LE FORUM DES ÉGARÉS




Post mortem nihil est
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Bloquer un pays, c'est archaïque ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
Citoyen
Adepte de la cabale
Adepte de la cabale
avatar

Masculin
Nombre de messages : 380
Age : 31
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 09/10/2006

MessageSujet: Re: Bloquer un pays, c'est archaïque ?   Dim 21 Oct 2007 - 17:49

Ce que toi tu ne comprends pas c'est que personne ici ne se fait d'illusion sur le progressisme de la CGT...

Ya simplement des priorités, des injustices plus flagrantes, sans compter que les cheminots luttent contre un gouvernement libéral-atlantiste...

Vous n'arrivez pas à comprendre la nécessité et l'importance de revendications sociales, à l'heure où tous les combats sont de plus en plus sociétaux. Je parle bien de la forme de ces luttes, même pas de leur fond...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MAGGLE
Banni(e) parce que je le vaux bien
Banni(e) parce que je le vaux bien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2559
Localisation : Suburbs
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: Bloquer un pays, c'est archaïque ?   Dim 21 Oct 2007 - 18:04

Murat a écrit:
Si, parce qu'une grosse partie de la richesse générée par le privé est pompée pour alimenter la gabegie publique et les retraites du secteur public.

Intoxicateur ! Les caisses de retraite du public et du privé sont séparées...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Bloquer un pays, c'est archaïque ?   Dim 21 Oct 2007 - 18:50

MAGGLE a écrit:
Murat a écrit:
Si, parce qu'une grosse partie de la richesse générée par le privé est pompée pour alimenter la gabegie publique et les retraites du secteur public.

Intoxicateur ! Les caisses de retraite du public et du privé sont séparées...

Falsificateur. Les caisses du public sont régulièrement alimentées par l'impôt. Et quand ça ne suffit, on pompe directement dans les caisses du privé par une magouille fiscale que peu d'initiés comprennent, une soulte. C'est comme ça que la Poste se débarasse d'un gouffre de 60 milliards sur trente ans en payant quelques milliards tout de suite... qui récupère le gouffre ? Le régime général du privé, bonne poire.
Revenir en haut Aller en bas
MAGGLE
Banni(e) parce que je le vaux bien
Banni(e) parce que je le vaux bien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2559
Localisation : Suburbs
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: Bloquer un pays, c'est archaïque ?   Dim 21 Oct 2007 - 19:40

Murat a écrit:
Falsificateur. Les caisses du public sont régulièrement alimentées par l'impôt.

Non ? sans blague ?!?! :shock:

Murat a écrit:
Et quand ça ne suffit, on pompe directement dans les caisses du privé par une magouille fiscale que peu d'initiés comprennent, une soulte.

Tu veux parler des exonérations fiscales et de charges patronales accordées au privé, y compris aux grandes entreprises super bénéficiaires ?

D'autre part la "soulte" est la somme d'argent qu'une personne paye pour compenser l'excédant de valeur du ou des biens qu'il reçoit à l'occasion d'un échange , ou à l'occasion du partage d'une indivision.

Allez, initie-nous donc sans délai et sans délit...

Murat a écrit:
C'est comme ça que la Poste se débarasse d'un gouffre de 60 milliards sur trente ans en payant quelques milliards tout de suite... qui récupère le gouffre ? Le régime général du privé, bonne poire.

Mais dis-moi, la poste elle était pas publique avant d'être privatisée ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Underachiever
Adepte de la cabale
Adepte de la cabale
avatar

Masculin
Nombre de messages : 316
Localisation : la marge
Date d'inscription : 28/03/2007

MessageSujet: Re: Bloquer un pays, c'est archaïque ?   Lun 22 Oct 2007 - 20:35

Une spéciale Murat :

Citation :
Appel à la grève dans la fonction publique le mardi 20 novembre

Sept fédérations de fonctionnaires (CGT, CFDT, FO, FSU, UNSA, Solidaires et CFTC) ont appelé lundi à une journée de grève dans la fonction publique le mardi 20 novembre pour les salaires, l'emploi et le service public, a indiqué la FSU à l'issue d'une intersyndicale. (AFP)

Prends bien tes précautions cette fois si tu as un entretien d'embauche et fais des réserves de petits pois... Diable 01

Ah mais!! Nous prennent à la gorge ces miAAArdaires de cheminots!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jul le Marteau
Duelliste chevaleresque
Duelliste chevaleresque
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2335
Age : 109
Localisation : Lorraine, 54 M&M.
Date d'inscription : 10/02/2007

MessageSujet: Re: Bloquer un pays, c'est archaïque ?   Mar 23 Oct 2007 - 20:18

Il y a néanmoins un point sur lequel je suis d'accord: le corporatisme. Avec l'avantage de la sécurité de l'emploi, les fonctionnaires devraient être de tous les combats.

Tiens, ce matin pendant le don du sang, j'ai appris de la bouche des médecins qui discutaient que le gouvernement nous préparent une réforme du système de santé qui va bien plaire....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kamo
Marxiste tendance Groucho
Marxiste tendance Groucho
avatar

Masculin
Nombre de messages : 638
Date d'inscription : 07/10/2006

MessageSujet: Re: Bloquer un pays, c'est archaïque ?   Mer 14 Nov 2007 - 18:18

Un avis venant de la "droite nationale" (vous savez, ces révolutionnaires anti-système) concernant les manifs :

LES DAMNÉS DE LA MANIF
Philippe Randa

Jusqu’à ces derniers jours, je finissais par croire que j’étais le seul « ou pas beaucoup plus » à vouer aux gémonies les grèves à répétition des camarades syndiqués par trop obsédés de couiner leur mal de travailler à travers tout l’hexagone… Oui, je me sentais bien seul car nos médias, que l’on sait si sensible au « droit à l’information », assuraient invariablement qu’une majorité de Français soutenaient indéfectiblement les revendications des Damnés de la manifs !
Ce qui avait amené en son temps le dessinateur Konk(1) à illustrer un tel propos de cette amère légende : « Et en plus, ils se foutent de notre gueule ! »
À nouvelle ère politique, nouvelle ère médiatique autant que sociale, dirait-on. Que tous les grands patrons de presse soient au mieux avec Nicolas Sarkozy n’a pas que des inconvénients, reconnaissons-le : la grève dans les transports qui paralysent ce jour notre pays est considérée par les Français terriblement impopulaire et on ne le dissimule plus « Selon une enquête OpinionWay pour Le Figaro et LCI, 7 Français sur 10 souhaitent que le gouvernement ne cède pas aux revendications des syndicats ».
Même les dirigeants syndicaux, des plus chevelus et barbus au plus haineux, sont forcés de le reconnaître. Ça ne les empêche pas pour autant de pourrir la vie de leurs compatriotes travailleurs, mais ça soulage tout de même un peu ces derniers qui se sentent moins seuls.
Tout cela finira sans doute en négociations, ni contraintes, ni forcées, mais sans doute mi-chèvre, mi-choux afin qu’aucune des parties prenantes n’en sortent trop humiliée. C’est d’ailleurs annoncée : « La CGT et le gouvernement ont commencé à préparer une sortie de crise par le haut, permettant d’éviter les deux scénarios à haut risque, le durcissement ou le pourrissement » (Libération).
Il est vrai que Nicolas Sarkozy et les ministres-figurants du gouvernement se sont trop engagés pour pouvoir reculer, du moins trop visiblement comme leurs prédécesseurs.
Qu’importe finalement ! Quelles que soient les réformes qui seront adoptées, aussi minimes, voire insignifiantes soient-elles, les tabous que le terrorisme syndical avait imposé à la classe politique sont battus en brèche. L’agonie de la Bête durera peut-être encore, mais, à terme, elle ne s’en relèvera pas.
La tant attendue nouvelle « nuit du 4 août »(2) qui verra l’abolition des droits de tous les parasites du monde du travail est désormais dans tous les esprits, voire déjà sur quelques lèvres…
Cours, camarade syndiqué ! Le vieux monde est derrière toi !


Ah les salauds de syndiqués barbus haineux ! lol! Vive la mondialisation libérale, vive l'UE, vive la modernité, a bas les grèves archaiques et les prises d'otages ! Ptdr

Ce qui est marrant, c'est que cette réforme du "régime spécial" dont on fait tout un plat ne rapportera que 200 millions d'euros par an à la France.....une goutte d'eau par rapport aux presque 7 milliards d'euros que la France offre généreusement à l'UE chaque année.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jay
Adepte de la cabale
Adepte de la cabale
avatar

Masculin
Nombre de messages : 261
Age : 32
Date d'inscription : 24/10/2007

MessageSujet: Re: Bloquer un pays, c'est archaïque ?   Mer 14 Nov 2007 - 19:28

Il faut dire aux grévistes-étudiants que vous travaillez pour Sarkozy, plus il y aura de grèves, plus il y aura de boxon en France, plus Sarkozy sera populaire dans l'opinion publique parmi la majorité de gens-travailleurs qui vivent le réel et qui regardent TF1-France2. C'est une loi qui s'est vérifiée depuis les émeutes de 2005.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Underachiever
Adepte de la cabale
Adepte de la cabale
avatar

Masculin
Nombre de messages : 316
Localisation : la marge
Date d'inscription : 28/03/2007

MessageSujet: Re: Bloquer un pays, c'est archaïque ?   Mer 14 Nov 2007 - 19:37

Jay a écrit:
Il faut dire aux grévistes-étudiants que vous travaillez pour Sarkozy, plus il y aura de grèves, plus il y aura de boxon en France, plus Sarkozy sera populaire dans l'opinion publique parmi la majorité de gens-travailleurs qui vivent le réel et qui regardent TF1-France2. C'est une loi qui s'est vérifiée depuis les émeutes de 2005.

Réflexion très profonde... donc tu préconises que l'on écarte les fesses et qu'on se contente d'attendre?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zatopek
Adepte de la cabale
Adepte de la cabale
avatar

Masculin
Nombre de messages : 299
Age : 47
Localisation : Saone-et-Loire
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: Re: Bloquer un pays, c'est archaïque ?   Mer 14 Nov 2007 - 19:44

Moins il y aura de grèves...moins il y aura de boxon...plus Sarkozy sera populaire dans l'opinion publique parmi la majorité de gens-travailleurs qui vivent le réel et qui regardent TF1-France2.

...Jay bon aussi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jay
Adepte de la cabale
Adepte de la cabale
avatar

Masculin
Nombre de messages : 261
Age : 32
Date d'inscription : 24/10/2007

MessageSujet: Re: Bloquer un pays, c'est archaïque ?   Mer 14 Nov 2007 - 19:52

zatopek a écrit:
Moins il y aura de grèves...moins il y aura de boxon...plus Sarkozy sera populaire dans l'opinion publique parmi la majorité de gens-travailleurs qui vivent le réel et qui regardent TF1-France2.

...Jay bon aussi ?

Dans les 2 cas, on est baisé, le bon peuple français a élu un libéral-atlantiste. Ils n'ont qu'à s'en prendre qu'à eux-même et à faire un travail sur eux-même. C'est l'unique solution viable pour sauver ce qu'il reste de la France. Que ce peuple napoléonien se pose des questions sur lui-même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Bloquer un pays, c'est archaïque ?   Mer 14 Nov 2007 - 20:38

Si les français, en ont ras-le-bol, et ils ont bien raison ( je ne me considère pas français ), qu'ils bloquent tout le périphérique en laissant les voitures espacés de 50 cm entres, pendant un moisdu Paris-bobo-journaleuse à cul-thuriféraires du sarkoshow, et la tu verras.....

Maintenant contre ces nazes de la régie des transports en commun, l'échafaud ou la r'traite à 100 ans.
Revenir en haut Aller en bas
Simplicius
Adepte de la cabale
Adepte de la cabale
avatar

Masculin
Nombre de messages : 292
Date d'inscription : 05/08/2007

MessageSujet: Re: Bloquer un pays, c'est archaïque ?   Jeu 15 Nov 2007 - 1:03

François Doutriaux dans Libération nous fait la leçon :


La France serait une nation «grévicultrice» : le pays du «droit de paralyser» (le Figaro, 17 février 2004), qui préfère la «guerre sociale aux compromis» (le Monde, 26 mai 2003) et souffre d’une «forme d’infirmité que ne partagent pas nos voisins européens» (Christine Ockrent, les Grands Patrons, 1998) car «nul autre pays occidental ne se comporte ainsi» (l’Express, 5 juin 2003). Un bref rappel de la réalité historique et statistique de ce phénomène n’est donc pas sans intérêt.

Premier élément du mythe, la France serait un pays de grévistes. Le nombre de journées individuelles non travaillées pour fait de grève était de 4 millions en 1976, 3,5 millions en 1984, 2,1 millions en 1988, 900 000 en 2000, 1,2 million en 2005. En dehors de pics spécifiques (1982, 1995, 2001), l’ampleur et la fréquence des mouvements sociaux ne cessent de diminuer alors même que la population active ne cesse d’augmenter. La fonction publique se substitue par ailleurs progressivement aux salariés privés dans le cadre des conflits sociaux. En 1982, 2,3 millions de journées grevées étaient comptabilisées dans le secteur privé, pour 200 000 seulement dans le secteur public. En 2005, 224 000 dans le privé pour 1 million dans le public. La part du public dans les mouvements sociaux est passée de 3 % dans les années 70 à 30 % à la fin des années 80 puis à 60 % à compter du milieu des années 90.

En effet, les principales causes de cet effondrement statistique concernent les salariés du secteur privé. Ainsi de la précarisation des emplois, du chômage, de la désindustrialisation, de la désyndicalisation ou du démantèlement progressif du droit du travail. Un salarié en CDD ou en CNE va-t-il faire grève ? Les restrictions budgétaires successives et l’effritement graduel des avantages spécifiques de la fonction publique, combinés au nombre relativement important des fonctionnaires, expliquent également ce glissement. Enfin, le statut particulier des agents de l’Etat facilite l’exercice du droit de grève, de plus en plus théorique pour de nombreux salariés privés. Dans le secteur privé, les 224 000 journées de grève en 2005 représentent, à l’aune d’une population active de 16 millions de salariés, 0,01 journée par salarié et par an. Sur une carrière professionnelle de quarante années, un salarié français fera donc grève moins d’une demi-journée, un fonctionnaire moins de quatre jours. Des chiffres à comparer avec les trente-trois millions de journées non travaillées pour cause de maladie en 2005. La grève apparaît cent quarante-sept fois moins pénalisante pour notre économie que les arrêts maladies. La réalité est donc fort éloignée des phénomènes massifs souvent évoqués.

Second élément du mythe, la France recourrait davantage à la grève que ses voisins. Sur la période 1970-1990, la France est onzième sur les dix-huit pays les plus industrialisés en termes de journées non travaillées pour fait de grève. Avec 0,15 journée grevée par salarié et par an, elle est 7,6 fois moins conflictuelle que l’Italie (première), 3,2 fois moins que le Royaume-Uni (septième), 1,6 fois moins que les Etats-Unis (huitième). Sur la période récente (1990-2005), la France demeure onzième sur dix-huit, avec une conflictualité qui s’est effondrée (0,03 journée de grève par salarié et par an) et demeure toujours inférieure à la moyenne (0,04 journée grevée). Les modèles nordiques – réputés en France pour la qualité du dialogue social qui y régnerait – se situent en tête du classement : le Danemark est premier, la Norvège quatrième et la Finlande septième. Ainsi la «flexsécurité», tant vantée par les dirigeants français, semble caractérisée par un niveau de conflictualité nettement plus important. Un paradoxe qui ne semble pas intéresser les défenseurs de son introduction progressive dans notre pays. La France, en dessous de la moyenne des pays industrialisés, n’est certainement pas le berceau de la «gréviculture» décriée par nos médias et nombre de nos politiques.

Troisième élément du mythe, les grèves françaises se caractériseraient par des journées nationales destinées à paralyser l’activité économique. Sur la période 1970-1990, les conflits localisés représentaient 51,2 % des journées non travaillées pour fait de grève, loin devant les 34,9 % de conflits généralisés (propres à une profession) et les 13,9 % de journées nationales d’action. Sur la période plus récente (1990-2005), les conflits localisés représentent 85 % des grèves, pour 14 % de conflits généralisés et seulement 1 % de journées nationales ! La France est treizième sur dix-huit en termes de mobilisation des grévistes. Que pouvons-nous en conclure ? Pays le plus faiblement syndicalisé de l’Union européenne, marqué par un taux de chômage élevé et une hostilité croissante des médias à l’égard des mouvements sociaux, la France n’est pas un pays de grévistes.

Pourquoi, dans ce cas, Nicolas Sarkozy promettait-il avant son élection qu’«au bout de huit jours d’un conflit social, il y aura obligation d’organiser un vote à bulletin secret pour que la dictature d’une minorité violente ne puisse imposer sa loi sur une majorité qui veut travailler» ? Outre le caractère insultant de cette promesse à l’égard des grévistes «violents» et «dictatoriaux» et la manifeste méconnaissance dont atteste notre président en ce qui concerne le droit de la grève, quel est l’intérêt d’une telle mesure dans un pays où 98 % des conflits sociaux durent moins de deux jours ? Le droit de grève est une liberté constitutionnelle et individuelle pour chaque salarié, ce qui est incompatible avec une quelconque validation majoritaire. De plus, son exercice se heurte à la liberté du travail : aucun gréviste ne peut entraver le droit d’un salarié non gréviste de travailler sans engager sa responsabilité civile et pénale. C’est là le paradoxe fondamental de cette proposition : dans le cas d’une validation par une majorité de salariés, la «dictature» de cette majorité imposerait sa loi sur la minorité qui souhaite travailler. Et ne le pourrait plus ! Nicolas Sarkozy inaugurerait donc la première législation sociale encadrant le droit de grève dans le secteur privé, mais contrevenant simultanément à la liberté de faire grève et à celle de travailler.

La loi du 21 août 2007, relative à la grève dans les transports, ne concerne que le secteur public et se contente pour l’essentiel de reprendre le dispositif de dialogue social préexistant en l’aménageant de gadgets (l’obligation d’un préavis au préavis, dont l’utilité laisse dubitatif). Elle ne prévoit aucune réquisition, n’empêche nullement l’ensemble des salariés d’une entreprise publique de faire grève. Elle ne garantit donc en rien un quelconque service minimum. Un texte pour l’essentiel vide de tout contenu autre que purement proclamatoire, très éloigné des promesses de campagne de notre président. Telle est peut-être l’explication finale de la position actuelle de nos dirigeants quant au droit de grève : des proclamations destinées à satisfaire tant l’hostilité (réelle) des médias que celle (supposée) de la population. Ainsi alimente-t-on, sans doute à dessein, les préjugés de ses concitoyens…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lono
Valet apatride du Grand Capital
Valet apatride du Grand Capital
avatar

Masculin
Nombre de messages : 222
Date d'inscription : 03/02/2007

MessageSujet: Re: Bloquer un pays, c'est archaïque ?   Jeu 15 Nov 2007 - 10:53

Je vois que ça parle beaucoup de perte d'argent, non rentabilité notamment à la sncf.
Mais je rappelle qu'à la base , la SNCF c'est (c'etait) le service publique, une entreprise d'Etat pouvant faire voyager le citoyen lambda sur tout le territoire par chemin de fer à cout réduit. (d'ou le monopole et l'appartenance à l'Etat) evidemment ce rêve est déja à moitié foutu vu que l'Etat dégage petit à petit sa responsabilité au grand patron du systeme, le bigboss celui dont vous rêvez d'avoir sa peau :

LE POIGNON!

Les prix vont monter, les emplois seront non renouvellés, des réductions de cout qui pourraient se ressentir au niveau des retards, du materiel et son entretien (gare à la sécurité) etc... tout ça pour faire grimper les marges bénéficiaires et engraisser les golden boys.

Le schema s'applique également à EDF GDF

D'ailleurs on commence à vouloir privatiser les Facs aussi maintenant, prochainement la police peut etre et des sponsors sur les radars automatiques tout les 2kms.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Intellocrate
Valet apatride du Grand Capital
Valet apatride du Grand Capital
avatar

Masculin
Nombre de messages : 202
Date d'inscription : 20/01/2007

MessageSujet: Re: Bloquer un pays, c'est archaïque ?   Jeu 15 Nov 2007 - 11:27

Lono a écrit:
Je vois que ça parle beaucoup de perte d'argent, non rentabilité notamment à la sncf.
Mais je rappelle qu'à la base , la SNCF c'est (c'etait) le service publique, une entreprise d'Etat pouvant faire voyager le citoyen lambda sur tout le territoire par chemin de fer à cout réduit. (d'ou le monopole et l'appartenance à l'Etat) evidemment ce rêve est déja à moitié foutu vu que l'Etat dégage petit à petit sa responsabilité au grand patron du systeme, le bigboss celui dont vous rêvez d'avoir sa peau :

LE POIGNON!

Les prix vont monter, les emplois seront non renouvellés, des réductions de cout qui pourraient se ressentir au niveau des retards, du materiel et son entretien (gare à la sécurité) etc... tout ça pour faire grimper les marges bénéficiaires et engraisser les golden boys.

Le schema s'applique également à EDF GDF

D'ailleurs on commence à vouloir privatiser les Facs aussi maintenant, prochainement la police peut etre et des sponsors sur les radars automatiques tout les 2kms.

Peut-être que l'état français est beaucoup plus fauché qu'on le croit, et depuis plus longtemps qu'on le croit.

Du pognon? il n'y en a plus!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lono
Valet apatride du Grand Capital
Valet apatride du Grand Capital
avatar

Masculin
Nombre de messages : 222
Date d'inscription : 03/02/2007

MessageSujet: Re: Bloquer un pays, c'est archaïque ?   Jeu 15 Nov 2007 - 11:42

Justement, la est la vraie question.
On entend tout et n'importe quoi à ce sujet, qqu'un pourrait ici me définir ce qu'est le taux de croissance d'un pays et comment il se calcule.

De plus ça fait des années que la plupart des pays développés génèrent une dette publique importante, comment une banqueroute se traduirait elle dans les faits?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bloquer un pays, c'est archaïque ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Bloquer un pays, c'est archaïque ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
 Sujets similaires
-
» Programmes d'études des ovnis dans les pays étrangers
» Corsept étymologie nom de commune pays de Retz
» Admission Pays de la Loire
» Le pays d'Urfé
» Conditions pour vivre ou voyager vers les pays mécréants

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE FORUM DES ÉGARÉS :: RES PUBLICA :: Chroniques marxiennes-
Sauter vers: