne sont pas pires que ceux perpètrés parfois dans d'autres empires coloniaux ,y compris français.

Hitler en revanche était un boucher dans l'ame ,un illuminé haissant la vie, et à ce titre ,meme si la politique sociale nationale-socialiste pouvait faire rougir de honte celle de la France, intrinsèquement dangereux. Il est utile de rappeler que c'est la politique franco-britannique qui a poussé le Duce dans les bras du Fuhrer.

Le fascisme ,par son idéal de socialisme ,d'ordre et d'esprit communautaire, fut une réaction vitale à une anarchie sanguinaire et destructrice ainsi qu'une protection contre l'exploitation dont les classes populaires firent les frais prioritairement.

Que par opportunisme politique son leader ait pactisé avec le grand patronat et une monarchie débile pour arriver au pouvoir est un fait regrettable mais peut etre mis sur le compte du fait que le Duce répugnait à la guerre civile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jul le Marteau
Duelliste chevaleresque
Duelliste chevaleresque
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2335
Age : 110
Localisation : Lorraine, 54 M&M.
Date d'inscription : 10/02/2007

MessageSujet: Re: Facho vilain pabô   Sam 22 Mar 2008 - 10:58

Rossel a écrit:
Il est utile de rappeler que c'est la politique franco-britannique qui a poussé le Duce dans les bras du Fuhrer.
Peux-tu expliquer? Merci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MAGGLE
Banni(e) parce que je le vaux bien
Banni(e) parce que je le vaux bien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2559
Localisation : Suburbs
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: Facho vilain pabô   Sam 22 Mar 2008 - 12:25

Nada a écrit:
MAGGLE a écrit:
ROSSEL a écrit:
Que par opportunisme politique son leader ait pactisé avec le grand patronat et une monarchie débile pour arriver au pouvoir est un fait regrettable mais peut etre mis sur le compte du fait que le Duce répugnait à la guerre civile.
Laughing
On n'est pas sur un forum Kikoo LOL, Maggle, alors arrête de flooder comme Ritoyenne et développe.
JUL.

C'est vrai que lire ça au saut du lit le dimanche matin, ça fait commencer la journée avec un grand sourire.
Euh... On est samedi... Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MAGGLE
Banni(e) parce que je le vaux bien
Banni(e) parce que je le vaux bien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2559
Localisation : Suburbs
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: Facho vilain pabô   Sam 22 Mar 2008 - 12:48

Nada a écrit:
MAGGLE a écrit:
ROSSEL a écrit:
Que par opportunisme politique son leader ait pactisé avec le grand patronat et une monarchie débile pour arriver au pouvoir est un fait regrettable mais peut etre mis sur le compte du fait que le Duce répugnait à la guerre civile.

Laughing

On n'est pas sur un forum Kikoo LOL, Maggle, alors arrête de flooder comme Ritoyenne et développe.
JUL.

C'est vrai que lire ça au saut du lit le dimanche matin, ça fait commencer la journée avec un grand sourire.

Si tu y tiens, mais c'est tellement évident que ça fait rire que je ne vois même pas pourquoi il faudrait l'expliquer.

N'est-ce pas justement ce qu'on peut lui reprocher, cet opportunisme politique et ce pacte avec le grand patronat et une monarchie débile pour arriver au pouvoir ? Que valent ses diatribes anti-capitalistes à coté de ça ? C'est complètement schizo comme raisonnement, ou bien ?

Quant à sa répugnance à la guerre civile, je crois qu'il n'était pas le dernier question bastonnades organisées... C'est pas un début de guerre civile ça ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Facho vilain pabô   Sam 22 Mar 2008 - 14:22

Ma fiche RG dit autre chose, c'est curieux scratch

Revenir en haut Aller en bas
MAGGLE
Banni(e) parce que je le vaux bien
Banni(e) parce que je le vaux bien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2559
Localisation : Suburbs
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: Facho vilain pabô   Sam 22 Mar 2008 - 14:29

Il lui manquait un accessoire pour être crédible Hé :

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JOHN
Austère anachorète
Austère anachorète
avatar

Masculin
Nombre de messages : 808
Age : 43
Localisation : Un monde de (sales) cons
Date d'inscription : 09/12/2006

MessageSujet: Re: Facho vilain pabô   Sam 22 Mar 2008 - 15:35

Jul le Marteau a écrit:
Rossel a écrit:
Il est utile de rappeler que c'est la politique franco-britannique qui a poussé le Duce dans les bras du Fuhrer.
Peux-tu expliquer ? Merci.
Carton déjà expliquer résumer au point 9° de ce post "IDÉES REÇUES SUR LE (VRAI) FASCISME (ITALIEN)" (lien pourtant déjà mentionné légèrement plus haut dans ce fil !...) :
http://kalayuga.frbb.net/historia-f16/idees-recues-sur-le-vrai-fascisme-italien-t1378.htm

MAGGLE a écrit:
Quant à sa répugnance à la guerre civile, je crois qu'il n'était pas le dernier question bastonnades organisées... C'est pas un début de guerre civile ça ?

De même, cf. (résumé au) point 2° du lien ci-dessus... dont l’auteur précité à rappeler dans l’émission (et à démontrer dans sa biographie sur MUSSOLINI) l'ineptie radicale de ce genre de désinformation d’assertion gratuite…

Eh oui ! la "vérité historique" (ainsi que certains "détails" historiques) c’est pas forcément (ou toujours) comme on t’a conditionné appris dans les manuels scolaires ou dans les "documenteursmentaires" à la télé !...
(Par conséquent, c'est pas forcément non plus, comme tu t’sens obligé de la répéter…)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Facho vilain pabô   Sam 22 Mar 2008 - 17:18

MAGGLE a écrit:
Point 2, donc... ton point 2 :
Citation :
2° Les fascistes ont pris le pouvoir de façon légale et nullement par un « coup d’état » même si c’est de façon un peu musclée (ce qui est normal vu le climat de guerre civile qui régnait alors dans le pays). De ce fait la « marche sur Rome » est un mythe puisque de toute façon tout avait déjà été décidé par une série d’entrevues entre Mussolini et le Roi pour lequel Mussolini était le meilleur rempart contre une prise de pouvoir par les communistes.
Il me semble que si un pays avait à l'époque pu tenter le socialisme vers le communisme sans contredire la théorie marxiste, c'est bien l'Italie...
Maggle, vous semblez mésestimer les aperçus éclairants de Gramsci (le communiste à la toscane) sur son pays, à savoir pourquoi il croyait chimérique une révolution de type russe dans un pays qui avec Cavour fin XIXe siècle avait connu une modernisation (ainsi qu'une libéralisation donnant la part belle à la bourgeoisie d'affaires). Comprendre l'Itale de cette époque là, c'est mieux jauger les acteurs politiques en place. Le fascisme italien est historiquement très spécifique (nonobstant "l'essentialisation" de Sternhell). De même, il n'y a pas un marxisme mais des marxismes.

Peut-être une analyse comparative entre corps-francs et squadristes nous aiderait-elle à y voir plus clair ? John nous éclairera peut-être un peu plus à ce sujet, cette période semblant le passionner ? Par ailleurs les ambiguïtés du fascisme italien ne reposent-t-elle pas sur cette volonté (politique) de "maîtriser" les masses (suivant le point de vue de Gustave Le Bon) ?


Dernière édition par MEDIATOR le Sam 22 Mar 2008 - 17:39, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
MAGGLE
Banni(e) parce que je le vaux bien
Banni(e) parce que je le vaux bien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2559
Localisation : Suburbs
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: Facho vilain pabô   Sam 22 Mar 2008 - 17:27

MEDIATOR,

Tu m'as pris de vitesse car j'allais effacer ma dernière phrase après y avoir réfléchi sous la douche. Elle est effectivement une absurdité. Je ne sais pas ce qui m'a pris car je connais un peu (de loin) les objections gramsciennes qui ma foi m'ont l'air plutôt solides.

Dans un moment d'égarement, j'ai du prendre l'italie de cette époque pour un pays fortement industrialisé et tout le toutim.

Ceci dit, pour ce qui relève strictement de l'"argumentaire" de John, je maintiens.

EDIT : Ceci dit, les objections gramsciennes n'ont-elles pas contribué à leurs corps défendant à ouvrir la voie à Mussolini ? Vaste question à laquelle il serait difficile de répondre de façon tranchée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ROSSEL
Tapette bobo du tertiaire
Tapette bobo du tertiaire
avatar

Masculin
Nombre de messages : 19
Date d'inscription : 16/03/2008

MessageSujet: Re: Facho vilain pabô   Sam 22 Mar 2008 - 19:12

[quote=\"Jul le Marteau\"][quote=\"Rossel\"]Il est utile de rappeler que c\'est la politique franco-britannique qui a poussé le Duce dans les bras du Fuhrer.[/quote]
Peux-tu expliquer? Merci.[/quote] Avant l\'Anschluss ,les nazis autrichiens ,soutenus par Hitler, avaient tenté un putsch afin de s\'emparer du pouvoir. Aussitot les troupes fascistes franchirent le Brenner afin d\'apporter leur aide au gouvernement du chancelier Dolfuss lui-meme tué lors des événements. Les mutins échouèrent.

A tord ou à raison, Mussolini désirait constituer pour l\'Italie un Empire colonial et surtout venger la défaite d\'Adoua devant les troupes de Ménélik quarante ans auparavant. Lors de l\'invasion de l\'Ethiopie ,la Grande-Bretagne et la France ,elles-memes grandes puissances coloniales peu désireuses de voir arriver un nouveau concurrent pour le dépeçage de l\'Afrique ,organisèrent un boycott de l\'Italie la précipitant dans les bras d\'un Adolf aux anges.

Question bastonnades lors de la lutte pour le pouvoir,effectivement le fascisme ne fur pas en reste mais cela correspondait à une période de quasi guerre civile pendant laquelle la violence n\'était l\'apanage d\'aucun camp. A son crédit il me parait utile de rappeler que Mussolini fut le seul à avoir éradiqué radicalement la mafia libèrant ainsi les sisciliens d'un joug sanguinaire. La cosa nostra négocia ensuite sa collaboration avec les USA au moment du débarquement de Salerne et revint ainsi dans les fourgons de l'US Army.

Rien de nouveau sous le soleil et l'analogie avec la situation afghane et la reprise de la culture du pavot interdite par les Talibans tout à fait criante.

Les héritiers du fascisme sont ,à mon sens et avec toutes les précautions qui s\'imposent, Juan Peron ,Saddam Hussein et Hugo Chavez. Poutine ,que j\'apprécie, est plus un redresseur de situation ,certes talentueux, qu\'un politique doctrinaire.


Dernière édition par ROSSEL le Sam 22 Mar 2008 - 19:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zatopek
Adepte de la cabale
Adepte de la cabale
avatar

Masculin
Nombre de messages : 299
Age : 48
Localisation : Saone-et-Loire
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: Re: Facho vilain pabô   Sam 22 Mar 2008 - 19:19

...Mussolini a été soutenu par la Confindustria...
...un briseur de grève...
...pour la collaboration de classe...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ROSSEL
Tapette bobo du tertiaire
Tapette bobo du tertiaire
avatar

Masculin
Nombre de messages : 19
Date d'inscription : 16/03/2008

MessageSujet: Re: Facho vilain pabô   Sam 22 Mar 2008 - 19:43

zatopek a écrit:
.1..Mussolini a été soutenu par la Confindustria...
..2.un briseur de grève...
..3.pour la collaboration de classe...
1: C'est malheureusement vrai mais cela a évité une probable guerre civile. Au nom de la pureté doctrinale ,on peut le déplorer
2: cela est arrivé ,dans d'autres cas les fascistes ont soutenu les grévistes
3: la collaboration de classe ,et non la vassalisation de l'une par l'autre, je suis pour
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Facho vilain pabô   Sam 22 Mar 2008 - 20:41

Sur le point 3, Zatopek parlait surtout de collaboration avec le patronat, c'était pourtant obvie Rossel Inique. Le fascisme italien prétendant remplacer le syndicalisme par la corporation en 1925 n'a jamais su/pu donner à celle-ci un caractère institutionnel la détachant de la sphère d'influence de la bourgeoisie d'affaires. Je mets entre parenthèses la courte expérience de la RSI de 1943.

Petit historique

Un extrait d'une étude critique historique pour débroussailler tout ça :

Citation :
Ce serait une grave erreur que de supposer que le succès du fascisme est exclusivement du à la violence systématique et organisée, soutenue directement par la bourgeoisie et indirectement par le gouvernement. Cette erreur fut notamment celle des socialistes italiens qui ont considéré les fascistes comme de simples bandits, ce qui eut pour conséquence une tactique profondément erronée. Comme le préconisaient les communistes, il fallait combattre les fascistes en organisant la résistance armée ; mais il fallait en même temps recourir à une tactique habile, éviter qu’ils puissent conquérir idéologiquement des secteurs considérables de la population qui avaient jusqu’alors sympathisé avec le socialisme ou avaient conservé une attitude neutre. La violence n’est efficace que si elle prend appui sur un mouvement de masses et répond à des conditions historiques favorables.

Que le fascisme ait été un mouvement de masses – ce qu’il a en grande partie cessé d’être aujourd’hui – est un fait trop souvent oublié, oubli source d’erreurs d’analyse. C’est ce trait caractéristique qui le distingue des dictatures d’autres types, qualifiées à tort de fascistes.

S’il n’en était pas ainsi, il n’y aurait aucune raison pour que le fascisme, au lieu de triompher en 1922, n’ait pas triomphé avant l’occupation des usines.

De ces causes, la plus importante fut, faut-il le préciser, la retraite du prolétariat au moment propice pour la prise du pouvoir. Le prolétariat n’est pas allé rejoindre les rangs du fascisme, mais il avait perdu confiance en lui-même, et donc capacité de résistance et esprit combatif. La grève générale du 30 juillet 1922, mal organisée, délibérément sabotée par les dirigeants réformistes de la C.G.T., fut la dernière braise du feu qui avait embrasé le prolétariat durant ces années.

Dans de telles circonstances, il n’a pas été difficile au fascisme de rallier à sa cause les grandes masses de la petite bourgeoisie rurale et citadine. Nous le savons déjà, la petite bourgeoisie hésite toujours entre le capitalisme et le prolétariat. La crise économique de l’après-guerre a créé une situation toujours plus désespérée suite à la désorganisation, alors que les travailleurs avaient une capacité de résistance bien plus considérable.

Les petits bourgeois, qui avaient jusqu’alors trouvé une position plus ou moins confortable dans le régime capitaliste, ont perdu confiance en la bourgeoisie et se sont tournés vers le socialisme, espérant qu’il en obtiendrait ce qu’ils avaient espéré de la guerre ou des partis bourgeois. Le parti socialiste pouvait justifier ces espoirs et satisfaire les aspirations de la petite bourgeoisie en engageant sans hésiter la lutte contre l’Etat capitaliste, et en l’abattant.

Mais, au lieu d’emmener avec le prolétariat jusqu’à la victoire toutes les classes qui subissaient les conséquences du joug capitaliste, le parti socialiste les a conduit à la défaite. La petite bourgeoisie, inconsciente comme à son habitude, a hésité, et le fascisme a su en profiter, se présentant à elle comme le représentant des intérêts de toute la nation, de tout le peuple. Il lui a promis un nouvel Etat, la « Grande Italie ». Il l’a séduite avec les perspectives de partage des bénéfices que le parti socialiste ne pouvait déjà plus lui fournir. Il l’a éblouie avec un « homme nouveau », un sauveur du pays, et a réussi à la transformer en instrument de la contre-révolution, en chair à canon au service de la bourgeoisie. Nous avons déjà vu dans un autre chapitre l’habileté déployée par Mussolini pour mettre en place cette ferme base du triomphe.

Telles ont été les circonstances les plus caractérisées qui ont favorisé le développement du fascisme et sa conquête du pouvoir au mois d’octobre 1922.
source

Pour en revenir au sujet, même s'il y a un "néo-fascisme" en Italie, sorte de courant politique alternatif, je ne crois pas que va très loin la question de départ du fil sur qui est "facho" (partisan d'un pouvoir fort au sens idéal, "natio" au sens polémique) ou qui ne l'est pas, vu comme le terme est surdéterminé à notre époque.

Par contre on pourrait réorienter le fil pour voir en quoi la convergence gauche/droite des faisceaux n'a pas réussi à déboucher sur une force nouvelle, celle du mythe sorélien de la violence, et par là se demander à quelles conditions cela pourrait réussir de nos jours. La piste sur Gramsci (article paru dans rébellion, la référence est manquante sur la page donnée en lien) ouverte par Mag-old pourrait à cet égard être exploitable.
Revenir en haut Aller en bas
ROSSEL
Tapette bobo du tertiaire
Tapette bobo du tertiaire
avatar

Masculin
Nombre de messages : 19
Date d'inscription : 16/03/2008

MessageSujet: Re: Facho vilain pabô   Sam 22 Mar 2008 - 21:36

Que le système des corporations ait échoué ,c'est un fait. Non pas que par essence il fut mauvais ,mais du fait d'une frilosité dans la mise en place de son application qui nécessitait une remise en cause radicale des relations au sein des entreprises et corps de métier. C'est une des conséquences néfastes de l'accord avec le patronnat.
La République Sociale fut pleine de bonnes intentions mais le contexte historique nous empèche de savoir si elles se seraient concrétisées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zatopek
Adepte de la cabale
Adepte de la cabale
avatar

Masculin
Nombre de messages : 299
Age : 48
Localisation : Saone-et-Loire
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: Re: Facho vilain pabô   Sam 22 Mar 2008 - 21:50

...Mussolini dans le texte...:

"Autre point du syndicalisme fasciste : la reconnaissance de la fonction historique du capital et du capitaliste. Ici, nous sommes nettement anti-socialiste (...)."

"Aujourd'hui il n'y a pas un individu qui puisse se permettre le luxe de commettre des sottises, il n'y a pas un peuple qui puisse se permettre des grèves répétées et parmanentes. Une seule heure, je dis une seule, de travail perdu, dans une usine, constitue déjà un grave dommage d'ordre national.(..)."


[Extrait d'un discours au Sénat du 11 mars 1926]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ROSSEL
Tapette bobo du tertiaire
Tapette bobo du tertiaire
avatar

Masculin
Nombre de messages : 19
Date d'inscription : 16/03/2008

MessageSujet: Re: Facho vilain pabô   Sam 22 Mar 2008 - 22:46

Sad A cette époque Mussolini avait déjà mis de l'eau dans son vin et avait préféré les accomodements avec les pouvoirs en place à la doctrine initiale. C'est triste ,j'en conviens, mais j'en ai donné les raisons. Il faut reconnaitre que bien souvent les révolutionnaires ,une fois aux commandes, reviennent sur leurs idéaux. Ainsi le droit de grève fut-il prohibé à Cuba des les débuts du régime.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Facho vilain pabô   Sam 22 Mar 2008 - 22:57

1926 est, comme le signale fort à propos zatopek, une année-clef : c'est celle de l'instauration des lois "fascistissimes", année qui met véritablement en place l'étatisme de ce régime. Cette adresse aux sénateurs se contextualise de fait mieux ainsi, oublions la couinade hors-propos qui suit en commentaire, elle montre juste la non-maîtrise du sujet par son auteur (où sont les "accomodements avec les pouvoirs en place" quand on prend justement les pleins pouvoirs ?).

Dans la même veine, affirmer que le corporatisme a "échoué (...) du fait d'une frilosité dans la mise en place de son application qui nécessitait une remise en cause radicale des relations au sein des entreprises et corps de métier", c'est assez fort de café car il y a à l'évidence là une absence flagrante d'élaboration doctrinale (même cas de figure avec le salazarisme portugais par ex.). Le seul, au passage, à avoir complètement rénové cette question est le juriste néo-thomiste Georges Renard (qui fait partie de ce qu'on appelle les institutionnalistes français des années 30, aujourd'hui complètement oubliés) mais c'est là une autre histoire.

D'ailleurs, Rossel, toi qui nous citais sur un ton grandiloquent dernièrement des titres du penseur ésotérique Julius Evola, tu n'es peut-être pas sans savoir que sa volonté subreptice de rénover de l'intérieur ce régime (pour l'orienter vers une romanité qui ne soit pas théâtrale) s'est toujours trouvée rembarrée (fallait pas rêver) par les cadres bourgeois du Conseil Fasciste.

Le fascisme fut une réaction historique après-guerre mêlant patriotisme italien (l'Itale ne fut réunifiée que fin XIXe siècle après moult péripéties, ce qui explique l'orgueil national assez fort) et question sociale. L'absence de cadres théoriques à une économie politique la rendit logiquement alliée objective, une fois au pouvoir, du patronat. Le seul historiquement à avoir subordonné l'activité bancaire à la politique, à avoir redonné effectivité au droit romain, à avoir aménagé de fond en comble le territoire pour favoriser l'essor économique et à avoir soutenu fortement la recherche scientifique pour son utilité sociale, ce ne fut pas Mussolini mais un... français, oui môsieur, en l'occurrence l'empereur Napoléon (militaire chez lui n'est qu'un aspect, bien réel par contre comparé à Benito. Il regrettera d'ailleurs, hélas trop tard, dans son Mémorial d'avoir voulu une Europe française, obsédé qu'il était par contrer l'Angleterre).

Si finalement Antonio Gramsci fut jeté dans les geoles du régime (où il mourut de manque de soins), il est possible de voir là, au-delà de la neutralisation consternante d'un intellectuel opposant, une forme de mauvaise conscience des dirigeants fascistes italiens quant à leur opportunisme politique qui trahissait la volonté de lutte sociale.

Sans vouloir refaire l'histoire, il est permis d'interroger ce qui a perverti/détourné le projet originel fasciste, non pour retrouver une prétendue pureté doctrinale (la nostalgie camarade...), mais pour comprendre ce qui a fait manquer le coche à cette convergence droite-gauche qui promettait beaucoup en tant que potentialité historique ? Aujourd'hui les problèmes se posent certes différemment, mais s'il y a un intérêt à étudier l'histoire, c'est bien celui d'éclairer notre présent, le fétichisme idéologique étant à ranger au placard car manquant complètement l'enjeu du problème.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Facho vilain pabô   Mar 25 Mar 2008 - 12:48

Citation :
Sans vouloir refaire l'histoire, il est permis d'interroger ce qui a perverti/détourné le projet originel fasciste, non pour retrouver une prétendue pureté doctrinale (la nostalgie camarade...), mais pour comprendre ce qui a fait manquer le coche à cette convergence droite-gauche qui promettait beaucoup en tant que potentialité historique ? Aujourd'hui les problèmes se posent certes différemment, mais s'il y a un intérêt à étudier l'histoire, c'est bien celui d'éclairer notre présent, le fétichisme idéologique étant à ranger au placard car manquant complètement l'enjeu du problème.

Oui, c'est vraiment la question intéressante, surtout quant on voit les travaux de Reghini. Sur ce sujet, je dois dire que Le Fascisme vu de droite d'Evola m'avait semblé décevant. C'est pourtant un des seuls livres à poser la question, et de la part de l'un des protagonistes de cette époque.

On peut se demander, c'est une hypothèse, mais on peut se demander si la raison n'est pas venue d'une opposition de formes traditionnelles, puisque le projet de Reghini semblait bien être une restauration de l'Antique tradition romaine, projet qui devait rencontrer l'opposition de l'Eglise Catholique. Ce n'est peut-être pas la seule raison, et il faut nuancer, parce que Giorgio, lui, était chrétien. Mais le projet de Reghini et d'Evola évoquait bien le rêve de Julien l'Apostat.
Revenir en haut Aller en bas
JOHN
Austère anachorète
Austère anachorète
avatar

Masculin
Nombre de messages : 808
Age : 43
Localisation : Un monde de (sales) cons
Date d'inscription : 09/12/2006

MessageSujet: Re: Facho vilain pabô   Mer 2 Avr 2008 - 1:26

MEDIATOR a écrit:
et squadristes nous aiderait-elle à y voir plus clair ? John nous éclairera peut-être un peu plus à ce sujet, cette période semblant le passionner ?

Joker Cette période m’a tout au plus intéressé (dans la mesure où j’ai déjà entendu - et enregistré (pour les réécouter) – quelques excellentes émissions/débats – plus ou moins directement liés à ce sujet sur Radio Courtoisie)… Pour plus de « détails » il vaudrait mieux s’adresser à des spécialistes (vrais) historiens ayant sérieusement étudié cette période

ROSSEL a écrit:
A son crédit il me parait utile de rappeler que Mussolini fut le seul à avoir éradiqué radicalement la mafia libérant ainsi les siciliens d'un joug sanguinaire. La cosa nostra négocia ensuite sa collaboration avec les USA au moment du débarquement de Salerne et revint ainsi dans les fourgons de l'US Army.
A ce sujet ainsi que sur la façon dont les américains ont permis de réintroduire (la domination de) la mafia en Sicile en 1943 au moment de sa « libération » ***, on écoutera également impérativement cette incroyable émission du "Libre Journal de Claude Reichman" (du 4-11-03) avec le criminologue Xavier Raufer sur ''Le Grand Réveil des mafias'' (2003) – « Livre de base pour (avoir une chance de) comprendre la politique mondiale »…
à partir de 01:05:00 (la première heure étant un entretien avec JM Le Pen).

(Ne serait-ce qu'en écoutant cette émission) On y apprendra ainsi un certain nombre d’informations qu’on risque pas d’entendre de sitôt (dans les « infos ») ou dans les pseudos « reportages/documentaires » à la télé…

*** Ce « point de détail » historique est résumé de 1:49:30 à 1:53:30…

Emission téléchargeable ici : megaupload.com 3NK5S95D


(pour info) Hasard ou non, hier (lundi 31/3/8), la première partie du « Libre Journal de Henri de Lesquin » a été entièrement consacrée à ce sujet avec deux autres spécialistes :
http://radio-courtoisie.over-blog.com/article-18315585.html

Emission également (déjà) dispo en téléchargement : megaupload.com SVUFZ2XK

Le passage sur le Fascisme et (son éradication de) la mafia italienne (puis réintroduction de celle-ci par les américains), écouter à partir de 00:36:00 jusqu’à 00:43:30
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Active X
Big Boss
Big Boss
avatar

Masculin
Nombre de messages : 675
Date d'inscription : 26/09/2006

MessageSujet: Re: Facho vilain pabô   Lun 9 Jan 2012 - 16:07

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.dailymotion.com/video/xa7ef_kraftwerk-radioactivity_e
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Facho vilain pabô   

Revenir en haut Aller en bas
 
Facho vilain pabô
Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
 Sujets similaires
-
» Starship Troopers : Film facho ?
» Dominique est il un vilain garçon?
» "Le vilain petit canard" comme récit d'apprentissage pour des 6e?
» êtes vous un facho ?
» d'ou viennent les noms de famille ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE FORUM DES ÉGARÉS :: RES PUBLICA :: Sound and fury-
Sauter vers: