LE FORUM DES ÉGARÉS




Post mortem nihil est
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Résistance par la décroissance

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Résistance par la décroissance   Mer 25 Juil 2007 - 11:32

N'ayant pas encore la source, j'ose cependant partager cela avec vous tous. Je devrai connaître d'ici peu d'où vient cet article.
Peut-être que certains, parmi vous, connaissent et maîtrisent bien le sujet.
A bon entendeur, Salut !



10 premiers conseils pour rentrer en resistance par la decroissance.
1. SE LIBERER DE LA TÉLÉVISION
Pour rentrer dans la décroissance, la première étape est de prendre
conscience de son conditionnement. Le vecteur majeur de ce conditionnement
est la télévision. Notre premier choix sera de s'en libérer.
Comme la société de consommation réduit l'humain à sa dimension
économique consommateur, la télévision réduit l'information à sa surface,
l'image. Média de la passivité, donc de la soumission, elle ne cesse
de régresser l'individu. Par nature, la télévision exige la rapidité, elle
ne supporte pas les discours de fond. La télévision est polluante dans
sa production, dans son usage puis comme déchet.
Nous lui préférerons notre vie intérieure, la création, apprendre à jouer
de la musique, faire et regarder des spectacles vivants... Pour nous
informer nous avons le choix : la radio (sans pub), la lecture (sans
pub), le théâtre, le cinéma (sans pub), les rencontres, etc.
2. SE LIBÉRER DE L'AUTOMOBILE
Plus qu'un objet, l'automobile est le symbole de la société de consommation.
Réservée aux 20 % les plus riches des habitants de la Terre ;
elle conduit inexorablement au suicide écologique par épuisement des
ressources naturelles (nécessaires à sa production) ou par ses pollutions
multiples qui, entre autres, engendre la montée de l'eet de serre.
L'automobile provoque des guerres pour le pétrole dont la dernière
en date est le conit irakien. L'automobile a aussi pour conséquence
une guerre sociale qui conduit à un mort toutes les heures rien qu'en
France. L'automobile est un des éaux écologique et social de notre
temps.
Nous lui préférerons : le refus de l'hypermobilité. La volonté d'habiter
près de son lieu de travail. La marche à pied, la bicyclette, le train,
les transports en commun.
3. REFUSER DE PRENDRE L'AVION
Refuser de prendre l'avion, c'est d'abord rompre avec l'idéologie dominante
qui considère comme un droit inaliénable l'utilisation ce mode de
transport. Pourtant, moins de 10 % des humains ont déjà pris l'avion.
Moins de 1% l'emprunte tous les ans. Ces 1 %, la classe dominante,
sont les riches des pays riches. Ce sont eux qui détiennent les médias
et xent les normes sociales. L'avion est le mode de transport le plus
polluant par personne transportée. Du fait de sa grande vitesse, il
articialise notre rapport à la distance.
Nous préférerons aller moins loin, mais mieux, à pied, en roulotte
à cheval, à bicyclette ou en train, en bateau à voile, avec tous les
véhicules sans moteur.
4. SE LIBÉRER DU TÉLÉPHONE PORTABLE
Le système engendre des besoins qui deviennent des dépendances. Ce
qui est articiel devient naturel. Comme nombre d'objets de la société
de consommation, le téléphone est un faux besoin créé articiellement
par la pub. Avec le mobile, vous êtes mobilisable à tout instant. Avec
le portable nous jetterons donc les fours microonde, les tondeuses à
gazon, et tous les objets inutiles de la société de consommation.
Nous préférerons au portable le téléphone, le courrier, la parole, mais
surtout, nous tacherons d'exister par nousmême au lieu de chercher à
combler un vide existentiel avec des objets.
5. BOYCOTTER LA GRANDE DISTRIBUTION
La grande distribution est indissociable de l'automobile. Elle déshumanise
le travail, elle pollue et dégure les pourtours des villes, elle
tue les centresville, elle favorise l'agriculture intensive, elle centralise
le capital, etc. La liste des éaux qu'elle représente est ici trop longue
pour être énumérée ici.
Nous lui préférerons : avant tout moins consommer, l'autoproduction
alimentaire (potager)puis les commerces de proximité, les marchés, les
coopératives, l'artisanat. Cela nous conduira aussi à consommer moins
ou à refuser les produits manufacturés.
6. MANGER PEU DE VIANDE
Ou mieux, manger végétarien. La condition réservée aux animaux
d'élevage révèle la barbarie technoscientique de notre civilisation.
L'alimentation carnée est aussi une grave problématique écologique.
Mieux vaut manger directement des céréales plutôt que d'utiliser des
terres agricoles pour nourrir des animaux destinés à l'abattoir. Manger
végétarien ou manger moins de viande doit aussi déboucher sur
une meilleure hygiène alimentaire, moins riche en calories.
7. CONSOMMER LOCAL
Quand on achète une banane antillaise, on consomme aussi le pé-
trole nécessaire à son acheminement vers nos pays riches. Produire
et consommer local est une des conditions majeures pour rentrer
dans la décroissance, non dans un sens égoïste, bien sûr, mais au
contraire pour que chaque peuple retrouve sa capacité à s'autosuf-
re. Par exemple, quand un paysan africain cultive des fèves de cacao
pour enrichir quelques dirigeants corrompus, il ne cultive pas de quoi
se nourrir et nourrir sa communauté (voir texte Dix objections majeures
au commerce équitable).
8. SE POLITISER
La société de consommation nous laisse le choix : entre PepsiCola et
CocaCola ou entre le café Carte noire et la café équitable Max Havelaar.
Elle nous laisse de choix de consommateurs. Le marché n'est ni
de droite, ni du centre, ni gauche : il impose sa dictature nancière en
ayant pour objectif de refuser tout débat contradictoire et tout conit
d'idée. La réalité serait l'économie : aux humains de s'y soumettre.
Ce totalitarisme est paradoxalement imposé au nom de la liberté, de
consommer. Le statut de consommateur est considéré comme supé-
rieur à celui d'humain.
Nous préférerons nous politiser, comme personne, dans les associations,
les partis, pour combattre la dictature des rmes. La démocratie
exige une conquête permanente. Elle se meurt quand est elle abandonn
ée par ses citoyens. Il est aujourd'hui temps de lui insu­er les idées
de la décroissance.
9. DÉVELOPPEMENT PERSONNEL
La société de consommation a besoin de consommateurs serviles et
soumis qui ne désirent plus être des humains à part entière. Ceuxci
ne peuvent alors tenir que grâce à l'abrutissement, par exemple, devant
la télévision, les loisirs ou la consommation de neuroleptiques
(Proxac...).
Au contraire, la décroissance économique a pour condition un épanouissement
social et humain. S'enrichir en développant sa vie int
érieure. Privilégier la qualité de la relation à soi et aux autres au
détriment de la volonté de posséder des objets qui vous posséderont à
leur tour. Chercher à vivre en paix, en harmonie avec la nature, à ne
pas céder à sa propre violence, voilà la vraie force.
10. COHÉRENCE
Les idées sont faites pour être vécues. Si nous ne sommes pas capables
de les mettre en pratique, elles n'auront pour seules fonctions que de
faire vibrer nos ego. Nous sommes tous dans le compromis, mais nous
cherchons à tendre à plus de cohérence. C'est le gage de la crédibilité
de nos discours. Changeons et le monde changera.
Cette liste n'est bien sûr pas exhaustive. A vous de la compléter. Mais
si nous ne cherchons pas à tendre vers cette recherche de cohérence,
nous serons réduit à nous apitoyer très hypocritement sur les consé-
quences de nos propres mode de vie. Evidemment, il n'est pas de mode
de vie pur sur la Terre. Nous sommes tous dans le compromis et c'est
bien ainsi.
Revenir en haut Aller en bas
Gérard Miller
Idiot utile
Idiot utile
avatar

Masculin
Nombre de messages : 578
Date d'inscription : 30/11/2006

MessageSujet: Re: Résistance par la décroissance   Mer 25 Juil 2007 - 11:47

Une fois que vous aurez respecté ces 10 commandements vous serez enfin dignes de rejoindre Soraël, grand Gana intergalactique, Lumière de nos vies, qui vous montrera le Chemin de l'Egalité et de la réconciliation
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Résistance par la décroissance   Mer 25 Juil 2007 - 12:28

Tu as tout compris, Gérard ! Laughing
Revenir en haut Aller en bas
laurent666
Idiot utile
Idiot utile
avatar

Masculin
Nombre de messages : 952
Localisation : nissa
Date d'inscription : 15/10/2006

MessageSujet: Re: Résistance par la décroissance   Mer 25 Juil 2007 - 12:49

Le Major a écrit:
N'ayant pas encore la source, j'ose cependant partager cela avec vous tous. Je devrai connaître d'ici peu d'où vient cet article.
Peut-être que certains, parmi vous, connaissent et maîtrisent bien le sujet.
A bon entendeur, Salut !

C'est un concentré de jus altermondialiste.

Tout n'est pas mauvais, loin de là, mais ça contient aussi plein d'idioties, genre le soutien à Max Havelaar (c) (tm).
L'automobile est aussi un progrès et une liberté individuelle,
Le marché n'a pas du tout pour "objectif de refuser tout débat contradictoire", c'est ridicule.
Dire que "refuser de prendre l'avion, c'est d'abord rompre avec l'idéologie dominante qui considère comme un droit inaliénable l'utilisation ce mode de transport", c'est vraiment une critique niveau collégien tendance LCR.

Beaucoup trop d'approximations et de slogans creux...


Dernière édition par le Jeu 26 Juil 2007 - 16:11, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Underachiever
Adepte de la cabale
Adepte de la cabale
avatar

Masculin
Nombre de messages : 316
Localisation : la marge
Date d'inscription : 28/03/2007

MessageSujet: Re: Résistance par la décroissance   Mer 25 Juil 2007 - 13:15

Le Major a écrit:
N'ayant pas encore la source

Hum... ça sent l'écolo-con ce truc là.

Citation :
SE LIBERER DE LA TÉLÉVISION

ça devrait pas être le plus dur.

Citation :
SE LIBÉRER DE L'AUTOMOBILE

"elle conduit inexorablement au suicide écologique par épuisement des
ressources naturelles (nécessaires à sa production) ou par ses pollutions
multiples qui, entre autres, engendre la montée de l'eet de serre."

Très puéril-libéral comme raisonnement. Imagine, 60 millions de français qui consomment moins de ressources pétrolières = baisse la demande et donc des prix pour les petits chinois, indiens, etc. qui peuvent consommer plus... conséquences identiques pour la planète.

Citation :
REFUSER DE PRENDRE L'AVION

Ouais... ça devrait arranger les sans-papiers, surtout ceux sur le chemin du retour.

Citation :
SE LIBÉRER DU TÉLÉPHONE PORTABLE

ok... du coup augmentation du nombre et de la fréquence des petits déplacements en bus, etc.

Citation :
BOYCOTTER LA GRANDE DISTRIBUTION

Biensur si mon pouvoir d'achat augmente pour me permettre d'acheter chez le petit commerçant du coin... mais avec la décroissance peu de chances pour que mon salaire soit revu à la hausse.

Citation :
MANGER PEU DE VIANDE

Ou mieux, manger végétarien [...]Mieux vaut manger directement des céréales plutôt que d'utiliser des terres agricoles pour nourrir des animaux destinés à l'abattoir

Ou encore mieux manger de l'humain... histoire de faire de la place.


Citation :
CONSOMMER LOCAL

voir au point "boycotter la grande distribution"

Citation :
SE POLITISER

Il doivent pas penser à E&R quand ils disent ça...

Citation :
DÉVELOPPEMENT PERSONNEL

"Chercher à vivre en paix, en harmonie avec la nature, à ne
pas céder à sa propre violence, voilà la vraie force"

Yoga, tantrisme, retraites dans le larzac... ça va on connaît.

Citation :
COHÉRENCE

"Changeons et le monde changera [...] Nous sommes tous dans le compromis et c'est bien ainsi."

J'aime bien le "changeons!" tout de suite contre balancé par le "compromis" dans lequel nous sommes et dans lequel nous nous complaisons... Elle a belle gueule la révolution écolo Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Résistance par la décroissance   Mer 25 Juil 2007 - 15:20

Le plus important pour moi c'est le 1er point.

c'est tres facilement realisable de maniere imminente et sur du long therme.

la propagande televisuelle c'est de l'obscurentisme moderne.

je ferai remarqué a Underachiever aussi qu'on peu tjr utiliser les cabines telephoniques
(un des dernier vestiges du sevice pubique PTT) pour ce passer du telephone portable. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Underachiever
Adepte de la cabale
Adepte de la cabale
avatar

Masculin
Nombre de messages : 316
Localisation : la marge
Date d'inscription : 28/03/2007

MessageSujet: Re: Résistance par la décroissance   Mer 25 Juil 2007 - 15:28

griffis a écrit:
je ferai remarqué a Underachiever aussi qu'on peu tjr utiliser les cabines telephoniques

Oui... ce qu'il en reste. Mais tu admettras que le portable n'est pas le fond du problème.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thundaar
Idiot utile
Idiot utile
avatar

Masculin
Nombre de messages : 640
Date d'inscription : 09/07/2007

MessageSujet: Re: Résistance par la décroissance   Mer 25 Juil 2007 - 15:31

Principe 1: ne pas alimenter le tourisme international.

Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Résistance par la décroissance   Mer 25 Juil 2007 - 17:00

Et le suicide collectif ?
Revenir en haut Aller en bas
Sebsebforce
Idiot utile
Idiot utile
avatar

Masculin
Nombre de messages : 557
Age : 46
Date d'inscription : 07/12/2006

MessageSujet: Re: Résistance par la décroissance   Jeu 26 Juil 2007 - 19:40

Le Major a écrit:
N'ayant pas encore la source, j'ose cependant partager cela avec vous tous. Je devrai connaître d'ici peu d'où vient cet article.
Peut-être que certains, parmi vous, connaissent et maîtrisent bien le sujet.
A bon entendeur, Salut !



10 premiers conseils pour rentrer en resistance par la decroissance.
1. SE LIBERER DE LA TÉLÉVISION
Pour rentrer dans la décroissance, la première étape est de prendre
conscience de son conditionnement. Le vecteur majeur de ce conditionnement
est la télévision. Notre premier choix sera de s'en libérer.
Comme la société de consommation réduit l'humain à sa dimension
économique consommateur, la télévision réduit l'information à sa surface,
l'image. Média de la passivité, donc de la soumission, elle ne cesse
de régresser l'individu. Par nature, la télévision exige la rapidité, elle
ne supporte pas les discours de fond. La télévision est polluante dans
sa production, dans son usage puis comme déchet.
Nous lui préférerons notre vie intérieure, la création, apprendre à jouer
de la musique, faire et regarder des spectacles vivants... Pour nous
informer nous avons le choix : la radio (sans pub), la lecture (sans
pub), le théâtre, le cinéma (sans pub), les rencontres, etc.
2. SE LIBÉRER DE L'AUTOMOBILE
Plus qu'un objet, l'automobile est le symbole de la société de consommation.
Réservée aux 20 % les plus riches des habitants de la Terre ;
elle conduit inexorablement au suicide écologique par épuisement des
ressources naturelles (nécessaires à sa production) ou par ses pollutions
multiples qui, entre autres, engendre la montée de l'eet de serre.
L'automobile provoque des guerres pour le pétrole dont la dernière
en date est le conit irakien. L'automobile a aussi pour conséquence
une guerre sociale qui conduit à un mort toutes les heures rien qu'en
France. L'automobile est un des éaux écologique et social de notre
temps.
Nous lui préférerons : le refus de l'hypermobilité. La volonté d'habiter
près de son lieu de travail. La marche à pied, la bicyclette, le train,
les transports en commun.
3. REFUSER DE PRENDRE L'AVION
Refuser de prendre l'avion, c'est d'abord rompre avec l'idéologie dominante
qui considère comme un droit inaliénable l'utilisation ce mode de
transport. Pourtant, moins de 10 % des humains ont déjà pris l'avion.
Moins de 1% l'emprunte tous les ans. Ces 1 %, la classe dominante,
sont les riches des pays riches. Ce sont eux qui détiennent les médias
et xent les normes sociales. L'avion est le mode de transport le plus
polluant par personne transportée. Du fait de sa grande vitesse, il
articialise notre rapport à la distance.
Nous préférerons aller moins loin, mais mieux, à pied, en roulotte
à cheval, à bicyclette ou en train, en bateau à voile, avec tous les
véhicules sans moteur.
4. SE LIBÉRER DU TÉLÉPHONE PORTABLE
Le système engendre des besoins qui deviennent des dépendances. Ce
qui est articiel devient naturel. Comme nombre d'objets de la société
de consommation, le téléphone est un faux besoin créé articiellement
par la pub. Avec le mobile, vous êtes mobilisable à tout instant. Avec
le portable nous jetterons donc les fours microonde, les tondeuses à
gazon, et tous les objets inutiles de la société de consommation.
Nous préférerons au portable le téléphone, le courrier, la parole, mais
surtout, nous tacherons d'exister par nousmême au lieu de chercher à
combler un vide existentiel avec des objets.
5. BOYCOTTER LA GRANDE DISTRIBUTION
La grande distribution est indissociable de l'automobile. Elle déshumanise
le travail, elle pollue et dégure les pourtours des villes, elle
tue les centresville, elle favorise l'agriculture intensive, elle centralise
le capital, etc. La liste des éaux qu'elle représente est ici trop longue
pour être énumérée ici.
Nous lui préférerons : avant tout moins consommer, l'autoproduction
alimentaire (potager)puis les commerces de proximité, les marchés, les
coopératives, l'artisanat. Cela nous conduira aussi à consommer moins
ou à refuser les produits manufacturés.
6. MANGER PEU DE VIANDE
Ou mieux, manger végétarien. La condition réservée aux animaux
d'élevage révèle la barbarie technoscientique de notre civilisation.
L'alimentation carnée est aussi une grave problématique écologique.
Mieux vaut manger directement des céréales plutôt que d'utiliser des
terres agricoles pour nourrir des animaux destinés à l'abattoir. Manger
végétarien ou manger moins de viande doit aussi déboucher sur
une meilleure hygiène alimentaire, moins riche en calories.
7. CONSOMMER LOCAL
Quand on achète une banane antillaise, on consomme aussi le pé-
trole nécessaire à son acheminement vers nos pays riches. Produire
et consommer local est une des conditions majeures pour rentrer
dans la décroissance, non dans un sens égoïste, bien sûr, mais au
contraire pour que chaque peuple retrouve sa capacité à s'autosuf-
re. Par exemple, quand un paysan africain cultive des fèves de cacao
pour enrichir quelques dirigeants corrompus, il ne cultive pas de quoi
se nourrir et nourrir sa communauté (voir texte Dix objections majeures
au commerce équitable).
8. SE POLITISER
La société de consommation nous laisse le choix : entre PepsiCola et
CocaCola ou entre le café Carte noire et la café équitable Max Havelaar.
Elle nous laisse de choix de consommateurs. Le marché n'est ni
de droite, ni du centre, ni gauche : il impose sa dictature nancière en
ayant pour objectif de refuser tout débat contradictoire et tout conit
d'idée. La réalité serait l'économie : aux humains de s'y soumettre.
Ce totalitarisme est paradoxalement imposé au nom de la liberté, de
consommer. Le statut de consommateur est considéré comme supé-
rieur à celui d'humain.
Nous préférerons nous politiser, comme personne, dans les associations,
les partis, pour combattre la dictature des rmes. La démocratie
exige une conquête permanente. Elle se meurt quand est elle abandonn
ée par ses citoyens. Il est aujourd'hui temps de lui insu­er les idées
de la décroissance.
9. DÉVELOPPEMENT PERSONNEL
La société de consommation a besoin de consommateurs serviles et
soumis qui ne désirent plus être des humains à part entière. Ceuxci
ne peuvent alors tenir que grâce à l'abrutissement, par exemple, devant
la télévision, les loisirs ou la consommation de neuroleptiques
(Proxac...).
Au contraire, la décroissance économique a pour condition un épanouissement
social et humain. S'enrichir en développant sa vie int
érieure. Privilégier la qualité de la relation à soi et aux autres au
détriment de la volonté de posséder des objets qui vous posséderont à
leur tour. Chercher à vivre en paix, en harmonie avec la nature, à ne
pas céder à sa propre violence, voilà la vraie force.
10. COHÉRENCE
Les idées sont faites pour être vécues. Si nous ne sommes pas capables
de les mettre en pratique, elles n'auront pour seules fonctions que de
faire vibrer nos ego. Nous sommes tous dans le compromis, mais nous
cherchons à tendre à plus de cohérence. C'est le gage de la crédibilité
de nos discours. Changeons et le monde changera.
Cette liste n'est bien sûr pas exhaustive. A vous de la compléter. Mais
si nous ne cherchons pas à tendre vers cette recherche de cohérence,
nous serons réduit à nous apitoyer très hypocritement sur les consé-
quences de nos propres mode de vie. Evidemment, il n'est pas de mode
de vie pur sur la Terre. Nous sommes tous dans le compromis et c'est
bien ainsi.

"Le Journal de la décroissance", le journal de la joie de vivre, édité par "Les casseurs de Pub".
C'est loin d'être bête. Plus subversifs qu'il n'y paraît. On devrait essayer de travailler avec ces gens là. Le seul ennui, c'est qu'effectivement ils sont un peu trop gauchisé de par leurs origines, mais bon, voyons d'abord les points communs...

Quand au petit programme, un autre monde en 10 leçons, comme façon de présenter les choses, c'est pueril, inutile, très "bible et discours officiel qui m'aide à bien dormir" donc parfaitement applicable à tous les bobos.
Ne jetons tout de même pas le bébé avec l'eau du bain, il y a des choses à creuser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nabien
Valet apatride du Grand Capital
Valet apatride du Grand Capital
avatar

Masculin
Nombre de messages : 71
Age : 48
Date d'inscription : 03/03/2007

MessageSujet: Re: Résistance par la décroissance   Jeu 26 Juil 2007 - 20:49

laurent666 a écrit:


C'est un concentré de jus altermondialiste.

Tout n'est pas mauvais, loin de là, mais ça contient aussi plein d'idioties, genre le soutien à Max Havelaar (c) (tm).
L'automobile est aussi un progrès et une liberté individuelle,
Le marché n'a pas du tout pour "objectif de refuser tout débat contradictoire", c'est ridicule.
Dire que "refuser de prendre l'avion, c'est d'abord rompre avec l'idéologie dominante qui considère comme un droit inaliénable l'utilisation ce mode de transport", c'est vraiment une critique niveau collégien tendance LCR.

Beaucoup trop d'approximations et de slogans creux...

complètement d'accord, c'est un texte de bobos altermondialistes citadins qui se donnent bonne conscience.
Rejeter l'automobile par exemple, on voit que ces gens là ne cotoient personne de la campagne.
comment ils vont expliquer à mes parents de ne pas prendre leur voiture pour aller au superU éloigné de 5 km ?

En fait, la théorie de la décroissance, comme je me suis intéressé à ça à une époque, c'est très compliqué à mettre en oeuvre, et les économistes sérieux anti-système parleraient plus de croissance maîtrisée, ou croissance nulle.

Le premier truc à s'attaquer, c'est effectivement tout ce qui est pub, et détruire la profession de commercial.
les commerciaux de voitures ou de cuisines , ça sert à rien finalement.

Bref, la difficulté est de trouver des théories sérieuses à ce sujet, tant on a affaire à des utopistes à la con.
Même si le moyen-âge est une période de l'histoire qui n'est pas toute noire (une des plus intéressante même) comme on nous l'enseigne, je vois mal faire ce retour arrière...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.picvi.com/2008/07/01/amateur-photos/
Le Bon Docteur
Simple Mind
Simple Mind
avatar

Masculin
Nombre de messages : 677
Age : 45
Localisation : sur le bord de la rivière
Date d'inscription : 28/05/2007

MessageSujet: Re: Résistance par la décroissance   Jeu 26 Juil 2007 - 21:30

Il me semble que le retour à la terre est inévitable. Pas pour faire paysan mais juste cultiver de quoi bouffer (un bon potager, quelques poules). De gré ou de force, on y aura droit, j'en suis à peu près persuadé. Dans 10 ans, 50, 100...?
Quand les villes ne seront plus ravitaillées pour une raison ou une autre, ça va être une merde noire... D'ailleurs quelques municipalités maintiennent ou relance les jardins ouvriers...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.dailymotion.com/video/x14g5o_papy-fait-de-la-resistan
Le Bordelleur
Sophiste d'estaminet
Sophiste d'estaminet
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1536
Age : 39
Date d'inscription : 13/06/2007

MessageSujet: Re: Résistance par la décroissance   Jeu 26 Juil 2007 - 22:35

Pour que cela marche il faudrit une prise de conscience mondiale.
Car les Chinois et les Indiens tendent plutôt vers notre niveau de vie, et je ne pense pasque les classes aisées de ces populations soient près à faire des sacrifices.

Par contre si on ne le fait pas, il ne faudra pas s'étonner d'être après dans la pire merde mondialiste, avec un dérèglment du climat qui mettra un bon bordel, des crises pétrolifères qui génèreront des conflits etc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.google.fr/
Le Bon Docteur
Simple Mind
Simple Mind
avatar

Masculin
Nombre de messages : 677
Age : 45
Localisation : sur le bord de la rivière
Date d'inscription : 28/05/2007

MessageSujet: Re: Résistance par la décroissance   Jeu 26 Juil 2007 - 22:46

Le Bordelleur a écrit:
Car les Chinois et les Indiens tendent plutôt vers notre niveau de vie, et je ne pense pas que les classes aisées de ces populations soient près à faire des sacrifices.

Elles n'ont pas à le faire. Elles veulent se gaver comme on s'est gavé et c'est légitime qu'elles le fassent. C'est une connerie mais elles le feront. En tant qu'occidentaux coupables de l'abus de matières premières, de pollutions, etc...(pas individuellement mais globalement) nous devons montrer le contre-exemple. C'est à dire que pendant qu'ils vont aggraver la situation, nous devons mettre en place la prochaine façon de vivre et surtout, la seule qui sera viable. C'est cruel mais c'est comme ça. A moins d'être un enculé et de penser qu'il ne faut pas qu'ils le fassent parce que ça nous met en danger. 'Faut quand même se sentir supérieur ou avoir une sacrée gueule pour assumer ce genre de propos...

L'exemple, y a qu'ça d'vrai!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.dailymotion.com/video/x14g5o_papy-fait-de-la-resistan
chiktabba
Valet apatride du Grand Capital
Valet apatride du Grand Capital
avatar

Masculin
Nombre de messages : 65
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 14/12/2006

MessageSujet: Re: Résistance par la décroissance   Ven 27 Juil 2007 - 20:21

Merci au Major d'avoir lancer cette discussion. Tu oublies d'ajouter à ton énumération que le pilier de la décroissance c'est la simplicité volontaire (=initiative individuelle).

Je me suis intéressé à la décroissance (je ne me pose pas en expert) avant de m'intéresser à E&R et j'ai toujours pensé qu'un pont pouvait être jeté entre les deux mouvements sur la base du refus de la société de consommation, en tout cas les points 4 et 5 de la charte d'E&R. Ceux qui crient alerte aux bobos confondent: la décroissance ce n'est pas se battre pour des pistes cyclables en ville (leur truc c'est plutôt les randonnées avec un âne).

La décroissance reste très apolitisé et anarchique et ses principes séduisent donc les sensibilités d'extrème gauche. Mais il ne faut pas prendre les conseils pour rentrer en décroissance pour un programme politique.

Mes commentaires sur les dix conseils (et pour répondre à underachiver) :
1- Une évidence.
2- Le truc c'est pas de bannir totalement l'automobile que d'en avoir un usage responsable: privilégier les transports communs, le covoiturage, la marche à pieds. réaliser que 1 homme=1 voiture est un luxe qu'on ne peut pas se permettre et comprendre la relation urbanisation/motorisation L'idéologie sociale de la bagnole est un texte à ce sujet.
3- Qui a besoin de prendre l'avion sinon les bobos ?
4- Mais comment faisait-on auparavant ? Je propose de réinventer le "Rendez-vous" et la ponctualité.
5- "indissociable de l'automobile": lire le texte en lien ci-dessus. Et revoir "Zombi" ("Dawn of the Dead")
6- Plutôt d'accord, surtout pour le porc dont le lisier sature les terres bretonnes et provoque des invasions d'algues vertes qui puent la mort sur nos plages.
7- Difficile quand on doit payer le crédit pour l'écran plasma.
8- Évident.
9- Arrêter la télé c'est déjà un grand pas dans ce sens.
10- Je suis un bel hypocrite.

Enfin tout ça pour dire que je trouve que la décroissance c'est bon et c'est très rafraichissant et, lisant ce forum depuis un petit moment, certains pourraient profiter de sa joie de vivre (ya de ces rabats joie). Il faut savoir cultiver un côté "être le changement" et ne pas toujours attendre que celui-ci vienne d'une grande action politique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kamo
Marxiste tendance Groucho
Marxiste tendance Groucho
avatar

Masculin
Nombre de messages : 638
Date d'inscription : 07/10/2006

MessageSujet: Re: Résistance par la décroissance   Sam 28 Juil 2007 - 12:32

Il y a des bons points notamment sur l'avion (qui est le plus directement lié au mondialisme), le téléphone portable ou la télévision mais il y a également quelques absurdités comme par exemple le boycott de la grande distribution qui est impossible pour les classes populaires ou le "manger peu de viande" qui entre en totale contradiction avec la nature humaine (l'homme consomme de la viande depuis la nuit des temps, rien à voir avec la société de consommation, la modernité ou le mondialisme) et avec mon amour de la bonne chair.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Résistance par la décroissance   Sam 28 Juil 2007 - 13:43

Je suis bien d'accord avec toi...
un boeuf mode, un boeuf bourguignon, un petit pot au feu, une blanquette de veau, un pâté en crôute, un filet mignon aux échalotes, un canard à l'orange, un rôti de porc aux pruneaux d'agen, une entrecôte grillée au feu de bois, un lapin à la moutarde, une dinde aux marrons, un chapon au cidre, un poulet - frites maison, escalopes à la normande...

c'est vrai, j'aurai du mal à m'en passer bien que la gastronomie crètoise ait un avantage sur la nôtre...la longévité...l'huile d'olive, les tomates, le poivron, la feta, les olives...cela a son charme, je propose un florilège de tout ce qui est bon sur cette bonne vieille terre, cuisiné avec amour...
Revenir en haut Aller en bas
Sebsebforce
Idiot utile
Idiot utile
avatar

Masculin
Nombre de messages : 557
Age : 46
Date d'inscription : 07/12/2006

MessageSujet: Re: Résistance par la décroissance   Mer 1 Aoû 2007 - 18:25

Ils sont un peu radicaux certes, mais finalement leur charte ressemble à s'y méprendre à celle d'ER, et elle n'est pas tant écologique au sens moderne du terme qu'elle ne prone finalement qu'un autre mode de vie et penser, beeaucoup plus réaliste et raisonnable.

En ce qui concerne les pays en voie de développement, ce n'est évidemment pas à eux d'être des modèles, ils ne font que suivre les modèles qu'ils connaissent, nous. Qu'attendons nous pour restez précurseurs, bref, pas en retard d'une guerre?
Quand la France se cherche des modèles déja dépassés (Etats-Unis, Royaume-Uni -drôle de nom en 2007) alors qu'elle EST le modèle qui se cherche ailleurs.

De plus, le terme de décroissance reste impropre. La décroissance ne concerne pas les petites gens, mais les gros mamouths engraissés menacés d'extinction par étouffement!
Ceux qui ont le plus à craindre sont ceux qui ont le plus à perdre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Résistance par la décroissance   Jeu 2 Aoû 2007 - 13:46

D'abord la décroissance ou plutôt l'a-croissance n'est pas qu’un mouvement de gauchiste, il est un peu trans-courant, car même Alain de Benoist ou des régionalistes se posent des questions qui vont dans ce sens. Notamment dans les idées des décroissants, il y a celle de relocaliser la production aux niveaux régionales, dû en partis a la baisse des énergies fossiles (Sachant qu’il y a 5000 kilomètres de fuel pour produire un pot de yaourt). Bon le problème, c'est que les médias déforment les idées proposées, caricaturent en renvoyant une image de peine à jouir, de chieur et d’homme des cavernes. Ils vont aussi se faire un malin plaisir de diviser les partisans de gauche comme de droite. Ca commence déjà sachant que des partisans de gauches s’inquiètent que des « fafs » reprennent leurs idées. Donc ne tombons pas dans le piège de la division…

Sinon, il y a cette idéologie de travailler pour produire plus, qui n'a aucun sens. L’Homme, pour survivre, n'a besoin de produire que ce qui lui est nécessaire et d'économiser un peu en cas de dèche. Je ne suis pas contre l'idée de progrès techniques, car normalement son utilisation devrait permettre à l'Homme de produire autant en travaillant moins. Mais au contraire, avec l’idéologie du productivisme et de la croissance illimité (soit disant créatrice d'emploi, ce qui était vrai hier ne l’ai plus aujourd’hui), la technique est utilisée pour accroitre la dominance de certains par l’amassement de capital. Mais ca vous le saviez déjà...

C’est pour cela que milité pour une décroissance matérielle (pas celle du savoir) dans nos contrées est très dangereuse pour les tenants de la finance, cela nuirait à leurs soifs de dominance. Et bien sûr, ils vont nous faire un chantage à l’emploi afin de nous asservir un peu plus. Ce pendant il y a des cotés pervers à la décroissance, si on pousse jusqu’au bout le résonnement, qui seraient :
D’un, les puissances émergentes (Inde, Chine, Brésil) qui nous dominent et imposent leurs volontés, on serait un peu leur continent africain à eux (mais heureusement qu’on n’a pas trop de matière première). De deux, les multinationales et les financiers, qui n’accepteront jamais de voir leurs chiffres d’affaire décroître, organiseront des pénuries ou des pollutions des matières vitales à la survie des Hommes (augmentation du prix de l’eau et de l’alimentation) et fourniront les aliments. D’ où, un retour à l’esclavage pour se payer des miettes. Alors bien sur, le trait est grossier, mais c’est quelque chose qui peut arriver.

Quand on pense qu’on en chie juste pour un concours de quéquettes entre financiers, ca fout les boules...

Au final et sans être défaitiste, je crois qu'on va un peu droit dans le mur. Car changer les mentalités à ce point et bah ca va être coton. Mais ca ne coute rien d'essayer. C'est quand même le but de la politique, gérer son environnement (nature, humain) au mieux, pour la survie de l’espèce.

Pour ceux qui ne connaissent pas le système de la grande distribution, qui a été un peu source de nos malheurs et grands accélérateurs de mondialisation et de délocalisation, écoutez ca:

ftp://ftp.bibliotheque-sonore.net/consommation/grandedistribution/jacquiauconf.mp3

Une autre alternative( on peut conjuguer les deux), c'est le SLAM(Shareholder Limited Authorized Margin).
http://www.monde-diplomatique.fr/2007/02/LORDON/14458
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Résistance par la décroissance   Jeu 9 Aoû 2007 - 16:04

http://afe-blog.com/2007/01/30/le-pari-de-la-decroissance/

Il y a longtemps que nous nationalistes intégraux avons entammé cette réflexion qui poursuit ce qui a déjà été fait par nos aînés chrétiens sociaux, ludistes corporatistes canuts ect...
un poetit papier de présentation de la décroissance à nos camarades publiés sur notre blog... je vous le poste ici a titre d'info...

Le pari de la décroissance

Les royalistes auraient tort de ne pas entamer un débat sérieux avec les partisans de la décroissance et notamment avec la pensée iconoclaste de Serge Latouche. Ils préfèrent les trains Corail aux TGV, le vélo à la voiture, l’agriculture biologique aux poulets transgéniques. Pour autant ce ne sont pas que de simples bobos ou des écologistes lambda. Intellectuels mordants, plus réalistes qu’utopistes, voilà les décroissants ! Opposés au « développement durable », dans lequel ils ne voient qu’un gadget cache-sexe au service de l’industrie et du libéralisme, ils ont développé une critique radicale de la société de consommation. Leur ennemi : « l’idéologie de la croissance », celle qui, partie de nos sociétés occidentales, étend désormais sa domination sur l’ensemble du monde contemporain. Les décroissants sont persuadés que la croissance n’est pas inéluctable : « La croissance économique, écrit Paul Ariès, est un choix que fait une société : de la même façon qu’il a fallu discipliner les prolétaires pour en faire de bons salariés, il a fallu discipliner les ménagères pour en faire des consommatrices. Il ne peut y avoir de croissance économique que parce que nous acceptons d’être des forçats du travail et de la consommation. »

Gauche anti-totalitaire
Intellectuellement, le courant décroissant provient de la gauche anti-totalitaire : ils ne cachent pas leur dette à l’égard de Claude Lefort ou Cornélius Castoriadis, qui taillèrent dès les années 1950 des croupières au stalinisme dans leur revue Socialisme et Barbarie. Ils revendiquent également d’être les héritiers de penseurs atypiques de l’écologie, comme le juriste protestant Jacques Ellul ou l’inclassable Ivan Illich. S’ils ne nient pas une influence marxiste, les décroissants s’en détachent lorsqu’ils proclament, comme Maurras, le primat du politique : « La décroissance se veut avant tout un refus de toute nécessité, affirme Paul Ariès, car nous croyons que les seules lois valides sont les lois politiques et non économiques. (…) L’issue planétaire passe donc par un retour au politique » Le terme de décroissance remonte aux années 1970 et à l’œuvre d’un économiste roumain, Nicholas Georgescu-Roegen (1906-1994), intitulée Demain la décroissance : entropie-écologie-économie. Au début des années 2000, des activistes issus des « Casseurs de pubs » (Vincent Cheynet, Bruno Clémentin) et des intellectuels comme Paul Ariès ou Serge Latouche ont lancé un véritable courant décroissant en France, avec sa revue bimestrielle en kiosque nommée tout simplement : La Décroissance. Le journal de la joie de vivre. Ils opposent la « décroissance soutenable » au « développement durable ». Politiquement ils n’ont trouvé de l’écho que dans un courant des Verts, celui du député et ancien ministre Yves Cochet, officiellement rallié en juillet 2006 à la décroissance. De nombreux autres Verts, « progressistes », demeurent néanmoins fortement opposés à la décroissance.

Anti-progressisme
La Nouvelle droite païenne d’Alain de Benoist, via la revue Eléments (1), s’est ralliée à la décroissance, provoquant une polémique et entraînant les dénégations empressées de Paul Ariès. Il semble pourtant difficile de ne pas rapprocher l’œuvre d’Heidegger où les tiers-mondistes et ethno-différentialistes d’Alain de Benoist de certaines préoccupations des décroissants (ils défendent la « diversité culturelle »). Sur le plan réactionnaire comment ne pas penser également au roman Ravage de René Barjavel (publié en 1943), avec sa vision catastrophique d’une sortie du machinisme et d’un retour à la terre.

Si les royalistes et les promoteurs de la décroissance peuvent se retrouver, c’est d’abord sur le clair rejet du dogme du Progrès qui leur est commun. Si plus grand monde ne croit encore, aujourd’hui, au Progrès, comme l’a bien montré dans ses travaux Pierre-André Taguieff, nos politiques, coupés du réel n’ont que ce mot passe-partout à la bouche : progrès social, progrès économique… Apparue au XVIIe siècle (2), l’idéologie du Progrès est indissociable de la pensée des Lumières et de ses héritiers libéraux ou totalitaires. Paradoxalement, beaucoup de décroissants, enfermés sur ce point dans leurs certitudes, se pensent encore en héritiers du libéralisme philosophique des Lumières… Royalisme et décroissance Par leur opposition déjà ancienne à la malbouffe (campagnes contre les restaurants MacDonald à Lyon dès le début des années 1990), par leur souci écologique légué par Maurras, par leur critique de la société de consommation et du spectacle, les royalistes rejoignent nombre de préoccupations de la pensée décroissante. Leurs approches de l’organisation économique, méfiantes envers l’Etat autant qu’envers le capital, procède d’intentions similaires. Certains se rappelleront qu’il y a quelques années, Serge Latouche, alors animateur du Mouvement anti-utilitariste dans les sciences sociales (MAUSS) avait pris la parole dans un cercle royaliste parisien (celui de la revue Immédiatement).
Les actuels travaux du Cercle Jacques Bainville (3) vont également dans ce sens (voir le numéro de Valeurs actuelles du 19 janvier dernier). Même si de sérieuses divergences politiques subsistent, un dialogue entre décroissants et royalistes ne peut être que productif. Parmi les décroissants, Serge Latouche demeure le plus intéressant pour sa critique politique assez radicale du système démocratique contemporain, ce qui n’est pas du goût de tous dans son propre camp : « Réfléchir sur la démocratie aujourd’hui sans remettre radicalement en cause au préalable le fonctionnement d’un système dans lequel le pouvoir (donc le politique) est détenu par les « nouveaux maîtres du monde » est au mieux un vain bavardage, au pire une forme de complicité avec le totalitarisme rampant de la mondialisation économique. Qui ne voit pas que, derrière les décors de la scène politicienne et la farce électorale, ce sont très largement les lobbys qui font les lois ? ». De même, Latouche reconnaît volontiers qu’ « il existe un anti-utilitarisme de droite et anticapitalisme de droite (…), un antitravaillisme de droite et un antiproductivisme de droite qui se nourrissent des mêmes arguments que nous ». Affaire à suivre.

Pierre Lafarge.

Bibliographie : de Serge Latouche, Le Pari de la décroissance, Fayard, 302 p., 19 €.
Survivre au dévellopement, Les Petits Libres - Mille et une nuits, 126 p., 2,19 €
Paul Ariès, Décroissance ou barbarie, Golias, 168 p., 15 €.

(1) : Eléments n° 119, hiver 2006.
(2) : Frédéric Rouvillois, L’invention du Progrès, Kimé, 1996.
(3) : http://www.cjb-assas.new.fr/
Revenir en haut Aller en bas
Snake Plissken
Grande gueule qui pisse pas loin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 682
Age : 46
Date d'inscription : 28/06/2007

MessageSujet: Re: Résistance par la décroissance   Jeu 9 Aoû 2007 - 18:32

j'ai longtemps acheté le journal de la décroissance, mais celui qui dirige ce mensuel est un ayatollah intégral

pour lui, avoir un chien est déjà un crime!


de plus, leur rapport à la télévision est vraiment celui d'êtres faibles!! la télé c'est comme l'argent, bon sujet, mauvais maître!


idem pour la viande





de plus, ils ont oublié le principal, (mesure que mettra en oeuvre le PSR lors de son accession au pouvoir : SUPPRESSION TOTALE DE LA PUBLICITE hors catalogues!)

réfléchissez-y, les conséquences révolutionnaires sont nombreuses


et psychologiquement...en ce moment, ma station de métro est en rénovation...ils ont viré les 4X3 de pub...pouvez pas imaginez la sérénité mentale que procure la vision de ces murs vierges de pub, car même lorsqu'on est antipub, on ne peut s'empecher de regarder ces putains de panneaux, qui occupent notre esprit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Résistance par la décroissance   

Revenir en haut Aller en bas
 
Résistance par la décroissance
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE FORUM DES ÉGARÉS :: RES PUBLICA :: Chroniques marxiennes-
Sauter vers: