LE FORUM DES ÉGARÉS




Post mortem nihil est
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 CITATIONS DE CÉLINE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
MAGGLE
Banni(e) parce que je le vaux bien
Banni(e) parce que je le vaux bien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2559
Localisation : Suburbs
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: CITATIONS DE CÉLINE   Sam 20 Oct 2007 - 2:04

Simplicius a écrit:
milla a écrit:
Toujours la meme crasse chez les nabophobes, du vent "ouh... il est mondain...", ça pue la jalousie, c'est ridicule, surtout si c'est pour nous faire l'apologie d'imposteur style Faye (ancien complice d'Arthur... et aprés on trouve Nabe mondain...)
Allez ma petite chatte, va miaulez aillezurs, t'auras peut etre le droit a du ron-ron...
T'excite pas mimilla, t'as pas la classe pour répliquer. Tiens, t'as qu'à nous rédiger une Déclaration des Droits du Gnome.
Corde
Mon pauvre ! Tout dans ta misérable prose ressemble tellement à la piteuse idée que tu n'arrives même pas à faire croire que tu te fais de Nabe : un semi-branlotin qui cache si mal sa jalousie maladive qu'il ne sait que parodier du Vignale essayant de l'imiter. Sauf que tu ne t'en aperçois même pas. C'en est presque touchant...

milla a écrit:
Simplicius a écrit:
T'excite pas mimilla, t'as pas la classe pour répliquer.
Pas la classe pourquoi ? Pour descendre dans les bas fonds de la laideur morale et de la jalousie rabougrie... T'as peut etre raison.
Acute

----------------------------------------------------------------

Simplicius a écrit:
Ma gueule, tu te prends au sérieux toute l'année ou c'est rien que pour moi ?
Boulax
C'est Nabe que je prends au sérieux, nuance !


Dernière édition par le Sam 20 Oct 2007 - 2:19, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: CITATIONS DE CÉLINE   Sam 20 Oct 2007 - 3:57

Bon les gars on peut reprendre le fil du topic en laissant de coté les chamailleries S'il vous pléééé!
Revenir en haut Aller en bas
JOHN
Austère anachorète
Austère anachorète
avatar

Masculin
Nombre de messages : 808
Age : 42
Localisation : Un monde de (sales) cons
Date d'inscription : 09/12/2006

MessageSujet: Re: CITATIONS DE CÉLINE   Sam 8 Déc 2007 - 2:55

Sur : http://kalayuga.frbb.net/aktu-f8/alain-soral-et-houria-bouteldja-chez-taddei-t2519-80.htm#52564
ajax a écrit:
MAGGLE a écrit:
pimpam a écrit:
MAGGLE a écrit:
Il y a donc un peuple en France, un peuple de France si tu veux mais "peuple français", ça n'a aucun sens pour mois.
"La race, ce que t’appelles comme ça, c’est seulement ce grand ramassis de miteux dans mon genre, chiasseux, puceaux, transis, qui ont échoué ici poursuivis par la faim, la peste, les tumeurs et le froid, venus vaincus des quatre coins du monde. Ils ne pouvaient pas aller plus loin à cause de la mer. C’est ça la France, et puis c’est ça les Français." L. F. Céline ("Voyage au bout de la nuit")
Lucide dans le constat en tous cas. Mais je crois de plus en plus que la folie de Céline fut qu'il voulut être le médecin de la race comme il fut celui des individus.
Quelle folie chez Céline ? Il était loin d'être fou. Il était simplement marqué par la guerre. Quand à 20 piges il ne te reste plus qu'un bras et une jambe valide et que ta tête jouait du tambour tous les soirs à cause d'un morceau d'obus (1), franchement, tu as le droit d'en vouloir à ceux qui t'ont envoyé au casse-pipe et qui t'ont salement lâché juste après.

Attention, la lecture du voyage DOIT absolument être suivie de la lecture de Mort à Crédit (son moins bon à mon avis) où il est encore plus féroce sur la société bourgeoise et sur la société des patrons.

(1) Cf. ce post : « INSOMNIE ET LUCIDITÉ » :
http://kalayuga.frbb.net/boite-a-lettres-f15/conseils-sur-celine-t245.htm#4388

Ou bien : « INSOMNIE (LUCIDITÉ) ET GÉNIE» : http://kalayuga.frbb.net/mondo-2007-f5/caracteristique-du-genie-authentique-tel-celine-ou-soral-t250.htm#4316


Sur : http://kalayuga.frbb.net/aktu-f8/alain-soral-et-houria-bouteldja-chez-taddei-t2519-80.htm#52574
ajax a écrit:
Céline n'était pas atteint d'une pathologie psychologique. Il était simplement malheureux... C'est pas être malade d'être malheureux... Peut être dans le monde "Age de Crystal" qu'on est en train de construire, oui, mais dans un monde normal, non.
Cioran (1911-1995) dans Cahiers :
Citation :
« Le patrimoine d'un écrivain, ce sont ses secrets, ses défaites cuisantes et inavouées ; et c'est la fermentation de ses hontes qui est le gage de sa fécondité. » (p74)

« Pour être écrivain, il ne suffit pas d'avoir du talent, il faut encore pouvoir ne rien oublier. L'écrivain excellent est un homme à rancune. » (p165)

« Toute œuvre est tributaire d'un désarroi. L'écrivain est le parasite de ses souffrances. » (p180)

« Parmi les écrivains, tous sont faiseurs, sauf les malades et les malheureux. » (p555)

« Ce qui rend un livre intéressant, c'est la quantité de souffrance qui s'y trouve. Ce n'est pas les idées, ce sont les tourments de l'auteur, qui nous requièrent ; ce sont ses cris, ses silences, son impasse, ses contorsions, ses phrases chargées d'insoluble. En règle générale, est faux tout ce qui ne surgit pas d'une souffrance. » (p360)

« On n'aime que les auteurs qui souffrent, dont on sent les douleurs et les tares secrètes. Tout lecteur est un sadique qui s'ignore, et il n'est pas de cri dont il ne soit avide. C'est un insatiable que l'enfer seul assouvirait, s'il pouvait en être le spectateur, le critique. » (p465)


Dernière édition par JOHN le Jeu 3 Avr 2008 - 17:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MAGGLE
Banni(e) parce que je le vaux bien
Banni(e) parce que je le vaux bien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2559
Localisation : Suburbs
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: CITATIONS DE CÉLINE   Sam 8 Déc 2007 - 3:03

avec John, rien ne se perd !

Eh John, si tu veux, je te confie mes économies !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
el spirito
Sophiste d'estaminet
Sophiste d'estaminet
avatar

Masculin
Nombre de messages : 710
Age : 52
Localisation : république bananière!
Date d'inscription : 10/10/2006

MessageSujet: Re: CITATIONS DE CÉLINE   Sam 8 Déc 2007 - 15:27

grib a écrit:
c'est peut-être ça L'Espérance ? Et l'avenir esthétique aussi ! Des guerres qu'on saura plus pourquoi !... De plus en plus formidables ! Qui laisseront plus personne tranquille !...


cela est fort prophétique, des guerres "tranquilles", des guerres las, entre deux cauchemars de bush, les guerres intestines de la misère économique pour tous, même les riches, et qui est tellement annoncée! le reste c'est du Céline,


"Il est probable que chaque jour, nous passons à côté de l'Arbre de la science du bien et du mal, sans même le voir, et cela est assuremment un inestimable bienfait. Cependant Dieu qui a pitié de nos âmes curieuses permet que quelques fruits aux trois quart mangés des vers soient ramassés dans son ombre par des impatients qui n'ont pas le courage d'attendre la vision béatifique. (Léon Bloy)


La vérité vous rendra libre...et serein,face au mensonge,ajouterai-je!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JOHN
Austère anachorète
Austère anachorète
avatar

Masculin
Nombre de messages : 808
Age : 42
Localisation : Un monde de (sales) cons
Date d'inscription : 09/12/2006

MessageSujet: L’AMMMÛUUR   Ven 13 Juin 2008 - 21:41

(Je profite de ce post de Corto) sur http://kalayuga.frbb.net/zone-frontiere-f27/sociologie-du-forumeux-t340-80.htm#63571 :
Corto a écrit:
Prudence parce que je ne pense pas que l'amour qui aide à grandir, qui respecte, qui ne soit pas violence cachée, soit cette chose tonitruante et gaveuse dont la société marchande fait ses choux gras et dont les femmes aiment à s'enorgueillir_pléthore de bons sentiments et de sucreries...
En parfaite illustration à cette remarque , il y a ces passages de Céline (1894-1961) dans Bagatelles pour un Massacre (1937), p. 218 :
Citation :
Écrire pourtant du cul, de bite, de merde, en soi n’est rien d’obscène, ni vulgaire. La vulgarité commence, Messieurs, Mesdames, au sentiment, toute la vulgarité, toute l’obscénité ! au sentiment ! […] Dans ce but, rien ne leur paraît plus convaincant, plus décisif, que le récit des épreuves d’amour… de l’Amour… pour l’Amour… par l’Amour… tout le « bidet lyrique » en somme… Ils en ont plein les babines ces croulants dégénérés maniéreux cochons de leur « Amour ! »…

[…] Regardez les bêtes sauvages un petit peu, toujours nobles, toujours pudiques… Mais les lapins en clapiers, les chiens en chenils, les porcs dans leurs bauges, en voilà des êtres qui parlent, rêvent, pensent, agissent pour l’Amour !

Toute la pourriture, la servitude des races commence, s’achève par l’amour, les « tournois », les émois, les sussurages de l’Amour !... Un bon coup d’alcool par là-dessus, et c’est l’écroulement ! Les voici bien abâtardis, bien mûrs pour tous les esclavages, pourvu qu’ils s’enculent encore, et toujours plus et plus toujours… dans tous les chenils, les clapiers qu’on leur présente… vautrés dans leurs arguties, dans leurs arabesques d’Amour, ils exultent !... C’est leur paille !...

Il n’existe à parler franc qu’une seule obscénité. Mais celle-ci, élémentaire, inexorable, biologique, infiniment corruptrice, c’est le « Parlez-moi d’amour » putréfiant. Rien ne lui résiste. Tout s’en trouve en très peu de temps, corrompu, vermoulu, « mufflisé » à jamais… C’est la vraie « débauche »…

L’effrénée putasserie des sentiments et des mots doit se payer en définitive très cher, se solder par de très cruels supplices. Aux hordes avachies, « amorosées », les infinies servitudes !... Toutes les prostitutions du cul ne sont que vétilles auprès de ce « niagaresque » dégueulé de « doux murmures », de « serments brûlants », « d’ineffables ivresses »… tout ce déluge d’enfioteries dont on nous submerge pour notre décadence.

La veulasserie des choses de l’âme nous confectionne plus d’abrutis, de serfs et de fous ennuyeux, de maniaques obtus et sourds que toutes les véroles d’un siècle renforcée ensemble.
+ dans L’École des Cadavres (1938), p. 94 :
Citation :
Spirituellement, nous sommes retombés à zéro, atterrants, ennuyeux à périr. Tous nos Arts le prouvent. Depuis la Renaissance, si mécanisante, nous rabâchons à peu près, avec quelques futiles variantes, les mêmes éculeries sentimentales (nos dites éternelles valeurs sentimentales !)

Amour ! Re-Amour ! Pas d’Amour ! Plus d’Amour ! La rage du cul sous toutes ses formes : Jalousie… Caresses… Tendresse… sempiternellement… La hantise “charnaîle”, toute la bandocherie si banalement éjaculatoire travestie mystique ! La dégueulasserie même ? notre âme ! Toute notre fierté spirituelle ? L’Amour !... Plus d’Amour ! Re-encore Amour ! Éperdus d’Amour ! Sans jamais nous lasser, sans même plus y penser, sans y croire. Obscènes, grotesques sans le savoir, très pompeusement, machinalement. Les lamas dans toute leur crasse tourbillonnent aussi leurs petits moulins à prières, machinalement, majestueusement.

+ Paul del Perugia, dans son Céline (éd. NEL, 1987), Chap. « Sermon sur la Vigile », p. 463 :
Citation :
“L’amour” suscité par la chair piège le gros du troupeau. Après de brèves ardeurs, l’amoureux revient, en effet, sur des bases matérialistes plus régressives que celles abandonnées au départ. Aucun sentiment ne devrait être abordé sans ascèse, afin de nous prévenir des marécages promis à ceux qui s’y aventurent à la légère et que Céline décrit de si impitoyable ironie. Tel que l’a laïcisé notre siècle, l’amour n’offre que des vigiles vulgaires. La plupart des candidats à l’amour, répète Céline, n’ont pas plus de dispositions réelles à l’infini et à la transcendance que les chiens. Peu d’hommes, en réalité, sont faits pour l’amour, parce qu’ils refusent l’ascèse qu’il exige. Il leur manque le sens de la difficulté à aimer qu’acquièrent ceux qui partent à la « Quête d’un Graal ». Pythagore disait excellemment : « Cache le Dieu que tu adores. »

L’amant vrai se tait sur l’objet de son amour de sorte qu’il est paradoxal de voir un grand verbal comme Céline conseiller l’ascèse du silence si cultivée par la poésie courtoise d’oil, d’oc, de Florence et d’Andalousie. Amour est un mot aussi imprononçable que celui de Yahvé depuis que la culture républicaine vulgarise le mot dans sa littérature de masse, dans sa presse du cœur, dans ses chienneries chansonnières et culturelles pour saisir l’homme au bas ventre. C’est par les glandes que nos Princes [modernes] tiennent les peuples.
Leurs télés d’Etat, leurs romans de plèbe, leur ciné font croire aujourd’hui qu’une grande passion est à la portée de tous
.

Un aspect du Sermon sur la Vigile repose, au contraire, sur le silence des grandes profondeurs et la pudeur celte. L’effort immense des « Romans de Chevalerie » introduisit la Chrétienté à la « Courtoisie » qui manquera toujours au fond USA et dont jusqu’au souvenir vient de nous être enlevé. Vis-à-vis de l’Amour, situé par le vulgaire au centre du « Mystère féminin », le prédicateur observe un silence conduisant d’abord à la vénération de l’être merveilleux. Sa prudence est préservatrice.

Ainsi se place-t-il en marge de la logorrhée amoureuse du XIXe et XXe siècles dont seul sont atteints les hommes de lettres :
« Je la trouve grossière et lourde cette histoire : “Je t’aième”. C’est un abominable mot !... que pour ma part je n’ai jamais employé… car on ne l’exprime pas… ça se sent et puis c’est tout. Un peu de pudeur n’est pas mauvais. Ces choses existent, mais se disent peut-être une fois par siècle, par an… » (Cahiers Céline, tome2, p.115) [ou dans Céline parle (éd. Perrin et Perrin), Entretien à Meudon (1959)]

Cette ascèse verbale s’accompagne d’un rituel de substitution qui, là encore, veille à ne nommer qu’après une large purification à laquelle ne nous forment pas « les Droits de l’Homme ». Ceux-ci font croire au citoyen à l’égalité des chances devant les bonheurs de la vie, ce qui est une des illusions les plus menteuses entretenues dans la plèbe. Rien ne fleurit automatiquement « … une fois par siècle, par an… ».

Les mouvements de notre cœur sont si minutieusement exploités par les Princes disraéliens** et leur « Kultur » que le prédicateur en arrive à nous prévenir : “La vulgarité commence au sentiment, toute la vulgarité, toute l’obscénité ! au sentiment !” (Bagatelle…, p218)
** Benjamin Disraeli (1804-1881), Premier ministre britannique (1868-1880) ayant un jour confié : « Il faut avoir vécu dans les coulisses de la Politique pour se rendre compte que le monde est dirigé par des personnes tout à fait différentes de celles que s’imagine le [« bon »] peuple. »

+ Paul del Perugia, dans Céline (éd. NEL, 1987), Chap. « Le Pèlerin », p. 133-134 :
Citation :
Un gouffre sépare donc le pèlerin de celle qu’il peut aimer, seulement entre deux haltes, sur un temps pris à la route aussi bien que de celle avec qui il aurait pu « fonder un foyer » – rêve insensé au xxe siècle qui, par lois d’Etat, a anéanti savamment la famille, « l’institution parentale », comme le dit l’administration, s’alignant normalement sur le concubinat légal, pratiquement toléré par l’Eglise. (…)

Notre fin de civilisation feint de s’en émouvoir. Elle feint de croire à l’amour alors qu’il ne peut exister que dans les époques infiniment supérieures à la nôtre. Nos républiques, allant contre nature, modifient la physiologie. Céline, sacrifiait les sirènes à un appel supérieur à l’impulsion amoureuse qui perpétue une espèce condamnée par toutes les législations libérales.

L’anarchiste authentique, ignorant les simulacres du jeu social moderne, n’est pas comptable de l’avenir du troupeau humain, mené par ses Princes aux catastrophes si visibles du xxe siècle. La passion durable de deux êtres, naguère possible dans les liens de l’amour, n’est souvent plus qu’une illusion, à peine entretenue par l’Etat et l’Eglise. *
* voir cette incroyable excellente synthèse Evolienne :
« Misère du Désir et DISSOLUTION DU DOMAINE SOCIAL » :
http://kalayuga.frbb.net/soral-sans-rival-f20/explication-de-textes-de-soral-t2373-20.htm#31455
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: CITATIONS DE CÉLINE   

Revenir en haut Aller en bas
 
CITATIONS DE CÉLINE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» [Citations] Star wars
» Citations choisies de spiritualité chrétienne de Benoît XVI
» Citations de films
» Vos citations ou textes ou images sur le bonheur et la joie
» Citations de G.K. Chesterton

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE FORUM DES ÉGARÉS :: ALCHIMIE DU VERBE :: Boîte à lettres-
Sauter vers: