LE FORUM DES ÉGARÉS




Post mortem nihil est
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Pierre Messmer est mort

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tatave
Idiot utile
Idiot utile
avatar

Masculin
Nombre de messages : 742
Date d'inscription : 09/01/2007

MessageSujet: Pierre Messmer est mort   Mer 29 Aoû 2007 - 20:46

Le gaulliste Pierre Messmer est mort


Pierre Messmer, qui est mort le 29 août, à l'âge de 91 ans, était un homme de combat. En l'accueillant à l'Académie française, le 10 février 2000, François Jacob le saluait en ces termes : "Ici, vous allez symboliser l'action et l'aventure". Avant d'être nommé en 1960 ministre des armées par le général de Gaulle, puis en 1972 premier ministre par Georges Pompidou, ce gaulliste de la première heure, fidèle entre les fidèles, avait mené une vie de baroudeur.



Ou plutôt, comme Pierre Messmer l'a écrit lui-même, "trois vies" : la guerre, d'abord, à laquelle il s'est donné tout entier, combattant exemplaire sur les champs de bataille d'outre-mer ; la décolonisation ensuite, dont il fut l'un des acteurs, en Indochine puis en Afrique ; la refonte de l'armée française, au temps de la guerre d'Algérie, enfin, qu'il sut mener à bien sous l'autorité du général de Gaulle.

Ce n'est pas sans raison qu'il a donné pour titre à ses Mémoires, en 1992, Après tant de batailles. Batailles militaires, batailles coloniales, batailles politiques : son parcours fut riche et mouvementé, avant d'être couronné par ses deux années difficiles à l'Hôtel Matignon et son refus d'entrer, malgré les sollicitations, dans la bataille présidentielle après la mort de Georges Pompidou.

L'APPEL DU GÉNÉRAL DE GAULLE


La vie de Pierre Messmer bascule le 17 juin 1940, la veille de l'appel du général de Gaulle. Sans attendre le message du futur chef de la France libre, le jeune rebelle de 24 ans – il est né à Vincennes le 20 mars 1916 –, frais émoulu de l'Ecole nationale de la France d'outre-mer, maintenu sous les drapeaux à la déclaration de guerre comme sous-lieutenant au 12e régiment de tirailleurs sénégalais, refuse la capitulation.

Avec quelques camarades, il détourne un cargo italien, gagne Gibraltar, puis Londres, s'engage dans la Légion étrangère, participe aux campagnes d'Erythrée, de Syrie, de Libye, de Tunisie, rejoint à Londres l'état-major du général Koenig, commandant en chef des forces françaises, débarque en Normandie en août 1944. Devenu compagnon de la Libération, Pierre Messmer reçoit, entre autres, la croix de guerre, avec six citations, et la médaille de la Résistance.

Après la Libération, l'aventure coloniale prend le relais de l'action militaire. Le voici en 1945 au Tonkin où, fait prisonnier par le Vietminh, il s'évade après deux mois de captivité. L'année suivante, Pierre Messmer est secrétaire général du comité interministériel pour l'Indochine puis directeur du cabinet du haut-commissaire de la République. A partir du début des années 1950, il parcourt l'Afrique. Il est gouverneur général de Mauritanie puis de Côte d'Ivoire avant de devenir haut-commissaire de la République, au Cameroun d'abord, en Afrique équatoriale française ensuite, en Afrique occidentale française enfin.

Entre deux missions, il dirige, en 1956, le cabinet de Gaston Defferre, ministre de la France d'outre-mer et auteur d'une loi-cadre qui donne aux territoires coloniaux l'autonomie interne, premier pas vers l'indépendance. Dans ses différents postes, Pierre Messmer prépare la décolonisation. D'où le titre de cet autre livre, paru en 1998 : Les Blancs s'en vont. "Le colonisateur le plus habile n'efface pas le sentiment national quand il existe", souligne-t-il. Il écrit aussi : "Le colonial que j'étais est ainsi devenu acteur de la décolonisation". En 1959, il quitte Dakar, dernier gouverneur général de l'Afrique occidentale française. "Avec vous, lui dira François Jacob, c'est la France qui évacue ses colonies d'Afrique. Une ère s'achève".

DEUX ANNÉES À MATIGNON


Pour Pierre Messmer, une troisième vie commence, qui ne sera pas moins animée que les deux premières. Le général de Gaulle le nomme ministre des armées, au moment où la guerre d'Algérie secoue le pays. Il fait face, en 1961, au "putsch des généraux", maintient l'unité de l'armée, assure sa réorganisation, favorise son adaptation à l'ère nucléaire. Il a pour lui la durée (neuf ans), la confiance du président de la République et ses incontestables qualités d'administrateur.

En mai 1968, il dissuade de Gaulle de faire appel à l'armée. Il quitte le gouvernement en 1969 après le départ du général, fonde l'association Présence du gaullisme, devient en 1971 ministre des départements et territoires d'outre-mer, succède ensuite comme premier ministre à Jacques Chaban-Delmas. De son passage à l'Hôtel Matignon Pierre Messmer n'a pas gardé de bons souvenirs. Il dit dans ses Mémoires ne s'être "jamais senti à l'aise" dans sa fonction et l'avoir quittée sans regret. Les divisions politiques et les conditions économiques rendent, il est vrai, sa tâche malaisée.

De ses deux années de mandat on retiendra d'abord la victoire de la majorité, dont il est le chef en tant que premier ministre, aux élections législatives de 1973. On retiendra aussi sa décision de mettre en chantier treize centrales nucléaires pour faire face au "choc pétrolier". Une décision historique qui engagera la France dans la voie du "tout nucléaire" mais assurera son indépendance énergétique. Après la mort de Georges Pompidou, Pierre Messmer hésite à se porter candidat à la présidence de la République mais renonce devant la détermination de son principal rival, Jacques Chaban-Delmas. Dès lors il se contente de son double rôle de parlementaire et d'élu local. Il conserve jusqu'en 1988 son mandat de député de la Moselle, conquis en 1968. Il sera même président du groupe RPR de l'Assemblée nationale sous la première cohabitation, de 1986 à 1988. Il est également maire de Sarrebourg jusqu'en 1989.

Pierre Messmer prend en 1992 la présidence de l'Institut Charles de Gaulle puis, en 1995, celle de la Fondation Charles de Gaulle. Elu à l'Académie des sciences morales et politiques en 1988, puis à l'Académie française en 1999, au fauteuil de Maurice Schumann, il est choisi en 1999 comme chancelier de l'Institut. Devenu l'un des derniers gardiens de la mémoire gaulliste, Pierre Messmer fait revivre, par la plume ou par la parole, l'épopée de la France libre. Il témoigne en 1997 au procès de Maurice Papon, déclarant notamment : "Le temps est venu où les Français pourraient cesser de se haïr et commencer de se pardonner". En 2001, avec d'autres anciens résistants, il demande la grâce de l'ancien collaborateur.*

Thomas Ferenczi

* Ben voyons..., c'est comme pour Raymond, hein ! Hé

http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3382,36-949062@51-949054,0.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saturnin12
Tapette bobo du tertiaire
Tapette bobo du tertiaire
avatar

Masculin
Nombre de messages : 31
Age : 36
Localisation : 95
Date d'inscription : 10/05/2007

MessageSujet: Re: Pierre Messmer est mort   Mer 29 Aoû 2007 - 21:11

Et bien. Un grand homme nous a quitté. Il en a vécu des choses.


Dernière édition par le Sam 29 Sep 2007 - 4:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
el spirito
Sophiste d'estaminet
Sophiste d'estaminet
avatar

Masculin
Nombre de messages : 710
Age : 52
Localisation : république bananière!
Date d'inscription : 10/10/2006

MessageSujet: Re: Pierre Messmer est mort   Mer 29 Aoû 2007 - 22:56

Pape RIP....de Bir Hakeim à Matignon...y'à combien de stations de metro?

C'etait un samourai gaulliste devenu Ronin!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pimpam
Idiot utile
Idiot utile
avatar

Masculin
Nombre de messages : 638
Date d'inscription : 07/01/2007

MessageSujet: Re: Pierre Messmer est mort   Dim 2 Sep 2007 - 20:45

Voici un lien vers un blog "ogriste" à propos de Messmer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pierre Messmer est mort   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pierre Messmer est mort
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Abou Houreyra
» L'Abbé Pierre et sa vision de la mort
» Pierre Poulain, le fondateur de la secte de Derval, est mort !
» «A mort le foot», par Pierre Desproges
» Le cardinal Jean-Marie Lustiger est mort

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE FORUM DES ÉGARÉS :: ALCHIMIE DU VERBE :: Boîte à lettres-
Sauter vers: