LE FORUM DES ÉGARÉS




Post mortem nihil est
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Interview par F. Desouche

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9
AuteurMessage
l'Omnivore Sobriquet
Idiot utile
Idiot utile
avatar

Masculin
Nombre de messages : 713
Age : 51
Localisation : France
Date d'inscription : 02/12/2006

MessageSujet: ande   Lun 6 Aoû 2007 - 13:54

(j'écoute en ce moment même Radio Courtoisie, l'émission traite de ça.)

Il y a de l'eau en sous sol. Les Français arrivent et percent des puits. L'eau est utiliseé sur place, pour la plus grande gloire de...
Sur cet exemple précis, je pose la question avec tout le sérieux qu'elle porte : La France a-t-elle exploité les richesses du coin ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
milla
Idiot utile
Idiot utile
avatar

Masculin
Nombre de messages : 705
Date d'inscription : 29/09/2006

MessageSujet: Re: Interview par F. Desouche   Lun 6 Aoû 2007 - 14:15

Citation :
Si on joue les comptables, tout le monde sait que la colonisation a coûté plus cher aux pays colonisateurs qu'aux pays colonisés.

Quand bien meme cela est vrai, cette perte est de la responsabilité du colon, en rien celle du colonisé, qui n'avait rien demandé... et cela n'exonére en rien le colon de sa responsabilité quand au pillage du pays colonisé.

J'ajoutte que tu n'as pas répondu à la question de Maggle sur les metis.
Qu'est ce que tu en fais? Ou juge tu sa limite entre son europeanité et sa non-européanité?
Et si tu compte les renvoyer aussi, que dis tu au grand pére, privé de son petit fils parce que son fils a "fauté" avec une non européenne?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thundaar
Idiot utile
Idiot utile
avatar

Masculin
Nombre de messages : 640
Date d'inscription : 09/07/2007

MessageSujet: Re: Interview par F. Desouche   Lun 6 Aoû 2007 - 14:21

Citation :
cette perte est de la responsabilité du colon, en rien celle du colonisé, qui n'avait rien demandé... et cela n'exonére en rien le colon de sa responsabilité quand au pillage du pays colonisé

Vous avez raison, le peuple colonisé n'avait rien demandé mais généralement le peuple colonisateur non plus. Pour moi, la colonisation a créé deux victimes, les peuples colonisés et les peuples colonisateurs, qui tous y ont perdu, à l'exception évidemment d'une minorité de profiteurs. Le pur pillage ne se serait pas embarrassé de conceptions humanitaristes, même si celles-ci étaient fondamentalement hypocrites. Par ailleurs, là est sans doute le paradoxe, le pur pillage aurait causé au final beaucoup moins de mal à l'Afrique, car c'est le fait d'avoir influencé de manière décisive le développement démographique de l'Afrique qui est une des causes les plus importantes de la pauvreté de ce continent. On peut considérer que la minorité coloniale européenne a joué à l'apprenti-sorcier... et que cela lui a pété à la gueule.

Pour répondre à ton autre remarque, et uniquement sur un plan juridique, si on applique le principe du droit du sang au sens strict, la nationalité doit être héritée par son père et par sa mère (// loi de Périclès en 451). Je ne m'intéresse pas aux cas particuliers qui seront considérés comme tels.

Juste une remarque formelle sur cette question. Un pays en forte expansion démographique n'est évidemment pas dans la même situation qu'un pays en récession démographique. Les capacités d'absorption du premier sont infiniment supérieures à celles du second (qui sont même négatives). On pourrait parler de la clause de la nation la plus démographiquement favorisée.


Dernière édition par le Lun 6 Aoû 2007 - 14:32, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
milla
Idiot utile
Idiot utile
avatar

Masculin
Nombre de messages : 705
Date d'inscription : 29/09/2006

MessageSujet: Re: Interview par F. Desouche   Lun 6 Aoû 2007 - 14:28

Thundaar a écrit:
Citation :
cette perte est de la responsabilité du colon, en rien celle du colonisé, qui n'avait rien demandé... et cela n'exonére en rien le colon de sa responsabilité quand au pillage du pays colonisé

Vous avez raison, le peuple colonisé n'avait rien demandé mais généralement le peuple colonisateur non plus. Pour moi, la colonisation a créé deux victimes, les peuples colonisés et les peuples colonisateurs, qui tous y ont perdu, à l'exception évidemment d'une minorité de profiteurs. Le pur pillage ne se serait pas embarrassé de conceptions humanitaristes, même si celles-ci étaient fondamentalement hypocrites. .

Tu as raison, je ne sais plus qui parlait de "double restitution" (restitution pour les peuples colonisés, et pour les peuples des pays colonisateurs qui, par leurs impots, ont financé les expéditions des colons)
Ceci dit(je me trompe peut etre), cette minorité de profiteurs avaient parfois etaient élus par la majorité du peuple.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
milla
Idiot utile
Idiot utile
avatar

Masculin
Nombre de messages : 705
Date d'inscription : 29/09/2006

MessageSujet: Re: Interview par F. Desouche   Lun 6 Aoû 2007 - 14:31

Thundaar a écrit:
[
Pour répondre à ton autre remarque, et uniquement sur un plan juridique, si on applique le principe du droit du sang au sens strict, la nationalité doit être héritée par son père et par sa mère (// loi de Périclès en 451). Je ne m'intéresse pas aux cas particuliers qui seront considérés comme tels.
Sauf qu'ils sont (et seront) de plus en plus nombreux...
De plus, ils n'auront aucune nationalitée (puisque leurs 2 parents n'auront pas la meme) ce qui fait que les pays qui devraient les reprendre, auront tout droit de les refuser au nom de ton argument.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thundaar
Idiot utile
Idiot utile
avatar

Masculin
Nombre de messages : 640
Date d'inscription : 09/07/2007

MessageSujet: Re: Interview par F. Desouche   Lun 6 Aoû 2007 - 14:41

Citation :
De plus, ils n'auront aucune nationalitée (puisque leurs 2 parents n'auront pas la meme) ce qui fait que les pays qui devraient les reprendre, auront tout droit de les refuser au nom de ton argument.

Vous avez raison d'un point de vue théorique, mais ce serait présenter la situation démographique des pays émetteurs et récepteurs comme égale, ce qu'elle n'est absolument pas. Les capacités d'absorption d'un pays dépendent de sa démographie, les capacités de l'Europe sont négatives en la matière, alors que les capacités de l'Afrique sont considérables. C'est ce que j'appelle la clause de la nation la plus démographiquement favorisée. Car les conséquences du phénomène ne sont pas du tout les mêmes pour l'Europe et pour l'Afrique, compte tenu du différenciel démographique (égalité de situation théorique, inégalité totale de situation réelle).

De plus, il ne faudrait pas oublier que ces flux migratoires nous sont imposés, et par les mondialistes/atlantistes/libéraux aux commandes et aussi par les pays émetteurs qui n'ont manifesté aucune réelle intention de les empêcher. Par exemple, le Sénégal met la plus mauvaise volonté du monde à accepter le rapatriement des clandestins qu'il envoie aux Canaries, pourtant à peine débarqués.

Il s'agit donc de cas particuliers, qui ont il est vrai tendance pour le moment à se développer (mais le communautarisme se développant va constituer un puissant frein), et là encore une négociation pays émetteurs-pays récepteurs devrait être menée. En fait cela relève de la question du droit du sang simple (un seul parent) et de la binationalité. Par exemple, en Turquie, la binationalité est impossible, ce qui fait qu'un turc qui aurait acquis la nationalité allemande perd automatiquement la nationalité turque et les biens immeubles qu'il aurait en Turquie (car ce pays applique le principe de propriété du sol aux seuls nationaux).

Pour être honnête cependant, il est évident qu'en tant qu'européen je ne peux être neutre sur quelque question que ce soit qui concerne l'avenir de l'Europe, et il est normal de privilégier les siens, mais une négociation pour réussir doit rechercher un modus vivendi. Et le mot négociation est essentiel, et qui dit négociation dit aussi rapport de force (au sens diplomatique du terme).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MAGGLE
Banni(e) parce que je le vaux bien
Banni(e) parce que je le vaux bien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2559
Localisation : Suburbs
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: Interview par F. Desouche   Lun 6 Aoû 2007 - 15:43

l'Omnivore Sobriquet a écrit:
@ Maggle : Aucune balle dans le pied; prenez un verre d'eau et relisez-moi.

Alors c'est que tu es cul-de-jatte...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MAGGLE
Banni(e) parce que je le vaux bien
Banni(e) parce que je le vaux bien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2559
Localisation : Suburbs
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: Interview par F. Desouche   Ven 24 Aoû 2007 - 2:04

Thundaar a écrit:
Citation :
Faut savoir : soit il leur a donné l'indépendance, soit ils l'ont gagnés. Mais s'il la leur a donné, ne me parles pas de négociations...

Je pense que cela a été un consensus, entre des pays qui voulaient l'indépendance et une France gaulienne qui trouvait nécessaire leur indépendance. Mais l'important ait été qu'ils soient devenus indépendants. Mais comme je l'ai dit, malheureusement le cordon n'a pas été coupé, et il faut donc finaliser la décoloniation.

Consensus mon cul ! Rapport de forces oui. Quant au cordon, il faudrait surtout le couper avec le FMI, la banque mondiale, les multinationales qui controlent les prix des productions qui leurs sont imposées dans le cadre de plans d'ajustements etc. Mais aussi que leur soit restitué ce qui leur a été volé.

http://kalayuga.frbb.net/Mondo-2007-f5/Double-restitution-t474-0.htm

Thundaar a écrit:
Citation :
Et puis d'abord bien sur que les anciennes colonies sont liées aux anciens colonisateurs. Que ça plaise ou non...

Oui, parce que la décolonisation n'a pas été accomplie. C'est la "Françafrique", le néo-colonisme à l'oeuvre, qui nous valent aussi ces flux migratoires, et qui évidemment rapportent à une minorité affairiste.

Oui, la Françafrique ça existe, mais le néo-colonisme à l'oeuvre, ce sont aussi les multinationales. Pas seulement les états, bien que les deux sient liés.

Citation :
Mais elles devraient l'être plus encore : quand il y a un divorce entre deux individus, il doit y avoir une pension alimentaire le cas échéant.
Un mariage non consentant est sans valeur, et dans ce cas là, chacun repart de son côté. :) Le "mariage" de l'Europe et de l'Afrique, c'est le capitalisme qui l'a imposé à l'une et l'autre... et je ne suis pas capitaliste.

Un mariage non consentant n'est jamais sans valeur pour celui qui l'a imposé. C'est d'une part ceux qui l'ont imposé qu'il convient d'identifier, et de l'autre, il s'agit de déterminer la valeur de ce qui a été spolié.


Thundaar a écrit:
Citation :
Rendre l'Afrique aux Africains c'est d'abord leur restituer ce qui leur a été volé.

Si on joue les comptables, tout le monde sait que la colonisation a coûté plus cher aux pays colonisateurs qu'aux pays colonisés. Non, c'est aujourd'hui, concrètement, qu'il faut leur restituer leur territoire, au lieu de l'exploiter économiquement. Les multinationales tiennent l'Afrique en coupe réglée...

C'est pour ça que je parle de double restitution. Mais tu parles d'une part de pays colonisateurs et de l'autre de multinationales. Moi, je te parle de familles. Car dans un pays, il y a ceux qui en ont profité et ceux qui l'ont financée en pure perte. D'ailleurs, le peuple français ne s'est jamais autant enrichi qu'à la suite immédiate des décolonisations...

Thundaar a écrit:
Citation :
Non. Ce droit n'était pas dans son principe limité aux Européens. Il y avait d'ailleurs déjà une communauté noire à Paris à cette époque.

Ce que je dis, c'est qu'il s'appliquait de fait aux Européens, d'autant plus qu'une loi de la monarchie précédente interdisait aux noirs de vivre en métropole, ce qui rend douteux l'existence d'une communauté noire en 1789... tout au plus quelques individus. Napoléon Ier a ensuite blindé les règles pour que cela ne s'applique plus aux antillais.

Citation :
Être noir en France au XVIIIe siècle, Paris, Tallandier, 2006

Des « nègres » d’hier aux « renois » d’aujourd’hui, les Noirs de France au sens large – Africains ou Antillais, voire Indiens du sud de l’Asie – n’ont cessé de représenter une minorité diversement perçue et plus ou moins bien insérée dans la société française. Mais alors que la traite négrière et l’exploitation coloniale ont, depuis les travaux de Jean Mettas et de Gabriel Debien, été amplement étudiées, Noirs et gens de couleur amenés au XVIIIe siècle des colonies, sans doute parce qu’ils étaient beaucoup moins nombreux, n’ont pas donné lieu aux mêmes investigations. Qu’on ne s’y trompe pas pourtant : c’est bien du siècle des Lumières que date la première vague d’entrées de non-Blancs sur le sol de métropole, et ce plus de cent ans avant que la formation d’un second empire outre-mer donne des assises élargies aux grandes migrations contemporaines.

Pierre Pluchon, en abordant la question du regard qu’avaient pu porter les Français de l’Ancien Régime sur ces nouveaux arrivants, avait vu dans l’attitude des élites éclairées un mépris du Noir et quelquefois même, derrière les discours humanitaires, un souci inavoué de tirer parti de la traite. De telles appréciations ont paru devoir être reconsidérées, et l’approche affinée par une relecture de tous ceux qui, du philosophe au négociant en passant par le religieux ou le médecin, ont exprimé un point de vue. Il semblerait que Noirs et gens de couleur en général appartenaient encore au début du XVIIIe siècle à un imaginaire nourri par les récits plus ou moins fiables de voyages et toute une littérature encline alors à mésestimer des hommes jugés en Europe aux limites de l’animalité. Considérés comme globalement vils et sans génie aussi bien par la société éclairée que par l’Eglise, même si les philosophes ont pu défendre l’idée qu’un « bon sauvage existait », leur image diversement revue et corrigée a finalement abouti à des conclusions qui ont surtout révélé l’intentionnalité de ceux qui les exprimaient. Dans l’affirmation de l’économie de plantation du dernier tiers du siècle s’est ainsi opposé le regard de l’homme d’affaires, grand propriétaire ou colon d’abord soucieux de profit, et la vision plus humaniste du philanthrope – au reste bien malmenée par les tensions alors croissantes outre-Atlantique

Il y a aussi une BD qui évoque longuement cette communauté à l'époque mais j'ai oublié le titre.

Thundaar a écrit:
Citation :
Et je me répète : le droit d'ancien régime fut rayé dans la mesure ou les serfs devenaient citoyens. Ce n'est plus du tout la même chose.

Le servage au sens strict n'existait plus au XVIIIème siècle en France, et par ailleurs 1789 n'a pas été une table rase juridique. Le maintien d'un droit du sol, et l'universalisme des droits de l'homme pour compenser l'universalisme chrétien, en sont deux exemples.

Le servage existait toujours à cette époque mais il cohabitait avec le fermage et le métayage. Moyens qu'avait trouvé la bourgeoisie naissante pour s'approprier les privilèges des nobles sans la contrepartie de protection que ceux-ci accordaient à leurs serfs. En ce sens, fermage et métayage furent une régression par rapport au servage.

Thundaar a écrit:
Citation :
Et puis parlons-en de la Grèce antique... Elle était tellement tournée vers l'Orient (mais aussi l'Egypte) qu'on peut tout aussi bien considérer qu'elle en faisait partie. A moins de faire de l'européanité une bête histoire de plaque tectonique...

A part dans les divagations de Martin Bernal dans "Black Athena", la civilisation grecque était pleinement européenne, et très peu marquée par l'Orient. En revanche, l'Orient lui fut fortement marqué après Alexandre par la civilisation grecque.

Il suffit de prendre l'exemple de la religion grecque, où pas une seule divinité importante ne vient d'orient, ou encore de la langue grecque, où les termes non-grecs et non-préhelléniques sont fort peu nombreux, et j'en passe sur tous les autres traits civilisationnels. La Grèce a poussé le plus loin possible les concepts indo-européens dont elle était l'héritière.

Le nord (les barbares) n'intéressait que très peu les grecs. Pour le reste, j'inclus bien sur le sous-continent indien dans l'orient. Quant à l'Egypte, sa civilisation a précédé la grecque, les grecs s'en sont aussi inspirés (temples à colonnes etc.). Les traits de nombreux pharaons qu'on voit sur leurs représentations et les taux de mélanines relevés dans les sépultures n'ont rien de très indo-européens.

Thundaar a écrit:
Citation :
Donc comme pour les Juifs, et selon ta propre conception, n'est Aryen que celui qui pratique une religion d'origine indo-européenne... CQFD.


Non. J'ai dit que l'aryanité était un concept linguistique, culturel et religieux en même temps, mais en premier lieu linguistique.

Phallusphicter, heureux de t'apprendre qu'en premier lieu, tu es aryen. CQFD.

Thundaar a écrit:
Certains européens sont aryens et d'autres ne le sont pas (caucasiens, basques, finno-ougriens), mais la civilisation européenne est aryenne, comme l'est la civilisation indienne par ailleurs, même si en religion la première a partiellement perdu son héritage du fait de la christianisation. Concrètement, un européen de langue indo-européenne est un aryen, mais un aryen cohérent devrait logiquement préférer à une religion orientale, comme l'est le christianisme, une religion indo-européenne, comme l'est le paganisme. "Le souffle indien subsiste, parce qu'il nous est apparenté." (Nietzsche)

Bla bla idéologique...

Thundaar a écrit:
Citation :
Combien de divisions ? Au fait, pourquoi n'inclues-tu pas au moins une partie de l'Inde dans ton futur super-état démocratique ?

Je suis européaniste, je ne suis pas pan-aryaniste, et l'Inde et l'Iran sont certes des pays indo-européens mais qui ont connu une évolution civilisationnelle qui leur est propre et une adaptation spécifique à leur milieu. L'Inde est une civilisation, la Perse est une civilisation, l'Europe est une civilisation, et ces trois civilisations, bien que d'origine indo-européenne, sont différentes. Une Grande Europe, un Grand Iran, une Grande Inde, trois pôles civilisationnels donc.

Comme par hasard, ça recoupe grosso modo les grandes aires religieuses. Si tu étais cohérent, tu ne te priverais pas de prôner le retour aux religions védicoïdes à tes frères iraniens.

Thundaar a écrit:
Citation :
Serait aussi Aryen celui qui, originaire d'Afrique parlerait une langue indo-européenne, serait de culture idem et pratiquerait une des religions garantie d'origine indo-européenne. CQFD aussi.

Il faut appartenir aux peuples historiques indo-européens, évidemment. De toutes façons, je l'ai dit et répété, l'Europe se fonde sur l'européanité, et non sur l'aryanité.

Ca commence à faire beaucoup de "il faut" mal ajustés entre eux tout ça...

Thundaar a écrit:
Citation :
Et selon toi, x = combien ?

Mais il n'y a pas besoin de répondre à cette question. Ce qui sera valable selon la date de référence, le sera évidemment avant cette date.

Citation :
Ben zyva, donne ton opinion. Imagine, t'est député dans ta future assemblée européenne constituante... Tu dis quoi ?

Quand je serai député de la future assemblée européenne constituante, je te répondrai alors. :)

Faux cul va !

Thundaar a écrit:
Citation :
Et pour les sortants récalcitrants ? Tu ne veux toujours pas en parler ? Ca fait pourtant un bail que je te pose la question sur tous les tons...

Dans une démocratie, la loi est souveraine. Ceux qui ne respectent pas la loi sont sanctionnés.

Moi, je subordonne la démocratie à la Justice, pas à la loi. Alors tu peux toujours tenter d'affubler l'infamie d'oripeaux juridique et de smileys qui sourient, ça ne prend pas avec moi.

Thundaar a écrit:
Citation :
Et d'ailleurs, pourquoi tu parles d'abord d'x générations et ensuite d'une date de référence ? Ca tient qu'avec du scotch ton truc...

Je t'explique simplement ce qui se passe dans certains pays européens, afin de te montrer que les objections que tu fais n'ont pas lieu d'être. Contextualise mes propos en fonction des tiens.

Citation :
C'est toi qui infères un critère physique sur une notion linguistique, culturelle et religieuse. Sinon, tu te serais contenté de dire "un finlandais n'est donc pas un aryen"

Non, j'ai évoqué le "blond aux yeux bleus" parce que tu évoquais le pseudo-aryanisme nazi qui définissait un "aryen" selon ces critères là. Il s'agit donc d'un effet rhétorique pour montrer à quel point cette "définition" était fausse.

Citation :
Je crois surtout que tu t'en accordes pas mal de licences pour en arriver à approuver ça après tout ce que tu as confondu plus haut...

Je n'ai rien confondu, vous n'avez simplement pas compris que j'ai ajouté "blond aux yeux bleus" pour renforcer l'idée que l'indo-européanité ne reposait pas sur des critères phénotypaux, puisque tous les nordiques ne sont pas indo-européens, et tous les indo-européens ne sont pas nordiques, ce qui invalide les délires nazis.

Bon, je t’accorde le bénéfice du doute pour le coup, mais c’est bien parce que c’est vendredi mon jour de bonté…

A part ça, c’est quoi le nom de ton groupuscule ? Vous êtes combien ? T’en es une tête pensante ?

Tiens, une colle pour finir :

Si nous considérons qu’une génération se fait en moyenne tous les 20 ans et que nous multiplions par 2 la liste de nos ancêtres tous les 20 en remontant le temps, nous nous retrouvons avec une terre bien plus peuplée à l’aube de l’humanité qu’aujourd’hui. Or, nous savons qu’il n’en est rien.

Comment expliques-tu cela ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thundaar
Idiot utile
Idiot utile
avatar

Masculin
Nombre de messages : 640
Date d'inscription : 09/07/2007

MessageSujet: Re: Interview par F. Desouche   Ven 24 Aoû 2007 - 2:49

Citation :
Consensus mon cul ! Rapport de forces oui. Quant au cordon, il faudrait surtout le couper avec le FMI, la banque mondiale, les multinationales qui controlent les prix des productions qui leurs sont imposées dans le cadre de plans d'ajustements etc. Mais aussi que leur soit restitué ce qui leur a été volé.

Je ne dis pas que tu as tort car en effet toutes ces organisations mondialistes sont à foutre en l'air. Mais pour moi il faut aller plus loin, et que l'Europe et l'Afrique se séparent. Je précise que l'Inde par exemple, qui a été colonisée, se bouge le cul et n'a à ma connaissance jamais demandé la moindre restitution. Au final, une telle revendication ferait encore partie de cette mentalité mendiante et pleurnicharde qui coûte si cher à l'Afrique.

Citation :
Oui, la Françafrique ça existe, mais le néo-colonisme à l'oeuvre, ce sont aussi les multinationales. Pas seulement les états, bien que les deux sient liés.

La Françafrique existe, mais doit cesser d'exister. Mais je suis d'accord sur la question des multinationales avec toi.

Citation :
Un mariage non consentant n'est jamais sans valeur pour celui qui l'a imposé. C'est d'une part ceux qui l'ont imposé qu'il convient d'identifier, et de l'autre, il s'agit de déterminer la valeur de ce qui a été spolié.


Les responsables sont morts (depuis le temps). Ensuite on peut parler du concept de spoliation déficitaire, parce que si le voleur remplit le coffre-fort du volé, est-ce une spoliation ? C'est une métaphore bien sûr. Mais si l'Europe avait cyniquement spolié l'Afrique, les africains seraient dans la situation des amérindiens aux USA.

Citation :
D'ailleurs, le peuple français ne s'est jamais autant enrichi qu'à la suite immédiate des décolonisations...

Oui, quand on n'a plus un boulet aux pieds, on court plus vite.

Citation :
Quant à l'Egypte, sa civilisation a précédé la grecque, les grecs s'en sont aussi inspirés (temples à colonnes etc.). Les traits de nombreux pharaons qu'on voit sur leurs représentations et les taux de mélanines relevés dans les sépultures n'ont rien de très indo-européens.

Les pharaons étaient des hamito-sémites, des berbères sédentarisés si on peut dire. Ils ont indéniablement eu une brillante civilisation, elle a pu marquer le monde européen, quoique on trouve déjà le principe des temples à colonnes dans l'occident européen à l'époque mégalithique. Entre Stonehenge et le Parthénon, il y a deux expressions d'un même génie civilisationnel.

Citation :
Comme par hasard, ça recoupe grosso modo les grandes aires religieuses. Si tu étais cohérent, tu ne te priverais pas de prôner le retour aux religions védicoïdes à tes frères iraniens.

Question Je n'ai rien contre un renouveau "zoroastrien" en Iran, bien entendu. Ce sont plutôt des aires linguistiques, ceci dit. Je ne vois pas en quoi l'Iran actuel ferait un bloc religieux unifié et spécifique.

Citation :
Faux cul va !

Non, politicien. :)

Citation :
Moi, je subordonne la démocratie à la Justice, pas à la loi.


La démocratie étant le pouvoir du peuple, il n'y a rien au-dessus du peuple, et la justice est définie par le peuple et ne se substitue pas à lui. Le peuple est seul juge.

Citation :
A part ça, c’est quoi le nom de ton groupuscule ? Vous êtes combien ? T’en es une tête pensante ?

Nous sommes plus comme l'hydre de Lerne puisque nous récusons tout principe du chef. Mais disons que je suis la tête qui mord le plus :)

Citation :
Comment expliques-tu cela ?

Cela s'appelle la mort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MAGGLE
Banni(e) parce que je le vaux bien
Banni(e) parce que je le vaux bien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2559
Localisation : Suburbs
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: Interview par F. Desouche   Ven 24 Aoû 2007 - 4:06

Thundaar a écrit:
Je ne dis pas que tu as tort car en effet toutes ces organisations mondialistes sont à foutre en l'air.

Elles s'en branlent du mondialisme. Le mot "mondialisme" est un outil analytique. Je lui préfère d'ailleurs le terme "globalisation", moins sujet à détournements et plus apte à décrire un processus d'accumulation du capital qu'une idéologie.

Thundaar a écrit:
Mais pour moi il faut aller plus loin, et que l'Europe et l'Afrique se séparent. Je précise que l'Inde par exemple, qui a été colonisée, se bouge le cul et n'a à ma connaissance jamais demandé la moindre restitution. Au final, une telle revendication ferait encore partie de cette mentalité mendiante et pleurnicharde qui coûte si cher à l'Afrique.

Ce n'est pas mendier ni pleurnicher que de réclamer son du. D'ailleurs, tous les Thomas Sankara qui ont osé le faire devant tous ces chefs d'états fantoches africains sidérés ont fini avec une balle dans la tête :

http://www.dailymotion.com/video/x17idb_discours-de-thomas-sankara-a-addis_events

Thundaar a écrit:
Citation :
Un mariage non consentant n'est jamais sans valeur pour celui qui l'a imposé. C'est d'une part ceux qui l'ont imposé qu'il convient d'identifier, et de l'autre, il s'agit de déterminer la valeur de ce qui a été spolié.


Les responsables sont morts (depuis le temps).


Mais pas leurs héritiers consentants.

Thundaar a écrit:
Ensuite on peut parler du concept de spoliation déficitaire, parce que si le voleur remplit le coffre-fort du volé, est-ce une spoliation ? C'est une métaphore bien sûr. Mais si l'Europe avait cyniquement spolié l'Afrique, les africains seraient dans la situation des amérindiens aux USA.

J'ai rien compris.

Thundaar a écrit:
Les pharaons étaient des hamito-sémites, des berbères sédentarisés si on peut dire.

La (Les) langue(s) berbère(s) ne sont pas des langues sémites. Ce sont de vieux concepts découlant d'interprétations tendancieuses de la Bible. On peut prendre l'appellation "chamito-sémitique" comme désignant une langue mi-chamitique, mi-sémitique alors qu’elle désigne une famille qui englobe les langues chamitiques ET sémitiques. Appellation d’autant plus surprenante qu’elle regroupe aussi des langues qui ne sont ni sémitiques ni chamitiques (dont les langues berbères). D’ou la nouvelle appellation de langues afro-asiatiques.

Thundaar a écrit:
on trouve déjà le principe des temples à colonnes dans l'occident européen à l'époque mégalithique. Entre Stonehenge et le Parthénon, il y a deux expressions d'un même génie civilisationnel.

Certes, mais il y a moins de similitudes entre Stonehenge et le Parthénon qu'entre le Parthénon et les temples d'Egypte.

Citation :
Comme par hasard, ça recoupe grosso modo les grandes aires religieuses. Si tu étais cohérent, tu ne te priverais pas de prôner le retour aux religions védicoïdes à tes frères iraniens.

Thundaar a écrit:
Je n'ai rien contre un renouveau "zoroastrien" en Iran, bien entendu. Ce sont plutôt des aires linguistiques, ceci dit. Je ne vois pas en quoi l'Iran actuel ferait un bloc religieux unifié et spécifique.

Des aires linguistiques... indo-européennes. Donc, retour à la case départ. Phallusphincter, si les européistes parviennent à te virer d'ici un jour, sache que les Iraniens sont prêts à t'accueillir comme un vieux frère même pas musulman. Du moment que tu jactes une langue indo-européenne...

Thundaar a écrit:
Non, politicien. :)

Merci au moins pour la franchise. Quant aux chevilles...

Thundaar a écrit:
Citation :
Moi, je subordonne la démocratie à la Justice, pas à la loi.


La démocratie étant le pouvoir du peuple, il n'y a rien au-dessus du peuple, et la justice est définie par le peuple et ne se substitue pas à lui. Le peuple est seul juge.

Ben voyons. Comme si cela dispensait d'accorder au peuple les moyens de définir la justice... La justice se définit par ses attributs (l'équité, l'honnêteté, la faculté de s'abstraire de ses intérêts etc.) pas par l'avis de la majorité. On n'élit jamais que des personnes. Alors autant exiger de ces personnes qu'elles se soumettent d'abord à des idéaux qui les dépassent. Je sais, c'est pas gagné...

Thundaar a écrit:
Citation :
A part ça, c’est quoi le nom de ton groupuscule ? Vous êtes combien ? T’en es une tête pensante ?

Nous sommes plus comme l'hydre de Lerne puisque nous récusons tout principe du chef. Mais disons que je suis la tête qui mord le plus :)

Bon, disons plutôt que tu ne tiens pas à perdre la face devant tes petits camarades... Tu te débrouilles d'ailleurs plutôt pas mal mais t'es tombé sur un os. Allez va, je suis pas chien, je te laisserai le dernier mot sur le sujet. Profite fils.

Thundaar a écrit:
MAGGLE a écrit:
Comment expliques-tu cela ?

Cela s'appelle la mort.

Allez, un indice :

En ce qui nous concerne tous les deux, la probabilité est plus forte à la génération N - 10 d’avoir un ancêtre en commun ; et la probabilité est encore plus forte à la génération N – 100 d'avoir exponentiellement des ancêtres en commun, sans négliqer le fait que ces ancêtres communs ont encore plus de chances d'en avoir d'autres en commun au fur et à mesure qu'on remonte vers l'aube de l'humanité. Les isolats de la petite ère glaciaire n'étant qu'une péripétie de l'histoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MAGGLE
Banni(e) parce que je le vaux bien
Banni(e) parce que je le vaux bien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2559
Localisation : Suburbs
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: Interview par F. Desouche   Ven 24 Aoû 2007 - 11:21

auguste-dupin a écrit:
MAGGLE a écrit:
Si nous considérons qu’une génération se fait en moyenne tous les 20 ans et que nous multiplions par 2 la liste de nos ancêtres tous les 20 en remontant le temps, nous nous retrouvons avec une terre bien plus peuplée à l’aube de l’humanité qu’aujourd’hui. Or, nous savons qu’il n’en est rien.

Comment expliques-tu cela ?
Thundaar a écrit:
Cela s'appelle la mort.
Affligeant! La mort, on ne la rencontre jamais lors d'un parcours à rebrousse-temps, ce qui est le cas de cette arborescence des ancêtres.
Une belle tête de Nietzschien!
MAGGLE a écrit:
Allez, un indice :
En ce qui nous concerne tous les deux, la probabilité est plus forte à la génération N - 10 d’avoir un ancêtre en commun ; et la probabilité est encore plus forte à la génération N – 100 d'avoir exponentiellement des ancêtres en commun, sans négliqer le fait que ces ancêtres communs ont encore plus de chances d'en avoir d'autres en commun au fur et à mesure qu'on remonte vers l'aube de l'humanité. Les isolats de la petite ère glaciaire n'étant qu'une péripétie de l'histoire.
Certes, dès lors que chaque noeud (couple) a la possibilité de faire plus d'un descendant, l'arbre des ancetres n' est déjà plus un arbre strictement, ces branches pouvant se rejoindre mais attention tout de même:
1- le "réelle" avec 2 coupes transversales par rapport au temps (population actuelle et population moindre d'antan)
2- le modèle que représente l'arborescence des ancêtres avec une pulsation de 20 ans, d'abord grossier (avec un doublement de noeuds à chaque pulsation) et invalidé par le réel, puis "corrigé" avec une répartition probabiliste des recoupements entre lignées.
Mais les lignées vont être remontées à des vitesses variables et il y aura dispersion temporelle (des ancêtres de strate n, profondeur donc nb de générations, d'un même individu seront, pour une époque donnée, certains déjà morts, d'autres pas encore nés et avec des rapports éventuels de filiation entre eux), ce qui déjà à lui-seul "dilue" le recensement(qu'elle est laide, ma phrase,si avec ça tu comprends!).
Si tu évalue la population avec un modèle qui, implicitement, l'identifie avec l'arborescence des ancêtres ....l'un se prête à la mesure empirique, l'autre au dénombrement (au sens combinatoire du terme, à défaut avec un facteur de correction de nature probabiliste, mais c'est déjà nettement moins propre).
Et puis zut, n'ayant pas les détails de ton modèle, je ne peux pas en dire grand chose.
Désolé de polluer (il est fort tard ...).
N'étant qu'un piètre matheux, j'ai pas tout compris à tes compléments d'explications mais je te fais confiance quand même.

Edit : Bref, l'important était de démontrer que Thundaar et Phallusphincter ont une foule d'ancêtres en commun. Ca doit être ça que Thundaar appelle la mort...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thundaar
Idiot utile
Idiot utile
avatar

Masculin
Nombre de messages : 640
Date d'inscription : 09/07/2007

MessageSujet: Re: Interview par F. Desouche   Ven 24 Aoû 2007 - 19:07

Pourquoi ? Il est de quelle origine, Phallusphincter ? Vous parlez par énigmes. La question serait donc de savoir de quel côté du limes il se trouve, c'est ça ?

PS: je crois que les Iraniens (Iran = airyanem vaejô) ne sont pas tendres, voir comment les Arabes d'Iran sont traités.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dickbill
Adepte de la cabale
Adepte de la cabale
avatar

Masculin
Nombre de messages : 387
Date d'inscription : 12/12/2006

MessageSujet: Re: Interview par F. Desouche   Sam 25 Aoû 2007 - 3:03

A propos des colonies, si quelqu'un doit payer, alors pas les lorrains. La Lotharingie a ete annexee par les francs de l'ouest et liberee plusieurs fois contre son gres par le allemands, puis par les francais il y a peine 60 ans. voire le fil "2000 ans d'histoires". Donc si vous avez des ancetres lorrains, ne donnez pas d'argent pour rembourser la dette des colons franc saliens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thundaar
Idiot utile
Idiot utile
avatar

Masculin
Nombre de messages : 640
Date d'inscription : 09/07/2007

MessageSujet: Re: Interview par F. Desouche   Sam 25 Aoû 2007 - 11:27

coucou a écrit:
Cléopâtre était grecque.

Macédonienne.

Citation :
Suedoise.

Ok.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Interview par F. Desouche   Sam 25 Aoû 2007 - 11:39

Citation :
Macédonienne
. là tu joue sur les mots


Tu exagères tout çà a cause de la branche ptolémaïque, bon, mois je dirais grecques, Alexandre n'a t'il pas conquis toute la grêce par son père Phillipe de Macédoine

Le nom de Cléopatre n'est issu que par un de ses lieutenants, après les conquêtes Héllenistiques, donc grecques
Revenir en haut Aller en bas
Thundaar
Idiot utile
Idiot utile
avatar

Masculin
Nombre de messages : 640
Date d'inscription : 09/07/2007

MessageSujet: Re: Interview par F. Desouche   Sam 25 Aoû 2007 - 11:57

Les lieutenants d'Alexandre étaient tous macédoniens, ainsi que l'essentiel de la troupe de départ. Même si les macédoniens se sont hellénisés, ils n'étaient pas grecs au sens strict du terme. Ceci étant dit, la langue macédonienne n'en différait pas fondamentalement quand même.

Un exemple, le nom du dieu de la guerre.

En grec, c'est Arês, génitif Areôs (Aris, Ari en grec moderne)
En macédonien, c'est Aras, génitif Arantos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Interview par F. Desouche   

Revenir en haut Aller en bas
 
Interview par F. Desouche
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 9 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9
 Sujets similaires
-
» INTERVIEW DE BERNARD THOUANEL / 5 NOVEMBRE 2009
» Questions & ideas for a filmed interview.
» Interview Daniel Ange
» Interview de Charles Bolden, le patron de la NASA
» Interview de Matthieu Ricard: "Et si on apprenait à méditer?"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE FORUM DES ÉGARÉS :: PLACE DE GRÈVE :: Soral sans rival-
Sauter vers: