LE FORUM DES ÉGARÉS




Post mortem nihil est
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 RIP Serge de Beketch

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Simplicius
Adepte de la cabale
Adepte de la cabale
avatar

Masculin
Nombre de messages : 292
Date d'inscription : 05/08/2007

MessageSujet: Re: RIP Serge de Beketch   Sam 13 Oct 2007 - 3:53

Un hommage discret d'un homme présent à la messe de rite dit "extraordinaire" pour le défunt :

Citation :

Pour l'anecdote, le chant d'entrée était "Les Partisans Blancs", et le chant de la promesse scoute a été entonné vers la fin de la messe.

On enterrait plus qu'une personnalité, le dernier symbole vivant d'un esprit qui se cherche une voix. La vieille France, oui, mais couplée dans la réalité. Je l'ai découvert sur le tard. Trop tard.

Toutes nos condoléances à Danièle Neutral

> http://feminanovo.hautetfort.com/archive/2007/10/09/%E2%80%A0-serge.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: RIP Serge de Beketch   Sam 13 Oct 2007 - 7:15

Un témoignage sur les funérailles de Serge de Beketch:

Citation :
J etais a l enterrement de Beketch hier matin. Je ne
connaissais pas l Eglise Ste Odile, c est une tres
grande eglise en brique, pas tres belle, ou l on dit
la messe de St Pie V. Elle etait pleine, cela faisait
chaud au coeur. Le Pen, Golnish et Lang etaient
presents. Il y avait tant de monde pour la benediction
du corps que nous sommes sortis a midi et encore, j
etais loin d etre la derniere a l avoir beni.
La messe etait en latin, le Choeur Montjoie St Denis a
chante. Il y avait surtout des hommes, la plupart
avait les yeux rouges.
Il devait etre enterre au Pere Lachaise plus tard au
carre des Generaux. C est vrai qu il avait la trempe d
un chef et en meme temps il etait bon, il avait du
coeur.
Revenir en haut Aller en bas
totalite
Courtisan du Néant
Courtisan du Néant
avatar

Masculin
Nombre de messages : 178
Date d'inscription : 02/08/2007

MessageSujet: Re: RIP Serge de Beketch   Sam 13 Oct 2007 - 8:59

ortolan a écrit:
Lutfi a écrit:
L'hommage de voxnr à Serge de Beketch:

Lundi, 8 Octobre 2007

N'oublions pas...

« En 67, moi je me suis engagé pour aller me battre dans les rangs de Tsahal », déclaration de Serge de Beketch le 13 décembre 2006 sur Radio Courtoisie...


Je vois que sur un fil d'hommage, donc en principe rassembleur, certains trouvent le moyen de ramener leurs petites querelles. Les gars, vous êtes impayables ! Yope

Ne voulant pas alimenter lesdites querelles, je me contenterais d'en désamorcer une. SdB était loin d'être philo-sioniste, la citation ci-dessus ne le dément pas, bien au contraire. Elle a été tronquée : après avoir parlé de son engagement dans l'armée israëlienne, sans doute à replacer dans le contexte post-"algérien", Beketch précise qu'il ne le referait plus aujourd'hui. Pour ceux qui veulent juger sur pièce...

P.-S. : propos de libéraux atlantistes sur la "palestinophilie" de Serge de Beketch
Oui mais il l'a fait... il a tiré du mauvais sens. Et celui qui a reçu la balle que doit-il faire selon toi tendre l'autre joue ? Pou rappel ci-dessous à la même époque d'autres ont fait d'autres choix et sont restés eux sur le champs d'Honneur..

C'est bien beau assis au chaud et de sortir les oiseries habituelles de "petites-querelles" et de ne pas vouloir les alimenter (sic).

L'ED à l'époque était philo-atlantiste en fonction anti-soviet et elle l'est aujourd'hui en fonction choc des civilisations – et finalement je pense qu'elle est tout simplement occidentale parce qu'elle ne peut être rien d'autre. Etre pour ou contre ou objectivement allié à l'hégémon yankee qui nous domine n'est pas une "petite-querelle" nous ne sommes pas de la même "famille" tout simplement malgré ce que pensent certains et ce que dit le système.

Dans 20 ans un autre Ortolan nous sortira les même âneries sur les discours d'aujourd'hui de certains... oui mais, citation tronquée, faudrait replacer dans le contexte de...

-----------------------------------------------

Roger Coudroy - Présent !

Mardi, 4 Juin 2002
Comité Europe-Palestine

Le 3 juin 1968, un commando du Fatah est intercepté par l'armée israélienne alors qu'il tente de pénétrer en Palestine occupée. Un combat bref mais violent s'engage. Combat qui verra la destruction du commando.

Ce combat, banal en ce lendemain de guerre des 6 jours, livrera néanmoins une surprise de taille. En effet, un des membres du commando anéanti n'est ni palestinien ni même arabe. Il s'agit en fait d'un Européen. Ce garçon de 33 ans s'appelait Roger Coudroy.

Il était né en Belgique mais avait fait ses études et avait travaillé en France. C'est là-bas qu'il s'était mis à militer au sein de la formation nationaliste révolutionnaire Jeune Europe.

Il se rendit par après au Moyen-Orient pour des raisons professionnelles et fut employé dans diverses entreprises au Liban et à Koweït. C'est durant son séjour de trois ans qu'il assista à la tragédie que vivait le peuple palestinien. Mais lui savait aussi que le combat contre le sionisme dépassait largement les frontières du monde arabe.

Finalement, il quittera son poste d'ingénieur à la firme Peugeot à Koweït et rejoignit la cause palestinienne.

Et c'est en soldat politique qu'il mourut en combattant ce 3 juin 1968.

Au moment où certains “nationaux” nous insultent pour notre engagement pro-palestinien, en nous disant que nous n'avons rien compris, nous devons nous souvenir de l'exemple de Roger Coudroy. Son engagement absolu et ultime, loin des tentations électoralistes et des plans de carrière, nous prouve que ce sont “eux” qui n'ont rien compris.

Roger Coudroy - Présent !

http://www.voxnr.com/cc/a_la_une/EpkFEVyEZuuoABsLAC.shtml

------------------------------------------------------------------

Simplicius a écrit:
Ortolan n'allait pas si loin, vous vous emportez totalité, il voulait juste que ce fil soit dédié à la mémoire de l'homme respectable en soi et non un prétexte à des discussions autres. Il ne parlait pas de choisir un camp. Le procès moral de pharisien fait à voxnr ne venait pas en plus de lui. Serge c'est Serge...
Merci pour le recadrage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
el spirito
Sophiste d'estaminet
Sophiste d'estaminet
avatar

Masculin
Nombre de messages : 710
Age : 52
Localisation : république bananière!
Date d'inscription : 10/10/2006

MessageSujet: Re: RIP Serge de Beketch   Sam 13 Oct 2007 - 12:09

Pour en finir.....Le combat pour Israel avait remplacé celui pour l'Algérie Française sans même connaitre la réalité de ce pays et la tragedie Palestinienne!

Le concept "Israel,dernier bastion de l'occident" battait son plein et des arabes,on ne voyait que Nasser!


Même Le Pen c'etait fendu d'un hommage discographique à Israel et avait reçu de chaleureux remerciements de la part de Golda Meier!

à vrai dire,je crois que SdB ne connaissait Israel qu'au travers du prisme de son amitié et de son admiration profonde avec R.Goscinny!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coucou
Valet apatride du Grand Capital
Valet apatride du Grand Capital
avatar

Masculin
Nombre de messages : 154
Date d'inscription : 08/10/2006

MessageSujet: Re: RIP Serge de Beketch   Sam 13 Oct 2007 - 14:42

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pertinax
Valet apatride du Grand Capital
Valet apatride du Grand Capital
avatar

Masculin
Nombre de messages : 248
Localisation : Oulan-Bator
Date d'inscription : 11/05/2007

MessageSujet: Re: RIP Serge de Beketch   Sam 13 Oct 2007 - 14:49

J’ai parlé une heure au téléphone, fin juin, avec Serge de Beketch, juste avant son départ en vacances ; au cours de la conversation, il a été question d’Alain Soral (et E&R) ; Serge de Beketch m’a dit tout le bien qu’il pensait de Soral et de l’orientation qu’il voulait donner à son combat, que « le fait qu’il soit marxiste ne [le] gênait pas du tout », mais que « la difficulté était de le faire comprendre aux autres » (sous-entendu à la mouvance nationale un peu dure de la feuille).

Il y avait vraiment beaucoup de monde à l’église Ste Odile, vendredi matin ; le recueillement et la tristesse étaient palpables (sans larmes de crocodile). Cet homme qui est parti avait beaucoup d’amis …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: RIP Serge de Beketch   Sam 13 Oct 2007 - 15:18

Merci pour ton témoignage, Pertinax. Pourrais-tu nous en dire plus sur ce que Serge de Beketch t'a dit à propos d'Alain Soral?
Revenir en haut Aller en bas
JOHN
Austère anachorète
Austère anachorète
avatar

Masculin
Nombre de messages : 808
Age : 42
Localisation : Un monde de (sales) cons
Date d'inscription : 09/12/2006

MessageSujet: Re: RIP Serge de Beketch   Dim 14 Oct 2007 - 1:59

JOHN a écrit:
l'Omnivore Sobriquet a écrit:

Lu sur le Salon Beige :

Les obsèques de Serge de Beketch auront lieu vendredi 12 octobre à 10h en l'église Sainte Odile, 2 avenue Stéphane Mallarmé dans le 17ème arrondissement de Paris (Métro Porte de Champerret).
Au sujet de la messe de ce matin (et des nombreuses personnalités du FN présentes) il y a ce fil de témoignages : http://paysreel-et-courtoisie.xooit.com/t367-Messe-Serge-de-Beketch.htm
Quelques liens avec des photos de la cérémonie (2000 personnes présentes !), avec une vidéo à la fin de ce fil : http://radiocourtoisie.leforum.eu/t72-Serge-de-B%C3%A9ketch.htm?start=180

et sur : http://www.francecourtoise.info/a-dieu/

Pour entendre les dernières émissions avec Serge de Beketch avec son équipe (Gofman, Le Marquis, etc.) dans son Libre Journal du mercredi soir, en particulier les fameux « Commentaires sur l'actualité » :
La dernière du 11/7/7 (avec un entretien avec Roger Holeindre) :
http://www.francecourtoise.info/radio/page.php?id=110707

L’avant dernière du 4/7/7 (avec le fameux Nicolas Bonnal) :
http://www.francecourtoise.info/radio/page.php?id=040707

(Les émissions du 25/7/7 et 1/8/7 comportent aussi une courte intervention téléphonique de SdB commentant l’actualité.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ortolan
Sophiste d'estaminet
Sophiste d'estaminet
avatar

Masculin
Nombre de messages : 60
Localisation : Bourgogne (Saône-et-Loire)
Date d'inscription : 11/05/2007

MessageSujet: Re: RIP Serge de Beketch   Dim 14 Oct 2007 - 16:01

Tu m'as bien compris, cher Simplicius. Ayant dit ce que j'avais à dire sur les "petites querelles", je n'en dirais pas plus...

J'ai lu avec intérêt le message de Pertinax. Il est d'autant plus intéressant que sur le forum signalé par JOHN, on peut lire un éditorial de SdB (par ailleurs écrit dans une langue superbe) qui, au détour d'une phrase, semble attaquer le "marxiste" Soral.

SdB serait-il revenu sur le tard de ses réactions épidermiques ? Ce ne serait pas si étonnant. Je vais peut-être paraître ridicule, mais je vois un peu Soral comme un de ses successeurs.

Le style de l'un est classique, celui de l'autre beaucoup plus moderne. Les idéologies sont différentes. Mais les deux se rejoignent dans un même dégoût de cette civilisation marchande (venant d'outre-Atlantique, d'"Occident" ou d'ailleurs...) par eux démollies d'une plume féroce et surtout profondément française. Voilà peut-être au fond leur véritable point d'accord : ils sont, chacun à sa façon, des survivants de la civilisation gauloise !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Donotherase
Valet apatride du Grand Capital
Valet apatride du Grand Capital


Masculin
Nombre de messages : 196
Date d'inscription : 21/09/2007

MessageSujet: Re: RIP Serge de Beketch   Dim 14 Oct 2007 - 18:07

Hervé Ryssen rend hommage à Serge de Beketch :

Citation :
Serge de Beketch : un esprit français

Serge de Beketch était assurément un homme d’exception. Il n’était pas seulement à nos yeux un formidable animateur de radio, mais aussi et surtout, un redoutable polémiste et un écrivain de toute première catégorie. Pour notre bonheur, il avait mis ses magnifiques talents de plume au service du bon, du beau et du bien, s’acharnant, dans chaque numéro de son libre Journal, à faire reculer les folles prétentions des partisans de la laideur et de l’injustice.

Il prenait manifestement un grand plaisir à écrire et à peaufiner ses éditoriaux, régalant ses lecteurs de formules cocasses et originales, suscitant des images inattendues et surprenantes. Il s’en donnait alors à cœur joie, faisait valser allègrement le personnel politique de la république, ridiculisait tous les petits marquis de la grande presse et de la télévision. Serge de Beketch ne semblait craindre rien ni personne, et surtout pas les juges, les flics et les gardiens de camps de l’idéologie dominante.

Voici ce qu’il écrivait dans son éditorial du 24 avril 2004, alors qu’une fois encore, il venait d’être entendu par la police pour "diffamation et incitation à la haine raciale" :

"En bientôt quarante ans de journalisme, j’ai, sur les mêmes imputations mensongères, subi une trentaine de condamnations qui sont autant de motifs de fierté."
Et il ajoutait, le plus naturellement du monde : "Et l’on croit que je vais céder à cette nouvelle intimidation ? Je n’accepte pas la gestapo stalino-talmudique qui assimile à la haine raciste tout refus de la submersion démographique mais absout les insulteurs des Français, de la France et du catholicisme. Avec humilité, je me considère comme un Résistant dans mon pays occupé. Pupille de la Nation, j’aime la France comme ma mère (pas la république, qui est sa caricature en putain). Pour défendre sa mère, on a tous les droits et si on ne les a pas, on les prend.

Au surplus, j’ai été élevé dans une famille et un milieu où l’on n’est pas très impressionnable. Mon père, sous-officier de Légion Etrangère, est mort pour la France il y a cinquante ans. Quand les pourris qui livrent aujourd’hui notre pays apprenaient, à l’Ena, à Sciences Po ou à l’École de la Magistrature, à faire et à appliquer les lois dictées par leurs maîtres ténébreux, il donnait sa vie pour garder à la France un empire. Et l’on prétend aujourd’hui m’interdire de défendre l’ultime pré-carré que n’ont pas bradé les Mendès, DeGueulle et autres salauds ?

Mes deux grands-pères ont versé leur sang au feu. L’un, jeune officier de l’Armée impériale, aide de camp du général Dénikine, a tout perdu dans une guerre sans merci contre le communisme : parents, frères et soeurs, propriétés, biens. Arrivé en France avec sa jeune épouse, ruinée elle aussi, et un enfant né pendant l’exil, il a poursuivi son combat jusqu’au jour où il est mort pauvre. Et un Gauberg espère me bâillonner à coups d’amendes, comme il a juré de le faire pour toute la presse nationale ? Il n’y a que dans les contes talmudiques qu’on tire du lait en pressant une pierre.

Mon autre grand-père était à Verdun à vingt ans. A quarante-cinq ans, il participait à la Résistance. La vraie, pas celle des maquereaux qui ont mis leurs médailles usurpées au tapin. Et l’on voudrait m’interdire d’appeler à libérer, aujourd’hui comme hier, notre pays envahi, occupé, humilié ?

Mon enfance a été peuplée de récits de batailles, de prises d’armes, de saluts aux couleurs, de défilés, de remises de médailles, de célébrations du 8-Mai, du 11-Novembre. En famille, nous vivions sous le regard de nos héros. L’école militaire où j’ai passé mon adolescence porte le nom d’un ancien, tombé à 15 ans dans les combats de la Libération : Jacques Lorenzi. Aujourd’hui encore, j’écris entouré de photos de combattants de toutes les résistances. Aux occupants d’hier et d’aujourd’hui, mais aussi aux flics de la pensée, au lobby, au communisme et à la connerie. Et on voudrait que j’obéisse aux gestapettes de la pensée ?

Jeanne d’Arc est omniprésente chez nous et l’on espère me forcer à aimer les étrangers chez moi plus que chez eux, et à respecter des cultes imbéciles qui sont autant de célébrations de la Mort ?

… Je suis, je le sais, condamné d’avance. Cela ne me fera pas taire. Je continuerai à dire et à écrire que l’immigration est une colonisation de peuplement et l’islamisme un totalitarisme dont les Français ont le droit de se libérer."

Evidemment, on sent ici la rudesse du vieux grognard qui préférera toujours se faire tuer sur place plutôt que de reculer d’un seul pas, et qui n’attend que le signal pour aller embrocher son adversaire. C’est avec de tels hommes que l’on gagne les guerres. Serge de Beketch, qui sortait victorieux après chacun de ces combats, paraissait ensuite fêter sa victoire personnelle dans les pages suivantes de son journal. Il laissait alors libre cours à son humour qui agrémentait délicieusement ses commentaires de l’actualité. On est bien obligé de le reconnaître : il était le meilleur d’entre nous, à tout point de vue. Sa contribution aux lettres françaises et à l’esprit français le place aujourd’hui aux côtés de nos plus grands pamphlétaires et écrivains nationaux.
Hervé RYSSEN

Le 10 janvier 2006, il signait un magnifique éditorial intitulé "Prendre de la hauteur". La nouvelle année commençait pour lui au petit matin par la contemplation du Mont Saint-Michel. Quelques jours plus tard, il écrivait ces mots, en conclusion de son article :

"J’ai encore au fond du cœur la lumière qui a laissé le spectacle du Mont dans cet éblouissant matin de janvier, et je ne voudrais pas que les ténèbres du cloaque parisien l’éteignent. Ce sera mon vœu en ce début d’année : que pour chacun, 2006 soit éclairée chaque jour par une étincelle de beauté et par une pensée de reconnaissance à l’égard de Celui qui nous l’Offre. Élevons-nous, prenons de la hauteur. De là-haut, le monde est plus beau et l’air est plus pur."
Serge de Beketch
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
totalite
Courtisan du Néant
Courtisan du Néant
avatar

Masculin
Nombre de messages : 178
Date d'inscription : 02/08/2007

MessageSujet: Re: RIP Serge de Beketch   Dim 14 Oct 2007 - 19:01

Thundaar a écrit:
Et tous de rendre hommage à Beketch. "Gauche nationale", vous avez dit ? Mon oeil pirat

Une fois n'étant pas coutume nous sommes d'accord.

Hommage à l'homme parce que c'est un ami je veux bien même s'il est dans le camps opposé, mais hommage politique soyons sérieux... Les querelles (différents en fait) ne sont pas personnelles mais bel et bien POLITIQUES.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: RIP Serge de Beketch   Dim 14 Oct 2007 - 19:08

Totalite:

Citation :
Hommage à l'homme parce que c'est un ami je veux bien même s'il est dans le camps opposé, mais hommage politique soyons sérieux... Les querelles (différents en fait) ne sont pas personnelles mais bel et bien POLITIQUES.

Oui, c'est le lieu de rendre ici un hommage à un homme. Il n'y a pas de raison de rendre un hommage à des idées si on ne les partage pas, et je regrette qu'un de mes fils ait pu conduire à une déviation de ce genre sur ce fil, alors que ce n'était pas le but. Il y a d'autrs fils sur Serge de Beketch, qui sont consacrés à ses articles, ou à certains d'entre eux, c'est plutôt là que l'on peut discuter de ses idées.
Je pense que l'on peut aussi rendre hommage à quelqu'un qui avait le courage de ses idées (que je ne partageais pas toujours), et qui aidait à réfléchir, même lorsque l'on était en désaccord avec lui.
Revenir en haut Aller en bas
Thomas Demada
Marxiste tendance Groucho
Marxiste tendance Groucho
avatar

Masculin
Nombre de messages : 671
Age : 36
Localisation : VoxNR Nancy
Date d'inscription : 29/11/2006

MessageSujet: Re: RIP Serge de Beketch   Dim 14 Oct 2007 - 21:02

A noter (si ça n'a déjà été fait) que voxnr a aussi publié l'hommage de Randa à Serge du Golan:

http://www.voxnr.com/cc/politique/EEAkpyVuVptDBBPIKx.shtml

Thomas F. a écrit:
Et tous de rendre hommage à Beketch. "Gauche nationale", vous avez dit ? Mon oeil

Ce n'est ni un forum interne, ni un forum officiel d'ER, les intervenants ont quand même le droit d'honnorer la mémoire de qui ils veulent...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.voxnr.com
JOHN
Austère anachorète
Austère anachorète
avatar

Masculin
Nombre de messages : 808
Age : 42
Localisation : Un monde de (sales) cons
Date d'inscription : 09/12/2006

MessageSujet: Re: RIP Serge de Beketch   Lun 15 Oct 2007 - 0:05

Dans le premier post ouvrant ce topic :
louisbx a écrit:
Excellent article de Serge de Beketch

http://unionbordeaux.over-blog.com/article-12919003.html
Comme c’est indiqué, cet article fut publié dans le Libre Journal de la France Courtoise du n° 308 du 29 novembre 2003.

En revanche ce qu’il ne dit pas c’est qu’en partie suite à ce texte – du fait qu’à l’époque il fut vite disponible en libre accès (comme d’autre articles de chaque n°, 2 ou 3 semaines après leur sortie) dans les archives des "Anciens numéros" du site du Libre Journal www.francecourtoise.info/SdB a été attaqué (une énième fois) en procès

C’est donc suite à ça – pour éviter encore d’autres procès de la part d’autres pseudos assos anti-françaises « anti-racistes » (ou autres professionnels de la censure petits flics de la pensée liberté d'expression) – que le site internet du Libre Journal a quasiment cessé de mettre en libre accès d'autres articles comme il avait coutume de l'faire avant… et tant pis pour ceux qui n'avaient pas forcément les moyens de s’abonner (110 euros la première année, puis 100 les suivantes).

Mais ce procès pour « Islamophobie » a eu au moins le grand avantage de nous donner l’occasion de nous offrir ces deux superbes éditoriaux coup sur coup...

dans Le Libre Journal de la France Courtoise du n° 321 du 24 avril 2004 :
« Leur justice ne me fera pas taire ! » : (1)
http://www.francecourtoise.info/04/322/page.php?id=03edi

Puis dans Le Libre Journal de la France Courtoise du n° 322 du 13 mai 2004 :
« Je suis (ici) chez moi ! » : (2)
http://www.francecourtoise.info/04/321/page.php?id=03edi

(1) Ce n’est pas un hasard si les citations qu’Hervé Ryssen donne de SdB, dans son hommage rendu à ce dernier ( http://kalayuga.frbb.net/place-de-greve-f38/rip-serge-de-beketch-t2095-120.htm#41527 ) viennent des meilleurs passages de cet éditorial.

(2) Dans la conclusion de cet éditorial, SdB – toujours fidèle à lui-même (et contrairement aux reniements désormais quasiment coutumiers) – (re)signe voire et persiste :
Serge de Beketch a écrit:
Je le répète : je ne suis ni anti-juif ni anti-arabe. Je suis simplement, fermement et définitivement talmudico-rétracté et islamo-négatif.
Je suis Français et catholique. Et je suis chez moi.


Dernière édition par JOHN le Dim 4 Mai 2008 - 2:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JOHN
Austère anachorète
Austère anachorète
avatar

Masculin
Nombre de messages : 808
Age : 42
Localisation : Un monde de (sales) cons
Date d'inscription : 09/12/2006

MessageSujet: Re: RIP Serge de Beketch   Lun 15 Oct 2007 - 1:08

Donotherase a écrit:
Hervé Ryssen rend hommage à Serge de Beketch :
Citation :
Serge de Beketch : un esprit de grande race (vraiment) français
Dans ce texte :
Citation :
Voici ce qu’il [SdB] écrivait dans son éditorial du 24 avril 2004, alors qu’une fois encore, il venait d’être entendu par la police pour "diffamation et incitation à la haine raciale" :
Les citations qui sont données viennent en effet des meilleurs passages (1) de cet éditorial intitulé :

Editorial qui fut alors rédigé en partie suite à ça : http://kalayuga.frbb.net/Mondo-2007-f5/Serge-de-Beketch-Je-suis-islamo-negatif-t2105-60.htm#41625

(1) dans la même veine (d’une vraie tradition aryenne de gaulois insoumis) on a aussi l’éditorial du N° suivant du 13 mai 2004 :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JOHN
Austère anachorète
Austère anachorète
avatar

Masculin
Nombre de messages : 808
Age : 42
Localisation : Un monde de (sales) cons
Date d'inscription : 09/12/2006

MessageSujet: Re: RIP Serge de Beketch   Mar 16 Oct 2007 - 18:22

Superbe poème d’hommage à Serge de Beketch (1946-2007)
(trouvé sur http://www.leforumcatholique.org/message.php?num=330828 ) :

ADIEU SERGE

Quand j’ai découvert Courtoisie
C’est ton Journal qui m’a séduit,
Ta voix de rocaille et ton style
M’avaient touché, plein dans le mille.

Pour dénoncer et pour pourfendre
Tes mots étaient parfois très durs,
Pourtant tu savais les faire tendres
Pour défendre les cœurs purs.

Tu pouvais distinguer d’emblé
Le pourri du simple paumé
Et ta verve était à son comble
Pour faire rire ou pour blâmer.

J’aimais tes colères titanesques,
Tes partis pris, ta loyauté,
Et tes combats chevaleresques
Ton amour de la royauté.

A Dieu Cosaque, à Dieu Crimée.
Quand au chant des Partisans Blancs
Nos yeux seront fort embrumés,
Ce sera pour toi maintenant !



Les deux ouvrages pamphlétaires de Serge de Beketch (chacun d’entre eux réunissant à chaque fois ses meilleurs éditoriaux ou articles du Libre Journal de la France Courtoise) :

1° Le livre pamphlétaire à avoir impérativement lu (et qui vaut sûrement au moins autant que ceux d’Alain Soral… avec des textes un peu plus long et un style, bien sûr, un peu différent) :
Le dictionnaire de la colère (2005) (1)

2° Et aussi le Catalogue des nuisibles (fin, 2006)

(1) Personnellement, c’est mon préféré (ou celui par lequel il faudrait commencer…) qui rassemble les meilleurs textes… les plus cinglants (et aussi probablement les plus politiquement incorrects)…

On peut notamment y lire (après le rappel de ses origines (russes) et de son parcours journalistique, rappelé dans la biographie sur Wikipedia), dans la 2ième partie de la présentation du dos de couverture (signé P. G. donc sûrement Patrick Gofman) :
Citation :
Contrairement aux modèles de vertu que la démocratie a portés au pouvoir en France, il n’a jamais bradé la moindre parcelle de notre patrie, jamais reçu le moindre diamant d’un roi nègre, jamais volé l’argent des contribuables, jamais usé des fonds publics pour s’offrir des tapis de grand luxe, jamais touché de pots-de-vin des caïds de l’immobilier, jamais entretenu de maîtresse ou d’enfant illégitime aux frais de la république.

Il n’en est pas moins un redoutable repris de justice puisque ses coups de colère lui ont valu plus de trente condamnations pour injures au chef de l’Etat ou à ministre, incitation à la haine raciale, négation de crime contre l’Humanité, et autres irrémissibles abominations.

En dépit de quoi, ce catholique royaliste mal embouché persiste à refuser de faire repentance. Voici les raisons de sa colère. Par ordre alphabétique.
Enfin, son dernier entretien (du 12/02/2007) donné à l’occasion de la parution du 400ième N° du Libre Journal de la France Courtoise : http://fr.novopress.info/?p=7283
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coucou
Valet apatride du Grand Capital
Valet apatride du Grand Capital
avatar

Masculin
Nombre de messages : 154
Date d'inscription : 08/10/2006

MessageSujet: Re: RIP Serge de Beketch   Jeu 18 Oct 2007 - 13:28

Un gentilhomme est mort! Nicolas Bonnal


Je m’étais juré de ne pas le pleurer. Et, je n’ai pu me retenir. Il était le meilleur homme du monde, mon secours et ma consolation. Du fond du Chaco ou des yungas de la Bolivie, je l’appelais ou je lui écrivais des textes. Sans lui, je n’aurai sans doute jamais pu écrire.

Il était le contraire de ce qu’il semblait : non la férocité de la droite éternelle, mais la générosité, le courage et l’intelligence. On le croyait fanatique, bigot, et intolérant, alors qu’il était tout le contraire. Il avait ce fond libertaire et ouvert, qui est la marque des immenses écrivains. En marge de ses colères, en marge de la France détruite et anéantie par des décennies d’obscurantisme et de couardise politique, il m’avait fait découvrir et partager : la droite, bien sûr, mais aussi le monde. L’ésotérisme, mais aussi le libéralisme, le libertarisme, la science-fiction de Kipling ou de Nabokov, la droite intérieure, le catholicisme magique, la tolérance. Une fois que l’on avait découvert la frontière absolue, on s’en allait avec lui sur ces chemins incroyables, dans son journal ou dans son émission admirables, car Serge était un émissionnaire.

Grâce à lui, j’ai pu rencontrer des politiques, des clowns, des ufologues, des guérisseurs, l’émouvante Simone Gallinard, Isabelle reine de France, des cinéastes, Brach, Annaud, des écrivains, des auteurs, des aventuriers de l’idée, bref tout ce qui fait que nous ne sommes pas des animaux. Pourtant, il aimait mes animaux et Horbiger, mon double de voyages en Patagonie ou en Amazonie, dans les sierras ou les glaciers. Grâce à lui au Libre Journal, j’ai pu écrire les synopsis de tous mes livres dont le dernier que je dois aussi à Jean Raspail (“Écrivez, Bonnal, mais arrêtez de déjanter…”).

Je lui dois tout mon carnet d’adresses, je lui dois Claude Reichman et Alain Dumait, des journalistes de gauche et des marginaux de la droite éternelle. Je me souviens des déjeuners et des dîners avec des aventuriers de l’idée. Il était un rassembleur : un roi mérovingien, avec son corps maudit et fainéant, son esprit prodigieux (un QI de 160) et son âme tranquille.

Serge avait été condamné quarante fois. C’est dire qu’il était un combattant, et que le politiquement correct est devenu totalement fou depuis trente ans, depuis que la société et l’Occident ont été idéologiquement, et même démographiquement remplacés. Il était un homme de bon sens, mais depuis que le bon sens n’est plus de ce monde, il s’était mis en marge. Ses deux grands maîtres avaient été des juifs. Le grand Bergier, l’homme du Matin des Magiciens, et Goscinny qui avait décrit la bêtise humaine dans Lucky Luke et la transformation de la Gaule en avatar de l’empire romain (avatar renouvelé avec le passage à l’euro). Je me souviens aussi de cet article de Jérôme Lindon, dans « Libération », qui le décrivait comme un électron libre, scénariste de BD, un fou de la plume et du sens. Il était respecté dans le camp adverse. Il aimait les juifs de droite, en disant qu’ils ne devaient pas être de gauche, puisqu’ils étaient le sel de la terre. J’ai revu, avant de partir, mes copains d’enfance, juifs tunisiens, et ils ne sont pas de gauche. Donc il a gagné.

Il avait connu tout le monde, Brigitte Bardot, Alain Delon, Chirac, Jean-Claude Bourret, Bouygues, Isabelle de France, et tant d’autres qui ne me reviennent pas à l’esprit. Mais, il aimait aussi les humbles, les originaux, les ferrovipathes même. Et je pouvais l’appeler des Indes ou d’Ushuaia, sans qu’il s’en formalisât.

Il serait bon de se rendre compte à quel point la liberté de la presse est importante : la presse est ce qui oppresse, justement, le journal est ce qui libère. Il serait bon que le Libre Journal continue, comme « Les 4 Vérités », comme un espace de sincérité, avant que la société de consommation et les débilités des blogs achèvent de démolir l’esprit des hommes et notamment des Français.

Demain, je visiterai seul au nord de l’Argentine le grand parc du Chaco, avec ses capivaras et ses jacaratis. J’écrirai le texte sans me préoccuper du reste : comme me l’a dit sa femme Danielle, il est omniprésent. Il n’est donc pas mort, puisqu’il est là.

Et comme il me l’avait dit au téléphone, de sa terrible voix malade, cette voix d’outre-tombe, qui me poursuit depuis Mar del Plata, cité où Borges écrivit la Bibliothèque de Babel, “Découvre la Création. Il faut adorer la Création.”

Eh bien, faute de merle chanteur, je me consacrerai à l’ornithologie, tout en continuant de célébrer la mémoire de ce grand oligarque de l’esprit humain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JOHN
Austère anachorète
Austère anachorète
avatar

Masculin
Nombre de messages : 808
Age : 42
Localisation : Un monde de (sales) cons
Date d'inscription : 09/12/2006

MessageSujet: Re: RIP Serge de Beketch   Jeu 18 Oct 2007 - 17:22

coucou a écrit:
Un gentilhomme est mort ! Nicolas Bonnal
(...)
Source de cet article d’hommage du fameux Nicolas de Bonnal ** :
http://www.les4verites.com/Serge-de-Beketch-un-gentilhomme-est-mort-1675.html

** Dont on peut réentendre son excellent dernier passage (du 4/7/7) dans l’émission d’SdB grâce au premier lien cité ici : http://kalayuga.frbb.net/hybride-f6/bonnal-soral-meme-combat-t1653.htm#28850

Ou directement ici : http://www.francecourtoise.info/radio/page.php?id=040707


Aujourd’hui a été rediffusé l’excellente émission du dernier passage de Serge de Beketch dans le Libre Journal d’Anne Brassier (du 22/2/7) pour son dernier pamphlet le Catalogue des nuisibles :
http://radio-courtoisie.over-blog.com/article-13161082.html

Il y est question aussi du rôle du genre pamphlétaire (et du polémiste), ainsi qu’un peu de commentaires corrosifs de l’actualité… En particulier (la véritable origine médiatico-politico-judicière) de l’affaire Outreau (et du juge Bourgeau)…

Prochaine redif : demain matin de 6h00-7h00 et samedi de 19h00-20h00.

Mais on peut aussi réécouter directement l’émission ici :
http://www.francecourtoise.info/radio/page.php?id=220207
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ajax
Résistant anti-système
Résistant anti-système
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1521
Date d'inscription : 21/11/2006

MessageSujet: Re: RIP Serge de Beketch   Ven 19 Oct 2007 - 0:14

coucou a écrit:
Un QI de 160, qui dit mieux?

Moi !

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: RIP Serge de Beketch   Ven 19 Oct 2007 - 19:58

Citation :
Il aimait les juifs de droite, en disant qu’ils ne devaient pas être de gauche, puisqu’ils étaient le sel de la terre.

Oui, c'est ce que je disais: un grand Chrétien, et un héros de la Guerre des 6 jours.
Le reste, ce n'est que de la paille, ou cela concerne Goscinny.
Revenir en haut Aller en bas
JOHN
Austère anachorète
Austère anachorète
avatar

Masculin
Nombre de messages : 808
Age : 42
Localisation : Un monde de (sales) cons
Date d'inscription : 09/12/2006

MessageSujet: Re: RIP Serge de Beketch   Lun 29 Oct 2007 - 19:28

Complémentaire à mes posts de cette page-ci :
http://kalayuga.frbb.net/aktu-f8/mort-de-serge-de-beketch-t2095-80.htm#42692

Il y a aussi l’excellente émission du Libre Journal politico-littéraire d’Anne Brassier sur Radio courtoisie (du 30/6/5) où était invité Serge de Beketch (1946-2007) pour son pamphlet Le dictionnaire de la colère (2005), ainsi que (son bras droit gauche) Patrick Gofman (pour Diverses droites).

Emission dispo ici : megaupload.com R9P94G50 **

** Anne Brassier donnant en début d'émission une (longue) liste de RdV culturels, l’émission ne commence à vraiment débuter (ou à rentrer dans le vif du sujet) qu’à partir de la "16 : 30" min de cet enregistrement.

Y sont abordés divers sujets :
La liberté d’expression censure (de plus en plus forte), le Talmud, l’Islam/le Coran, la soupe identitaire, la théorie du complot pour détruire la civilisation judéo-chrétienne « occidentale », le « système éducatif » en France, la condition du (vrai) journalisme, et la (vraie) situation de (99% de) la « presse » en France…

Les sujets philos du Bac littéraire, les arguments accusations (de plus en plus) utilisées par les femmes (occidentales) dans les divorces pour avoir la garde des enfants, la normalité (anthropologique) du racisme, l’imposture de « l’éducation nationale », etc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JOHN
Austère anachorète
Austère anachorète
avatar

Masculin
Nombre de messages : 808
Age : 42
Localisation : Un monde de (sales) cons
Date d'inscription : 09/12/2006

MessageSujet: Re: RIP Serge de Beketch   Jeu 15 Nov 2007 - 3:12

Voici un entretien donné de Serge de Beketch (1946-2007) – http://www.les-identitaires.com/aff_doc.php?id=111&idrub=6à la revue des identitaires datée d’automne 2002… (il y a donc 5 ans)… Entretien fort politiquement incorrect – bref du Serge en bonne forme :

Rencontre avec Serge de Beketch
1/ Journaliste dans la mouvance nationale depuis de nombreuses années, de "Pilote" au "Libre journal de la France courtoise" en passant par "Minute", “National hebdo” et “Radio Courtoisie” quelle est la vision du chroniqueur radio et du polémiste sur la situation de la droite nationale ?

La droite nationale est enfin revenue à son état de nature qui est la groupuscularisation. Depuis deux siècles, toutes les tentatives d’unir les droites nationales ont échoué. De la médiocrité des hommes aux tromperies de la fausse droite, les raisons en sont multiples. La principale réside dans l’idée qu’une droite républicaine et démocratique peut exister. Or c’est un oxymore. Une contradiction dans les termes. On est de droite ou démocrate. Pas les deux. Croire le contraire, c’est croire que la France peut être soignée par le poison qui la tue et que le suffrage universel peut remédier aux infirmités de la démocratie. Or toute société comporte statistiquement une majorité de gens malhonnêtes ou sots. Espérer que cette majorité choisira des représentants intelligents et honnêtes est une folie. Les mandataires étant à l’image de leurs mandants, le suffrage universel ne peut porter aux affaires que des élus qui ressemblent à leurs électeurs. Si la majorité était honnête et intelligente, elle n’aurait pas besoin de représentants. Les français se gouverneraient fort bien tout seuls. Si le peuple a besoin d’un chef, c’est qu’il est incapable de se gouverner. Comment serait-il alors capable de choisir ce chef ? Est-ce qu’avant le décollage on élit le pilote parmi les passagers volontaires ? Et qui oserait soutenir qu’il est plus difficile de piloter un avion qu’un pays ? En quoi un électeur qui ne connaît même pas la différence entre un conseiller municipal et un député et qui croit que les sénateurs sont élus au suffrage universel est-il capable de désigner les élus qui devront élaborer les lois futures et le chef de l’état qui les appliquera ? Ce système ne peut pas fonctionner et ses profiteurs le savent bien. La preuve : des trois ordres traditionnels, le législatif, l’exécutif et le judiciaire, un seul échappe au suffrage universel, le judiciaire. Les français peuvent élire ceux qui font des lois, ceux qui sont sensés les exécuter mais pas ceux qui veillent à leur respect. Pourquoi ? Parce que ce serait beaucoup trop dangereux. Les escrocs à la démocratie ont appris à se méfier des tribunaux populaires. La seule issue de cette imposture, est de s’en remettre à la Providence qui donnera au pays le chef dont il a besoin. C’est pourquoi je suis royaliste. Et qu’on ne me dise pas que c’est utopique. Ça a parfaitement marché dans le monde depuis six mille ans alors que la république a foutu la France par terre en à peine dix ans !


2/ A travers votre difficile expérience personnelle, pensez-vous qu'il soit possible aujourd'hui d'être indépendant et libre dans le journalisme en France ?


C’est possible à condition d’être très en colère et d’accepter de vivre très simplement. Le journalisme ne permet pas de gagner sa vie. Ce qui permet de gagner sa vie c’est la prostitution journalistique. Mais c’est un autre métier.


3/ Le cas Brunerie a fait couler beaucoup d'encre. Une fois passées les complaintes et les dérobades, cet acte désespéré n'est-il pas, en fait, tout simplement l'expression d'une impasse politique et institutionnelle ?

A mon sens, le prétendu attentat contre Chirac est une machination barbouzarde qui ne révèle que la crapulerie des mafias au pouvoir et l’éternelle naïveté de certains jeunes militants. Quant à l’impasse politique et institutionnelle, elle est évidente mais elle ne date pas d’aujourd’hui. Ce que me paraît révéler le geste de Brunerie, au delà du coup de folie d’un jeune homme, au delà du résultat d’un matraquage qui, depuis des années, “héroïse” le crime politique au nom de la Résistance, au delà du conformisme frileux de politiciens réputés “d’extrême droite”, c’est l’inhumanité d’une société autiste qui n’écoute plus personne et ne laisse plus parler personne. Les mafias politiques et les monopoliseurs de médias méprisent ostensiblement la “France d’en bas’”. Le résultat, c’est que pour se faire entendre, de plus en plus de gens humiliés font, au sens premier, du “pétard”. Demandez aux postiers, aux agents de la Sécu, bref à tous les représentants de l’administration au contact du public. Ils vous diront l’extraordinaire agressivité des “usagers”. Notre peuple est en train de devenir fou de frustration et d’humiliation. Et la véritable catastrophe politique, c’est que les dirigeants des mouvements nationalistes, abîmés dans leurs querelles de boutique et de préséance ont été incapables de saisir, de canaliser et de concrétiser ce phénomène pourtant typique des périodes prérévolutionnaires pour en faire une arme du combat politique. En fait, eux aussi sont les complices du système de confiscation de la parole.


4/ Le 11 septembre a démontré la ferveur religieuse et le patriotisme américain, pensez-vous, avec votre regard de catholique traditionaliste, que ces valeurs existent encore aujourd'hui en Europe ?

Je ne partage pas votre réflexion. Ce que vous appelez la ferveur religieuse et le patriotisme américains, j’appelle cela de l’hystérie talmudiste. Je ne vois aucun patriotisme dans les démonstrations d’accablement, les crises de nerf, les lamentations, les gesticulations , les embrassades secouées de sanglot, la prolifération des petits drapeaux étoilés qu’on agite comme des joujoux, l’adulation des pompiers et des flics victimes de ce qui est tout simplement un accident du travail, les vociférations contre le terrorisme dénoncé comme s’il s’agissait d’un ennemi alors qu’il ne s’agit que d’un moyen, l’ennemi étant au contraire présenté comme un accident, une déviation de « l’islam religion d’amour et de tolérance ». Cette perversion d’une tragédie en soap-opéra, ce chobize morbide dont les télés nous ont asséné le spectacle jusqu’à la nausée, tout cela n’a rien à voir avec l’amour de Dieu et de la Patrie. Comparez ce cirque hollywoodien avec l’extraordinaire dignité du peuple français qui, lors de la boucherie de 14-18, apprenait CHAQUE JOUR la mort d’autant de pères, de frères, de fils que l’attentat du WTC en a tué une seule fois et vous conviendrez que cela n’a vraiment rien de patriotique. Quant aux cérémonies œcuméniques qui ont suivi l’attentat ce sont des rituels primitifs totalement étrangers à notre tradition catholique.

5/ Du 11 septembre au 14 juillet en passant par le 21 avril, L'histoire semble reprendre son cours. Que vous inspire cette série d'événements ?

L’idée de la “fin de l’Histoire” popularisée par le livre de Fukuyama est une ânerie. L’Histoire n’a pas repris son cours parce qu’elle n’a pas de cours. Elle n’a pas de fin parce qu’elle n’a pas de commencement. C’est nous qui avons inventé ces considérations topologiques pour échapper au terrifiant vertige de l’éternité. L’Histoire n’a pas plus de direction que l’Univers. Elle n’est pas une suite de causes et de conséquences. Elle est un tissu, un réseau, un maillage qui sans cesse se crée et se détruit. ET puis de quelle Histoire parle-t-on ? Il n’y a pas d’Histoire du monde ; Il n’y a que des histoires liées à des civilisations. Un exemple : tout le monde est convaincu que l’invention de l’acier est un fait historique considérable. Or le processus industriel a été mis au point en Chine au II° siècle avant Jésus Christ et n’a eu aucun effet en Occident avant 1845, quand l’américain William Kelly retrouva le secret de fabrication grâce aux conseils de quatre experts chinois. Autrement dit, pendant deux mille ans, le monde occidental ignora un secret industriel considérable que le monde oriental connaissait. On voit bien que toute tentative de hiérarchiser les moments de l’Histoire est une effrayante sottise prométhéenne. Pour autant qu’on sache, le vol d’un papillon peut avoir la même importance que la vitrification d’Hiroshima.
Ceux qui baptisent cela la théorie du chaos ne font qu’appeler désordre un ordre qu’ils sont trop petits pour comprendre.


6/ "La rage et l'orgueil" d’Oriana Fallaci, "Jusqu'où va-t-on descendre ?" d'Alain Soral, "Un goût de cendre" de Guy Millière, "L'édit de Caracalla" de Xavier de C** et Régis Debray, "Plate-forme" de Houellebecq, "Le Grand Gaspillage" de Jacques Marseille, sans parler des récents propos de Bébéar sur le suicide de la race blanche. De nombreux ouvrages provenant d'horizons divers, voir même ennemis, semblent converger vers un constat apocalyptique qui tendrait à donner raison au vieux routier nationaliste que vous êtes. Vous attendiez-vous un jour à observer ces retournements insolites ? Et que cela vous inspire-t-il ?

Je m’y attendais d’autant plus que j’ai dit et répété qu’un jour, quand Israël serait vraiment menacé dans sa survie, les interdits promulgués par ce qu’Annie Kriegel appelait l’intolérable police juive de la pensée seraient levés provisoirement. Nous y sommes. Aujourd’hui, l’arabo-islamisme apparaît aux yeux des Israéliens en particulier et des juifs en général comme une menace qui ne pourra être écartée que par une féroce épuration ethnique au Moyen orient. Il est évident que la position de nombreux intellectuels libéraux juifs qui consistait à traiter les arabes en ennemis aux frontières d’Israël et en hôtes sympathiques à l’intérieur des frontières de l’Europe n’est plus tenable. Il n’y a que Mouloud Aounit pour croire que l’on peut adhérer a la fois à SOS Racisme et à France–Israël. Israël a donc tout a fait avantage à laisser s’exprimer le ras-le-bol des Français devant l’occupation arabo-musulmane. Cela présente le double avantage de nous interdire de protester contre la politique génocidaire de Sharon et de nous contraindre à une alliance au moins circonstancielle avec les ennemis de l’expansion arabo-islamique. Mais cela ne durera pas.

La volonté de la dictature mondialiste est de métisser à tout prix les goyims. Le propos de Bébéar sur le suicide de la race blanche est d’ailleurs interprété à l’inverse de ce qu’il signifie. Pour Bébéar, c’est un argument en faveur de l’immigration massive. Il propose que l’on fasse venir des immigrés de l’Est sous prétexte de contrebalancer l’afflux des immigrés du sud. C’est un piège grossier puisque personne, jamais, n’osera sélectionner les immigrants sur des critères raciaux. Et c’est oublier que l’ONU a récemment décidé que la France devrait, comme tous les pays européens d’ailleurs, recevoir chaque année pendant cinquante ans, cinq cent mille immigrés au moins. Il est évident que le réservoir occidental n’y suffira pas. C’est donc une immigration de peuplement, de substitution qui a été décidée. Cette politique est raciste en ce qu’elle conduira inévitablement à un engloutissement de la population autochtone blanche française et européenne par déficit démographique et par métissage forcé. Bébéar le sait bien et ceux qui ont rapporté ces propos en les tronquant et en les déformant le savent bien aussi.
Mitterrand le disait : la troisième guerre mondiale est commencée. Nous ne la gagnerons pas en tirant avec des carabines a moineaux sur des mafieux déguisés en chefs d’état.



Interview parue dans le numéro 28 (Automne 2002) de Jeune Résistance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pertinax
Valet apatride du Grand Capital
Valet apatride du Grand Capital
avatar

Masculin
Nombre de messages : 248
Localisation : Oulan-Bator
Date d'inscription : 11/05/2007

MessageSujet: Re: RIP Serge de Beketch   Jeu 15 Nov 2007 - 15:00

Merci JOHN pour ce superbe texte de SdB. Le forum retrouve (mais pour combien de temps ?) une certaine tenue. Surtout après le pitoyable fil sur la pédophilie ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dpf
Tapette bobo du tertiaire
Tapette bobo du tertiaire


Masculin
Nombre de messages : 41
Date d'inscription : 15/11/2007

MessageSujet: Re: RIP Serge de Beketch   Jeu 15 Nov 2007 - 20:52

l'Omnivore Sobriquet a écrit:

Ceci dit, une fois le travailleur installé pour longtemps, alors, il est normal et souhaitable qu'il vive avec sa famille. Mais il faut voir la cause...

La question est plutôt la suivante : quand l'Etat se pose la question de savoir s'il va accueillir un immigré, il ne doit pas seulement vérifier que le pays d'accueil peut l'accueillir, lui, en l'insérant dans l'économie au motif qu'il remplirait une fonction économique; l'Etat doit voir s'il pourra assumer, économiquement, mais aussi sociologiquement, démographiquement, la présence de la génération suivante.

Car s'il y avait du travail pour les immigrés des années 60, il n'y en avait pas pour leurs enfants. Cette expérience doit conduite à éviter les visions migratoires à courte vue.

Or aujourd'hui on se fonde sur le modèle d'immigration né de la révolution industrielle pour traiter le problème de l'immigration actuelle qui est d'une autre nature.

Mais il y a aussi une réflexion de fonds à mener : les précédentes vagues d'immigration avaient tendance à épouser des françaises au bout de la 1ère ou de la 2ème génération; d'ailleurs le racisme qui touchait aussi les premiers arrivés, s'éteignait ensuite de lui-même puisque la génération suivante était de sang mêlé... ces vagues là avaient moins tendance à revenir au pays pour trouver à se marier... Elles se mariaient sur place en France avec des Français "de souche" et le problème d'intégration se réglait faute de combattants. Pourquoi cela n'est plus fait ainsi, c'est quand même la question clé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomas Demada
Marxiste tendance Groucho
Marxiste tendance Groucho
avatar

Masculin
Nombre de messages : 671
Age : 36
Localisation : VoxNR Nancy
Date d'inscription : 29/11/2006

MessageSujet: Re: RIP Serge de Beketch   Jeu 15 Nov 2007 - 22:24

dpf a écrit:
Elles se mariaient sur place en France avec des Français "de souche" et le problème d'intégration se réglait faute de combattants. Pourquoi cela n'est plus fait ainsi, c'est quand même la question clé.[/b]

Par la magie du regroupement familial, voté par la droite et l'extrême-droite pour éviter le métissage (on ramène femme et enfants du blaid). Rien de plus... Au moins je suis d'accord avec toi sur un point, c'est la responsabilité des politiques, de nos politiques, pas des vieux reubeux qui ont surtout connu de la France les PMUs et les foyers sonacotra...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.voxnr.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: RIP Serge de Beketch   

Revenir en haut Aller en bas
 
RIP Serge de Beketch
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» Serge de Beketch (archives)
» Serge de Beketch (archives)
» Serge Lama chante le Je vous salue Marie
» Programme du marquage de l'humanité selon Serge Monast
» Que pensez-vous de la chanson de Serge Lama ??

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE FORUM DES ÉGARÉS :: PLACE DE GRÈVE-
Sauter vers: